Archives par mot-clé : guerre

ENTRE INDUS ET GANGE – LA TERRE AUX ABONDANTES RICHESSES – OS LUSIADAS VII-1- LES LUSIADES – Luís de Camões -Já se viam chegados junto à terra

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

*

LES LUSIADES VII
OS LUSIADAS
CANTO SÉTIMO 

*
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS VII-1 LES LUSIADES VII-1

*
LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Chant-7.jpg.
Brahma confundido por Camões com Jano
Brahma confondu par Camões avec Janus

**

Já se viam chegados junto à terra,
Ils étaient déjà si près de cette terre,
Que desejada já de tantos fora,
Que tant désiraient ardemment atteindre,
Que entre as correntes Indicas se encerra,
Que limite les courants de l’Indus,
E o Ganges, que no céu terreno mora.
Et du Gange et qui vit dans le Paradis terrestre.
Ora, sus, gente forte, que na guerra
Maintenant, vous, puissants chevaliers, qui, dans la guerre,
Quereis levar a palma vencedora,
Voulez conquérir les palmes de la victoire,
Já sois chegados, já tendes diante
Vous êtes ici arrivés, vous avez désormais devant vous
A terra de riquezas abundante.
Le terre aux si abondantes richesses.

*********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LA VIE DE MON CORPS – OS LUSIADAS V-55 – LES LUSIADES – LUIS DE CAMOES – Já néscio, já da guerra desistindo

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO V
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS V-55 LES LUSIADES V-55
*

LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

*********************



-« Já néscio, já da guerra desistindo,
-« Comme j’étais stupide, déjà j’abandonnais l’idée de la guerre,
Uma noite de Dóris prometida,
Une nuit promise par l’Océanide Doris,
Me aparece de longe o gesto lindo
La belle forme apparaissait au loin
Da branca Tétis única despida:
De la blanche Thétis dénudée :
Como doido corri de longe, abrindo
Comme un fou, de loin, ouvrant
Os braços, para aquela que era vida
Mes bras, pour celle qui était la vie
Deste corpo, e começo os olhos belos
De mon corps, et je commençais déjà sur ses beaux yeux
A lhe beijar, as faces e os cabelos.
A apposer des baisers, puis sur ses joues et ses cheveux.



********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LE SINGE – POÈME DE VLADISLAV KHODASSEVITCH – Владислав Ходасевич – Обезьяна

Singe devant un squelette, Gabriel von Max , Обезьяна перед скелетом, Габриэль фон Макс

*Антология русской поэзии
Anthologie de la Poésie Russe
*


LITTERATURE RUSSE
русская литература

стихотворение  – Poèmes

Traduction Jacky Lavauzelle 

Vladislav Khodasevich
Vladislav Khodassevitch

 

 né le 16 mai 1886 Moscou – 14 juin 1939 Billancourt,

 

ПОЭЗИЯ ВЛАДИСЛАВА ХОДАССЕВИЧА

LA POÉSIE DE VLADISLAV KHODASSEVITCH

LE SINGE
1918-1919
Обезьяна

*******************


****************

Была жара. Леса горели. Нудно
Il faisait chaud. Les forêts se consumaient. Paresseux,
Тянулось время. На соседней даче
Passait le temps. Au chalet voisin
Кричал петух. Я вышел за калитку.
Le coq chanta. Je suis sorti.
Там, прислонясь к забору, на скамейке
Là, appuyé à la clôture, sur un banc,
Дремал бродячий серб, худой и черный.
Assoupi, un Serbe vagabond, efflanqué et sombre.
Серебряный тяжелый крест висел
Une lourde croix argentée accrochée
На груди полуголой. Капли пота
Sur sa poitrine à moitié nue. Des gouttes de sueur
По ней катились. Выше, на заборе,
Y roulaient dessus. Plus haut, sur la clôture,
Сидела обезьяна в красной юбке
Un singe assis sur une jupe rouge
И пыльные листы сирени
Avec des feuilles de lilas poussiéreuses
Жевала жадно. Кожаный ошейник,
Qu’il mâchait avidement. Un collier en cuir
Оттянутый назад тяжелой цепью,
Tenu par une lourde chaîne
Давил ей горло. Серб, меня заслышав,
Lui pressait la gorge. Le Serbe, m’entendant,
Очнулся, вытер пот и попросил, чтоб дал я
Se réveilla ; il essuya sa sueur et me demanda
Воды ему. Но, чуть ее пригубив, —
Un peu d’eau. Mais, après une petite gorgée,
Не холодна ли, — блюдце на скамейку
Trop froide peut-être – reposa la tasse sur le banc
Поставил он, и тотчас обезьяна,
Immédiatement, le singe
Макая пальцы в воду, ухватила
Trempa ses doigts dans l’eau, et attrapa
Двумя руками блюдце.
La tasse à deux mains.
Она пила, на четвереньках стоя,
Puis but debout à quatre pattes,
Локтями опираясь на скамью.
Ses coudes contre le banc.
Досок почти касался подбородок,
Le bois du banc touchait presque son menton,
Над теменем лысеющим спина
Au-dessus de sa tête dégarnie, j’apercevais
Высоко выгибалась. Так, должно быть,
Son dos arqué. Peut-être qu’ainsi s’était retrouvé
Стоял когда-то Дарий, припадая
Darius un jour, accroupi
К дорожной луже, в день, когда бежал он
Devant une flaque sur sa route, le jour où il s’enfuit
Пред мощною фалангой Александра.
Devant la puissante phalange d’Alexandre.
Всю воду выпив, обезьяна блюдце
Ayant bu toute l’eau, le singe jeta la tasse
Долой смахнула со скамьи, привстала
du banc et se releva brusquement
И — этот миг забуду ли когда? —
Et – vais-je oublier cet instant ? –
Мне черную, мозолистую руку,
Sa main noire calleuse
Еще прохладную от влаги, протянула…
Encore fraîche de l’humidité de l’eau, il me tendit…
Я руки жал красавицам, поэтам,
J’ai souvent serré la main de belles femmes, de poètes,
Вождям народа — ни одна рука
De grands chefs – pas une seule main
Такого благородства очертаний
Une telle noblesse de contours
Не заключала! Ни одна рука
Ne possédait ! Pas une seule main
Моей руки так братски не коснулась!
N’avait jamais touché la mienne aussi fraternellement !
И, видит Бог, никто в мои глаза
Et, Dieu le sait, personne n’avait jamais regardé
Не заглянул так мудро и глубоко,
Avec un air aussi sage et profond,
Воистину — до дна души моей.
En vérité, le fond de mon âme.
Глубокой древности сладчайшие преданья
Les plus anciennes légendes, les plus douces,
Тот нищий зверь мне в сердце оживил,
Cette bête mendiante les ressuscitait dans mon cœur,
И в этот миг мне жизнь явилась полной,
Et, à ce moment, ma vie était complète,
И мнилось — хор светил и волн морских,
Et j’entendis- une chorale marine de lumières et de vagues,
Ветров и сфер мне музыкой органной
Et j’entendis les orgues des vents et des sphères
Ворвался в уши, загремел, как прежде,
Éclater dans mes oreilles, se déchaîner, comme avant,
В иные, незапамятные дни.
Comme jadis dans les jours révolus.

И серб ушел, постукивая в бубен.
Et le Serbe s’en alla en tapotant son tambourin.
Присев ему на левое плечо,
Accroupi sur son épaule gauche,
Покачивалась мерно обезьяна,
Le singe suivait la mesure,
Как на слоне индийский магараджа.
Comme un maharaja indien sur un éléphant.
Огромное малиновое солнце,
L’énorme soleil à la couleur framboise
Лишенное лучей,
Dépourvu du moindre rayon,
В опаловом дыму висело. Изливался
Se devinait dans la brume opale. Je ressentais
Безгромный зной на чахлую пшеницу.
Cette chaleur, sans orage, sur le blé rabougri.

В тот день была объявлена война.
La guerre se déclara ce jour-là.

**************************

7 июня 1918, 20 фераля 1919
7 juin 1918 – 20 février 1919

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

LA POÉSIE DE VLADISLAV KHODASSÉVITCH – ПОЭЗИЯ ВЛАДИСЛАВА ХОДАССЕВИЧА

*Антология русской поэзии
Anthologie de la Poésie Russe
*


LITTERATURE RUSSE
русская литература

стихотворение  – Poèmes

Traduction Jacky Lavauzelle 

Vladislav Khodasevich
Vladislav Khodassevitch

 

 né le 16 mai 1886 Moscou – 14 juin 1939 Billancourt

 

ПОЭЗИЯ ВЛАДИСЛАВА ХОДАССЕВИЧА

LA POÉSIE DE VLADISLAV KHODASSÉVITCH

*******************

__________
1904
__________

CRÉPUSCULE NEIGEUX
Сумерки снежные

Сумерки снежные. Дали туманные.
Crépuscule neigeux. Silhouettes brumeuses.
Крыши гребнями бегут.
Les toits sont des crêtes maritimes.

Ivan Aïvazovski, Айвазовский, Иван Константинович, Ночь в Гурзуфе, 1891

__________
1907
__________

LES NUITS
Ночи

Чуть воют псы сторожевые.
Des lointains hurlements de chiens.
Сегодня там же, где вчера,
Aujourd’hui tout comme hier,

Ivan Aïvazovski, Айвазовский, Иван Константинович, Гнев морей, La Colère des mers, 1886

__________
1913
__________

L’ACROBATE
Акробат

От крыши до крыши протянут канат.
Une corde est tendue entre deux toits.
Легко и спокойно идет акробат.
Facile et silencieux, marche l’acrobate.

Marc Chagall, timbre de Biélorussie

__________
1915
__________

LA SOLITUDE
Уединение

Заветные часы уединенья!
Précieuses heures de solitude !
Ваш каждый миг лелею, как зерно;
Chaque instant je chéris, comme une graine ;

Pavel Filonov,Autoportrait,1921,Selfportrait,Павел Филонов, Автопортрет

__________
1916 – 1917
__________

LES MAUVAIS POÈMES
Хорошие стихи меня томят

Хорошие стихи меня томят,
Les bons poèmes me tourmentent,

Плохие же так милы почему-то:
Les mauvais, eux, sont si mignons, sans raison aucune :

Ivan Aïvazovski, Иван Константинович Айвазовский, Naufrage, Кораблекрушение,1876

__________
1917
__________

LA TRACE DE L’ÂME
Золото

В рот — золото, а в руки — мак и мед:
De l’or dans la bouche, du pavot et du miel dans les mains :
Последние дары твоих земных забот.
Les derniers cadeaux de vos préoccupations terrestres.

Ivan Aïvazovski, Айвазовский, Иван Константинович, Moulins à vent en bord de mer, 1837

__________
1917 – 1918
__________

CHERCHEZ-MOI !
Ищи меня

Ищи меня в сквозном весеннем свете.
Cherchez-moi dans la lumière du printemps.
Я весь — как взмах неощутимых крыл,
Je suis un vol d’ailes imperceptibles,

Ivan Aïvazovski Айвазовский Иван Константинович Хаос. Сотворение мира. 1841 Chaos, la Création du monde Musée Arménien de Venise

__________
1918 – 1919
__________

LE SINGE
Обезьяна

Была жара. Леса горели. Нудно
Il faisait chaud. Les forêts se consumaient. Paresseux,
Тянулось время. На соседней даче
Passait le temps. Au chalet voisin

Singe devant un squelette, Gabriel von Max , Обезьяна перед скелетом, Габриэль фон Макс

__________
1921
__________

LA VAPEUR DES MARAIS
Иду, вдыхая глубоко

Иду, вдыхая глубоко
Je marche, respirant profondément
Болот Петровых испаренья,
Les vapeurs des marais,

**

J’AIME LES GENS
Люблю людей, люблю природу

Люблю людей, люблю природу,
J’aime les gens, j’aime la nature,
Но не люблю ходить гулять,
Mais je n’aime pas me promener,

Pieter Brueghel l’Ancien , Питер Брейгель Старший, Le Paysan et le voleur de nid, Крестьянин и гнездовой разбойник, 1568

__________
1923
__________

N’ATTENDS RIEN
Не жди, не уповай, не верь

Не жди, не уповай, не верь:
N’attends rien, n’aie pas confiance, ne crois pas :
Всё то же будет, что теперь.
Tout sera comme avant.

Alexej von Jawlensky, Алексей Георгиевич Явленский, Der Glöckner, Le Bossu,Горбун, 1905, Musée Lenbachhaus, Munich, Музей Ленбаххаус, Мюнхен

**

L’AVEUGLE
СЛЕПОЙ

Палкой щупая дорогу,
Sentant la route avec son bâton,
Бродит наугад слепой,
Un aveugle erre au hasard,

La Parabole des aveugles, Pieter Brueghel l’Ancien, Питер Брейгель Старший, Притча о слепых, Дерево, масло, 1568

__________
1924
__________

DEVANT LE MIROIR
Перед зеркалом

Я, я, я. Что за дикое слово!
Moi, moi, moi. Quel mot sauvage !
Неужели вон тот — это я?
Est-ce moi cet homme là-bas – est-ce moi ?

Titien, Vénus au miroir, Тициан, Венера в зеркале
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

FACE À LA MORT ET À L’OUBLI – SHAKESPEARE SONNET 55 – LV – Not marble, nor the gilded monuments

SONNET de SHAKESPEARE
SHAKESPEARE SONNETS
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE


**

SONNET 55

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Not marble, nor the gilded monuments
****

FACE À LA MORT ET À L’OUBLI
***

1598 

**

*

Not marble, nor the gilded monuments
Pas un marbre, pas un majestueux monument
Of princes, shall outlive this powerful rhyme;
Des princes ne survivra à ces vers puissants;
But you shall shine more bright in these contents
Vous brillerez dans mes rimes plus intensément
 Than unswept stone, besmear’d with sluttish time.
Que la pierre empoussiérée, éprouvée par le temps.

*

When wasteful war shall statues overturn,
Lorsqu’une violente guerre renversera les statues,
And broils root out the work of masonry,
Et déracinera le travail de maçonnerie,
Nor Mars his sword, nor war’s quick fire shall burn
Ni l’épée de Mars, ni le feu ardent de la guerre ne brûleront
The living record of your memory.
Le monument vivant de votre mémoire. 

*


*

‘Gainst death, and all-oblivious enmity
Face à la mort et face à l’oubli
Shall you pace forth; your praise shall still find room
Vous avancerez ; votre louange trouvera place
Even in the eyes of all posterity
Même aux yeux des générations futures

*

That wear this world out to the ending doom.
Et ainsi jusqu’au jugement dernier.
 So, till the judgment that yourself arise,
Ainsi, jusqu’à ce qu’il advienne,
You live in this, and dwell in lovers’ eyes.
Vous habiterez dans le regard de ceux qui aiment.

*



 

*****************

SHAKESPEARE SONNETS
SONNET LV

LES SONNETS DE SHAKESPEARE SONNETS

GIOSUE CARDUCCI – ÇA IRA (1883)- PREMIER SONNET – Lieto su i colli di Borgogna splende

Traduction – Texte Bilingue
CARDUCCI


 

Giosuè Carducci
1835- 1907

Prix Nobel de Littérature 1906

 

Traduction Jacky Lavauzelle

Sélection de poèmes de
Giosuè Carducci
*********

ÇA IRA
I
*********

 


 *******

Lieto su i colli di Borgogna splende
Heureux brille sur les collines de Bourgogne
e in val di Marna a le vendemmie il sole:
et sur les vendanges dans la vallée de la Marne le soleil :
il riposato suoI piccardo attende
le sol apaisé de la Picardie attend
l’aratro che l’inviti a nuova prole.
de la charrue une nouvelle invitation à procréer.

*

Ma il falcetto su l’uve iroso scende
Mais la faucille sur les raisins de colère s’abat
come una scure, e par che sangue còle:
telle une hache, d’où semble s’écouler du sang :
 nel rosso vespro l’arator protende
dans ce soir rouge, le paysan observe
l’occhio vago a le terre inculte e sole,
le regard vague les terres incultes et solitaires,

*

ed il pungolo vibra in su i mugghianti
et le fouet claque sur les bêtes mugissantes
  quasi che l’asta palleggiasse, e afferra
comme s’il agitait de sa lance, il empoigne alors
la stiva urlando : Avanti, Francia, avanti!
la charrue en criant : En avant, France, en avant !

*

Stride l’aratro in solchi aspri: la terra
La charrue gémit dans l’âpre sillon ; la terre
  fuma: l’aria oscurata è di montanti
fume ;  l’air est obscurci par l’ombre montante
fantasimi che cercano la guerra.
des fantômes qui cherchent la guerre.


*******

ÇA IRA
 I

******

GIOSUE CARDUCCI

********************

LE « ÇA IRA »
Le poète Giosuè Carducci
Maurice Muret
Revue des Deux Mondes
Tome 40 – 1907

…Le sonnet est un moule d’une rare plasticité. Il s’est prêté aux mignardises de Joséphin Soulary comme aux visions grandioses de José Maria de Heredia. Dans leur concision lapidaire, leur âpre et sinistre beauté, les douze sonnets de Ça ira brillent d’un éclat tragique.

C’est au sortir d’une lecture de la Révolution française par Carlyle que Carducci les composa. Sans doute il connaissait aussi Thiers, Louis Blanc et Michelet ; mais la lecture de Carlyle donna l’élan décisif. C’est elle qui força l’inspiration. Comme Carlyle, — et comme Joseph de Maistre, — Carducci voit dans la Révolution française un événement proprement « satanique, » mais le rebelle qu’il est attache à ce terme le sens favorable qui se découvre dans son Hymne à Satan. La Révolution française est pour lui une revanche de la raison, de la liberté, de la justice sur les « tyrannies séculaires » de l’Eglise et de la monarchie. Il a protesté contre les critiques qui dénoncèrent ses sympathies terroristes quelque peu excessives ; il a prétendu s’être borné (ou à peu près) au rôle d historiographe. C’est pur paradoxe ! Ça ira prend énergiquement fait et cause pour la Terreur. Carducci condamne Louis XVI et Marie-Antoinette avec une rigueur inconnue des historiens impartiaux. Le sonnet qui retrace le meurtre de la princesse de Lamballe est une apologie déguisée de ce crime. Louis XVI, enfin, dans la prison où il se recueille en attendant la mort, est montré par le poète italien « demandant pardon au ciel pour la nuit de la Saint-Barthélemy. » Que voilà donc un « état d’Ame » peu historique ! N’y a-t-il pas tout lieu de croire que Louis XVI, à la veille de mourir, était à cent lieues de penser qu’il expiait les méfaits de Charles IX ? C’est l’impitoyable logique jacobine qui établit des rapprochements de cette sorte.

Il faut tenir compte, dans l’appréciation du Ça ira, de la date où fut publié cet ouvrage. Il parut « pour le 77e anniversaire de la République, » à une époque où la France traversait une nouvelle « année terrible. » Bien que le poète n’y fasse aucune allusion formelle, les événements de 1870-1871 restent toujours présents à son esprit. A l’opprobre de Sedan s’oppose dans sa pensée la gloire de Valmy, de Valmy qui fait l’objet de son dernier sonnet. Plutôt que Sedan, la Terreur ; plutôt Danton que Napoléon III ; plutôt Robespierre que Bazaine, voilà ce qu’on peut lire entre les lignes du Ça ira. Un critique italien a parlé des « Grâces pétrolières » qui avaient servi de marraines à cette poésie. Et ce propos irrita l’auteur. Le mot n’en était pas moins exact.

Indépendamment du Ça ira consacré à un sujet français, Carducci mentionne fréquemment la France dans ses ouvrages. Quel autre pays a été plus étroitement mêlé aux destinées du Risorgimento ? Carducci n’est pas gallophobe, tant s’en faut ; mais c’est exclusivement à la France rouge que vont ses sympathies. Les Iambes et épodes traînent aux gémonies ce peuple devenu infidèle à l’idéal révolutionnaire d’autrefois. Le poète maudit la France impériale « brigande au service du Pape » (masnadière papale). Dans les vers Pour Edouard Corazzini, il invective plus sauvagement encore la « grande nation » au nom de ceux qui crurent en elle, de ceux « qui avaient grandi à ta libre splendeur, de ceux qui t’avaient aimée, ô France ! » Même note dans le Sacre d’Henri V, où il s’élève contre les tentatives de restauration monarchique en France après la chute de l’Empire. Mais c’est surtout contre Bonaparte et le bonapartisme que le poète romain brandit ses foudres vengeresses.

Maurice Muret
Revue des Deux Mondes
Tome 40 – 1907

***************************

 

 

FERNANDO PESSOA (1915) SUR LA TRAHISON ET LE TRAÎTRE – CHRONIQUE DE LA VIE QUI PASSE

Chronique de la Vie qui passe
Poème & Prose de Fernando Pessoa





Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 





Prosa de Fernando Pessoa




Crónicas da Vida Que Passa
*******

Crónica da Vida Que Passa
CHRONIQUE DE LA VIE QUI PASSE

15 de abril 1915
15 avril 1915

 

*****

SUR LA TRAHISON
&
LE TRAÎTRE

 




 

Na Rússia — ao contrário do que se tem dito — continuam as perseguições políticas.
En Russie – contrairement à ce qui a été dit – les persécutions politiques continuent.
Acaba de ser enforcado, por traidor, o coronel russo Miasoyedoff.
Le colonel russe Miasoyedoff vient d’être pendu pour trahison.
Provou-se, com efeito, que ele era traidor.
Il a été prouvé, en effet, que c’était un traître…

 

********




Crónica da Vida Que Passa
Chronique de la Vie qui Passe
Fernando Pessoa
1915

 

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS SONNET 16 But wherefore do not you a mightier way

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

**

SONNET 16

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets SHAKESPEARE
But wherefore do not you a mightier way

Mais pourquoi n’avez-vous pas de manière plus puissante

1599 

**

 But wherefore do not you a mightier way
Mais pourquoi n’avez-vous pas de manière plus puissante
Make war upon this bloody tyrant, Time?
Pour guerroyer contre ce tyran sanguinaire : le Temps ?
And fortify your self in your decay
Et pourquoi ne pas vous fortifiez contre votre décadence
With means more blessed than my barren rhyme?
Avec des moyens plus heureux que ma rime stérile ?

*








Now stand you on the top of happy hours,
Maintenant, vous vous tenez au sommet des heures heureuses,
And many maiden gardens, yet unset,
Et de nombreux jardins, encore vierges,
With virtuous wish would bear you living flowers,
Avec une vertueuse envie, porteraient vos fleurs vivaces,
Much liker than your painted counterfeit:
Vous ressemblant beaucoup plus que votre portrait peint :

*

So should the lines of life that life repair,
Ainsi, les lignes de vie reviendraient dans votre vie,
Which this, Time’s pencil, or my pupil pen,
Ce que ni le crayon ni la plume de l’élève,
Neither in inward worth nor outward fair,
Ni en vertu intérieure ni en grâces extérieures,

*

Can make you live your self in eyes of men.
Ne pourraient faire vivre aux yeux des hommes.
To give away yourself, keeps yourself still,
En vous donnant vous-même, vous vous conserverez toujours,
And you must live, drawn by your own sweet skill.
Et vous vivrez dans un doux portrait réalisé par votre propre talent.

*****************

SONNET 16

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS