Archives par mot-clé : Musée Russe

AU DIEU INCONNU- POEME DE ANTERO DE QUENTAL – IGNOTO DEO

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

*

traduction Jacky Lavauzelle
LITTERATURE PORTUGAISE
literatura português

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

Antero de Quental

18 avril 1842 – Ponta Delgada (Les Açores)-  11 septembre 1891 Ponta Delgada
 18 de abril de 1842 – Ponta Delgada, 11 de setembro de 1891

______________________________________ 

Traduction Jacky Lavauzelle

 _______________________________________

AU DIEU INCONNU
IGNOTO DEO

_______________________________________

Mikhaïl Vroubel, Михаил Александрович Врубель, Séraphin à six ailes,Azraël, l’ange de la mort,1904, Musée russe

***********


Que beleza mortal se te assemelha,
Quelle beauté mortelle te ressemble,
Ó sonhada visão d’esta alma ardente,
Ô vision rêvée de cette ardente âme,
Que reflectes em mim teu brilho ingente,
Reflétant en moi ton immense lumière,
Lá como sobre o mar o sol se espelha?
Comme sur la mer quand le soleil se reflète ?

*

O mundo é grande — e esta ancia me aconselha
Le monde est vaste- et cette inquiétude me conseille
A buscar-te na terra: e eu, pobre crente,
De te chercher sur terre : et moi, pauvre croyant,
Pelo mundo procuro um Deus clemente,
Je cherche à travers le monde un Dieu miséricordieux,
Mas a ara só lhe encontro… nua e velha…
Mais le seul autel que je trouve est … nu et vieux…

*

Não é mortal o que eu em ti adoro.
Ce n’est pas le mortel que j’aime en toi.
Que és tu aqui? olhar de piedade,
Qui es-tu ici ? un regard de piété,
Gota de mel em taça de venenos…
Une goutte de miel dans un bol de venin…

*

Pura essencia das lagrimas que chóro
La pure essence de larmes que je pleure
E sonho dos meus sonhos! se és verdade,
Et que je rêve de mes rêves ! si tu es la vérité,
Descobre-te, visão, ao céo ao menos!
Découvre-toi, ô vision, au moins devant le ciel !


*****************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

NIRVANA- Poème de ANTERO DE QUENTAL -Poema de Antero de Quental

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

*

traduction Jacky Lavauzelle
LITTERATURE PORTUGAISE
literatura português

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

Antero de Quental

18 avril 1842 – Ponta Delgada (Les Açores)-  11 septembre 1891 Ponta Delgada
 18 de abril de 1842 – Ponta Delgada, 11 de setembro de 1891

______________________________________ 

Traduction Jacky Lavauzelle

 _______________________________________

NIRVANA
_______________________________________

Ilia Répine, Илья Ефимович Репин, Sadko, Садко, 1876, Musée Russe, Saint-Pétersbourg

**************

Viver assim: sem ciúmes, sem saudades,
Vivre ainsi : sans jalousie, sans envie,
Sem amor, sem anseios, sem carinhos,
Sans amour, sans désir, sans affection,
Livre de angústias e felicidades,
Libre des angoisses et des félicités,
Deixando pelo chão rosas e espinhos;
Laissant roses et épines au sol ;

*


Poder viver em todas as idades;
Être capable de vivre à tout âge ;
Poder andar por todos os caminhos;
Être capable de marcher dans tous les sens ;
Indiferente ao bem e às falsidades,
Indifférent au bien et au mensonge,
Confundindo chacais e passarinhos;
Confondre les chacals et les oiseaux;

*


Passear pela terra, e achar tristonho
Se promener sur la terre et trouver triste
Tudo que em torno se vê, nela espalhado;
Tout ce est autour de vous, dispersé sur elle ;
A vida olhar como através de um sonho;
Regarder la vie comme à travers un rêve ;

*

Chegar onde eu cheguei, subir à altura
Atteindre le lieu où je suis, arriver à la hauteur
Onde agora me encontro – é ter chegado
Où je suis maintenant – c’est avoir trouvé
Aos extremos da Paz e da Ventura!
Les extrémités de la Paix et de la Fortune !


***************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LA FENÊTRE — Poème de Marina Tsvétaïeva – Марина Ивановна Цветаева- 1916 – Вот опять окно

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est salamandre-1024x536.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

LITTÉRATURE RUSSE
POÉSIE RUSSE
Русская литература

Русская поэзия


TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Par-Pierre-Choumoff.jpg.
Marina Tsvétaïeva – photo de Pierre Choumoff ( Пётр Ива́нович Шу́мов )

Marina Ivanovna Tsvetaïeva
Марина Ивановна Цветаева

poétesse russe
русская поэтесса
Moscou 26 septembre 1892 – Ielabouga 31 août 1941
26 сентября 1892, Москва — 31 августа 1941, Елабуга

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1911-Photo-de-Maximilian-Voloshin-801x1024.jpeg.

     ____________________________________________

LA FENÊTRE
1916
Вот опять окно
____________________________________________

Arkhip Kouïndji, Архип Іванович Куїнджі, Soir en Ukraine, Вечір на Україні 1878, Musée Russe, Saint-Pétersbourg

**************

Вот опять окно,
Voici une fenêtre, encore
Где опять не спят.
Où personne ne dort.
Может — пьют вино,
Peut-être y boit-on du vin,
Может — так сидят.
Peut-être y est-on juste assis.
Или просто — рук
Ou simplement – des mains
Не разнимут двое.
S’enlacent tendrement.
В каждом доме, друг,
Dans chaque maison, ami,
Есть окно такое.
Il y a une fenêtre comme ça.

*

Крик разлук и встреч —
Des cris et des réunions –
Ты, окно в ночи́!
Toi, la fenêtre dans la nuit !
Может — сотни свеч,
Peut-être des centaines de bougies
Может — три свечи…
Peut-être trois bougies …
Нет и нет уму
Non et pas d’esprit
Моему — покоя.
Ma paix.
И в моём дому
Et chez moi
Завелось такое.
C’était ainsi.

*

Помолись, дружок, за бессонный дом,
Priez, mon ami, pour une maison sans sommeil,
За окно с огнём!
A la fenêtre près du feu !

****************

23 декабря 1916
23 décembre 1916

**************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Signature-2.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est En-1924.jpg.
Marina Tsvétaïeva – Marina Tsvetaeva – en 1924

__________________________________________
Poésie de Marina Tsvétaïéva
Поэзия Марины Чветаевой

__________________________________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

POUCHKINE (1824) L’AQUILON – АКВИЛОН

*

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1824
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


1824
L’AQUILON
*

  АКВИЛОН
*

***

La Neuvième Vague
Девятый вал
1850
Ivan Aïvazovski
 Иван Константинович Айвазовский 
Санкт-Петербург, Государственный Русский музей
Musée Russe de Saint-Pétersbourg

***

Зачем ты, грозный аквилон,
Pourquoi, aquilon menaçant,
Тростник прибрежный долу клонишь?
Fouetter les roseaux de la terre ?
Зачем на дальний небосклон
Pourquoi longer l’horizon, effrayant,…

DISPONIBLE SUR AMAZON

И тихо зыблется тростник.
Et les roseaux bruissent calmement.

**

 

**********

ALEXANDRE POUCHKINE
1824  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

*****************