Archives par mot-clé : poème

Муза La Muse de Taras Chevtchenko – Musa Taras Shevchenko – Вірші Тараса Шевченка- 1858

*
Taras Chevtchenko
Taras Shevchenko
Тарас Григорович Шевченко
Вірші Тараса Шевченка

Taras Shevchenko Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle - Вірші Тараса Шевченка

 


 TRADUCTION FRANCAISE & PORTUGAISE
Tradução Francês e Português
JACKY LAVAUZELLE

 
 Тарас Григорович Шевченко
TARAS CHEVTCHENKO
Taras Shevchenko
25 février 1814 Moryntsi (près de Tcherkassy) – 26 février 1861 Saint-Pétersbourg

Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko


************************* 





Poème – Poema – вірш 
Вірші Тараса Шевченка
Os poemas de Taras Shevchenko
Les Poèmes de Taras Chevtchenko
*

Муза
Muse
Musa
9 лютого 1858
9 février 1858
9 de fevereiro de 1858
 **

**

Катерина олія, Catherine huile, 1842 – Catarina óleo, 1842- Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko Taras Shevchenko

**

А ти, пречистая, святая,
Ô toi, pure et sainte,
Você, puro e santo,
Ти, сестро Феба молодая!
Toi, sœur de Phébus bien-aimée !
Você, amada irmã de Phoebus!
Мене ти в пелену взяла
Tu m’as pris sur ta poitrine
Você me pegou no seu peito
  І геть у поле однесла.
Et porté à travers champ.
E transportado pelo campo.
І на могилі серед поля,
Et sur une tombe tu m’as déposé
E em um túmulo você me depositou
Як тую волю на роздоллі,
Tel un thuya en pleine croissance,
Como um thuja em pleno crescimento,
Туманом сивим сповила.
D’un brouillard, tu m’as recouvert.
De um nevoeiro, você me cobriu.
І колихала, і співала,
Et tu m’as réveillé et tu as chanté
E você me acordou e cantou
І чари діяла… І я…
Et la magie a agi … Et moi…
E a mágica agiu … E eu …
О чарівниченько моя!
Ô mon enchanteresse !
Ó minha feiticeira!
  Мені ти всюди помагала,
Tu m’as secouru partout,
Você me salvou em todos os lugares
Мене ти всюди доглядала.
Tu as pris soin de moi toujours.
Você cuidou de mim sempre.
В степу, безлюдному степу,
Dans la steppe, la steppe désertique,
Na estepe, o estepe do deserto,
В далекій неволі,
Dans ma longue captivité,
No meu longo cativeiro,
Ти сіяла, пишалася,
Tu as illuminé fièrement
Você tem orgulhosamente iluminado
 Як квіточка в полі!
Comme une fleur dans un champ !
Como uma flor em um campo!
Із казарми нечистої
De mon odieuse caserne
Dos meus quarteis odiosos
Чистою, святою
Pur, saint
Puro, santo
Пташечкою вилетіла
L’oiseau s’est envolé
O pássaro voou para longe
  І понадо мною
Et avec moi
E comigo
Полинула, заспівала
Tu es sorti et tu as chanté
Você saiu e cantou
Ти, золотокрила…
Toi, d’or …
Você, ouro …
Мов живущою водою
Comme de l’eau vive
Como a água viva
Душу окропила.
Tu as lavé mon âme.
Você lavou minha alma.
І я живу, і надо мною
Et je vis, et au-dessus de moi
E eu vivo e acima de mim
  З своєю божою красою
De toute ta beauté divine
Com toda sua beleza divina
Гориш ти, зоренько моя,
Tu illumines, tendre
Você ilumina, doce
Моя порадонько святая!
Etoile magnifique !
Bela Estrela!
Моя ти доле молодая!
Qui me guide depuis toujours !
Quem sempre me guiou
Не покидай мене. Вночі,
Ne me quitte pas. La nuit
Não me deixe. Noite
І вдень, і ввечері, і рано
Le jour et le soir, et à l’aube
Dia e noite e ao amanhecer
Витай зо мною і учи,
Sois toujours à mes coté, dirige-moi,
Que você está sempre ao meu lado, me direcione,
Учи неложними устами
Apprends à mes lèvres
Aprende aos meus lábios
Сказати правду. Поможи
A ne dire que la vérité. Aide moi
Para dizer a verdade. Me ajude
Молитву діяти до краю.
Pour que ma prière arrive à destination.
Para minha oração chegar ao seu destino.
А як умру, моя святая!
Et si je meurs, mon saint !
E se eu morrer, meu santo!
Моя ти мамо! положи
Ma mère ! Mettez
Minha mãe! Por favor coloque
Свого ти сина в домовину
Votre fils dans son petit cercueil
Seu filho em seu pequeno caixão
І хоть єдиную сльозину
Et qu’au moins une larme
E que pelo menos uma lágrima
В очах безсмертних покажи.
Sorte de tes yeux immortels.
Sair de seus olhos imortais.

 Нижній Новгород
Nijni Novgorod
Nizhny Novgorod

 

**

Taras Chevtchenko
Taras Shevchenko
Тарас Григорович Шевченко
Вірші Тараса Шевченка
JAN HUS L'HERETIQUE de Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle

 


 TRADUCTION FRANCAISE & PORTUGAISE
Tradução Francês e Português
JACKY LAVAUZELLE

LE DESASTRE Poème de Taras Chevtchenko – O Desastre poema Taras Shevchenko -Мій Боже милий, знову лихо!..

*
Taras Chevtchenko
Taras Shevchenko
Тарас Григорович Шевченко
Вірші Тараса Шевченка

Taras Shevchenko Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle - Вірші Тараса Шевченка

 


 TRADUCTION FRANCAISE & PORTUGAISE
Tradução Francês e Português
JACKY LAVAUZELLE

 
 Тарас Григорович Шевченко
TARAS CHEVTCHENKO
Taras Shevchenko
25 février 1814 Moryntsi (près de Tcherkassy) – 26 février 1861 Saint-Pétersbourg

Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko


************************* 





Poème – Poema – вірш 
Вірші Тараса Шевченка
Os poemas de Taras Shevchenko
Les Poèmes de Taras Chevtchenko
*

Мій Боже милий, знову лихо!..
LE DESASTRE
O DESASTRE
1859 ?
 **

**

Селянська родина Famille Paysanne Taras Shevchenko полотно олія Huile sur toile 1843

**

Мій Боже милий, знову лихо!..
Mon cher dieu, le désastre est de retour !
Meu querido deus, o desastre está de volta!
Було так любо, було тихо;
Tout était serein, tout était si calme ;
Tudo era sereno, tudo estava tão calmo;
Ми заходились розкувать
Nous avions commencé à briser
Nós tínhamos começado a quebrar
Своїм невольникам кайдани.
Nos chaînes d’esclaves.
Nossas correntes de escravos.
Аж гульк !.. Ізнову потекла
Tout s’est arrêté ! .. Il a coulé
Tudo parou! .. Ele afundou
 Мужицька кров! Кати вінчані,
Le sang du peuple ! Les bandits couronnés
O sangue do povo! Os bandidos coroados
Мов пси голодні за маслак,
Comme des chiens se battant pour un os,
Como cães lutando por um osso,
  Гризуться знову.
S’étripent à nouveau.
Eles estão lutando novamente.

***************

Taras Shevchenko

************************

Par Émile Durand
Le Poète national de la Petite-Russie
Tarass-Grigoriévitch Chevtchenko
LA REVUE DES DEUX MONDES
1876

…Par ordre de l’empereur Nicolas, le poète fut envoyé comme simple soldat dans la garnison d’une petite forteresse située au bord du lac d’Aral, et qui plus est, pendant que la garnison se renouvelait tous les ans, Chevtchenko devait rester toute sa vie dans cet endroit perdu ; enfin il lui était absolument interdit de dessiner ou d’écrire.

La consigne fut sévèrement observée pendant les premiers temps. Le poète, pour écrire ses vers, n’avait qu’un bout de crayon et un petit livret grossièrement broché, qu’il avait dérobé aux yeux de ses argus en le cachant dans la tige de sa botte. De 1848 à 1850, il écrivit encore une centaine de poésies, pour la plupart assez courtes. Puis la consigne se relâcha, il put avoir du papier ; mais l’inspiration ne venait plus, et il cessa d’écrire. Le dessin fut désormais sa seule distraction, tolérée, non permise. M. Ivan Tourguénef raconte à ce sujet une anecdote qui fait honneur à V. Pérovsky, alors gouverneur du cercle d’Orenbourg. Un certain général « à cheval sur la consigne », comme les aimait l’empereur Nicolas, ayant appris que Chevtchenko, malgré la défense, avait dessiné quelques esquisses, considéra comme un devoir d’avertir le gouverneur. Celui-ci, regardant d’un air sévère le zélé personnage, lui dit froidement : — Général, je n’entends pas de cette oreille-là. Veuillez passer de l’autre côté et me répéter ce que vous venez de me dire. — Le général comprit, et répéta… autre chose.

Après la mort de l’empereur Nicolas, les amis que Chevtchenko avait laissés à Pétersbourg firent des démarches en sa faveur et furent assez heureux pour obtenir sa grâce. Le poète avait subi dix années d’un cruel exil ; encore les formalités retardèrent-elles son retour pendant près d’une année. C’est ainsi, par exemple, qu’il fut retenu plusieurs mois à Nijni-Novgorod, où il vendit quelques dessins pour subvenir à son existence….

 

**

Taras Chevtchenko
Taras Shevchenko
Тарас Григорович Шевченко
Вірші Тараса Шевченка
JAN HUS L'HERETIQUE de Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle

 


 TRADUCTION FRANCAISE & PORTUGAISE
Tradução Francês e Português
JACKY LAVAUZELLE

MES PENSEES de Taras CHEVTCHENKO – MEUS PENSAMENTOS de Taras SHEVCHENKO – Кобзар – Kobzar

 

*
Taras Chevtchenko
Taras Shevchenko
Тарас Григорович Шевченко
Вірші Тараса Шевченка
Кобзар – Kobzar
JAN HUS L'HERETIQUE de Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle - Вірші Тараса Шевченка

 


 TRADUCTION FRANCAISE & PORTUGAISE
Tradução Francês e Português
JACKY LAVAUZELLE

 
 Тарас Григорович Шевченко
TARAS CHEVTCHENKO
Taras Shevchenko
25 février 1814 Moryntsi (près de Tcherkassy) – 26 février 1861 Saint-Pétersbourg

Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko Тарас Григорович Шевченко Taras Chevtchenko


************************* 





Poème – Poema – вірш
Вірші Тараса Шевченка
Os poemas de Taras Shevchenko
Les Poèmes de Taras Chevtchenko
*
Кобзар – Kobzar

Думи мої, думи мої
MES PENSEES
MEUS PENSAMENTOS
1839
 **

**

Autoportrait en soldat en exil

**

Думи мої, думи мої,
Mes pensées, mes pensées
Meus pensamentos, meus pensamentos
Лихо мені з вами!
Combien vous me torturez !
Quanto você me tortura!
Нащо стали на папері
Pourquoi vous alignez-vous sur ma page
Por que você se alinha na minha página
Сумними рядами?..
En lignes si tristes ? …
Em linhas tão tristes? …
Чом вас вітер не розвіяв
Pourquoi le vent ne vous a-t-il pas éparpillées
Por que o vento não te dispersou
В степу, як пилину?
Dans la steppe, comme de la vulgaire poussière ?
Na estepe como poeira comum?
Чом вас лихо не приспало,
Pourquoi ne vous êtes vous pas assoupies
Por que você não adormeceu
Як свою дитину?..
Comme l’enfant dans son berceau ? …
Como a criança em seu berço? …

*

Бо вас лихо на світ на сміх породило,
Le malheur, moqueur, les a fait naître,
A desgraça, rindo, deu à luz a eles,
Поливали сльози… чом не затопили,
En les arrosant de larmes… Pourquoi ne vous ont-elles pas inondées,
Tomando-as de lágrimas … Por que elas não te inundaram,
Не винесли в море, не розмили в полі?…
Emportées vers la mer, enfouies dans la steppe ?
Por que eles não te levaram para o mar ou foram enterrados nas estepes?
Не питали б люде, що в мене болить,
Personne ne me demanderait ce qui me blesse
Ninguém me perguntaria o que me machuca
Не питали б, за що проклинаю долю,
Ni pourquoi je maudis mon sort,
Nem por que eu amaldiçoo meu destino
Чого нуджу світом? «Нічого робить»,—
Ni pourquoi j’erre dans le monde ? « Je m’en moque »,
Nem por que estou vagando no mundo? « Eu não me importo »,
Не сказали б на сміх…
Ils n’en parleraient plus ainsi en se moquant …
Eles não falavam dessa maneira tirando sarro …

*

Квіти мої, діти!
Mes fleurs, mes enfants !
Minhas flores, meus filhos!
Нащо ж вас кохав я, нащо доглядав?
Pourquoi vous avoir aimées, pourquoi vous avoir élevées ?
Por que você ama, por que você se levantou?
Чи заплаче серце одно на всім світі,
Y a-t-il un cœur dans le monde entier
Existe um coração no mundo inteiro?
Як я з вами плакав?.. Може, і вгадав…
Pour vous pleurer ainsi ? .. Peut-être ai-je deviné …
Chorar tanto assim? .. Talvez eu tenha adivinhado …
Може, найдеться дівоче
Peut-être y a-t-il une fille,
Talvez haja uma garota
  Серце, карі очі,
Cœur tendre, yeux bruns,
Coração mole, olhos castanhos,
Що заплачуть на сі думи,—
Qui pleure sur ces pensées,
Quem chora sobre esses pensamentos?
Я більше не хочу.
Moi, je ne veux plus !
Eu não quero mais!
Одну сльозу з очей карих —
Une larme des yeux noirs de cette demoiselle,
Uma lágrima dos olhos negros desta jovem
І пан над панами!
Et le seigneur des seigneurs, je deviendrais !
E o senhor dos senhores eu me tornaria!
Думи мої, думи мої,
Mes pensées, mes pensées
Meus pensamentos, meus pensamentos
Лихо мені з вами!
Combien vous me torturez !
Quanto você me tortura!

*

За карії оченята,
Pour les beaux yeux malicieux
За чорнії брови
Sous de noirs sourcils
Серце рвалося, сміялось,
Mon cœur s’est emporté, léger,
Виливало мову,
Il a chanté la langue,
Виливало, як уміло,
Il a chanté, habilement,
За темнії ночі,
L’obscurité de la nuit,
За вишневий сад зелений,
Les verts cerisiers sombres du verger,
За ласки дівочі…
Les douces caresses de la jeune fille…
За степи та за могили,
Les steppes et les monticules funéraires,
Що на Україні,
Par l’Ukraine,
Серце мліло, не хотіло
Mon cœur ne voulait plus
Співать на чужині…
Chanter dans un autre pays…

(…)

 

*

Думи мої, думи мої,
Mes pensées, mes pensées
Meus pensamentos, meus pensamentos
 Квіти мої, діти!
Mes fleurs, mes enfants!
Minhas flores, meus filhos!
 Виростав вас, доглядав вас,—
Je vous ai éduquées en prenant soin de vous,
Educando-se e cuidando de si mesmo,
Де ж мені вас діти?
Et maintenant ?
E agora?
  В Україну ідіть, діти!
Partez en Ukraine, mes enfants !
Vá para a Ucrânia, meus filhos!
 В нашу Україну,
Dans notre Ukraine,
Na nossa Ucrânia,
Попідтинню, сиротами,
Comme des orphelins, à travers les chemins de traverse,
Como órfãos,
А я — тут загину.
Et moi, moi je vais mourir ici.
E eu vou morrer aqui.
Там найдете щире серце
Vous trouverez là-bas un cœur sincère
Você vai encontrar lá um coração sincero
І слово ласкаве,
Et de tendres mots
E palavras carinhosas
Там найдете щиру правду,
Là, vous trouverez la pure vérité,
Lá você encontrará a pura verdade,
А ще, може, й славу…
Et aussi, peut-être, la gloire …
E também, talvez, glória …

*

Привітай же, моя ненько,
Accepte, ma tendre
Aceite ,meu doce
Моя Україно,
Ma chère Ukraine,
Minha querida Ucrânia,
Моїх діток нерозумних,
Mes innocents enfants
Minhas crianças inocentes
Як свою дитину.
Comme si c’était les tiens.
Como se fosse seu.

1839, С.-Петербург
1839 – Saint-Pétersbourg
1839 – São Petersburgo

 

**

 

Taras Chevtchenko
Taras Shevchenko
Тарас Григорович Шевченко
Вірші Тараса Шевченка
JAN HUS L'HERETIQUE de Taras Chevtchenko - Trad Jacky Lavauzelle

 


 TRADUCTION FRANCAISE & PORTUGAISE
Tradução Francês e Português
JACKY LAVAUZELLE

L’HYPOTHESE DE L’HOMME -a hipótese do homem – Je m’en remets à toi – Eu deixo para você – Jacky Lavauzelle

Poésie – Poesia
*Jacky Lavauzelle poème A CASCA DO MUNDO - Poema Jacky Lavauzelle - L'ECORCE DU MONDE (Sonnet)





Poème Poema Jacky Lavauzelle


L’HYPOTHESE DE L’HOMME
A hipótese do homem
**
JE M’EN REMETS A TOI
Eu deixo para você
**

Poème – Poema
Sonnet – Soneto
*

 

**

Je m’en remets à toi
Eu deixo para você
Combien a-t-il fallu de temps
Quanto tempo demorou
Pour que dans nos yeux armés de bottines trouées
Para isso em nossos olhos armados com botas perfuradas
Des gouffres creusent des murailles épaisses  et reposent en silence
Os abismos cavam paredes espessas e descansam em silêncio
Je m’en remets à toi
Eu deixo para você
Il parait que c’est pour demain
Parece que é para amanhã
Me dis-tu
Você me diz
A l’heure des promeneurs
Na hora dos caminhantes
Il y eut des murmures, me dis-tu
Houve murmúrios, você me diz
Tu me l’as toujours dit
Você sempre me disse
Les beaux soirs se sont brisés les uns après les autres
As belas noites quebraram uma depois da outra
Tu as entendu le premier craquement dans un coin de ta table
Você ouviu a primeira rachadura em um canto da sua mesa
Toutes les tendresses s’effritent  depuis les unes sous les autres
Desde então, toda a ternura desmorona uma sob a outra
Tu as toujours pensé que le temps ne reviendra plus
Você sempre achou que o tempo não voltaria
Depuis qu’il t’a glissé entre les doigts
Desde que ele escorregou entre os dedos
Lui aussi
Ele também
Je m’en remets à toi
Eu deixo para você
Toi qui sais
Você quem sabe
Que dans nos yeux seulement quelque chose peut surgir
Que em nossos olhos apenas algo pode surgir
C’est pour demain ! Pour 9 heures ! Paraît-il
É para amanhã! Por 9 horas! parece que ele
Et moi, je m’en remets à toi
E eu deixo para você
Les derniers parfums sont collés à ta peau
Os últimos perfumes são colados à sua pele
Et cette sueur âpre nous brûle comme un violent acide
E esse suor áspero nos queima como um ácido violento
S’effritent aussi tes  rires innocents
Também esmague seu riso inocente
Il n’y a plus d’innocence
Não há mais inocência
Il n’y a plus d’importance
Não há mais importância
Tu me l’as toujours dit
Você sempre me disse
Te moques-tu encore ?
Você ainda está brincando?
S’effritent les thèses et les controverses inutiles
Teses debilitadas e controvérsias desnecessárias
Les mots ne servent plus à rien
Palavras não são mais úteis
Est-ce le hasard ?
É por acaso?
Il n’y a plus qu’une de tes mains qui tient le corps
Há apenas uma das suas mãos segurando o corpo
Plus qu’un corps qui tient les vagues de la femme
Mais que um corpo que segura as ondas da mulher
Plus qu’une femme qui retient l’hypothèse de l’homme
Mais do que uma mulher que sustenta a hipótese do homem
J’ai serré les dents
Cerrei os dentes
Quel drôle de garçon fais-tu !
Que garoto engraçado você faz!
J’ai mordu ma langue
Eu mordi minha língua
Quel étrange humain es-tu ?
Que estranho humano você é?
J’ai perdu ma face et j’ai oublié ma parole
Eu perdi meu rosto e esqueci minha palavra
Le vent s’effondre
O vento entra em colapso
Comme s’effritent les beaux soirs
Como as belas noites estão desmoronando
Quand tu étais là
Quando você estava lá
Tu parlais comme parlent les pierres légères
Você falou como falar as pedras de luz
Mais je n’ai pas compris
Mas eu não entendi
Je n’entendais que du vent
Eu só podia ouvir o vento
Ma langue est tombée
Minha língua caiu
Je m’en remets à toi
Eu deixo para você
J’ai enlevé l’eau profonde tout autour de toi
Eu removi a água profunda ao seu redor
Et je me suis baigné
E eu tomei banho
A l’heure des promenades
Na hora dos passeios
C’est impossible
É impossível
Tu me l’as toujours dit
Você sempre me disse

*********************

Poésie
*Jacky Lavauzelle poème

LE BLEU DES MONDES – Poème de Jacky Lavauzelle – O Azul dos Mundos – Poema

Poésie – Poesia
*Jacky Lavauzelle poème





Poème Poema Jacky Lavauzelle


LE BLEU DES MONDES
O AZUL DOS MUNDOS

Poème – Poema
*

 

**

Il était une fois
Era uma vez
Des hommes qui cherchaient le bleu
Homens que estavam procurando o azul
Pas l’or, ni l’argent
Não ouro, nem dinheiro
Non
Não
 Le Bleu
O Azul
Le Bleu originel
O Azul original
Celui qui s’ouvrit devant Adam et Eve
Aquele que abriu antes de Adão e Eva
Le Bleu des Mondes
O Azul dos Mundos
Nombreux moururent dans leur quête pour trouver Le Bleu
Muitos morreram em sua busca para encontrar O Azul
Entier et pur
Inteiro e puro
Le Bleu phénoménal
O fenomenal Azul
Celui que l’on peut voir encore quand les matins sont gais
Aquele que ainda podemos ver quando as manhãs são felizes
Sans que l’on sache pourquoi
Sem ninguém saber porque
Il sort de nos yeux comme une fine nuée au-dessus de nos vies
Ele sai dos nossos olhos como uma nuvem fina sobre nossas vidas 
Dans leurs recherches frénétiques
Em sua pesquisa frenética
Nombreux se perdirent dans la mer ignorante
Muitos se perderam no mar ignorante
Nul poisson ne l’avait vu – Nulle sirène non plus
Nenhum peixe tinha visto-o – Nenhuma sirene também
Ils partirent graves et sérieux
Eles saíram sérios e preocupado
   Abattus contre des murailles d’eaux
Abatido contra paredes de água
Nombreux se perdirent dans les cieux
Muitos foram perdidos nos céus
A se brûler l’esprit
Para queimar sua mente
  Tordus comme seul le feu peut tordre le fer le plus dur
Torcida como só o fogo pode torcer o ferro mais duro
Certains partirent dans les contrées maléfiques
Alguns foram para terras do mal
Pour qu’une peur bleue les habite
E tem um medo azul
Ils ressortirent couleur de deuil et de fracas
Eles sabiam apenas raios e a cor do luto
Certains prétendirent l’avoir trouvé
Alguns alegaram tê-lo encontrado
Ne ramenant qu’un ersatz de bleu lavasse et triste
Trazer de volta apenas um substituto de um azul desbotado e triste
Et la foule les moquait
E toda gente estava rindo deles
 Et des rires hantent encore les ruelles de nos villes
E as risadas ainda escurecem as ruas de nossas cidades
Tant causèrent à tous vents
Muitos conversaram com todos os ventos
Tous crurent trouver la solution
Todos acreditavam encontrar a solução
Et pouvoir revenir au pays plein de gloire et de prestige
E para poder voltar ao país cheio de glória e prestígio
Pourtant ici pas de cadeaux ni de princesse à conquérir
Mas uma recompensa sem presentes ou princesa para conquistar
Elle-même était blanche
A princesa, ela mesma, era branca
D’un blanc pur et puissant
Inundado com um branco puro e poderoso
Si pur que nul ne pouvait la regarder dans les yeux
Tão puro que ninguém que ninguém poderia olhar para ela nos olhos
 Un matin
Uma manhã
  La ville dormait encore
A cidade ainda estava dormindo
D’un sommeil de lavande
De um sono de lavanda
  Et je suis parti couvert d’encre et de rose
E eu saí coberto de tinta e rosa
Je suis parti la tête vide
Deixei minha cabeça vazia
Et le cœur fatigué
E o coração cansado
Et j’ai trouvé sous mes pas
E eu encontrei sob meus pés
Des ondes bleues et des essences azurées
Ondas e essências azuis
Petit à petit, elles m’ont pénétré
Pouco a pouco, eles me penetraram
  S’infusant au-dedans de moi
Pouco a pouco inundando em minhas entranhas
 J’ai revu tous les matins joyeux et enchantés
Eu vi todas as manhãs feliz e divina
Et je suis resté sur le chemin
E eu fiquei no caminho
 Au cœur des espaces
No coração dos espaços
Mais j’ai couru
Mas eu corri
    Voyant des hordes minables me pourchassant
Assistindo hordas descuidadas me perseguindo
Pour conquérir Le bleu qui venait d’apparaître
Para conquistar O Azul que acabara de aparecer
 Ils m’ont attrapé et lynché comme un vil voleur
Eles me agarraram e me lincharam como um ladrão cruel
Mais Le Bleu s’en est allé
Mas O Azul foi embora tão rápido
   Avec mon âme au-dessus d’eux
Com minha alma acima deles
Depuis, je flotte tranquille et gai
Desde então, eu flutuo calmo e alegre
Sur cette bande d’imbéciles
Neste bando de idiotas
Qui plus jamais ne trouvera Le Bleu
Quem nunca vai encontrar O Azul
Qu’au plus profond de moi je garde
Que nas profundezas de mim com inveja eu mantenho
Jusqu’à la nuit des temps
Até a noite do tempo

*****




*******************

Poésie
*Jacky Lavauzelle poème

LA NAISSANCE DU TEMPS – Poème de Jacky Lavauzelle – O Nascimento do Tempo

Poésie
*Jacky Lavauzelle poème





Poème de Jacky Lavauzelle

Só Deus! de Francisco Augusto Metrass -1856 – MUSEE DU CHIADO

 


LA NAISSANCE DU TEMPS
*
O nascimento do tempo

 

*****




Dans un marécage poisseux
Em um pântano pegajoso
Ce soir
Esta noite
Les mains jointes
Mãos apertadas
Un poisson est mort
Um peixe está morto
  La gorge lourde
Garganta pesada
 Vomissant son bouquet funèbre et le vent de la mer
Vomitando seu buquê fúnebre e o vento do mar
Le temps vient de naître
O tempo nasce
Cela n’a rien d’étrange
Isso não é estranho
Le fond est froid et dur
O fundo é frio e duro
Le temps est là
O tempo é aqui
Défait
Desfeito
Aux seins froids et lourds
Com seios frios e pesados
Posé sur les flots
Posou nas ondas
Une grenouille sur son dos
Um sapo nas costas
C’est la nature qui le cogne
É a natureza que bate nele
Tranquillement
silenciosamente
Elle le moule et le durcit
Ela molda e endurece
Comme on moule une étoile
Enquanto moldamos uma estrela
Comme on moule un ange au petit matin
Como moldamos um anjo no início da manhã
Derrière les étroites sapinettes de la destinée
Por trás dos estreitos pinheiros do destino
  L’espace sort de ses mains
O espaço sai de suas mãos
  Sans aucune délicatesse
Sem qualquer delicadeza
Si quelque chose le gêne,
Se algo o incomoda,
le voilà se roulant par terre
aqui ele está rolando no chão
  Se frottant comme un ver contre un arbre
Esfregando como um verme contra uma árvore
Le temps vient se perdre
O tempo está se perdendo
Le voici qui déjà se sert
Aqui ele já está usando
A la table de la vie
Na mesa da vida
Sa vieillesse n’est point facile
Sua velhice não é fácil
Il s’étire, s’allonge, se dilate
Ele se alonga, se deita, se expande
 Voilà qu’il s’aperçoit qu’il n’est plus tout jeune
Ele percebe que não é mais muito jovem
 Le temps vient de voir les bords de sa tombe
O tempo acabou de ver as bordas de seu túmulo
    comme au printemps de son âge
como na primavera de sua idade
Le temps ne rend jamais service
O tempo nunca faz serviço
Et travaille seul sans cesse
E trabalhar sozinho constantemente
 Le temps vient de mourir rassasié
O tempo acabou de morrer saciado
Un plume dans le cul
Uma pena na bunda
En lui, un autre temps naît
Nele, nasce outra hora
Que la nature s’apprête à former
Essa natureza está prestes a formar
L’espace sort de ses narines
O espaço sai de suas narinas
Le temps se mouche fort
O tempo asso o nariz sai sangue
 Dans son poisseux marécage
Em seu pântano pegajoso
Où le poisson nage
Onde os peixes nadam
Au fond des vases aux yeux d’acier
No fundo de vasos com olhos de aço
 Beuglant des vers
Gritando vermes
Où plonge
Onde está mergulhando
Le dernier rayon de la lune
O último raio da lua

*******************

Poésie
*Jacky Lavauzelle poème




Le chemin du ciel – Poème de Jacky Lavauzelle – O caminho do Céu

Poésie
*Jacky Lavauzelle poème





Poème de Jacky Lavauzelle

O Caminho do Céu - Le chemin du Ciel -- Poème de Jacky Lavauzelle


LE CHEMIN DU CIEL
*
O caminho do Céu

*****




Dans la forêt, les gens se sont cachés
Na floresta, as pessoas esconderam
Les uns après les autres
Um após o outro
Trouver de l’abondance dans un long détritus de merde
Encontre abundância neste longo detrito de merda
Les uns sur les autres
Um ao outro
Avec des herbes blessées et coupantes 
Com ervas feridas e afiadas

Les uns dans les autres
Um nos outros
Prenant la fiante pour une fleur infidèle
Tomando o cocô para uma flor infiel
Et l’âme pour un transsexuel de service
E a alma de um transexual no trabalho
Les uns sans les autres
Um sem os outros
Dans chaque goutte qui se terrait dans les tréfonds de la terre
Em cada gota que foi enterrada nas profundezas da terra

Les arbres se sont croisés et ont emporté nos pas
As árvores cruzaram e deram os nossos passos

Comme si nous n’étions jamais venus
Como se nunca tivéssemos vindo

 Les feuilles qui nous fouettaient
As folhas nos chicoteando
Se sont collées à nos yeux
Preso aos nossos olhos
Et jusqu’à la plus fine de nos veines
E até a mais frágil das nossas veias
Les branches se sont alliées
Os galhos se aliaram
Pour nous lier en tous sens
Para nos ligar em todas as direções
Dans la forêt, nos regards ont suivi
Na floresta, nossos olhos seguiram
Le chemin que prenait le ciel
O caminho que o céu tomou
D’un pauvre ciel qui tombait à l’horizon
De um pobre céu caindo no horizonte
Les feuilles sont tombées
As folhas caíram
Enfin
finalmente
Pour nous laisser un lit brut et sauvage
Para nos deixar uma cama crua e selvagem
Et nous laisser seul face au soleil
E nos deixe sozinhos no sol
Au milieu des déserts
No meio dos desertos
Nu comme un grain de sable
Nu como um grão de areia

*******************

Poésie
*Jacky Lavauzelle poème




Le Train de 9h- Poème de Jacky Lavauzelle – O Trem das 9 horas

Poésie
*Jacky Lavauzelle poème





Poème de Jacky Lavauzelle

Poème Jacky Lavauzelle
Jean-Baptiste Oudry (Détail) Nature morte au lapin et au gigot d’agneau -1742


LE TRAIN DE 9 heures
*
O Trem das 9 horas

*****




Il a raté sa vie, comme on rate le train de 9 heures pour prendre celui de 9h45.
Ele perdeu sua vida, já que sentimos o trem de 9 horas para tomar as 9:45.
Peut-être que celui de 9h45, voire celui de 10h09, est plus pointu et plus rond.
Talvez seja de 9:45, ou mesmo de 10:09, é mais apontado e mais redondo.
Les deux en même temps. Peut-être !
Ambos, ao mesmo tempo. Talvez!
Et il est sorti de la gare comme s’il sortait du ventre de sa mère.
E ele saiu da estação como se estivesse saindo do ventre de sua mãe.
Il a crié  : « Raté encore !… Raté toujours ! »
Ele gritou: « Falhou novamente! … Falhou para sempre!  »
Il a frappé, frappé si fort qu’il s’est retrouvé mort.
Ele bateu, bateu com tanta força que ele se viu morto.
Eustache a sorti la tête de la dernière cabine.
Eustache tirou a cabeça da última cabine.
Criant quelques mots incompréhensibles à João César Monteiro sur le quai.
Gritando algumas palavras incompreensíveis para João César Monteiro na plataforma.

Le sang du lapin pendu coulait goutte à goutte sur son épaule
O sangue do coelho enforcado pingou no ombro dele
Au moment même où le train de 9 heures entrait en gare.
Assim como o trem das 9 horas entrou na estação.

Poésie
*Jacky Lavauzelle poème


A CATON CATULLE 56 CATULLUS LVI AD CATONEM

*

CATULLE CATULLUS LVI

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE LVI

 Ad Catonem
*****

À CATON
****

***

 

O rem ridiculam, Cato, et jocosam,
Ô qu’elle est étrange, Caton, et rigolote,
 Dignamque auribus et tuo cachinno.
Digne de tes oreilles et de ta bonne humeur.
Ride quidquid amas, Cato, Catullum ;
Écoute, toi qui aimes rire, Caton, en l’honneur de ton Catulle ;
Res est ridicula et nimis jocosa.
La chose est drôle et très plaisante.
Deprendi modo pupulum puellae
J’ai surpris un garçon et une jeune fille ; et lui tentait de la
Trusantem. Hunc ego, si placet Dionae,
Trousser. Et moi, que Vénus me le pardonne,
Protelo rigida mea cecidi.
J’ai troussé à mon tour le bellâtre de mon membre rigide.



 ******

**********************
Catulle – Catullus
POESIE LVI

CATULLE POÈME

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines.



Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************

À JUVENTIUS CATULLE CATULLUS XLVIII – AD JUVENTIUM

*

CATULLE CATULLUS XLVIII

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE XLVIII

 Ad Juventium
*****

À JUVETIUS
****

***

 

Mellitos oculos tuos, Juventi,
Tes doux yeux mielleux, Juventius,
Si quis me sinat usque basiare,
Si je pouvais les embrasser
Usque ad milia basiem trecenta
trois cent mille fois à la suite,
N
ec unquam saturum inde cor futurum est ;
Ces baisers n’assouviraient pas mon désir ;
Non si densior aridis aristis
Non, en aurais-je plus que d’épis dans un champ
 Sit nostrae seges osculationis.
Que cela serait encore beaucoup trop peu.



 

**********************
Catulle – Catullus
POESIE XLVIII

CATULLE POÈME

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines.



Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************