Archives par mot-clé : bronze

KARL ULRICH NUSS LADENBURG LESENDE La Lecture 1991

Allemagne
Deutschland
Германия – 德国 – ドイツ

LADENBURG
Altstadt

Karl Ulrich Nuss Ladenburg

—-
Sculptures Allemandes
Deutsch Bildhauer
Karl Ulrich Nuss

né en 1943

——

 

 

Photo Jacky Lavauzelle

*

 



LESENDE
La Lecture
Karl Ulrich Nuss Ladenburg
Bronze 1991

KARL ULRICH NUSS LADENBURG LESENDE La Lecture Artgitato (2)

Karl Ulrich Nuss LadenburgKARL ULRICH NUSS LADENBURG LESENDE La Lecture Artgitato (3) KARL ULRICH NUSS LADENBURG LESENDE La Lecture Artgitato (4)

Karl Ulrich Nuss Ladenburg

KARL ULRICH NUSS LADENBURG LESENDE La Lecture Artgitato (5)

Karl Ulrich Nuss LadenburgKARL ULRICH NUSS LADENBURG LESENDE La Lecture Artgitato (6) KARL ULRICH NUSS LADENBURG LESENDE La Lecture Artgitato (7) KARL ULRICH NUSS LADENBURG LESENDE La Lecture Artgitato (8)

Karl Ulrich Nuss Ladenburg

*******

LE POÈME DE LA FEMME

MARBRE DE PAROS
Un jour, au doux rêveur qui l’aime,
En train de montrer ses trésors,
Elle voulut lire un poème,
Le poème de son beau corps.
D’abord, superbe et triomphante,
Elle vint en grand apparat,
Traînant avec des airs d’infante
Un flot de velours nacarat :
Telle qu’au rebord de sa loge
Elle brille aux Italiens,
Écoutant passer son éloge
Dans les chants des musiciens….

Oh ! quelles ravissantes choses,
Dans sa divine nudité,
Avec les strophes de ses poses,
Chantait cet hymne de beauté !

Comme les flots baisant le sable
Sous la lune aux tremblants rayons,
Sa grâce était intarissable
En molles ondulations.

Mais bientôt, lasse d’art antique,
De Phidias et de Vénus,
Dans une autre stance plastique
Elle groupe ses charmes nus :

Sur un tapis de Cachemire,
C’est la sultane du sérail,
Riant au miroir qui l’admire
Avec un rire de corail ;

 La Géorgienne indolente,
Avec son souple narghilé,
Étalant sa hanche opulente,
Un pied sous l’autre replié,

Et, comme l’odalisque d’Ingres,
De ses reins cambrant les rondeurs,
En dépit des vertus malingres,
En dépit des maigres pudeurs !

Paresseuse odalisque, arrière !
Voici le tableau dans son jour,
Le diamant dans sa lumière ;
Voici la beauté dans l’amour !

Sa tête penche et se renverse
Haletante, dressant les seins,
Aux bras du rêve qui la berce,
Elle tombe sur ses coussins ;

Ses paupières battent des ailes
Sur leurs globes d’argent bruni,
Et l’on voit monter ses prunelles
Dans la nacre de l’infini.

D’un linceul de point d’Angleterre
Que l’on recouvre sa beauté :
L’extase l’a prise à la terre ;
Elle est morte de volupté !

Que les violettes de Parme,
Au lieu des tristes fleurs des morts
Où chaque perle est une larme,
Pleurent en bouquets sur son corps !

 Et que mollement on la pose
Sur son lit, tombeau blanc et doux,
Où le poète, à la nuit close,
Ira prier à deux genoux !

Théophile Gautier
Émaux et Camées
Lemerre, 1890
Œuvres de Théophile Gautier
Poésies, volume III, pp. 7-10

**********

Karl Ulrich Nuss Ladenburg

DAVID ARONSON Museo Sefardí Toledo – David Aronson au Musée Sefardi de Tolède

TOLEDO – TOLEDE
Museo Sefardí – Musée Sefardi
DAVID ARONSON

David ARONSON
lituano-americano
Lituano – américain
Né en 1923 en Lituanie
Ecole de Boston

Museo Sefardí – Musée Sefardi
Calle de Samuel Leví, Toledo, Espagne
http://museosefardi.mcu.es

BRONCE – BRONZE
Trois Sculptures
Esculturas – Sculptures

UN TROUBADOUR DE L’ART
ENTRE PROFANE ET RELIGIEUX

WARRIOR II
GUERRIER II

david aronson musée safardi Toledo Tolède 1Warrior II david aronson musée safardi Toledo Tolède 1

Warrior II david aronson musée safardi Toledo Tolède 2 Detail

ESPINOSA
Baruch Spinoza
Philosophe (1632-1677)

Espinosa david Aronson Museo Sefardi Artgitato Toledo 4 DétailEspinosa david Aronson Museo Sefardi Artgitato Toledo2 Détail

Espinosa david Aronson Museo Sefardi Artgitato Toledo 3 Détail

PROFESOR Y ESTUDIANTE
Professeur et Elève

Profesor y estudiante david Aronson Museo Sefardi Artgitato Toledo 1Profesor y estudiante david Aronson Museo Sefardi Artgitato Toledo 2 DetailProfesor y estudiante david Aronson Museo Sefardi Artgitato Toledo 3 DétailProfesor y estudiante david Aronson Museo Sefardi Artgitato Toledo 4 Détail

PHOTOS ARTGITATO

Museo del Ejército Toledo – Musée de l’Armée de Tolède

 ESPAÑA – ESPAGNE
Castilla – La Mancha
Castille – La Manche

Museo del Ejército Toledo
Musée de l’Armée de Tolède
(Alcázar de Tolède)

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 000

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 0

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 0000

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 2

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato chevalier

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 1

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 3

La Toma de la villa de Antequera, 1410
Vicente Carducho – Vincenzo Carducci (1576–1638)
1602
Óleo sobre lienzo
detalla – détails
victoria castellano-leonesa sobre la guarnición nazarí
Victoire de la Castille-Leon sur la garnison maure

La Toma de la villa de Antequera 1410 Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato

La Toma de la villa de Antequera 1410 detalla Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato

Hernán Cortés a caballo
Hernán Cortés (1485-1547) à cheval
Conquistador – Conquérant
Venancio Vallmitjana (1826-1919) élève de Damià Campeny
Bronce 1982 Bronze

Hernán Cortés a caballo Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 1

 El Emperador Carlos V
L’Empereur Charles Quint
Copie du Portrait équestre de Charles Quint à la bataille de Muehlberg, par Titien (1548) exposé au Prado
L’original du Prado

Prado Original Portrait équestre de Charles Quint à la bataille de Muehlberg, par Titien (1548)

La Copie du Titien à l’Alcazar

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato El Emperador Carlos V Charles Quint

La Reina Isabel, la Cathólica, visitando el Hospital de Campana
Isabelle la Catholique visitant un hôpital de campagne
Mariano Yzquierdo y Vivas (1893- 1985)
1940
Óleo sobre lienzo – Huile sur toile
Detalle – Détail

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato La Reina Isabe lla Cathólica, visitando el Hospital de Campaña

Manuela Malasaña Oñoro (1791-1808)
Une des victimes du Soulèvement du Dos de Mayo 1808 (Levantamiento del 2 de mayo) contre les troupes de Napolèon
José Luis Villar y Rodriguez de Castro
1943
Óleo sobre lienzo – Huile sur toile

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato Manuela Malasaña Oñoro

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède ArtgitatoManuela Malasaña Oñoro 2

Museo del Ejército
1936

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 1936

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 1936 plafond

LES JOURNAUX SATIRIQUES
periódico satirico

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato journaux satiriques periódico satírico

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato journaux satiriques periódico satírico 2

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato journaux satiriques periódico satírico 3

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato journaux satiriques periódico satírico4

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato journaux satiriques periódico satírico 5

Harley Davidson du Musée de l’Armée de Tolède

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato Harley Davidson

Les miniatures
Miniatura

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato miniatura les miniatures 2

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato miniatura les miniatures

PHOTOS ARTGITATO

Eva KMENTOVA : LA RESISTANCE A L’OPPRESSION (Femme au soleil – žena na slunci -1958, bronze 2005)






Eva Kmentova (1928-1980)
Femme au soleil
žena na slunci
(1958, bronze 2005)

 Eva Kmentova žena na slunci (1958, bronze 2005) (1)

La Résistance
à
L’Oppression

Dans une cour du Musée Kampa (Museum Kampa, U Sovových mlýnů 2, 118 00 Praha) au milieu d’autres statues, la Femme au soleil d’Eva Kmentova, seule, contre un mur, s’offre à nous.

Il s’agit d’une femme, les proportions sont là. Mais la féminité est peu marquée. Et nous sommes autant dans le corps de l’artiste que dans celui d’une humanité plus générale.

La femme est là, face contre terre. Comme jetée à terre. Presqu’humiliée. L’être est couché, comme soumis, mais tout son effort tend vers le redressement. Se mettre droit. Tenir debout. Ne pas rester dans la situation originelle. S’élever. Ne pas rester coucher. Ne plus rester soumise.

Eva Kmentova žena na slunci (1958, bronze 2005) (2)

Les masses s’équilibrent sur le socle en pierre blanche. Et les membres, la tête et les jambes, se lèvent, se jettent vers le soleil, comme s’il s’agissait de s’arracher de la terre. Ce corps lourd et massif veut partir, s’envoler. Il se tend un peu plus de chaque côté. Quelque chose peut casser à tout instant. Et ce corps qui part, laisse un peu plus la terre pour rejoindre les astres.

Dans cette forme, le corps devient céleste. Il va vers le soleil en devenant lune, croissant de lune. Ce corps en a besoin. Il a soif de cette chaleur. C’est une nécessité vitale pour lui, pour ce corps devenu satellite.

S’il se tend, il se tend comme un arc. Un arc qui enverrait dans le ciel, vers le soleil, ce besoin d’un ailleurs, ce besoin d’espoir, pour vaincre enfin sa peur. Pour laisser son désir s’épanouir.

Cette masse si imposante devient ligne par cette position tendue. La tension ne pourra pas durer éternellement, mais qu’importe, puisque, en existant, elle permet au corps de s’ouvrir, de s’entrouvrir.

Avoir gagné sur le lourd, le pesant, le joug, les interdits, la tyrannie et l’oppression, voilà ce que le corps, et plus que le corps, l’être gagne. C’est dans cette prouesse, simple et banale, mais tellement désagréable de cette tension du cou et de cette inflexion du bassin, que l’être peut se lever enfin et que la vie peut commencer, moins mécanique et plus humaine.

Elle se tend juste avant la cassure qui elle serait définitive. Inconfortable et seule, mais vivante encore et espérant.

Eva Kmentova žena na slunci (1958, bronze 2005) (4)Eva Kmentova, ainsi que son mari Olbram Zoubek, qu’elle a connu à l’Académie des Arts,  faisait partie du groupe Trasa, où figuraient notamment les sœurs Jikta er Květa Válovy. Eva apporta au groupe de cette nouvelle figuration une dimension poétique, plus sensuelle. Elle fut bridée tout au long de sa vie par le système communisme. Comme de nombreux artistes tchèques, elle vécut grâce à des petits boulots comme vendeuse et restauratrice de bijoux.

žena na slunci porte la trace de Fernand Léger. cette sculpture a été réalisée trois ans après la mort de l’artiste français.

« L’art est fait d’oppression, de tragédie, criblées discontinûment par l’irruption d’une joie qui inonde son site, puis repart. » (René Char, Eloge d’une soupçonnée, 1988)

 

Jacky Lavauzelle