Archives par mot-clé : Fernando de Herrera

LA CRUAUTÉ DE L’AMOUR -Poème de FERNANDO DE HERRERA – Después que en mí tentaron su crudeza

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fernando_de_Herrera_el_Divino.jpg.
FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Joaquín Sorolla
Joaquín Sorolla y Bastida
Académie d’homme, musée des beaux-arts de Valence, Espagne

1887
Academia de los Hombres, Museo de Bellas Artes de Valencia, España

*******************
LA CRUAUTÉ DE L’AMOUR
Después que en mí tentaron su crudeza


***************************

Después que en mí tentaron su crudeza
Après qu’en moi j’ai subi la cruauté
de Amor y vos las flechas y los ojos,
 de l’Amour et ses flèches et ses yeux,
di honra al uno, al otro los despojos,
j’ai supporté vaillamment et les uns et les autres,
y sufrí saña de ambos y aspereza.
 et j’ai souffert leur fureur et leur dureté.

El fuego que encendió vuestra belleza
 Le feu qu’alluma ta beauté
hizo dulces y alegres mis enojos,
 a rendu mon chagrin doux et joyeux,
y suave entre espinas y entre abrojos
 et douce entre les épines et entre les ronces
 el dolor que causaba mi tristeza.
la douleur engendrée par ma tristesse.

Tuve esperanza incierta de mi ufana
J’avais un espoir incertain de mon orgueilleuse
muerte, viendo el valor de mi tormento;
mort, voyant la valeur de mon tourment ;
 y confié este error de mi osadía.
et cette erreur provenait de mon audace.

Mas ¡ay! que tanta gloria suerte humana
 Mais ô quelle chance, la chance humaine
no alcanza, y no se debe al mal que siento
 ne suffit pas, et le mal que je ressens
el bien que me negáis, Estrella mía.
 ne provient pas du bien que tu me refuses, mon Étoile.

***************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LÀ OÙ LA BEAUTÉ FLEURIT – Poème de Fernando de Herrera – Aquí donde florece la belleza

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fernando_de_Herrera_el_Divino.jpg.
FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Cupidon, William Adolphe Bouguereau

*********

Aquí donde florece la belleza,
Là où la beauté fleurit,
en cuyo dulce fuego el Amor prueba
dans le feu où l’amour éprouve
su flecha y mil trofeos nobles lleva,
sa flèche et porte mille nobles trophées,
vi de mi luz serena la pureza.
j’ai vu la pureté de ma lumière sereine.

Mi bien, que fue el valor y su grandeza,
De mon bien, qui était le courage et sa grandeur,
en mi memoria mísera renueva,
dans ma misérable mémoire renouvelé,
y entre pasado afán y cuita nueva
entre empressement passé et nouveaux besoins
no espero algún remedio a mi tristeza.
je n’attends plus aucun remède à ma tristesse.

De mi gloria ¡oh dichoso antiguo puesto!
De ma gloire, ô antique portrait !
¡Cuál desigual semblante en ti contemplo!
Quel visage inégal en toi je contemple !
¡Cuán gran mudanza aflige la alma mía!
Que de grand changement afflige mon âme !

Oscuro el día, y siempre el sol molesto
Sombre la journée et toujours le triste soleil
te hiera, y seas de mi mal ejemplo
qui te blesse ; sois mon mauvais exemple
hasta que en ti renazca mi alegría.
jusqu’à ce que ma joie en toi renaisse.

****************

POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

**********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LE TRAVAIL DE PHIDIAS – Poème de Fernando de Herrera – A un capitán valeroso

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fernando_de_Herrera_el_Divino.jpg.
FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Statue chryséléphantine de Zeus à Olympie
Le Jupiter olympien ou l’art de la sculpture antique, Gravure, Quatremère de Quincy,1815

******

(El trabajo de Fidia ingenioso)
(Le travail de l’ingénieux Phidias)

******

El trabajo de Fidia ingenioso,
Le travail de l’ingénieux Phidias,
que a Júpiter Olimpio dio la gloria,
que le Jupiter Olympien a rendu célèbre,
fue soberbio despojo de victoria
fut un superbe butin de victoire
al tiempo, en nuestra injuria presuroso;
jadis, pour disparaître précipitamment ;

pero al valor de Aquiles animoso
mais la valeur courageuse d’Achille
el siempre insigne Homero alzó la historia,
dont le toujours distingué Homère a raconté l’histoire,
y dio a la fama eterna su memoria
a donné à sa mémoire une renommée éternelle
con alta voz del canto generoso.
par la voix haute de son chant généreux.

Yo, que mal puedo ser en honra vuestra
Moi, qui ne peux être en ton honneur
nuevo Homero, consagro, luz de España,
un nouvel Homère, j’offrirai, lumière de l’Espagne,
de mis incultos versos la armonía;
l’harmonie de mes vers incultes ;

Mas si me mira Caliope diestra,
Mais si la muse Calliope me regarde dans sa main droite,
valdrá, si mi deseo no me engaña,
elle deviendra, si mon désir ne me trompe,
mas que Fidia mortal la musa mía.
plus que Phidias mortel ma propre muse.

**********************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

MA PURE LUMIÈRE – Sonnet de Fernando de Herrera – Mi pura Luz, si olvida el fértil suelo

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

MA PURE LUMIÈRE
MI PURA LUZ

*********************

Caspar David Friedrich, Lever de lune sur la mer, 1821
Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg

************


Mi pura Luz, si olvida el fértil suelo
Ma pure Lumière, si tu oublies le sol fertile
que Betis enriquece en Occidente,
 que le Guadalquivir enrichit à l’Ouest,
y abre las frías nubes con ardiente
 et si tu transperces les nuages ​​froids d’ardents
rayo, esparciendo en torno el rico velo,
rayons, les dispersant de ton puissant voile,

el asiento más digno será el cielo
ton siège le plus digne sera le ciel
al sacro esplendor suyo reluciente,
brillant dans la splendeur sacrée,
y de allí con las llamas de su frente
 et de là les flammes de ton front
romperá el rigor duro al torpe hielo;
fracasseront la rigueur de la glace malavisée ;

o ya que aun no se debe a la belleza
ou si tu n’es pas encore dans cette beauté
sin el riesgo de ausencia, será el grado
 sans un risque d’absence, que tu sois le degré
 propio el pecho do yace obedecida;
du cœur qui terrasse le mensonge ;

que a tal valor del mundo la grandeza,
que la valeur du monde soit la grandeur,
o la alma en sus centellas encendida
 que l’âme en ses étincelles magnifiques
 es de esta excelsa Luz lugar sagrado.
soit ce lieu sacré où la Lumière excelle.


**********************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

************************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

DANS UN PROFOND DÉTROIT – Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Al mar desierto en el profundo estrecho

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

DANS UN PROFOND DÉTROIT
AL MAR DESIERTO EN EL PROFUNDO ESTRECHO



********************

William Turner, Pêcheurs en mer, 1796

******************

Al mar desierto en el profundo estrecho
Vers la mer désertique, dans un profond détroit
entre las duras rocas, con mi nave
entre les sévères rochers, avec mon navire
desnuda tras el canto voy suäve,
nu je vais suivant la suave voix,
que forçado me lleva a mi despecho.
qui me porte à la suivre par dépit.

Temerario deseo, incauto pecho,
Désir sans peur, poitrine imprudente,
a quien rendí de mi poder la llave,
à qui j’ai remis la clé de mon pouvoir,
al peligro m’ entregan fiero y grave;
au danger féroce et grave je me livre ;
sin que pueda apartarme del mal hecho.
sans que je puisse sortir du mal déjà fait.

Veo los uesos blanquear, y siento
Je vois les os blanchir et je ressens
el triste son de la engañada gente;
alors le triste son du peuple trompé ;
y crecer de las ondas el bramido.
et le hurlement des vagues va croissant.

Huir no puedo ya mi perdimiento;
Fuir ne peux me permettre d’échapper à ma perte ;
que no me da lugar el mal presente,
tant le mal est présent en tous lieux,
ni osar me vale en el temor perdido.
ni oser tant je suis perdu par tant de peur.

*****************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

MA TRISTE MÉMOIRE -Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Si a mi triste memoria en hondo olvido

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

MA TRISTE MÉMOIRE
SI A MI TRISTE MEMORIA EN HONDO OLVIDO


************************

Francisco de Zurbarán, Saint François en extase,1658, Alte Pinakothek, Munich

********

Si a mi triste memoria en hondo olvido
Si, dans un oubli profond, ma triste mémoire
desierta sepultase sombra oscura,
avait enterré la déserte ombre noire,
  jamás yo ausente en mísera figura
Je n’aurai dans l’absence cette figure misérable
 lamentaría el daño no debido;
regrettant à l’envi des dommages injustifiables ;

mas preséntela llevo, y voy perdido
mais cette ombre est là et je suis perdu
por cierto error a estrecha desventura,
 par cette erreur certaine qui me réduit au malheur,
y es muerte fiera él, ya de mi ventura
 et quelle mort féroce, déjà ma fortune
rico despojo al corazón caído.
 généreuse dans mon cœur est tombée.

De mi gloria me acuerdo para pena,
 De ma gloire, le souvenir me peine,
del mal para dolor, y nunca veo
 et de ce mal je souffre, et jamais ne vois
 o pienso cosa ajena de mi engaño.
ou ne pense quelque chose d’étranger à mon illusion.

Pobre de bien mi suerte, y de afán llena
 Mon triste sort de plein d’affliction
fue; y aunque no, bastara mi deseo
s’est retrouvé ; mais si mon sort eût été différent, mon désir eût suffi
para no dar lugar al desengaño.
 à me diriger vers une inéluctable déception.

***********************

*************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

**********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

BLANC – Sonnet de Fernando de Herrera – Ahora, que cubrió de blanco hielo

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

BLANC
AHORA, QUE CUBRIO DE BLANCO HIELO

***********************

Kasimir Malevitch, Carré blanc sur fond blanc, White on White, 1918

**********

Ahora, que cubrió de blanco hielo
Maintenant, la blanche glace couvre
el oro la hermosa aurora mía,
l’or de la belle mine de l’aurore
blanco es el puro sol y blanco el día,
blanc est le pur soleil et blanc est le jour,
y blanco el color lúcido del cielo.
et blanc la couleur lucide du ciel.

Blancas todas tus viras, que recelo,
Blanches toutes tes flèches, que je redoute,
es blanco el arco y rayos de alegría,
blanc est l’arc et les expressions de joie,
Amor, con que me hieres a porfía;
Amour, par lequel tu me blesses ;
blanco tu ardiente fuego y frío hielo.
blanc est ton feu brûlant et blanc ta froide glace.

Mas, ¿qué puedo esperar de esta blancura,
Mais que puis-je espérer de cette blancheur,
pues tiene en blanca nieve el pecho tierno
de cette neige blanche qui recouvre ta tendre poitrine
contra mi fiera llama defendido?
pour éteindre ma sauvage flamme défendue ?

¡Oh, beldad sin amor! ¡Oh, mi ventura!
Ô beauté sans amour ! Ô ma fortune !
Que abrasado en rigor de fuego eterno,
Brûlant dans la rigueur du feu éternel,
muero en un blanco hielo convertido.
je meurs transformé en une dure glace blanche.

*************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LES VAGUES DE LA MER – Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Del mar las ondas quebrantarse vía

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

LES VAGUES DE LA MER
DEL MAR LAS ONDAS QUEBRANTARSE VIA

*******

William Turner, Le Naufrage du Minotaure, 1810

**********

Del mar las ondas quebrantarse vía
Je voyais les vagues de la mer se briser
en las desnudas peñas, desde el puerto;
 sur les rochers dénudés, depuis le port ;
y en conflicto las naves que el desierto
 et se briser aussi les navires en conflit que l’aride
Bóreas, bramando con furor, batía,
 Borée, beuglant de fureur, fouettait,

cuando gozoso de la suerte mía,
quand, me félicitant de mon incroyable chance,
aunque afligido del naufragio cierto,
 tempérée néanmoins par ce certain naufrage,
dije: no cortará del Ponto incierto
 je dis : jamais sous de tels déluges incertains
jamás mi nave la temida vía.
ne pénétrera mon navire de si terrible voie.

¡Mas, ay triste, que apena se presenta
Mais triste, si triste que se présente inattendue
  de mi fingido bien una esperanza
de ce bonheur irréel une espérance
cuando las velas tiendo sin recelo!
 que je hisse alors mes voiles sans crainte !

Vuelo cual rayo, y súbita tormenta
 Je vole comme un éclair, mais un soudain tourbillon
me niega la salud y la bonanza,
 me refuse la salut et la quiétude,
y en negra sombra cubre todo el cielo.
 et son ombre noire alors recouvre tout le ciel.

*******************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA



*******************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

GUADALQUIVIR – Sonnet de Fernando de Herrera – Alegre, fértil, vario, fresco prado

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Guadalquivir
Alegre, fértil, vario, fresco prado


**********************

Alegre, fértil, vario, fresco prado,
Joyeuse, fertile, variée, fraîche prairie,
tú monte, y bosque d’ árboles hermoso,
toi, la montagne, toi, la forêt d’arbres jolis,
el uno y otro siempre venturoso,
l’un et l’autre toujours enjoués,
que de las bellas plantas fue tocado;
quand, par de beaux pieds, vous êtes pénétrés ;

Betis, con puras ondas ensalçado,
Guadalquivir, aux vagues pures fameuses,
y con ricas olivas abundoso,
entouré par de riches oliviers,
cuánto eres más felice y gloriöso,
combien plus heureux et glorieux aussi,
pues eres de mi Aglaya visitado.
tu es quand d’Aglaé t’offre sa visite.

Siempre tendréis perpetua primavera,
Vous aurez toujours le printemps perpétuel,
y del Elisio campo tiernas flores,
et des fleurs tendres des Champs-Elysées,
si os viere el resplandor de la Luz mía.
si le rayonnement de ma Lumière vous voit.

Ni estéril ielo, o soplo crudo os hiera;
Ni la glace stérile, ni le vent glacial ne vous ont blessés ;
antes Venus, las Gracias, los Amores
avant que Vénus, les Grâces, les Amours
os miren, y en vos reine l’Alegría.
ne vous regardent, et vous comblent alors de Joie.


**********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LE VOILE – Sonnet de Fernando de Herrera – Aquí yo vi el luciente y puro velo

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Antonio Palomino, Alegoría del aire, Musée du Prado, Madrid

***********

AQUI YO VI EL LUCIENTE Y PURO VELO
LE VOILE


*********

Aquí yo vi el luciente y puro velo
Ici j’ai vu le voile brillant et pur
por los hermosos hombros esparcido,
par de belles épaules dispersé,
que se puso en mi cuello, y sacudido
poser sur mon cou, flottant
a la aura, el oro retocó en su vuelo.
dans le vent, l’or saisi pendant son vol.

Cual baja el bello Amor del alto cielo
Aussi le bel Amour descend du haut ciel
con crispante esplendor esclarecido,
pourvu d’une splendeur lumineuse,
tal mi Luz pareció con encendido
ainsi ma Lumière apparaissait d’une telle
vigor, que hace ilustre y rico el suelo.
vigueur que le sol en devenait illustre et riche.

Mis ojos, que gozaron esta gloria,
Mes yeux, qui appréciaient cette gloire,
son dichosos, y guardan la alegría
devenaient heureux, tout en conservant cette joie
para el dolor que el alma presa siente.
douloureuse que ressent l’âme emprisonnée.

¡Oh qué dulce holganza a la memoria,
Ô quel doux repos pour la mémoire,
dulce bien y regalo de aquel día,
doux bonheur et cadeau de ce jour,
que siempre alabo en soledad ausente!
que je loue toujours dans la solitude absente !

********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.