Archives par mot-clé : Joaquín Sorolla y Bastida

LA CRUAUTÉ DE L’AMOUR -Poème de FERNANDO DE HERRERA – Después que en mí tentaron su crudeza

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fernando_de_Herrera_el_Divino.jpg.
FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Joaquín Sorolla
Joaquín Sorolla y Bastida
Académie d’homme, musée des beaux-arts de Valence, Espagne

1887
Academia de los Hombres, Museo de Bellas Artes de Valencia, España

*******************
LA CRUAUTÉ DE L’AMOUR
Después que en mí tentaron su crudeza


***************************

Después que en mí tentaron su crudeza
Après qu’en moi j’ai subi la cruauté
de Amor y vos las flechas y los ojos,
 de l’Amour et ses flèches et ses yeux,
di honra al uno, al otro los despojos,
j’ai supporté vaillamment et les uns et les autres,
y sufrí saña de ambos y aspereza.
 et j’ai souffert leur fureur et leur dureté.

El fuego que encendió vuestra belleza
 Le feu qu’alluma ta beauté
hizo dulces y alegres mis enojos,
 a rendu mon chagrin doux et joyeux,
y suave entre espinas y entre abrojos
 et douce entre les épines et entre les ronces
 el dolor que causaba mi tristeza.
la douleur engendrée par ma tristesse.

Tuve esperanza incierta de mi ufana
J’avais un espoir incertain de mon orgueilleuse
muerte, viendo el valor de mi tormento;
mort, voyant la valeur de mon tourment ;
 y confié este error de mi osadía.
et cette erreur provenait de mon audace.

Mas ¡ay! que tanta gloria suerte humana
 Mais ô quelle chance, la chance humaine
no alcanza, y no se debe al mal que siento
 ne suffit pas, et le mal que je ressens
el bien que me negáis, Estrella mía.
 ne provient pas du bien que tu me refuses, mon Étoile.

***************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

La poésie de Miguel Hernández – Poemas de Miguel Hernández

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_hernandez.jpg.
Miguel Hernández
Miguel Hernández Gilabert
(30 octobre 1910 Orihuela, province d’Alicante – 28 mars 1942 Alicante)
(Orihuela, 30 de octubre de 1910-Alicante, 28 de marzo de 1942)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_Hernandez_firma.svg_-1024x351.png.

***********************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
***********************
« Los poetas somos viento del pueblo : nacemos para pasar soplados a través de sus poros y conducir sus ojos y sus sentimientos hacia las cumbres más hermosas. »
« Les poètes sont le vent du peuple : nous sommes nés pour passer à travers ses pores et pour diriger ses yeux et ses sentiments vers de plus beaux sommets. »
Miguel Hernández
******************

Recueil
El hombre acecha

L’HOMME TRAQUÉ
1938-1939

****

L’ULTIME CHANSON
Canción última

Hilma af Klint, Chaos, no 2, 1906

Pintada, no vacía:
Peinte, non vide :
pintada está mi casa
peinte est ma maison

***************

Recueil
El rayo que no cesa
(1934-1935)

*******
LE COUTEAU CARNIVORE
Un carnívoro cuchillo

Juan Gris – Compotier et nappe à carreaux (1917)
Musée Guggenheim

Un carnívoro cuchillo
Un couteau carnivore,
de ala dulce y homicida
aile douce et homicide,


***************

Recueil
LE VENT DU PEUPLE
VIENTO DEL PUEBLO
1936 – 1937

**
L’ENFANT LABOUREUR
EL NIÑO YUNTERO

Bartolomé Esteban Murillo, Le Jeune Mendiant, 1650, Musée du Louvre

Carne de yugo, ha nacido
Chair de joug, né
más humillado que bello,
plus humble que beau,


************

Recueil
POEMAS ÚLTIMOS
DERNIERS POÈMES
(1939-1941)

LE SABLE DU DÉSERT
Arena del desierto
1941

Jean-Léon Gérôme – Le Bain maure (1824)

Arena del desierto
Sable du désert
soy, desierto de sed.
Je suis, désert de soif.

*
L’OLIVIER
SONREÍR CON LA ALEGRE TRISTEZA DEL OLIVO

Ramón CasasFlores deshojadas – 1894

Sonreír con la alegre tristeza del olivo.
Sourire semblable à la tristesse joyeuse de l’olivier.
Esperar. No cansarse de esperar la alegría.
Attendre. Ne jamais se fatiguer d’attendre la joie
.

********
Recueil
Cancionero y romancero de ausencias
CHANSONS & BALLADE SUR L’ABSENCE
(1938-1941)


*

ABSENCE
AUSENCIA

Isidre Nonell La Paloma – 1904

Ausencia en todo veo:
Absence dans tout ce que je vois :
tus ojos la reflejan.
Tes yeux la reflètent.

*

TRISTES GUERRAS
GUERRES TRISTES

Francisco de Goya, Tres de Mayo, 1814

Tristes guerras
Guerres tristes
si no es amor la empresa.
si l’amour n’est pas le but.

*

LA VEJEZ EN LOS PUEBLOS
LE CŒUR SANS MAÎTRE

Vincent van Gogh, Champ de blé aux corbeaux, 1890

La vejez en los pueblos.
La vieillesse dans les villages.
El corazón sin dueño.
Le cœur sans maître


*

TODAS LAS CAJAS SON OJOS
TOUTES LES MAISONS SONT DES YEUX

Vincent van Gogh, La Nuit étoilée, 1889, Museum of Modern Art, New York

Todas las casas son ojos
Toutes les maisons sont des yeux
que resplandecen y acechan.
qui brillent et se cachent.

*


CADA VEZ QUE PASO
CHAQUE FOIS

Ramon Casas, Fatiguée, musée d’art de Dallas

Cada vez que paso
Chaque fois que je fais un pas
bajo tu ventana,
sous ta fenêtre,

*

TRONCOS DE SOLEDAD
TRONCS DE SOLITUDE

Francisco Pradilla, Doña Juana, La Loca, Museo del Prado, 1877

Troncos de soledad,
Troncs de solitude,
barrancos de tristeza
ravins de tristesse

*

El corazón
LE CŒUR

Joaquín Sorolla y Bastida, Bañar a los niños,
Oviedo, Musée des Beaux-Arts des Asturies

El corazón es agua
Le cœur est de l’eau
que se acaricia y canta.
qui caresse et qui chante.


*

LA CANTIDAD DE MUNDOS
LA QUANTITE DE MONDES

Santiago Rusiñol, Cour bleue, Arenys de Munt

La cantidad de mundos
La quantité de mondes
que con los ojos abres,
qui s’ouvrent avec les yeux,

*

MENOS TU VIENTRE
TON VENTRE

Francisco de Goya, La Maja desnuda, 1790-1800

Menos tu vientre,
En dehors de ton ventre,
todo es confuso.
tout est confusion.

*

ENTUSIASMIO DEL ODIO
ENTHOUSIASME DE LA HAINE

Francisco de Goya, La Procession à l’ermitage Saint-Isidore,1819-1823 (détail)

Entusiasmo del odio,
Enthousiasme de la haine
ojos del mal querer.
volonté des yeux du mal.

*

EN EL FONDO DEL HOMBRE
LE FOND DE L’HOMME

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Juan_Sánchez_Cotán_001.jpg.
Juan Sánchez Cotán, Coing, chou, melon et concombre, Musée d’art de San Diego

En el fondo del hombre
Dans le fond de l’homme
agua removida.
l’eau s’agite.

*

TANTO RIO QUE VA AL MAR
TANT DE RIVIERES

Santiago Rusiñol, Glorieta al atardecer, 1913

Tanto río que va al mar
Tant de rivières vont à la mer
donde no hace falta el agua.
où vous n’avez pas besoin d’eau.

*

BOCAS DE IRA
BOUCHE COLERE

Isidre Nonell
Coucher de soleil
Al Atardecer, Sant Martí de Provençals ,1896


Bocas de ira.
Bouche de colère.
Ojos de acecho.
Yeux traqués.

***************

Silbo de la llaga perfecta
SIFFLEMENT DE LA PLAIE PARFAITE

Arthur Dove, Nature Symbolized No.2, 1911, Institut d’art de Chicago

Abreme, amor, la puerta
Ouvre-moi, amour, la porte
de la llaga perfecta.
de la plaie parfaite.

*****

ELEGIA A RAMÓN SIJÉ
Élégie à Ramón Sijé

Francisco de Goya, Visión fantástica o Asmodea, Museo del Prado, Madrid

Yo quiero ser llorando el hortelano
Avec mes pleurs, je veux être le jardinier
de la tierra que ocupas y estercolas,
de la terre que tu foules et que tu fertilises


************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

MON RÊVE FAMILIER (Paul Verlaine) Traduction Endre Ady – PAUL VERLAINE ÁLMA

La Poésie d’Endre Ady
Ady Endre költészete
 Mon Rêve Familier

PAUL VERLAINE ÁLMA




Littérature Hongroise
 Magyar Irodalom

Endre Ady
1877 – 1919
Paul Verlaine
1844-1896
Ady Endre Poésie Poèmes d'Ady Endre Versek Artgitato




Mon Rêve Familier

Un poème de Verlaine

Ady Endre költészete

Paul Verlaine Álma

Traduction Endre Ady

***

PAUL VERLAINE ÁLMA Mon Rêve Familier de Paul Verlaine Ady Endre Artgitato Sorolla Museum 1909Joaquín Sorolla y Bastida
Promenade au bord de mer – 1909
Musée Sorolla – Madrid

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant
Álmodom egy nőről, akit nem ismerek,
 D’une femme inconnue, et que j’aime, et qui m’aime
Forró és különös, áldott, nagy Látomás,
Et qui n’est, chaque fois, ni tout à fait la même
Aki sohasem egy s aki sohase más,
Ni tout à fait une autre, et m’aime et me comprend.
Aki engem megért, aki engem szeret.

*

Car elle me comprend, et mon coeur, transparent
Mert ő megért. Neki, óh, jaj, csupán neki,
Pour elle seule, hélas ! cesse d’être un problème
Bús, áttetsző szivem többé már nem talány,
Pour elle seule, et les moiteurs de mon front blême,
Sápadt homlokomnak verejték-patakán
Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.
Frissítve omolnak az ő szent könnyei.

Est-elle brune, blonde ou rousse ? – Je l’ignore.
Barna, szőke, vörös? Óh, nem tudom én, nem.
Son nom ? Je me souviens qu’il est doux et sonore
A neve? Emlékszem: lágyan zendül, mélyen,
 Comme ceux des aimés que la Vie exila.
Mint kedveseinké ott lenn, a sírba, lenn.

Son regard est pareil au regard des statues,
Nézése hallgatag szobrokénak mása,
Et, pour sa voix, lointaine, et calme, et grave, elle a
Szava messziről jőn, komoly, bús, fénytelen:
L’inflexion des voix chères qui se sont tues.
Mint elnémult drága szavak suhanása.

**********
Paul Verlaine Álma