Archives par mot-clé : Friedrich Schiller

LE JEU DE LA VIE Poème de Friedrich von SCHILLER – Das Spiel des Lebens Gedichte Friedrich von SCHILLER

Das Spiel des Lebens
Le Jeu de la Vie
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DAS SPIEL DES LEBENS
LE JEU DE LA VIE

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

 

  Wollt ihr in meinen Kasten sehn?
Voulez-vous voir ma boîte ?
Des Lebens Spiel, die Welt im Kleinen,
Le jeu de la vie, le monde en miniature,
Gleich soll sie eurem Aug’ erscheinen;
Aussitôt apparaîtrà vos yeux ;
Nur müßt ihr nicht zu nahe stehn,
Mais vous ne devez pas être trop près,
Ihr müßt sie bei der Liebe Kerzen
Vous devez les apprécier avec des bougies de l’amour
  Und nur bei Amors Fackel sehn.
Et seulement avec le flambeau de Cupidon.

    Schaut her! Nie wird die Bühne leer:
Regardez ici ! La scène n’est jamais vide:
Dort bringen sie das Kind getragen,
Là ! ils apportent l’enfant,
 Der Knabe hüpft, der Jüngling stürmt einher,
Le garçon sautille déjà, le jeune homme s’agite,
Es kämpft der Mann, und Alles will er wagen.
L’homme se bat, et qui ose tout.

    Ein Jeglicher versucht sein Glück,
Chacun tente sa chance,
Doch schmal nur ist die Bahn zum Rennen;
Mais seul le chemin est étroit ;
Der Wagen rollt, die Achsen brennen,
Le char roule, les essieux brûlent,
Der Held dringt kühn voran, der Schwächling bleibt zurück,
Le héros avance hardiment, le faible reste en retrait,
Der Stolze fällt mit lächerlichem Falle,
Le fier tombe dans un piège ridicule,
Der Kluge überholt sie alle.
Le malin les dépasse tous.

    Die Frauen seht ihr an den Schranken stehn,
Vous voyez les femmes debout aux barrières,
Mit holdem Blick, mit schönen Händen
Avec un beau regard, avec de belles mains
Den Dank dem Sieger auszuspenden.
Congratuler le gagnant.

**********

Das Spiel des Lebens
Le Jeu de la Vie
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LES MOTS DE L’ILLUSION Poème de Friedrich von SCHILLER – Die Worte des Wahns Gedichte Friedrich von SCHILLER

Die Worte des Wahns
Les Mots de l’Illusion
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER
Publication en 1800

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DIE WORTE DES WAHNS
LES MOTS DE L’ILLUSION

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

 

Drei Worte hört man, bedeutungsschwer,
Trois mots fondamentaux s’entendent
 Im Munde der Guten und Besten;
Dans la bouche du bon et du meilleur d’entre nous ;
 Sie schallen vergeblich, ihr Klang ist leer,
Ils sonnent en vain, leur son est vide,
 Sie können nicht helfen und trösten.
Ils ne peuvent ni aider ni réconforter.
Verscherzt ist dem Menschen des Lebens Frucht,
Il est perdu, le fruit de la vie de l’homme,
Solang er die Schatten zu haschen sucht.
Tant qu’il essaie de chasser les ombres.

 Solang er glaubt an die Goldene Zeit,
Illusion du droit ! Tant qu’il croit en l’âge d’or,
 Wo das Rechte, das Gute wird siegen, –
Là où le droit prévaudra, là où le bien l’emportera,
Das Rechte, das Gute führt ewig Streit,
Le droit, le bien, mène un éternel combat,
Nie wird der Feind ihm erliegen,
Jamais l’ennemi ne succombera,
Und erstickst du ihn nicht in den Lüften frei,
S’il n’est pas étouffé dans les airs,
 Stets wächst ihm die Kraft auf der Erde neu.
Il reprendra de nouvelles forces sur terre.

 Solang er glaubt, daß das buhlende Glück
Illusion de la fortune ! Tant qu’il croit avoir la fortune
Sich dem Edeln vereinigen werde –
Pour rejoindre les nobles cœurs –
Dem Schlechten folgt es mit Liebesblick,
Les mauvais, la suivent avec un regard d’envie,
Nicht dem Guten gehöret die Erde.
La terre n’appartient pas au bien !
 Er ist ein Fremdling, er wandert aus
Il est étranger, il migre
 Und suchet ein unvergänglich Haus.
Et cherche une maison éternelle.

 Solang er glaubt, daß dem irdschen Verstand
Illusion de la vérité ! Tant il croit qu’à l’esprit sur terre
Die Wahrheit je wird erscheinen,
La vérité apparaîtra et régnera, pourtant,
Ihren Schleier hebt keine sterbliche Hand,
Son voile ne sera levé par aucune main mortelle ;
Wir können nur raten und meinen.
Nous pouvons seulement que deviner et déblatérer.
Du kerkerst den Geist in ein tönend Wort,
Tu noies l’esprit dans un mot qui résonne,
Doch der freie wandelt im Sturme fort.
Mais la pensée libre continue d’errer dans la tempête.

 Drum, edle Seele, entreiß dich dem Wahn
Alors, noble âme, échappe à l’illusion
Und den himmlischen Glauben bewahre!
Et garde ta foi céleste!
Was kein Ohr vernahm, was die Augen nicht sahn,
Ce qu’aucune oreille n’entend, ce qu’aucun œil ne voit,
Es ist dennoch, das Schöne, das Wahre!
C’est encore, le beau, le vrai !
Es ist nicht draußen, da sucht es der Tor,
Ce n’est pas dehors que tu le trouveras.
 Es ist in dir, du bringst es ewig hervor.
C’est en toi, tu le portes en toi pour toujours !

*****************************

Die Worte des Wahns
Les Mots de l’Illusion
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

friedrich von schiller

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LES MOTS DE LA FOI – Poème de Friedrich von SCHILLER – Die Worte des Glaubens GEDICHTE VON SCHILLER

Die Worte des Glaubens
Les Mots de la Foi
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DIE WORTE DES GLAUBENS
LES MOTS DE LA FOI

POEME DE

 FRIEDRICH VON SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich von Schiller


Gedicht -Poème
**

Drei Worte nenn ich euch, inhaltschwer,
Trois mots ! Je vous parlerai de trois mots si intenses et profonds ;
Sie gehen von Munde zu Munde,
Ils vont de bouche en bouche,
 Doch stammen sie nicht von außen her,
Mais ils ne viennent pas de l’extérieur,
 Das Herz nur gibt davon Kunde,
Le cœur seulement nous les livre ;
Dem Menschen ist aller Wert geraubt,
L’homme perd toute valeur
Wenn er nicht mehr an die drei Worte glaubt.
S’il ne croit plus à ces trois mots.

Der Mensch ist frei geschaffen, ist frei,
L’homme est créé libre et libre il est,
Und würd er in Ketten geboren,
Même s’il naît sous le joug,
 Laßt euch nicht irren des Pöbels Geschrei,
Ne vous laissez pas berner par la foule qui crie,
Nicht den Mißbrauch rasender Toren,
Pas les propos incohérents d’imbéciles enragés,
Vor dem Sklaven, wenn er die Kette bricht,
Autant devant l’esclave, quand il brise la chaîne,
Vor dem freien Menschen erzittert nicht.
Que devant l’homme libre, ne tremblez pas !

Und die Tugend, sie ist kein leerer Schall,
Et la vertu, ce n’est pas un son vide,
Der Mensch kann sie üben im Leben,
L’homme peut la pratiquer dans la vie,
Und sollt er auch straucheln überall,
Et devrait-il trébucher aussi partout,
  Er kann nach der göttlichen streben,
Il peut aspirer au divin,
Und was kein Verstand der Verständigen sieht,
Et ce que ne comprend pas l’homme intelligent,
Das übet in Einfalt ein kindlich Gemüt.
En termes simples un esprit enfantin le saisit.

Und ein Gott ist, ein heiliger Wille lebt,
Il existe un Dieu, une sainte volonté qui vit,
Wie auch der menschliche wanke,
Quand l’homme vacille,
Hoch über der Zeit und dem Raume webt
Plus haut que le temps et l’espace
Lebendig der höchste Gedanke,
Vit la plus haute pensée,
 Und ob alles in ewigem Wechsel kreist,
Et si tout tourne dans un perpétuel changement,
Es beharret im Wechsel ein ruhiger Geist.
Il existe en son cœur un esprit calme et serein.

Die drei Worte bewahret euch, inhaltschwer,
Ces trois mots, gardez-les ! Si intenses et profonds,
 Sie pflanzet von Munde zu Munde,
Qu’ils partent de bouche en bouche,
Und stammen sie gleich nicht von außen her,
Ils ne viennent pas de l’extérieur,
  Euer Innres gibt davon Kunde,
Ils émanent de l’intérieur ;
Dem Menschen ist nimmer sein Wert geraubt,
L’homme ne sera jamais privé de sa valeur,
So lang er noch an die drei Worte glaubt.
Tant qu’il croira encore à ces trois mots.

****

Die Worte des Glaubens
Les Mots de la Foi
POEME DE FRIEDRICH von SCHILLER

***
Friedrich von Schiller
1759-1805

*Friedrich von Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


ESPERANCE Poème de Friedrich SCHILLER – HOFFNUNG GEDICHTE VON SCHILLER

HOFFNUNG
ESPERANCE POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
HOFFNUNG
ESPERANCE

POEME DE

 FRIEDRICH SCHILLER

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller


****
Friedrich Schiller


Gedicht -Poème
**

**

Hoffnung
Espérance

Es reden und träumen die Menschen viel
Les gens parlent et rêvent toujours
von bessern künftigen Tagen;
à des jours meilleurs ;
 nach einem glücklichen, goldenen Ziel
vers un but heureux et glorieux
sieht man sie rennen und jagen.
vous les voyez courir et courir encore.
Die Welt wird alt und wird wieder jung,
Le monde vieillit et rajeunit,
doch der Mensch hofft immer Verbesserung.
mais l’homme espère toujours des jours plus beaux. 

Die Hoffnung führt ihn ins Leben ein,
L’espérance l’accompagne toute sa vie :
sie umflattert den fröhlichen Knaben,
 elle s’agite autour du garçon joyeux,
 den Jüngling locket ihr Zauberschein,
le jeune homme, lui, est attiré par sa magie,
 sie wird mit dem Greis nicht begraben;
enfin, elle ne sera pas enterrée avec le vieil homme ;
 denn beschließt er im Grabe den müden Lauf,
car, dans la tombe, il termine son parcours fatigué,
 noch am Grabe pflanzt er – die Hoffnung auf.
toujours sur la tombe, il plante… l’espérance.

Es ist kein leerer, schmeichelnder Wahn,
Ce n’est pas une illusion vide et flatteuse,
 erzeugt im Gehirne des Toren,
générée dans le cerveau de l’insensé,
 im Herzen kündet es laut sich an:
dans le cœur puissamment nous entendons une voix :
zu was Besserm sind wir geboren.
Nous sommes nés pour quelque chose de mieux !
Und was die innere Stimme spricht,
Et ce que dit la voix intérieure
das täuscht die hoffende Seele nicht.
ne trompe pas l’âme qui espère.

*****

HOFFNUNG
ESPERANCE POEME DE FRIEDRICH SCHILLER

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller

*

Portrait de Friedrich Schiller par Anton Graff – 1785

Poèmes de Friedrich Schiller - Gedichte von Friedrich Schiller




LITTERATURE ALLEMANDE
Poèmes de Friedrich Schiller

Deutsch Poesie




 Deutsch Literatur

Friedrich von Schiller
Johann Christoph Friedrich von Schiller
1759-1805

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




Poèmes de Friedrich Schiller

Gedichte von Friedrich Schiller

*




 DER TANZ
LA DANSE
1796

DER TANZ Schiller Jacky Lavauzelle Friedrich Schiller
Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau

« Sieh, wie sie durcheinander in kühnen Schlangen sich winden,
Vois comme, dans de serpentines vagues, ils se vrillent ,
       Wie mit geflügeltem Schritt schweben auf schlüpfrigem Plan.
Comme volent ces pas ailés qui sur le sol glissent…

***

WALLENSTEINS LAGER
LE CAMP DE WALLENSTEIN
1799

 

Le Camp de Wallenstein Friedrich Schiller par Ludovike Simanowiz Traduction Française Artgitato

SOMMAIRE
Inhaltsverzeichnis

1. Auftritt
Scène 1

2. Auftritt
Scène 1

3. Auftritt
Scène 3

4. Auftritt
Scène 4

5. Auftritt
Scène 5

6. Auftritt
Scène 6

7. Auftritt
Scène 7

8. Auftritt
Scène 8
Huitième Tableau
Kapuzinerpredigt Schiller
Le Sermon du Capucin

9. Auftritt
Scène 9
Neuvième Tableau

10. Auftritt
Scène 10
Dixième Tableau

11. Auftritt
Scène 11
Onzième Tableau
Erste Teil – Première Partie
Zweite Teil – Seconde Partie
Teil Drei – Troisième Partie
Vierter Teil – Quatrième Partie
Fünfter Teil – Cinquième Partie
Teil Sechs – Sixième Partie
Teil 7 – Septième Partie
Teil 8 – Ende des Spiels – Fin de la pièce

**

An die Freude 
Hymne à la Joie
Ode à la Joie
1785

An di Freude Schiller Hymne à la Joie Ode à la Joie Friedrich Schiller par Ludovike Simanowiz Traduction Française Artgitato

Freude, schöner Götterfunken,
Joie, belle étincelle des dieux,
Tochter aus Elisium,
Fille d’Elysée,
Wir betreten feuertrunken

Nous entrons ivres avec le feu

**

DER HANDSCHUH
LE GANT

Vor seinem Löwengarten,
Devant le jardin aux lions,
 Das Kampfspiel zu erwarten,
Où ils vont combattre

**

HOFFNUNG
ESPERANCE

Es reden und träumen die Menschen viel
Les gens parlent et rêvent toujours
von bessern künftigen Tagen;
à des jours meilleurs ;

**

LES MOTS DE LA FOI
DIE WORTE DES GLAUBENS

Drei Worte nenn ich euch, inhaltschwer,
Trois mots ! Je vous parlerai de trois mots si intenses et profonds ;
Sie gehen von Munde zu Munde,
Ils vont de bouche en bouche,

**

LES MOTS DE L’ILLUSION
DIE WORTE DES WAHNS

Drei Worte hört man, bedeutungsschwer,
Trois mots fondamentaux s’entendent
 Im Munde der Guten und Besten;
Dans la bouche du bon et du meilleur d’entre nous ;

**

DAS SPIEL DES LIEBENS
LE JEU DE LA VIE

  Wollt ihr in meinen Kasten sehn?
Voulez-vous voir ma boîte ?
Des Lebens Spiel, die Welt im Kleinen,
Le jeu de la vie, le monde en miniature,

****

La Poésie de Schiller par

Xavier Marmier
(préface)

La poésie lyrique est l’une des joies les plus pures, et l’une des gloires littéraires les plus brillantes du peuple allemand. On n’a point vu se développer dans ce vaste pays d’Allemagne certains rameaux de la pensée humaine qui, dans d’autres contrées, ont porté tant de fleurs précieuses et tant de fruits vivifiants. L’Allemagne n’a point eu de Molière, point de Walter Scott ni de La Fontaine, et le drame, qui, dans les derniers temps, lui a donné une si grande illustration, le drame n’est apparu sur la scène allemande avec une réelle originalité et un véritable éclat, qu’après une longue suite d’obscurs tâtonnements, de froids essais, de fades imitations. Sa rapide durée, sa subite décadence, prouvent qu’il n’était point issu du génie de la nation allemande, mais de la pensée puissante de quelques hommes. Ce drame commence à Lessing et finit à Goethe. Après la mort de Schiller, après le silence de l’immortel auteur de Faust, les théâtres d’Allemagne sont retombés dans leur viduité première ; les œuvres de Werner, de Mullner, de Grillparzer ; les trop nombreuses productions de Raupach et le brillant début de M. Munch-Bellinghausen, ne lui ont donné qu’une lueur fugitive. Le désordre est entré dans les rangs de ces écrivains dramatiques que deux bannières illustres ralliaient, il y a vingt ans, autour d’un sentiment de création originale, d’une grande idée d’art. Dans leur vague incertitude, dans leurs désirs flottants et leur impuissance, ils en sont réduits maintenant à chercher une substance étrangère, à prendre, qui de-ci, qui de-là, une comédie du Théâtre-Français, un vaudeville de Boulevard, qu’ils revêtent de langues germaniques, et conduisent à la lisière sur le théâtre de Vienne ou de Berlin.

Mais depuis les plus anciens temps, l’Allemagne, avec sa nature tendre, rêveuse, idéale, a senti s’éveiller en elle le sentiment mélodieux de la poésie lyrique. Les vieux guerriers chantaient en allant au combat ; les Minnesinger ont répandu à travers les sombres mœurs du moyen âge les trésors de l’inspiration la plus suave, et les délicieux accents d’une pensée d’amour unie à la religion par un lien mystique. Les Meistersanger conservaient la même inspiration, et ils n’en altérèrent le charme primitif qu’en se trompant eux-mêmes sur certains effets de style et certains raffinements de forme. C’est par la poésie lyrique que la première école silésienne se signala au XVIIe siècle ; c’est par la poésie lyrique que Bürger, Holly et leurs jeunes amis de Goettingue ramenèrent les beaux esprits de leur temps à une tendance littéraire plus juste, à un langage plus simple et plus vrai. Enfin, c’est par la poésie lyrique que les principaux écrivains de l’époque actuelle, Novalis, Uhland, Ruckert, se sont fait une renommée qui de l’Allemagne s’est promptement répandue dans les autres contrées. À travers les tempêtes qui ont agité l’Europe, les événements politiques qui en ont changé la face, au milieu des questions vitales dont le monde poursuivait chaque jour la solution, l’Allemagne est apparue comme le scalde scandinave, qui ne pouvait en prenant l’épée abandonner sa harpe. Elle n’a pas cessé un instant de rêver, et pas un instant de chanter. Klopstock saluait par une ode l’aurore de notre révolution, et Théodore Korner, après avoir suivi tout le jour son escadron de chasseurs sur le champ de bataille, composait le soir au bivouac la chanson du lendemain. Il faut avoir visité les diverses contrées de l’Allemagne, pour savoir tout ce qu’il y a là d’instinct musical et de sentiment lyrique. Dès qu’on a passé la frontière, il semble qu’on entre dans une région fabuleuse où les hommes gazouillent et chantent comme des oiseaux. L’ouvrier chante en s’en allant le sac sur l’épaule, de ville en ville, gagner ses titres de maîtrise ; l’étudiant chante en cheminant sur la route de son Université ; l’humble famille bourgeoise qui, le dimanche, va se reposer des fatigues de la semaine sous le feuillage d’un Lustgarten, ne rentre guère dans sa demeure sans entonner aussi quelque chanson d’Uhland mise en musique par Strauss ; et dans les salons du grand monde, on serait bien étonné de passer une soirée sans cahiers de musique et sans piano. Il y a en Allemagne des chants pour toutes les fêtes et toutes les circonstances solennelles de la vie, pour toutes les classes de la société, toutes les corporations, tous les métiers, et chaque jour en augmente encore le nombre. Là, pas un site pittoresque qui n’ait été célébré plusieurs fois par les poëtes, pas une ruine des bords du Danube qui n’ait sa légende populaire, pas un château de la Thuringe, des bords du Rhin, de la Silésie, dont le nom ne se retrouve dans plusieurs recueils littéraires, dont l’histoire, réelle ou fictive, n’ait été racontée dans mainte et mainte strophe.

Ces chants de l’Allemagne n’ont point en général la vive et émouvante gaieté de ceux de la France, ni le caractère humoristique de ceux de l’Angleterre. Il en est peu qui n’allient à l’élan le plus joyeux une réflexion philosophique, une pensée religieuse. On y trouve d’ailleurs, même dans les plus vulgaires, un indice de vague rêverie, un sentiment de la nature qui ne se révèlent point dans les nôtres. L’ouvrier allemand ne se contente point de célébrer en vers plus ou moins corrects l’amour et le vin, il chante souvent avec une douce et naïve mélancolie la verdure des champs, la fraîcheur des bois ; et il y a telles de ces chansons d’artisan, de ces Burschenlieds qui retentissent chaque jour dans les plus obscurs cabarets et que l’on pourrait citer comme de petites odes harmonieuses, et remarquables par une pensée exquise.

Il est clair cependant que dans cette quantité de poésies lyriques qui inondent l’Allemagne, il y a un nombre infini de chansonnettes qui ne peuvent être considérées que comme des motifs de composition musicale, ou comme la pâle expression d’une pensée banale. C’est à la critique à chercher, au milieu de tant de productions, ce qui mérite d’être conservé et classé parmi les véritables œuvres d’art. Dans ces œuvres choisies, on distinguera les poésies lyriques de Schiller. L’homme de génie a mis là les qualités que l’on aime à retrouver dans ses drames, sa tendresse de cœur, ses grandes idées sociales, sa philosophie religieuse. Quand il n’aurait point écrit Marie Stuart, Guillaume Tell, Wallenstein, son petit volume d’élégies, de ballades, suffirait pour lui assurer une belle place parmi les poëtes de notre époque. Nous avons publié, en tête de la traduction de son théâtre, une notice biographique qui nous dispense de revenir sur les divers incidents de la vie de ce grand écrivain. Nous essaierons ici de rechercher les premières traces de ses compositions lyriques, et d’indiquer les différentes phases que sa pensée a suivies, le cercle qu’elle a parcouru, jusqu’à ce qu’elle arrivât à sa dernière manifestation, à son dernier développement, interrompu, brisé par une mort prématurée.

Xavier Marmier
Préface
Poésies de Schiller
Charpentier

*

Portrait de Friedrich Schiller par Anton Graff – 1785

Poèmes de Friedrich Schiller - Gedichte von Friedrich Schiller




LITTERATURE ALLEMANDE
Poèmes de Friedrich Schiller

Deutsch Poesie

An die Freude SCHILLER – Hymne à la Joie – Ode à la Joie (1785)

DER TANZ – LA DANSE FRIEDRICH SCHILLER (1796)

LA DANSE FRIEDRICH SCHILLER
DER TANZ – LA DANSE

DER TANZ Schiller Jacky Lavauzelle Friedrich Schiller
Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau

Poèmes de Friedrich Schiller – Gedichte von Friedrich Schiller

***
Friedrich Schiller
1759-1805

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle



Jacky Lavauzelle Traduction

*
DER TANZ
LA DANSE
 FRIEDRICH SCHILLER


****
Friedrich Schiller


Gedicht -Poème
**

**

« Sieh, wie sie durcheinander in kühnen Schlangen sich winden,
Vois comme, dans de serpentines vagues, ils se vrillent ,
       Wie mit geflügeltem Schritt schweben auf schlüpfrigem Plan.
Comme volent ces pas ailés qui sur le sol glissent.
 Seh’ ich flüchtige Schatten von ihren Leibern geschieden?
Des ombres fugaces de leurs corps sortent-elles ?
   Ist es Elysiums Hain, der den Erstaunten umfängt?
Où sont-ce des esprits qui les enveloppent de leurs ailes ?
 Wie, vom Zephyr gewiegt, der leichte Rauch durch die Luft schwimmt,
Comme, secouée par le Zéphyr, la fumée légère dans l’air se répand,
  Wie sich leise der Kahn schaukelt auf silberner Flut,
Avec la douceur du bateau qui se balance sur une mer d’argent,
 Hüpft der gelehrige Fuß auf des Takts melodischen Wellen,
Le pied docile saute sur les ondes mélodieuses de la cadence,
    Säuselndes Saitengetön hebt den ätherischen Leib. »
Le son de cordes grésillant soulève ces corps éthérés qui dansent.
Keinen drängend, von keinem gedrängt, mit besonnener Eile,
Poussé par une étrange et puissante force,
 Schlüpft ein liebliches Paar dort durch des Tanzes Gewühl.
Un charmant couple ouvre son chemin à travers la danse.
Vor ihm her entsteht seine Bahn, die hinter ihm schwindet,
Cette nouvelle voie disparaît aussitôt  derrière eux,
Leis wie durch magische Hand öfnet und schließt sich der Weg.
Comme par magie, le chemin s’ouvre devant eux puis se referme.
Sieh! jetzt verliert es der suchende Blick. Verwirrt durcheinander
Vois ! maintenant nous l’avons perdu ! Dans cette confusion
Stürzt der zierliche Bau dieser beweglichen Welt.
Gracieusement se déplace ce mystérieux fluide merveilleux.
Nein, dort schwebt es frohlockend herauf. Der Knoten entwirrt sich,
Non ! il flotte et se réjouit. Le nœud se défait,
Nur mit verändertem Reiz stellt sich die Ordnung mir dar.
Muni d’un nouveau charme, il se présente.
Ewig zerstört und ewig erzeugt sich die drehende Schöpfung,
Éternellement détruit et éternellement créé, cette création tournoyante
Und ein stilles Gesetz lenkt der Verwandlungen Spiel.
Et une loi silencieuse dirigent le doux jeu des métamorphoses.
Sprich, wie geschiehts, daß rastlos bewegt die Bildungen schwanken, 
Dis ! comment se fait-il que, continuellement renouvelées, dans ce mouvant tableau,
Und die Regel doch bleibt, wenn die Gestalten auch fliehn?
La règle reste la même alors que la forme se délite ?
Daß mit Herrscherkühnheit einher der einzelne wandelt,
Pourquoi chaque individu réalise ses prouesses,
Keiner ihm sklavisch weicht, keiner entgegen ihm stürmt?
Comment personne n’est asservi, personne ne s’oppose à lui ?
Willst du es wissen? Es ist des Wohllauts mächtige Gottheit,
Veux-tu le savoir ? C’est la divine puissance de l’harmonie !
Die zum geselligen Tanz ordnet den tobenden Sprung,
C’est elle qui donne à la danse la magie de transformer de tels soubresauts,
Die, der Nemesis gleich, an des Rhythmus goldenem Zügel
Qui, comme Némésis, au rythme de ses rênes d’or
Lenkt die brausende Lust, und die gesetzlose zähmt.
Guide le rugissant plaisir et apaise sa vigueur.
Und der Wohllaut der großen Natur umrauscht dich vergebens?
Et le son du grand univers, pour toi, n’est-il donc rien ?
Nicht der begeisternde Takt, den alle Wesen dir schlagen?
N’es-tu pas saisis par la cadence que tous ces êtres te marquent ?
Nicht der wirbelnde Tanz, der durch den ewigen Raum
N’entends-tu pas la danse tourbillonnante qui traverse l’éternel espace ?
Leuchtende Sonnen wälzt in künstlich schlängelnden Bahnen?
Ne vois-tu donc pas les astres brillants qui partent sur de sinueuses pistes ?
Handelnd fliehst du das Maaß, das du im Spiele doch ehrst?
Pourquoi alors fuir la mesure que tu respectes dans le jeu ?

***

Friedrich von Schiller
Le Camp de Wallenstein – Wallensteins Lager – 1799
An die Freude – Ode à la Joie – L’Hymne à la Joie – 1785
Der Tanz – La danse (extrait) – 1796

***

DER TANZ – LA DANSE
LA DANSE FRIEDRICH SCHILLER

*Friedrich Schiller Allegorie des Tanzes, Allégorie de la Danse, William Bouguereau Der Tanz Schiller Jacky Lavauzelle


LES TOURS PETRONAS KUALA LUMPUR MENARA PETRONAS PETRONAS TWIN Towers

Pelancongan di Malaysia
Voyage en Malaisie
PHOTO JACKY LAVAUZELLE

 




 Petronas Towers

 Visiter Kuala Lumpur
Meneroka kota Kuala Lumpur
Melawat Kuala Lumpur
吉隆坡
Куала-Лумпур

*








LES TOURS PETRONAS
MENARA PETRONAS
Petronas Twin Towers
双子塔
Symphony Lake
英语 – 马来语

KLCC Park – Suria KLCC

***

EXTERIEURS DES TOURS

« Je me jette courageusement dans l’empire immense du vide, mon vol est rapide comme la lumière… Voici que m’apparaissent de nouveaux nuages, un nouvel univers et des terres et des fleuves… » (Johann Wolfgang von Goethe  La Grandeur du Monde Poésies allemandes Traduction par Gérard de Nerval
Faust et le Second Faust suivi d’un choix de Poésies allemandes, Garnier frères, 1877)

« Tout à coup, dans un chemin solitaire, un pèlerin vient à moi : « Arrête, voyageur, où vas-tu ? — Je marche aux limites du monde, là où l’on cesse de respirer, où Dieu a posé les bornes de la création ! » (Johann Wolfgang von Goethe  La Grandeur du Monde Poésies allemandes Traduction par Gérard de Nerval
Faust et le Second Faust suivi d’un choix de Poésies allemandes, Garnier frères, 1877)

« Il n’y a que deux vertus. Ah ! plût au ciel que toujours elles fussent réunies, que la bonté fût toujours grande, et la grandeur toujours bonne ! »

Friedrich Schiller
Poésies -Traduction par Adolphe Régnier – Hachette, 1859

***

LES TOURS ILLUMINEES

« Je vois déjà de près les étoiles dans tout l’éclat de leur jeunesse, je les vois poursuivre leur course millénaire à travers le firmament, pour atteindre au but qui leur est assigné ; je m’élance plus haut… Il n’y a plus d’étoiles ! » (Johann Wolfgang von Goethe  La Grandeur du Monde Poésies allemandes Traduction par Gérard de Nerval
Faust et le Second Faust suivi d’un choix de Poésies allemandes, Garnier frères, 1877)

« Je veux parcourir avec l’aile des vents tout ce que l’Éternel a tiré du chaos ; jusqu’à ce que j’atteigne aux limites de cette mer immense et que je jette l’ancre là où l’on cesse de respirer, où Dieu a posé les bornes de la création ! »  (Johann Wolfgang von Goethe  La Grandeur du Monde – Poésies allemandes Traduction par Gérard de Nerval
Faust et le Second Faust suivi d’un choix de Poésies allemandes, Garnier frères, 1877 )

***

LA VUE DU HAUT DES TOURS PETRONAS

***

**
LA PASSERELLE QUI RELIE LES 41 et 42èmes étages

**
INTERIEURS DES TOURS

***

PETRONAS TWIN TOWERS
LES MAQUETTES DES TOURS

***

Symphony Lake

**

KLCC PARK

**

SURIA KLCC

*************************

LES TOURS PETRONAS
MENARA PETRONAS
Petronas Twin Towers
双子塔
Symphony Lake

KLCC Park – Suria KLCC