Archives par mot-clé : Shakespeare

L’EPERON SANGLANT – SHAKESPEARE SONNET L – SONNET 50 – How heavy do I journey on the way

SONNET de SHAKESPEARE
SHAKESPEARE SONNET
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 50

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
How heavy do I journey on the way
****

L’EPERON SANGLANT
*****

1598 

**

*

How heavy do I journey on the way,
Quand lourdement je voyage sur la route,
When what I seek, my weary travel’s end,
Quand la fin de mon harassant voyage
Doth teach that ease and that repose to say,
Enseigne à cette quiétude et à ce repos atteints à dire :
‘Thus far the miles are measured from thy friend!’
« Toute cette distance pour t’éloigner d’autant de ton ami! »

*

The beast that bears me, tired with my woe,
La bête qui me porte, épuisée par mon malheur,
Plods dully on, to bear that weight in me,
Se traîne péniblement, supportant ce poids en moi,
As if by some instinct the wretch did know
Comme si par un instinct, la malheureuse savait
His rider lov’d not speed, being made from thee:
Que son cavalier abhorrait la vitesse qui l’éloigne de toi :

*




*

The bloody spur cannot provoke him on,
L’éperon sanglant ne sert plus à rien,
That sometimes anger thrusts into his hide,
Que parfois la colère enfonce dans sa peau,
Which heavily he answers with a groan,
Répondant seulement par un seul gémissement,

*

More sharp to me than spurring to his side;
Plus douloureux encore que l’éperon sur ses flancs ;
For that same groan doth put this in my mind,
Car ce seul gémissement me remémore
My grief lies onward, and my joy behind.
Que devant m’attend le chagrin, et que ma joie derrière se trouve.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET L

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

CONTRE CE TEMPS – SONNET SHAKESPEARE XLIX – Against that time if ever that time come

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 49

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Against that time if ever that time come
****

CONTRE CE TEMPS
*****

1598 

**

*

Against that time, if ever that time come,
Contre ce temps, si jamais ce temps-là arrive,
When I shall see thee frown on my defects,
Où je te verrai froncer les sourcils sur mes défauts,
When as thy love hath cast his utmost sum,
Quand ton amour me présentera l’addition finale,
Call’d to that audit by advis’d respects;
Poussé à cet examen par de prudents avis ;

*

Against that time when thou shalt strangely pass,
Contre ce temps où tu me croiseras, étrangère,
And scarcely greet me with that sun, thine eye,
Et à peine me gratifiant d’un regard, ce soleil,
When love, converted from the thing it was,
Quand l’amour, n’étant plus le même,
Shall reasons find of settled gravity;
Trouveras les raisons d’une extrême gravité ;

*




*

Against that time do I ensconce me here,
Contre ce temps, je me prépare dès maintenant,
Within the knowledge of mine own desert,
Dans la connaissance de mon propre néant,
And this my hand, against my self uprear,
Et lève ma main, contre moi-même,

*

To guard the lawful reasons on thy part:
Pour conserver les justes raisons de ton côté :
To leave poor me thou hast the strength of laws,
Pour me laisser misérable, tu as la force des lois,
Since why to love I can allege no cause.
Puisque, pour que tu m’aimes, je ne peux prétendre à aucune cause.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET XLIX

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

MON PLUS GRAND TRESOR – SONNETS SHAKESPEARE – XLVIII – How careful was I when I took my way

SONNETS SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 48

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
How careful was I when I took my way
****

MON PLUS GRAND TRESOR
*****

1598 

**

*

 

How careful was I when I took my way,
En partant en voyage, je prends des précautions,
Each trifle under truest bars to thrust,
Et mets sous protection la moindre des bagatelles,
That to my use it might unused stay
Pour qu’à mon unique usage, elle soit utilisée.
From hands of falsehood, in sure wards of trust!
Loin de mains corrompus, dans un lieu de confiance !

*

But thou, to whom my jewels trifles are,
Mais toi, pour qui tous mes bijoux ne sont que bagatelles,
Most worthy comfort, now my greatest grief,
Mon incomparable confort, désormais mon plus grand chagrin,
Thou best of dearest, and mine only care,
Toi, mon plus grand trésor et mon unique attention,
Art left the prey of every vulgar thief.
Je t’ai laissée en proie à tous les vulgaires voleurs.

*




*

Thee have I not lock’d up in any chest,
Dans nul coffre, je ne t’ai enfermé,
Save where thou art not, though I feel thou art,
Sauf là où tu n’es pas, même si je te sens,
Within the gentle closure of my breast,
Dans la douce prison de mon cœur,

*

From whence at pleasure thou mayst come and part;
D’où, à ta guise, tu peux aller et venir ;
And even thence thou wilt be stol’n I fear,
Et même de là, je crains qu’on ne puisse te dérober,
For truth proves thievish for a prize so dear.
Car la justice se fait voleuse pour un aussi grand trésor.

*




 

*****************

SONNETS SHAKESPEARE
SONNET XLVIII

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

L’ACCORD – SHAKESPEARE SONNETS – XLVII – Betwixt mine eye and heart a league is took

SONNET de SHAKESPEARE
SHAKESPEARE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 46

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Betwixt mine eye and heart a league is took
****

L’ACCORD
*****

1598 

**

*

Betwixt mine eye and heart a league is took,
Entre mon oeil et mon cœur, un accord est conclu,
And each doth good turns now unto the other:
Et chacun désormais avec l’autre s’entraide :
When that mine eye is famish’d for a look,
Quand mes yeux sont affamés de regard,
Or heart in love with sighs himself doth smother,
Ou quand mon cœur amoureux s’étouffe de soupirs,

*

 With my love’s picture then my eye doth feast,
Avec l’image de mon amour, mes yeux organisent une fête,
And to the painted banquet bids my heart;
Et à ce pictural banquet invite mon cœur ;
Another time mine eye is my heart’s guest,
Parfois, c’est au tour de mon cœur d’inviter mes yeux,
And in his thoughts of love doth share a part:
Ils partagent alors ensemble mes pensées d’amour :

*




*

So, either by thy picture or my love,
Ainsi, soit par ton image, soit par mon amour,
Thy self away, art present still with me;
Même absente, tu ne cesses en moi d’être toujours présente ;
For thou not farther than my thoughts canst move,
Car tu ne peux aller plus loin que mes pensées, 

*

And I am still with them, and they with thee;
Et je suis toujours avec elles, et elles avec toi ;
Or, if they sleep, thy picture in my sight
Ou, si jamais elles sommeillent, ton image à ma vue
Awakes my heart, to heart’s and eye’s delight.
Réveille mon cœur, pour le contentement et du cœur et des yeux.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNETS
SONNET XLVI

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

Le Coeur et les Yeux – SHAKESPEARE SONNETS – XLVI – Mine eye and heart are at a mortal war

SONNET de SHAKESPEARE
SHAKESPARE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 46

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
Mine eye and heart are at a mortal war
****

Le Cœur et les Yeux
*****

1598 

**

*

Mine eye and heart are at a mortal war,
Mes yeux et mon cœur sont en guerre mortelle,
 
How to divide the conquest of thy sight;
Pour partager la conquête de ta vue ;
Mine eye my heart thy picture’s sight would bar,
Mes yeux censurent ton image à mon cœur,
My heart mine eye the freedom of that right.
Mon cœur refuse la liberté de ce droit à mes yeux.

*

My heart doth plead that thou in him dost lie,—
Mon coeur plaide qu’en lui tu demeures,
A closet never pierc’d with crystal eyes—
Retraite qu’aucun œil même de cristal n’a jamais pu percer,
But the defendant doth that plea deny,
Mais les défenseurs refusent ce plaidoyer,
And says in him thy fair appearance lies.
Et soulignent qu’en eux seulement ta juste apparence réside.

*




*

To ‘cide this title is impannelled
Pour résoudre cette affaire, a été convoqué
A quest of thoughts, all tenants to the heart;
Un jury de pensées avec tous les locataires au cœur ;
And by their verdict is determined
Et par leur verdict, il a été décidé

*

The clear eye’s moiety, and the dear heart’s part:
la part revenant à mes ardents yeux et celle pour mon tendre cœur :
As thus; mine eye’s due is thy outward part,
Il en sera donc ainsi, à mes yeux, ta partie extérieure,
And my heart’s right, thy inward love of heart.
Et à mon coeur, l’amour intime de ton cœur.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNETS
SONNET XLVI

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

LES AMBASSADEURS DE MON AMOUR – SONNET DE SHAKESPEARE XLV – The other two, slight air, and purging fire

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 45

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
The other two, slight air, and purging fire
****

LES AMBASSADEURS DE MON AMOUR
*****

1598 

**

*

The other two, slight air, and purging fire
Les deux autres, l’air subtil et le feu purificateur,
Are both with thee, wherever I abide;
Sont toujours avec toi, où que je me trouve ;
The first my thought, the other my desire,
Le premier : ma pensée, l’autre : mon désir,
These present-absent with swift motion slide.
Présents ou absents, ils sont toujours véloces.

*

For when these quicker elements are gone
Quand ces rapides éléments partent vers toi,
In tender embassy of love to thee,
Tendres ambassadeurs de mon amour,
My life, being made of four, with two alone
Ma vie,  de quatre éléments composée, avec deux seulement,
Sinks down to death, oppress’d with melancholy;
Se retrouve blessé mortellement, sous le joug de la mélancolie ;

*




*

Until life’s composition be recur’d
Jusqu’à ce que le désir de vie renaisse
By those swift messengers return’d from thee,
Par de véloces messages de toi,
Who even but now come back again, assur’d,
Qui me reviennent et me rassurent,

*

Of thy fair health, recounting it to me:
Sur ta santé et sur ta vie :
This told, I joy; but then no longer glad,
J’en suis réjoui ; mais heureux peu de temps,
I send them back again, and straight grow sad.
Te les renvoyant à nouveau, et triste aussitôt redevenant.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET XLV

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

LA TERNE SUBSTANCE DE MA CHAIR – SONNET SHAKESPEARE XLIV – If the dull substance of my flesh were thought

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 44

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
If the dull substance of my flesh were thought
****

LA TERNE SUBSTANCE DE MA CHAIR
*****

1598 

**

*

If the dull substance of my flesh were thought,
Si la terne substance de ma chair n’était que pur esprit,
Injurious distance should not stop my way;
L’injurieuse séparation ne ralentirait pas mon pas ;
For then despite of space I would be brought,
Car alors, malgré l’espace, j’arriverais
From limits far remote, where thou dost stay.
Au lieu de ta présence des lieux les plus éloignés.

*

No matter then although my foot did stand
Peu importe alors, même si mes pieds
Upon the farthest earth remov’d from thee;
S’étaient fixés sur la terre de toi la plus éloignée ;
For nimble thought can jump both sea and land,
Car survolerait à la fois et la mer et la terre mon agile pensée ,
As soon as think the place where he would be.
Dès qu’elle souhaiterait rejoindre le lieu tant désiré.

*




*

But, ah! thought kills me that I am not thought,
Mais, hélas ! La pensée me tue que de pensée ne sois fait,
To leap large lengths of miles when thou art gone,
Pour sauter ces longues distances qui nous séparent,
But that so much of earth and water wrought,
Et que tant de terre et que de tant d’eau, je sois composé,

*

I must attend, time’s leisure with my moan;
Je dois attendre, gémissant, que le temps nous rapproche ;
Receiving nought by elements so slow
N’attendant rien de ces inertes éléments
But heavy tears, badges of either’s woe.
Que de lourdes larmes, gages de notre double malheur.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET XLIV

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

QUAND DANS MES RÊVES TU PENETRES – SONNET SHAKESPEARE – SONNET XLIII – When most I wink then do mine eyes best see

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 43

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
When most I wink then do mine eyes best see
****

QUAND DANS MES RÊVES TU PENETRES
*****

1598 

**

*

When most I wink, then do mine eyes best see,
Quand je referme les yeux, je te vois mieux encore,
 
 For all the day they view things unrespected;
La journée est polluée par tant de choses banales ;
 But when I sleep, in dreams they look on thee,
Mais quand je dors, dans mes rêves, je te vois,
  And darkly bright, are bright in dark directed.
Et illuminant les ténèbres, comme ton image devient nette.

*

Then thou, whose shadow shadows doth make bright,
Toi, dont l’ombre illuminerait encore les ombres,
How would thy shadow’s form form happy show
Dont la seule forme de ton ombre serait une gracieuse
 To the clear day with thy much clearer light,
Manifestation dans la clarté du jour, lui ravivant ses teintes,
When to unseeing eyes thy shade shines so!
Tu irradies ainsi par ta seule ombre ceux qui ferment leurs yeux !

*




*

How would, I say, mine eyes be blessed made
Combien, dis-je, mes yeux seraient bénis
By looking on thee in the living day,
De t’admirer dans la lumière du plein jour,
When in dead night thy fair imperfect shade
Car, dans la nuit mortuaire, ta délicieuse ombre imparfaite,

*

 Through heavy sleep on sightless eyes doth stay!
Dans un sommeil lourd à mes yeux aveuglés, apparaît !
All days are nights to see till I see thee,
Tous les jours sont des nuits si je ne te vois pas,
And nights bright days when dreams do show thee me.
Toutes mes nuits sont des jours quand dans mes rêves tu pénètres.

*




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET 43
SONNET XLIII

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

UNE PERTE D’AMOUR – SONNET DE SHAKESPEARE XLII – 42 – That thou hast her it is not all my grief

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 42

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE
That thou hast her it is not all my grief

UNE PERTE D’AMOUR
*****

1598 

**

*

That thou hast her it is not all my grief,
Que tu l’aies, là n’est pas ma peine,
 
And yet it may be said I loved her dearly;
Et pourtant, on peut dire que profondément je l’aimais ;
That she hath thee is of my wailing chief,
Que tu sois à elle, voilà où réside ma souffrance,
 A loss in love that touches me more nearly.
Voilà une perte d’amour qui me touche de plus près.
*
 Loving offenders thus I will excuse ye:
Ainsi je vous pardonne, offenseurs aimés :
 Thou dost love her, because thou know’st I love her;
Tu l’aimes, parce que tu sais que je l’aime ;
And for my sake even so doth she abuse me,
Et pour mon bien elle m’abuse,
Suffering my friend for my sake to approve her.
Et parce qu’elle m’abuse mon ami l’apprécie encore plus.
 

*




*

 If I lose thee, my loss is my love’s gain,
Si je te perds, ma perte est un gain pour mon aimée,
And losing her, my friend hath found that loss;
Et la perdant, c’est mon ami qui retrouve cette perte ;
Both find each other, and I lose both twain,
Les deux se retrouvent, et les deux je perds,

*

 And both for my sake lay on me this cross:
Et tous deux me livrent cette croix :
But here’s the joy; my friend and I are one;
Mais voici ma joie : Mon ami et moi sommes un ;
    Sweet flattery! then she loves but me alone.
Suave flatterie ! Alors elle n’aime que moi.




 

*****************

SHAKESPEARE SONNET 42

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS

SONNET DE POUCHKINE (1830) L’austère Dante ne méprisait pas le sonnet – Суровый Дант не презирал сонета

*

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1830
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


SONNET 1830
L’austère Dante ne méprisait pas le sonnet

  Сонет 1830
Суровый Дант не презирал сонета
 

 

Суровый Дант не презирал сонета;
L’austère Dante ne méprisait pas le sonnet ;
 
В нем жар любви Петрарка изливал;
Pétrarque y versait ses éclairs d’amour ;
Игру его любил творец Макбета;
Le créateur de Macbeth en aimait le tour ;
Им скорбну мысль Камоэнс облекал.
Quand le mélancolique Camões s’y répendait.

И в наши дни пленяет он поэта:
Et aujourd’hui, il envoûte le poète :
Вордсворт его орудием избрал,
Wordsworth comme instrument l’avait choisi,
Когда вдали от суетного света
Quand à l’écart de l’agitation du monde
Природы он рисует идеал.
Il peignait la nature idéale.




Под сенью гор Тавриды отдаленной
Sous l’ombre des montagnes de Tauride
Певец Литвы в размер его стесненный
Adam Mickiewicz les chante dans ses Sonnets de Crimée
Свои мечты мгновенно заключал.
Leur livrant ses rêves pour qu’ils se réalisent.




У нас еще его не знали девы,
Nous ne le connaissions pas encore
Как для него уж Дельвиг забывал
Qu’Anton Delvig oubliait pour lui
Гекзаметра священные напевы.
Les chants sacrés de l’héxamètre.

*****************

**********

POUCHKINE
1830  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

*****************