Archives par mot-clé : poème de pouchkine

LE FEU DU DÉSIR – Poème de Pouchkine – 1825 – В крови горит огонь желанья

Alexandre Pouchkine Александр Сергеевич Пушкин
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

LE FEU DU DÉSIR – Poème de Pouchkine – 1825


L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-300x241-1.jpg.

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

В крови горит огонь желанья
LE FEU DU DÉSIR


В крови горит огонь желанья,
Le feu du désir brûle mon sang consumé,
Душа тобой уязвлена,
Et laisse mon âme épuisée ;
Лобзай меня: твои лобзанья
Embrasse-moi de ta bouche
Мне слаще мирра и вина.
Plus suave que la myrrhe et le vin.
Склонись ко мне главою нежной,
Incline ta tête si douce
И да почию безмятежный,
Qu’en paix je repose enfin,
Пока дохнёт весёлый день
Dans l’attente du jour épanoui
И двигнется ночная тень.
Qui déplacera les ombres de la nuit.

POUCHKINE – Poème de 1825

Gustave Moreau, Le Cantique des cantiques,1853, huile sur toile, musée des beaux-arts de Dijon

****

Note ARGITATO

Poème de Pouchkine à rapprocher des premiers vers du Cantique des Cantiques ( Version Chanoine Crampon -1923) :

  1. Cantique des Cantiques, de Salomon.
  2. Qu’il me baise des baisers de sa bouche ! Car ton amour est meilleur que le vin ;
  3. tes parfums ont une odeur suave, ton nom est une huile épandue ; c’est pourquoi les jeunes filles t’aiment.

AU CIMETIÈRE – Poème de Pouchkine – 1834



Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Стою печален на кладбище
Au Cimetière – 1834

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

Стою печален на кладбище.
Debout, je suis triste, là dans le cimetière.
Гляжу кругом — обнажено
Je regarde tout autour de moi – nue
Святое смерти пепелище
La cendre de la sainte mort
И степью лишь окружено.
Seulement cernée par la steppe.
И мимо вечного ночлега
Et devant cette nuit éternelle
Дорога сельская лежит,
S’étale un long chemin rural,
По ней рабочая телега
D’où partent les tombereaux
изредка стучит.
Qui crissent de temps en temps.
Одна равнина справа, слева.
Une plaine à droite, une autre à gauche.
Ни речки, ни холма, ни древа.
Nulle rivière, nulle colline, nul arbre.
Кой-где чуть видятся кусты.
Quelques buissons au loin là-bas.
Однообразны и унылы
Monotones et tristes
Немые камни и могилы
Des pierres et des tombes silencieuses
И деревянные кресты.
D’où trônent des mornes croix de bois.

сентябрь—октябрь 1834
septembre – Octobre 1834

POUCHKINE – Poème de 1834



A MA NOURRICE – Няне – Poème de POUCHKINE – 1826

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Няне – A ma nourrice

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

Подруга дней моих суровых,
Compagne de mes heures implacables
Голубка дряхлая моя!
Ma colombe vénérable !
Одна в глуши лесов сосновых
Au cœur d’une forêt de pins sylvestres
Давно, давно ты ждёшь меня.
Tu m’attends depuis longtemps.
Ты под окном своей светлицы
Ta tête contre la fenêtre
Горюешь, будто на часах,
Triste, comme s’il s’agissait des aiguilles du temps,
И медлят поминутно спицы
Celles que tu tiens ralentissent chaque instant
В твоих наморщенных руках.
Dans tes mains flétries.
Глядишь в забытые вороты
Fascinée par cette porte qui a traversé les ans
На чёрный отдалённый путь;
Qui s’ouvre sur un long chemin noirci ;
Тоска, предчувствия, заботы
Pressentiments, craintes et soucis
Теснят твою всечасно грудь.
Écrasent ta frêle poitrine.
То чудится тебе …
Il te semble …

1826

Gabriel Metsu, Vieille Femme méditant, v.1660-1662, Rijksmuseum, Amsterdam

POUCHKINE – Poème de 1826

LA LETTRE BRÛLEE D’ALEXANDRE POUCHKINE (1825) СОЖЖЕННОЕ ПИСЬМО

*

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

*
1825
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1825
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


СОЖЖЕННОЕ ПИСЬМО 
1825

****


LA LETTRE BRÛLEE
****

 

Прощай, письмо любви! прощай: она велела.
Adieu, lettre d’amour ! adieu : elle le veut ainsi.
Как долго медлил я! как долго не хотела
J’ai tant attendu ! tout ce temps, ma main
Рука предать огню все радости мои!..
Refusait de mettre au feu toute ma joie !…
Но полно, час настал. Гори, письмо любви.
Mais assez ! L’heure est arrivée. Brûle désormais, lettre d’amour.
Готов я; ничему душа моя не внемлет.
Je suis prêt ; mon âme restera sourde.
Уж пламя жадное листы твои приемлет…
Déjà les flammes avides lèchent le papier…
Минуту!.. вспыхнули! пылают — легкий дым
Minute !…elles exultent ! Illuminent – une fumée
Виясь, теряется с молением моим.
S’exhausse, emporte mes suppliques.
Уж перстня верного утратя впечатленье,
L’impression de son fidèle sceau s’évanouit,
Растопленный сургуч кипит… О провиденье!
La cire du secret s’étale et fond… Ô providence !
Свершилось! Темные свернулися листы;
C’est fini ! La page s’assombrit et gondole ;
На легком пепле их заветные черты
Sur la lumineuse cendre, les tendres mots
Белеют… Грудь моя стеснилась. Пепел милый,
Résistent…Ma poitrine suffoque. Cendre chérie,
Отрада бедная в судьбе моей унылой,
Pauvre joie dans ma sombre destinée,
Останься век со мной на горестной груди…
Reste pour toujours avec moi sur ma triste poitrine…

 

 **********

POUCHKINE
СОЖЖЕННОЕ ПИСЬМО
 1825  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

 LA LETTRE BRÛLEE
1825
Пушкин 

LE CAVALIER DE BRONZE POUCHKINE prologue МЕДНЫЙ ВСАДНИК

 

МЕДНЫЙ ВСАДНИК
Poèsie de Pouchkine

Poème de Pouchkine
1833


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
  Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


МЕДНЫЙ ВСАДНИК
ВСТУПЛЕНИЕ
1833

 LE CAVALIER DE BRONZE
Prologue
1833

 

  1833
Le Cavalier de Bronze
Пушкин 

Vas.Surikov. Bronze Horseman on the Senate Square. Rusian Museum

Le Cavalier de bronze
Vassily Ivanovitch Sourikov
Василий Иванович Суриков

*

ПРЕДИСЛОВИЕ
AVANT-PROPOS

Происшествие, описанное в сей повести, основано на истине.
L’incident décrit dans cette histoire est basé sur des faits réels. Подробности наводнения заимствованы из тогдашних журналов.
Les détails de l’inondation sont empruntés à des magazines contemporains.
Любопытные могут справиться с известием, составленным В. Н. Берхом.
Les curieux peuvent se référés aux nouvelles compilées par  V.N. Berhe.

ВСТУПЛЕНИЕ
PROLOGUE

На берегу пустынных волн
Sur la rive des vagues désolées,
Стоял он, дум великих полн,

Il était là, dans de si grandes pensées,
И вдаль глядел. Пред ним широко

Regardant au loin. Devant lui
Река неслася; бедный чёлн

La rivière coulait ; un pauvre canot
По ней стремился одиноко.

naviguait solitaire.
По мшистым, топким берегам

Sur la mousse des rives marécageuses
Чернели избы здесь и там,

Quelques huttes ici et là,
Приют убогого чухонца;

De misérables finnois ;
И лес, неведомый лучам

Et de la forêt, les rayons inconnus
В тумане спрятанного солнца,

Du soleil se cachaient derrière le brouillard,
Кругом шумел.
Tout frémissait tout autour.

*

И думал он:
Et il pensait :
Отсель грозить мы будем шведу,

De là, nous ferons face à la Suède,
Здесь будет город заложен
Il y aura une ville désormais
На зло надменному соседу.
Qui s’opposera à cet orgueilleux voisin.
Природой здесь нам суждено
Notre destin maintenant
В Европу прорубить окно,
Est d’ouvrir une fenêtre vers l’Europe,
Ногою твердой стать при море.
Un pied ferme face à la mer.
Сюда по новым им волнам
Des routes nouvelles s’ouvriront,
Все флаги в гости будут к нам,
Tous les drapeaux viendront à nous,
И запируем на просторе.
Dans une unité fraternelle.

*

Прошло сто лет, и юный град,
Cent ans plus tard, une ville,
Полнощных стран краса и диво,
Un bel émerveillement, au nord
Из тьмы лесов, из топи блат
Des forêts obscures, des profondeurs des marais
Вознесся пышно, горделиво;
Fièrement s’est érigée ;
Где прежде финский рыболов,

Jadis, un pêcheur finlandais
Печальный пасынок природы,
Triste enfant de la nature,
Один у низких берегов
Sur un rivage instable
Бросал в неведомые воды
Jetait dans des eaux incertaines
Свой ветхой невод, ныне там
Son vieux filet, maintenant
По оживленным берегам
Sur les rives animées
Громады стройные теснятся
Se dressent côte à côte
Дворцов и башен; корабли
Palais et tours ; des navires
Толпой со всех концов земли

Parcourant les extrémités de la terre
К богатым пристаням стремятся;
ici déversent leur cargaison ;
В гранит оделася Нева;
Le granit habille la Néva ;
Мосты повисли над водами;
Les ponts sont suspendus au-dessus des eaux;
Темно-зелеными садами

Des jardins d’un vert foncé
Ее покрылись острова,
Couvrent les îles,
И перед младшею столицей
Et face à cette juvénile capitale
Померкла старая Москва,
Blêmit l’ancienne Moscou,
Как перед новою царицей
Comme devant une nouvelle reine
Порфироносная вдова.
Une veuve régente.

*

Люблю тебя, Петра творенье,
Je t’aime, création de Pierre,
Люблю твой строгий, стройный вид,
J’adore ta sévère et svelte allure,
Невы державное теченье,
Le flux souverain de la Néva,
Береговой ее гранит,
Sa côte de granit,
Твоих оград узор чугунный,
Les amoncellements de clôtures de fer,
Твоих задумчивых ночей
Les nuits de réflexion
Прозрачный сумрак, блеск безлунный,
La transparence des ombres, les paillettes de la lune,
Когда я в комнате моей
Quand je suis dans ma chambre
Пишу, читаю без лампады,
J’écris, je lis sans lampes,
И ясны спящие громады
Et j’efface la grande partie de mon sommeil
Пустынных улиц, и светла
A travers les rues désertiques et les lumières
Адмиралтейская игла,
De l’aiguille de l’amirauté,
И, не пуская тьму ночную
Et, l’obscurité de la nuit ne résiste pas
На золотые небеса,
Sur le ciel doré,
Одна заря сменить другую
Une aube en chasse une autre
Спешит, дав ночи полчаса. 
Qui se dépêche,  donnant à la nuit une si petite heure.
Люблю зимы твоей жестокой
J’adore ton hiver brutal
Недвижный воздух и мороз,
Toujours cet air et ce froid,
Бег санок вдоль Невы широкой,
Voir les traîneaux glisser sur la large Néva,
Девичьи лица ярче роз,
Les visages des filles gais et roses,
И блеск, и шум, и говор балов,
Et l’éclat et le bruit et l’écho des bals,
А в час пирушки холостой
Et à l’heure d’ardentes réjouissances
Шипенье пенистых бокалов
le tintement clair des verres
И пунша пламень голубой.
Et la flamme bleue du punch.
Люблю воинственную живость
J’aime la vivacité des défilés
Потешных Марсовых полей,
Sur l’amusant Champ de Mars,
Пехотных ратей и коней
L’infanterie et les chevaux
Однообразную красивость,
Dans une monotone beauté,
В их стройно зыблемом строю
La gracilité des équipages
Лоскутья сих знамен победных,

Les bannières victorieuses,
Сиянье шапок этих медных,
La beauté du cuivre,
На сквозь простреленных в бою.
Criblé encore par le dernier combat.
Люблю, военная столица,
J’aime la capitale militaire,
Твоей твердыни дым и гром,
Sa forte fumée et le tonnerre,
Когда полнощная царица
Lorsque la souveraine de sa demeure
Дарует сына в царской дом,
Accorde un fils à la maison royale,
Или победу над врагом
Ou pour annoncer la victoire sur l’ennemi
Россия снова торжествует,
Quand la Russie triomphe à nouveau,
Или, взломав свой синий лед,
Ou, le claquement de sa glace bleue,
Нева к морям его несет
Quand la Néva retrouve la mer
И, чуя вешни дни, ликует.
Dans les premiers jours réjouissants du printemps.

*

Красуйся, град Петров, и стой
Sois belle, Ville de Peter, et sois fière
Неколебимо как Россия,
Résolument comme la Russie,
Да умирится же с тобой
Face à l’avenir
И побежденная стихия;
Et aux éléments vaincus ;
Вражду и плен старинный свой
Que les haines puissent disparaître
Пусть волны финские забудут
Dans les vagues finlandaises
И тщетной злобою не будут
Et que la méchanceté vaine
Тревожить вечный сон Петра!
Ne vienne déranger le rêve éternel de Pierre !

*

Была ужасная пора,
Il arriva alors un évènement terrible,
Об ней свежо воспоминанье…
Frais encore dans vos mémoires …
Об ней, друзья мои, для вас
Sur ce, mes amis, pour vous
Начну свое повествованье.
Je vais vous le conter.
Печален будет мой рассказ.
Mais qu’elle est triste mon histoire.

 

*****

 Poésie de Pouchkine
LE CAVALIER DE BRONZE
Prologue
1833
Пушкин 

A DENIS DAVYDOV Poésie de Pouchkine Денис Васильевич Давыдов

Денис Васильевич Давыдов
Poèsie de Pouchkine

  A DENIS DAVYDOV
Poème de Pouchkine
1836


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
  Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Денис Васильевич Давыдов 1836

 A DENIS DAVYDOV
1836

 

  1836
Дени́с Васи́льевич Давы́дов Пушкин 

a-denis-davydov-poesie-de-pouchkine-artgitatoДени́с Васи́льевич Давы́дов
Denis Davydov
1784 Москва Moscou— 1839
русский поэт

*

  Тебе, певцу, тебе, герою!
Toi, le chanteur, toi, le héros!
Не удалось мне за тобою
Je n’aurais pas pu te suivre
При громе пушечном, в огне
Lorsque au milieu du tonnerre des canons
 Скакать на бешеном коне.
Tu enfourchais ton cheval fou.
 Наездник смирного Пегаса,
Moi cavalier de l’humble Pégase
Носил я старого Парнаса
Je ne portais de l’ancien Parnasse
Из моды вышедший мундир:
Qu’une ancienne tunique :
Но и по этой службе трудной,
Il me transportait à tes côtés
И тут, о мой наездник чудный,
Ô mon merveilleux cavalier,
Ты мой отец и командир.
Mon père et commandant.
Вот мой Пугач: при первом взгляде
Me voici : à première vue
 Он виден — плут, казак прямой!
Un fripon, un véritable cosaque !
В передовом твоём отряде
Dans ta meilleure équipe
Урядник был бы он лихой.
Comme ce sergent aurait été fringant.

 

**********

Д. В. Давыдову
POUCHKINE
A DENIS DAVYDOV

 1836

********

 Poésie de Pouchkine
Дени́с Васи́льевич Давы́дов

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 Poésie de Pouchkine
Дени́с Васи́льевич Давы́дов
Д. В. Давыдову Пушкин 

Красавица Une Beauté Poème de Pouchkine 1832 Елены Завадовской

Poèsie de Pouchkine

  Красавица – Une Beauté
Елены Михайловны Завадовской
Poème de Pouchkine

1832


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
Красавица Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Красавица
Елены Завадовской
1832

 Elena Zavadovskaya
UNE BEAUTE 1832

 

  1832
Красавица Пушкин 

Всё в ней гармония, всё диво,
Tout en elle est harmonie, tout est miracle,
Всё выше мира и страстей;
Au-dessus de toutes les passions, elle trône ;
Она покоится стыдливо
Elle repose timidement
 В красе торжественной своей;
Dans sa beauté solennelle ;
Она кругом себя взирает:
Elle regarde tout autour :
 Ей нет соперниц, нет подруг;
Elle n’a ni rivales ni amies ;
Красавиц наших бледный круг
Les beautés de notre cercle
 В её сияньи исчезает.
Par son rayonnement disparaissent.

*

Куда бы ты ни поспешал,
Où que tu ailles,
Хоть на любовное свиданье,
Qu’un rendez-vous t’attende,
Какое б в сердце ни питал
Quoi qu’alimente ton cœur
Ты сокровенное мечтанье, —
Dans le plus intime des rêves –
Но, встретясь с ней, смущённый, ты
Si tu la rencontres
 Вдруг остановишься невольно,
Arrête-toi de suite,
 Благоговея богомольно
Dans une vénération pieuse
Перед святыней красоты.
Devant ce sanctuaire de la beauté.

**********

poeme-de-pouchkine-1832-elena-mikhailovna-zavadovskayaПортрет гр. Елены Михайловны Завадовской
Portrait de  Elena Mikhailovna Zavadovskaya
1807—1874

**********

Красавица
Poème de POUCHKINE
Une BEAUTE

 1832 Красавица

********

 Poésie de Pouchkine

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 Poème de Pouchkine
Красавица Пушкин 

Пред мощной властью красоты PAR LA FORTE PUISSANCE DE LA BEAUTE Пушкин Poème de Pouchkine de 1835

Poèsie de Pouchkine

  Пред мощной властью красоты
Poème de Pouchkine
PAR LA FORTE PUISSANCE DE LA BEAUTE
1835


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пред мощной властью красоты Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Пред мощной властью красоты 1835

 PAR LA FORTE PUISSANCE DE LA BEAUTE 1835

 

  1835
Пред мощной властью красоты Пушкин 

*

Я думал, сердце позабыло
Je pensais :  mon cœur a oublié
Способность лёгкую страдать,
La facile capacité de souffrir,
Я говорил: тому, что было,
Je disais : ce qui a été
 Уж не бывать! уж не бывать!
Ne se reproduira pas! Ne se reproduira pas !
Прошли восторги, и печали,
Autant en emporte le plaisir et la douleur,
И легковерные мечты…
Et les rêves crédules …
Но вот опять затрепетали
Mais là encore ils reviennent
  Пред мощной властью красоты.
Par la forte puissance de la beauté.

 

**********

Пред мощной властью красоты
POUCHKINE
PAR LA FORTE PUISSANCE DE LA BEAUTE

 1835

********

 Poésie de Pouchkine

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 Poème de Pouchkine
Пред мощной властью красоты Пушкин 

Poésie de Pouchkine ELEGIE ЭЛЕГИЯ 1830

Poèsie de Pouchkine

ЭЛЕГИЯ


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 ЭЛЕГИЯ Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


ЭЛЕГИЯ 1830

 ELEGIE 1830

 

  1830
ЭЛЕГИЯ Пушкин 

Безумных лет угасшее веселье
Les joies passées de ma jeunesse débridée
Мне тяжело, как смутное похмелье.
Me sont aujourd’hui pénibles, telle une gueule de bois.
Но, как вино — печаль минувших дней
Mais, comme le vin – la tristesse des jours passés
 В моей душе чем старе, тем сильней.
Dans mon âme croît intensément.
Мой путь уныл. Сулит мне труд и горе
Mon chemin est triste. Des lendemains de travail et de douleur
  Грядущего волнуемое море.
M’attendent sur cette inquiétante mer.

*

Но не хочу, о други, умирать;
Mais je ne veux pas mourir, ô amis ;
Я жить хочу, чтоб мыслить и страдать;
Je veux vivre, penser et souffrir ;
И ведаю, мне будут наслажденья
Et des moments de plaisir je trouverai
Меж горестей, забот и треволненья:
Entre les peines, les soucis et les ennuis :
Порой опять гармонией упьюсь,
Parfois joyeux je serai encore,
Над вымыслом слезами обольюсь,
Et des larmes m’agiteront après une œuvre,
И может быть — на мой закат печальный
Et peut être – dans mon triste coucher de soleil
Блеснет любовь улыбкою прощальной.
L’amour illuminera mon dernier sourire.

**********

ЭЛЕГИЯ POUCHKINE ELEGIE
 1830

********

 Poésie de Pouchkine

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 Poésie de Pouchkine
ЭЛЕГИЯ Пушкин 

QUE DIEU VOUS AIDE (Poème) 19 OCTOBRE 1827 ALEXANDRE POUCHKINE Пушкин

*
19 октября 1827
19 octobre 1827
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 19 октября 1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


19 октября 1827

 

 19 octobre 1827
QUE DIEU VOUS AIDE

 

 19 октября 1827
Пушкин 

Бог помочь вам, друзья мои,
Que Dieu vous aide, mes amis,
В заботах жизни, царской службы,
Dans les soucis de la vie,
И на пирах разгульной дружбы,
Dans vos fêtes tumultueuses entre amis,
И в сладких таинствах любви!
Dans les sacrements de l’amour !

*

Бог помочь вам, друзья мои,
Que Dieu vous aide, mes amis,
И в бурях, и в житейском горе,
Dans les tempêtes, et la tristesse du monde,
В краю чужом, в пустынном море
Dans les lieux étranges et sur les océans
И в мрачных пропастях земли!
Dans les profondeurs sombres de la terre !

**********

19-octobre-1827-pouchkine-20-octobre-1827-bataille-de-navarinLa bataille de Navarin
20 octobre 1827
Ivan Aïvazovski -1846
Иван Константинович Айвазовский

**********

POUCHKINE
 19 октября 1827  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 19 октября 1827  Пушкин