Archives par mot-clé : français

SONNET DE PEIRE GODOLIN Poète Occitan XVIIe siècle – SONET

PEIRE GODOLIN
LITTERATURE OCCITANE

*


PEIRE GODOLIN
Pierre Goudouli
Pierre Goudelin

[1580 Toulouse – 1649 Toulouse]

*
Traduction JACKY LAVAUZELLE

**

SONNET
SONET




Epitaphes – Epitafas

 

Jos aqueste grand roc es rebondula l’òssa
Sous le grand roc, les os reposent
D’Enceladanle fier, la glòria del Gigants
Du fier Encelade, la gloire des Géants
Que, per tirar del Cèl les prumières estatjants
Qui, pour sortir du Ciel les premiers habitants,
Enjoquèc Pelion sur la grand cima d’òssa.
A poser Pélion sur les hautes cimes de l’Osse.




*

Ja levava l’un pè le descarat colòssa,
Le voici avançant, colosse effrayant,
Per sautar dins le cèl vesin de quatre palms,
Sautant dans le ciel voisin de quatre pans
Quand Jupiter sasic un fòlze de tres brands
Quand Jupiter saisit le feu du trident
Que, flésc ! li fèc bronzir pel mièi de la cabóça.
Et vlan !, lui jeta en pleine tête.

*

Del brave Jupiter le cèl forèc gardat ;
Le Ciel fut préservé par le brave Jupiter
Car, perquanta de Mars que se fa tant soldat
Car Mars, qui se prétend si grand soldat,
El s’arrucava tot, quand ausiá las campanhas
Se terra aux bruits des campagnes




*

Retronir jots l’aprèst d’un tan cruèl assaut,
Succombant au poison d’un si cruel assaut,
E peisson se mudèc, plus regde qu’un lebraud,
En poisson se mue, plus rapide qu’un levreau,
Quand vic al crabimè carrejar las montanhas.
Quand sur le dos l’on portait les montagnes.

***********

PEIRE GODOLIN

************************




NOTICES HISTORIQUES
SUR
PIERRE GODOLIN

Pierre de Godolin naquit à Toulouse l’an 1579, dans la maison de la rue Pargaminières, contiguë au coin de celle de Notre-Dame-du-Sac ; élevé au collège des Jésuites, il y étudia les belles-lettres, et se fit remarquer par la vivacité de son esprit, par l’élégance des compositions, et la facilité avec laquelle il était parvenu à placer dans sa mémoire la majeure partie des œuvres de Virgile ; i étudia, hélas ! bien à contre cœur, mais enfin, il étudia jusqu’au bout la jurisprudence, prit la licence, et se fit recevoir avocat au parlement. Arrivé là, les épines que Thémis présente à ses favoris, ne purent convenir à une âme passionnée qui aimait à se perdre dans les rêves de son imagination ; il crut avoir assez montré de courage. Les muses vinrent le prendre, et le bon Godolin s’abandonna à leur aimable séduction. Contemporain du Tasse, il ne suivit pas seulement, comme ce célèbre poète, le penchant de son génie, mais comme lui, il chercha une route nouvelle. La langue d’oc était tombée avec le pouvoir des comtes de Toulouse ; le patois de nos provinces, n’étant plus soutenu ni par la majorité de la nation, ni par l’imprimerie, était devenu le partage du peuple, et cette langue si douce, si harmonieuse, véritable fille de celle que les troubadours avaient parlée, semblait être délaissée pour employer la langue générale du pays. Mais Godolin, qui connaissait les trésors de la linguistique qu’elle renfermait, avant de la laisser se perdre, voulut en sauver les débris ; il la préféra donc à la langue française, qui, froide, sèche et sans charmes, sortait à peine de la grossièreté de son premier âge ; car, suspendue encore aux mamelles de l’antiquité, elle n’était guère alors que du grec ou du latin, traduit en français ; il refusa de jeter ses gracieuses créations dans le moule grec ou romain. Il fallait à son génie un nouvel horizon. Sous la plume de notre compatriote, cette langue parut étincelante de nouvelles beautés ; elle se prêta à tous les tons et devint tour à tour grave, moelleuse, fière ou mélancolique ; son génie lui fit surmonter les difficultés qu’entraîne un dialecte peu usité, et les cordes de sa lyre furent assez dociles pour chanter, avec un talent varié, le ciel, les grands, les bergères et ses amis. Toujours élégant, il a employé avec adresse les fictions et les métaphores les pus ingénieuses. Imitateur heureux de Pindare, d’Horace et d’Anacréon, ses odes sont élevées d’un style noble et soutenu ; ses idylles respirent  la molle délicatesse, la grâce et l’abandon ; ses chansons sont enjouées, élégantes et faciles, et a mélopée, sou ses doigts, se transforme, se module et se ploie à toutes les inspirations, à toutes ses fantaisies. Enfin, tantôt enjoué, tantôt badin, mais toujours énergique, il surprend par la noblesse de ses expressions, dans une langue condamnée à ramper parmi le vulgaire.




Œuvres Complètes de Pierre Godolin
Notes historiques et littéraires par J.-M. Cayla et Paul Cléobule
Editeur Delboy à Toulouse en 1843

*******

PEIRE GODOLIN

ERLEBNIS HUGO VON HOFMANNSTHAL – EXPERIENCE

La Poésie de Hugo von Hofmannsthal
Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal
Erlebnis Hugo von Hofmannsthal



Littérature Allemande
Deutsch Literatur

Hugo von Hofmannsthal
Vienne 1874-1929 Rodaun
Gedichte Hugo von Hofmannsthal Poésie Poème Poesie Artgitato Les Poèmes de Hofmannsthal Artgitato




Expérience

Les Poèmes de Hugo von Hofmannsthal

Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal

ERLEBNIS

Traduction Jacky Lavauzelle

****
Erlebnis hugo von hofmannsthal Expérience ArtgitatoTempête de neige en mer 1842 Londres Tate Britain

William Turner
Tempête de neige en mer 1842

****

Mit silbergrauem Dufte war das Tal
La vallée se colorait d’un gris-argent
Der Dämmerung erfüllt, wie wenn der Mond
Crépusculaire, comme si la lune
Durch Wolken sickert. Doch es war nicht Nacht.
Pénétrait les nuages. Mais ce n’était pas la nuit.
Mit silbergrauem Duft des dunklen Tales
Dans ce gris argenté des contes noirs
Verschwammen meine dämmernden Gedanken,
Vagabondaient mes pensées sombres,
Und still versank ich in dem wehenden,
Et en silence, je nageais dans l’ondulation,
Durchsichtigen Meere und verließ das Leben.
De la mer transparente et je laissai la vie.
Wie wunderbare Blumen waren da.
Combien de merveilleuses fleurs se trouvaient là,
Mit Kelchen dunkelglühend! Pflanzendickicht,
Sombres incandescences des corolles ! Bouquet floral
Durch das ein gelbrot Licht wie von Topasen
D’une lumière dorée de topaze
In warmen Strömen drang und glomm. Das Ganze
Dans des courants chauds pénétrés et protégés. Tout
War angefüllt mit einem tiefen Schwellen
Se remplissait dans les profondeurs assoupies
Schwermütiger Musik. Und dieses wußt ich,
D’une musique mélancolique. Et je connaissais ça,
Obgleich ichs nicht begreife, doch ich wußt es:
Bien que ne comprennant pas, mais je le savais :
Das ist der Tod. Der ist Musik geworden,
C’était la mort. Elle était musique,
Gewaltig sehnend, süß und dunkelglühend,
Puissant désir, douce et sombre,
Verwandt der tiefsten Schwermut.
Parente de la plus profonde tristesse.

  Aber seltsam!
Quelle étrangeté !

Ein namenloses Heimweh weinte lautlos
Une nostalgie sans nom inondait silencieusement
In meiner Seele nach dem Leben, weinte,
Mon âme après la perte de la vie, pleurant,
Wie einer weint, wenn er auf großem Seeschiff
Comme pleure celui qui prend la grande mer
 Mit gelben Riesensegeln gegen Abend
Avec sa voile géante dorée vers le soir
Auf dunkelblauem Wasser an der Stadt,
Sur l’eau bleu foncé devant la ville,
Der Vaterstadt, vorüberfährt. Da sieht er
Sa ville natale, passant. Là, il voit
Die Gassen, hört die Brunnen rauschen, riecht
Les rues, entend le bruit des fontaines, il sent
Den Duft der Fliederbüsche, sieht sich selber,
L’odeur de lilas, et se revoit,
 Ein Kind, am Ufer stehn, mit Kindesaugen,
Enfant sur le rivage, debout, avec ses yeux d’enfant,
Die ängstlich sind und weinen wollen, sieht
Le regard inquiet et désirant pleurer, voyant
Durchs offene Fenster Licht in seinem Zimmer –
Par la lumière de la fenêtre ouverte de sa chambre –
Das große Seeschiff aber trägt ihn weiter,
Mais le grand navire le porte au-loin,
  Auf dunkelblauem Wasser lautlos gleitend
Sur l’eau bleu foncé glissant silencieusement
Mit gelben, fremdgeformten Riesensegeln.
Avec ses étranges voiles dorées.

 

*********************

 Erlebnis Hugo von Hofmannsthal

Ballade des äußeren Lebens Hugo von Hofmannsthal Ballade de la Vie Extérieure

La Poésie de Hugo von Hofmannsthal
Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal
Ballade des äußeren Lebens Hofmannsthal



Littérature Allemande
Deutsch Literatur

Hugo von Hofmannsthal
Vienne 1874-1929 Rodaun
Gedichte Hugo von Hofmannsthal Poésie Poème Poesie Artgitato Les Poèmes de Hofmannsthal Artgitato




Ballade de la Vie Extérieure

Les Poèmes de Hugo von Hofmannsthal

Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal

Ballade des äußeren Lebens

Traduction Jacky Lavauzelle

****

Ballade des äußeren Lebens Ballade de la Vie Extérieure Hugo von Hofmannsthal Artgitato Vanité de Philippe de Champaigne 1602 1674

Vanité
Philippe de Champaigne

 

Und Kinder wachsen auf mit tiefen Augen,
Et les enfants grandissent avec des regards profonds,
  die von nichts wissen, wachsen auf und sterben,
qui ne connaissent rien, ils grandissent et meurent,
  und alle Menschen gehen ihre Wege.
et tous les gens vont leur chemin.

*

Und süße Früchte werden aus den herben
Et si la douceur des fruits provient de l’amer,
und fallen nachts wie tote Vögel nieder
ils tombent la nuit comme des oiseaux morts
und liegen wenig Tage und verderben.
et gisent quelques jours et pourissent.

*

Und immer weht der Wind, und immer wieder
Et toujours le vent qui souffle et toujours
 vernehmen wir und reden viele Worte
nous entendons et nous prononçons tant de mots
 und spüren Lust und Müdigkeit der Glieder.
et ressentons le plaisir et la fatigue de nos membres.

*

Und Straßen laufen durch das Gras, und Orte
Et les routes faufilent dans l’herbe, et des lieux
sind da und dort, voll Fackeln, Bäumen, Teichen,
sont ici et là, pleins de torches, d’arbres, d’étangs,
und drohende, und totenhaft verdorrte…
menaçants, et flétris comme morts…

*

Wozu sind diese aufgebaut? Und gleichen
Pourquoi sont-ils faits ? Et même
einander nie ? Und sind unzählig viele ?
sont-ils là ? Et sont-ils innombrables ?
Was wechselt Lachen, Weinen und Erbleichen?
Pourquoi passer du rire aux pleurs et à la pâleur ?

*

Was frommt das alles uns und diese Spiele,
A quoi bon tous ça et ces jeux,
 die wir doch groß und ewig einsam sind
nous qui sommes grands et solitaires pour toujours
 und wandernd nimmer suchen irgend Ziele ?
et qui marchons sans chercher de but ?

*

Was frommt’s, dergleichen viel gesehen haben?
A quoi bon, tout ce que l’on a vu ?
Und dennoch sagt der viel, der « Abend  » sagt,
Et pourtant, qui dit « Soir » dit
 ein Wort, daraus Tiefsinn und Trauer rinnt
un mot, qui possède tant de profondeur et de tristesse
   wie schwerer Honig aus den hohlen Waben.
comme ce miel lourd d’un nid d’abeille creux.

 

*********
Ballade des äußeren Lebens

LA POESIE D’Hugo von Hofmannsthal – Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal

La Poésie de Hugo von Hofmannsthal
Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal



Littérature Allemande
Deutsch Literatur

Hugo von Hofmannsthal
Vienne 1874-1929 Rodaun
Gedichte Hugo von Hofmannsthal Poésie Poème Poesie Artgitato Les Poèmes de Hofmannsthal Artgitato




Français -Allemand

Les Poèmes de Hugo von Hofmannsthal

Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal

Französisch – Deutsch

Traduction Jacky Lavauzelle

****

Ballade des äußeren Lebens
Ballade de la vie extérieure

Und Kinder wachsen auf mit tiefen Augen,
Et les enfants grandissent avec des regards profonds,
  die von nichts wissen, wachsen auf und sterben,
qui ne connaissent rien, ils grandissent et meurent,

Ballade des äußeren Lebens Ballade de la Vie Extérieure Hugo von Hofmannsthal Artgitato Vanité de Philippe de Champaigne 1602 1674

*

Die Beiden
Les Deux

Sie trug den Becher in der Hand
Elle portait la coupe dans la main
– Ihr Kinn und Mund glich seinem Rand –,
– Le menton et la bouche semblables à son bord –

Die Beiden Hugo von Hofmannsthal Les Deux Artgitato Poésie Alfred De Dreux Portrait du Comte Alfred de Montgomery

*

Erlebnis
Expérience

Mit silbergrauem Dufte war das Tal
La vallée se colorait d’un gris-argent
Der Dämmerung erfüllt, wie wenn der Mond
Crépusculaire, comme si la lune

Erlebnis hugo von hofmannsthal Expérience ArtgitatoTempête de neige en mer 1842 Londres Tate Britain

***

*********************
Hugo von Hofmannsthal

**************
HOFMANNSTHAL
PAR STEFAN ZWEIG ET PAR ARTHUR SCHNITZLER

Hofmannsthal erschien in seinen kurzen Knabenhosen, etwas nervös und befangen, und begann zu lesen.
Hofmannsthal est apparu dans son pantalon court de garçon, un peu nerveux et coincé, et il commença à lire.
„Nach einigen Minuten“, erzählte mir Schnitzler, „horchten wir plötzlich scharf auf und tauschten verwunderte, beinahe erschrockene Blicke.
« Après quelques minutes, » Schnitzler me dit, « nous écoutions attentivement et échangions des regards étonnés, presque effrayés.
Verse solcher Vollendung, solcher fehlloser Plastik, solcher musikalischer Durchfühltheit, hatten wir von keinem Lebenden je gehört, ja seit Goethe kaum für möglich gehalten.
Des vers tellement parfaits, d’une si libre plasticité, remplis d’émotions intenses, nous n’en avions pas entendu parmi les poètes vivants, et nous imaginions cela presqu’impossible depuis Goethe. […]
“ Als Hofmannstahl endete, blieben alle stumm.
« Quand Hofmannsthal eut fini, tous restèrent silencieux.
„Ich hatte“, sagte mir Schnitzler, „das Gefühl, zum erstenmal im Leben einem geborenen Genie begegnet zu sein, und ich habe es in meinem ganzen Leben nie mehr so überwältigend empfunden.“
«J’ai eu», me dit Schnitzler, «le sentiment pour la première fois dans ma vie d’avoir rencontré un Génie né, et je ne l’ai, dans ma vie, jamais autant intensément ressenti « .

Stefan Zweig -1970
Die Welt von gestern
Erinnerungen eines Europäers
Frankfurt/M. : Fischer
Zweig 1970 : 46

DIE BEIDEN HOFMANNSTHAL – LES DEUX- Poème d’Hugo von Hofmannsthal

La Poésie de Hugo von Hofmannsthal
Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal
Die Beiden Hofmannsthal



Littérature Allemande
Deutsch Literatur

Hugo von Hofmannsthal
Vienne 1874-1929 Rodaun
Gedichte Hugo von Hofmannsthal Poésie Poème Poesie Artgitato Les Poèmes de Hofmannsthal Artgitato




LES DEUX

Les Poèmes de Hugo von Hofmannsthal

Die Poesie von Hugo von Hofmannsthal

DIE BEIDEN

Traduction Jacky Lavauzelle

****

Die Beiden Hugo von Hofmannsthal Les Deux Artgitato Poésie Alfred De Dreux Portrait du Comte Alfred de Montgomery

Sie trug den Becher in der Hand
Elle portait la coupe dans la main
– Ihr Kinn und Mund glich seinem Rand –,
– Le menton et la bouche semblables à son bord –
So leicht und sicher war ihr Gang,
Aussi facile et sûre était sa démarche,
Kein Tropfen aus dem Becher sprang.
Pas une goutte de la coupe ne tomba.

*

So leicht und fest war seine Hand:
Aussi lumineuse et précise était sa main :
 Er ritt auf einem jungen Pferde,
Lui, était monté sur un jeune cheval,
Und mit nachlässiger Gebärde
Et d’un geste imperceptible
 Erzwang er, daß es zitternd stand.
Le stoppa, bien que frémissant.

*

Jedoch, wenn er aus ihrer Hand
Toutefois, lorsque de leurs mains
 Den leichten Becher nehmen sollte,
Ils se passèrent cette tasse légère,
So war es beiden allzu schwer:
Cela devenait trop difficile pour les deux :
 Denn beide bebten sie so sehr,
Car les deux tremblaient tellement,
Daß keine Hand die andre fand
Que pas une main ne trouva l’autre
Und dunkler Wein am Boden rollte.
Et que le sombre vin s’écoula sur le sol.

*********
DIE BEIDEN HOFMANNSTHAL

Josef Václav Sládek : Bílá hora -La Montagne Blanche

 Josef Václav Sládek
(1845-1929)

Josef Václav Sládek de Jan Vilimek Bila Hora Artgitato Traduction

Český-Francouzský
Texte Tchèque et Traduction Française
Jacky Lavauzelle – artgitato

Bílá hora
LA MONTAGNE BLANCHE
(Bataille du 8 novembre 1620)

Boj ztracen byl, a na útěku řady,
Le combat était perdu, et l’armée défaite,
– jen tři sta reků stojí u obory.
Seuls trois cents héros résistent acculés.
« Teď vzdejte se! Jsou zbytečné to vzdory! »
«Abandonnez ! Il est inutile de résister ! »
Tři sta jich o zeď opírá se zády.
   Les Trois cents contre le mur restent sourds.
**
Pluk před nimi, pluk za nimi, pluk všady,
Les adversaires en face d’eux, derrière eux, sur les côtés,
– jen v dáli modrají se české hory:
Seulement dans les montagnes bleuâtres tchèques au loin :
ty hnědé chaloupky! – ty bílé dvory! . . .
le chalet brun ! Les fermes blanches! . . .
a jeden nevzdal se z těch u ohrady.
Il n’est plus question désormais d’abandonner.
 **
Zahřměly pušky, – píky měly práci,
Les fusils et les piques s’entrechoquent 
– nad nimi duby třesou se a klátí,
 Les chênes dessus tremblent et se cassent,
ob muže muž se mrtev u zdi kácí,
un homme  sur deux tombe contre la paroi,
ob muže muž tu mrtev zůstal státi!
mais un homme sur deux reste debout contre la paroi !
Král utek’, chlap jen úpěl s hrudou svojí, –
« 
Le roi s’enfuit !«  cria un homme
vlasť ztracena, – však ve svých mrtvých stojí!
la patrie est tombée mais reste debout avec ses héros !

Otokar Březina : Jarní noc – Nuit printanière (trad. française)

Otokar Březina
(1868-1929)

Brezina otokar Jarni Noc Poète écrivain Tchèque Artgitato Traduction Otokar Brezina

Český-Francouzský
Texte Tchèque et Traduction Française
Jacky Lavauzelle – artgitato

 

Jarní noc

Nuit Printanière

Traduction Jacky Lavauzelle

Noc tiše zpívala, šum prvních zelení a jarních vod
Le chant de la nuit, doucement ; le premier bruit ; le bruissement des eaux vertes du printemps
byl její melancholické písně doprovod; 
s’écoulait sur ce chant mélodieux ;
ve výši hvězdy, světelné kalichy nesmírné,
Là-haut, les étoiles dans d’infinies coupes de lumière,
  dýchaly těžkou vůni nadzemských vegetací;
respiraient les lourdes fragrances de la végétation céleste ;
a ruce bratří mých, jak při smrti na prsou zkřížené,
Et ici les mains de mes frères, comme crucifiées sur leur poitrine,
ležely tiché a zklamané a jako kámen ztížené,
silencieuses, meurtries, inertes comme une pierre,
zlomeny prací.
brisés par le travail.

Však jejich ruce duchové k hvězdám se rozepjaly,
Mais leurs mains spirituelles reliaient les étoiles,
miliony duší na zemi a ve všech světech objaly
embrassant des millions d’âmes dans l’étendue du monde
a dlouhý oddech radostných procitnutí,
un réveil joyeux les attendait,
sváteční vření věčného města,
une fête solennelle dans la Ville Eternelle,
duchových křídel šumění, hra větrů v mystickém osení,
le bruissement des ailes de l’Esprit, le vent serpentant les plants mystiques
orchestrů neviditelných zapění
Des airs d’orchestres évanescents
zdvíhlo se v taktu jejích tajuplného gesta
suivaient les courbes célestes de leurs gestes mystérieux

Adolf Heyduk Mélodies Tsiganes -Cigánské melodie -Traductions & Poèmes

Adolf Heyduk
(1835-1923)
Cigánské melodie
Mélodies Tsiganes

Adolf Heyduk Artgitato Mélodie Tsiganes Cigánské melodie Český-Francouzský
Texte Tchèque & Traduction Française

Široké rukávy a široké gatě

Široké rukávy a široké gatě
Manches larges et larges culottes
volnější cigánu nežli dolman v zlatě.
des tsiganes sont plus libres que des tenues d’or.
Dolman a to zlato bujná prsa svírá;
 Des tenues d’or qui étreindraient ces poitrines fougueuses
pod ním volná píseň násilně umírá.
Des tenues qui consumeraient la chanson violemment.
A kdo raduješ se, tvá kdy píseň v květě,
Tu es heureux lorsque la chanson se transforme en bouquet,
přej si, aby zašlo zlato v celém světě!
En espérant que l’or disparaisse du monde!
*******

Dejte klec jestřábu ze zlata ryzého

Dejte klec jestřábu ze zlata ryzého;
Donnez au faucon une cage d’or,
nezmění on za ni hnízda trněného.
il ne la changera pas contre un nid d’épines.
Komoni bujnému, jenž se pustou žene,
Sur un cheval débridé au milieu des troupeaux,
zřídka kdy připnete uzdy a třemene.
sans toucher ni aux rênes ni aux brides.
A tak i cigánu příroda cos dala:
En effet, la nature a donné au tsigane cette chose singulière :
k volnosti ho věčným poutem, k volnosti ho upoutala.
la liberté de ce lien éternel, cette liberté d’être libre.

************

 Má píseň zas mi láskou zní

Má píseň zas mi láskou zní,
Dans tout le pays, s’exprime à nouveau mon amour,
když starý den umirá,
quand la journée s’achève,
a chudý mech kdy na šat svůj
et quand la pauvre mousse sur sa robe
si tajně perle sbíra.
collecte secrètement des perles.

*

Má píseň v kraj tak toužně zní,
Mon chant est plein mon pays,
když svetem noha bloudí;
Quand sur monde erre mon être ;
jen rodné pusty dálinou
Trop loin de mes natives plaines
zpěv volně z ňader proudí.
le chant librement coule dans mes veines.

*

Má píseň hlučně láskou zní,
Ma chanson se remplit des sons forts de l’amour,
když bouře běží plání;
quand la tempête caresse la plaine ;
když těším se, že bídy prost
Je suis impatient de voir cette misère
dlí bratr v umírání.
quitter mon frère mourant.

******

život – Vie
(Parnasie)

Náš život od prvního vzlyku
Notre vie depuis le premier sanglot
až k hrobu jest jen náhod slet  ;
jusqu’à la tombe est un festival de coïncidences;
špet’ radostnych v něm okamžiků
des moments de joie sommeillent en son sein
a žalu, strasti za sto let.
et des malheurs, des chagrins pour une centaine d’années.

**************************
TRADUCTION Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************************

český básník

 

DCEŘINA KLETBA – La fille maudite – Karel Jaromir ERBEN

Karel Erben
Karel Erben práce

Traduction – Texte Bilingue

LITTERATURE TCHEQUE
POESIE Tchèque

Česká literatura
Česká poezie

 Karel Jaromir ERBEN
(1811-1870)

Jan Vilímek Karel Jaromír Erben DCERINA KLETBA Artgitato La fIlle Maudite

Český-Francouzský
Texte Tchèque & Traduction Française

DCEŘINA KLETBA
LA FILLE MAUDITE
(Extrait de Kytice)

Traduction Jacky Lavauzelle

Což jsi se tak zasmušila,
Pourquoi es tu si triste,
dcero má?
ma fille ?
což jsi se tak zasmušila?
pourquoi es tu si triste ?
Vesela jsi jindy byla,
Ainsi tu n’as jamais été,
nyní přestal tobě smích!
maintenant ton rire s’est envolé !

*

„Zabila jsem holoubátko,
« J’ai tué le pigeon,
matko má!
ma mère !
zabila jsem holoubátko —
j’ai tué le pigeon
opuštěné jediňátko —
je l’ai abandonné
bílé bylo jako sníh!“
il était blanc comme neige ! « 
*

Holoubátko to nebylo,
Ce n’était pas un pigeon,
dcero má!
ma fille !
holoubátko to nebylo —
ce n’était pas un pigeon,
líčko se ti proměnilo,
tes joues sont métamorphosées,
a potrhán je tvůj zhled!
Ravagées, elles sont devenues !

*

„Oh! zabila jsem děťátko,
«Oh! J’ai tué le bébé,
matko má!
ma mère!
oh! zabila jsem děťátko,
oh! J’ai tué le bébé,
své ubohé zrozeňátko —
mon pauvre enfant
žalostí bych pošla hned!“
le chagrin est là maintenant! « 

*

A co míníš učiniti,
Et que vas tu faire,
dcero má?
ma fille ?
a co míníš učiniti?
et que vas tu faire?
kterak vinu napraviti
comment laver cette culpabilité
a smířiti boží hněv?
et ménager la colère divine ?

*

„Půjdu hledat květu toho,
«Je vais chercher cette fleur,
matko má!
ma mère !
půjdu hledat květu toho,
Je vais chercher cette fleur,
kterýž snímá viny mnoho
qui ôte royalement la culpabilité
a zbouřenou chladí krev.“
et refroidit le sang. « 

*

A kde najdeš toho květu,
Et où trouveras-tu la fleur,
dcero má?
ma fille ?
a kde najdeš toho květu
et où trouveras-tu la fleur,
po všem široširém světu?
dans l’infinité du monde entier ?
v které roste zahrádce?
dans quel jardin pousse t-elle ?

*

„Tam za branou nad vršíkem,
« A côté de la porte, sur un monticule,
matko má!
ma mère !
tam za branou nad vršíkem,
à côté de la porte, sur un monticule,
na tom sloupu se hřebíkem,
 sur le mât avec un clou,
na konopné oprátce!“
sur la corde de chanvre ! « 

*

A co vzkážeš hochu tomu,
Et que vas-tu donner à ce garçon,
dcero má,
ma fille,
a co vzkážeš hochu tomu,
et que vas-tu donner à ce garçon,
jenž chodíval k nám do domu
qui est venu dans notre maison
a s tebou se těšíval?
et a trouvé son bonheur ?

*

„Vzkazuji mu požehnání,
« Il a ma bénédiction,
matko má !
ma mère !
vzkazuji mu požehnání —
il a ma bénédiction,
červa v duši do skonání,
un ver dans son âme jusqu’à la fin,
že ml zrádně mluvíval!
pour le punir de sa traitrise !

*

A co necháš svojí matce,
Et que laisses-tu à ta mère,
dcero má?
ma fille ?
a co necháš svojí matce,
et que laisses-tu à ta mère,
jež tě milovala sladce
qui t’aimait doucement
a draze tě chovala ?
et t’a soignée tendrement ?

„Kletbu zůstavuji tobě,
«Je te laisse la malédiction,
matko má!
ma mère !
kletbu zůstavuji tobě,
je te laisse la malédiction,
bys nenašla místa v hrobě,
tu ne trouveras pas la paix dans la tombe,
žes mi zvůli dávala!“
pour ce cœur que tu m’as donnée ! « 

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
Karel Erben
český básník

KYTICE Erben Traduction Française et Texte Tchèque Český francouzský

Karel Jaromir ERBEN
(1811-1870)

Jan Vilímek Karel Jaromír Erben Kytice Artgitato

Český-Francouzský
Texte Tchèque & Traduction Française

KYTICE

Zemřela matka a do hrobu dána,
 La mère est morte, dans sa tombe on la déposa,
siroty po ní zůstaly ;
restent des orphelins après son séjour sur terre ;
i přicházely každičkého rána
 Ils sont venus chaque matin 
a matičku svou hledaly.
à la recherche de leur mère.

I zželelo se matce milých dítek ;
La mère si affligée pour ses chers garçons 
duše její se vrátila
que son âme s’est retournée
a vtělila se v drobnolistý kvítek,
   et s’est réincarnée en fleur,
jímž mohylu svou pokryla.
en recouvrant son monticule de terre.

Poznaly dítky matičku po dechu,
Les enfants reconnurent leur mère et eurent le souffle coupé,
poznaly ji a plesaly ;
ils savaient et ils chantèrent ;
a prostý kvítek, v něm majíc útěchu,
une simple fleur porte en elle tant de consolation
mateří-douškou nazvaly. –
ils l’appelèrent : « l’âme maternelle« .

Mateří-douško vlasti naší milé,
« 
L’âme maternelle« , chère à notre patrie bien-aimée,
  vy prosté naše pověsti !
votre récit simple est le nôtre !
  Natrhal jsem tě na dávné mohyle –
Tirerez-je de cet ancien tumulus
 komu mám tebe přinésti ?
ce que je dois vous apporter ?

Ve skrovnou já tě kytici zavážu,
Un modeste bouquet je vous livre,
ozdobně stužkou ovinu ;
  décoré d’un ruban;
do šírých zemí cestu ti ukážu,
dans ces vastes pays, il vous montre un chemin,
kde příbuznou máš rodinu.
où vous trouverez une famille.

Snad že se najde dcera mateřina,
Vous trouverez peut-être une fille ,
jíž mile dech tvůj zavoní ;
attirée agréablement par votre souffle ;
snad že i najdeš některého syna,
peut-être trouverez-vous un fils,
jenž k tobě srdce nakloní !
qui se penche sur votre cœur!

Traduction française Jacky Lavauzelle
Artgitato