Archives par mot-clé : titan

GOETHE Prometheus – Prométhée -Poème bilingue 1772-1774

PROMETHEE – GOETHE


LITTERATURE ALLEMANDE
Goethe Traduction
Deutsch Poesie – Poésie Allemande


Traduction Jacky Lavauzelle

Johann Wolfgang von Goethe
1836 – 1870


Portrait de Joseph Karl Stieler – 1828

****

Prometheus
PROMETHEE
Le Titan Προμηθεύς  « le Prévoyant »
1772-1774

**

Bedecke deinen Himmel, Zeus,
Couvre ton ciel, Zeus,
Mit Wolkendunst!
D’une brume de nuages !
Und übe, Knaben gleich,
Et comme les enfants cueillant
Der Disteln köpft,
Les têtes des chardons,
An Eichen dich und Bergeshöh’n!
Passe sur les chênes, les sommets !
Mußt mir meine Erde
Mais ma terre
Doch lassen steh’n,
Veille à ne pas toucher,
Und meine Hütte,
Tout comme ma cabane
Die du nicht gebaut,
Que tu n’as point construite,
Und meinen Herd,
Et mon poêle,
Um dessen Glut
Que ces braises
Du mich beneidest.
Tu m’envies.

*

Ich kenne nichts Ärmeres
Je ne connais rien de plus terrible
Unter der Sonn’ als euch Götter!
Sous le soleil, que vous les dieux !
Ihr nähret kümmerlich
Vous nourrissez misérablement
Von Opfersteuern
De sacrifices
Und Gebetshauch
Et du souffle des prières
Eure Majestät
Votre majesté,
Und darbtet, wären
Mais vous êtes affamés, tels des
Nicht Kinder und Bettler
Enfants et mendiants
Hoffnungsvolle Toren.
Remplis de vaines espérances.

*

Da ich ein Kind war,
Enfant,
Nicht wußte, wo aus, wo ein,
Ignorant,
Kehrt’ ich mein verirrtes Auge
Je tournais mon regard perdu
Zur Sonne, als wenn drüber wär
Vers le soleil, comme s’il existait au loin
Ein Ohr zu hören meine Klage,
Une oreille pour entendre ma douleur,
Ein Herz wie meins,
Un cœur comme le mien,
Sich des Bedrängten zu erbarmen.
S’apitoyant du sort des affligés.

*

Wer half mir
Qui m’a aidé
Wider der Titanen Übermut?
Contre la témérité des Titans ?
Wer rettete vom Tode mich,
Qui m’a sauvé de la mort,
Von Sklaverei?
De l’esclavage ?
Hast du’s nicht alles selbst vollendet,
N’as-tu pas tout réalisé toi-même,
Heilig glühend Herz?
Cœur sacré rougeoyant ?
Und glühtest, jung und gut,
Et radieux, jeune et bon,
Betrogen, Rettungsdank
Dans tes erreurs, porté des actions de grâce
Dem Schlafenden dadroben?
A la personne qui dort tout là-haut ?

*

Ich dich ehren? Wofür?
Que je t’honore ? Pourquoi ?
Hast du die Schmerzen gelindert
As-tu soulagé la douleur ?
Je des Beladenen?
Le fardeau ?
Hast du die Tränen gestillet
As-tu séché les larmes ?
Je des Geängsteten?
Atténué la peur ?
Hat nicht mich zum Manne geschmiedet
Ils m’ont forgé en homme :
Die allmächtige Zeit
Le Temps tout-puissant
Und das ewige Schicksal,
Et le Destin éternel,
Meine Herren und deine?
Mes maîtres à moi comme à toi ?

*

Wähntest du etwa,
Pensais-tu
Ich sollte das Leben hassen,
Que j’aurais dû détester la vie,
In Wüsten fliehn,
Me perdre dans les déserts,
Weil nicht alle Knabenmorgen-
Car de ces matins d’enfant
Blütenträume reiften?
Des rêves de fleurs n’ont pas mûris ?
Hier sitz’ ich, forme Menschen
Ici je suis assis, créant les hommes
Nach meinem Bilde,
A mon image,
Ein Geschlecht, das mir gleich sei,
Un genre qui est mon égal à moi,
Zu leiden, weinen,
Qui souffre et pleure,
Genießen und zu freuen sich,
Qui vit et se réjouit,
Und dein nicht zu achten,
Sans te respecter
Wie ich!
Comme moi !

Traduction française Jacky Lavauzelle


http://artgitato.com/traduction-allemand-jacky-lavauzelle-ubersetzung-deutsch-text/
****

I höststormen KARLFELDT -Poème de Karlfeldt – DANS LA TEMPÊTE DE L’AUTOMNE -1894

Dikter av Erik Axel Karlfeldt

Traduction – Texte Bilingue
Erik Axel Karlfeldts dikter
Karlfeldt poet
I höststormen KARLFELDT Poesi
Dans la Tempête de l’Automne KARLFELDT Poésie


LITTERATURE SUEDOISE
POESIE SUEDOISE

svensk litteratur
svensk poesi

Erik Axel Karlfeldt
1864 – 1931

Traduction Jacky Lavauzelle


I höststormen

Dans la Tempête de l’Automne

1894

Du älskade, du unga!
Toi ma bien aimée, tu es jeune !
Hör, stormens nävar tunga
Entends, les lourds poings de la tempête
på våra portar falla
à nos portes qui frappent
liksom en hemlös, jäktad mans.
comme un homme harcelé, sans-abri.
Sjön brusar grön som galla
Vert, le lac se précipite comme de la bile
mot strandens videfrans.
contre la frange de la rive.

*

Kom – det är glatt att vandra,
Viens Il est plaisant de se promener,
varmt slutna till varandra,
scellés l’un avec l’autre,
på dunkla trädgårdsgångar
à travers les allées du jardin sombre
 i denna eggande musik.
dans cette musique stimulante.
  Din skälmska blick jag fångar,
Ton œil espiègle, je le vois,
   ett solkast över rosor lik.
Tel ce soleil qui se reflète sur la rose.

*

Hör! Vrålande i luren,
Entends ! Rugissant dans le cor,
han klättrar över muren,
il grimpe au mur,
den vilde vagabonden,
le sauvage vagabond,
 förhärjarn av titanisk släkt.
le casseur de la famille titanesque.
 Han knäcker solrosstånden,
qui écrase les tournesols,
hans grova sula knastrar
avec ses semelles épaisses
 bland fällda löv och astrar;
parmi les feuilles mortes et les asters ;
död strömmar ur hans andedräkt.
la mort coule de son souffle.

*

Ve oss! – en dag av vånda
Malheur à nous ! une journée d’angoisse
vid portarne skall stånda
à nos portes nous attend
en annan jätte, buren
un autre géant,
av stormens heta härjarglöd.
porté par un désir de tempête
Han hoppar över muren,
saute par-dessus le mur,
 han flåsar höst, han andas död…
le pantalon tombe, il respire les morts…

*

På dunkla trädgårdsgångar
Sur les chemins de jardin ombragé
din skrämda blick jag fångar.
vos yeux effrayés je croise
 Men lekande jag bär dig
Mais jouant, je te porte
in i vår lyckas glada borg.
Dans notre joyeux château, excités.
Där vill jag sitta när dig,
Là, je veux rester assis près de toi,
du älskade, du unga;
toi ma bien-aimée, tu es jeune ;
vi skola le och sjunga
nous allons rire et chanter
i väntan på vår ovän Sorg.
dans l’attente de notre ennemi le Chagrin.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
I höststormen Karlfeldt 1844
Dans la tempête de l’automne Karlfeldt 1894