Archives par mot-clé : chine

三国志演义 LES TROIS ROYAUMES 羅貫中 Luo Guanzhong – I-6

*


LUO GUANZHONG
[1320年-1400年]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

 

**

 三国志演义
I-6

三國志演義
三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

Roman Chinois du XIVe siècle
Début dynastie MING
明朝 [
1368-1644]

*

 三国志演义
Sān guó zhì yǎn yì
LES TROIS ROYAUMES
I-6

********

當日見了榜文,慨然長嘆。
Dān grì jiàn le bǎng wén, kǎi rán cháng tàn.
Ce jour de proclamation, il soupira profondément.
隨後一人厲聲言曰:
Suí hòu yī rén lìs hēng yán yuē:
 Un homme alors, derrière lui, déclama :
「大丈夫不與國家出力,何故長嘆?」
`Dà zhàng fū bù yǔ guó jiā chū lì, hé gù cháng tàn?’
« un véritable homme noble qui ne prend pas part à la destinée de son pays, pourquoi soupire-t-il ? »
玄德回視其人:
Xuán dé huí shì qí rén:
 Xuande dévisagea l’homme :
身長八尺,豹頭環眼,燕頷虎鬚,聲若巨雷,勢如奔馬。
Shēn cháng bā chǐ, bào tóu huán yǎn, yàn hàn hǔ xū, shēng ruò jù léi, shì rú bēn mǎ.
huit pieds de longueur, une tête de léopard et des yeux ronds, des moustaches de tigre, un menton d’hirondelle, une voix qui ressemblait au tonnerre, comme une course effrénée de chevaux en plein galop.
玄德見他形貌異常,問其姓名。
Xuán dé jiàn tā xíng mào yì cháng, wèn qí xìng míng.
Devant cette morphologie extraordinaire, Xuande lui demanda son nom.
其人曰:
Qí rén yuē:
L’homme répondit :

*

*

「某姓張,名飛,字翼德。
`Mǒu xìng zhāng, míng fēi, zì yì dé.
« Zhang est mon nom de famille,  mon nom est Fei et l’on m’appelle Yi De.
世居涿郡,頗有莊田,賣酒屠豬,專好結交天下豪傑。
Shì jū zhuō jùn, pō yǒu zhuāng tián, mài jiǔ tú zhū, zhuān hǎo jié jiāo tiān xià háo jié.
Je suis natif de Zhuo et ma famille vend du porc et de l’alcool et j’aime aller à la rencontre de ceux qui souhaitent un monde meilleur.
恰才見公看榜而嘆,故此相問。」
Qià cái jiàn gōng kàn bǎng ér tàn, gù cǐ xiāng wèn.’ 
J’ai regardé le public de la foule et je vous ai vu soupiré devant la proclamation. « 
玄德曰:
Xuán dé yuē: 
Xuande déclara alors : 
「我本漢室宗親,姓劉,名備。
 `Wǒ běn hàn shì zōng qīn, xìng liú, míng bèi. 
« Je suis du clan Han, je me nomme Liu, et Bei est mon surnom.

*





*

今聞黃巾倡亂,有志欲破賊安民;
Jīn wén huángjīn chàng luàn, yǒuzhì yù pò zéi ānmín;
Ces Turbans Jaunes apportent le chaos ;
恨力不能,故長嘆耳。」
 hèn lì bùnéng, gù chángtàn ěr.’ 
La haine ne peut doit pas vaincre, mon manque d’argent pour participer à ce combat, voilà la cause de ce soupir profond. »
飛曰:
Fēi yuē: 
Fei dit alors :
「吾頗有資財,當招募鄉勇,與公同舉大事,如何?」
`Wú pō yǒu zīcái, dàng zhāomù xiāng yǒng, yǔ gōng tóng jǔ dàshì, rúhé?’  
« J’ai quelques moyens, nous pourrions participer au recrutement, et trouver dans ce public quelques braves gars prêts à en découdre ? »
玄德甚喜,遂與同入村店中飲酒。
 Xuán dé shén xǐ, suì yǔ tóng rù cūn diàn zhōng yǐn jiǔ. 
Xuande fou de joie, l’accompagna dans le village afin de trinquer à cette heureuse rencontre.
正飲間,見一大漢,推著一輛車子,到店門首歇了;
Zhèng yǐn jiān, jiàn yī dà hàn, tuī zhe yī liàng chē zi, dào diàn mén shǒu xiē le;
En buvant, ils aperçurent un homme robuste, poussant une voiture, s’arrêtant devant la boutique;
入店坐下,便喚酒保:
rù diàn zuò xià, biàn huàn jiǔ bǎo: 
Celui-ci s’assit et, demanda au serveur :
「快斟酒來吃,我待趕入城去投軍。  」
`Kuài zhēn jiǔ lái chī, wǒ dài gǎn rùchéng qù tóu jūn. ‘
« Je voudrais manger le plus vite possible que je puisse me précipiter à la ville pour rejoindre l’armée qui se monte. »


*




*

 玄德看其人:
Xuán dé kàn qí rén:
Xuande regarda notre homme :
身長九尺,髯長二尺;
Shēn cháng jiǔ chǐ, rán cháng èr chǐ;
neuf pieds de longueur, une longue barbe de deux pieds,
面如重棗,唇如塗脂;
miàn rú zhòng zǎo, chún rú tú zhī;
un visage rouge écarlate, avec de grosses lèvres ;
丹鳳眼,臥蠶眉:
dān fèng yǎn, wò cán méi:
de grands yeux au-dessous de larges sourcils semblables à deux vers à soie :
相貌堂堂,威風凜凜。
Xiàng mào táng táng, wēi fēng lǐn lǐn.
une apparence majestueuse
玄德就邀他同坐,叩其姓名。
Xuán dé jiù yāo tā tóng zuò, kòu qí xìngmíng.
Xuande l’invita à s’asseoir à sa table, lui demanda son nom.
其人曰:
Qí rén yuē:
L’homme répondit :

*

*

「吾姓關,名羽,字長生,後改雲長,河東解良人也。
`Wú xìng guān, míng yǔ, zì cháng shēng, hòu gǎi yún zhǎng, hé dōng jiě liáng rén yě.
« Guan est ma famille, mon nom est Yu, on me surnomme Tchang Sheng, devenu par la suite Yun Tchang, et je suis de la région du Jie Liang. 
因本處勢豪,倚勢凌, 人,被吾殺了;
Yīn běn chù shì háo, yǐ shì líng rén, bèi wú shā le;
Je m’enfuie car j’ai tué le despote de mon pays ;
逃難江湖,五六年矣。
táo nàn jiāng hú, wǔ liù nián yǐ.
et depuis six ans, j’erre dans les campagnes.

*




*

*

今聞此處招軍破賊,特來應募。」
Jīn wén cǐ chù zhāo jūn pò zéi, tè lái yìngmù.’
J’ai entendu parler du recrutement qui se prépare et je souhaite participer au soulèvement. »
玄德遂以己志告之。
Xuán dé suì yǐ jǐ zhì gào zhī.
Xuande ensuite évoqua leurs projets.
雲長大喜。
Yún zhǎng dà xǐ.
Yun Zhang était fou de joie.
同到張飛莊上,共議大事。
Tóng dào zhāng fēi zhuāng shàng, gòng yì dà shì.
Ils partirent vers la ferme de Zhang Fei afin de discuter plus à fond des préparatifs.

*





****************************

VOCABULAIRE

榜文 bǎng wén l’annonciation – la proclamation
大事 dà shì – les évènements – les « grandes choses »
jūn– l’armée
shā– tuer
Miàn – surface – visage
chún – lèvre
zuò – s’asseoir

***********************

 三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

三国志演义 LES TROIS ROYAUMES 羅貫中 Luo Guanzhong – I-5

*


LUO GUANZHONG
[1320年-1400年]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

 

**

 三国志演义
I-5

三國志演義
三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

Roman Chinois du XIVe siècle
Début dynastie MING
明朝 [
1368-1644]

*

 三国志演义
Sān guó zhì yǎn yì
LES TROIS ROYAUMES
I-5

********

  `且說張角一軍,前犯幽州界分。
Qiě shuō zhāng jiǎo yījūn, qián fàn yōu zhōu jiè fēn.
L’armée de Zhang Jio avait attaqué des aux frontières de État.
‘幽州太守劉焉,乃江夏竟陵人氏,漢魯恭王之後也;
Yōu zhōu tài shǒu liú yān, nǎi jiāng xià jìng líng rén shì, hàn lǔ gōng wáng zhī hòu yě;
Liu Yan, préfet de You Zhou était originaire de Jingling dans la province de Jiangxia et de la famille du prince Gong Lu, un Han lui aussi,
當時聞得賊兵將至,召校尉鄒靖計議。
dāng shí wén de zéi bīng jiāng zhì, zhào xiào wèi zōu jìng jì yì. 
et alors que les rebelles approchaient, il fit appeler le capitaine Zou Jing pour reconsidérer la situation.
靖曰:
Jìng yuē:
Jing  dit:
「賊兵眾,我兵寡,明公宜作速招軍應敵。」
`Zéi bīng zhòng, wǒ bīng guǎ, míng gōng yi zuò sù zhāo jūn yìng dí.
« Les rebelles sont plus nombreux que nos quelques soldats, nous devrions rapidement engager de nouvelles recrues

*

*

 劉焉然其說,隨即出榜招募義兵。
Liú yān rán qí shuō, suíjí chū bǎng zhāo mù yì bīng.
Liu Yan demanda donc un nouveau recrutement de soldats.
榜文行到涿縣,引出涿縣中一個英雄。
Bǎng wén xíng dào zhuō xiàn, yǐn chū zhuō xiàn zhōng yīgè yīng xióng.
Une affiche placardée dans la sous-préfecture de Zhuo qui attira l’attention de l’un de nos héros.

*





*

 那人不甚好讀書;
Nà rén bù shèn hǎo dú shū;
Notre homme ne passait pas ses loisirs à lire;
性寬和,寡言語,喜怒不言於色;
xìng kuān hé, guǎ yán yǔ, xǐ nù bù yán wū sè;
Calme et posé, aucune expression de joie ou de colère ne marquait son visage ;
素有大志,專好結交天下豪傑;
sù yǒu dà zhì, zhuān hǎo jié jiāo tiān xià háo jié;
il avait de nobles ambitions, et agissait pour rendre le monde meilleur ;
生得身長七尺五寸,兩耳垂肩,雙手過膝,目能自顧其耳,面如冠玉,唇如塗脂;
shēng de shēn cháng qī chǐ wǔ cùn, liǎng ěrchuí jiān, shuāng shǒu guò xī, mù néng zì gù qí ěr, miàn rú guān yù, chún rú tú zhī;

d’une très grande taille, des oreilles démesurées, des mains  impressionnantes qui tombaient sous ses genoux, une tête d’où ressortaient des grands yeux qui démontraient une réelle intelligence ;
中山靖王劉勝之後,漢景帝閣下玄孫:
zhōng shān jìng wáng liú shèng zhīhòu, hàn jǐng dì géxià xuán sūn:
Du prince Jing de Zhongshan, il descendait par Liu Sheng, c’était donc un arrière petit enfant des Han:
姓劉,名備,字玄德。
Xìng liú, míng bèi, zì xuán dé.
du nom de Liu, on le surnommait Xuande.




*

*

 昔劉勝之子劉貞,漢武時封涿鹿亭侯,後坐酌金失侯,因此遺這一支在涿縣。
Xī liú shèng zhīzǐ liú zhēn, hàn wǔ shí fēng zhuō lù tíng hóu, hòu zuò zhuó jīn shī hóu, yīncǐ yí zhè yī zhī zài zhuō xiàn.
Liu Sheng avait un fils, Liu Zhen, gouverneur de Zhuo, pendant le règne de l’Empereur Wu, fils de Xi, mais ayant commis une faute, il fut dépossédé de ses titres et quitta son fief, laissant toutefois quelques membres de sa famille dans le district de Zhuo.
‘玄德祖劉雄,父劉弘。
Xuán dé zǔ liú xióng, fù liú hóng.
Liu Xiong était le grand-père de Xuande, et Liu Hong était son père.
弘曾舉孝廉,亦嘗作吏,早喪。
Hóng céng jǔ xiào lián, yì cháng zuò lì, zǎo sàng.

Hong avait atteint un grade de lettré et travaillé comme fonctionnaire, mais était mort prématurément.
玄德孤幼,事母至孝;
Xuán dé gū yòu, shì mǔ zhì xiào;
Jeune enfant Xuande sans père, se rapprocha de sa mère, lui vouant une grande piété ;
家貧,販屨織席為業。
jiā pín, fàn jù zhī xí wèi yè. 
Très pauvre, il confectionnait des sandales de paille.
家住本縣樓桑村。
Jiāzhù běn xiàn lóu sāngcūn.
Avec sa mère, ils habitaient dans le hameau de Lou Sang.
其家之東南,有一大桑樹,高五丈餘,遙望之,童童如車蓋。
Qí jiā zhī dōng nán, yǒuyī dà sāng shù, gāo wǔ zhàng yú, yáo wàng zhī, tóng tóng rú chē gài.
Au sud-est de la maison se trouvait un grand mûrier, dépassant cinquante pieds, qui, de loin, ressemblait à un char prestigieux,.
相者云:
Xiāng zhě yún:
Ce qui fit dire à un sage :
「此家必出貴人。」
`Cǐ jiā bì chū guì rén.’
« Cette maison sera honorée par une grande personne. »




*

*

 玄德幼時,與鄉中小兒戲於樹下,曰:
Xuán dé yòu shí, yǔ xiāng zhōng xiǎo érxì wū shù xià, yuē:
Xuande, enfant,  jouant à proximité de  l’arbre, déclara :
「我為天子,當乘此車蓋。」
  `Wǒ wéi tiānzǐ, dāng chéng cǐ chē gài.’  
« Je suis le Fils du Ciel, je monterai dans ce char. »
叔父劉元起奇其言,曰:
Shú fù liú yuán qǐ qí qí yán, yuē:
Son oncle Liu Yan Qi à ses paroles, ajouta :
「此兒非常人也!」
`Cǐ er fēi cháng rén yě!’ 
« Cet enfant ne sera pas comme les autres ! »
因見玄德家貧,常資給之。
 Yīn jiàn xuán dé jiā pín, cháng zī gěi zhī.
Pour cette raison, l’oncle aida Xuande financièrement.
年十五歲,母使游學,嘗師事鄭玄、盧植,與公孫瓚等為友。
Nián shí wǔ suì, mǔ shǐ yóu xué, cháng shī shì zhèng xuán, lú zhí, yǔ gōng sūn zàn děng wéi yǒu. 
A quinze ans, sa mère l’envoya faire des voyages d’étude, auprès des professeurs Zheng Xuan et Lu Zhi, et il devint l’ami de Gong Sun Tsan.
 及劉焉發榜招軍時,玄德年已二十八歲矣。
Jí liú yān fā bǎng zhāo jūn shí, xuán dé nián yǐ èr shí bā suì yǐ.
C’est alors que les publications furent placardées pour rejoindre l’armée ; Xuande avait vingt-huit ans.

*





****************************

VOCABULAIRE

之子 zhī zǐ  – le fils
Mǔ – la mère
yòu – enfant
zǔ – ancêtre
you – amical – ami
– jūn- l’armée
Shù – l’arbre
家  Jiā – maison
pín- pauvre
hǎo- bon / bonne
讀書  dú shū- lecture
  Shū – le livre
bīng – les militaires – les soldats

***********************

 三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

三国志演义 LES TROIS ROYAUMES 羅貫中 Luo Guanzhong – I-4

 

*


LUO GUANZHONG
[1320年-1400年]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

 

**

 三国志演义
I-4

三國志演義
三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

Roman Chinois du XIVe siècle
Début dynastie MING
明朝 [
1368-1644]

*

 三国志演义
Sān guó zhì yǎn yì
LES TROIS ROYAUMES
I-4

********

角遣其黨馬元義,暗齎金帛,結交中涓封胥,以為內應。
Jiǎo qiǎn qí dǎng mǎ yuán yì, àn jī jīn bó, jié jiāo zhōng juān fēng xū, yǐ wéi nèi yìng.
Jio demanda à Ma Yuan Yi de porter des présents à l’eunuque Feng Xu, qui avait de l’influence à l’intérieur du palais.
角與二弟商議曰:
Jiǎo yǔ èr dì shān gyì yuē:
Jio dit à son jeune frère :
「至難得者,民心也
  `Zhì nán dé zhě, mín xīn yě.
« Il est difficile de convaincre et d’entraîner le peuple,
今民心已順,若不乘勢取天下,誠為可惜
Jīn mín xīn yǐ shùn, ruò bù chéng shì qǔ tiān xià, chéng wèi kě xí.
Aujourd’hui, le peuple nous suit, nous nous devons de prendre l’Empire, nous en aurions sinon d’éternels regrets. »

*

遂一面私造黃旗,約期舉事;
Suí yī miàn sī zào huáng qí, yuē qí jǔ shì;
Des bannières jaunes furent confectionnées, et ils décidèrent du jour du soulèvement ;
一面使弟子唐周,持書報封諝。
yī miàn shǐ dì zǐ táng zhōu, chí shū bào fēng xū.
Tang Zhou devait porter une missive à Feng Xu afin de l’informer des préparatifs et des dates.
唐周乃徑赴省中告變。
Táng zhōu nǎi jìng fù shěng zhōng gào biàn.
Mais le messager préféra les trahir en informant directement l’Empereur.
帝召大將軍何進調兵擒馬元義,斬之;
 Dì zhào dà jiàng jūn hé jìn diào bīng qín mǎ yuán yì, zhǎn zhī;
Le général He Tsin fut dépêché pour les contrer et les arrêter ;
次收封諝等一干人下獄。
cì shōu fēng xū děng yīgān rén xiàyù.
Feng Xu et d’autres hommes furent alors aussi aussitôt emprisonnés.

*

張角聞知事露,星夜舉兵,自稱「天公將軍」,張寶稱「地公將軍」,張梁稱「人公將軍」;
Zhāngjiǎo wén zhīshì lù, xīngyè jǔ bīng, zìchēng `tiāngōng jiāngjūn’, zhāng bǎo chēng `de gōng jiāngjūn’, zhāng liáng chēng `rén gōng jiāngjūn’;
Zhang Jio, apprenant que le complot était découvert, ne chercha plus à se cacher et se fit nommer le « Général des Cieux », Zhang Bao devint le « Général de la Terre » et Zhang Liang le « Général des Hommes » ;
申言於眾曰:
shēn yán wū zhòng yuē:
Puis il prophétisa les paroles suivantes :
「今漢運將終,大聖人出。
`Jīn hàn yùn jiāng zhōng, dà shèngrén chū.
« ce sera la fin des Han, un grand sage est arrivé.

*

汝等皆宜順天從正,以樂太平。」
Rǔ děng jiē yi shùn tiān cóng zhèng, yǐ lè tài píng.
En suivant la bonne voie nous entendrons la musique de la Grande Paix. « 
四方百姓,裹黃巾從張角反者四五十萬。
‘Sì fāng bǎi xìng, guǒ huáng jīn cóng zhāng jiǎo fǎn zhě sì wǔ shí wàn. 
Tous, venus des quatre coins de l’Empire, s’enroulèrent un turban jaune autour de la tête, qui, autour de Zhang Jio, formaient une armée de quatre ou cinq cent mille hommes.
賊勢浩大,官軍望風而靡。
Zéi shì hào dà, guān jūn wàng fēng ér mí.
Cette armée s’étendait sur une si vaste zone qu’elle fit se disperser l’armée gouvernementale de peur.

*

何進奏帝火速降詔,令各處備禦,討賊立功;
Hé jìn zòu dì huǒ sù jiàng zhào, lìng gè chù bèi yù, tǎo zéi lì gōng;
He Tsin se précipita pour avertir de l’urgence l’Empereur qui diffusa un ordre de réquisition et de mobilisation générale ;
一面遣中郎將盧植、皇甫嵩、朱雋,各引精兵,分三路討之。
yī miàn qiǎn zhōng láng jiāng lú zhí, huáng fǔ sōng, zhū juàn, gè yǐn jīng bīng, fēn sān lù tǎo zhī.
Les troupes impériales furent partagées sous les commandements de Lu Zhi, Huang Fu, Zhu Tsuan, qui formèrent alors trois nouvelles colonnes.

*

****************************

VOCABULAIRE

曰 yuē dire
弟 Dì jeune frère
者 Zhě une personne
民心 mín xīn le peuple
天下 Tiān xià Le monde – l’Empire
黃 Huáng  Jaune
舉事 jǔ shì soulèvement
火速 Huǒ sù pressé – urgence

***********************

 三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

三国志演义 LES TROIS ROYAUMES 羅貫中 Luo Guanzhong – I-3


LUO GUANZHONG
[1320年-1400年]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

 

**

 三国志演义
I-3

三國志演義
三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

Roman Chinois du XIVe siècle
Début dynastie MING
明朝 [
1368-1644]

*

 三国志演义
Sān guó zhì yǎn yì
LES TROIS ROYAUMES
I-3

********

時鉅鹿郡有兄弟三人:
Shí jù lù jùn yǒu xiōng dì sān rén:
Dans le comté, vivaient alors trois frères :
一名張角,一名張寶,一名張梁。
Yī míng zhāng jiǎo, yī míng zhāng bǎo, yī míng zhāng liáng. 
l’aîné se nommait Zhang Jio, le second  Zhang Bao, et Zhang Liang notre dernier.
那張角本是個不第秀才,因入山採藥,遇一老人,碧眼童顏,手執藜杖,喚角至一洞中,以天書三卷授之,曰:
Nà zhāng jiǎo běn shì gè bù dì xiù cái, yīn rù shān cǎi yào, yù yī lǎo rén, bì yǎn tóng yán, shǒu zhí lí zhàng, huàn jiǎo zhì yī dòng zhōng, yǐ tiān shū sān juǎn shòu zhī, yuē: 
le premier était un savant, qui, un jour, partant chercher des herbes dans les montagnes, rencontra un vieil homme, les visages enfantins aux yeux bleus, armé de bâton bien dur, qui, l’invitant dans sa grotte, pris les trois volumes du Livre du Ciel, il déclara alors :
「此名太平要術。
`Cǐ míng tàipíng yào shù. 
«Voici la paix qui répare.
汝得之,當代天宣化,普救世人。若萌異心,必獲惡報。」
Rǔ dé zhī, dāngdài tiān xuānhuà, pǔ jiùshì rén. Ruò méng yìxīn, bì huò è bào.’
Afin qu’avec le Mandat Céleste,  les prochains jours, vous sauviez l’homme. Mais si vous l’utilisez à mauvais escient , vous serez puni en conséquence et lourdement. »
角拜問姓名。
Jiǎo bài wèn xìngmíng.
Jio demanda son nom.

老人曰:
Lǎo rén yuē:
Le vieil homme répondit :
「吾乃南華老仙也。」
`Wú nǎi nán huá lǎo xian yě.’ 
« Je suis le Vieil Immortel du sud»
言訖,化陣清風而去。
Yán qì, huà zhèn qīng fēng ér qù. 
Ces paroles dites, il devint un souffle de vent qui s’en alla au loin.
  角得此書,曉夜功習,能呼風喚雨,號為
Jiǎo de cǐ shū, xiǎo yè gōng xí, néng hū fēng huàn yǔ, hào wèi
Jio garda ces livres, travailla dessus jour et nuit, jusqu’à ce qu’il puisse faire ce qu’il voulait, on l’appelait alors :
「太平道人」。
`tài píng dào ren’.
« Le Maître de la Voie Pacifique ».
中平元年正月內,疫氣流行,張角散施符水,為人治病,自稱
Zhōng píng yuán nián zhēngyuè nèi, yì qì liúxíng, zhāngjiǎo sàn shī fú shuǐ, wéi rén zhì bìng, zìchēng
La première année du règne, au cours du premier mois, la peste tomba sur l’ensemble du territoire, Zhang Jio remit aux malades un traitement médical, et il s’était même auto-proclamé :
「大賢良師」。
`dà xián liáng shī’.
« le grand maître vertueux. »

 

 

角有徒弟五百餘人,雲游四方,皆能書符念咒。
Jiǎo yǒu tú dì wǔ bǎi yú rén, yún yóu sì fāng, jiē néng shū fú niàn zhòu.
Jio attira plus de 500 personnes, qui a leur tour partirent dans le pays, porter la bonne nouvelle à grand renfort de mantras et de formules magiques.
次後徒眾日多,角乃立三十六方,大方萬餘人,小方六七千,各立渠帥,稱為將軍;
Cì hòu tú zhòng rì duō, jiǎo nǎi lì sān shí liù fāng, dà fāng wàn yú rén, xiǎo fāng liù qī qiān, gè lì qú shuài, chēng wèi jiāng jūn;
Les adeptes, qui furent toujours plus nombreux, se constituèrent en trente six groupes, le plus grand se composait de dix mille personnes, six à sept mille pour les plus petits, et, à la tête de chaque groupe, un général,
訛言:
é yán:
et des rumeurs disaient :
「蒼天已死,黃天當立;
`Cāng tiān yǐ sǐ, huáng tiān dāng lì;
« Le ciel est mort, un ciel jaune le remplacera ;
歲在甲子,天下大吉。」
 suì zài jiǎ zǐ, tiān xià dà jí.’
un nouveau cycle de renaissance arrive ».

 

令人各以白土,書「甲子」二字於家中大門上。
Lìng rén gè yǐ bái tǔ, shū `jiǎ zǐ’ èr zì wū jiā zhōng dà mén shàng.
Avec une craie, chacun devait écrire les deux caractère 甲子  à la porte de leur maison.
青、幽、徐、冀、荊、揚、兗、豫八州之人,家家侍奉大賢良師張角名字。
Qīng, yōu, xú, jì, jīng, yáng, yǎn, yù bā zhōu zhī rén, jiā jiā shì fèng dà xián liáng shī zhāng jiǎo míng zì.
A Qing, You, Xu, Ji, Jing, Yang, Yan et Yu, dans les huit provinces, chaque famille adorait Zhang Jio, « le grand maître vertueux. »  .

****************************

 三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

三国志演义 LES TROIS ROYAUMES 羅貫中 Luo Guanzhong 罗贯中 PREMIER CHAPITRE – 第一章


LUO GUANZHONG
[1320年-1400年]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

 

**

 三国志演义
PREMIER CHAPITRE
第一章

三國志演義
三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

Roman Chinois du XIVe siècle
Début dynastie MING
明朝 [
1368-1644]

*

 三国志演义
Sān guó zhì yǎn yì
LES TROIS ROYAUMES

Premier Chapitre
第一章

******** 

SOMMAIRE

I-1

話說天下大勢,分久必合,合久必分。
Huà shuō tiān xià dà shì, fēn jiǔ bì hé, hé jiǔ bì fēn.
Abordons le mouvement du monde : une longue période de division, une longue unification, suivie d’une nouvelle division. 

******** 

I-2

建寧二年四月望日,帝御溫德殿。
Jiàn níng èr nián sì yuè wàng rì, dì yù wēn dé diàn.
La deuxième année Jian Ning, en l’an 169, [Jian Ning ou Kien Ning= quatre années qui seront suivies par les années Hi-ping et ensuite Kouang-ho, etc.], l’empereur [Han Lingdi 汉灵帝] se trouvait dans son palais impérial [Wen-de ou Wen-tö 溫德].

******** 

I-3

時鉅鹿郡有兄弟三人:
Shí jù lù jùn yǒu xiōng dì sān rén:

Dans le comté, vivaient alors trois frères :
一名張角,一名張寶,一名張梁。
Yī míng zhāng jiǎo, yī míng zhāng bǎo, yī míng zhāng liáng. 
l’aîné se nommait Zhang Jio, le second  Zhang Bao, et Zhang Liang notre dernier.

******

I-4

角遣其黨馬元義,暗齎金帛,結交中涓封胥,以為內應。
Jiǎo qiǎn qí dǎng mǎ yuán yì, àn jī jīn bó, jié jiāo zhōng juān fēng xū, yǐ wéi nèi yìng.
Jio demanda à Ma Yuan Yi de porter des présents à l’eunuque Feng Xu, qui avait de l’influence à l’intérieur du palais.

******

I-5

`且說張角一軍,前犯幽州界分。
Qiě shuō zhāng jiǎo yījūn, qián fàn yōu zhōu jiè fēn.
L’armée de Zhang Jio avait attaqué des aux frontières de État.
‘幽州太守劉焉,乃江夏竟陵人氏,漢魯恭王之後也;
Yōu zhōu tài shǒu liú yān, nǎi jiāng xià jìng líng rén shì, hàn lǔ gōng wáng zhī hòu yě;
Liu Yan, préfet de You Zhou était originaire de Jingling dans la province de Jiangxia et de la famille du prince Gong Lu, un Han lui aussi,

******

I-6

當日見了榜文,慨然長嘆。
Dān grì jiàn le bǎng wén, kǎi rán cháng tàn.
Ce jour de proclamation, il soupira profondément.
隨後一人厲聲言曰:
Suí hòu yī rén lìs hēng yán yuē:
 Un homme alors, derrière lui, déclama :

***********

汉灵帝刘宏
156年(一说157年)-189年5月13日
Empereur Han Lingdi
an 157 – 13 mai 189

****************************

 三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

三国志演义 LES TROIS ROYAUMES 羅貫中 Luo Guanzhong – I-2


LUO GUANZHONG
[1320年-1400年]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

 

**

 三国志演义
I-2

三國志演義
三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

Roman Chinois du XIVe siècle
Début dynastie MING
明朝 [
1368-1644]

*

 三国志演义
Sān guó zhì yǎn yì
LES TROIS ROYAUMES

********

建寧二年四月望日,帝御溫德殿。
Jiàn níng èr nián sì yuè wàng rì, dì yù wēn dé diàn.
La deuxième année Jian Ning, en l’an 169, [Jian Ning ou Kien Ning= quatre années qui seront suivies par les années Hi-ping et ensuite Kouang-ho, etc.], l’empereur [Han Lingdi 汉灵帝] se trouvait dans son palais impérial [Wen-de ou Wen-tö 溫德].
方陞座,殿角狂風驟起,只見一條大青蛇,從梁上飛將下來,蟠於椅上。
Fāng shēng zuò, diàn jiǎo kuáng fēng zhòu qǐ, zhǐ jiàn yītiáo dà qīng shé, cóng liáng shàng fēi jiāng xià lái, pán wū yǐ shàng.
L’empereur trônait, le vent soufflait puissamment, il vit alors un énorme serpent [蛇] vert [青], descendant d’une poutre, et s’enrouler autour du trône impérial.
帝驚倒,左右急救入宮,百官俱奔避。
Dì jīng dào, zuǒyòu jíjiù rù gōng, bǎi guān jù bēn bì. 
L’empereur apeuré, se jeta en arrière, pendant que tous se sauvaient.
須臾,蛇不見了。
Xūyú, shé bùjiànle.
Une minute plus tard, le serpent avait disparu.
忽然大雷大雨,加以冰雹,落到半夜方止,壞卻房屋無數。
Hūrán dà léi dàyǔ, jiāyǐ bīngbáo, luò dào bànyè fāng zhǐ, huài què fángwū wúshù.
Soudain une forte pluie tomba, puis la grêle, jusqu’au milieu de la nuit, mais avec de nombreux et catastrophiques dégâts.

建寧四年二月,洛陽地震;
Jiàn níng sì nián èr yuè, luòyáng dìzhèn;
En l’an 171 de notre ère [quatrième année Jian Ning ] , à Luoyang, la capitale [ 洛阳市, Luoyang fut 4 fois la capitale notamment avec les Han orientaux de 25 à 220]
又海水泛濫,沿海居民,盡被大浪捲入海中。
yòu hǎishuǐ fànlàn, yánhǎi jūmín, jǐn bèi dàlàng juàn rù hǎizhōng.
ce fut un jour d’inondations côtières pour tous les habitants du littoral, tout était balayé par la mer par de gigantesques vagues.
光和元年,雌雞化雄。
Guāng hé yuán nián, cí jī huà xióng.
En 178 [Première année Guang-he ou Kouang-ho], les poulets mâles se transformèrent en poules.
六月朔,黑氣十餘丈,飛入溫德殿中。
Liù yuè shuò, hēi qì shí yú zhàng, fēi rù wēn dé diànzhōng.
A la nouvelle lune du sixième mois, un gaz noir épais enveloppa le Palais impérial.
秋七月,有虹現於玉堂,五原山岸,盡皆崩裂。
Qiū qī yuè, yǒu hóng xiàn wū yù táng, wǔ yuán shān’àn, jǐn jiē bēng liè.
En automne, il y eu un arc-en-ciel au-dessus du palais Yutang, et tout un côté de la montagne Wu-Yuan s’effondra.
種種不祥,非止一端。
Zhǒng zhǒng bù xiáng, fēi zhǐ yī duān.
Et il y eut bien d’autres nombreux sinistres.
帝下詔問群臣以災異之由,議郎蔡邕上疏,以為霓墮雞化,乃婦寺干政之所致,言頗切直。
Dì xià zhào wèn qún chén yǐ zāiyì zhī yóu, yì láng cài yōng shàng shū, yǐ wéi ní duò jī huà, nǎifù sì gān zhèng zhī suǒ zhì, yán pō qiè zhí.
L’empereur publia un édit demandant aux ministres d’analyser les causes de ces malédictions ; Tsai Yong démontra que l’arc en ciel et les changements de sexe des poulets étaient directement liés à l’ingérence dans les affaires intérieures des eunuques du palais.
帝覽奏嘆息,因起更衣。
Dì lǎn zòu tàn xí, yīn qǐ gēng yī.
L’empereur soupira, convaincu par la vérité des allégations.

 

曹節在後竊視,悉宣告左右,遂以他事陷邕於罪,放歸田里。
Cáo jié zài hòu qiè shì, xī xuān gào zuǒ yòu, suí yǐ tā shì xiàn yōng wū zuì, fàng guī tián lǐ.
Tsao Tsié présent, qui écoutait inquiet la démonstration, regarda les notes et les conclusions, et s’empressa d’en informer les eunuques du palais et trouver de quoi inculper en diffamant Tsai Yong et ainsi pouvoir l’écarter en l’exilant.
 後張讓、趙忠、封諝、段圭、曹節、侯覽、蹇碩、程曠、夏惲、郭勝十人朋比為奸,號為「十常侍」。
Hòu zhāng ràng, zhào zhōng, fēng xū, duàn guī, cáo jié, hóu lǎn, jiǎn shuò, chéng kuàng, xià yùn, guō shèng shí rén péng bǐ wéi jiān, hào wèi `shí cháng shì’.
Zhang Jang, Zhao Zhong, Feng Shu, Duan Gui, Tsao Djie, Hou Lan, Jian Shuo, Cheng Kuang, Xia Yun, Kuo Sheng sont les dix eunuques que l’on connait sous le nom des « Dix Préposés » et qui sont responsables de l’exil.

 

帝尊信張讓,呼為「阿父」。
Dì zūnxìn zhāng ràng, hū wèi `ā fù’.
L’un des dix, Zhang Yang, était respecté par l’empereur lui-même et qu’il considérait comme un « père » [父]
朝政日非,以致天下人心思亂,盜賊蜂起。
Cháozhèng rì fēi, yǐzhì tiānxià rénxīn sī luàn, dàozéi fēngqǐ.
De ces évènements date le chaos qui s’ensuivit et les soulèvements d’une multitude de voleurs.

********************

汉灵帝刘宏
156年(一说157年)-189年5月13日
Empereur Han Lingdi
an 157 – 13 mai 189

****************************

 三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

三国志演义 LES TROIS ROYAUMES 羅貫中 Luo Guanzhong 罗贯中- I-1


LUO GUANZHONG
罗贯中

[1320年-1400年]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

 

**

 三国志演义
I-1

三國志演義
三国志演义
LES TROIS ROYAUMES

Roman Chinois du XIVe siècle
Début dynastie MING
明朝 [
1368-1644]

*

 三国志演义
Sān guó zhì yǎn yì
LES TROIS ROYAUMES

********

話說天下大勢,分久必合,合久必分。
Huà shuō tiān xià dà shì, fēn jiǔ bì hé, hé jiǔ bì fēn.
Abordons le mouvement du monde : une longue période de division, une longue unification, suivie d’une nouvelle division. 
周末七國分爭,併入於秦。
Zhōu mò qī guó fèn zhēng, bìng rù wū qín.
A la fin de la dynastie Zhou [周朝 à partir du XIe siècle avant J.-C.],  les Sept Royaumes Combattants [战国 du Ve au IIIe siècle avant J.-C.] se déchirèrent avant l’unification de la dynastie des Qin [秦  221 à 206 av. J.-C].
及秦滅之後,楚、漢分爭,又併入於漢。
Jí qín miè zhī hòu, chu, hàn fēn zhēng, yòu bìng rù wū hàn.
Et après la dynastie Qin, les Zhou et les Han luttèrent à nouveau et l’unité fut retrouvée ensuite sous les Han.
漢朝自高祖斬白蛇而起義,一統天下。
Hàn cháo zì gāo zǔ zhǎn bái shé ér qǐ yì, yī tǒng tiān xià.
Depuis que Gaozu, le premier empereur Han,  coupa la tête du Serpent Blanc [白蛇 Bai Shé] et, se soulevant, domina le monde.

 


後來光武中興,傳至獻帝,遂分為三國。
Hòu lái guān gwǔ zhōng xìng, chuán zhì xiàn dì, suí fēn wéi sān guó.
Plus tard l’empereur Han Guang Wudi (光武帝 – restauration de la dynastie Han en l’an 25) restaura la dynastie, unification qui dura jusqu’à l’empereur Xiandi [漢獻帝,  汉献帝 – dernier empereur de la dynastie Han], avant une nouvelle division du pays se fit en Trois Royaumes[de 220 à 265 – Royaume de Wei, Cao Wei, 曹魏],

 


推其致亂之由,殆始於桓、靈二帝。
Tuī qí zhì luàn zhī yóu, dài shǐ wū huán, líng èr dì.
Pour trouver l’origine du chaos,  il faut remonter à l’empereur Huan (桓帝 132-168), et à l’empereur Han Lingdi  [ 汉灵帝 ,漢靈帝  156 – 189].
桓帝禁錮善類,崇信宦官。
Huán dì jìn gù shàn lèi, chóng xìn huàn guān.
L’empereur Huan réservait les hautes charges aux eunuques plutôt qu’aux honnêtes gens.
及桓帝崩,靈帝即位,大將軍竇武、太傅陳蕃,共相輔佐。
Jí huán dì bēng, líng dì jí wèi, dà jiàng jūn dòu wǔ, tài fu chén fān, gòng xiāng fǔ zuǒ.
Et au règne de Huan succéda le règne de l’empereur Lingdi accompagné grand général Dou Wu ( 竇武 mort en 168) et du précepteur Chen Fan.

 


時有宦官曹節等弄權,竇武、陳蕃謀誅之,作事不密,反為所害,中涓自此愈橫。
Shí yǒu huàn guān cáo jié děng nòng quán, dòu wǔ, chén fān móu zhū zhī, zuò shì bù mì, fǎn wéi suǒ hài, zhōng juān zì cǐ yù héng.
Alors les eunuques possédaient une grande influence, avec à leur tête Tchao Tsie, Chen Fan et Dou Wu tentèrent de s’y opposer.

 

*

 三国志演义

 

最好的中国歌曲

最好的中国歌曲CHINE
中华人民共和国
LES PLUS BELLES CHANSONS CHINOISES
Best Chinese songs
最好的中国歌曲

Chansons chinoises Best Songs Best Music Chinese Songs Artgitato

Best Chinese songs

最美丽的歌

蘇運瑩
Su Yunying
後來
Hòulái
Plus Tard

 

Cui Jian (崔健)
Huāfáng Gūniáng 花房姑娘
崔健 不插电
(Cuijian Unplugged 插电)

蘇運瑩
Su Yunying
冥明
míng míng

蘇運瑩
SU YUNYING
精靈
Jīng líng
Génie

*

 歌词
唐古 女人的苦你知道多少




*

唐古
Tangguh
女人的苦你知道多少
La douleur d’une femme

*





Paroles Lyrics
Traduction

*

曾春年




Cheng Tchouan Nian
叫你一声老婆




Lyrics 歌词
BESOIN D’UN SIGNE

*

祁隆
Qi Long
夢中新娘

*

Lala Hsu
徐佳莹
尋人啟事

*

Wanting Qu
曲婉婷
生命有一種絕對




*

Zhao Wei
赵薇
雨中的故事

*

*

杀死那个石家庄人
万能青年旅店

*

邓丽君
Teresa Teng
月亮代表我的心
The Moon Represents My Heart
La Lune représente mon cœur





*

JJ Lin
林俊杰
不為誰而作的歌

Carsick Cars – Mogu Mogu

Hedgehog 刺猬 – 白日梦蓝

Crispy脆樂團 – 100分



萬能青年旅店 揪心的玩笑与漫长的白日梦

逃跑计划
Escape Plan
夜空中最亮的星
Brightest Star In The Night Sky

Lala Hsu 徐佳瑩
大雨將至
The rain is coming
De fortes pluies arrivent

張雨生 – 沒有菸抽的日子

Carsick Cars – Zhong nan hai

李志 – 关于郑州的记忆

汪峰-春天里

汪峰《存在》 高清版

張雨生 – 大海(高清版)

北京北京
汪峰(词曲唱)




hush!樂團
空中的戀人

Cui Jian 崔健
Fake Monk ( 假行僧)

张雨生 – 口是心非

周傳雄
黃昏

陳奕迅
不再讓你孤單

张宇
用心良苦

陳奕迅
人來人往

Zhao Wei 赵薇-情深深 雨蒙蒙
同一首歌
在线视频观看_土豆网视频 赵薇
情深深 雨蒙蒙








陳奕迅
失戀太少

往事难忘
Wǎngshì nánwàng
Des souvenirs inoubliables










最好的中国歌曲

 

BUKIT CINA MELAKA – LA MONTAGNE CHINOISE de MALACCA – 武吉支那

Pelancongan di Malaysia
Voyage en Malaisie




 

  BUKIT CINA MELAKA
La Montagne Chinoise
Le cimetière Chinois de Malacca

武吉支那

*

Photos Jacky Lavauzelle
Textes cités de François-René de Chateaubriand (Génie du christianisme Chapitre III – Tombeaux modernes. — La Chine et la Turquie aux Editions Garnier Frères, 1828) et ensuite de Tcheng Kitong ou Chen Jitong  陳季同 [(1851-1907) Les Chinois peints par eux-mêmes – Le Culte des ancêtres aux Editions Calmann Levy, 1884]

***

« Les Chinois ont une coutume touchante : ils enterrent leurs proches dans leurs jardins. Il est assez doux d’entendre dans les bois la voix des ombres de ses pères et d’avoir toujours quelques souvenirs au désert. »
François-René de Chateaubriand

« Parmi les croyances qui tiennent le plus au cœur des Chinois il faut citer en première ligne celle qui se rattache au culte des ancêtres. C’est la base même de la vie morale en Chine.
Honorer les ancêtres, leur rendre un culte, est un devoir aussi important que celui de la prière chez les chrétiens. Il n’en existe pas de plus grand ni de plus populaire. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG








« Chaque famille honore ses ancêtres. Leurs noms sont inscrits sur des tablettes qui portent en même temps la mention des services rendus par chacun d’eux et les titres qu’ils ont obtenus de leur vivant. Ces tablettes sont placées dans l’ordre de la filiation de manière à représenter une sorte d’arbre généalogique et, selon la fortune des familles, le monument des ancêtres peut recevoir les proportions magnifiques d’un temple, où réside éternellement, comme un feu sacré, l’âme de la famille. Ce temple est la demeure des ancêtres, et c’est là qu’à des dates fixes tous les membres de la famille se réunissent pour honorer ceux qui ne sont plus et donner à leur mémoire l’hommage de la reconnaissance. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« Ce culte existe dans toute la Chine, dans les plus humbles comme dans les plus opulentes familles. Il constitue l’honneur même de la famille. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« J’éprouve une certaine gêne à faire connaître ces mœurs et à en faire l’éloge dans la société européenne où elles sont absolument opposées à l’idée que l’on se fait des ancêtres ; et je dois m’excuser pour la hardiesse de notre opinion relative à la constitution de la famille qui est considérée comme formée et de ses membres vivants et des âmes de ceux qui sont morts. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« La mort ne brise pas le pacte de l’amour dans la famille : elle le divinise en quelque sorte ; elle le rend sacré. Les morts ne sont pas oubliés. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« L’oubli pour les morts c’est une loi en Occident. Peu y contredisent ; et à part les familles où par vanité, dit-on, il faudrait dire par un noble orgueil, on conserve la mémoire de ceux qui ont illustré le nom dans les grandes charges de l’État, on ne sait généralement rien des aïeux au-delà de trois générations. L’aïeul, c’est-à-dire, le père du grand-père est l’X de la famille ; et, quant aux grand’mères, la nuit qui les enveloppe est encore plus obscure. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG








« J’ai entendu traiter ce sujet avec une désinvolture qui m’a intéressé : car c’est un côté vraiment intéressant de l’histoire de la civilisation moderne qui use tout, consume tout, ridiculise tout, j’allais dire, même ce qui est sacré ! c’est un reste de simplicité. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« Les ancêtres s’appellent les vieux, et il faut ajouter à ce mot un sens qui n’est pas dans la grammaire. Pauvres vieux, en effet, moins chers que les tapisseries antiques qui décorent les escaliers somptueux des hôtels neufs ; dont le souvenir a moins de prix qu’un bahut moisi, ou que des faïences fêlées, et dont les noms à demi effacés sur les pierres tombales des cimetières ne sont reconnus par personne. Ils sont entrés dans le néant ! »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« J’ai visité les cimetières, ces villes des morts, tristes comme des lieux maudits. Les immortelles noircies par le temps jonchent les tombes anciennes qui ne connaissent plus les fleurs nouvelles. Ah ! J’exècre ces immortelles, ces fleurs sans parfum et sans fraîcheur, qui ne se fanent pas et qui symbolisent l’hypocrisie du souvenir. Elles dispensent de revenir ! Les roses, elles, ne vivent que l’espace d’un matin… »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« Nous portons nos morts dans les champs, sur les collines qui entourent les villes, aussi haut que nous le pouvons, plus près du ciel ; et les tombes que nous élevons à la mémoire de nos vieux y resteront indéfiniment, au milieu de la nature immortelle. Les morts dorment en paix ! »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG








« Cependant j’ai lu que les morts étaient honorés en Occident : oui, il est vrai, j’ai vu de somptueuses funérailles et des deuils superbes ; j’ai vu, le jour de la fête des Morts, la foule encombrer les cimetières ; mais qu’ils sont peu nombreux les vivants auprès de la grande foule des morts dont le souvenir n’a pas duré ! Le culte des morts va-t-il plus loin que le bout de l’an ? peut-être pas ! »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« Les cérémonies concernant le culte des ancêtres ont lieu, en Chine, chaque année au printemps et à l’automne. Ces cérémonies ont pour caractère particulier la reconnaissance et se font avec une grande solennité. Ces anniversaires sont l’occasion de réunions de famille et ont déjà cette heureuse influence qui a son bon côté. Dans les familles fortunées, le temple des ancêtres est assez vaste pour contenir des appartements où sont reçus les membres de la famille qui n’habitent pas la même ville. On y voit même des salles disposées pour servir d’école, et comme les temples sont généralement construits à la campagne, ils servent quelquefois, pendant l’été, de villas de plaisance. Dans les familles nombreuses, on s’y réunit souvent ; ainsi aux fêtes du mariage, et à l’époque des examens. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« Toutes les joies de la famille se passent en famille, c’est-à-dire au milieu de ses ancêtres, et chez eux. Ce sont des absents qui ne sont pas oubliés.
Ces usages sont les mêmes dans toutes les provinces de la Chine. Dans chaque village, où presque tous les habitants sont parents, on voit des chapelles dédiées aux ancêtres. C’est notre clocher. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« L’empereur honore le fonctionnaire qui a rempli avec dévouement et intelligence les hautes charges qui lui ont été confiées durant sa vie — non pas en lui élevant une statue — mais un temple où sa postérité célébrera le culte des ancêtres. Aux époques anniversaires, ces cérémonies se font non seulement en présence des membres de la famille, mais l’empereur y envoie des délégués qui le représentent. Ce temple porte en inscription le nom et les titres du fonctionnaire défunt et rappelle les services éminents qu’il a rendus à l’État. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

« Cet honneur ne s’accorde que rarement : c’est le bâton de maréchal de la famille. »
LE CULTE DES ANCÊTRES par TCHENG KITONG – CHEN JITONG

***********

Tcheng Kitong
Chen Jitong
陳季同
1851-1907


Photographié par Nadar

*****************

Bukit Cina
Jalan Puteri Hang Li Poh, Bukit Cina
Melaka – Malacca

*************************

  BUKIT CINA MELAKA
La Montagne Chinoise
Le cimetière Chinois de Malacca
ASJID SELAT MELAKA
武吉支那

******************************

OS LUSIADAS II-54 LES LUSIADES

OS LUSIADAS II-54 LES LUSIADES II-54
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-54

OS LUSIADAS II-54

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  54
Strophe 54

II-54

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

LES LUSIADES II-54
OS LUSIADAS II-54

 

Como vereis o mar fervendo aceso
Comme vous verrez la mer bouillante tomber
Co’os incêndios dos vossos pelejando,
Sur les incendies de vos combattants,
Levando o Idololatra, e o Mouro preso,
Prenant l’Idolâtre et le prisonnier Maure,
 De nações diferentes triunfando.
Triomphant de différentes nations.
E sujeita a rica Áurea Quersoneso,
Et soumettant la riche Chersonèse d’Or,
 Até o longínquo China navegando,
Navigant jusqu’à la lointaine Chine,
E as ilhas mais remotas do Oriente,
Et jusqu’aux îles les plus éloignées de l’Est,
 Ser-lhe-á todo o Oceano obediente. 
Tout l’Océan devenant obéissant.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
LES LUSIADES II-54
OS LUSIADAS II-54

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….