Archives par mot-clé : poéme espagnol

LA PASTOURELLE DU PETIT BERGER – POESIE JEAN DE LA CROIX- Un pastorcico solo está penado – JUAN DE LA CRUZ

*

Saint Jean de la Croix Traduction Jacky Lavauzelle
musée diocésain de Valladolid Espagne

****************
LITTERATURE ESPAGNOLE
Literatura española
JEAN DE LA CROIX
Juan de la Cruz
1542 – 1591

*****************

Saint Jean de la Croix Trad Jacky Lavauzelle




Literatura española
Traduction Jacky Lavauzelle
JEAN DE LA CROIX
Juan de la Cruz

*

____________________________________________

LA PASTOURELLE DU PETIT BERGER
Un pastorcico solo está penado

__________________________________________________________________________

Un pastorcico solo está penado,
Un petit berger a de la peine, seul,
ajeno de placer y de contento,
étranger au plaisir et au bonheur,
y en su pastora puesto el pensamiento,
et la pensée toute à sa bergère,
y el pecho del amor muy lastimado.
et le cœur par l’amour si blessé.
*
No llora por haberle amor llagado,
D’être meurtri d’amour, il ne pleure pas,
que no le pena verse así afligido,
être si affligé, ne le peine pas,
 aunque en el corazón está herido;
bien que son cœur soit blessé ;
mas llora por pensar que está olvidado.
mais il pleure à la pensée d’être oublié.
*
Que sólo de pensar que está olvidado
C’est seulement en pensant qu’il est oublié
de su bella pastora, con gran pena
de sa belle bergère, avec grand chagrin,
se deja maltratar en tierra ajena,
qu’il se laisse maltraiter dans une étrangère terre,
el pecho del amor muy lastimado.
le cœur tant blessé par l’amour.
*
Y dice el pastorcito: ¡Ay, desdichado
Et le petit berger dit : Ah ! misérable
de aquel que de mi amor ha hecho ausencia
celui qui a déserté mon amour
y no quiere gozar la mi presencia,
et ne veut pas profiter de ma présence,
y el pecho por su amor muy lastimado!
et de mon cœur par son amour si blessé !
*
Y a cabo de un gran rato se ha encumbrado
Et après un long moment, il s’éleva
sobre un árbol, do abrió sus brazos bellos,
sur un arbre, ouvrit ses beaux bras,
y muerto se ha quedado asido dellos,
et mourut, les bras suspendus,
el pecho del amor muy lastimado
le cœur si blessé par l’amour.

*****************

Literatura española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro

Juan de la Cruz


Saint Jean de la Croix
1542-1591

*****************


SUR
LA PASTOURELLE

La poésie des troubadours est essentiellement lyrique. Écoles de poésie? Le culte de la forme. Le « trobar clus »; admiration de Dante et de Pétrarque pour Arnaut Daniel. La musique des troubadours. Les genres la chanson, le sirventés, la tenson, la pastourelle, l’aube. Autres genres. 

Avec la pastourelle, nous arrivons à un genre qui paraît, au premier abord, être resté plus près de son origine populaire. Voici en quoi il consiste. Le poète, pendant un voyage, rencontre une bergère; elle est jeune, avenante, chante ou tresse des fleurs en gardant son troupeau. Le poète la salue courtoisement, et, après quelques compliments, lui offre son amour. La conversation s’engage et elle se développe suivant la fantaisie du poète. Le début et le dénouement sont seuls conventionnels. Un exemple emprunté à un des plus anciens troubadours, Marcabrun, montrera ce que peut donner ce genre. Le troubadour, à cheval, a rencontré une bergère.

Je pousse mon cheval vers elle

« Que ne puis-je arrêter, la belle,
La bise qui vous échevèle!

Sire, me répond la vilaine,
Si le vent souffle et me hérisse,
Je dois au lait de ma nourrice
De ne point trop m’en mettre en peine.

Sans médire de votre mère,
La belle, il pourrait bien se faire
Que quelque chevalier fût père
D’une aussi courtoise vilaine
Votre regard est un sourire
Plus je vous vois, plus je soupire
Mais vous être trop inhumaine.

Non, non, sire, je suis la fille
De gens dont toute la famille
N’a manié que la faucille
Ou le hoyau, dit la vilaine.

J’en sais un qui vante sa race,
Et qui devrait suivre leur trace
Six jours ou sept dans la semaine.
Fille aussi farouche que belle,
Je sais un peu, quand je m’en mêle,
Apprivoiser une rebelle.
On peut, avec telle vilaine,
Faire amour loyal et sincère,

Et vous m’êtes déjà plus chère
Que la plus noble châtelaine.
Quand un homme a perdu la tète
Est-ce un vain serment qui l’arrête?

Un mot, et votre bouche est prête,
A baiser mes pieds de vilaine.
Mais pensez-vous que je désire
Perdre, pour vous plaire, beau sire,
Ma richesse la plus certaine?

L’auteur de cette traduction remarque que la vilaine, mise ainsi en scène, a « terriblement d’esprit » pour une femme des champs. « Ce n’est pas le long des haies, môme en Gascogne, que fleurit une ironie si légère et si perçante à la fois. » C’est une réflexion qu’on peut faire à propos de la plupart des pastourelles. C’est un genre qui a pu être populaire; mais il a perdu ce caractère de très bonne heure.
Comment d’ailleurs ce genre, s’il avait gardé la simplicité primitive que nous pouvons lui supposer, aurait-il eu des chances de plaire à la société raffinée pour laquelle écrivaient les troubadours? Aussi les bergères qu’ils mettent en scène ressemblent étrangement, du début à la fin de leur littérature, à celle de Marcabrun. C’est leur aïeule. Ce sont en général de vertueuses coquettes. Elles écoutent les compliments, acceptent les galanteries, mais finissent toujours par berner leur interlocuteur. Là encore règne la convention. Le charme de la plupart de ces compositions ne vient pas des tableaux champêtres qu’elles peuvent présenter, ni de la naïveté et de la simplicité des sentiments exprimés; il vient surtout de la forme dialoguée qui a permis aux auteurs de pastourelles de leur donner un tour dramatique. Elles se rapprochent à ce point de vue des débats que sont les tensons.
De la pastourelle on rapproche ordinairement la romance…

Joseph Anglade
Les Troubadours, leurs vies, leurs œuvres, leur influence
Chapitre III
L’Art des Troubadours
Les Genres

*********************

LA PASTOURELLE DU PETIT BERGER
JEAN DE LA CROIX

Saint Jean de la Croix Trad Jacky Lavauzelle

L’Elan Amoureux – JEAN DE LA CROIX – Tras de un amoroso lance – Juan de la Cruz (Otras del mismo a lo divino)

*

Saint Jean de la Croix Traduction Jacky Lavauzelle
musée diocésain de Valladolid Espagne

****************
LITTERATURE ESPAGNOLE
Literatura española
JEAN DE LA CROIX
Juan de la Cruz
1542 – 1591

*****************

Saint Jean de la Croix Trad Jacky Lavauzelle

 




Literatura española
Traduction Jacky Lavauzelle
Juan de la Cruz

Otras del mismo a lo divino

L’ELAN AMOUREUX
Tras de un amoroso lance

Tras de un amoroso lance,
Dans un élan amoureux,
y no de esperanza falto,
non sans espoir,
volé tan alto, tan alto,
j’ai volé si haut, si haut,
que le di a la caza alcance.
que j’ai atteint ce que je pourchassais.
*

Para que yo alcance diese
Pour que je l’atteigne,
a aqueste lance divino,
ce divin élan,
tanto volar me convino
J’ai tant volé
que de vista me perdiese;
que je me suis perdu de vue ;
y, con todo, en este trance
et, par dessus tout, dans cette transe,
en el vuelo quedé falto;
je défaillis sur ce vol ;
mas el amor fue tan alto,
mais l’amour était si haut,
que le di a la caza alcance.
que j’ai atteint ce que je pourchassais.

*
Cuanto más alto subía
Plus haut je montais
deslumbróseme la vista,
plus ma vue en était éblouie,
y la más fuerte conquista
et la plus forte conquête
en oscuro se hacía;
dans l’obscurité c’était faite ;
mas, por ser de amor el lance
mais, l’élan étant d’amour,
di un ciego y oscuro salto,
Je bondis d’un saut aveugle et sombre,
y fui tan alto, tan alto,
et je partis si haut, si haut,
que le di a la caza alcance.
que j’ai atteint ce que je pourchassais.
*
Cuanto más alto llegaba
Plus j’étais dans les hautes sphères
de este lance tan subido,
de cet élan si grandiose,
 tanto más bajo y rendido
à la fois démuni, affligé
 y abatido me hallaba;
et abattu je me trouvais ;
dije: ¡No habrá quien alcance!
je dis :  personne ne pourra l’atteindre !
y abatíme tanto, tanto,
et je m’affligeais tant et tant,
que fui tan alto, tan alto,
que je me projetais si haut, si haut,
que le di a la caza alcance.
que j’ai atteint ce que je pourchassais.
*
Por una extraña manera
D’une manière étrange
mil vuelos pasé de un vuelo,
mille vols devinrent un seul vol,
 porque esperanza del cielo
car l’espoir de ciel
tanto alcanza cuanto espera;
est pour celui qui tant espère ;
esperé solo este lance,
j’ai espéré cet élan,
y en esperar no fui falto,
et je n’ai jamais manqué d’espérance,
pues fui tan alto, tan alto,
je partis si haut, si haut,
que le di a la caza alcance.
que j’ai atteint ce que je pourchassais.

*****************

Literatura española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro

Juan de la Cruz


San Juan de la Cruz- Saint Jean de la Croix
1542-1591

 

*****************

Saint Jean de la Croix Trad Jacky Lavauzelle

 

BELLE IDOLE – Góngora Poemas DE PURA HONESTIDAD TEMPLO SAGRADO

**********************
LITTERATURE ESPAGNOLE
***********************

 

Luis de Góngora Sonnet
Góngora Poemas
***

Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 


 

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets


Poésie de Luis de Góngora
*****

La poesía de Luis de Góngora

De pura honestidad templo sagrado
*****

La poesía de Luis de Góngora

**

De pura honestidad templo sagrado,
De pure honnêteté temple sacré,
Cuyo bello cimiento y gentil muro
Avec doux ciment et agréable mur
De blanco nácar y alabastro duro
De nacre blanc et d’albâtre dur
 Fue por divina mano fabricado;
Par une divine main fabriqué ;

*

Pequeña puerta de coral preciado,
Petite porte de corail précieux,
Claras lumbreras de mirar seguro,
Luminaires clairs pour la sécurité des yeux,
Que a la esmeralda fina el verde puro
Qui à la fine émeraude le pur vert
Habéis para viriles usurpado;
Avez virilement usurpé ;

*

Soberbio techo, cuyas cimbrias de oro
Superbe toit, dont les cintres d’or
Al claro Sol, en cuanto en torno gira,
Au clair Soleil, sur chaque coin
Ornan de luz, coronan de belleza;
S’orne de lumière, couronne de beauté ;

*

Ídolo bello, a quien humilde adoro,
Belle idole, qu’humble j’adore,
Oye piadoso al que por ti suspira,
Entends qui pieusement soupire après toi,
Tus himnos canta, y tus virtudes reza.
Qui chante tes hymnes et qui loue tes vertus.



 

**********************

LE PLUS BEAU GÉNIE
QUE L’ESPAGNE AIT PRODUIT

De manière qu’avec cela et ce que je pouvais avoir grappillé dans les petites commissions dont on avait chargé mon intégrité, je fus en état, en arrivant à Madrid, de me mettre proprement. Ce que je ne manquai pas de faire, quoique les écrivains de notre nation ne se piquent guère de propreté. Je connus bientôt Lope de Vega Carpio, Miguel Cervantès de Saavedra et les autres fameux auteurs ; mais, préférablement à ces grands hommes, je choisis pour mon précepteur un jeune bachelier cordouan, l’incomparable don Luis de Gongora, le plus beau génie que l’Espagne ait jamais produit. Il ne veut pas que ses ouvrages soient imprimés de son vivant ; il se contente de les lire à ses amis. Ce qu’il a de particulier, c’est que la nature l’a doué du rare talent de réussir dans toutes sortes de poésies. Il excelle principalement dans les pièces satiriques. Voilà son fort. Ce n’est pas, comme Lucilius, un fleuve bourbeux qui entraîne avec lui beaucoup de limon ; c’est le Tage qui roule des eaux pures sur un sable d’or.

Alain-René Lesage
Histoire de Gil Blas de Santillane
Chapitre XIII
Éditions Garnier
1920
Tome 2

 

 

PLAZA DE TOROS TOLEDO – F. Garcia Lorca LA COGIDA Y LA MUERTE -LE COUP DE CORNE ET LA MORT- Les arènes de Tolède

ESPAÑA – Espagne
Castille – La Manche — Castilla – La Mancha

LAS ARENAS DE TOLEDO
LES ARENES DE TOLEDE

PLAZA DE TOROS TOLEDO

Tolède les arenes Las Arenas de Toledo Artgitato 4

Poème de Federico García Lorca
Texte espagnol et Traduction française

 LA COGIDA Y LA MUERTE
LE COUP DE CORNE ET LA MORT

A las cinco de la tarde.
Cinq heures de l’après-midi.

Eran las cinco en punto de la tarde.
Il était cinq heures cet après-midi.

Un niño trajo la blanca sábana
Un garçon porte le blanc linceul
a las cinco de la tarde.
à cinq heures de l’après-midi.

 Plaza de Toros Toledo Las Arenas de Toledo Les Arènes de Tolède 2

Una espuerta de cal ya prevenida
Un panier de chaux est arrivé
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

Lo demás era muerte y sólo muerte
Là ne demeurait que la mort et seulement la mort
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

El viento se llevó los algodones
Et le vent emporta les cotons
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

 Tolède les arenes Las Arenas de Toledo Artgitato 6

Y el óxido sembró cristal y níquel
Et l’oxyde ensemença le verre et le nikel
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

Ya luchan la paloma y el leopardo
Déjà aux prises, la colombe et le léopard
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi

Y un muslo con un asta desolada
Et une cuisse avec une corne désolée
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

 Tolède les arenes Las Arenas de Toledo Artgitato 5

Comenzaron los sones del bordón
Le son du glas se fit entendre
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

 Las campanas de arsénico y el humo
Les cloches d’arsenic et la fumée
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

 En las esquinas grupos de silencio
Dans les coins, des groupes silencieux
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

 Tolède les arenes Las Arenas de Toledo Artgitato 1

¡Y el toro, solo corazón arriba!
Et le taureau, seul cœur encore debout !
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

 Cuando el sudor de nieve fue llegando
Quand la sueur froide arriva
a las cinco de la tarde,
à cinq heures cet après-midi.

 cuando la plaza se cubrió de yodo
quand la place se couvrit d’iode
a las cinco de la tarde,
à cinq heures cet après-midi.

Tolède les arenes Las Arenas de Toledo Artgitato 3

 la muerte puso huevos en la herida
La mort pondit ses œufs dans la blessure
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

A las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

A las cinco en punto de la tarde.
A cinq heures de l’après-midi exactement.

 Un ataúd con ruedas es la cama
Un cercueil sur roulettes en guise de lit
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

 Huesos y flautas suenan en su oído
Les os et les flûtes sonnent à  son oreille
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

Plaza de Toros Toledo Las Arenas de Toledo Les Arènes de Tolède 1

El toro ya mugía por su frente
Le taureau beuglait sur son visage

a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

El cuarto se irisaba de agonía
La chambre brillait d’agonie
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

A lo lejos ya viene la gangrena
A la porte frappe la gangrène
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

Trompa de lirio por las verdes ingles
Trompette d’iris pour cette aine verdâtre
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

Tolède les arenes Las Arenas de Toledo Artgitato 2

Las heridas quemaban como soles
Les blessures brûlaient comme des soleils
a las cinco de la tarde,
à cinq heures cet après-midi.

y el gentío rompía las ventanas
et cette foule qui cassait les fenêtres
a las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

A las cinco de la tarde.
à cinq heures cet après-midi.

 ¡Ay qué terribles cinco de la tarde!
Ah ! Qu’elles furent terribles les cinq heures de cet après-midi !
¡Eran las cinco en todos los relojes!
Cinq heures de l’après-midi à toutes les horloges !
¡Eran las cinco en sombra de la tarde!
Cinq heures dans l’ombre du soir !

Traduction Jacky Lavauzelle 

 Plaza de Toros Toledo Las Arenas de Toledo Les Arènes de Tolède 10

PHOTOS ARTGITATO 

Guadalajara Palacio del Infantado -Le Palais de l’Infantado

ESPAGNE ESPAÑA
Provincia de Guadalajara – Province de Guadalajara
(Castille-La Manche —Castilla-La Mancha)
Guadalajara  Palacio del Infantado
LE PALAIS DE L’INFANTADO

Architecte Juan Guas
Palais commandé par Íñigo López de Mendoza (poète)

 & Patio del Palacio del Infantado

Avec un poème du Marquis de Santillane
(Íñigo López de Mendoza 1398-1458 –
Le marquis, poète, s’est retiré à la fin de sa vie dans son Palais de Guadalajara, afin d’y mener une vie de réflexion et de méditation) :
La mozuela de Bores – La Jeune fille de Borès

Guadalajara palacio del infantado 6 Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 4

La mozuela de Bores
La jeune fille de Borès
(poème du Marquis de Santillana 1398-1458)

Mozuela de Bores
Jeune fille de Borès
allá do la Lama
par-delà le Lama
púsom’en amores.
m’a poussé dans l’amour.

Guadalajara palacio del infantado 8 Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 4

Cuidé qu’olvidado
Je me rendis compte
Amor me tenía,
l’Amour m’avait pris,
como quien s’había
comme celui qui avait oublié,
grand tiempo dejado
car depuis longtemps délaissé,
de tales dolores,
de telles douleurs,
que más que la llama
qui, plus que la lame,
queman amadores. 
brûlent les amoureux.

Guadalajara Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 1

Mas vi la fermosa
Mais je l’ai vue, la belle
 de buen continente,
de bonne composition,
la cara placiente,
le visage plaisant,
fresca como rosa,
frais comme une rose,
de tales colores
de telles couleurs
cual nunca vi dama
que personne ne vis, ni dame
nin otra, señores.
ni personne d’autre, messieurs.

Guadalajara palacio del infantado 1 Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 4

Por lo cual: «Señora
Par conséquent, « Madame

-le dije-, en verdad
je l’ai dit, en vérité
la vuestra beldad
votre beauté
saldrá desd’agora
elle fait parler
dentr’estos alcores,
d’entre ces montagnes
pues meresce fama
elle est vraiment fameuse
de grandes loores».
et porte de grands éloges. »

Guadalajara Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 2

Dijo: «Caballero,
Elle a dit : «Monsieur,
tiradvos afuera;
sortez dehors ;
dejad la vaquera
laissez la fermière
pasar al otero;
monter la colline
ca dos labradores
car deux laboureurs
me piden de Frama,
me demandent à Frame,
entrambos pastores».
deux pasteurs « .

Guadalajara palacio del infantado 2 Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 4

«Señora, pastor
« Madame, pasteur
seré si queredes;
je le serai, si vous le souhaitez ;
mandarme podedes,
Demandez-le-moi,
como a servidor;
comme à un serviteur ;
mayores dulzores
Plus grandes seront les douceurs
será a mí la brama
si pour moi j’entends les ordres
que oír ruiseñores».
que d’entendre le rossignol chanter ».

Guadalajara Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 3

Así concluimos
Ainsi nous concluons
el nuestro proceso
notre procès
sin facer exceso,
sans faire d’excès,
e nos avenimos.
et nous nous aimâmes.
E fueron las flores
Et ce furent des fleurs
de cabe Espinama
du côté d’Espinama
los encubridores.
nos nouveaux complices.

Guadalajara palacio del infantado 3 Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 4

Guadalajara Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 4

Guadalajara palacio del infantado 4 Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 4

Guadalajara palacio del infantado 7 Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 4

Guadalajara palacio del infantado 5 Palais de l'Infantado Artgitato Palacio del Infantado 4

Photos ARTGITATO
Traduction Jacky Lavauzelle