Archives par mot-clé : 1620

La Poésie de Luis de Góngora – La poesía de Luis de Góngora

**********************
LITTERATURE ESPAGNOLE
***********************

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 




Luis de Góngora y Argote
1561-1627

 




Poésie de Luis de Góngora
*****

La poesía de Luis de Góngora


*****

Traduction Jacky Lavauzelle

***

A una Rosa
A une Rose
Soneto-Sonnet

Ayer naciste, y morirás mañana.
Née hier et morte demain.
Para tan breve ser, ¿quién te dio vida ?
Pour être aussi brève, qui t’as donnée la vie?

A una rosa Gongora Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**

¿ Cuál del Ganges marfil, o cuál de Paro
 
Quel est cet ivoire du Gange, ou de Paros
Soneto – Sonet- 1583

¿ Cuál del Ganges marfil, o cuál de Paro
Par quel ivoire du Gange, ou de Paros
blanco mármol, cuál ébano luciente,
le marbre blanc, par quel brillant ébène,


**
Cual parece al romper de la mañana
Elles semblent rompre le matin
Soneto – Sonnet-1582

Cual parece al romper de la mañana
Elles semblent rompre le matin
aljófar blanco sobre frescas rosas,
ces perlières blanches sur les fraîches roses,

**

De Pura honestidad templo sagrado
BELLE IDOLE
Soneto – Sonnet

De pura honestidad templo sagrado,
De pure honnêteté temple sacré,
Cuyo bello cimiento y gentil muro
Avec doux ciment et agréable mur

**

Descaminado, enfermo, péregrino
Epuisé et malade, pèlerin
Soneto – Sonnet – 1594

Descaminado, enfermo, péregrino
Epuisé et malade, pèlerin
en tenebrosa noche, con pie incierto
dans la nuit sombre, incertaine à pied

**
En el cristal de tu divina mano
LE PLUS DOUX DES POISONS

Soneto-Sonnet
1609

En el cristal de tu divina mano  
Dans le cristal de ta divine main
de Amor bebí el dulcísimo veneno,
de l’Amour j’ai bu le plus doux poison,

**
Este, a Pomona cuando ya no sea
Consacré à Pomone, cet édifice

Soneto -Sonnet-1609
LE GRAND PASTEUR DES FLEURS

Este, a Pomona cuando ya no sea,
Consacré à Pomone, cet édifice
edificio al silencio dedicado 
qui n’est pas dédié au silence

Este a Pomona cuando ya no sea Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet**

**

Fábula de Polifemo y Galatea –Fable de Polyphème et Galatée
1612 :
Introduction
Première partie- 1
Seconde partie – 2 

Fábula de Polifemo y Galatea Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**

Grandes, más que elefantes y que abadas
Grands, mais
plus que les éléphants et les abbayes Sonato- Sonnet -1588

Grandes, más que elefantes y que abadas,
Grands, mais plus que les éléphants et les abbayes,
 títulos liberales como rocas,
titres libéraux comme les roches,

Grandes más que elefantes y que abadas Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet**

Hermosas damas, si la pasión ciega
LE TOREADOR ANDALOU
Soneto – Sonnet – 1603

Hermosas damas, si la pasión ciega
Belles dames, si l’aveugle passion
     
no os arma de desdén, no os arma de ira,
Ne vous arme ni de dédain ni de colère,

**

Inscripción para el sepulcro de Dominico Greco
Inscription pour le sépulcre du Greco (Soneto- Sonnet- ~1614)

Esta en forma elegante, oh peregrino,
C’est dans cette forme élégante, Ô pèlerin,
de pórfido luciente dura llave,
brille la clef du dur porphyre,

**


Mariposa no solo no cobarde
Le papillon non seulement n’est pas un lâche
Soneto-Sonnet-1623

Mariposa, no solo no cobarde,
Le papillon non seulement n’est pas un lâche,
 mas temeraria, fatalmente ciega,
mais il est téméraire, fatalement aveugle,

Mariposa no solo no cobarde Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Mientras por competir con tu cabello
Pour rivaliser avec ta chevelure
Soneto- Sonnet-1582

Mientras por competir con tu cabello,
Pour rivaliser avec ta chevelure
oro bruñido al sol relumbra en vano;
Le soleil d’or bruni brille en vain

Mientras por competir con tu cabello Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**

No enfrene tu gallardo pensamiento
Aucun frein à ta gaillarde pensée
Soneto – Sonnet – 1584
LA MER DE LA PEUR

No enfrene tu gallardo pensamiento
Aucun frein à ta gaillarde pensée
 del animoso joven mal logrado
d’une fougueuse jeunesse mal maîtrisée

No enfrene tu gallardo pensamiento Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Oh marinero, tú que, cortesano
Ô Matelot, toi qui, courtisan
Soneto – Sonnet -1609
LA SECONDE MER NAPOLITAINE

Oh marinero, tú que, cortesano,
Ô Matelot, toi qui, courtisan,
al palacio le fías tus entenas,
au palais ta voile tu négocies,

Oh marinero Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet Oh marinero tú que cortesano

**
Peinaba al sol Belisa sus cabellos
Bélise peignait
ses cheveux au soleil
Soneto-Sonnet-1620

Peinaba al sol Belisa sus Cabellos
Bélise peignait ses cheveux au soleil
con peine de marfil, con mano bella,
avec un peigne en ivoire, de sa belle main,

Peinaba al sol Belisa sus cabellos Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Sacros, altos, dorados capiteles
Sacrés, élévés, chapitaux dorés
Soneto-Sonnet-1589
CE SECOND SALOMON
L’Escurial

Sacros, altos, dorados capiteles,
Sacrés, élévés, chapitaux dorés
que a las nubes borráis sus arreboles,
qu’aux nuages dérobent la lumière,

SACROS ALTOS DORADOS CAPITELES Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet**

¿Son de Tolú, o son de Puerto Rico
Sont-elles de Tolu ou de Porto-Rico
Soneto – Sonnet – 1609

¿Son de Tolú, o son de Puerto Rico 
Sont-elles de Tolu ou de Porto-Rico
ilustre y hermosísima María,
illustre et belle Marie,

Son de Tolú, o son de Puerto Rico Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Tres veces de Aquilón el soplo airado
Trois fois de l’Aquilon le souffle enragé
Soneto – Sonnet – 1585
CENT MILLE COULEURS

Tres veces de Aquilón el soplo airado
Trois fois de l’Aquilon le souffle enragé
del verde honor privó las verdes plantas,
de leur verdure a privé les plantes vertes,

Tres veces de Aquilón 1585 Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

**
Varia imaginación, que en mil intentos
Variante imagination que, par mille tentatives Soneto – Sonnet – 1584

Varia imaginación, que en mil intentos,
Variante imagination que, par mille tentatives,
a pesar, gastas, de tu triste dueño
tu dépenses, malgré ton triste maître

Varia imaginación que en mil intentos Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet



 

 

 

**********************

 

BERNINI ENEA E ANCHISE : Enée, Anchise et Ascagne fuyant Troie – Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascanio

ROME – ROMA
BERNINI ENEA E ANCHISE
Enée et Anchise fuyant Troie
LA VILLA BORGHESE

Armoirie de Rome

 Photos  Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio


LA GALERIE BORGHESE
GALLERIA BORGESE

 BERNINI
LE BERNIN

Gian Lorenzo Bernini
1598-1680

 

BERNINI ENEA E ANCHISE
ENEE et ANCHISE Fuyant Troie
1618-1620
Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascanio

 

Marbre
Marmo statuario 

Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 1

TITE-LIVE
HISTOIRE ROMAINE
Traduction Nisard de 1864
LIVRE I

C’est d’abord un fait assez constant, qu’après la prise de Troie la vengeance des Grecs, s’étant exercée sur le reste du peuple troyen, ne respecta qu’Énée et Anténor, soit que le droit d’une ancienne hospitalité les protégeât, soit que les conseils qu’ils avaient toujours donnés, de rendre Hélène et de faire la paix, engageassent le vainqueur à les épargner.

Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 2

Énée, rejeté de sa patrie par la même catastrophe, mais destiné par le sort à fonder de bien plus grandes choses, arriva d’abord en Macédoine, passa de là en Sicile, d’où, cherchant toujours une patrie, il vint aborder avec sa flotte au rivage de Laurente, appelé aussi du nom de Troie.

Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 3

Lorsqu’il eut appris qu’ils étaient Troyens, que leur chef était Énée, fils d’Anchise et de Vénus, et que, fuyant leur patrie et leurs maisons en cendres, ils cherchaient un asile et un emplacement pour y bâtir une ville, pénétré d’admiration à l’aspect de ce peuple glorieux et de celui qui le conduisait, les voyant d’ailleurs disposés à la guerre comme à la paix, il tendit la main à Énée, pour gage de leur future amitié.

Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 4

Les Aborigènes et les Troyens eurent une guerre commune à soutenir. Turnus, roi des Rutules, à qui Lavinie avait été promise avant l’arrivée d’Énée, indigné de se voir préférer un étranger, avait à la fois déclaré la guerre à Latinus et à Énée.

Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 5

DICTIONNAIRE UNIVERSEL D’HISTOIRE ET DE GEOGRAPHIE BOUILLER (Marie-Nicolas) CHASSANG (Alexis)
1878 – 1
ACESTE
 roi d’Acesta, en Sicile, secourut Priam pendant la guerre de Troie, donna l’hospitalité à Énée, et fit ensevelir Anchise sur le mont Eryx. Virgile l’a célébré dans le Ve chant de l’Énéide.

Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 6

L’ENEIDE
Virgile
SIXIEME LIVRE
Traduction Jean-Nicolas-Marie Deguerle
Delalain, 1825 – 1
Cependant le pieux fils d’Anchise s’avance vers la montagne où réside Apollon, et cherche le réduit solitaire de la redoutable Sibylle ; antre immense, où le dieu de Délos agite l’âme de sa prêtresse d’une sainte fureur, et lui découvre l’avenir. Déjà se déploient aux yeux des Troyens les bois sacrés d’Hécate et ses portiques éclatans d’or. Si l’on en croit la renommée, Dédale, fuyant autrefois les états de Minos, osa se confier sur des ailes rapides à l’océan des airs, vogua par des chemins nouveaux vers les glaces de l’Ourse, et s’arrêta dans sa course éthérée sur les hauteurs de Chalcis.

Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 7

L’ENEIDE
Virgile
SIXIEME LIVRE
Traduction Jean-Nicolas-Marie Deguerle
Delalain, 1825 – 1
C’est là que l’énorme Cerbère fait retentir de son triple aboiement les livides royaumes ; Cerbère, hideux sentinelle, toujours veillant sous sa roche caverneuse. Déjà se dressaient les serpents qui sifflent sur sa tête : mais la prêtresse lui jette une pâte assoupissante, pétrie de pavots et de miel. Le monstre que la faim dévore, ouvrant à la fois ses trois gueules, engloutit la proie qui les tente. Soudain appesanti, son vaste corps chancelle, tombe, et de son immense étendue remplit son repaire immense. Énée franchit le passage dont le gardien sommeille ; et plus prompt que l’éclair, il s’éloigne du fleuve qu’on passe sans retour.

Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 8 Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 9 Enea che fugge dalle fiamme di Troia salvando il padre Anchise e il figlio Ascani Bernini Le Bernin Galerie Borghese artgitato 91

JAUCOURT
L’ENCYCLOPEDIE
1ère édition – 1765 – Tome 11
« 
Bernini (Jean-Laurent, surnommé le Cavalier) né en 1598, mort en 1680, étoit un génie bien rare par ses talens merveilleux dans la Sculpture & l’Architecture. Il a embelli Rome de plusieurs monuments d’architecture qui font l’admiration des connaisseurs ; tels sont le maître autel, le tabernacle, & la chaire de l’église de saint Pierre, la colonade qui environne la place de cette église, les tombeaux d’Urbain VIII. & d’Alexandre VII. la statue équestre de Constantin, la fontaine de la place Navone, &c. tous ces ouvrages ont une élégance, une expression dignes de l’antique. Personne n’a donné à ses figures plus de vie, plus de tendresse, & plus de vérité. Louis XIV. l’appella à Paris en 1665, pour travailler au dessein du Louvre, & le récompensa magnifiquement, quoique les desseins de Claude Perrault aient été préférés aux siens pour la façade de ce bâtiment du côté de saint Germain l’Auxerrois. »

Peinaba al sol Belisa sus Cabellos DE LUIS DE GONGORA Texte et Traduction

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Peinaba al sol Belisa sus Cabellos
1620

Peinaba al sol Belisa sus cabellos Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Peinaba al sol Belisa sus cabellos

Bélise peignait ses cheveux au soleil

Peinaba al sol Belisa sus cabellos
Bélise peignait ses cheveux au soleil
con peine de marfil, con mano bella,
avec un peigne en ivoire, de sa belle main,
mas no se parecía el peine en ella
mais le peigne se voyait moins
como se escurecía el sol en ellos.
que le soleil qui se ternissait en eux.

 **

En cuanto, pues, estuvo sin cogellos,
Comme, ensuite, elle les fit retomber,
 el cristal solo, cuyo margen huella,
le seul cristal, dont les marges laissaient les empreintes,
bebía de una y otra dulce estrella
buvait d’une douce étoile et puis d’autres,
en tinieblas de oro rayos bellos.
en ténèbres d’or, les splendides rayons.

**

Fileno en tanto, no sin armonía, 
Philène pourtant, non sans harmonie,
las horas acusando, así invocaba 
se plaignant des heures,  invoquait
la segunda deidad del tercer cielo:
la seconde divinité du troisième ciel :

**

«Ociosa, Amor, será la dicha mía,
« Amour, la joie serait mienne,
si lo que debo a plumas de tu aljaba
si ce que je dois aux plumes de ton carquois
no lo fomentan plumas de tu vuelo».
n’encourageaient les plumes de ton vol. « 

 

**********
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********

Josef Václav Sládek : Bílá hora -La Montagne Blanche

 Josef Václav Sládek
(1845-1929)

Josef Václav Sládek de Jan Vilimek Bila Hora Artgitato Traduction

Český-Francouzský
Texte Tchèque et Traduction Française
Jacky Lavauzelle – artgitato

Bílá hora
LA MONTAGNE BLANCHE
(Bataille du 8 novembre 1620)

Boj ztracen byl, a na útěku řady,
Le combat était perdu, et l’armée défaite,
– jen tři sta reků stojí u obory.
Seuls trois cents héros résistent acculés.
« Teď vzdejte se! Jsou zbytečné to vzdory! »
«Abandonnez ! Il est inutile de résister ! »
Tři sta jich o zeď opírá se zády.
   Les Trois cents contre le mur restent sourds.
**
Pluk před nimi, pluk za nimi, pluk všady,
Les adversaires en face d’eux, derrière eux, sur les côtés,
– jen v dáli modrají se české hory:
Seulement dans les montagnes bleuâtres tchèques au loin :
ty hnědé chaloupky! – ty bílé dvory! . . .
le chalet brun ! Les fermes blanches! . . .
a jeden nevzdal se z těch u ohrady.
Il n’est plus question désormais d’abandonner.
 **
Zahřměly pušky, – píky měly práci,
Les fusils et les piques s’entrechoquent 
– nad nimi duby třesou se a klátí,
 Les chênes dessus tremblent et se cassent,
ob muže muž se mrtev u zdi kácí,
un homme  sur deux tombe contre la paroi,
ob muže muž tu mrtev zůstal státi!
mais un homme sur deux reste debout contre la paroi !
Král utek’, chlap jen úpěl s hrudou svojí, –
« 
Le roi s’enfuit !«  cria un homme
vlasť ztracena, – však ve svých mrtvých stojí!
la patrie est tombée mais reste debout avec ses héros !