Archives par mot-clé : prologue

LE NUAGE EN PANTALON – PROLOGUE (VLADIMIR MAÏAKOVSKI) ПРОЛОГ -Облако в штанах

****

Владимир Маяковский

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
 

 





 

Владимир Владимирович Маяковский
Vladimir Maïakovski

1893-1930

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 




 Théâtre de Vladimir Maïakovski

VLADIMIR MAÏAKOVSKI
PROLOGUE
1914
Облако в штанах
LE NUAGE EN PANTALON

Тетраптих – Tétraptyque

ПРОЛОГ

PROLOGUE



**

Вашу мысль,
Votre pensée,
 мечтающую на размягченном мозгу,
rêvant sur un cerveau ramolli,
как выжиревший лакей на засаленной кушетке,
comme un serviteur grassouillet dans un canapé gras,
буду дразнить об окровавленный сердца лоскут:
je vais la taquiner sur le lambeau sanglant du cœur :
досыта изъиздеваюсь, нахальный и едкий.
je serai  impertinent et piquant.




У меня в душе ни одного седого волоса,
Je ne pense pas avoir un seul cheveu gris dans l’âme,
и старческой нежности нет в ней!
ni sénile tendresse !
Мир огромив мощью голоса,
Dans le monde par la puissance de ma voix,
иду — красивый,
j’avance dans l’éclat
двадцатидвухлетний.
de mes vingt-deux ans.

Нежные!
Délicats !
Вы любовь на скрипки ложите.
Vous aimez coucher l’amour sur des violons.
Любовь на литавры ложит грубый.
Tandis que les brutes le couchent sur des timbales.
А себя, как я, вывернуть не можете,
Mais comme moi, vous ne pouvez pas vous retourner,
чтобы были одни сплошные губы!
et être deux solides lèvres !




Приходите учиться —
Venez apprendre –
из гостиной батистовая,
avec votre dentelle de salon,
чинная чиновница ангельской лиги.
officiel digne de la ligue angélique.

И которая губы спокойно перелистывает,
Et vous qui tournez les lèvres tout à fait détendu,
как кухарка страницы поваренной книги.
comme si vous tourniez les pages d’un livre de recettes.

Хотите —
si vous voulez-
буду от мяса бешеный
je serai viande folle
 — и, как небо, меняя тона —
– et, comme le ciel, aux changeantes couleurs –
хотите —
si vous voulez –
буду безукоризненно нежный,
je serai parfaitement tendre,
 не мужчина, а — облако в штанах!
pas comme un homme, mais… un nuage en pantalon !




Не верю, что есть цветочная Ницца!
Je ne crois pas qu’il y a une Nice en fleur !
Мною опять славословятся
A nouveau je loue
мужчины, залежанные, как больница,
les hommes, rassis, ratatinés comme un brancard d’hôpital,
и женщины, истрепанные, как пословица.
et les femmes en haillons comme le dit le proverbe.

*******

1914




VLADIMIR MAÏAKOVSKI
LE NUAGE EN PANTALON
1914

HEINRICH HEINE PROLOGUE – PROLOG (Voyage au Harz des Reisebilder – Aus der Harzreise – 1824)

LITTERATURE ALLEMANDE






Christian Johann Heinrich Heine




*

Schwarze Röcke, seidne Strümpfe,
Jupes noires, bas de soie,
Weiße, höfliche Manschetten,
Poignets blancs, polis,
Sanfte Reden, Embrassieren –
Discours convenus, embrassades –
 Ach, wenn sie nur Herzen hätten!
Oh, si seulement ils avaient un cœur !

*

Herzen in der Brust, und Liebe,
Des cœurs dans la poitrine, et de l’amour,
 Warme Liebe in dem Herzen –
Un amour chaleureux dans le cœur…
  Ach, mich tötet ihr Gesinge
Ah, leur artifice me tue
Von erlognen Liebesschmerzen.
De douleur pour cet amour mensonger.

*

Auf die Berge will ich steigen,
Je veux escalader les montagnes,
Wo die frommen Hütten stehen,
Où se trouvent les pieuses baraques,
Wo die Brust sich frei erschließet,
Où la poitrine s’ouvre librement,
 Und die freien Lüfte wehen.
Où glisse un air libre.




*

Auf die Berge will ich steigen,
Je veux gravir les montagnes,
Wo die dunklen Tannen ragen,
Où les noirs sapins dominent,
Bäche rauschen, Vögel singen,
Où les ruisseaux dévalent, où chantent les oiseaux,
Und die stolzen Wolken jagen.
Où les nuages courent fièrement.

*

Lebet wohl, ihr glatten Säle!
Adieu, lisses salons !
  Glatte Herren, glatte Frauen!
Hommes lisses, femmes lisses !
Auf die Berge will ich steigen,
Je veux escalader les montagnes,
Lachend auf euch niederschauen.
Et rire de vous voir insignifiants.




***
HEINRICH HEINE

PROLOGUE DE LA TRAGEDIE de 1913 VLADIMIR MAÏAKOVSKI ПРОЛОГ

Владимир Маяковский

VLADIMIR MAÏAKOVSKI
Pièce en deux actes de 1913


русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
 

 





 

Владимир Владимирович Маяковский
Vladimir Maïakovski

1893-1930

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 




 Théâtre de Vladimir Maïakovski

VLADIMIR MAÏAKOVSKI
PROLOGUE
1913
Владимир Маяковский
ПРОЛОГ


**

*******

В. Маяковский
V. Maäkovski

Вам ли понять,
Comprenez-vous,
почему я,
pourquoi moi,
спокойный,
calme,
насмешек грозою
au cœur d’une tempête ridicule
душу на блюде несу
je porte mon âme sur un plateau
к обеду идущих лет.
pour le dîner des années à venir.




С небритой щеки площадей
Avec la joue mal rasée
стекая ненужной слезою,
drainant des larmes inutiles,
я,
moi,
быть может,
peut-être
последний поэт.
suis-je le dernier poète.


Замечали вы –
Vous avez remarqué –
качается
pivotant,
 в каменных аллеях
dans les ruelles de pierre,
полосатое лицо повешенной скуки,
le visage rayé par l’ennui suspendu
а у мчащихся рек
tandis que des rivières tonitruantes
на взмыленных шеях
sur leur cou écumant
мосты заломили железные руки.
les ponts tordent leurs mains de fer.


 



Небо плачет
le ciel pleure
безудержно,
sans retenue,
звонко;
bruyamment ;
а у облачка
tandis que le nuage
 гримаска на морщинке ротика,
grimace sur un coin ridé de la bouche,
как будто женщина ждала ребенка,
comme si à cette femme enceinte,
а бог ей кинул кривого идиотика.
Dieu avait promis un bossu idiot.




Пухлыми пальцами в рыжих волосиках
Avec ses doigts potelés de poils roux,
солнце изласкало вас назойливостью овода –
le soleil persistant tel un taon assaille
в ваших душах выцелован раб.
votre esprit esclave de baisers.
Я, бесстрашный,
Moi, je suis sans peur,
ненависть к дневным лучам понёс в веках;
la haine des rayons du jour, j’en souffre depuis des siècles ;
с душой натянутой, как нервы провода,
mon âme reste tendue comme un nerf de fer,
я –
Moi,-
царь ламп!
je suis le roi des lampes !


 


Придите все ко мне,
Venez tous à moi,
кто рвал молчание,
vous qui avez déchiré le silence,
кто выл
qui hurlez
оттого, что петли полдней туги, –
c’est pourquoi, la boucle de midi étrangle-
я вам открою
En libérant
словами
mes paroles,
простыми, как мычанье,
simples mugissements,
наши новые души,
nos nouvelles âmes,
гудящие,
bourdonneront
как фонарные дуги.
comme l’arc électrique d’une lampe.


 


Я вам только головы пальцами трону,
Je vais juste toucher votre tête des doigts,
и у вас
et vous
вырастут губы
verrez naître des lèvres
для огромных поцелуев
pour des baisers énormes
и язык,
et une langue,
родной всем народам.
comprise enfin par toutes les nations.
А я, прихрамывая душонкой,
Et moi, et ma petite âme,
уйду к моему трону
J’irai vers mon trône
 с дырами звезд по истертым сводам.
avec des trous d’étoiles sous la voûte usée.
Лягу,
Mensonge,
светлый,
lumière,
в одеждах из лени
dans une longue robe de paresse
на мягкое ложе из настоящего навоза,
sur un lit moelleux d’un fumier
и тихим,
et calmement,
целующим шпал колени,
embrassant les genoux de traverses,
обнимет мне шею колесо паровоза.
la roue d’une locomotive à vapeur passera sur mon cou.

*******

Théâtre de Vladimir Maïakovski
VLADIMIR MAÏAKOVSKI
Prologue
1913




VLADIMIR MAÏAKOVSKI
TRAGEDIE EN DEUX ACTES
Трагедия в двух действиях

LA FLÛTE DES VERTEBRES de MAÏAKOVSKI – Le Prologue – Флейта-позвоночник

Флейта-позвоночник

LA FLÛTE DES VERTEBRES DE MAÏAKOVSKI


русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
 

 





 

Владимир Владимирович Маяковский
Vladimir Maïakovski

1893-1930

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 




 Poème de Vladimir Maïakovski

LA FLÛTE DE VERTEBRES
Флейта-позвоночник
1915
PROLOGUE – пролог

**

За всех вас,
A vous toutes,
которые нравились или нравятся,
qui aiment ou qui avez aimé,
хранимых иконами у души в пещере,
Icônes stockées dans une caverne de l’âme,
как чашу вина в застольной здравице,
Comme une coupe de vin à boire lors d’un toast,
подъемлю стихами наполненный череп.
Je lève mes vers au fond de ce crâne.



Все чаще думаю –
De plus en plus, je pense –
не поставить ли лучше
Que le mieux serait de placer
точку пули в своем конце.
Une balle à la fin.
Сегодня я
Aujourd’hui,
на всякий случай
Juste au cas où,
даю прощальный концерт.
Je donne un concert d’adieu.



 

Память!
Mémoire !
Собери у мозга в зале
Recueille dans la pièce du cerveau
любимых неисчерпаемые очереди.
Une file inépuisable d’amantes.
Смех из глаз в глаза лей.
Que le rire baignent les yeux.
Былыми свадьбами ночь ряди.
Que la nuit s’embellisse de nos hymens passés.
Из тела в тело веселье лейте.
Que de corps en corps la joie circule.
Пусть не забудется ночь никем.
Que ne soit jamais oublié cette nuit.
Я сегодня буду играть на флейте.
Aujourd’hui, je vais jouer de la flûte.
На собственном позвоночнике.
Sur ma propre colonne vertébrale.



 




*******

Poème de Vladimir Maïakovski
LA FLÛTE DES VERTEBRES
PROLOGUE
1915




LA FLÛTE DES VERTEBRES DE MAÏAKOVSKI

LE CAVALIER DE BRONZE POUCHKINE prologue МЕДНЫЙ ВСАДНИК

 

МЕДНЫЙ ВСАДНИК
Poèsie de Pouchkine

Poème de Pouchkine
1833


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
  Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


МЕДНЫЙ ВСАДНИК
ВСТУПЛЕНИЕ
1833

 LE CAVALIER DE BRONZE
Prologue
1833

 

  1833
Le Cavalier de Bronze
Пушкин 

Vas.Surikov. Bronze Horseman on the Senate Square. Rusian Museum

Le Cavalier de bronze
Vassily Ivanovitch Sourikov
Василий Иванович Суриков

*

ПРЕДИСЛОВИЕ
AVANT-PROPOS

Происшествие, описанное в сей повести, основано на истине.
L’incident décrit dans cette histoire est basé sur des faits réels. Подробности наводнения заимствованы из тогдашних журналов.
Les détails de l’inondation sont empruntés à des magazines contemporains.
Любопытные могут справиться с известием, составленным В. Н. Берхом.
Les curieux peuvent se référés aux nouvelles compilées par  V.N. Berhe.

ВСТУПЛЕНИЕ
PROLOGUE

На берегу пустынных волн
Sur la rive des vagues désolées,
Стоял он, дум великих полн,

Il était là, dans de si grandes pensées,
И вдаль глядел. Пред ним широко

Regardant au loin. Devant lui
Река неслася; бедный чёлн

La rivière coulait ; un pauvre canot
По ней стремился одиноко.

naviguait solitaire.
По мшистым, топким берегам

Sur la mousse des rives marécageuses
Чернели избы здесь и там,

Quelques huttes ici et là,
Приют убогого чухонца;

De misérables finnois ;
И лес, неведомый лучам

Et de la forêt, les rayons inconnus
В тумане спрятанного солнца,

Du soleil se cachaient derrière le brouillard,
Кругом шумел.
Tout frémissait tout autour.

*

И думал он:
Et il pensait :
Отсель грозить мы будем шведу,

De là, nous ferons face à la Suède,
Здесь будет город заложен
Il y aura une ville désormais
На зло надменному соседу.
Qui s’opposera à cet orgueilleux voisin.
Природой здесь нам суждено
Notre destin maintenant
В Европу прорубить окно,
Est d’ouvrir une fenêtre vers l’Europe,
Ногою твердой стать при море.
Un pied ferme face à la mer.
Сюда по новым им волнам
Des routes nouvelles s’ouvriront,
Все флаги в гости будут к нам,
Tous les drapeaux viendront à nous,
И запируем на просторе.
Dans une unité fraternelle.

*

Прошло сто лет, и юный град,
Cent ans plus tard, une ville,
Полнощных стран краса и диво,
Un bel émerveillement, au nord
Из тьмы лесов, из топи блат
Des forêts obscures, des profondeurs des marais
Вознесся пышно, горделиво;
Fièrement s’est érigée ;
Где прежде финский рыболов,

Jadis, un pêcheur finlandais
Печальный пасынок природы,
Triste enfant de la nature,
Один у низких берегов
Sur un rivage instable
Бросал в неведомые воды
Jetait dans des eaux incertaines
Свой ветхой невод, ныне там
Son vieux filet, maintenant
По оживленным берегам
Sur les rives animées
Громады стройные теснятся
Se dressent côte à côte
Дворцов и башен; корабли
Palais et tours ; des navires
Толпой со всех концов земли

Parcourant les extrémités de la terre
К богатым пристаням стремятся;
ici déversent leur cargaison ;
В гранит оделася Нева;
Le granit habille la Néva ;
Мосты повисли над водами;
Les ponts sont suspendus au-dessus des eaux;
Темно-зелеными садами

Des jardins d’un vert foncé
Ее покрылись острова,
Couvrent les îles,
И перед младшею столицей
Et face à cette juvénile capitale
Померкла старая Москва,
Blêmit l’ancienne Moscou,
Как перед новою царицей
Comme devant une nouvelle reine
Порфироносная вдова.
Une veuve régente.

*

Люблю тебя, Петра творенье,
Je t’aime, création de Pierre,
Люблю твой строгий, стройный вид,
J’adore ta sévère et svelte allure,
Невы державное теченье,
Le flux souverain de la Néva,
Береговой ее гранит,
Sa côte de granit,
Твоих оград узор чугунный,
Les amoncellements de clôtures de fer,
Твоих задумчивых ночей
Les nuits de réflexion
Прозрачный сумрак, блеск безлунный,
La transparence des ombres, les paillettes de la lune,
Когда я в комнате моей
Quand je suis dans ma chambre
Пишу, читаю без лампады,
J’écris, je lis sans lampes,
И ясны спящие громады
Et j’efface la grande partie de mon sommeil
Пустынных улиц, и светла
A travers les rues désertiques et les lumières
Адмиралтейская игла,
De l’aiguille de l’amirauté,
И, не пуская тьму ночную
Et, l’obscurité de la nuit ne résiste pas
На золотые небеса,
Sur le ciel doré,
Одна заря сменить другую
Une aube en chasse une autre
Спешит, дав ночи полчаса. 
Qui se dépêche,  donnant à la nuit une si petite heure.
Люблю зимы твоей жестокой
J’adore ton hiver brutal
Недвижный воздух и мороз,
Toujours cet air et ce froid,
Бег санок вдоль Невы широкой,
Voir les traîneaux glisser sur la large Néva,
Девичьи лица ярче роз,
Les visages des filles gais et roses,
И блеск, и шум, и говор балов,
Et l’éclat et le bruit et l’écho des bals,
А в час пирушки холостой
Et à l’heure d’ardentes réjouissances
Шипенье пенистых бокалов
le tintement clair des verres
И пунша пламень голубой.
Et la flamme bleue du punch.
Люблю воинственную живость
J’aime la vivacité des défilés
Потешных Марсовых полей,
Sur l’amusant Champ de Mars,
Пехотных ратей и коней
L’infanterie et les chevaux
Однообразную красивость,
Dans une monotone beauté,
В их стройно зыблемом строю
La gracilité des équipages
Лоскутья сих знамен победных,

Les bannières victorieuses,
Сиянье шапок этих медных,
La beauté du cuivre,
На сквозь простреленных в бою.
Criblé encore par le dernier combat.
Люблю, военная столица,
J’aime la capitale militaire,
Твоей твердыни дым и гром,
Sa forte fumée et le tonnerre,
Когда полнощная царица
Lorsque la souveraine de sa demeure
Дарует сына в царской дом,
Accorde un fils à la maison royale,
Или победу над врагом
Ou pour annoncer la victoire sur l’ennemi
Россия снова торжествует,
Quand la Russie triomphe à nouveau,
Или, взломав свой синий лед,
Ou, le claquement de sa glace bleue,
Нева к морям его несет
Quand la Néva retrouve la mer
И, чуя вешни дни, ликует.
Dans les premiers jours réjouissants du printemps.

*

Красуйся, град Петров, и стой
Sois belle, Ville de Peter, et sois fière
Неколебимо как Россия,
Résolument comme la Russie,
Да умирится же с тобой
Face à l’avenir
И побежденная стихия;
Et aux éléments vaincus ;
Вражду и плен старинный свой
Que les haines puissent disparaître
Пусть волны финские забудут
Dans les vagues finlandaises
И тщетной злобою не будут
Et que la méchanceté vaine
Тревожить вечный сон Петра!
Ne vienne déranger le rêve éternel de Pierre !

*

Была ужасная пора,
Il arriva alors un évènement terrible,
Об ней свежо воспоминанье…
Frais encore dans vos mémoires …
Об ней, друзья мои, для вас
Sur ce, mes amis, pour vous
Начну свое повествованье.
Je vais vous le conter.
Печален будет мой рассказ.
Mais qu’elle est triste mon histoire.

 

*****

 Poésie de Pouchkine
LE CAVALIER DE BRONZE
Prologue
1833
Пушкин 

LA POESIE D’ALEXANDRE POUCHKINE – поэзия Александра Пушкина

*******
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE
******
стихотворение  – Poésie
*******************

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

LA POESIE D’ALEXANDRE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА 

РОЗА
UNE ROSE
1815

Где наша роза?
Où est notre rose ?
Друзья мои!
Mes amis!

une-rose-pouchkine-poeme-artgitato-the-roses-of-heliogabalus-les-roses-dheliogabale

*

ИСТИННА
La Vérité
1816

Издавна мудрые искали
Les sages depuis longtemps recherchent
Забытых Истинны следов
 Les pistes de la vérité oubliée

la-verite-pouchkine-artgitato-la-verite-jules-joseph_lefebvre

*

Екатерина Пучкова
SUR CATHERINE POUTCHKOVA
1816

Зачем кричишь ты, что ты дева,
Pourquoi criez-vous que vous êtes vierge,
На каждом девственном стихе?
A chaque verset virginal ?

*

В альбом
L’Album
1817

Пройдет любовь, умрут желанья;
Passe l’amour, meurt le désir ;
Разлучит нас холодный свет;
La lumière froide nous sépare ;

*

К Чаадаеву
Pour Tchaadaïev
1818

Любви, надежды, тихой славы
Amour, espoir, majestueuse gloire
Недолго нежил нас обман,
Un court instant vous nous avez trompé,

pour-tchaadaiev-pouchkine-1818-artgitato-2

*

Мечтателю
LE RÊVEUR
1818

Ты в страсти горестной находишь наслажденье;
Tu trouves du plaisir dans une triste passion,
Тебе приятно слезы лить,
Tu te montres joyeux en versant des larmes,

*

 Уединение
Intimité
1819

Блажен, кто в отдаленной сени,
Béni soit celui qui, sous l’ombre d’un porche,
Вдали взыскательных невежд,
Loin des sagaces ignorants,

intimite-pouchkine-poeme-1819-artgitato-arkhip-kouindji-1901-les-bouleaux

*

Веселый пир
Soirées Festives
1819

Я люблю вечерний пир,
J’adore la fête le soir,
 Где веселье председатель,
Lorsque préside les lieux

soirees-festives-pouchkine-artgitato-jacob-jordaens-le-roi-boit-vers-1640-bruxelles-musees-royaux-des-beaux-arts-de-belgique*

Возрождение
LA RENAISSANCE DU GÉNIE
1819

Художник-варвар кистью сонной
Un artiste barbare brosse, lime
Картину гения чернит
Et détruit l’image laissée par un génie

*

TIEN & MIEN
1818 – 1819

«Твой и мой, — говорит Лафонтен —
« Tien et mien, — dit La fontaine —
Расторгло узы всего мира». —
Du monde a rompu le lien. » —
Что до меня, я этому отнюдь не верю.
Quant à moi, je n’en crois rien.
Что было бы, моя Климена,
Que serait ce, ma Climène,
Если бы ты больше не была моей,
Si tu n’étais plus la mienne,
Если б я больше не был твоим?
Si je n’étais plus le tien ?

(Texte en français par Pouchkine et publié en 1884)

*

Мне бой знаком
J’aime la bataille
Avril 1820 –  Апрель 1820

Мне бой знаком — люблю я звук мечей;
J’aime la bataille et le bruit des épées ;
От первых лет поклонник бранной славы,
Dès mes premières années, fasciné par les gloires guerrières,







*

Зачем безвременную скуку
Pourquoi cet ennui ?
1820

Зачем безвременную скуку
Pourquoi cet ennui prématuré
 Зловещей думою питать,
Qui attise de si noires pensées,

*

на гр. Ф. И. Толстого
Sur Fiodor Tolstoï
1820

В жизни мрачной и презренной
Dans sa vie, noire et méprisable
Был он долго погружен,
Il a longtemps sombré,

sur-fiodor-tolstoi-pouchkine-artgitato-poeme-de-1820

*

Муза
La Muse
1821

В младенчестве моем она меня любила
Dès mon enfance, elle m’a aimé,
И семиствольную цевницу мне вручила.
Et la cithare à sept cordes me tendit.
la-muse-pouchkine-artgitato-nicolas-poussin-linspiration-du-poete-niedersachsisches-landesmuseum

*

ДРУЗЬЯМ
A des Amis
1822

Вчера был день разлуки шумной,
Hier fut le jour d’une bruyante séparation,
Вчера был Вакха буйный пир,
Hier fut le lieu d’une exubérante bacchanale,
a-nos-amis-1822-poeme-de-pouchkine-la-jeunesse-de-bacchus-william-bouguereau-1884

*

сеятель
Le Semeur
1823

Свободы сеятель пустынный,
Semeur de liberté dans le désert,
Я вышел рано, до звезды;
Je suis sorti tôt à la belle étoile ;

le-semeur-poeme-de-pouchkine-jean-francois-millet-1850-vincent-van-gogh-1889

*

Телега жизни
LE CHAR DE LA VIE
1823

Хоть тяжело подчас в ней бремя,
Bien que son fardeau soit lourd,
Телега на ходу легка;
La manœuvre reste toujours aisée ;

*

ВИНОГРАД
LE RAISIN
1824

Не стану я жалеть о розах,
Je ne me sens pas triste pour les roses,
Увядших с лёгкою весной;
 Qui flétrissent à la lumière printanière ;
le-raisin-pouchkine-artgitato-jean-baptiste-simeon-chardin-raisins-et-grenade-1763-le-louvre

*

АКВИЛОН
L’AQUILON
1824

Зачем ты, грозный аквилон,
Pourquoi, aquilon menaçant,
Тростник прибрежный долу клонишь?
Fouetter les roseaux de la terre ?

*

К морю
A la mer
1824

Прощай, свободная стихия!
Adieu, élément libre !
В последний раз передо мной
Pour la dernière fois devant moi

*

ЗИМНИЙ ВЕЧЕР 
Soirée d’hiver
1825

Буря мглою небо кроеть,
La tempête fracasse le ciel couvert,
Вихри снежные крутя ;
Tourbillonne la neige en torsion ;

*

 ЖЕЛАНИЕ СЛАВЫ
Le Désir de Gloire
1825

Когда, любовию и негой упоенный,
Quand, enivré d’amour et de bonheur,
Безмолвно пред тобой коленопреклоненный,
À genoux devant toi, silencieux,

*

СОЖЖЕННОЕ ПИСЬМО
La Lettre brûlée
1825

Прощай, письмо любви! прощай: она велела.
Adieu, lettre d’amour ! adieu : elle le veut ainsi.
Как долго медлил я! как долго не хотела
J’ai tant attendu ! tout ce temps, ma main

*

poésie de Pouchkine

*




ПРОРОК
Le Prophète
1826

Духовной жаждою томим,
Tourmenté par la soif spirituelle,
В пустыне мрачной я влачился, —
Dans un sombre désert je me traînais-

Le Prophète Alexandre Pouchkine Peinture de Sokolov Traduction Artgitato

*

В степи мирской
LES TROIS SOURCES
1827

В степи мирской, печальной и безбрежной,
Dans les steppes de ce monde banal, triste et sans bornes,
Таинственно пробились три ключа:
Mystérieusement trois sources ont apparu :

*

QUE DIEU VOUS AIDE
19 октября 1827

19 octobre 1827

Бог помочь вам, друзья мои,
Que Dieu vous aide, mes amis,
В заботах жизни, царской службы,
Dans les soucis de la vie,

19-octobre-1827-pouchkine-20-octobre-1827-bataille-de-navarin

*

Во глубине сибирских руд
BAGNARDS DE SIBÉRIE
1827

Во глубине сибирских руд
Dans les profondeurs des mines de Sibérie
Храните гордое терпенье,
Restez fier, soyez patient,

*

Aнчар
L’ANTCHAR
1828

В пустыне чахлой и скупой,
Dans le désert, désolé et aride,
На почве, зноем раскаленной,
Un terrain, une chaleur torride,

*

Друзьям
A MES AMIS
1828

Нет, я не льстец, когда царю
Non, je ne suis pas du tsar un adulateur
Хвалу свободную слагаю:
Quand je le loue librement,

*

Я вас любил
Je vous aimais
1829

Я вас любил : любовь еще, быть может,
Je vous aimais : cet amour, peut-être,
В душе моей угасла не совсем;
Dans mon cœur, n’est pas tout à fait encore éteint ;

*




Дон
LE DON
1829

Блеща средь полей широких,
 Il s’étale sur les larges prairies,
Вон он льётся!.. Здравствуй, Дон!
Là, il coule ! .. Bonjour à toi, Don !

le-don-pouchkine-poeme-de-1829-artgitato-cosaques-du-don-timbre-russe-2010

*

Приметы
PRESAGES
1829

Я ехал к вам: живые сны
Je suis allé à vous : des rêves vifs
 
За мной вились толпой игривой,
 Espiègles, m’envahissaient,

*

Когда твои младые лета
1829
UN VÉRITABLE AMI

Когда твои младые лета
Lorsque tu es malade
Позорит шумная молва,
De la honteuse rumeur

*

ЭЛЕГИЯ 
ELEGIE
1830

Безумных лет угасшее веселье
Les joies passées de ma jeunesse débridée
Мне тяжело, как смутное похмелье.
Me sont aujourd’hui pénibles, telle une gueule de bois.

*




poésie de pouchkine

*

1830
SONNET
L’austère Dante ne méprisait pas le sonnet
Суровый Дант не презирал сонета

Суровый Дант не презирал сонета;
L’austère Dante ne méprisait pas le sonnet ;
 
В нем жар любви Петрарка изливал;
Pétrarque y versait ses éclairs d’amour ;

*

Что в имени тебе моём?
MON NOM
1830

Что в имени тебе моём?
Qu’est-ce que mon nom pour toi ?
Оно умрёт, как шум печальный
Ce nom va mourir, comme le triste bruit

*

 Поэту
AU POETE
1830

Поэт! не дорожи любовию народной.
Poète ! Détache-toi de l’amour d’autrui
Восторженных похвал пройдет минутный шум;
Les louanges ne sont qu’un bruit que la minute efface

*

Бесы
DÉMONS
1830

Мчатся тучи, вьются тучи;
Les nuages se précipitent, les nuages planent ;
Невидимкою луна
Sous l’invisible lune

*

Эхо
L’ECHO
1831

Ревёт ли зверь в лесу глухом,
Que ce soit à travers le rugissement de la forêt,
Трубит ли рог, гремит ли гром,
Du son du cor ou du tonnerre,
lecho-pouchkine-artgitato-arkhip-kouindji-clair-de-lune-dans-une-foret-en-hiver

**

Красавица
Une Beauté
1832
Елены Завадовской – Elena Zavadovskaya

Всё в ней гармония, всё диво,
Tout en elle est harmonie, tout est miracle,
Всё выше мира и страстей;
Au-dessus de toutes les passions, elle trône ;poeme-de-pouchkine-1832-elena-mikhailovna-zavadovskaya

**

poésie de Pouchkine

**

LE CAVALIER DE BRONZE
МЕДНЫЙ ВСАДНИК
1833

Vas.Surikov. Bronze Horseman on the Senate Square. Rusian Museum

ПРЕДИСЛОВИЕ
L’avant propos

Происшествие, описанное в сей повести, основано на истине.
L’incident décrit dans cette histoire est basé sur des faits réels.

ВСТУПЛЕНИЕ
PROLOGUE

**

Пред мощной властью красоты
Par la forte puissance de la beauté
1835

Я думал, сердце позабыло
Je pensais :  mon cœur a oublié
Способность лёгкую страдать,
La facile capacité de souffrir,

**

Пир Петра Первого
Fête de Pierre Premier
1835

Над Невою резво вьются
Au-dessus de la Néva espiègle, se tordent
 Флаги пёстрые судов;
Les drapeaux de navires bariolés ;

**

1835
ПЕСНИ ЗАПАДНЫХ СЛАВЯН
LES CHANSONS DES SLAVES DE L’OUEST

Вурдалак
LE MORT-VIVANT

Трусоват был Ваня бедный:
Vanya était un pauvre lâche:
Раз он позднею порой,
Une nuit, très tard,

****

 Денис Васильевич Давыдов
A DENIS DAVYDOV

  Тебе, певцу, тебе, герою!
Toi, le chanteur, toi, le héros!
Не удалось мне за тобою
Je n’aurais pas pu te suivre

a-denis-davydov-poesie-de-pouchkine-artgitato

**

Похоронная песня Иакинфа Маглановича
CHANT DE MORT

С Богом, в дальнюю дорогу!
Que Dieu t’accompagne dans ce voyage !
А Путь найдешь ты, слава Богу.
Et que tu trouves ta voie, par la grâce de Dieu

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

VILLA BORGHESE – ROME
Вилла Боргезе в Риме
Monumento a Alexander Pushkin
MONUMENT A ALEXANDRE POUCHKINE
Памятник А.С.Пушкину

Monumento a Alexander Pushkin - MONUMENT A ALEXANDRE POUCHKINE-artgitato Villa borghese Rome Roma 2

*****************

PUSHKIN POEMS
LA POESIE DE POUCHKINE

 **********

POUCHKINE ET LE MOUVEMENT LITTERAIRE EN RUSSIE DEPUIS QUARANTE ANS (I)
par Charles de Saint-Julien

*

poésie de pouchkine

POUCHKINE ET LE MOUVEMENT LITTERAIRE EN RUSSIE DEPUIS QUARANTE ANS (II)

*

poésie de pouchkine

POUCHKINE ET LE MOUVEMENT LITTERAIRE EN RUSSIE DEPUIS QUARANTE ANS (III)

***************

LA POESIE DE POUCHKINE

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

**********

poésie de Pouchkine

KHALIL GIBRAN LE PROPHETE – THE PROPHET – 1923

 

KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

 

THE PROPHET
LE PROPHETE
1923

 

1
Prologue
The Coming of the Ship
L’arrivée du bateau

Almustafa, the chosen and the beloved, who was a dawn onto his own day, had waited twelve years in the city of Orphalese for his ship that was to return and bear him back to the isle of his birth.
Almustafa, l’élu, le bien-aimé, qui était à l’aube de cette journée particulière, avait attendu douze ans dans la ville d’Orphalese son navire qui devait le porter sur l’île où il naquit.





prologue-du-prophete-khalil-gibran-artgitato-vassily-kandinsky-1926-plusieurs-cercles-several-circles

**

2
Love
L’Amour

Then said Almitra, « Speak to us of Love. »
Ensuite, Almitra demanda  : « Parle-nous de l’amour. »

le-prophete-ii-amour-love-khalil-gibran-artgitato-self-portrait-auto-portrair-1887-1888-vincent-van-gogh

*

3
Marriage
Le Mariage

Then Almitra spoke again and said, « And what of Marriage, master? »
Puis Almitra parla de nouveau et dit: «Et que dis-tu du mariage, maître ?« 

marriage-le-mariage-le-prophete-the-prophet-khalil-gibran-silva-porto-artgitato




*

4
Children
Les Enfants

And a woman who held a babe against her bosom said, « Speak to us of Children. »
Et une femme qui tenait un bébé contre son sein dit : «Parle-nous des enfants.« 

children-khalil-gibran-les-enfants-jean-baptiste-greuze-lenfant-gate-1765-saint-petersbourg-musee-de-lermitage

*

5
Giving
Le Don

Then said a rich man, « Speak to us of Giving. »
Puis un homme riche demanda : « Parle-nous du Don. »

giving-khalil-gibran-artgitato-van-dyck-16-18-saint-martin-partageant-son-manteau

*

6
Eating and Drinking
Le Manger et le Boire

Then an old man, a keeper of an inn, said, « Speak to us of Eating and Drinking. »
Puis un vieil homme, le gardien d’une auberge, dit : «Parle-nous du manger et du boire.« 

eating-and-drinking-khalil-gibran-artgitato-le-dejeuner-dhuitres-jean-francois-de-troy-1735-musee-conde-chantilly

*

7
Work
Le Travail

Then a ploughman said, « Speak to us of Work. »
Puis le laboureur dit : « Parle-nous du Travail. »

the-prophet-khalil-gibran-le-prophete-artgitato-gustave-caillebotte-the-floor-planers-les-raboteurs-de-parquet

*




*

8
Joy and Sorrow
La Joie et la Tristesse

Then a woman said, « Speak to us of Joy and Sorrow. »
Puis une femme demanda : « Parle-nous de la Joie et de la Tristesse. »

joy-and-sorrow-le-prophete-viii-the-prophet-khalil-gibran-joie-et-tristesse

*

9
Houses
Les Maisons

Then a mason came forth and said, « Speak to us of Houses. »
Ensuite, un maçon sortit et dit : «Parle-nous des maisons. »

the-prophet-khalil-gibran-houses-les-maisons-artgitato-caspar-david-friedrich

*

10
Clothes
Contre les Vêtements

And the weaver said, « Speak to us of Clothes. »
Et le tisserand dit : «Parle-nous des vêtements. »

contre-les-vetements-khalil-gibran-clothes-artgitato-the-prophet-le-prophete

*

11
Buying and Selling
Vendre et Acheter

And a merchant said, « Speak to us of Buying and Selling. »
Et un marchand dit : «Parle-nous des Achats et des Ventes. »
buying-and-selling-khalil-gibran-artgitato-lenseigne-de-gersaint-antoine-watteau-1720

*

12
Crime and Punishment
Le Crime et le Châtiment

Then one of the judges of the city stood forth and said, « Speak to us of Crime and Punishment. »
Ensuite, l’un des juges de la ville surgit et dit : « Parle-nous du Crime et du Châtiment. »

crime-and-punishment-khalil-gibran-artgitato-david-et-goliath-daniele-da-volterra-musee-du-louvre-paris

*

13
Laws
Les Lois

Then a lawyer said, « But what of our Laws, master? »
Ensuite, un juriste demanda : «Mais que peux-tu dire de nos Lois, maître? »

laws-khalil-gibran-les-lois-artgitato-lavocat-honore-daumier

*

14
On Freedom
La Liberté

And an orator said, “Speak to us of Freedom.”
Et un orateur demanda : « Parle-nous de la Liberté. »

on-freedom-khalil-gibran-la-liberte-artgitato-eugene-delacroix-1830-la-liberte-guidant-le-peuple




*

15
On Reason and Passion
La Raison et la Passion

And the priestess spoke again and said: Speak to us of Reason and Passion.
Et la prêtresse parla à nouveau et dit : « Parle-nous de la Raison et de la Passion.« 

on-reason-and-passion-khalil-gibran-artgitato-dessins-de-charles-le-brun

*

16
On Pain
La Souffrance

And a woman spoke, saying, « Tell us of Pain. »
Et une femme prit la parole en demandant : « parle-nous de la souffrance. »
on-pain-khalil-gibran-sur-la-souffrance-artgitato-eugene-delacroix-le-massacre-de-scio

*

17
On Self-knowledge
La Connaissance de Soi

And a man said, Speak to us of Self-Knowledge.
Et un homme demanda : »Parle-nous de la connaissance de soi. »

khalil-gibran-on-the-self-knowledge-sur-la-connaissance-de-soi-artgitato-auguste-rodin-les-mains

*

18
On Teaching
L’Enseignement

Then said a teacher, « Speak to us of Teaching. »
Puis un professeur demanda : « Parle-nous de l’Enseignement. »

on-teaching-khalil-gibran-sur-lenseignement-artgitato-hippolyte-flandrin-jeune-homme-assis

*

19
Friendship
L’Amitié

And a youth said, « Speak to us of Friendship. »
Et un jeune homme demanda : « Parle-nous de l’amitié. »

friendship-khalil-gibran-sur-lamitie-arearea-paul-gauguin-1892

*

20
Talking
La Parole

And then a scholar said, « Speak of Talking. »
Et puis un savant demanda : « Parle-nous de la Parole. »
talking-khalil-gibran-la-parole-artgitato-ciceron-demasque-catilina-tableau-de-cesare-maccari

*

21
TIME
Le Temps

And an astronomer said, « Master, what of Time? »
Et un astronome demanda : « Maître, que peux-tu nous dire sur le Temps ? »

time-khalil-gibran-sur-le-temps-artgitato-les-vieilles-francisco-de-goya

*

22
Good & Evil
Le Bien et le Mal

And one of the elders of the city said, « Speak to us of Good and Evil. »
Et l’un des anciens de la ville demanda : «Parle-nous du Bien et du Mal. »

good-and-evil-khalil-gibran-artgitato-le-bien-et-le-mal-victor-orsel

*

23
PRAYER
La Prière

Then a priestess said, « Speak to us of Prayer. »
Puis une prêtresse demanda : « Parle-nous de la Prière. »
prayer-khalil-gibran-the-prophet-la-priere-le-prophete-artgitato-jean-francois-millet-langelus

*

24
PLEASURE
Le Plaisir

Then a hermit, who visited the city once a year, came forth and said, « Speak to us of Pleasure. »
Puis un ermite, qui visitait la ville une fois par an, s’approcha et demanda : « Parle-nous du Plaisir. »

pleasure-khalil-gibran-le-plaisir-artgitato-moissons-en-provence-1888-van-gogh

*

25
BEAUTY
Sur La Beauté

And a poet said, « Speak to us of Beauty. »
Et le poète demanda : « Parle-nous de la Beauté. »
beauty-khalil-gibran-artgitato-la-beaute-gustav-klimt-le-baiser

*

26
RELIGION
La Religion

And an old priest said, « Speak to us of Religion. »
Et un vieux prêtre demanda : « Parle-nous de la Religion. » religion-khalil-gibran-artgitato-the-prophet-le-prophete-meister-von-meskirch-benoit-de-nursie-dans-la-grotte

*

27
DEATH
La Mort

Then Almitra spoke, saying, « We would ask now of Death. »
Puis Almitra parla en demandant : « Nous voudrions maintenant que vous parliez de la Mort. »

death-khalil-gibran-la-mort-artgitato-le-triomphe-de-la-mort-peinture-de-pieter-brueghel-lancien-1562

*

28
The Farewell
L’Adieu
Épilogue

And now it was evening.
Et maintenant le soir était tombé.

And Almitra the seeress said, « Blessed be this day and this place and your spirit that has spoken. »
Et Almitra, la voyante, dit : « Béni soit ce jour, béni soit ce lieu et béni ton esprit qui a parlé. »

***********************

LE PROPHETE KHALIL GIBRAN – THE PROPHET – 1923

LE PROLOGUE DU PROPHETE : KHALIL GIBRAN

Le Prologue du Prophète
KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

 

 

THE PROPHET
LE PROLOGUE DU PROPHETE
1923




Traduction Jacky Lavauzelle

1
Prologue
The Coming of the Ship
L’arrivée du bateau

prologue-du-prophete-khalil-gibran-artgitato-vassily-kandinsky-1926-plusieurs-cercles-several-circles

Vassily Kandinsky
Plusieurs cercles – Several Circles – 1926

******

Le Prologue du Prophète

Almustafa, the chosen and the beloved, who was a dawn onto his own day, had waited twelve years in the city of Orphalese for his ship that was to return and bear him back to the isle of his birth.
Almustafa, l’élu, le bien-aimé, qui était à l’aube de cette journée particulière, avait attendu douze ans dans la ville d’Orphalese son navire qui devait le porter sur l’île où il naquit.

And in the twelfth year, on the seventh day of Ielool, the month of reaping, he climbed the hill without the city walls and looked seaward; and he beheld the ship coming with the mist.
Et la douzième année, le septième jour d’Ielool, le mois des récoltes, il grimpa la colline hors des murs de la ville et regarda vers la mer ; et il vit le navire qui arrivait avec la brume.

Then the gates of his heart were flung open, and his joy flew far over the sea. And he closed his eyes and prayed in the silences of his soul.
Puis les portes de son cœur s’ouvrirent totalement, et sa joie vola loin sur la mer. Il ferma ensuite les yeux et pria dans les silences de son âme.

But he descended the hill, a sadness came upon him, and he thought in his heart:
Mais quand il descendit la colline, une tristesse vint à lui, et il pensa dans son cœur :

How shall I go in peace and without sorrow? Nay, not without a wound in the spirit shall I leave this city.




Comment irai-je en paix et sans douleur ? Non, sans une blessure dans mon esprit, je ne quitterai pas cette ville.

Long were the days of pain I have spent within its walls, and long were the nights of aloneness; and who can depart from his pain and his aloneness without regret?
Qu’ils étaient longs les jours de douleur que j’ai passés dans ses murs, et longues les nuits de solitude ; et qui, qui peut écarter de sa douleur et de sa solitude sans regret ?

Too many fragments of the spirit have I scattered in these streets, and too many are the children of my longing that walk naked among these hills, and I cannot withdraw from them without a burden and an ache.
Trop de fragments de l’esprit se sont dispersés dans ces rues, et trop nombreux sont les enfants de mon désir qui marchent nus parmi ces collines, et je ne peux pas ainsi les en retirer sans que cela devienne un fardeau et une douleur.

It is not a garment I cast off this day, but a skin that I tear with my own hands.
Ce n’est pas un vêtement que je retire ce jour, mais bien une peau que je déchire de mes propres mains.

Nor is it a thought I leave behind me, but a heart made sweet with hunger and with thirst.
Ni une pensée que je laisse derrière moi, mais un cœur attendri par la faim et par la soif.

Yet I cannot tarry longer.
Pourtant, je ne peux pas rester plus longtemps.

The sea that calls all things unto her calls me, and I must embark.
La mer qui appelle toutes choses à elle me réclame, et je dois embarquer.

For to stay, though the hours burn in the night, is to freeze and crystallize and be bound in a mould.
Rester à travers ces heures qui brûlent dans la nuit, reviendrait à se congeler et à se cristalliser et se rouler dans un moule.

Fain would I take with me all that is here. But how shall I?
Je voudrais bien prendre avec moi tout ce qui est ici. Mais comment faire ?

A voice cannot carry the tongue and the lips that give it wings. Alone must it seek the ether.
Une voix ne peut porter la langue et les lèvres qui lui donnent des ailes. Seule, elle atteindra l’éther.

And alone and without his nest shall the eagle fly across the sun.
Et seul et sans son nid, l’aigle volera à travers le soleil.

Now when he reached the foot of the hill, he turned again towards the sea, and he saw his ship approaching the harbour, and upon her prow the mariners, the men of his own land.
Maintenant, alors qu’il atteignit le pied de la colline, il se retourna à nouveau vers la mer, et il vit son navire approchant du port, et sur sa proue les marins, les hommes de sa propre terre.

And his soul cried out to them, and he said:
Et son âme cria vers eux, et il  dit:







Sons of my ancient mother, you riders of the tides,
Fils de mon ancienne mère, vous survolez les marées,

How often have you sailed in my dreams. And now you come in my awakening, which is my deeper dream.
Combien de fois avez-vous navigué dans mes rêves. Et maintenant vous pénétrez dans mon éveil, qui est mon rêve le plus profond.

Ready am I to go, and my eagerness with sails full set awaits the wind.
Prêt je le suis à partir, et mon impatience a sorti ses voiles qui attendent dans le vent.

Only another breath will I breathe in this still air, only another loving look cast backward,
Une dernière inspiration de cet air calme et serein, un dernier regard aimant derrière moi,

Then I shall stand among you, a seafarer among seafarers.
Alors je serai parmi vous, un marin parmi les marins.

And you, vast sea, sleepless mother,
Et toi, vaste mer, mère éveillée,

Who alone are peace and freedom to the river and the stream,
Qui seule offre paix et liberté à la rivière et au ruisseau,

Only another winding will this stream make, only another murmur in this glade,
Ce ruisseau dessinera une autre sinuosité, un autre murmure dans cette clairière,

And then shall I come to you, a boundless drop to a boundless ocean.
Et puis je viendrai à toi, une chute sans limite dans un océan sans bornes.

And as he walked he saw from afar men and women leaving their fields and their vineyards and hastening towards the city gates.
Et en marchant, il vit au loin des hommes et des femmes quittant leurs champs et leurs vignes et se hâtant vers les portes de la ville.

And he heard their voices calling his name, and shouting from the field to field telling one another of the coming of the ship.
Et il entendit leurs voix qui l’appelaient, et qui criaient, de champ en champ, pour annoncer la venue du navire.

And he said to himself:
Et il se dit :

Shall the day of parting be the day of gathering?
Le jour de la séparation sera-t-il le jour de la collecte ?

And shall it be said that my eve was in truth my dawn?
Et mon crépuscule sera-t-il en vérité mon aurore ?

And what shall I give unto him who has left his plough in midfurrow, or to him who has stopped the wheel of his winepress?
Et que dois-je donc donner à celui qui a laissé sa charrue au milieu du sillon, ou à celui qui a arrêté la roue de son pressoir ?

Shall my heart become a tree heavy-laden with fruit that I may gather and give unto them?
Mon cœur doit-il devenir un arbre lourdement chargé de fruits, que je puisse les cueillir et leur donner ?

And shall my desires flow like a fountain that I may fill their cups?
Et mes désirs doivent-ils couler comme une fontaine, que je puisse verser dans leurs coupes ?

Am I a harp that the hand of the mighty may touch me, or a flute that his breath may pass through me?
Suis-je une harpe que la main du puissant puisse me toucher, ou une flûte que son souffle puisse passer à travers moi ?

A seeker of silences am I, and what treasure have I found in silences that I may dispense with confidence?
Suis-je un chercheur de silences, et quel trésor ai-je trouvé dans les silences que je puisse dispenser avec confiance ?

If this is my day of harvest, in what fields have I sowed the seed, and in what unrembered seasons?
Si ceci est mon jour de récolte, dans quels domaines ai-je semé la graine, et dans quelles saisons oubliées ?

If this indeed be the hour in which I lift up my lantern, it is not my flame that shall burn therein.
Si cette heure est réellement celle où je lève ma lanterne, ce n’est pas ma flamme qui doit y brûler.

Empty and dark shall I raise my lantern,
Vide et sombre, je soulèverai ma lanterne,

And the guardian of the night shall fill it with oil and he shall light it also.
Et le gardien de la nuit devra la remplir avec de l’huile et il l’allumera aussi.

These things he said in words. But much in his heart remained unsaid. For he himself could not speak his deeper secret.
Ces choses furent dites en paroles. Mais beaucoup resta son cœur. Car il ne pouvait pas faire parler son secret le plus profond.

And when he entered into the city all the people came to meet him, and they were crying out to him as with one voice.
Et quand il entra dans la ville, tout le peuple vint à sa rencontre, et ils criaient vers lui comme d’une seule voix.

And the elders of the city stood forth and said:
Et les anciens de la cité s’avancèrent et dirent :

Go not yet away from us.
Ne pars pas encore !

A noontide have you been in our twilight, and your youth has given us dreams to dream.
Vous étiez une lumière dans notre crépuscule, et votre jeunesse nous a donné des rêves à rêver.

No stranger are you among us, nor a guest, but our son and our dearly beloved.
Parmi nous, vous n’êtes pas un étranger, pas plus un invité, mais notre fils et notre bien-aimé.

Suffer not yet our eyes to hunger for your face.
Que nos yeux n’aient pas faim pour votre visage.

And the priests and the priestesses said unto him:
Et les prêtres et les prêtresses lui dirent :

Let not the waves of the sea separate us now, and the years you have spent in our midst become a memory.
Ne laissez pas les vagues de la mer nous séparer maintenant, et les années que vous avez passées avec nous devenir un souvenir.

You have walked among us a spirit, and your shadow has been a light upon our faces.
Comme un esprit, vous marchiez parmi nous, et votre ombre a été une lumière sur nos visages.

Much have we loved you. But speechless was our love, and with veils has it been veiled.
Nous vous avons adoré. Mais sans voix était notre amour, voilé de voiles.

Yet now it cries aloud unto you, and would stand revealed before you.
Mais maintenant, il crie vers vous, et il veut se révéler devant vous.

And ever has it been that love knows not its own depth until the hour of separation.
Et l’amour ne connaît sa propre profondeur qu’à l’heure de la séparation.

And others came also and entreated him.
Et d’autres vinrent ausi, et le prièrent.

But he answered them not. He only bent his head; and those who stood near saw tears falling upon his breast.
Mais il ne leur répondit pas. Il baissa la tête, seulement ; et ceux qui se tenait à ses côtés, virent des larmes tomber sur sa poitrine.

And he and the people proceeded towards the great square before the temple.
Et lui et le peuple se dirigèrent vers la grande place devant le temple.

And there came out of the sanctuary a woman whose name was Almitra. And she was a seeress.
Et sortit alors du sanctuaire une femme qui se nommait Almitra. C’était une voyante.

And he looked upon her with exceeding tenderness, for it was she who had first sought and believed in him when he had been but a day in their city.
Et il la regarda avec immense tendresse, car c’était elle qui l’avait d’abord cherché et qui avait cru en lui dès le premier jour dans leur ville.

And she hailed him, saying:
Et elle le salua et dit :

Prophet of God, in quest for the uttermost, long have you searched the distances for your ship.
Prophète de Dieu, en quête d’absolu, longtemps tu as attendu ton vaisseau.

And now your ship has come, and you must needs go.
Et maintenant ton navire est arrivé, et tu dois partir.

Deep is your longing for the land of your memories and the dwelling place of your greater desires; and our love would not bind you nor our needs hold you.
Profonde est ton envie de cette terre de tes souvenirs et de la demeure de tes plus grands désirs ; et notre amour ne te liera pas, ni nos besoins.

Yet this we ask ere you leave us, that you speak to us and give us of your truth.
Pourtant, ce que nous te demandons c’est de nous parler et nous livrer ta vérité.

And we will give it unto our children, and they unto their children, and it shall not perish.
Et nous la donnerons à nos enfants, et eux la donneront à leurs enfants, et ainsi cette vérité ne périra jamais.

In your aloneness you have watched with our days, and in your wakefulness you have listened to the weeping and the laughter of our sleep.
Dans ta solitude, tu as veillé sur nos jours, et dans ton éveil, tu as écouté les pleurs et les rires dans notre sommeil.

Now therefore disclose us to ourselves, and tell us all that has been shown you of that which is between birth and death.
Maintenant, révèle-nous à nous-mêmes, et dis-nous tout ce qui a t’a été montré de ce qui est entre la naissance et la mort.

And he answered,
Et il répondit :

People of Orphalese, of what can I speak save of that which is even now moving within your souls?
Peuple d’Orphalese, de quoi parler sinon de ce qui, aujourd’hui, est en mouvement au sein de vos âmes ?

*******

Le Prologue du Prophète

PROLOGUE POEMES SATURNIENS DE PAUL VERLAINE

POESIE FRANCAISE
PROLOGUE POEMES SATURNIENS

Paul_Verlaine_signature_svg




PAUL VERLAINE
1844-1896

Oeuvre de Paul Verlaine Artgitato Frédéric_Bazille_-_Portrait_de_Paul_Verlaine_comme_une_Troubadour

Portrait de Paul Verlaine en troubadour
Frédérique Bazille
1868
Museum of Art – Dallas




 

*

Œuvres de Paul Verlaine
 


Poèmes Saturniens

PROLOGUE

 

PAUL VERLAINE Son Oeuvre Texte Poésie Artgitato

Tableaux et Caricatures
Gustave Courbet – Eugène Carrière – Frédérique Bazille
Paterne Berrichon – Félix Vallotton – Félix Régamey

*

Prologue Poèmes Saturniens

*

Mikhaïl Vroubel
Séraphin à trois paires d’ailes
Azraël 1904

*

Dans ces temps fabuleux, les limbes de l’histoire,
Où les fils de Raghû, beaux de fard et de gloire,
Vers la Ganga régnaient leur règne étincelant,
Et, par l’intensité de leur vertu, troublant
Les Dieux et les Démons et Bhagavat lui-même,
Augustes, s’élevaient jusqu’au néant suprême,
Ah ! la terre et la mer et le ciel, purs encor
Et jeunes, qu’arrosait une lumière d’or
Frémissante, entendaient, apaisant leurs murmures
De tonnerres, de flots heurtés, de moissons mûres,
Et retenant le vol obstiné des essaims,
Les Poètes sacrés chanter les Guerriers saints,
Ce pendant que le ciel et la mer et la terre
Voyaient — rouges et las de leur travail austère —
S’incliner, pénitents fauves et timorés,
Les Guerriers saints devant les Poètes sacrés !

Une connexité grandiosement calme
Liait le Kchatrya serein au Chanteur calme,
Valmiki l’excellent à l’excellent Rama :
Telles sur un étang deux touffes de padma.

— Et sous tes cieux dorés et clairs, Hellas antique,
De Sparte la sévère à la rieuse Attique,
Les Aèdes, Orpheus, Akaïos, étaient
Encore des héros altiers et combattaient,
Homéros, s’il n’a pas, lui, manié le glaive,
Fait retentir, clameur immense qui s’élève,
Vos échos, jamais las, vastes postérités,
D’Hektôr, et d’Odysseus, et d’Akhilleus chantés.
Les héros à leur tour, après les luttes vastes,
Pieux, sacrifiaient aux neuf Déesses chastes,
Et non moins que de l’art d’Arès furent épris
De l’Art dont une Palme immortelle est le prix,
Akhilleus entre tous ! Et le Laëtiade
Dompta, parole d’or qui charme et persuade,
Les esprits et les cœurs et les âmes toujours,
Ainsi qu’Orpheus domptait les tigres et les ours.

— Plus tard, vers des climats plus rudes, en des ères
Barbares, chez les Francs tumultueux, nos pères,
Est-ce que le Trouvère héroïque n’eut pas
Comme le Preux sa part auguste des combats ?
Est-ce que, Théroldus ayant dit Charlemagne,
Et son neveu Roland resté dans la montagne,

Et le bon Olivier et Turpin au grand cœur,
En beaux couplets et sur un rythme âpre et vainqueur,
Est-ce que, cinquante ans après, dans les batailles,
Les durs Leudes perdant leur sang par vingt entailles,
Ne chantaient pas le chant de geste sans rivaux,
De Roland et de ceux qui virent Roncevaux
Et furent de l’énorme et suprême tuerie,
Du temps de l’Empereur à la barbe fleurie ?

— Aujourd’hui l’Action et le Rêve ont brisé
Le pacte primitif par les siècles usé,
Et plusieurs ont trouvé funeste ce divorce
De l’Harmonie immense et bleue et de la Force.
La Force qu’autrefois le Poète tenait
En bride, blanc cheval ailé qui rayonnait,
La force, maintenant, la Force, c’est la Bête
Féroce bondissante et folle et toujours prête
À tout carnage, à tout dévastement, à tout
Égorgement d’un bout du monde à l’autre bout !
L’Action qu’autrefois réglait le chant des lyres,
Trouble, enivrée, en proie aux cent mille délires
Fuligineux d’un siècle en ébullition,
L’Action à présent, — ô pitié ! — l’Action,
C’est l’ouragan, c’est la tempête, c’est la houle
Marine dans la nuit sans étoiles, qui roule
Et déroule parmi des bruits sourds l’effroi vert
Et rouge des éclairs sur le ciel entr’ouvert !

— Cependant, orgueilleux et doux, loin des vacarmes
De la vie et du choc désordonné des armes
Mercenaires, voyez, gravissant les hauteurs
Ineffables, voici le groupe des Chanteurs
Vêtus de blanc, et des lueurs d’apothéoses
Empourprent la fierté sereine de leurs poses :
Tous beaux, tous purs, avec des rayons dans les yeux,
Et sur leur front le rêve inachevé des Dieux,
Le monde que troublait leur parole profonde,
Les exile. À leur tour ils exilent le monde !
C’est qu’ils ont à la fin compris qu’ils ne faut plus
Mêler leur note pure aux cris irrésolus
Que va poussant la foule obscène et violente,
Et que l’isolement sied à leur marche lente.
Le Poète, l’amour du Beau, voilà sa foi,
L’Azur, son étendard, et l’Idéal, sa loi !
Ne lui demandez rien de plus, car ses prunelles,
Où le rayonnement des choses éternelles
A mis des visions qu’il suit avidement,
Ne sauraient s’abaisser une heure seulement
Sur le honteux conflit des besognes vulgaires,
Et sur vos vanités plates ; et si naguères
On le vit au milieu des hommes, épousant
Leurs querelles, pleurant avec eux, les poussant
Aux guerres, célébrant l’orgueil des Républiques
Et l’éclat militaire et les splendeurs auliques.
Sur la kitare, sur la harpe et sur le luth,
S’il honorait parfois le présent d’un salut

Et daignait consentir à ce rôle de prêtre
D’aimer et de bénir, et s’il voulait bien être
La voix qui rit ou pleure alors qu’on pleure ou rit,
S’il inclinait vers l’âme humaine son esprit,
C’est qu’il se méprenait alors sur l’âme humaine.
— Maintenant, va, mon Livre, où le hasard te mène.

*********
Prologue Poèmes Saturniens

POEMES SATURNIENS (1866) de PAUL VERLAINE (Edition Vanier de 1902)

POESIE FRANCAISE

Paul_Verlaine_signature_svg

PAUL VERLAINE
1844-1896

Oeuvre de Paul Verlaine Artgitato Frédéric_Bazille_-_Portrait_de_Paul_Verlaine_comme_une_Troubadour

Portrait de Paul Verlaine en troubadour
Frédérique Bazille
1868
Museum of Art – Dallas

 

*

Œuvres de Paul Verlaine
 


Poèmes Saturniens
1866

PAUL VERLAINE Son Oeuvre Texte Poésie Artgitato

Tableaux et Caricatures
Gustave Courbet – Eugène Carrière – Frédérique Bazille
Paterne Berrichon – Félix Vallotton – Félix Régamey

*

Paul Verlaine Poèmes Saturniens Artgitato Mikhaïl Vroubel Séraphin à trois paires d'ailes Azraël 1904

Prologue

Dans ces temps fabuleux, les limbes de l’histoire,

**

Melancholia

I
Résignation

Tout enfant, j’allais rêvant Ko-Hinnor,

II
Nevermore

Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L’automne

III
Après trois ans

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,

IV
Vœu

Ah ! les oarystis ! les premières maîtresses !

V
Lassitude

De la douceur, de la douceur, de la douceur !

VI
Mon rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant

VII
A une femme

À vous ces vers, de par la grâce consolante

VIII
L’Angoisse

Nature, rien de toi ne m’émeut, ni les champs

*********

Eaux-fortes 

I
Croquis parisien

La lune plaquait ses teintes de zinc

II
Cauchemar

J’ai vu passer dans mon rêve

III
Marine

IV
Effet de nuit

La nuit. La pluie. Un ciel blafard que déchiquette

V
Grotesques

Leurs jambes pour toutes montures,

*****

Paysages tristes 

I
Soleils couchants

Une aube affaiblie

II
Crépuscule du soir mystique

Le Souvenir avec le Crépuscule

III
Promenade sentimentale

Le couchant dardait ses rayons suprêmes

IV
Nuit du Walpurgis classique

C’est plutôt le sabbat du second Faust que l’autre.

V
Chanson d’automne

Les sanglots longs

VI
L’heure du berger

La lune est rouge au brumeux horizon ;

VII
Le rossignol

Comme un vol criard d’oiseaux en émoi,

*****

Caprices 

I
Femme et chatte

Elle jouait avec sa chatte ;

II
Jésuitisme

Le chagrin qui me tue est ironique, et joint

III
La chanson des ingénues

Nous sommes les Ingénues
Aux bandeaux plats, à l’œil bleu,

IV
Une grande dame

Belle « à damner les saints », à troubler sous l’aumusse
Un vieux juge ! Elle marche impérialement.

V
Monsieur Prudhomme

Il est grave : il est maire et père de famille.
Son faux col engloutit son oreille. Ses yeux,

****

INITIUM

Les violons mêlaient leur rire au chant des flûtes,

****

ÇAVITRI

Pour sauver son époux, Çavitri fit le vœu

****

SUB URBE

Les petits ifs du cimetière

****

SERENADE

Comme la voix d’un mort qui chanterait

****

UN DAHLIA

Courtisane au sein dur, à l’œil opaque et brun
S’ouvrant avec lenteur comme celui d’un bœuf,

****

NEVERMORE

Allons, mon pauvre cœur, allons, mon vieux complice,
Redresse et peins à neuf tous tes arcs triomphaux ;

****

IL BACIO

Baiser ! rose trémière au jardin des caresses !
Vif accompagnement sur le clavier des dents

****

DANS LES BOIS

D’autres, ― des innocents ou bien des lymphatiques, ―
Ne trouvent dans les bois que charmes langoureux,

****

NOCTURNE PARISIEN

Roule, roule ton flot indolent, morne Seine. —
Sur tes ponts qu’environne une vapeur malsaine

****

MARCO

Quand Marco passait, tous les jeunes hommes
Se penchaient pour voir ses yeux, des Sodomes

****

CESAR BORGIA

Sur fond sombre noyant un riche vestibule
Où le buste d’Horace et celui de Tibulle

****

LA MORT DE PHILIPPE II

Le coucher d’un soleil de septembre ensanglante
La plaine morne et l’âpre arête des sierras

****

ÉPILOGUE

I

Le soleil, moins ardent, luit clair au ciel moins dense.
Balancés par un vent automnal et berceur,

II

Donc, c’en est fait. Ce livre est clos. Chères Idées
Qui rayiez mon ciel gris de vos ailes de feu

III

Ah ! l’Inspiration superbe et souveraine,
L’Égérie aux regards lumineux et profonds,

**********************

Oeuvre de Paul Verlaine Artgitato Frédéric_Bazille_-_Portrait_de_Paul_Verlaine_comme_une_Troubadour