Archives par mot-clé : ivan Aïvazovski

LA VIE ET LES LARMES ET L’AMOUR – Poème de POUCKINE – Я помню чудное мгновенье – 1825

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

POUCHKINE – Poème de 1825

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин 1799-1837
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

**********

Ivan Aïvazovski
Айвазовский, Иван Константинович

Portrait d’Anna Sarkisova-Burnazyan
Портрет Анны Саркисовой-Бурназян. И. К. Айвазовский, 1882

*******


К ***


Я помню чудное мгновенье:
Je me souviens de ce moment merveilleux :
Передо мной явилась ты,
Tu étais devant moi
Как мимолетное виденье,
Comme une vision fugace,
Как гений чистой красоты.
Génie de pure beauté.

В томленьях грусти безнадежной
Dans un profond désespoir
В тревогах шумной суеты,
Plongé dans une bruyante agitation,
Звучал мне долго голос нежный
J’ai entendu ta voix douce
И снились милые черты.
Et rêvé la finesse de ton visage.

Шли годы. Бурь порыв мятежный
Les années passèrent. La tempête
Рассеял прежние мечты,
Balaya mes anciens rêves,
И я забыл твой голос нежный,
Et j’oubliai la douceur de ta voix,
Твои небесные черты.
La finesse de tes traits.

В глуши, во мраке заточенья
Dans le désert, claustré,
Тянулись тихо дни мои
Mes jours étaient calmes
Без божества, без вдохновенья,
Sans divinité, sans inspiration,
Без слез, без жизни, без любви.
Sans larmes, sans vie, sans amour.

Душе настало пробужденье:
Sonna l’heure du réveil :
И вот опять явилась ты,
Et enfin te revoilà,
Как мимолетное виденье,
Comme une vision fugace,
Как гений чистой красоты.
Comme un génie de pure beauté.

И сердце бьется в упоенье,
Et mon cœur battit d’extase,
И для него воскресли вновь
De voir ressuscités
И божество, и вдохновенье,
Et la divinité et l’inspiration
И жизнь, и слезы, и любовь.
Et la vie et les larmes et l’amour.


**********

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10.gif.

Astre triste, astre du soir! -Poème de POUCHKINE – 1820

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

Alexandre Pouchkine
Александр Сергеевич Пушкин 1799-1837
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Редеет облаков летучая гряда.
En file, les nuages s’évadent vers les sommets.
Звезда печальная, вечерняя звезда!
Astre triste, astre du soir !
Твой луч осеребрил увядшие равнины,
Ton rayon argente les plaines épuisées,
И дремлющий залив, и чёрных скал вершины.
La baie en sommeil et les durs rochers noirs.
Люблю твой слабый свет в небесной вышине;
J’aime cette frêle lumière dans les célestes hauteurs ;
Он думы разбудил, уснувшие во мне:
Qui réveille en moi des pensées délaissées :
Я помню твой восход, знакомое светило,
Je me souviens de ton apparition, astre familier,
Над мирною страной, где всё для сердца мило,
Sur ce doux pays, où tout est beau à mon cœur,
Где стройны тополы в долинах вознеслись,
Où les vallées s’étendent que les peupliers façonnent,
Где дремлет нежный мирт и тёмный кипарис,
Où le suave myrte et le sombre cyprès ensemble somnolent,
И сладостно шумят полуденные волны.
Et les longues ondulations de midi bourdonnent.
Там некогда в горах, сердечной думы полный,
Le temps n’existant plus, plein de songes bienveillants,
Над морем я влачил задумчивую лень,
Au-dessus de la mer, j’ai traîné ma paresseuse pensée,
Когда на хижины сходила ночи тень —
Quand la nuit passe son ombre sur nos abris –
И дева юная во мгле тебя искала
Et la jeune fille dans l’obscurité te cherchait
И именем своим подругам называла.
Et chuchotait ton nom à ses plus chères amies.

1820

Ivan Aïvazovski
Айвазовский, Иван Константинович
Неаполитанский залив

POUCHKINE – Poème de 1820

ALEXANDRE POUCHKINE (1824) A LA MER – К морю

*

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1824
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


A LA MER

  1824
К морю
**

***

Ivan Aïvazovski
Иван Константинович Айвазовский
Arc en ciel
Радуга
Galerie d’État Tretiakov – Moscou
Государственная Третьяковская Галерея

*****

 

 

Прощай, свободная стихия!
Adieu, élément libre !
В последний раз передо мной
Pour la dernière fois devant moi
Ты катишь волны голубые
S’allongent tes vagues bleues
 И блещешь гордою красой.
Dans cette beauté immense et fière.

*

Как друга ропот заунывный,
Comme un long murmure plaintif,
Как зов его в прощальный час,
Comme un appel à l’heure des adieux,
Твой грустный шум, твой шум призывный
Un long et triste souffle
Услышал я в последний раз.
Que pour la dernière fois j’entends.

*

Моей души предел желанный!
Mon âme à tes côtés se retrouvait !
Как часто по брегам твоим
Combien de fois fuyant le monde
 Бродил я тихий и туманный,
Je me promenais sur ton rivage calme et brumeux,
Заветным умыслом томим!
Tourmenté par une quelconque peine !

*

Как я любил твои отзывы,
Comme j’aimais ton phrasé,
Глухие звуки, бездны глас
Tes sons étouffés, cette voix de l’abîme
 И тишину в вечерний час,
Ce silence à l’heure du soir,
И своенравные порывы!
Ces impulsions capricieuses !

 

*

Смиренный парус рыбарей,
Tu t’ouvres devant l‘humble voile de pêcheurs,
Твоею прихотью хранимый,
Qui glisse sur ton dos,
Скользит отважно средь зыбей:
Et vaillamment effleure tes flots :
Но ты взыграл, неодолимый,
Mais tu bondis, tu éructes, irrésistible,
И стая тонет кораблей.
Devant une majestueuse flotte présomptueuse.

*

Не удалось навек оставить
Quand ne pouvant quitter le pont
Мне скучный, неподвижный брег,
Immobile dans la fougue de tes tempêtes,
Тебя восторгами поздравить
Je me félicitais de toujours pouvoir
  И по хребтам твоим направить
Clamer sur la bordure de tes crêtes
Мой поэтической побег!
Mon évasion poétique !

*

Ты ждал, ты звал… я был окован;
Tu m’attendais, tu m’appelais… J’étais prisonnier ;
Вотще рвалась душа моя:
En vain, je déchirai mon âme :
Могучей страстью очарован,
Fasciné par cette puissante passion,
У берегов остался я…
Le long des côtes, je …

 

*

О чём жалеть? Куда бы ныне
Que regretter ? Où maintenant
 
Я путь беспечный устремил?
Partir insouciant ?
Один предмет в твоей пустыне
Un objet, un seul, dans ton immensité désertique
Мою бы душу поразил.
Aurait impressionné mon âme.

*

Одна скала, гробница славы…
Un rocher, tombeau de la renommée …
Там погружались в хладный сон
Au cœur d’un rêve avide
Воспоминанья величавы:
De souvenirs majestueux :
Там угасал Наполеон.
Là, Napoléon s’est endormi.

*

Там он почил среди мучений.
Là, il repose au milieu des tourments.
И вслед за ним, как бури шум,
Et après lui, comme le bruit de la tempête,
Другой от нас умчался гений,
Un autre génie éclate,
Другой властитель наших дум.
Une autre maître de nos pensées.

*

Исчез, оплаканный свободой,
Disparu, pleuré par la liberté
Оставя миру свой венец.
Laissant sur le monde sa couronne.
Шуми, взволнуйся непогодой:
Hurle, frappe et renverse :
Он был, о море, твой певец.
Je serai, o mer, ton chanteur.

*

Твой образ был на нём означен,
Créé à ton image,
Он духом создан был твоим:
Créé par ton esprit
Как ты, могущ, глубок и мрачен,
Puissant, profond et sombre,
Как ты, ничем неукротим.
Comme toi, invincible.

*

Мир опустел… Теперь куда же
Monde vide … où sont-ils
Меня б ты вынес, океан?
Ceux que tu as emportés, Océan ?
Судьба людей повсюду та же:
Destin inchangé du monde :
Где капля блага, там на страже
Sur tous ces corps et sur toutes ces âmes
Уж просвещенье иль тиран.
S’illumine aussi le tyran.

*

Прощай же, море! Не забуду
Adieu, Mer ! Je n’oublierai pas
Твоей торжественной красы
Ta solennelle beauté
 И долго, долго слышать буду
Et pendant longtemps, très longtemps, j’entendrais
Твой гул в вечерние часы.
Tes voix dans les heures du soir.

*

В леса, в пустыни молчаливы
Dans les bois, dans ce désert silencieux
Перенесу, тобою полн,
Je porterai, plein de toi,
Твои скалы, твои заливы,
Tes rochers, tes criques,
И блеск, и тень, и говор волн.
Tes scintillements et tes ombres, et le ressac de tes vagues.

 

 

*****************

 

**********

ALEXANDRE POUCHKINE
1824  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

*****************

POUCHKINE (1824) L’AQUILON – АКВИЛОН

*

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1824
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


1824
L’AQUILON
*

  АКВИЛОН
*

***

La Neuvième Vague
Девятый вал
1850
Ivan Aïvazovski
 Иван Константинович Айвазовский 
Санкт-Петербург, Государственный Русский музей
Musée Russe de Saint-Pétersbourg

***

Зачем ты, грозный аквилон,
Pourquoi, aquilon menaçant,
Тростник прибрежный долу клонишь?
Fouetter les roseaux de la terre ?
Зачем на дальний небосклон
Pourquoi longer l’horizon, effrayant,
  Ты облачко столь гневно гонишь?
Et persécuter ce nuage avec tant de colère ?

*

Недавно чёрных туч грядой
A présent, des crêtes de noirs nuages abondants
Свод неба глухо облекался,
Chargent la voûte céleste,
Недавно дуб над высотой
A présent, le chêne altier et sauvage
  В красе надменной величался…
Domine la plaine, triomphant…

*

 

Но ты поднялся, ты взыграл,
Mais tu t’es levé, mais tu as bondi
Ты прошумел грозой и славой —
En gémissant dans toute ta gloire, tu t’es déchaîné-
И бурны тучи разогнал,
Et les nuages orageux se sont évanouis,
И дуб низвергнул величавый.
Et le chêne majestueux s’est fracassé.

*

Пускай же солнца ясный лик
Désormais le soleil offre son lumineux visage,
Отныне радостью блистает,
Désormais il s’épanouit sereinement
И облачком зефир играет,
Pendant que le doux zéphyr taquine le nuage,
И тихо зыблется тростник.
Et les roseaux bruissent calmement.

**

 

**********

ALEXANDRE POUCHKINE
1824  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

*****************

QUE DIEU VOUS AIDE (Poème) 19 OCTOBRE 1827 ALEXANDRE POUCHKINE Пушкин

*
19 октября 1827
19 octobre 1827
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 19 октября 1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


19 октября 1827

 

 19 octobre 1827
QUE DIEU VOUS AIDE

 

 19 октября 1827
Пушкин 

Бог помочь вам, друзья мои,
Que Dieu vous aide, mes amis,
В заботах жизни, царской службы,
Dans les soucis de la vie,
И на пирах разгульной дружбы,
Dans vos fêtes tumultueuses entre amis,
И в сладких таинствах любви!
Dans les sacrements de l’amour !

*

Бог помочь вам, друзья мои,
Que Dieu vous aide, mes amis,
И в бурях, и в житейском горе,
Dans les tempêtes, et la tristesse du monde,
В краю чужом, в пустынном море
Dans les lieux étranges et sur les océans
И в мрачных пропастях земли!
Dans les profondeurs sombres de la terre !

**********

19-octobre-1827-pouchkine-20-octobre-1827-bataille-de-navarinLa bataille de Navarin
20 octobre 1827
Ivan Aïvazovski -1846
Иван Константинович Айвазовский

**********

POUCHKINE
 19 октября 1827  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 19 октября 1827  Пушкин