Archives par mot-clé : Sonnet de FERNANDO DE HERRERA

LÀ OÙ LA BEAUTÉ FLEURIT – Poème de Fernando de Herrera – Aquí donde florece la belleza

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Fernando_de_Herrera_el_Divino.jpg.
FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Cupidon, William Adolphe Bouguereau

*********

Aquí donde florece la belleza,
Là où la beauté fleurit,
en cuyo dulce fuego el Amor prueba
dans le feu où l’amour éprouve
su flecha y mil trofeos nobles lleva,
sa flèche et porte mille nobles trophées,
vi de mi luz serena la pureza.
j’ai vu la pureté de ma lumière sereine.

Mi bien, que fue el valor y su grandeza,
De mon bien, qui était le courage et sa grandeur,
en mi memoria mísera renueva,
dans ma misérable mémoire renouvelé,
y entre pasado afán y cuita nueva
entre empressement passé et nouveaux besoins
no espero algún remedio a mi tristeza.
je n’attends plus aucun remède à ma tristesse.

De mi gloria ¡oh dichoso antiguo puesto!
De ma gloire, ô antique portrait !
¡Cuál desigual semblante en ti contemplo!
Quel visage inégal en toi je contemple !
¡Cuán gran mudanza aflige la alma mía!
Que de grand changement afflige mon âme !

Oscuro el día, y siempre el sol molesto
Sombre la journée et toujours le triste soleil
te hiera, y seas de mi mal ejemplo
qui te blesse ; sois mon mauvais exemple
hasta que en ti renazca mi alegría.
jusqu’à ce que ma joie en toi renaisse.

****************

POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

**********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

DANS UN PROFOND DÉTROIT – Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Al mar desierto en el profundo estrecho

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

DANS UN PROFOND DÉTROIT
AL MAR DESIERTO EN EL PROFUNDO ESTRECHO



********************

William Turner, Pêcheurs en mer, 1796

******************

Al mar desierto en el profundo estrecho
Vers la mer désertique, dans un profond détroit
entre las duras rocas, con mi nave
entre les sévères rochers, avec mon navire
desnuda tras el canto voy suäve,
nu je vais suivant la suave voix,
que forçado me lleva a mi despecho.
qui me porte à la suivre par dépit.

Temerario deseo, incauto pecho,
Désir sans peur, poitrine imprudente,
a quien rendí de mi poder la llave,
à qui j’ai remis la clé de mon pouvoir,
al peligro m’ entregan fiero y grave;
au danger féroce et grave je me livre ;
sin que pueda apartarme del mal hecho.
sans que je puisse sortir du mal déjà fait.

Veo los uesos blanquear, y siento
Je vois les os blanchir et je ressens
el triste son de la engañada gente;
alors le triste son du peuple trompé ;
y crecer de las ondas el bramido.
et le hurlement des vagues va croissant.

Huir no puedo ya mi perdimiento;
Fuir ne peux me permettre d’échapper à ma perte ;
que no me da lugar el mal presente,
tant le mal est présent en tous lieux,
ni osar me vale en el temor perdido.
ni oser tant je suis perdu par tant de peur.

*****************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

MA TRISTE MÉMOIRE -Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Si a mi triste memoria en hondo olvido

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

MA TRISTE MÉMOIRE
SI A MI TRISTE MEMORIA EN HONDO OLVIDO


************************

Francisco de Zurbarán, Saint François en extase,1658, Alte Pinakothek, Munich

********

Si a mi triste memoria en hondo olvido
Si, dans un oubli profond, ma triste mémoire
desierta sepultase sombra oscura,
avait enterré la déserte ombre noire,
  jamás yo ausente en mísera figura
Je n’aurai dans l’absence cette figure misérable
 lamentaría el daño no debido;
regrettant à l’envi des dommages injustifiables ;

mas preséntela llevo, y voy perdido
mais cette ombre est là et je suis perdu
por cierto error a estrecha desventura,
 par cette erreur certaine qui me réduit au malheur,
y es muerte fiera él, ya de mi ventura
 et quelle mort féroce, déjà ma fortune
rico despojo al corazón caído.
 généreuse dans mon cœur est tombée.

De mi gloria me acuerdo para pena,
 De ma gloire, le souvenir me peine,
del mal para dolor, y nunca veo
 et de ce mal je souffre, et jamais ne vois
 o pienso cosa ajena de mi engaño.
ou ne pense quelque chose d’étranger à mon illusion.

Pobre de bien mi suerte, y de afán llena
 Mon triste sort de plein d’affliction
fue; y aunque no, bastara mi deseo
s’est retrouvé ; mais si mon sort eût été différent, mon désir eût suffi
para no dar lugar al desengaño.
 à me diriger vers une inéluctable déception.

***********************

*************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA – LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA

**********************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LES VAGUES DE LA MER – Sonnet de FERNANDO DE HERRERA – Del mar las ondas quebrantarse vía

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

LES VAGUES DE LA MER
DEL MAR LAS ONDAS QUEBRANTARSE VIA

*******

William Turner, Le Naufrage du Minotaure, 1810

**********

Del mar las ondas quebrantarse vía
Je voyais les vagues de la mer se briser
en las desnudas peñas, desde el puerto;
 sur les rochers dénudés, depuis le port ;
y en conflicto las naves que el desierto
 et se briser aussi les navires en conflit que l’aride
Bóreas, bramando con furor, batía,
 Borée, beuglant de fureur, fouettait,

cuando gozoso de la suerte mía,
quand, me félicitant de mon incroyable chance,
aunque afligido del naufragio cierto,
 tempérée néanmoins par ce certain naufrage,
dije: no cortará del Ponto incierto
 je dis : jamais sous de tels déluges incertains
jamás mi nave la temida vía.
ne pénétrera mon navire de si terrible voie.

¡Mas, ay triste, que apena se presenta
Mais triste, si triste que se présente inattendue
  de mi fingido bien una esperanza
de ce bonheur irréel une espérance
cuando las velas tiendo sin recelo!
 que je hisse alors mes voiles sans crainte !

Vuelo cual rayo, y súbita tormenta
 Je vole comme un éclair, mais un soudain tourbillon
me niega la salud y la bonanza,
 me refuse la salut et la quiétude,
y en negra sombra cubre todo el cielo.
 et son ombre noire alors recouvre tout le ciel.

*******************************

LA POÉSIE DE FERNANDO DE HERRERA

LA POESIA DE FERNANDO DE HERRERA



*******************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

LES BRINS D’OR PUR – Sonnet de Fernando de Herrera – Las hebras de oro puro que la frente

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española
Soneto
Sonnet

FERNANDO DE HERRERA
Séville 1534 – Séville 1597

**************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Santiago Rusiñol, Le patio bleu

*******

Las hebras de oro puro que la frente
Les brins d’or pur, ton front
cercan en ricas vueltas, do el tirano
les abrite en abondantes volutes, le tyran
señor teje los lazos con su mano,
Seigneur y tisse les liens de sa main,
y arde en la dulce luz resplandeciente;
et brûle en la douce lumière rougeoyante ;

cuando el invierno frío se presente,
quand l’hiver froid se présentera,
vencedor de las flores del verano,
hiver vainqueur des fleurs de l’été,
el purpúreo color tornando vano,
la couleur violacée devenue vaine,
en plata volverán su lustre ardiente.
en argent changera le brûlant éclat.

Y no por eso amor mudará el puesto;
Mais l’amour lui ne changera pas ;
que el valor lo asegura y cortesía,
affirmé par la vertu, la courtoisie,
el ingenio y del alma la nobleza.
l’ingéniosité et la noblesse de l’âme.

Es mi cadena y fuego el pecho honesto,
Ma chaîne et mon feu sera ta chaste poitrine,
y virtud generosa lumbre mía,
et ta vertu généreuse sera ma lumière,
de vuestra eterna, angélica belleza.
de ton éternelle et angélique beauté.

************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.