Archives par mot-clé : tchèque

Jaroslav Vrchlicky – AMARUS – Poème Tchèque – báseň – Česká báseň

Česká literatura
LITTERATURE TCHEQUE
Jaroslav Vrchlicky

1853-1912
Jan_Vilímek_-_Jaroslav_Vrchlický

Český-Francouzský
Texte Tchèque et Traduction Française

Traduction Jacky Lavauzelle – artgitato

 

 

Amarus

-Jaroslav Vrchlicky –

Poème – báseň – -Jaroslav Vrchlicky –

Žil v klášteře od dětství; jak tam přišel,
Il vécu au monastère depuis l’enfance ; pourquoi demeurait-il là-bas,
sám nevěděl, že děkoval však hříchu
il ne le savait pas, cependant, comme le péché avait accompagné
  své zrození, tož Amarus jej zvali.
sa naissance, on l’appela Amarus.
 Byl velký, bledý, stále zamyšlený;
Il était grand, pâle, toujours pensif ;
zrak k zemi upřen, jakby stále hledal
regardant cette terre, toujours dans la recherche
  cos neznámého. Jednou pravil k bohu,
de l’inconnu. Un jour, il dit à Dieu,
když měsíc stříbřil mříže jeho cely:
quand la lune argentait les grilles de sa cellule :
 „Za všecka muka, všecko odříkání,
« Pour toutes mes angoisses, toutes mes peines,
za ztracený svůj život jednu milost
pour cette vie perdue, j’ai un souhait
 si žádám od Tebe, rci kdy as umru? »
 Peux-tu me dire quand je mourrai ?  »
 A nedomyslil ještě, anděl slétl
Et soudain un ange fondit sur lui
  a v sluch mu šeptal! „Umřeš oné noci,
et lui murmura à l’oreille :  « Tu vas mourir le soir
  kdy zapomeneš v lampu před oltářem
 où tu oublieras dans la lampe en face de l’autel
   naliti olej! » — Prchly dny a leta;
d’y verser de l’huile « – Les jours et les années passèrent ;
 tich, jako vždycky, Amarus žil smutný,
Silencieux, comme toujours, Amarus vécu tristement ,
 vždy v lampu věčnou když přilíval olej,
Toujours remplissant la lampe d’huile,
 děl k sobě: „Rozsvěcuju svoji duši, »
il se dit : « Mon âme ainsi j’allume »
 a bolestně se usmál. Jednou z jara
et douloureusement, il sourit. Une journée printanière
též přišel v lampu doliti zas olej;
il vint à nouveau comme d’habitude remplir d’huile la lampe ;
 chrám šerý byl, u sloupu na klekátku
un jour, à côté d’un pilier, sur le prie-Dieu
pod Panny sochou zřel dva milující.
sous la statue de la Vierge, il aperçu deux amoureux.
Stál za nimi a dech svůj zadržoval.
Il se tint derrière eux et retint son souffle.
 Když domodlili se, po špičkách rychle
Quand ils finirent de prier, rapidement,
 šel za nimi, jej divná jala touha,
Il les suivit, prit d’un étrange désir,
 stál na klášterním hřbitově; pln bezu
jusqu’au cimetière du monastère ; les sureaux épanouis
a střemchy vzduch byl, vůně opojivá
et les lilas remplissaient l’air d’une odeur
 mu vstoupla do hlavy, kdes v keři
qui lui pénétrait la tête, quelque part, dans les buissons
pták zpíval, motýli dva jak dva květy
un oiseau chantait, deux papillons comme deux fleurs
 by na jabloni oživené náhle
semblant sortir soudainement d’un pommier animé
kol něho lítali, šel dál a dále.
et volant autour de lui, sans cesse.
 Na jednom hrobě, který srovnán s drnem
Sur l’une des tombes, où le gazon déborde
pod lesem kvetoucího bezu mizel,
disparaissant sous les arbres fleuris,
 tam seděli ti šťastní: on měl hlavu
les amants s’étaient assis, chanceux : lui, posa sa tête
 na ňadrech jejích, v její černé vlasy
sur sa poitrine, dans ses cheveux noirs
bez střásal těžce porosené květy,
les fleurs alors des arbres tombèrent généreusement,
pták zpíval za nimi a laškující
l’oiseau se mit à chanter pour eux et à jouer
dva motýlové usedli jí v kadeř.
pendant que les deux papillons se posèrent en tumulte.
 Tu Amarus na svoji matku vzpomněl,
Alors Amarus se souvint de sa mère
 jíž nepoznal a jíž měl děkovati
qui le mit au monde pour vivre
za trpký tento život, — a pták zpíval
cette vie amère – un chant d’oiseau
a voněl bez a v trávě hrála rosa;
des herbes qui embaument l’air et la rosée;

 dnes uedolil Amarus lampu věčnou,
Aujourd’hui, Amarus n’a plus rempli la lampe,
 stál ustavičně a pták stále zpíval.
sans interruption, se tenant là, l’oiseau chantait.

 Dne druhého když k hóře přišli bratři,
Dès potron-minet les frères sont venus à la montagne,
 tu našli věčnou lampu shaslou, sirou,
Là, ils trouvèrent une lampe vide, ainsi
 po Amarovi nikde ani stopy;
qu’Amarus sans signe de vie ;
 tam na hřbitově na zapadlém rově
dans ce cimetière obscur
 však ležel mrtev, na hrobě své matky,
gisant sur la tombe de sa mère,
tvář obrácenou v bez a střemchu zkvětlou,
semblant regarder les fleurs des arbres,
tak ležel tam a pták jen nad ním zpíval.
Il était là et l’oiseau, juste au-dessus de lui, chantait encore.

-Jaroslav Vrchlicky –

Josef Karel Burde : UN CARICATURISTE PRECURSEUR DE LA BANDE DESSINEE

Tchéquie – Česká republika
Prague – Praha
ART GRAPHIQUE DE BOHEME
Josef Karel BURDE
(1779–1848)
 Un Caricaturiste précurseur de la Bande Dessinée

Exposition au Palais Salm (Salmovský Palác)
Place de Hradčany
Du 7 avril 2015 au 5 juillet 2015 

En 1796, il fonda la Société des Amis patriotique des Arts
(Privat Gesellschaft patriotischer Kunst-Freunde)
V roce 1796 vznikla Společnost vlasteneckých přátel umění

Josef Karel Burde Dessin 1 Artgitato D'après RaphaelJosef Karel Burde Caricatures 1Josef Karel Burde Dessin 2 Artgitato D'après RaphaelJosef Karel Burde Caricature 1Josef Karel Burde Dessin 3 Artgitato D'après RaphaelJosef Karel Burde Caricatures 2Josef Karel Burde Krajna s venkoskymi chalupani Paysage avec ferme 1835 Artgitato

Josef Karel Burde Dessins Artgitato Boure na pabreziJosef Karel Burde Caricatures 3Josef Karel Burde Dessin 4 Artgitato D'après Raphael

Josef Karel Burde Dessins Artgitato Vlasni Karikaturni podobizna

Josef Karel Burde Paysage CampagnardJosef Karel Burde Dessin 5 Artgitato D'après RaphaelJosef Karel Burde Dessins Artgitato Les Jumeaux Dvojce muzu s pist'alkouJosef Karel Burde Johanna Heinricha RambergaJosef Karel Burde Dessins Artgitato Křiž v lavskýJosef Karel Burde Johanna Heinricha Ramberga Le contrat de mariageJosef Karel Burde Dessins ArtgitatoJosef Karel Burde Dessins Artgitato Portrais 1802Josef Karel Burde Karikatura muzes s copem Homme avec queue de cheval

Josef Karel Burde Krajina s povozem ArtgitatoJosef Karel Burde Personnages ArtgitatoJosef Karel Burde Portrait Artgitato

 

Josef Václav Sládek : Bílá hora -La Montagne Blanche

 Josef Václav Sládek
(1845-1929)

Josef Václav Sládek de Jan Vilimek Bila Hora Artgitato Traduction

Český-Francouzský
Texte Tchèque et Traduction Française
Jacky Lavauzelle – artgitato

Bílá hora
LA MONTAGNE BLANCHE
(Bataille du 8 novembre 1620)

Boj ztracen byl, a na útěku řady,
Le combat était perdu, et l’armée défaite,
– jen tři sta reků stojí u obory.
Seuls trois cents héros résistent acculés.
« Teď vzdejte se! Jsou zbytečné to vzdory! »
«Abandonnez ! Il est inutile de résister ! »
Tři sta jich o zeď opírá se zády.
   Les Trois cents contre le mur restent sourds.
**
Pluk před nimi, pluk za nimi, pluk všady,
Les adversaires en face d’eux, derrière eux, sur les côtés,
– jen v dáli modrají se české hory:
Seulement dans les montagnes bleuâtres tchèques au loin :
ty hnědé chaloupky! – ty bílé dvory! . . .
le chalet brun ! Les fermes blanches! . . .
a jeden nevzdal se z těch u ohrady.
Il n’est plus question désormais d’abandonner.
 **
Zahřměly pušky, – píky měly práci,
Les fusils et les piques s’entrechoquent 
– nad nimi duby třesou se a klátí,
 Les chênes dessus tremblent et se cassent,
ob muže muž se mrtev u zdi kácí,
un homme  sur deux tombe contre la paroi,
ob muže muž tu mrtev zůstal státi!
mais un homme sur deux reste debout contre la paroi !
Král utek’, chlap jen úpěl s hrudou svojí, –
« 
Le roi s’enfuit !«  cria un homme
vlasť ztracena, – však ve svých mrtvých stojí!
la patrie est tombée mais reste debout avec ses héros !

Otokar Březina : Jarní noc – Nuit printanière (trad. française)

Otokar Březina
(1868-1929)

Brezina otokar Jarni Noc Poète écrivain Tchèque Artgitato Traduction Otokar Brezina

Český-Francouzský
Texte Tchèque et Traduction Française
Jacky Lavauzelle – artgitato

 

Jarní noc

Nuit Printanière

Traduction Jacky Lavauzelle

Noc tiše zpívala, šum prvních zelení a jarních vod
Le chant de la nuit, doucement ; le premier bruit ; le bruissement des eaux vertes du printemps
byl její melancholické písně doprovod; 
s’écoulait sur ce chant mélodieux ;
ve výši hvězdy, světelné kalichy nesmírné,
Là-haut, les étoiles dans d’infinies coupes de lumière,
  dýchaly těžkou vůni nadzemských vegetací;
respiraient les lourdes fragrances de la végétation céleste ;
a ruce bratří mých, jak při smrti na prsou zkřížené,
Et ici les mains de mes frères, comme crucifiées sur leur poitrine,
ležely tiché a zklamané a jako kámen ztížené,
silencieuses, meurtries, inertes comme une pierre,
zlomeny prací.
brisés par le travail.

Však jejich ruce duchové k hvězdám se rozepjaly,
Mais leurs mains spirituelles reliaient les étoiles,
miliony duší na zemi a ve všech světech objaly
embrassant des millions d’âmes dans l’étendue du monde
a dlouhý oddech radostných procitnutí,
un réveil joyeux les attendait,
sváteční vření věčného města,
une fête solennelle dans la Ville Eternelle,
duchových křídel šumění, hra větrů v mystickém osení,
le bruissement des ailes de l’Esprit, le vent serpentant les plants mystiques
orchestrů neviditelných zapění
Des airs d’orchestres évanescents
zdvíhlo se v taktu jejích tajuplného gesta
suivaient les courbes célestes de leurs gestes mystérieux

Adolf Heyduk Mélodies Tsiganes -Cigánské melodie -Traductions & Poèmes

Adolf Heyduk
(1835-1923)
Cigánské melodie
Mélodies Tsiganes

Adolf Heyduk Artgitato Mélodie Tsiganes Cigánské melodie Český-Francouzský
Texte Tchèque & Traduction Française

Široké rukávy a široké gatě

Široké rukávy a široké gatě
Manches larges et larges culottes
volnější cigánu nežli dolman v zlatě.
des tsiganes sont plus libres que des tenues d’or.
Dolman a to zlato bujná prsa svírá;
 Des tenues d’or qui étreindraient ces poitrines fougueuses
pod ním volná píseň násilně umírá.
Des tenues qui consumeraient la chanson violemment.
A kdo raduješ se, tvá kdy píseň v květě,
Tu es heureux lorsque la chanson se transforme en bouquet,
přej si, aby zašlo zlato v celém světě!
En espérant que l’or disparaisse du monde!
*******

Dejte klec jestřábu ze zlata ryzého

Dejte klec jestřábu ze zlata ryzého;
Donnez au faucon une cage d’or,
nezmění on za ni hnízda trněného.
il ne la changera pas contre un nid d’épines.
Komoni bujnému, jenž se pustou žene,
Sur un cheval débridé au milieu des troupeaux,
zřídka kdy připnete uzdy a třemene.
sans toucher ni aux rênes ni aux brides.
A tak i cigánu příroda cos dala:
En effet, la nature a donné au tsigane cette chose singulière :
k volnosti ho věčným poutem, k volnosti ho upoutala.
la liberté de ce lien éternel, cette liberté d’être libre.

************

 Má píseň zas mi láskou zní

Má píseň zas mi láskou zní,
Dans tout le pays, s’exprime à nouveau mon amour,
když starý den umirá,
quand la journée s’achève,
a chudý mech kdy na šat svůj
et quand la pauvre mousse sur sa robe
si tajně perle sbíra.
collecte secrètement des perles.

*

Má píseň v kraj tak toužně zní,
Mon chant est plein mon pays,
když svetem noha bloudí;
Quand sur monde erre mon être ;
jen rodné pusty dálinou
Trop loin de mes natives plaines
zpěv volně z ňader proudí.
le chant librement coule dans mes veines.

*

Má píseň hlučně láskou zní,
Ma chanson se remplit des sons forts de l’amour,
když bouře běží plání;
quand la tempête caresse la plaine ;
když těším se, že bídy prost
Je suis impatient de voir cette misère
dlí bratr v umírání.
quitter mon frère mourant.

******

život – Vie
(Parnasie)

Náš život od prvního vzlyku
Notre vie depuis le premier sanglot
až k hrobu jest jen náhod slet  ;
jusqu’à la tombe est un festival de coïncidences;
špet’ radostnych v něm okamžiků
des moments de joie sommeillent en son sein
a žalu, strasti za sto let.
et des malheurs, des chagrins pour une centaine d’années.

**************************
TRADUCTION Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************************

český básník

 

DCEŘINA KLETBA – La fille maudite – Karel Jaromir ERBEN

Karel Erben
Karel Erben práce

Traduction – Texte Bilingue

LITTERATURE TCHEQUE
POESIE Tchèque

Česká literatura
Česká poezie

 Karel Jaromir ERBEN
(1811-1870)

Jan Vilímek Karel Jaromír Erben DCERINA KLETBA Artgitato La fIlle Maudite

Český-Francouzský
Texte Tchèque & Traduction Française

DCEŘINA KLETBA
LA FILLE MAUDITE
(Extrait de Kytice)

Traduction Jacky Lavauzelle

Což jsi se tak zasmušila,
Pourquoi es tu si triste,
dcero má?
ma fille ?
což jsi se tak zasmušila?
pourquoi es tu si triste ?
Vesela jsi jindy byla,
Ainsi tu n’as jamais été,
nyní přestal tobě smích!
maintenant ton rire s’est envolé !

*

„Zabila jsem holoubátko,
« J’ai tué le pigeon,
matko má!
ma mère !
zabila jsem holoubátko —
j’ai tué le pigeon
opuštěné jediňátko —
je l’ai abandonné
bílé bylo jako sníh!“
il était blanc comme neige ! « 
*

Holoubátko to nebylo,
Ce n’était pas un pigeon,
dcero má!
ma fille !
holoubátko to nebylo —
ce n’était pas un pigeon,
líčko se ti proměnilo,
tes joues sont métamorphosées,
a potrhán je tvůj zhled!
Ravagées, elles sont devenues !

*

„Oh! zabila jsem děťátko,
«Oh! J’ai tué le bébé,
matko má!
ma mère!
oh! zabila jsem děťátko,
oh! J’ai tué le bébé,
své ubohé zrozeňátko —
mon pauvre enfant
žalostí bych pošla hned!“
le chagrin est là maintenant! « 

*

A co míníš učiniti,
Et que vas tu faire,
dcero má?
ma fille ?
a co míníš učiniti?
et que vas tu faire?
kterak vinu napraviti
comment laver cette culpabilité
a smířiti boží hněv?
et ménager la colère divine ?

*

„Půjdu hledat květu toho,
«Je vais chercher cette fleur,
matko má!
ma mère !
půjdu hledat květu toho,
Je vais chercher cette fleur,
kterýž snímá viny mnoho
qui ôte royalement la culpabilité
a zbouřenou chladí krev.“
et refroidit le sang. « 

*

A kde najdeš toho květu,
Et où trouveras-tu la fleur,
dcero má?
ma fille ?
a kde najdeš toho květu
et où trouveras-tu la fleur,
po všem široširém světu?
dans l’infinité du monde entier ?
v které roste zahrádce?
dans quel jardin pousse t-elle ?

*

„Tam za branou nad vršíkem,
« A côté de la porte, sur un monticule,
matko má!
ma mère !
tam za branou nad vršíkem,
à côté de la porte, sur un monticule,
na tom sloupu se hřebíkem,
 sur le mât avec un clou,
na konopné oprátce!“
sur la corde de chanvre ! « 

*

A co vzkážeš hochu tomu,
Et que vas-tu donner à ce garçon,
dcero má,
ma fille,
a co vzkážeš hochu tomu,
et que vas-tu donner à ce garçon,
jenž chodíval k nám do domu
qui est venu dans notre maison
a s tebou se těšíval?
et a trouvé son bonheur ?

*

„Vzkazuji mu požehnání,
« Il a ma bénédiction,
matko má !
ma mère !
vzkazuji mu požehnání —
il a ma bénédiction,
červa v duši do skonání,
un ver dans son âme jusqu’à la fin,
že ml zrádně mluvíval!
pour le punir de sa traitrise !

*

A co necháš svojí matce,
Et que laisses-tu à ta mère,
dcero má?
ma fille ?
a co necháš svojí matce,
et que laisses-tu à ta mère,
jež tě milovala sladce
qui t’aimait doucement
a draze tě chovala ?
et t’a soignée tendrement ?

„Kletbu zůstavuji tobě,
«Je te laisse la malédiction,
matko má!
ma mère !
kletbu zůstavuji tobě,
je te laisse la malédiction,
bys nenašla místa v hrobě,
tu ne trouveras pas la paix dans la tombe,
žes mi zvůli dávala!“
pour ce cœur que tu m’as donnée ! « 

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
Karel Erben
český básník

Poésie Tchèque : KYTICE Karel Poème de Jaromir Erben ERBEN

*
Poésie TchèquePoésie Tchèque : KYTICE Karel Poème de Jaromir Erben ERBEN - JACKY LAVAUZELLE




 

Traduction Jacky Lavauzelle

*
Karel Jaromir Erben
1811-1870


****
KYTICE 
***

**

 

Poésie Tchèque : KYTICE Karel Poème de Jaromir Erben ERBEN Jan Vilímek Karel Jaromír Erben Kytice Artgitato

Český-Francouzský
Texte Tchèque & Traduction Française

******************

Zemřela matka a do hrobu dána,
 La mère est morte ; dans sa tombe on la déposa –
siroty po ní zůstaly ;
Restent des orphelins après son séjour sur terre ;
i přicházely každičkého rána
 Ils sont venus chaque matin 
a matičku svou hledaly.
A la recherche de leur mère.

I zželelo se matce milých dítek ;
La mère si affligée pour ses chers garçons 
duše její se vrátila
Que son âme s’est retournée
a vtělila se v drobnolistý kvítek,
Et s’est réincarnée en fleur,
jímž mohylu svou pokryla.
En recouvrant son monticule de terre.

Poznaly dítky matičku po dechu,
Les enfants reconnurent leur mère et eurent le souffle coupé,
poznaly ji a plesaly ;
Ils savaient et ils chantèrent ;
a prostý kvítek, v něm majíc útěchu,
Une simple fleur porte en elle tant de consolation
mateří-douškou nazvaly. –
Ils l’appelèrent : « l’âme maternelle« .

Mateří-douško vlasti naší milé,
« 
L’âme maternelle« , chère à notre patrie bien-aimée,
  vy prosté naše pověsti !
Votre récit simple est le nôtre !
  Natrhal jsem tě na dávné mohyle –
Tirerez-je de cet ancien tumulus
 komu mám tebe přinésti ?
Ce
que je dois vous apporter ?

Ve skrovnou já tě kytici zavážu,
Un modeste bouquet je vous livre,
ozdobně stužkou ovinu ;
Décoré d’un ruban;
do šírých zemí cestu ti ukážu,
Dans ces vastes pays, il vous montre un chemin,
kde příbuznou máš rodinu.
Où vous trouverez une famille.

Snad že se najde dcera mateřina,
Vous trouverez peut-être une fille ,
jíž mile dech tvůj zavoní ;
Attirée agréablement par votre souffle ;
snad že i najdeš některého syna,
Peut-être trouverez-vous un fils,
jenž k tobě srdce nakloní !
Qui se penche sur votre cœur!

***********************

Traduction française Jacky Lavauzelle
Artgitato

****************************

« Dissiper la nuit qui enveloppait le sort des paysans
et des classes asservies »

Après s’être prodigué durant plus de cinquante ans au service de l’histoire, Palacky tâcha d’en dégager la vérité pour la faire pénétrer dans l’âme du peuple, qui avait besoin d’un tel appui moral dans la lutte engagée pour reconquérir son autonomie d’autrefois. Le vrai but que Palacky poursuivit en écrivant son histoire fut de donner aux aspirations nationales une base solide : le droit historique.

Les historiens tchèques venus après lui, Tomek, Gindelly, Erben, Emler, Kalousek, Goll, s’attachèrent à faire mieux connaître, d’une part, les institutions urbaines et les tendances de la bourgeoisie, — telle fut l’œuvre de Celakovsky, qui écrivit le Corpus juris municipalis regni bohemiæ, de Winter, etc., — et d’autre part, ils s’efforcèrent de dissiper la nuit qui enveloppait le sort des paysans et des classes asservies. Parmi ces derniers historiens prennent rang Kalousek et Pekar. Palacky, ayant été nommé historiographe par les Etats, donna une place peut-être trop large, dans son histoire, aux classes privilégiées, laissant dans L’ombre la bourgeoisie et les ruraux.

François Palacky, historien de la Bohême (1798-1876)
Henri Hantich
Revue des Deux Mondes
Tome 10, 1912

*
Poésie TchèquePoésie Tchèque : KYTICE Karel Poème de Jaromir Erben ERBEN - JACKY LAVAUZELLE

 

HOLOUBEK (Karel Jaromir Erben) Traduction française et texte tchèque

Karel Jaromir ERBEN
(1811-1870)

Jan Vilímek Karel Jaromír Erben Artgitato Holoubek Traduction


Holoubek
La Colombe sauvage
(Titre anglais The Wild Dove)
(Titre allemand Die Waldtaube)
Ballade extraite de KYTICE
Texte Tchèque & Traduction Française

[Cette ballade de Erben a inspiré Antonín Dvořák
La Colombe (Holoubek), B. 198 (op. 110)]

Okolo hřbitova
Autour du cimetière
cesta úvozová;
un chemin encaissé
šla tudy, plakala
marchant par ici, pleure
mladá, hezká vdova.
une jeune et jolie veuve.

Plakala, želela
Elle pleure, elle le regrette
 pro svého manžela :
pour ce mari défunt :
neb tudy naposled
Mais ainsi, une dernière fois
jej doprovázela. –
Il l’accompagne.

Od bílého dvora
Du grand hall blanc
po zelené louce
Après la verte prairie
jede pěkný panic,
vient un jeune noble,
péro na klobouce.
une plume au chapeau.

„Neplač, nenaříkej,
«Ne pleure pas, te dis-je,
mladá, hezká vdovo,
jeune et jolie veuve,
škoda by tvých očí,
Cela va gâcher la beauté de tes yeux,
slyš rozumné slovo.
Écoute cette juste parole.

Neplač, nenaříkej,
Ne pleure pas, te dis-je,
mlada, hezká růže,
jeunes et jolies roses,
a když muž ti umřel,
quand le mari est mort,
vezmi mne za muže.“ –
il te faut en choisir un autre« .

Jeden den plakala,
Le premier jour, elle a pleuré,
druhý ticho minul,
le second, dans le silence c’est passé,
třetího žel její
au troisième, malheureusement, 
pomalu zahynul.
la douleur se meurt lentement.

V témž dni umrlého
Ce jour, un homme trépasse
z mysli vypustila :
à son comble est la peine
než měsíc uplynul,
un mois passe
k svatbě šaty šila.
avant que la robe de mariée ne revienne.

Okolo hřbitova
Autour du cimetière, par là
veselejší cesta :
  le chemin joyeux :
jedou tudy, jedou
conduit par ci, conduit par là
ženich a nevěsta.
le marié et la mariée heureux.

Byla svatba, byla
C’était le mariage, il était
hlučná a veselá :
bruyant et gai :
nevěsta v objetí
étreinte la  mariée
nového manžela
par ce nouveau marié.

Byla svatba, byla,
C’était le mariage, il était,
hudba pěkně hrála :
avec une musique parfaite
 on ji k sobě vinul,
Dans les bras de son nouveau mari
ona jen se smála.
Elle a juste ri.

Směj se, směj, nevěsto,
Ris, ris, jeune mariée ;
pěkně ti to sluší :
Si cela te convient ainsi:
nebožtík pod zemí,
Le souterrain défunt,
ten má hluché uši !
a des oreilles de sourds !

Objímej milého,
Câline ta bien-aimée,
netřeba se báti :
Nul besoin de craindre :
rakev dosti těsná –
Le cercueil est assez serré
ten se neobrátí !
Il ne va pas  sortir !
Líbej si je, líbej,
Embrasse-le, baise-le,
ty žádané líce :
sur ces joues qui attendent :
komus namíchala,
ceux qui ont concocté cette potion,
neobživne více !
ne reviendront plus à la vie !

************************************

Běží časy, běží,
La marche du temps s’affole,
všecko s sebou mění:
tout change avec elle:
co nebylo, přijde
Ce qui n’était pas, advient
co bývalo, není. 
Ce qui était jadis n’est plus.

Běží časy, běží,
La marche du temps s’affole
rok jako hodina :
les années sont comme les heures:
jedno však nemizí :
une seule chose ne change pas :
pevnět’ stojí vina.
la culpabilité reste là fermement.

Tři roky minuly,
Trois années ont passé,
co nebožtík leží ;
Depuis la mort du mari :
na jeho pahorku
sur la colline
tráva roste svěží.
l’herbe pousse luxuriante

Na pahorku tráva,
Sur l’herbe de la colline,
u hlavy mu doubek,
A sa tête un jeune chêne,
na doubku sedává
sur ce jeune chêne s’est posée
běloučký holoubek.
une blanche colombe immaculée.

Sedává, sedává,
Il est assis, il est posé,
přežalostně vrká :
plaintivement il roucoule :
každý, kdo uslyší,
Quiconque entend cette écorchure
srdce jemu puká.
crève-cœur pour son âme.

Nepuká tak jiným
Un cœur plus sensible que les autres
jako jedné ženě :
comme celui de cette femme :
z hlavy si rve vlasy,
elle s’arrache les cheveux de sa tête,
volá uděšeně :
dans un appel terrifié:

„Nehoukej, nevolej,
« Ne me grondez pas, ne appelez pas,
nehuč mi tak v uši :
que par mes oreilles ;
tvá píseň ukrutná
votre chanson cruelle
probodá mi duši!
ne perce mon âme!

Nehoukej, nežaluj,
Ne me grondez pas , ne m’accusez pas,
hlava se mi točí ;
la tête me tourne ;
aneb mi zahoukej,
à tant me crier dessus,
a se mi rozskočí !“ –
qu’elle peut exploser ! »

Teče voda, teče,
L’eau coule, coule,
vlna vlnu stíhá
à l’onde succède l’onde
a mezi vlnami
et entre les vagues
bílý šat se míhá.
une robe blanche apparaît.

Tu vyplývá noha,
Là flottent maintenant les pieds,
tam zas ruka bledá :
Là encore, une main pâle :
žena nešťastnice
femme malheureuse
hrobu sobě hledá !
à la recherche de sa tombe !

Vytáhli ji na břeh,
Ils l’ont traînée à terre,
zahrabali skrytě,
enterrée secrètement,
kde cesty pěšiny
où les chemins
křižují se v žitě.
se croisent dans le seigle.

Nižádného hrobu
Elle n’a pas de tombe
jí býti nemělo :
comme cela devrait être :
jen kámen veliký
seulement une grosse pierre
tlači její tělo
 presse encore son corps

Však nelze kamenu
Cependant, la pierre ne peut
tak těžko ležeti,
continuellement mentir,
jako jí na jménu
sur son nom
spočívá prokletí !
repose la malédiction!

Traduction Jacky Lavauzelle
Artgitato

———————
VOCABULAIRE

1ère strophe

Okolo : environ – hrbitov : cimetière
plakat : pleurer
šlapat : marcher – úvoz : chemin encaissé
cesta : chemin, la voie
Tudy : par ici/par là

2ème strophe

doprovázet : accompagner /suivre /escorter
želet : regretter.

3ème strophe

bílého : blanc
dvorana : le hall, le vestibule
lučina : prairie
panic : un garçon, un puceau, un jeune noble

4ème strophe

nenaříkej : nena (peu-pas) et říkat (dire)
hejký : joli /beau /gentil

5ème strophe

umřit : mourir

8ème strophe

veselý : joyeux

Autres strophes
doubek : jeune chêne, chêneau
běloučký : tout blanc
houkat : gronder nehoukat : ne pas gronder
volat : appeler  nevolat : ne pas appeler
žaluj – žalovat : se plaindre, attaquer en justice
žalovatelný : accusable, incriminable
rozskoč : crever /éclater
však : cependant
nelze /lze : on ne peut pas, n’est pas possible/on peut, possible

DALIBOR de Smetana – Intégrale Acte I -Tchèque-Français

  – OPERA –
Česká opera
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO

 Bedřich Smetana
DALIBOR
(FrançaisTchèque)
překlad – Traduction
Francouzštinačeština

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

DĚJSTVÍ PRVNÍ
ACTE I
 (Hradní dvůr obsazený stráží. V pozadí královský trůn, ohrazený zábradlim, vedle po obou stranách sedadla. Před zábradlím lid, mezi ním Jitka)
(La cour du château est occupé par des gardes. Au fond, le trône royal, clôturé par une balustrade de chaque côté. La foule se presse, nous y retrouvons Jitka)
1- Výstup
Scène 1
(Lid- Jitka- Le Peuple & Jitka)
LID – Le Peuple
Dnes ortel bude provolán
Aujourd’hui, le verdict sera proclammé
a právu viník v oběť dán !
Et le coupable sera sacrifié !
Dalibor! Dalibor!
Dalidor ! Dalidor !
Však nechal se i prohřešil.
Cependant, s’il a péché
udatný, slavný rek to byl.
Il fut ce vaillant héros célèbre
Dalibor! Dalibor!
Dalidor ! Dalidor !
JITKA

(jež stála zamyšlená o samotě)
(Seule, elle reste pensive)
Opuštěného sirotka malého
Petite orpheline, abandonée
našel ve troskách starobylých sten.
Il m’a trouvée dans de vieilles ruines
ujal se mne a pod ochranou jeho
Il m’a prise sous sa protection
jsem vstoupila v života krásný sen.
J’ai connu alors une vie merveilleuse.
On chtěl mi v pout’ života chotě dáti,
Il voulait me trouver un mari
jenž nejdražším byl duši pokladem,
Qui était mon trésor le plus précieux
mela jsem štěstí nejvyššího znáti
J’ai eu la chance de connaître le bonheur
ve vlastním dome s drahým manželem.
Dans ma maison avec mon bien aimé.


A ted’- ó běda mi –

Et désormais – Oh, quel malheur ! –
v nepřátel padne moc,
L’ennemi s’empare de lui
snad časně – běda mi –
Peut-être bientôt – Quel malheur-
jej pojme hrobu noc.
La nuit sera son tombeau.

LID – Le Peuple
Dnes ortel bude provolán
Aujourd’hui, le verdict sera proclammé
a právu viník v oběť dán !
Et le coupable sera sacrifié !
Dalibor! Dalibor!
Dalidor ! Dalidor !
JITKA
Však ne! Ze žaláře
Mais non ! De la prison
pokyne záře!
Un espoir scintille
Tož pádím na peruti větrové dál.
Au galop sur les ailes du vent !
A v hrobu noc temnou
Jusque dans la nuit noire de sa tombe
jdou druhové se mnou
Ses amis avec moi
a osvobodíme jej z hrobových skal !
Nous le libérerons de ses entraves !
(Trubky zazní za jevištěm ; ohlašují příchod krále a soudců.)
 
2- Výstup
Scène 2
 
(Stráže pořádají lid. Král vystoupí na trůn.Soudcové zasednou po obou stranách)
(Les gardes retiennent les gens. Le roi arrive sur son trône. Les juges s’assoient de chaque côté)
VLADISLAV
Již víte, jak to krásné království
Vous savez , combien ce beau royaume
divokých vášní obětí se stalo,
Souffre des déchaînements des passions,
a víte též, jak dlouho Dalibor
Et vous savez, que les actions de Dalidor
svévolně ruší mír, který jsem hledal,
ont perturbé la paix que je cherche constamment,
a novým zločinem se provinil.
Avec ce crime odieux dont il s’est rendu coupable.
Hrad Ploskovice přepad’ s vojsky svými,
Avec sa troupe, il a attaqué le château de Ploskovice,
pobořil hradby i purkrabího zabil.
Détruit la muraille, tué le burgrave.
Však konečně pokořila vojska,
Mais finalement, les renforts arrivèrent,
která jsem vyslal, Miladou pobádán,
Que j’envoyais à l’appel de Milada,
padlého sestrou. Až tu Dalibor
la sœur du défunt. Alors, Dalidor
po strašné, krvavé se bitvě poddal.
Après une horrible et sanglante bataille s’est rendu.
Je v moci mé. nad ním rozsoudí král!
Il est en mon pouvoir. Il attend le jugement royal !
By ale soud váš moh’ být spravedlivý,
Mais, afin d’être le plus juste possible,
před Daliborem slyšte Miladu!
Avant Dalidoir, écoutez Milada !
3- Výstup
Scène 3

(předešlí – Milada)
(Les précédents et Milada)
VLADISLAV
Již uchopte se slova
Prenez donc la parole
a vypravujte nám :
Et racontez-nous :
zde soudců sbor zasedne,
Les juges sont ici rassemblés,
by dal za právo vám.
Afin de rendre justice.
MILADA
Můj duch se děsí, ňadra má se dmou,
Mon esprit est terrifié, ma poitrine se soulève,
co dím, je pláč nad ztrátou ukrutnou!
Mes premiers mots sont pour cette perte immense !
LID-Le Peuple
Slzami oděla hněv!
Elle pleure des larmes de colère !
JITKA
(pro sebe)
(A lui-même)
Strachem již mi stydne krev!
La peur brise mon cœur !
MILADA
(vzchopivší se vší silou)
 (Rassemblant son courage)
Volám! O mějte smilování !
 Ecoutez ! Je demande miséricorde !
Vyslyšte žalné lkání !
 Ecoutez ma plainte !
Smilování !
 Ayez pitié de moi !
Slitování !
 Ayez pitié !
Pohasnul den a v hrade
Il faisait nuit et le château
vše blažilo se snem.
était endormi profondément.
Netušil nikdo zradu,
Il ne savait pas qu’une trahison
jež bděla pod hradem.
Sourdait à ses pieds.
V tom hromové jsem rány
Alors, des coups de tonnerre
zaslechla z blízkých hor,
Entendus dans les montagnes environnantes,
probudí mne výkřiky ze sna :
Je me réveille en criant :
Dalibor ! Dalibor !
Dalidor ! Dalidor !
A řinčely meče
Les épées s’affrontent

z té krvavé seče
La lutte devient sanglante
i z dáli i blíž.
Ici et ailleurs
V požáru a kouři
Dans le feu et la fumée
zde vojska bouří
Voici que les troupes se fracassent
pod hradbami již.
Déjà sous nos murs.

Bloudím a drahého bratra
Errante à la recherche de mon frère
pod hradem volala jsem,
Pleurant sous les murailles du château
tam v dáli klopýtaje kráčel
Je le vois titubant aux bras
s oddaným panošem.
De son fidèle écuyer.

Z otevřené hrozné rány
Ouvertes sont ses blessures
krev se lila z rudých žil,
Le sang coule de ses veines rougies
otevřel ústa – sklesl –
La bouche ouverte – il tombe –
a duši vypustil.
Rendant son dernier souffle.

Panoš hořekující
Le page consolant
mne odvedl v lesní šum,
M’a conduite au cœur de la forêt,
tajnými cestami
Et par des chemins secrets
jsem ušla nepřátelům.
Je marchais loin des ennemis.

A nyní svou před vámi skláním skráň,
Et maintenant je m’incline devant vous,
o poslední oloupená.  Žaluji naň.
Totalement dépourvue de tout. Voyez
Ont’ zločincem,
Le scélérat
neb jeho mstou nešťastná jsem.
Sa vengeance ne m’a apportée que le malheur.
Dalibor! Dalibor!
Dalidor ! Dalidor !

LID – Le Peuple
Soucit budí tento zjev.
Nous ne pouvons que compatir à sa douleur.
JITKA
(pro sebe)
(à part)
Strachem stydne moje krev.
La peur brise mon cœur !
VLADISLAV
Milado, tešte se! Kdo ranil vás,
Milada, soyez rassurée ! Celui qui vous a blessée,
je vězněm mým. Mé zbrani žehnal Pán
Est mon prisonnier. Mes armes sont bénies
a tím i vám i zemi požehnal.
Et ainsi mon royaume et vous-même.
At’ vstoupí Dalibor sem ku přiznání  !
Que pénètre Dalidor, écoutons sa défense !
MILADA
Mám jej snad zříti ?
Dois-je le contempler ?
Tot’ bratra vrah,
Le bourreau de mon frère,
Jak bouří krev mi
La tempête est dans mes veines
v útrobách !
Dans mes entrailles !
JITKA
(pro sebe)
(à part)
Stůj Bůh nyní při mně!
Que Dieu soit avec moi !
duši mou spas.
Et qu’il sauve mon âme.
Zjeviti nesmím
Je ne peux pas révéler
ňader mých hlas.
Ce que j’ai dans mon cœur.
MILADA
Jak bouří krev mi
La tempête est dans mes veines
v útrobách !
Dans mes entrailles !
Mám jej snad zříti ?
Dois-je le contempler ?
Tot’ bratra vrah.
Le bourreau de mon frère.
4-Výstup
Scène 4
 
(předešlí – Dalidor)
(Les précédents et Dalidor)
(Dalibor vstoupí s lehkými okovy na rukoua postoupí tiše i hrdě před trůn královský)
(Dalidor pénètre dans la pièce. Tranquille et fier, il s’approche du trône royal)
MILADA
(Prekvapena pohledem, v boji zapasicich pocitu)
Jaký to zjev! To netušil můj zrak.
Quel homme ! Mes yeux n’en reviennent pas.
LID -Le Peuple
(mezi sebou)
(entre eux)
Bud’ viny jeho sebevíc,
Malgré l’évidence de sa culpabilité,
jak klidně patří osudu vstříc.
Comme il avance serein devant son destin.
VLADISLAV
Na obžalobu tuto odpověz!
J’attends ta réponse à ton accusation !
Hrad Ploskovice tajně přepadl jsi,
Tu as donné l’assaut sur le château de Ploskovice,
hrad pobořil jsi
Un château que tu as détruit
a purkrabího zabil jsi.
Tu as tué son burgrave.
Omluv se, můžeš-li, před námi hned!
Si tu le peux, devant nous, disculpe-toi !
DALIBOR
Zapírat nechci, nejsem zvyklý lháti.
Je ne nierai rien, je n’ai jamais eu l’habitude de mentir.
Ját’ přísahal jsem pomstu
J’ai juré la vengeance.
a přísahu co rádný muž jsem splnil.
J’ai tenu ma parole comme il se doit chez un homme d’honneur.
Vždy odolal jsem čarozraku žen.
J’ai toujours résisté aux charmes des femmes.
Po příteli můj duch toliko toužil.
Je cherchais une amitié
Mé přání splněno, přátelství sen
Mon souhait fut rempli au-delà des espérances,
jsem snil, u Zdeňka v ňader tůň se hroužil.
 une amitié de rêve, qu’avec Zdenek j’ai trouvée.
Když Zdeněk můj v svatém nadšení
Lorsque Zdenek dans ces moments magiques
zvuk rajský loudil v mysl rozháranou,
Les vibrations de son instrument me rassérénaient,
rozplýval jsem se v sladkém toužení,
Une douce tendresse m’habitait,
povznesen tam, kde hvězdy jasné planou.
 Exalté, je m’élevais jusqu’au firmament.
Však slyš ! Už dávný čas jsem vedl hádku
Ecoutez pourtant ! Il y a longtemps j’ai eu une querelle
s litoměřickou radou zpyšnělou
Avec des conseillers prétentieux
a opět v boj jsem šel, po boku Zdeněk,
Je suis rentré dans ce combat, Zdenek à mes côtés.
můj drahý Zdeněk, nerozdílný druh.Mon cher Zdenek, mon ami inséparable.Boj počal zuřit hněvem. Zdeněk pad’
La lutte s’est engagée férocement. Zdenek qui
v nepřátel moc a vášeň surová
Combattait l’ennemi avec puissance et passion
mu stala hlavu, mne pak v potupu
S’est fait trancher la tête, Et à ma grande tristesse
ji narazila na hradbách na kůl.
Elle s’est retrouvée empalée sur les remparts.
Hrůz obraze,
Quelle affreuse œuvre,
který jsem pníti
J’ai dû endurer
tam musel zříti !
A le voir ainsi !
Tím zděšením
Cette horreur
nevím, zda bdím !
Je ne sais pas, si je suis éveillé !
Marně oko slze volá,
Mes yeux en vain attendent une larme,
by si ulevila ňadra má !
Afin d’apaiser mon âme !
MILADA
(pro sebe)
(à part)
Ta žaloba pronikla ňadra moje!
Ce cri pénètre mon cœur !
DALIBOR
Tu přísahal jsem pomstu, hroznou pomstu!
J’ai juré vengeance ! Une terrible vengeance !
Že Ploskovice Litoměřicům
Parce que Ploskovice, de ces assassins
pomáhaly-polehly popelem.
S’est fait aider – il devait périr dans les cendres.
Pochodeň k hrobu Zdeňka! Purkrabí pak
Le flambeau dans la tombe de Zdenek ! Par la mort
splatil svou krví hlavu Zdeňkovu.
du burgrave, la vengeance a été faite.
VLADISLAV
Zločinem tak pomáhals sobe sám!
Par le crime tu t’es fait justice !
DALIBOR
Muž právo k tomu vzíti si nenechá !
L’homme a le droit de se faire justice !
VLADISLAV
Tys vedl vzpouru proti svému králi !
Tu as dirigé une rébellion contre ton roi !
DALIBOR
Moc proti moci! Tak to káže svět!
La force contre la force ! Ainsi va le monde !
Prohláším sám to, nepadnu-li zde,
Je déclare en ces lieu, que si je sors vivant,
v hrob Zdeňkův, pykat musí Litoměř!
A la mort de Zdenek, suivront d’autres trépas !
A kdybys v tom mi, králi v cestě stál,
Y compris toi, mon roi, si tu te mets sur mon chemin
na trůne bezpečně bys neseděl!
Ton trône lui-même sera en péril !
MILADA
Co dí ?
Que dit-il ?
LID – Le Peuple
Tím slovem na se mec vytasil!
Par ces paroles, il va s’attirer les foudres !
 SOUDCOVÉ – Les Juges
Tys ortel smrti sobe sám prohlásil !
Tout seul, tu te proclames la mort !
DALIBOR
Nicím je mi život,
Ma vie n’est plus rien,
co Zdeněk můj klesl,
Depuis que Zdenek est tombé,
vše jedno, zda zemru
Ce n’est rien, si je meurs
snad zítra či dnes !
Peut-être ce sera demain, peut-être aujourd’hui !
MILADA
Co dí? Co dí?
Que dit-il ? Que dit-il ?
DALIBOR
Až do dna vyčerpán
Jusqu’au fond est épuisée
radosti pohár,
La Coupe de la Joie
tož zahodím od úst
Je jette loin de ma bouche
ten šalebný dar !
Ce présent sans valeur désormais !
JEDEN ZE SOUDCU – Un des Juges
Tak, Dalibore, zni soud jednohlasně :
Ainsi Dalidore, la cour unanime :
V žaláři temném hyn. Až dokonáš !
 Dans un donjon sombre, tu termineras ta vie !
LID – Le Peuple
(mezi sebou)
(entre eux)
Již zříti nemá slunce tvář.
Son visage ne contemplera plus le soleil.
milosti jej se netkla tvář!
Plus de grâce dans son regard !
DALIBOR
Slyšels to příteli, tam v nebes kůru’?
Avez-vous entendu mon ami dans l’écorce du ciel ?
Již chystají mi cestu k tobě zas!
Déjà je passe ma route et j’arrive !
Již cítím povznesen se vzhůru,
Déjà je me sens pousser vers les cieux,
již zřím tě v oblacích, slyším tvůj hlas !
Déjà je pénètre les nuages et j’entends ta voix !
Již piju opet piju strun tvých čarozvuky !
Je me régale déjà du son de tes cordes !
Slavněj než zde zní písen tvoje tam!
Plus célèbre qu’ici tu chantes ta chanson !
LID – Le peuple
Jaký to zjev, jaký to zjev!
Quelle prestance ! Quelle prestance !
DALIBOR
Nuž, ved’te mne v žaláře noc a muky,
Eh bien, mettez-moi en prison, dans la douleur de la nuit,
tou cestou pílím k nebes výšinám!
Ainsi je m’approcherai des cieux !
(Odejde.)
 (Il sort)
LID– Le peuple
Jaký to zjev, jaký to zjev !
Quelle prestance ! Quelle prestance !
Slavný rek, udatný rek to byl !
Ce héros, vaillant homme qu’il était !
5-Výstup
Scène 5
MILADA
(která už se přemoci nemuže, před králem a soudci)
(Elle n’en peut plus, et s’adresse au roi et aux juges)
U svých mne zde vidíte nohou!
Je me jette à vos pieds !
Odpust’te mu tak jako já,
Donnez-lui la grâce que je vous demande,
jen dobré chtít ty oči mohou,
Ces yeux ne peuvent vouloir que du bien,
odpust’te mu, at’ volnost má !
Graciez-le, rendez-lui sa liberté !
SOUDCOVÉ – Les juges
On hrozil krále šedinám,
Il a menacé notre roi
za zločin ten at padne sám!
Par sa vie, il doit payer !
MILADA
U svých mne zde vidíte nohou!
Je me jette à vos pieds !
jen dobré chtít ty oči mohou !
Ces yeux ne peuvent vouloir que du bien !

Odpust’te mu,  at’ volnost má,

Donnez-lui la grâce, donnez-lui la liberté.
Milost, milost, odpust’te mu tak jako já !
Grâce ! Grâce ! Comme je vous la demande !
SOUDCOVÉ – Les Juges
On hrozil krále šedinám,
Il a menacé notre roi,
za zlocin ten at padne sám!
Pour ses crimes, il doit payer !
MILADA
Milost, milost, at volnost má,
Grâce ! Grâce ! Rendez-lui la liberté,
odpustte mu tak jako já !
En pardonnant comme je le  fais moi-même !
VLADISLAV
Porádek, zákon vlásti musí,
L’autorité et la loi doivent régner,
zlorádem zem nejvíce zkusí,
Les abus épuisent le pays,
tož povinnost nám zákonem,
Notre obligation, c’est la loi
bychom preslechli nader hlasy,
La pitié ici n’a pas sa place,
zlocin nesmírí, neuhasí,
Le crime ne sera réparé
jen kdo jej schvátí ortelem.
Que par ce qui sortira du verdict.
(Odstoupí ; za ním soudcove a straže. Lid se rozejde. Jitka zůstane sama s Miladou)
(Il se retire, puis les juges et les gardes. Les gens se dispersent. Seule,  Jitka reste avec Milada)
6-Výstup
Scène 6
 
MILADA
(vzchopivši se opět, aniž by Jitku byla pozorovala)
(Elle reprend, mais ne remarque pas Jitku)
Jaká to bouře ňadra mi plní
Quelle est ce tourment qui m’agite
že krev mi v žilách staví beh !
Et ce sang dans mes veines qui se glace !
On usmrtil, zabil mi bratra,
Il a tué mon frère de ses mains !
a přec mne k němu cosi má.
Mais il y a quelque chose en lui.
Ó nehroz, ó nehroz mi, ó bratře!
Ô ne m’agite plus, ne m’agite plus, Ô frère !
A jen vinou mou
C’est par moi seulement
odňat mi nyní zcela,
Que pour toujours je le perds,
zhynouti má ted’ pro mne jen
A cause de moi, il va périr
v žaláři a v mucírnách tela,
Dans les donjons, le corps torturé,
jen pro mne zhynouti má !
A cause de moi, il va mourir !
JITKA
Tot’ láska ! Láskou rady zvíš,
Tu l’aimes ! Ecoute les conseils de l’Amour,
a vzmuž se, vzmuž se k cinu již !
Reprends-toi, passe à l’action !
MILADA
Neznám te!
Je ne te connais pas !
JITKA
Jindy povím víc!
Une autre fois, je t’en dirai plus !
MILADA
Co žádáš!?
Que voulez-vous ?
JITKA
Skutkem díky řic’!
Par mon action !
Ze žaláře
Sa prison
pokyne záře,
peut s’ouvrir
tož pádím na peruti větrové dál.
Je galope sur les ailes du vent.
MILADA
A z hrobu žaláře
Sa prison sombre
pokyne záře
peut s’ouvrir
tož pádím na peruti větrové dál.
Je galope sur les ailes du vent .
Obě Tous les deux
A v hrobu noc temnou
Une tombe dans la nuit noire
jdou druhové se mnou
Nous descendrons ensemble
a osvobodíme jej z hrobových skal !
Le libérer de son rocher !
Fin du premier acte-
Traduction Argitato

Eva KMENTOVA : LA RESISTANCE A L’OPPRESSION (Femme au soleil – žena na slunci -1958, bronze 2005)






Eva Kmentova (1928-1980)
Femme au soleil
žena na slunci
(1958, bronze 2005)

 Eva Kmentova žena na slunci (1958, bronze 2005) (1)

La Résistance
à
L’Oppression

Dans une cour du Musée Kampa (Museum Kampa, U Sovových mlýnů 2, 118 00 Praha) au milieu d’autres statues, la Femme au soleil d’Eva Kmentova, seule, contre un mur, s’offre à nous.

Il s’agit d’une femme, les proportions sont là. Mais la féminité est peu marquée. Et nous sommes autant dans le corps de l’artiste que dans celui d’une humanité plus générale.

La femme est là, face contre terre. Comme jetée à terre. Presqu’humiliée. L’être est couché, comme soumis, mais tout son effort tend vers le redressement. Se mettre droit. Tenir debout. Ne pas rester dans la situation originelle. S’élever. Ne pas rester coucher. Ne plus rester soumise.

Eva Kmentova žena na slunci (1958, bronze 2005) (2)

Les masses s’équilibrent sur le socle en pierre blanche. Et les membres, la tête et les jambes, se lèvent, se jettent vers le soleil, comme s’il s’agissait de s’arracher de la terre. Ce corps lourd et massif veut partir, s’envoler. Il se tend un peu plus de chaque côté. Quelque chose peut casser à tout instant. Et ce corps qui part, laisse un peu plus la terre pour rejoindre les astres.

Dans cette forme, le corps devient céleste. Il va vers le soleil en devenant lune, croissant de lune. Ce corps en a besoin. Il a soif de cette chaleur. C’est une nécessité vitale pour lui, pour ce corps devenu satellite.

S’il se tend, il se tend comme un arc. Un arc qui enverrait dans le ciel, vers le soleil, ce besoin d’un ailleurs, ce besoin d’espoir, pour vaincre enfin sa peur. Pour laisser son désir s’épanouir.

Cette masse si imposante devient ligne par cette position tendue. La tension ne pourra pas durer éternellement, mais qu’importe, puisque, en existant, elle permet au corps de s’ouvrir, de s’entrouvrir.

Avoir gagné sur le lourd, le pesant, le joug, les interdits, la tyrannie et l’oppression, voilà ce que le corps, et plus que le corps, l’être gagne. C’est dans cette prouesse, simple et banale, mais tellement désagréable de cette tension du cou et de cette inflexion du bassin, que l’être peut se lever enfin et que la vie peut commencer, moins mécanique et plus humaine.

Elle se tend juste avant la cassure qui elle serait définitive. Inconfortable et seule, mais vivante encore et espérant.

Eva Kmentova žena na slunci (1958, bronze 2005) (4)Eva Kmentova, ainsi que son mari Olbram Zoubek, qu’elle a connu à l’Académie des Arts,  faisait partie du groupe Trasa, où figuraient notamment les sœurs Jikta er Květa Válovy. Eva apporta au groupe de cette nouvelle figuration une dimension poétique, plus sensuelle. Elle fut bridée tout au long de sa vie par le système communisme. Comme de nombreux artistes tchèques, elle vécut grâce à des petits boulots comme vendeuse et restauratrice de bijoux.

žena na slunci porte la trace de Fernand Léger. cette sculpture a été réalisée trois ans après la mort de l’artiste français.

« L’art est fait d’oppression, de tragédie, criblées discontinûment par l’irruption d’une joie qui inonde son site, puis repart. » (René Char, Eloge d’une soupçonnée, 1988)

 

Jacky Lavauzelle