Archives par mot-clé : vincent van gogh

TOUTES LES MAISONS SONT DES YEUX – Poème de Miguel Hernández – Todas las casas son ojos

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_hernandez.jpg.
Miguel Hernández
(30 octobre 1910 Orihuela, province d’Alicante – 28 mars 1942 Alicante)
(Orihuela, 30 de octubre de 1910-Alicante, 28 de marzo de 1942)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_Hernandez_firma.svg_-1024x351.png.

*********
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************

Cancionero y romancero de ausencias
 (1938-1941)


******

Vincent van Gogh, La Nuit étoilée, 1889, Museum of Modern Art, New York

*******

Todas las casas son ojos
Toutes les maisons sont des yeux
que resplandecen y acechan.
qui brillent et se cachent.

Todas las casas son bocas
Toutes les maisons sont des bouches
que escupen, muerden y besan.
qui crachent, mordent et embrassent.

Todas las casas son brazos
Toutes les maisons sont des bras
que se empujan y se estrechan.
qui se poussent et s’attirent.

De todas las casas salen
De toutes les maisons viennent
soplos de sombra y de selva.
des souffles d’ombres et de forêts.

En todas hay un clamor
En chacune, une clameur
de sangre insatisfechas.
de sangs insatisfaits.

Y a un grito todas las casas
Un cri, toutes les maisons
se asaltan y se despueblan.
se battent et se dépeuplent.

Y a un grito, todas se aplacan,
Un cri, toutes s’apaisent,
y se fecundan, y se esperan.
et se fécondent, et espèrent.

******************

****************
POEMES DE MIGUEL HERNANDEZ
POEMAS DE MIGUEL HERNANDEZ

****************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LE CŒUR SANS MAÎTRE – Poème de Miguel Hernández -La vejez en los pueblos – 1938/1941

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_hernandez.jpg.
Miguel Hernández
(30 octobre 1910 Orihuela, province d’Alicante – 28 mars 1942 Alicante)
(Orihuela, 30 de octubre de 1910-Alicante, 28 de marzo de 1942)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_Hernandez_firma.svg_-1024x351.png.

**********

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

*****************

*****
Cancionero y romancero de ausencias
1938-1941

*************

La vejez en los pueblos
LE CŒUR SANS MAÎTRE

Vincent van Gogh, Champ de blé aux corbeaux, 1890


***************

La vejez en los pueblos.
La vieillesse dans les villages.
El corazón sin dueño.
Le cœur sans maître.
El amor sin objeto.
L’amour sans objet
La hierba, el polvo, el cuervo.
L’herbe, la poussière, le corbeau.
¿Y la juventud?
Et la jeunesse ?

En el ataúd.
Dans un cercueil.

El árbol, solo y seco.
L’arbre, seul et sec.
La mujer, como un leño
La femme, une branche
de viudez sobre el lecho.
veuve sur le lit.
El odio, sin remedio.
La haine, sans remède.
¿Y la juventud?
Et la jeunesse ?

En el ataúd.
Dans un cercueil.

**********

****************
POEMES DE MIGUEL HERNANDEZ
POEMAS DE MIGUEL HERNANDEZ

****************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

La poésie de Miguel Hernández – Poemas de Miguel Hernández

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_hernandez.jpg.
Miguel Hernández
Miguel Hernández Gilabert
(30 octobre 1910 Orihuela, province d’Alicante – 28 mars 1942 Alicante)
(Orihuela, 30 de octubre de 1910-Alicante, 28 de marzo de 1942)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_Hernandez_firma.svg_-1024x351.png.

***********************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
***********************
« Los poetas somos viento del pueblo : nacemos para pasar soplados a través de sus poros y conducir sus ojos y sus sentimientos hacia las cumbres más hermosas. »
« Les poètes sont le vent du peuple : nous sommes nés pour passer à travers ses pores et pour diriger ses yeux et ses sentiments vers de plus beaux sommets. »
Miguel Hernández
******************

Recueil
El hombre acecha

L’HOMME TRAQUÉ
1938-1939

****

L’ULTIME CHANSON
Canción última

Hilma af Klint, Chaos, no 2, 1906

Pintada, no vacía:
Peinte, non vide :
pintada está mi casa
peinte est ma maison

***************

Recueil
El rayo que no cesa
(1934-1935)

*******
LE COUTEAU CARNIVORE
Un carnívoro cuchillo

Juan Gris – Compotier et nappe à carreaux (1917)
Musée Guggenheim

Un carnívoro cuchillo
Un couteau carnivore,
de ala dulce y homicida
aile douce et homicide,


***************

Recueil
LE VENT DU PEUPLE
VIENTO DEL PUEBLO
1936 – 1937

**
L’ENFANT LABOUREUR
EL NIÑO YUNTERO

Bartolomé Esteban Murillo, Le Jeune Mendiant, 1650, Musée du Louvre

Carne de yugo, ha nacido
Chair de joug, né
más humillado que bello,
plus humble que beau,


************

Recueil
POEMAS ÚLTIMOS
DERNIERS POÈMES
(1939-1941)

LE SABLE DU DÉSERT
Arena del desierto
1941

Jean-Léon Gérôme – Le Bain maure (1824)

Arena del desierto
Sable du désert
soy, desierto de sed.
Je suis, désert de soif.

*
L’OLIVIER
SONREÍR CON LA ALEGRE TRISTEZA DEL OLIVO

Ramón CasasFlores deshojadas – 1894

Sonreír con la alegre tristeza del olivo.
Sourire semblable à la tristesse joyeuse de l’olivier.
Esperar. No cansarse de esperar la alegría.
Attendre. Ne jamais se fatiguer d’attendre la joie
.

********
Recueil
Cancionero y romancero de ausencias
CHANSONS & BALLADE SUR L’ABSENCE
(1938-1941)


*

ABSENCE
AUSENCIA

Isidre Nonell La Paloma – 1904

Ausencia en todo veo:
Absence dans tout ce que je vois :
tus ojos la reflejan.
Tes yeux la reflètent.

*

TRISTES GUERRAS
GUERRES TRISTES

Francisco de Goya, Tres de Mayo, 1814

Tristes guerras
Guerres tristes
si no es amor la empresa.
si l’amour n’est pas le but.

*

LA VEJEZ EN LOS PUEBLOS
LE CŒUR SANS MAÎTRE

Vincent van Gogh, Champ de blé aux corbeaux, 1890

La vejez en los pueblos.
La vieillesse dans les villages.
El corazón sin dueño.
Le cœur sans maître


*

TODAS LAS CAJAS SON OJOS
TOUTES LES MAISONS SONT DES YEUX

Vincent van Gogh, La Nuit étoilée, 1889, Museum of Modern Art, New York

Todas las casas son ojos
Toutes les maisons sont des yeux
que resplandecen y acechan.
qui brillent et se cachent.

*


CADA VEZ QUE PASO
CHAQUE FOIS

Ramon Casas, Fatiguée, musée d’art de Dallas

Cada vez que paso
Chaque fois que je fais un pas
bajo tu ventana,
sous ta fenêtre,

*

TRONCOS DE SOLEDAD
TRONCS DE SOLITUDE

Francisco Pradilla, Doña Juana, La Loca, Museo del Prado, 1877

Troncos de soledad,
Troncs de solitude,
barrancos de tristeza
ravins de tristesse

*

El corazón
LE CŒUR

Joaquín Sorolla y Bastida, Bañar a los niños,
Oviedo, Musée des Beaux-Arts des Asturies

El corazón es agua
Le cœur est de l’eau
que se acaricia y canta.
qui caresse et qui chante.


*

LA CANTIDAD DE MUNDOS
LA QUANTITE DE MONDES

Santiago Rusiñol, Cour bleue, Arenys de Munt

La cantidad de mundos
La quantité de mondes
que con los ojos abres,
qui s’ouvrent avec les yeux,

*

MENOS TU VIENTRE
TON VENTRE

Francisco de Goya, La Maja desnuda, 1790-1800

Menos tu vientre,
En dehors de ton ventre,
todo es confuso.
tout est confusion.

*

ENTUSIASMIO DEL ODIO
ENTHOUSIASME DE LA HAINE

Francisco de Goya, La Procession à l’ermitage Saint-Isidore,1819-1823 (détail)

Entusiasmo del odio,
Enthousiasme de la haine
ojos del mal querer.
volonté des yeux du mal.

*

EN EL FONDO DEL HOMBRE
LE FOND DE L’HOMME

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Juan_Sánchez_Cotán_001.jpg.
Juan Sánchez Cotán, Coing, chou, melon et concombre, Musée d’art de San Diego

En el fondo del hombre
Dans le fond de l’homme
agua removida.
l’eau s’agite.

*

TANTO RIO QUE VA AL MAR
TANT DE RIVIERES

Santiago Rusiñol, Glorieta al atardecer, 1913

Tanto río que va al mar
Tant de rivières vont à la mer
donde no hace falta el agua.
où vous n’avez pas besoin d’eau.

*

BOCAS DE IRA
BOUCHE COLERE

Isidre Nonell
Coucher de soleil
Al Atardecer, Sant Martí de Provençals ,1896


Bocas de ira.
Bouche de colère.
Ojos de acecho.
Yeux traqués.

***************

Silbo de la llaga perfecta
SIFFLEMENT DE LA PLAIE PARFAITE

Arthur Dove, Nature Symbolized No.2, 1911, Institut d’art de Chicago

Abreme, amor, la puerta
Ouvre-moi, amour, la porte
de la llaga perfecta.
de la plaie parfaite.

*****

ELEGIA A RAMÓN SIJÉ
Élégie à Ramón Sijé

Francisco de Goya, Visión fantástica o Asmodea, Museo del Prado, Madrid

Yo quiero ser llorando el hortelano
Avec mes pleurs, je veux être le jardinier
de la tierra que ocupas y estercolas,
de la terre que tu foules et que tu fertilises


************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LE DON DU PRINTEMPS- Poème d’Alfred Edward HOUSMAN -(A SHROPSHIRE LAD – V) – Oh see how thick the goldcup flowers

LITTERATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 


LES POEMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman

 

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
V

1896

**
OH see how thick the goldcup flowers 

 LE DON DU PRINTEMPS

****************

Traduction Jacky Lavauzelle
Vincent Van Gogh, Verger en fleurs et vue d’Arles, 1889, huile sur toile , Neue Pinakothek ,Munich

OH see how thick the goldcup flowers 
OH voyez les boutons d’or ! Voyez
Are lying in field and lane, 
Comme dans le champ et sur la voie, ils se sont couchés,
 With dandelions to tell the hours 
Avec les pissenlits pour dire les heures
That never are told again. 
Qui jamais plus ne seront.
 Oh may I squire you round the meads
Oh, puis-je vous accompagner
And pick you posies gay? 
Et vous cueillir de gai petit bouquet ?
—’Twill do no harm to take my arm. 
– « Je ne vois rien qui s’oppose à ce que mon bras vous preniez.
     ’You may, young man, you may.’ 
Vous pouvez, jeune homme, vous pouvez ! »

*

Ah, spring was sent for lass and lad, 
Ah, le printemps est un don fait aux filles et aux garçons,
 ’Tis now the blood runs gold,
C’est maintenant que le sang chaud coule d’or ;
And man and maid had best be glad 
Que les garçons et les filles soient joyeux
 Before the world is old. 
Avant que le monde ne soit vieux.
What flowers to-day may flower to-morrow, 
Les fleurs d’aujourd’hui peuvent refleurir demain,
 But never as good as new. 
Mais ne refleurirons jamais plus aussi bien.
  —Suppose I wound my arm right round—
-Supposez qu’autour de vous, je place mon bras-
 ‘’Tis true, young man, ’tis true.’ 
« C’est cela, jeune homme, c’est cela ! »   

*

Some lads there are, ’tis shame to say, 
Il y a des gars, quelle infamie,
 That only court to thieve, 
Qui font la cour comme un larcin,
And once they bear the bloom away 
Et une fois qu’ils ont arrachée la fleur
 ’Tis little enough they leave.
Ils ne laissent plus que des miettes quand ils partent.
Then keep your heart for men like me 
Alors gardez votre cœur pour des gens comme moi
 And safe from trustless chaps. 
Et à l’abri de chapardeur sans confiance.
My love is true and all for you. 
Mon amour est vrai et tout à vous.
    ‘Perhaps, young man, perhaps.’ 
« Peut-être, jeune homme, peut-être ! »

*

Oh, look in my eyes then, can you doubt?
Oh, regardez dans mes yeux alors, pouvez-vous douter?
  —Why, ’tis a mile from town. 
-Pourquoi, c’est à un mille de la ville.
How green the grass is all about! 
Comme tout autour l’herbe est si verte !
We might as well sit down. 
Nous pourrions aussi bien nous asseoir.
—Ah, life, what is it but a flower? 
-Ah, la vie, qu’Est-ce si ce n’est une fleur ?
     Why must true lovers sigh?
Pourquoi les vrais amants soupirent-ils ?
Be kind, have pity, my own, my pretty,— 
Soyez gentille, ayez pitié, ma jolie,
‘Good-bye, young man, good-bye.’
 « Au revoir, jeune homme, au revoir ! »

*

**************************

HOUSMAN POÈME

Humildade Secreta -HUMILITE SECRETE – Poème de João da Cruz e Sousa (1900)

*

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle Literatura Brasileira




Traduction du Brésilien Jacky Lavauzelle
João da Cruz e Sousa


João da Cruz e Sousa
poète brésilien

Dante Negro – Cisne Negro




 Obra Poética 





 

João da Cruz e Sousa
Humildade Secreta
HUMILITE SECRETE

(Faróis – Phares – 1900)

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

******




*

Traduction Jacky Lavauzelle
Vincent Van Gogh, Portrait d’Eugène Boch 1888,musée d’Orsay, Paris (détail)

**

Fico parado, em êxtase suspenso,
Je reste immobile, en suspens extatique,
  Às vezes, quando vou considerando
Parfois, quand je considère
Na humildade simpática, no brando
Dans une humble sympathie, dans le doux
 Mistério simples do teu ser imenso.
Et simple mystère l’immensité de ton être.

*

 Tudo o que aspiro, tudo quanto penso
Tout ce à quoi j’aspire, tout ce que je pense
D’estrelas que andam dentro em mim cantando,
Des étoiles qui marchent en moi en chantant,
Ah! tudo ao teu fenômeno vai dando
Ah ! tout apporte à ton phénomène
   Um céu de azul mais carregado e denso.
Un ciel de bleu plus lourd et plus dense.

*

 De onde não sei tanta simplicidade,
D’où je méconnais tant la simplicité,
Tanta secreta e límpida humildade
Tant la secrète et la claire humilité
Vem ao teu ser como os encantos raros.
Qui vient à ton être comme les charmes rares.

*

 Nos teus olhos tu alma transparece…
Dans tes yeux, ton âme apparaît…
E de tal sorte que o bom Deus parece
Et de telle manière que le bon Dieu semble
Viver sonhando nos teus olhos Claros.
Vivre en rêvant dans tes yeux clairs.

******

*

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle Literatura Brasileira

Poème de POUCHKINE 1823 Le Semeur Пушкин сеятель

Пушкин  сеятель poème de Pouchkine de 1823 
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1823
pushkin poems
Poème de Pouchkine

стихотворение  – Poésie
сеятельПушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА  

сеятель
Le Semeur
 1823

 Poème de Pouchkine
сеятель Пушкин 

**********

сеятель POUCHKINE LE SEMEUR

Изыде сеятель сеяти семена своя
Le semeur qui part sème sa propre graine

Свободы сеятель пустынный,
Semeur de liberté dans le désert,
Я вышел рано, до звезды;
Je suis sorti tôt à la belle étoile ;
Рукою чистой и безвинной
Les mains propres et innocentes
В порабощенные бразды
Rejetant l’esclavage des rênes
Бросал живительное семя —
Jetant des semences rafraîchissantes
Но потерял я только время,
Mais j’ai perdu tant de temps,
Благие мысли и труды…
De bonnes pensées et des écrits …

*

Паситесь, мирные народы!
Paissez, peuples pacifiques !
Вас не разбудит чести клич.
Le cri de l’honneur ne vous réveille pas.
К чему стадам дары свободы?
Quels cadeaux faire à un tel troupeau ?
Их должно резать или стричь.
Ils doivent être coupés ou tondus.
Наследство их из рода в роды
Ils héritent de leurs gènes dans l’accouchement
Ярмо с гремушками да бич.
Du joug aux clochettes et du fléau.

**********

le-semeur-poeme-de-pouchkine-jean-francois-millet-1850-vincent-van-gogh-1889Le Semeur
Jean-François Millet 1850
Vincent van Gogh (d’après Millet) 1889

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 сеятель Пушкин
Poème de Pouchkine 

PLEASURE KHALIL GIBRAN LE PLAISIR

pleasure-khalil-gibran-le-plaisir-artgitato-moissons-en-provence-1888-van-goghPLEASURE Khalil Gibran The Prophet
Sur La Plaisir

The Prophet XXIV
PLEASURE KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898



جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

Traduction Jacky Lavauzelle

 

THE PROPHET XXIV
 PLEASURE
LE PLAISIR

1923


PLEASURE KHALIL GIBRAN
*

pleasure-khalil-gibran-le-plaisir-artgitato-moissons-en-provence-1888-van-goghVincent Van Gogh
Moissons en Provence
juin 1888
Musée d’Israël Jérusalem

*

Then a hermit, who visited the city once a year, came forth and said, « Speak to us of Pleasure. »
Puis un ermite, qui visitait la ville une fois par an, s’approcha et demanda : « Parle-nous du Plaisir. »

And he answered, saying:
Et il répondit en disant :

Pleasure is a freedom song,
Le plaisir est une chanson de liberté,

But it is not freedom.
Mais ce n’est pas la liberté.

It is the blossoming of your desires,
C’est l’épanouissement de vos désirs,

But it is not their fruit.
Mais ce n’est pas leur fruit.

It is a depth calling unto a height,
C’est une crevasse appelant une hauteur,

But it is not the deep nor the high.
Mais ce n’est ni un trou ni un sommet.

It is the caged taking wing,
C’est l’enfermé qui s’envole

But it is not space encompassed.
Mais ce n’est pas l’espace qui l’entoure.

Ay, in very truth, pleasure is a freedom-song.
Oui, en vérité, le plaisir est une chanson de liberté.

And I fain would have you sing it with fullness of heart; yet I would not have you lose your hearts in the singing.
Et je voudrais bien que vous le chantiez avec la plénitude du cœur ; Mais je ne voudrais pas que vous perdiez votre cœur dans le chant.

Some of your youth seek pleasure as if it were all, and they are judged and rebuked.
Certains de vos jeunes recherchent le plaisir comme si c’était tout, et ils sont jugés et réprimandés.

I would not judge nor rebuke them. I would have them seek.
Je ne voudrais ni les juger ni les réprimander. Je voudrais seulement qu’ils cherchent.

For they shall find pleasure, but not her alone:
Car ils trouveront le plaisir, mais pas seulement :

Seven are her sisters, and the least of them is more beautiful than pleasure.
Sept sont ses sœurs, et la moindre d’entre elles est plus belle que le plaisir.

Have you not heard of the man who was digging in the earth for roots and found a treasure?
N’avez-vous pas entendu parler de l’homme qui creusait dans la terre pour chercher des racines et qui trouva un trésor ?

And some of your elders remember pleasures with regret like wrongs committed in drunkenness.
Et certains de vos aînés se souviennent des plaisirs avec regret comme des erreurs commises dans l’ivresse.

But regret is the beclouding of the mind and not its chastisement.
Mais le regret est l’obscurcissement de l’esprit et non son châtiment.

They should remember their pleasures with gratitude, as they would the harvest of a summer.
Ils devraient se souvenir de leurs plaisirs avec gratitude, comme d’une récolte d’un été.

Yet if it comforts them to regret, let them be comforted.
Pourtant, si certains trouvent du confort à regretter, qu’ils soient réconfortés.

And there are among you those who are neither young to seek nor old to remember;
Et il y a parmi vous ceux qui ne sont ni assez jeunes pour chercher, ni assez anciens pour se rappeler;

And in their fear of seeking and remembering they shun all pleasures, lest they neglect the spirit or offend against it.
Et dans leur peur de chercher et de se rappeler, ils évitent tous les plaisirs, de peur qu’ils négligent l’esprit ou ne l’offensent.

But even in their foregoing is their pleasure.
Mais le renoncement même est leur plaisir.

And thus they too find a treasure though they dig for roots with quivering hands.
Et ainsi ils trouvent aussi un trésor bien qu’ils creusent pour trouver des racines avec des mains tremblantes.

But tell me, who is he that can offend the spirit?
Mais dites-moi, qui est celui qui peut offenser l’esprit ?

Shall the nightingale offend the stillness of the night, or the firefly the stars?
Le rossignol offenserait-t-il la tranquillité de la nuit, ou la luciole les étoiles ?

And shall your flame or your smoke burden the Wind?
Et votre flamme ou votre fumée alourdiront-t-elles le vent ?

Think you the spirit is a still pool which you can trouble with a staff?
Pensez-vous que l’esprit est une piscine que vous pouvez troubler avec une tige ?

Oftentimes in denying yourself pleasure you do but store the desire in the recesses of your being.
Souvent, en croyant vous priver de plaisir, vous ne faites que conserver le désir dans les recoins de votre être.

Who knows but that which seems omitted today, waits for tomorrow?
Qui sait que ce qui semble oublié aujourd’hui, attend-il le demain ?

Even your body knows its heritage and its rightful need and will not be deceived.
Même votre corps connaît son héritage et son besoin légitime et il ne voudra pas être déçu.

And your body is the harp of your soul,
Et votre corps est la harpe de votre âme,

And it is yours to bring forth sweet music from it or confused sounds.
Et c’est à vous d’apporter de la musique douce par lui ou des sons confus.

And now you ask in your heart, « How shall we distinguish that which is good in pleasure from that which is not good? »
Et maintenant vous vous demandez dans votre cœur: «Comment distinguer ce qui est bon dans le plaisir de ce qui n’est pas bon ? »

Go to your fields and your gardens, and you shall learn that it is the pleasure of the bee to gather honey of the flower,
Allez dans vos champs et dans vos jardins, et vous apprendrez que c’est le plaisir de l’abeille de recueillir le miel de la fleur,

 But it is also the pleasure of the flower to yield its honey to the bee.
Mais c’est aussi le plaisir de la fleur de donner son miel à l’abeille.

For to the bee a flower is a fountain of life,
Car pour l’abeille, une fleur est une fontaine de vie,

And to the flower a bee is a messenger of love,
Et pour la fleur, une abeille est un messager d’amour,

And to both, bee and flower, the giving and the receiving of pleasure is a need and an ecstasy.
Et pour les deux, l’abeille et la fleur, le don et la réception du plaisir sont un besoin et une extase.

People of Orphalese, be in your pleasures like the flowers and the bees.
Peuple d’Orphalese, soyez dans vos plaisirs comme les fleurs et comme les abeilles.

******

PLEASURE KHALIL GIBRAN

LA STEAUA (1886) Mihai Eminescu – Poème Roumain -A L’ETOILE

România textul în limba română
Mihai Eminescu

EminescuEminescu

Traduction – Texte Bilingue
Traducerea Text bilingvă


LITTERATURE ROUMAINE
POESIE ROUMAINE

Literatura Română
Romanian Poetry

Mihai Eminescu
1850 – 1889

poet roman
Poète Roumain

LA STEAUA

La Poésie de Mihai Eminescu 

A L’Etoile

 1 decembrie 1886
1er décembre 1886

*

La Steaua L'étoile Poésie Mihai Eminescu Artgitato Van Gogh nuit étoilée
Vincent Van Gogh
Nuit Etoilée

*

La steaua care-a rasarit
L’étoile qui a jailli
E-o cale-atât de lunga, 
Depuis une longue route a parcouru ,
Ca mii de ani i-au trebuit 
Des milliers d’années il a fallu
  Luminii sa ne-ajunga.
A sa lumière pour nous atteindre.

*

Poate de mult s-a stins în drum
Peut-être éteinte en route
  În departari albastre,
Dans le bleu des profondeurs,
   Iar raza ei abia acum
Et maintenant ici
Luci vederii noastre.
A réchauffer nos yeux.

*
Icoana stelei ce-a murit 
Elle est morte l’icône d’étoile,
   Încet pe cer se suie; 
Monte lentement au ciel ;
Era pe când nu s-a zarit, 
Elle ne brille plus,
   Azi o vedem, si nu e.
Mais nous la voyons, pas elle.

*

Tot astfel când al nostru dor
Alors, quand notre désir
Pieri în noapte-adânca, 
Se perd dans le profond de la nuit,
Lumina stinsului amor 
La lumière de notre amour éteint
  Ne urmareste înca.
Nous suit toujours.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
România – textul în limba română
Mihai Eminescu
(1886, 1 decembrie)

EminescuEminescu