Archives par mot-clé : musée du louvre

LA POÉSIE DE ALESSANDRO MANZONI – LA POESIA DI ALESSANDRO MANZONI

*

Alessandro Manzoni

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

ALESSANDRO MANZONI
 7 mars 1785 à Milan — 22 mai 1873 à Milan


Alessandro Manzoni par Francesco Hayez

_____________________________________

Traduction Jacky Lavauzelle

______________________________________

EN ATTENDANT LA TEMPÊTE
ATTESA DEL TEMPORALE

Il fascino e l’angoscia del tempo foriero di burrasca, in cui la natura par che opprima ogni vivente.
Fascinante et angoissante s’annonce la tempête, dans laquelle la nature semble opprimer tout être vivant.

Chaïm Soutine, Le Grand Arbre, 1942, huile sur toile,99 × 75 cm, musée d’art de São Paulo, Brésil

****

Illuminez-les de votre obscurité !
Occupati dei guai

Occupati dei guai, dei problemi
Prenez soin des problèmes
del tuo prossimo.
de votre voisin.

Raphaël, Autoportrait avec un ami, 1518, musée du Louvre, Paris

A NAPOLEON
LE CINQ MAI
Il Cinque Maggio
1821

Ei fu. Siccome immobile,
Il fut. Comme immobile,
dato il mortal sospiro,
dans son dernier soupir,

Édouard Detaille, Bonaparte pendant le siège de Toulon , musée de l’Armée

****

Alessandro Manzoni

LE REQUIEM DE VERDI
Composé en 1874
en mémoire d’Alessandro Manzoni,
mort en 1873

Affiche annonçant l’exécution du Requiem de Verdi à
La Scala
le 25 mai 1874.
**********************************

MANZONI
SA VIE ET SES ŒUVRES

par
Marc-Monnier
Paru dans la Revue des Deux Mondes
Seconde période
tome 106
1873

Manzoni vient de mourir après quatre-vingt-huit années de vie et un demi-siècle de gloire, et l’Italie entière a voulu honorer cette mort triomphale par un déploiement exceptionnel de vénération. Les princes du sang ont suivi le convoi du poète, les grands corps de l’état figuraient officiellement aux obsèques avec des députations des cent villes italiennes ; les universités, les simples écoles, les associations ouvrières, étaient du cortège avec leurs drapeaux. Le dôme de Milan suffisait à peine pour contenir la foule des conviés, la ville entière était sur pied, les fenêtres pavoisées de bannières en deuil, les boutiques fermées ; les assistants se comptaient par cent mille, et, le front découvert, la tête baissée, saluaient avec un silence religieux cette apothéose de l’illustre mort. Ce ne fut pas seulement la fête d’un jour : l’ovation continue avec une constance remarquable ; on a donné le nom de Manzoni à une rue, à un théâtre de Milan ; on a ouvert une souscription pour ériger un monument «au grand Lombard» ; la commune a voulu acheter l’appartement qu’il habitait pour en faire une sorte de musée littéraire ; Florence a réclamé, mais inutilement, le glorieux cercueil pour le placer dans le panthéon de Santa-Croce auprès des monuments de Dante, de Galilée et de Machiavel. Les villes qu’il a traversées, les maisons où il a vécu, l’école même où il apprit à lire, ont déjà immortalisé son passage par une plaque de marbre ornée d’une inscription. Les journaux retentissent de ce nom, plus sonore que jamais, les brochures naissent par centaines, les poèmes, les sonnets surtout par milliers au bord de la fosse auguste ; tel poète qui avait cru pouvoir s’abstenir de chanter au milieu de ce tumulte enthousiaste a soulevé contre lui des imprécations, et on lui a mis de force la lyre à la main. Mais ne raillons pas, même dans ses tons un peu criards, l’acclamation unanime et spontanée de l’Italie entière : il est beau de voir cette nation débridée et non stimulée par l’éperon officiel rendre pour la première fois à un poète des honneurs qu’elle n’a jamais rendus encore à un roi.
Quelle différence pourtant entre l’emphase de ces démonstrations et la simplicité de l’homme de bien qui vient de disparaître ! Ceux qui l’ont vu l’autre jour encore dans la chambre où il avait fermé les yeux nous le montrent couché sur un lit de fer peint en rouge, le front très beau, le visage calme, le menton retenu par un mouchoir. Le corps reposait sur une couverture blanche avec une grande croix d’ivoire et d’ébène sur la poitrine, et sans autre ornement funèbre que deux candélabres allumés et posés sur une table de nuit. La chambre était vaste, mais modestement tapissée d’un papier jaunâtre à fleurs ; un bouquet de roses peintes s’épanouissait au centre du plafond. Quelques petits tableaux de dévotion, un crucifix pendu au mur près du lit, le portrait sans cadre du meilleur ami de Manzoni, le professeur Rossari, mort il y a deux ans, puis quelques sièges çà et là, un canapé en laine blanche et bleue, une petite table ronde en bois de noyer, avec un marbre jaune, enfin le vieux fauteuil préféré garni de cuir, voilà tout l’ameublement, toute la décoration de cette chambre patriarcale ; mais l’âme du maître était là. Était-elle aussi bien dans les funérailles fastueuses que les journaux nous ont décrites ? On peut en douter ; il est certain que Manzoni, si modeste et si aisément effarouché, eût été étourdi par tant de fanfares. Il l’eût été davantage encore par les hyperboles de ces récents admirateurs, qui le proclament tout à la fois le premier lyrique, le premier tragique et le premier romancier du siècle. Un Allemand que nous pourrions citer ne va pas jusqu’à le comparera Goethe, mais le place très certainement (ganz gewiss) au-dessus de Boccace, de Pétrarque et de l’Arioste ; cet Allemand est cependant un homme instruit et suffisamment informé. C’est ainsi qu’un fanatisme maladroit s’évertue à vouloir exhausser la réputation du poète au risque de la déraciner ; heureusement elle tient bon et peut résister aux plus robustes extases. Nous ne craignons donc pas de la diminuer en combattant ceux qui l’enflent outre mesure, et en tâchant de nous renfermer dans le juste et dans le vrai. Nous dirons franchement ce qui reste, à notre avis, d’une œuvre littéraire déjà ancienne, mais si fraîche encore dans ses parties les plus belles. Il ne sera pas sans intérêt de revoir à distance la muse qui a chastement ému plusieurs générations de lecteurs. L’homme aussi veut être étudié : il nous offre le spectacle intéressant d’une rare longévité sans défaillance. Sa vie de repos a été aussi longue que sa vie de travail, mais l’une n’a pas fait oublier l’autre ; il a pu se taire quarante ans sans se survivre, et il est mort intact, en pleine gloire, objet d’une dévotion qui allait croissant de jour en jour. Il y a là un fait à expliquer, peut-être une leçon à prendre ; aussi ne perdrons-nous pas notre temps en abordant encore, avec la respectueuse sincérité qu’il mérite, cet homme de génie qui fut un homme de bien…

********************

Illuminez-les de votre obscurité ! POEME D’ALESSANDRO MANZONI – Occupati dei guai

*

Alessandro Manzoni

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

ALESSANDRO MANZONI
 7 mars 1785 à Milan — 22 mai 1873 à Milan


Alessandro Manzoni par Francesco Hayez

_____________________________________

Traduction Jacky Lavauzelle

______________________________________

 

Raphaël, Autoportrait avec un ami, 1518, musée du Louvre, Paris

Occupati dei guai, dei problemi
Prenez soin des problèmes
del tuo prossimo.
de votre voisin.
Prenditi a cuore gli affanni,
Prenez à cœur,
le esigenze di chi ti sta vicino.
les besoins de vos proches.
Regala agli altri la luce che non hai,
Donnez aux autres la lumière que vous n’avez pas,
la forza che non possiedi,
la force que vous n’avez pas,
la speranza che senti vacillare in te,
l’espoir que vous sentez vaciller en vous,
la fiducia di cui sei privo.
la confiance qui vous manque.
Illuminali dal tuo buio.
Illuminez-les de votre obscurité.
Arricchiscili con la tua povertà.
Enrichissez-les de votre pauvreté.
Regala un sorriso
Donnez un sourire
quando tu hai voglia di piangere.
quand vous voulez pleurer.
Produci serenità
Produisez de la sérénité
dalla tempesta che hai dentro.
avec la tempête à l’intérieur de vous.
« Ecco, quello che non ho te lo dono ».
« Ici, je te donne ce que je n’ai pas. »
Questo è il tuo paradosso.
Ceci est votre paradoxe.
Ti accorgerai che la gioia
Vous trouverez cette joie
a poco a poco entrerà in te,
qui peu à peu vous pénétrera,
invaderà il tuo essere,
envahira votre être,
diventerà veramente tua nella misura
et deviendra vraiment le vôtre dans la mesure
in cui l’avrai regalata agli altri.
où vous l’avez pleinement donnée aux autres.

************

NAPOLÉON – POÈME DE NIKOLOZ BARATACHVILI – ნიკოლოზ ბარათაშვილი -ნაპოლეონ – 1838

*****
POÈME DE NIKOLOZ BARATASHVILI
POÈME DE NIKOLOZ BARATACHVILI
ნიკოლოზ ბარათაშვილი
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

POEME DE NIKOLOZ BARATACHVILI NIKOLOZ BARATASHVILI
Géorgie
საქართველო

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

POEME DE NIKOLOZ BARATACHVILI - POEME DE NIKOLOZ BARATACHVILI NIKOLOZ BARATASHVILI

____________________________________________________________

POÉSIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

NIKOLOZ BARATASHVILI
NIKOLOZ BARATACHVILI
ნიკოლოზ ბარათაშვილი

1817 წლის 4 დეკემბერი – 1844 წლის 21 ოქტომბერი
4 décembre 1817 – 21 octobre 1844

Nikoloz Baratachvili

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

__________________________________________________________________

NAPOLÉON
ნაპოლეონ
1838
__________________________________________________________________

 

***

Bonaparte franchissant le Grand-Saint-Bernard, Jacques-Louis David,
musée du château de Malmaison

**************.


ნაპოლეონმა გარდმოავლო თვალი ფრანციას,
Napoléon tourna ses yeux vers la France,
და თქვა: „აბაო ხელმწიფებამ რა შემიძინა?“
Et dit : « Mon règne, qu’a-t-il réalisé ?« 
და რა იხილა თვისს დიდების მსხვერპლი თვის წინა,
Et tout à l’observation de sa gloire,
მისს მოღრუბლულს შუბლს შუქი რაღაც გარდაეფინა.
Quelque chose vint heurter son front pensant.

*


„ახლა კი კმარა“, თქვა მან გულში, „სურვა აღმიხდა:
«Maintenant, c’est assez !», dit-il dans son cœur, «cela suffit :
სახელი ჩემი ვასახელე ქვეყნის საოცრად,
  J’ai illuminé par ma gloire mon pays,
შევმოსე ძალით საყვარელი ჩემი საშვენად
  J’ai par la force vaincu tous mes ennemis,
 
და დაუმონე გულმტკიცენი მას სადიდებლად“.
Gloire, je t’ai fait ma bien-aimée et je te loue affectueusement ».

*
„მაგრამ მე გვამში სული ვერღა მომთავსებია!
«Mais dans ce corps mon âme manquait de place !
მითხზავს გვირგვინსა დიდებისას მე თვითონ ბედი,
  Dans la gloire de la couronne, le sort se joue de moi,
ხოლო მე უნდა მას მოვასხა შარავანდედი;
 Mais jamais elle ne pourrait me trahir ;
 
ჟამი ჩემია და ჟამისა მე ვარ იმედი!“
Le temps est à moi et le temps est mon espoir ! »

*


„მაგრამ ვინ იცის, იქნება რომ ბედსაც მოვსწყინდე,
« Mais qui sait si demain le destin se détourne de ma route,
და სხვა მან ჩემის სახელითა დააგვირგვინოს!..
  Et couronne un autre de ma renommée !
არა, არა მრწამს, რომე ბედმა მე მიორგულოს:
  Non, je ne crois pas à la déloyauté du destin :
 
მე მან გამზარდა და თვისს გაწვრთნილს რაღა მიხერხოს!“
J’ai grandi pour faire ce que mon créateur voulait que je fasse !»

*


„ვერა გაუძლებს ნაპოლეონ მეტოქეებსა!
« Ecrasons les rivaux de Napoléon !
 
რა გინდ ძლიერად, მეცნიერად, ვინ ხელმწიფებდეს,
Quelle que soit la puissance et la connaissance d’un homme,
 
მაინც მე იგი ვერ ვითვისო, ვერ ჩემოდნობდეს,
Je ne peux ni apprendre de lui, ni le comprendre,
 
თვითონ სამარეც მევიწროოს, თუ ტოლი მყვანდეს!“
Ma tombe elle-même serait trop petite, si j’avais mon égal !« 

*


ბევრი დღე გავა, რომ ჯერ ბევრი ვერ ვცნათ ჩვენ მისი!
Les jours passeront, nous ne réaliserons peut-être pas encore !
თვითონ სიკვდილიც მას უებროდ აღმოგვიჩინებს:
  La mort qui lui paraissait insupportable le dévoilera :
დამქრალი ცეცხლი და ზღვის ღელვა წარმოგვიდგინებს
  Le feu incandescent et la brise marine
მისს ცეცხლსა სულსა და ზღვა გულსა განსაკვირველებს!
  Représenteront son âme ardente et la grandeur de son cœur !

*************

Bonaparte au pont d’Arcole, Antoine-Jean Gros , musée du Louvre, Paris
*****
POEME DE NIKOLOZ BARATASHVILI
POEME DE NIKOLOZ BARATACHVILI
ნიკოლოზ ბარათაშვილი
LITTERATURE GEORGIENNE
ქართული ლიტერატურა
POESIE GEORGIENNE
ქართული პოეზია

POEME DE NIKOLOZ BARATACHVILI NIKOLOZ BARATASHVILI
Géorgie
საქართველო

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LA POÉSIE DE EDUARD MÖRIKE – Gedichte von Eduard Mörike

Eustache Le Sueur, Les Muses Melpomène, Érato et Polymnie, vers 1652-1655, musée du Louvre

*

Mörike
Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Gedichte – Poèmes

EDUARD MÖRIKE

8. September 1804  Ludwigsburg- 4. Juni 1875 Stuttgart
8 septembre 1804 – 4 juin 1875

__________________

LA POÉSIE DE EDUARD MÖRIKE
Gedichte von Eduard Mörike
_________________

AN EINE SÄNGERIN
A UNE CANTATRICE

Sophie Gordeladze – Cantatrice

Soll auf der Jungfrau Mund die begeisterte Rede verpönt sein,
Si le discours enthousiaste est mal vu dans la bouche d’une jeune fille,
Ist euch des tiefern Gefühls volles Bekenntnis versagt:
Si l’on vous refuse la pleine confession d’un sentiment profond :

**

Das verlassene Mägdlein
LA FILLE ABANDONNEE

Früh, wann die Hähne kräh’n,
A l’aube, au chant du coq,
Eh’ die Sternlein verschwinden,
Avant que les étoiles disparaissent,

Paul Signac, Femme à l’ombrelle, 1893, musée d’Orsay, Paris

**

Mein Fluß
MON FLEUVE

O Fluß, mein Fluß im Morgenstrahl!
Ô fleuve, mon fleuve dans le rayon du matin !
Empfange nun, empfange
Reçois maintenant, reçois

Isaac Levitan, L’Appel du soir, 1892

LIED EINES VERLIEBTEN
CHANT D’UN AMANT

In aller Früh, ach, lang vor Tag,
Tôt ce matin, Ah ! bien avant le début de ce jour,
Weckt mich mein Herz, an dich zu denken,
Mon cœur me réveille pour penser à toi,

Psychè et L’Amour, William Bouguereau, 18

LA MUSE ET LE POETE
MUSE UND DICHTER

« Krank nun vollends und matt!
« Je suis malade ! maintenant, me voici totalement fatigué !
Und du, o Himmlische, willst mir
Et toi, ô céleste, tu sembles

La muse Clio, Pierre Mignard, 1689

**

ELFENLIED
LE CHANT DES ELFES

Bei Nacht im Dorf der Wächter rief:
La nuit dans le village, le gardien a crié :
Elfe!
Onze !

Le Chants des Elfes, Jacky Lavauzelle

**

AUF EINE LAMPE
SUR UNE LAMPE

Noch unverrückt, o schöne Lampe, schmückest du,
Toujours impatiente, ô belle lampe, tu décores,
An leichten Ketten zierlich aufgehangen hier,
Délicatement accrochée ici à des chaînes légères,

Georges de La Tour, Saint Jérôme lisant, Musée Lorrain

POUR LA NOUVELLE ANNÉE
CANTIQUE
ZUM NEUEN JAHR
KIRCHENGESANG

Wie heimlicher Weise
Comme, secrètement,
Ein Engelein leise
Un petit ange doucement,

ALITÉ
Auf dem Krankenbette

Gleichwie ein Vogel am Fenster vorbei mit sonnebeglänztem
  Comme un oiseau qui passe près de la fenêtre avec les brillantes
Flügel den blitzenden Schein wirft in ein schattig Gemach,
Ailes que lui donne le soleil et projette dans une pièce ombragée sa lueur éclatante,

**

ISOLEMENT
Verborgenheit

Laß, o Welt, o laß mich sein!
Laisse, ô monde, ô laisse-moi !
Locket nicht mit Liebesgaben,
Oublie sa vie amoureuse,

**

LEICHTE BEUTE
PROIE FACILE

Hat der Dichter im Geist ein köstliches Liedchen empfangen,
Le poète a-t-il reçu un chant délicat dans son esprit,
Ruht und rastet er nicht, bis es vollendet ihn grüßt.
Qu’il ne peut plus se reposer et ne se reposera que lorsqu’il l’honorera parfaitement.

Rolla, Henri Gervex, 1878, musée des beaux-arts de Bordeaux

TON BLEU REGARD
FRÜH IM WAGEN

Gustave Courbet, Le Désespéré

Es graut vom Morgenreif
Comme il est gris ce matin
In Dämmerung das Feld,
Le champ au crépuscule,

**

AUF EIN KIND
A UN ENFANT

Édouard Manet, Gamin aux Cerises

Mein Kind, in welchem Krieg hast du
Mon enfant, dans quelle guerre as-tu
Die gelben Haare lassen müssen?
laissé tes cheveux dorés ?

**

VOGELLIED
LE CHANT D’UN OISEAU

Es ist zwar sonsten nicht der Brauch,
Ce n’est pas la coutume,
Daß man ‘s Nestchen baut,
Que de construire un nid

Gustave Courbet, La Femme au perroquet, 1866

**

IM PARK
DANS LE PARC

Sieh, der Kastanie kindliches Laub hängt noch wie der feuchte
Vois comme le feuillage du marronnier pend toujours comme les humides
Flügel des Papillons, wenn er die Hülle verließ;
Ailes du papillon lorsqu’il se libère de son enveloppe ;

**

AN PHILOMELE
A PHILOMELE

Tonleiterähnlich steiget dein Klaggesang
Ta complainte augmente crescendo,
Vollschwellend auf, wie wenn man Bouteillen füllt:
S’amplifiant, à la manière d’une bouteille se remplissant :

**

DATURA SUAVEOLENE

Ich sah eben ein jugendlich Paar, o Blume Dianas,
Je viens de voir un couple d’adolescents, ô fleur de Diane,
Vor dir stehen; es war Wange an Wange gelegt.
Qui se tenait devant toi ; joue contre joue.

Roméo et Juliette, Frank Dicksee, 1884

LA NUIT A SON PUPITRE
NACHTS AM SCHREIBEPULT

Primel und Stern und Syringe, von einsamer Kerze beleuchtet,
Primevères et asters et seringas, éclairés par une bougie solitaire,
Hier im Glase, wie fremd blickt ihr, wie feenhaft, her!
Ici dans le vase, comme vous avez l’air étrange, féérique !

Les Tournesols, Vincent van Gogh

Maschinka 
SUR TES LÈVRES MUTINES

Dieser schwellende Mund, den Reiz der Heimat noch atmend,
Cette bouche gonflée respire toujours le charme de la maison,
Kennt die Sprache nicht mehr, die ihn so lieblich geformt:
Mais ne connaît plus la langue qui l’a façonnée avec tant d’amour :

**

WEIHGESCHENK
OFFRANDE

Von kunstfertigen Händen geschält, drei Äpfelchen, zierlich,
Pelées par des mains habiles, trois pommes, délicates,
Hängend an einem Zweig, den noch ein Blättchen umgrünt;
Accrochées à une branche, à une feuille toujours verte ;

**

VERSUCHUNG
TENTATION

Wenn sie in silberner Schale mit Wein uns würzet die Erdbeern,
Lorsqu’elle relève les fraises dans un bol en argent avec du vin,
Dicht mit Zucker noch erst streuet die Kinder des Walds:
Elle saupoudre de sucre les enfants de la forêt :

**

RAT EINER ALTEN
CONSEILS D’UNE VIEILLE DAME

Bin jung gewesen,
Jeune, jadis,
Kann auch mitreden,
Je peux donc parler,

Constantin Makovski, Константин Егорович Маковский, Beauté se préparant au bain
(http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Beauty_preparing_to_bathe_by_Konstantin_Makovsky.jpg)

**

NIMMERSATTE LIEBE
AMOUR INASSOUVI

So ist die Lieb! So ist die Lieb!
L’amour est ainsi ! L’amour est ainsi !
Mit Küssen nicht zu stillen:
Que des baisers toujours il demande :

Constantin Makovski, Константин Егорович Маковский, Beauté à la kokošnik

**

AUF EINER WANDERUNG
EN RANDONNÉE

In ein freundliches Städtchen tret ich ein,
Je pénètre dans une ville agréable,
In den Straßen liegt roter Abendschein.
Une lueur rouge du soir plonge dans les rues.

Isaac Levitan, Исаак Ильич Левитан, Printemps en Italie

**

DER KANONIER
LE CANONNIER

Feindlich begegneten sich auf der Erde die Scharen des Himmels
Elles se montrent hostiles sur terre, les armées du ciel
Und der Höllen; es kommt eben zur förmlichen Schlacht.
Et de l’enfer, qui s’engagent ici dans une bataille rangée.

Jérôme Bosch, Le Jardin des délices, L’Enfer, volet droit du triptyque

**

Zitronenfalter im April
PAPILLON EN AVRIL

Grausame Frühlingssonne,
Cruel soleil de printemps,
Du weckst mich vor der Zeit,
Tu me réveilles bien trop tôt,

**

DER TAMBOUR
LE TAMBOUR

Wenn meine Mutter hexen könnt’,
Si ma mère était sorcière,
Da müsst’ sie mit dem Regiment
Elle devrait marcher avec le régiment

**

Zum zehnten Dezember
POUR LE 10 DÉCEMBRE

« Sie ist mündig! » Sagt mir, Leute,
« Elle est majeure ! » Dites-moi,
Wie versteh ich dieses Wort?
Comment puis-je comprendre ce mot ?

Anna Bilińska-Bohdanowicz, Portrait d’une jeune femme tenant une rose, Portrait de Mlle R., 1892, musée national de Varsovie

**

IM WEINBERG
DANS LA VIGNE

Droben im Weinberg, unter dem blühenden Kirschbaum saß ich
Dans le vignoble, j’étais assis sous le cerisier en fleurs
Heut, einsam in Gedanken vertieft; es ruhte das Neue
Aujourd’hui, solitaire dans mes pensées ; avec le Nouveau

*************

FRANZ KAFKA
LISANT L’AUTOBIOGRAPHIE DE MÖRIKE
A SES SOEURS

(Journal Intime – 3 décembre – Traduction Jacky Lavauzelle)

3. Dezember.
3 décembre
Wie ich letzthin meinen Schwestern die Selbstbiographie Mörikes vorlas, schon gut anfing, aber noch besser fortsetzte und schließlich, die Fingerspitzen aufeinander gelegt, mit meiner ruhig bleibenden Stimme innere Hindernisse bezwang, einen immer mehr sich ausbreitenden Ausblick meiner Stimme verschaffte und schließlich das ganze Zimmer rings um mich nichts anderes auf nehmen durfte als meine Stimme.

Comment je lisais récemment l’autobiographie de Mörike à mes sœurs – j’ai bien commencé, mais j’ai continué encore mieux, et enfin, du bout des doigts, les uns sur les autres, je surmontais les obstacles intérieurs avec une voix ferme, je donnais à ma voix une ampleur en constante expansion et enfin toute la pièce tout autour de moi n’enregistrait rien d’autre que ma voix.
Bis dann meine aus dem Geschäft zurückkehrenden Eltern läuteten.
Jusqu’à ce que mes parents, revenus du travail, sonnassent à la porte.
Vor dem Einschlafen das Gewicht der Fäuste an den leichten Armen auf meinem Leib gespürt.
Avant de m’endormir, le poids de mes poings sur mes bras légers se ressentait sur mon corps.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2.jpg.

L’ENFANT MALADE – Poésie de Miguel de Unamuno – AL NIÑO ENFERMO

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

Littérature espagnole
Literatura española
Poésie espagnole
Poesía española

************************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
*************************

Miguel de Unamuno
29 septembre 1864 Bilbao – 31 décembre 1936 Salamanque, Salamanca

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-Poésie-de-Miguel-de-Unamuno.jpg.
Miguel de Unamuno en 1925

***************

   AL NIÑO ENFERMO
L’ENFANT MALADE
******

Bartolomé Esteban Murillo, Le Jeune Mendiant, vers 1650, Musée du Louvre

************************

Duerme, flor de mi vida,
Sommeil, fleur de ma vie,
duerme tranquilo,
dors tranquille,
que es del dolor el sueño
que le rêve de la douleur soit
tu único asilo.  
ton unique asile.

*

Duerme, mi pobre niño,
Dors, mon pauvre enfant,
goza sin duelo
profite sans lutte
lo que te da la Muerte
de ce que la Mort te donne
como consuelo.
comme une consolation.

*

  Como consuelo y prenda
Comme un réconfort et un gage
de su cariño,
de ton affection
de que te quiere mucho,
car elle t’aime tant,
mi pobre niño.
mon pauvre enfant

*

Pronto vendrá con ansia
Bientôt, elle viendra avec anxiété
de recogerte
te chercher
la que te quiere tanto,
celle qui t’aime tant,
la dulce Muerte.
la douce Mort.

  *

Dormirás en sus brazos
Tu dormiras dans ses bras
el sueño eterno,
d’un rêve éternel,
y para ti, mi niño,
et pour toi, mon garçon
no habrá ya invierno.
il n’y aura plus d’hiver.

*

No habrá invierno ni nieve,
Il n’y aura plus d’hiver ni de neige,
mi flor tronchada;
ma fleur sera coupée ;
te cantará en silencio
elle te chantera en silence
dulce tonada.
une douce mélodie

*

¡Oh, qué triste sonrisa
Oh, quel sourire triste
riza tu boca!…
dessine ta bouche ! …
Tu corazón acaso
Ton cœur peut-être
su mano toca.
touche sa main.

*

¡Oh, qué sonrisa triste
Oh, quel sourire triste
tu boca riza!
dessine ta bouche !
¿Qué es lo que en sueños dices
Que dis-tu en rêve
a tu nodriza?
à ta nourrice ?

*

A tu nodriza eterna
À ta nourrice éternelle
siempre piadosa,
toujours pieuse,
la Tierra en que en paz santa
la Terre dans laquelle en sainte paix
todo reposa.
tout repose.

*

Cuando el Sol se levante,
Quand le Soleil va se lever,
mi pobre estrella,
ma pauvre étoile,
derretida en el alba
fondue dans l’aube
te irás con ella.
tu partiras avec elle.

*

  Morirás con la aurora,
Tu mourras à l’aurore,
flor de la muerte;
fleur de mort ;
te rechaza la vida,
la vie te rejette,
¡qué hermosa suerte!
quelle belle chance !

*

El sueño que no acaba
Le rêve qui ne finit pas
duerme tranquilo,
dort tranquille,
que es del dolor la muerte
la douleur de la mort
tu único asilo.
reste ton unique asile.

**********************
LA POÉSIE DE MIGUEL DE UNAMUNO
LA POESÍA DE MIGUEL DE UNAMUNO

**********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1920px-1911-02-01_A_Águia_Portugal_Miguel_de_Unamuno_firma.svg_-1024x157.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est image.png.

   

L’ENFANT LABOUREUR – Poème de Miguel Hernández – EL NIÑO YUNTERO (Viento del Pueblo 1936-1937)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_hernandez.jpg.
Miguel Hernández
(30 octobre 1910 Orihuela, province d’Alicante – 28 mars 1942 Alicante)
(Orihuela, 30 de octubre de 1910-Alicante, 28 de marzo de 1942)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_Hernandez_firma.svg_-1024x351.png.

***********************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
**********************

« Los poetas somos viento del pueblo : nacemos para pasar soplados a través de sus poros y conducir sus ojos y sus sentimientos hacia las cumbres más hermosas. »
« Les poètes sont le vent du peuple : nous sommes nés pour passer à travers ses pores et pour diriger ses yeux et ses sentiments vers de plus beaux sommets. »
Miguel Hernández
******************

Bartolomé Esteban Murillo, Le Jeune Mendiant, 1650, Musée du Louvre

****************************************

LE VENT DU PEUPLE
VIENTO DEL PUEBLO
1936 – 1937

*****************
L’ENFANT LABOUREUR
EL NIÑO YUNTERO

*****************


Carne de yugo, ha nacido
Chair de joug, né
más humillado que bello,
plus humble que beau,
con el cuello perseguido
avec le cou soumis
por el yugo para el cuello.
au joug devant lui.

Nace, como la herramienta,
Né comme outil,
a los golpes destinado,
aux coups destiné,
de una tierra descontenta
d’une terre mécontente
y un insatisfecho arado.
et d’une charrue affamée.

Entre estiércol puro y vivo
Entre des fumiers purs et vifs
de vacas, trae a la vida
de vaches, il donne à la vie
un alma color de olivo
une âme couleur d’olives
vieja ya y encallecida.
vieilles déjà et calleuses.

Empieza a vivir, y empieza
Dès qu’il commence à vivre, il commence
a morir de punta a punta
à mourir de bout en bout
levantando la corteza
levant l’écorce
de su madre con la yunta.
maternelle de son joug.

Empieza a sentir, y siente
Il commence à sentir et sent
la vida como una guerra
la vie comme une guerre
y a dar fatigosamente
s’éreintant meurtri
en los huesos de la tierra.
sur les os de la terre.

Contar sus años no sabe,
Dire son âge, il ne sait,
y ya sabe que el sudor
et il sait que la sueur
es una corona grave
n’est qu’une écrasante couronne
de sal para el labrador.
de sel pour le laboureur.

Trabaja, y mientras trabaja
Travaille et pendant qu’il travaille
masculinamente serio,
sérieusement viril,
se unge de lluvia y se alhaja
il est oint de pluie et se pare
de carne de cementerio.
de la chair de cimetière.

A fuerza de golpes, fuerte,
À force de coups, puissant,
y a fuerza de sol, bruñido,
et à force de soleil, bruni,
con una ambición de muerte
avec une ambition de mort
despedaza un pan reñido.
rompt le pain difficilement gagné.

Cada nuevo día es
Chaque nouveau jour, il est
más raíz, menos criatura,
un peu plus racine, un peu moins humain,
que escucha bajo sus pies
écoutant sous ses pieds
la voz de la sepultura.
la voix de la tombe.

Y como raíz se hunde
Et comme racine, il pénètre
en la tierra lentamente
dans la terre lentement
para que la tierra inunde
pour que cette terre inonde
de paz y panes su frente.
de paix et de pain son front.

Me duele este niño hambriento
Cet enfant affamé m’afflige
como una grandiosa espina,
telle une profonde épine,
y su vivir ceniciento
et sa vie cendrée
revuelve mi alma de encina.
Remue mon âme de chêne.

Lo veo arar los rastrojos,
Je le vois labourer les chaumes,
y devorar un mendrugo,
et dévorer une croûte,
y declarar con los ojos
et interroge de ses yeux
que por qué es carne de yugo.
pourquoi sa chair au joug est destinée.

Me da su arado en el pecho,
Sa charrue me brise la poitrine,
y su vida en la garganta,
et sa vie se jette à ma gorge,
y sufro viendo el barbecho
et je souffre de voir la jachère
tan grande bajo su planta.
si vaste sous ses pieds.

¿Quién salvará a este chiquillo
Qui sauvera ce gamin
menor que un grano de avena?
plus petit qu’un grain d’avoine ?
¿De dónde saldrá el martillo
D’où viendra le marteau
verdugo de esta cadena?
qui brisera ses chaînes ?

Que salga del corazón
Que sortent du cœur
de los hombres jornaleros,
des journaliers paysans,
que antes de ser hombres son
qui avant d’être des hommes sont
y han sido niños yunteros.
et furent des enfants laboureurs.

*********************************

****************
POEMES DE MIGUEL HERNANDEZ
POEMAS DE MIGUEL HERNANDEZ

****************

**************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

La poésie de Miguel Hernández – Poemas de Miguel Hernández

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_hernandez.jpg.
Miguel Hernández
Miguel Hernández Gilabert
(30 octobre 1910 Orihuela, province d’Alicante – 28 mars 1942 Alicante)
(Orihuela, 30 de octubre de 1910-Alicante, 28 de marzo de 1942)
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Miguel_Hernandez_firma.svg_-1024x351.png.

***********************
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
***********************
« Los poetas somos viento del pueblo : nacemos para pasar soplados a través de sus poros y conducir sus ojos y sus sentimientos hacia las cumbres más hermosas. »
« Les poètes sont le vent du peuple : nous sommes nés pour passer à travers ses pores et pour diriger ses yeux et ses sentiments vers de plus beaux sommets. »
Miguel Hernández
******************

Recueil
El hombre acecha

L’HOMME TRAQUÉ
1938-1939

****

L’ULTIME CHANSON
Canción última

Hilma af Klint, Chaos, no 2, 1906

Pintada, no vacía:
Peinte, non vide :
pintada está mi casa
peinte est ma maison

***************

Recueil
El rayo que no cesa
(1934-1935)

*******
LE COUTEAU CARNIVORE
Un carnívoro cuchillo

Juan Gris – Compotier et nappe à carreaux (1917)
Musée Guggenheim

Un carnívoro cuchillo
Un couteau carnivore,
de ala dulce y homicida
aile douce et homicide,


***************

Recueil
LE VENT DU PEUPLE
VIENTO DEL PUEBLO
1936 – 1937

**
L’ENFANT LABOUREUR
EL NIÑO YUNTERO

Bartolomé Esteban Murillo, Le Jeune Mendiant, 1650, Musée du Louvre

Carne de yugo, ha nacido
Chair de joug, né
más humillado que bello,
plus humble que beau,


************

Recueil
POEMAS ÚLTIMOS
DERNIERS POÈMES
(1939-1941)

LE SABLE DU DÉSERT
Arena del desierto
1941

Jean-Léon Gérôme – Le Bain maure (1824)

Arena del desierto
Sable du désert
soy, desierto de sed.
Je suis, désert de soif.

*
L’OLIVIER
SONREÍR CON LA ALEGRE TRISTEZA DEL OLIVO

Ramón CasasFlores deshojadas – 1894

Sonreír con la alegre tristeza del olivo.
Sourire semblable à la tristesse joyeuse de l’olivier.
Esperar. No cansarse de esperar la alegría.
Attendre. Ne jamais se fatiguer d’attendre la joie
.

********
Recueil
Cancionero y romancero de ausencias
CHANSONS & BALLADE SUR L’ABSENCE
(1938-1941)


*

ABSENCE
AUSENCIA

Isidre Nonell La Paloma – 1904

Ausencia en todo veo:
Absence dans tout ce que je vois :
tus ojos la reflejan.
Tes yeux la reflètent.

*

TRISTES GUERRAS
GUERRES TRISTES

Francisco de Goya, Tres de Mayo, 1814

Tristes guerras
Guerres tristes
si no es amor la empresa.
si l’amour n’est pas le but.

*

LA VEJEZ EN LOS PUEBLOS
LE CŒUR SANS MAÎTRE

Vincent van Gogh, Champ de blé aux corbeaux, 1890

La vejez en los pueblos.
La vieillesse dans les villages.
El corazón sin dueño.
Le cœur sans maître


*

TODAS LAS CAJAS SON OJOS
TOUTES LES MAISONS SONT DES YEUX

Vincent van Gogh, La Nuit étoilée, 1889, Museum of Modern Art, New York

Todas las casas son ojos
Toutes les maisons sont des yeux
que resplandecen y acechan.
qui brillent et se cachent.

*


CADA VEZ QUE PASO
CHAQUE FOIS

Ramon Casas, Fatiguée, musée d’art de Dallas

Cada vez que paso
Chaque fois que je fais un pas
bajo tu ventana,
sous ta fenêtre,

*

TRONCOS DE SOLEDAD
TRONCS DE SOLITUDE

Francisco Pradilla, Doña Juana, La Loca, Museo del Prado, 1877

Troncos de soledad,
Troncs de solitude,
barrancos de tristeza
ravins de tristesse

*

El corazón
LE CŒUR

Joaquín Sorolla y Bastida, Bañar a los niños,
Oviedo, Musée des Beaux-Arts des Asturies

El corazón es agua
Le cœur est de l’eau
que se acaricia y canta.
qui caresse et qui chante.


*

LA CANTIDAD DE MUNDOS
LA QUANTITE DE MONDES

Santiago Rusiñol, Cour bleue, Arenys de Munt

La cantidad de mundos
La quantité de mondes
que con los ojos abres,
qui s’ouvrent avec les yeux,

*

MENOS TU VIENTRE
TON VENTRE

Francisco de Goya, La Maja desnuda, 1790-1800

Menos tu vientre,
En dehors de ton ventre,
todo es confuso.
tout est confusion.

*

ENTUSIASMIO DEL ODIO
ENTHOUSIASME DE LA HAINE

Francisco de Goya, La Procession à l’ermitage Saint-Isidore,1819-1823 (détail)

Entusiasmo del odio,
Enthousiasme de la haine
ojos del mal querer.
volonté des yeux du mal.

*

EN EL FONDO DEL HOMBRE
LE FOND DE L’HOMME

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Juan_Sánchez_Cotán_001.jpg.
Juan Sánchez Cotán, Coing, chou, melon et concombre, Musée d’art de San Diego

En el fondo del hombre
Dans le fond de l’homme
agua removida.
l’eau s’agite.

*

TANTO RIO QUE VA AL MAR
TANT DE RIVIERES

Santiago Rusiñol, Glorieta al atardecer, 1913

Tanto río que va al mar
Tant de rivières vont à la mer
donde no hace falta el agua.
où vous n’avez pas besoin d’eau.

*

BOCAS DE IRA
BOUCHE COLERE

Isidre Nonell
Coucher de soleil
Al Atardecer, Sant Martí de Provençals ,1896


Bocas de ira.
Bouche de colère.
Ojos de acecho.
Yeux traqués.

***************

Silbo de la llaga perfecta
SIFFLEMENT DE LA PLAIE PARFAITE

Arthur Dove, Nature Symbolized No.2, 1911, Institut d’art de Chicago

Abreme, amor, la puerta
Ouvre-moi, amour, la porte
de la llaga perfecta.
de la plaie parfaite.

*****

ELEGIA A RAMÓN SIJÉ
Élégie à Ramón Sijé

Francisco de Goya, Visión fantástica o Asmodea, Museo del Prado, Madrid

Yo quiero ser llorando el hortelano
Avec mes pleurs, je veux être le jardinier
de la tierra que ocupas y estercolas,
de la terre que tu foules et que tu fertilises


************************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-2-10-1.gif.

GOETHE Prometheus – Prométhée -Poème bilingue 1772-1774

PROMETHEE – GOETHE


LITTERATURE ALLEMANDE
Goethe Traduction
Deutsch Poesie – Poésie Allemande


Traduction Jacky Lavauzelle

Johann Wolfgang von Goethe
1836 – 1870


Portrait de Joseph Karl Stieler – 1828

****

Prometheus
PROMETHEE
Le Titan Προμηθεύς  « le Prévoyant »
1772-1774

**

Bedecke deinen Himmel, Zeus,
Couvre ton ciel, Zeus,
Mit Wolkendunst!
D’une brume de nuages !
Und übe, Knaben gleich,
Et comme les enfants cueillant
Der Disteln köpft,
Les têtes des chardons,
An Eichen dich und Bergeshöh’n!
Passe sur les chênes, les sommets !
Mußt mir meine Erde
Mais ma terre
Doch lassen steh’n,
Veille à ne pas toucher,
Und meine Hütte,
Tout comme ma cabane
Die du nicht gebaut,
Que tu n’as point construite,
Und meinen Herd,
Et mon poêle,
Um dessen Glut
Que ces braises
Du mich beneidest.
Tu m’envies.

*

Ich kenne nichts Ärmeres
Je ne connais rien de plus terrible
Unter der Sonn’ als euch Götter!
Sous le soleil, que vous les dieux !
Ihr nähret kümmerlich
Vous nourrissez misérablement
Von Opfersteuern
De sacrifices
Und Gebetshauch
Et du souffle des prières
Eure Majestät
Votre majesté,
Und darbtet, wären
Mais vous êtes affamés, tels des
Nicht Kinder und Bettler
Enfants et mendiants
Hoffnungsvolle Toren.
Remplis de vaines espérances.

*

Da ich ein Kind war,
Enfant,
Nicht wußte, wo aus, wo ein,
Ignorant,
Kehrt’ ich mein verirrtes Auge
Je tournais mon regard perdu
Zur Sonne, als wenn drüber wär
Vers le soleil, comme s’il existait au loin
Ein Ohr zu hören meine Klage,
Une oreille pour entendre ma douleur,
Ein Herz wie meins,
Un cœur comme le mien,
Sich des Bedrängten zu erbarmen.
S’apitoyant du sort des affligés.

*

Wer half mir
Qui m’a aidé
Wider der Titanen Übermut?
Contre la témérité des Titans ?
Wer rettete vom Tode mich,
Qui m’a sauvé de la mort,
Von Sklaverei?
De l’esclavage ?
Hast du’s nicht alles selbst vollendet,
N’as-tu pas tout réalisé toi-même,
Heilig glühend Herz?
Cœur sacré rougeoyant ?
Und glühtest, jung und gut,
Et radieux, jeune et bon,
Betrogen, Rettungsdank
Dans tes erreurs, porté des actions de grâce
Dem Schlafenden dadroben?
A la personne qui dort tout là-haut ?

*

Ich dich ehren? Wofür?
Que je t’honore ? Pourquoi ?
Hast du die Schmerzen gelindert
As-tu soulagé la douleur ?
Je des Beladenen?
Le fardeau ?
Hast du die Tränen gestillet
As-tu séché les larmes ?
Je des Geängsteten?
Atténué la peur ?
Hat nicht mich zum Manne geschmiedet
Ils m’ont forgé en homme :
Die allmächtige Zeit
Le Temps tout-puissant
Und das ewige Schicksal,
Et le Destin éternel,
Meine Herren und deine?
Mes maîtres à moi comme à toi ?

*

Wähntest du etwa,
Pensais-tu
Ich sollte das Leben hassen,
Que j’aurais dû détester la vie,
In Wüsten fliehn,
Me perdre dans les déserts,
Weil nicht alle Knabenmorgen-
Car de ces matins d’enfant
Blütenträume reiften?
Des rêves de fleurs n’ont pas mûris ?
Hier sitz’ ich, forme Menschen
Ici je suis assis, créant les hommes
Nach meinem Bilde,
A mon image,
Ein Geschlecht, das mir gleich sei,
Un genre qui est mon égal à moi,
Zu leiden, weinen,
Qui souffre et pleure,
Genießen und zu freuen sich,
Qui vit et se réjouit,
Und dein nicht zu achten,
Sans te respecter
Wie ich!
Comme moi !

Traduction française Jacky Lavauzelle


http://artgitato.com/traduction-allemand-jacky-lavauzelle-ubersetzung-deutsch-text/
****

LA BEAUTE – Poème de Constantin Cavafis – Καβάφης – Έτσι πολύ ατένισα

Poème de Constantin Cavafis
Gr
èce – Ελλάδα

***

Traduction Jacky Lavauzelle*******

**
Constantin Cavafy poèmes
**

LITTERATURE GRECQUE
POESIE GRECQUE

Ελληνική λογοτεχνία
Ελληνική ποίηση

**

Constantin Cavafy – Constantin Cavafis
Καβάφης
1863 – 1933

Traduction Jacky Lavauzelle

**

Traduction Jacky Lavauzelle


LES POEMES GRECS

Έτσι πολύ ατένισα
LA BEAUTE
1917  

**

**

Cavafy Trad Jacky Lavauzelle Ingres
Jean-Auguste-Dominique Ingres, La Grande Odalisque,1814, musée du Louvre

 

**

Την εμορφιά έτσι πολύ ατένισα,
La beauté m’a tant submergé,
που πλήρης είναι αυτής η όρασίς μου.
que ma vision pour toujours en est changée.
 *
Γραμμές του σώματος. Κόκκινα χείλη. Μέλη ηδονικά.
Lignes des corps. Lèvres rouges. Membres jouisseurs.
Μαλλιά σαν από αγάλματα ελληνικά παρμένα∙
Cheveux de statues grecques,
πάντα έμορφα, κι αχτένιστα σαν είναι,
toujours superbes, indescriptibles,
και πέφτουν, λίγο, επάνω στ’ άσπρα μέτωπα.
retombant à peine sur un front blanc.
Πρόσωπα της αγάπης, όπως τα ‘θελεν
Des visages d’amour, comme le voulait
η ποίησίς μου… μες στες νύχτες της νεότητός μου,
ma poésie … dans les nuits de ma jeunesse,
μες στες νύχτες μου, κρυφά συναντημένα…
dans mes nuits, secrètement rencontrés …

****
Καβάφης
Traduction Jacky Lavauzelle

ARTGITATO
**********************

LA POESIE GRECQUE EN GRECE 

Le langage est ce qu’il y a en Grèce de plus antique. C’est un grand charme pour celui qui a voué un culte à l’antiquité grecque d’entendre parler grec autour de lui, de reconnaître dans les conversations d’un guide ou d’un marinier tel mot qu’il n’avait jusque-là rencontré que dans Homère. Il semble alors qu’on est réellement transporté dans la Grèce antique ; on est tenté de dire aux passans, comme Philoctète à ses compatriotes retrouvés dans Lemnos : je veux vous entendre, et de s’écrier comme lui, ô langage bien aimé ! Mais, pour se livrer à ce transport, il faudrait, dira-t-on, que ce langage fût celui des anciens Hellènes, et non pas un dérivé imparfait que défigure une prononciation bizarre. A cela on peut répondre : Quant à la prononciation, il n’y a pas de raison pour que les descendans de Périclès adoptent le système qu’un savant Hollandais a imaginé au XVIe siècle. Du reste la question est délicate et ne saurait être traitée ici. Qu’il suffise d’affirmer que plusieurs règles de prononciation, adoptées par les Grecs modernes, remontent à la plus haute antiquité, et que l’on trouve déjà dans le second siècle de notre ère des exemples de l’iotacisme, c’est-à-dire de ê, ei, oi, prononcés i, bien que l’iotacisme ne paraisse avoir été définitivement et complètement constituée qu’au Xe ou XIe siècle.

Dans le langage populaire de certaines parties de la Grèce, on retrouve quelques vestiges des dialectes qui y furent parlé autrefois. En général, les anciens dialectes grecs ont péri par suite de la conquête, qui les a éteints avec la vie locale des pays subjugués. Cependant ils n’ont pas disparu entièrement ; on retrouve des traces assez nombreuses du dialecte œolien dans la Béotie et la Phocide, et dans un canton montagneux du Péloponèse, la Tzaconie, le dialecte dorien s’est merveilleusement conservé un certain nombre de mots grecs oubliés par le temps ont été remplacés dans l’usage par une autre expression : ainsi, trecho, courir, au lieu de dremo ; au lieu d’artos, pain, psomi. Eh bien ! il arrive que le vieux mot grec oublié se retrouve dans un coin de la Grèce, par exemple dremo dans les villages du Parnasse…

Jean-Jacques Ampère
La poésie grecques en Grèce
Seconde Partie
Revue des Deux Mondes, tome 7, 1844

***

*

Καβάφης
Constantin Cavafy – Constantin Cavafis
Έλληνα ποιητή
Poème de Cavafy

************************************************

Ô terre d’Ionie (IONIEN) Poème de Constantin Cavafis – Ιωνικόν – Καβάφης

Poème de Constantin Cavafis
Gr
èce – Ελλάδα

***

Traduction Jacky Lavauzelle*******

**
Constantin Cavafy poèmes
**

LITTERATURE GRECQUE
POESIE GRECQUE

Ελληνική λογοτεχνία
Ελληνική ποίηση

**

Constantin Cavafy – Constantin Cavafis
Καβάφης
1863 – 1933

Traduction Jacky Lavauzelle

**

Traduction Jacky Lavauzelle


LES POEMES GRECS

Ô terre d’Ionie
(IONIEN)
Ιωνικόν  

**

**

Traduction Jacky Lavauzelle
Médaillon d’un kylix attique, Peintre de Kleomelos, 510-500 av. J.-C., musée du Louvre

 

**

Γιατί τα σπάσαμε τ’ αγάλματά των,
Pourquoi avons-nous brisé leurs statues,
γιατί τους διώξαμεν απ’ τους ναούς των,
pourquoi les avoir chassés de leurs temples ?
διόλου δεν πέθαναν γι’ αυτό οι θεοί.
Les dieux ne sont pas morts pour autant.
Ω γη της Ιωνίας, σένα αγαπούν ακόμη,
Ô terre d’Ionie, ils t’aiment toujours,
σένα η ψυχές των ενθυμούνται ακόμη.
leurs âmes se souviennent encore de toi.
Σαν ξημερώνει επάνω σου πρωί αυγουστιάτικο
Quand se lève sur toi les matins d’août
την ατμοσφαίρα σου περνά σφρίγος απ’ την ζωή των·
ton atmosphère s’emplit vigoureusement de leurs vies ;
και κάποτ’ αιθερία εφηβική μορφή,
et une forme éthérée d’éphèbe,
αόριστη, με διάβα γρήγορο,
fugace et indéfinissable,
επάνω από τους λόφους σου περνά.
plane au-dessus de tes collines.

****
Καβάφης
Traduction Jacky Lavauzelle

ARTGITATO
**********************

LA POESIE GRECQUE EN GRECE 

Le langage est ce qu’il y a en Grèce de plus antique. C’est un grand charme pour celui qui a voué un culte à l’antiquité grecque d’entendre parler grec autour de lui, de reconnaître dans les conversations d’un guide ou d’un marinier tel mot qu’il n’avait jusque-là rencontré que dans Homère. Il semble alors qu’on est réellement transporté dans la Grèce antique ; on est tenté de dire aux passans, comme Philoctète à ses compatriotes retrouvés dans Lemnos : je veux vous entendre, et de s’écrier comme lui, ô langage bien aimé ! Mais, pour se livrer à ce transport, il faudrait, dira-t-on, que ce langage fût celui des anciens Hellènes, et non pas un dérivé imparfait que défigure une prononciation bizarre. A cela on peut répondre : Quant à la prononciation, il n’y a pas de raison pour que les descendans de Périclès adoptent le système qu’un savant Hollandais a imaginé au XVIe siècle. Du reste la question est délicate et ne saurait être traitée ici. Qu’il suffise d’affirmer que plusieurs règles de prononciation, adoptées par les Grecs modernes, remontent à la plus haute antiquité, et que l’on trouve déjà dans le second siècle de notre ère des exemples de l’iotacisme, c’est-à-dire de ê, ei, oi, prononcés i, bien que l’iotacisme ne paraisse avoir été définitivement et complètement constituée qu’au Xe ou XIe siècle.

Dans le langage populaire de certaines parties de la Grèce, on retrouve quelques vestiges des dialectes qui y furent parlé autrefois. En général, les anciens dialectes grecs ont péri par suite de la conquête, qui les a éteints avec la vie locale des pays subjugués. Cependant ils n’ont pas disparu entièrement ; on retrouve des traces assez nombreuses du dialecte œolien dans la Béotie et la Phocide, et dans un canton montagneux du Péloponèse, la Tzaconie, le dialecte dorien s’est merveilleusement conservé un certain nombre de mots grecs oubliés par le temps ont été remplacés dans l’usage par une autre expression : ainsi, trecho, courir, au lieu de dremo ; au lieu d’artos, pain, psomi. Eh bien ! il arrive que le vieux mot grec oublié se retrouve dans un coin de la Grèce, par exemple dremo dans les villages du Parnasse…

Jean-Jacques Ampère
La poésie grecques en Grèce
Seconde Partie
Revue des Deux Mondes, tome 7, 1844

***

*

Καβάφης
Constantin Cavafy – Constantin Cavafis
Έλληνα ποιητή
Poème de Cavafy

************************************************