Archives par mot-clé : 1930

LA FLÛTE DES VERTEBRES de MAÏAKOVSKI – Le Prologue – Флейта-позвоночник

Флейта-позвоночник

LA FLÛTE DES VERTEBRES DE MAÏAKOVSKI


русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
 

 





 

Владимир Владимирович Маяковский
Vladimir Maïakovski

1893-1930

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 




 Poème de Vladimir Maïakovski

LA FLÛTE DE VERTEBRES
Флейта-позвоночник
1915
PROLOGUE – пролог

**

За всех вас,
A vous toutes,
которые нравились или нравятся,
qui aiment ou qui avez aimé,
хранимых иконами у души в пещере,
Icônes stockées dans une caverne de l’âme,
как чашу вина в застольной здравице,
Comme une coupe de vin à boire lors d’un toast,
подъемлю стихами наполненный череп.
Je lève mes vers au fond de ce crâne.



Все чаще думаю –
De plus en plus, je pense –
не поставить ли лучше
Que le mieux serait de placer
точку пули в своем конце.
Une balle à la fin.
Сегодня я
Aujourd’hui,
на всякий случай
Juste au cas où,
даю прощальный концерт.
Je donne un concert d’adieu.



 

Память!
Mémoire !
Собери у мозга в зале
Recueille dans la pièce du cerveau
любимых неисчерпаемые очереди.
Une file inépuisable d’amantes.
Смех из глаз в глаза лей.
Que le rire baignent les yeux.
Былыми свадьбами ночь ряди.
Que la nuit s’embellisse de nos hymens passés.
Из тела в тело веселье лейте.
Que de corps en corps la joie circule.
Пусть не забудется ночь никем.
Que ne soit jamais oublié cette nuit.
Я сегодня буду играть на флейте.
Aujourd’hui, je vais jouer de la flûte.
На собственном позвоночнике.
Sur ma propre colonne vertébrale.



 




*******

Poème de Vladimir Maïakovski
LA FLÛTE DES VERTEBRES
PROLOGUE
1915




LA FLÛTE DES VERTEBRES DE MAÏAKOVSKI

PASSION DE MAÏAKOVSKI (1917) Страсти Маяковского (Владимир Владимирович Маяковский)

Маяковский поэма
Страсти Маяковского

PASSION DE MAÏAKOVSKI


русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
 

 





 

Владимир Владимирович Маяковский
Vladimir Maïakovski

1893-1930

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
стихотворение Лермонтова

 




 Poème de Vladimir Maïakovski

Страсти Маяковского
La Passion de Maïakovki
1917

**

 Слышите?
Entendez-vous ?
Слышите лошажье ржанье?
Entendez-vous hennir les montures ?
Слышите?
Entendez-vous ?
Слышите вопли автомобильи?
Entendez-vous les crissements des voitures ?
Это идут,
Voilà
идут горожане
Les citoyens
выкупаться в Его обилии.
Qui se baignent dans Son abondance.

Разлив людей.
Une foule qui se déverse.
Затерся в люд,
Une foule qui m’étouffe,
расстроенный и хлюпкий.
Frustrée et visqueuse.
Хватаюсь за уздцы.
Je tends les rênes.
Ловлю
Je pêche
за фалды и за юбки.
Les basques et les jupes.


Что это?
Qui est-ce ?
Ты?
Est-ce toi ?
Туда же ведома?!
Tu sembles désinvoltes ?!
В святошестве изолгалась!
Désinvolture blasphématrice !
Как красный фонарь у публичного дома,
Comme la lumière rouge d’un bordel,
кровав
Se colorent
налившийся глаз.
Mes yeux irrigués.

Зачем тебе?
Pourquoi es-tu ici ?
Остановись!
Stop !
Я знаю радость слаже!
Je sais de plus douces joies !
Надменно лес ресниц навис.
Des forêts de cils hautainement suspendus.
Остановись!
Stop !
Ушла уже…
Elle est déjà emportée …



 

Там, возносясь над головами, Он.
Là-bas, s’élevant au-dessus des têtes, le voici.

Череп блестит,
Crâne scintillant,
хоть надень его на ноги,
A s’en même mettre sur ses pieds !
безволосый,
Sans un poil sur le caillou
весь рассиялся в лоске.
Tout brille en lui.
Только
Seulement
у пальца безымянного
Sur l’annulaire
  на последней фаланге
Sur la dernière phalange
 три
Trois
 из-под бриллианта –
– à côté des brillants-
выщетинились волосики.
Poils hirsutes.



Вижу – подошла.
Je vois – elle s’approche.
Склонилась руке.
Elle attrape sa main.
Губы волосикам,
Puis approche ses lèvres des trois poils,
шепчут над ними они,
Qui chuchotent sur chacun d’eux,
   « Флейточкой » называют один,
« Ma belle flûte » pour l’un,
« Облачком » – другой,
« Mon petit nuage » – pour l’autre,
 третий – сияньем неведомым
Au troisième – un éclat inconnu
 какого-то,
Pour lequel,
только что
Je viens juste
 мною творимого имени.
De lui donner un nom.




*******

Poème de Vladimir Maïakovski
PASSION DE MAÏAKOVSKI
Страсти Маяковского




PASSION DE MAÏAKOVSKI

TEXTILE ART – CONTEXTILE 2016 : A TEXTILE MEMORY – Guimarães – The Lausanne Biennials

 

PORTUGAL
Guimarães
TEXTILE ART

 

 Photos Jacky Lavauzelle

CONTEXTILE 2016
A TEXTILE MEMORY




The Lausanne Biennials


de 30 de julho a 16 de outubro 2016
du 30 juillet au 16 octobre
Palacete Santiago
Museu de Alberto Sampaio

Contextile 2016
Textile Art




**

Barbara Levittoux-Świderska
Barbara Levittoux Swiderska
(Pologne – Polônia)

 Polonaise, 1933, née à Varsovie
active à Varsovie

contextile-2016-barbara-levittoux-swiderska-artgitato-2-guimaraes contextile-2016-barbara-levittoux-swiderska-artgitato

**

Marguerite Carau- Ischi
(Suisse – Suíça)

1928-2008
active à Zurich


 1967

contextile-2016-guimaraes-marguerite-carau-ischi-artgitato-2 contextile-2016-guimaraes-marguerite-carau-ischi-artgitato-1

**
TEXTILE ART
**

MACHIKO AGANO
(Japon – Japão)

Né au Japon en 1953
Œuvre de 1982
sans titre
Nascido no Japão em 1953
Trabalho 1982
sem título

contextile-2016-guimaraes-machiko-agano-artgitato-3 contextile-2016-guimaraes-machiko-agano-artgitato




**

Marlise Staehelin
(Suisse – Suiça)

1927-1991

Colonne blanche
Vers 1970 Cerca 1970
polyester polyester
soie – seda
contextile-2016-marlise-staehelin-artgitato-1-guimaraes contextile-2016-marlise-staehelin-artgitato-3-guimaraes contextile-2016-marlise-staehelin-artgitato-2-guimaraes

**
TEXTILE ART
**

Elsi Giauque
(Suisse -Suiça)

1900 – 1989
active à Ligerz et Zurich

Elsi Giauque mit Käthi Wenger
Weisse und graue Feministin
Féministe blanche et grise
1976-1977

contextile-2016-guimaraes-elsi-giauque-artgitato-0 contextile-2016-guimaraes-elsi-giauque-artgitato-2 contextile-2016-guimaraes-elsi-giauque-artgitato




**
Lia COOK
(USA)

1942 – active à Berkeley

Spatial Ikat ll
1977

contextile-2016-lia-cook-artgitato-guimaraes contextile-2016-lia-cook-artgitato-4-guimaraes contextile-2016-lia-cook-artgitato-3-guimaraes contextile-2016-lia-cook-artgitato-2-guimaraes

**
TEXTILE ART
**
Wojciech Sadley
(Pologne – Polônia)

Né en 1932 à Lublin
actif à Varsovie et Wesota

contextile-2016-wojciech-sadley-artgitato-guimaraes-3 contextile-2016-wojciech-sadley-artgitato-guimaraes-2 contextile-2016-wojciech-sadley-artgitato-guimaraes

 **
Ritzi et Peter JACOBI
(Roumanie- Roménia)

Peter Jacobi né en 1935
actif à Wurmberg
Ritzi Jacobi né en 1941
active à Düsseldorf et Bucarest

Textil-Relief blanc
1969
Pele de cabra
Peau de chèvre

contextile-2016-ritzi-et-peter-jacobi-artgitato-guimaraes-2 contextile-2016-ritzi-et-peter-jacobi-artgitato-guimaraes

**
TEXTILE ART
**
Olga de Amaral
(Colombie – Colômbia)

née en 1932 à Bogota en Colombie
active à Bogota

contextile-2016-olga-de-amaral-artgitato-guimaraes contextile-2016-olga-de-amaral-artgitato-guimaraes-2




**
Jagoda Buic
Jagoda Buić
(Croatie – Croácia)

née en 1930 à Split en Croatie
active à Paris, Venise et Dubrovnik

contextile-2016-jagoda-buic-artgitato-guimaraes-3 contextile-2016-jagoda-buic-artgitato-guimaraes

Flexion ll
1971

contextile-2016-jagoda-buic-artgitato-guimaraes-12 contextile-2016-jagoda-buic-artgitato-guimaraes-10 textile-art-contextile-2016-jagoda-buic-artgitato-2-guimaraes

**
Anne-Marie Matter
(Suisse – Suíça)

1936-2007
a travaillé sur Lausanne

Les Azalées
1979

contextile-2016-les-azalees-anne-marie-matter-artgitato-guimaraes-11 contextile-2016-les-azalees-anne-marie-matter-artgitato-guimaraes-10

contextile-2016-anne-marie-matter-artgitato-guimaraes-3 contextile-2016-anne-marie-matter-artgitato-guimaraes

**
Helen Frances Gregor
(Canada – Canadá)

28 juin 1921 – 25 mai 1989
28 de junho de 1921 – 25 de maio de 1989
A travaillé sur Toronto

Totem n° 5
1976

contextile-2016-guimaraes-helen-frances-gregor-artgitato-1 contextile-2016-guimaraes-helen-frances-gregor-artgitato-3 contextile-2016-guimaraes-helen-frances-gregor-artgitato-2

**
Krystyna Piątkowska-Brodzka
Krystyna Brodzka
(Ukraine- Ucrânia)

1923-2009

contextile-2016-guimaraes-krystyna-brodzka-artgitato-2 contextile-2016-guimaraes-krystyna-brodzka-artgitato contextile-2016-guimaraes-krystyna-brodzka-artgitato-1

*

Sheila Hicks
(USA – France)

active à Paris

Linen Letter to Malevitch
1975

contextile-2016-guimaraes-sheila-hicks-artgitato-0-textile-art contextile-2016-guimaraes-sheila-hicks-artgitato1-textile-art




**
Magdalena Abakanowicz
(Pologne, Polônia)

née en 1930
active à Varsovie

contextile-magdalena-abakanowicz-textile-art-artgitato-guimaraes-0 contextile-magdalena-abakanowicz-textile-art-artgitato-guimaraes-3 contextile-magdalena-abakanowicz-textile-art-artgitato-guimaraes-2 contextile-magdalena-abakanowicz-textile-art-artgitato-guimaraes

**
Maria Łaszkiewicz
(Lettonie, Látvia)

1892-1981
active à Varsovie

La Dame blanche
1979

contextile-2016-guimaraes-maria-laszkiewicz-gregor-artgitato-1 contextile-2016-guimaraes-maria-laszkiewicz-gregor-artgitato-3

**
Pierre Daquin
(France – França)

Né en 1936
actif à Fréjus

Le Son
1970

contextile-pierre-daquin-textile-art-artgitato-guimaraes-3 contextile-pierre-daquin-textile-art-artgitato-guimaraes-1 contextile-pierre-daquin-textile-art-artgitato-guimaraes

**
Lissy Funk
(Suisse, Suiça)

1909-2005
A travaillé à Zürich

contextile-2016-guimaraes-lissy-funk-artgitato-2 contextile-2016-guimaraes-lissy-funk-artgitato-1

**

Hanna Jung
(Pologne,

1927-1982
A travaillé à Varsovie

contextile-2016-hanna-jung-artgitato-guimaraes-2 contextile-2016-hanna-jung-artgitato-guimaraes-3

**

Josep Grau-Garriga
(Espagne – Espanha)

 1929-2011
A travaillé  en Espagne et en France

El record i l’ imatge
1966

contextile-2016-guimaraes-josep-grau-garriga-artgitato-1 contextile-2016-guimaraes-josep-grau-garriga-artgitato-2

********

Textile Art

 

Poèmes de DH LAWRENCE – DH Lawrence poems

 LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

David Herbert Lawrence
1885-1930 

Traduction – Translation
French and English text
texte bilingue français-anglais

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

 Poemes de DH Lawrence DH Lawrence's poems Artgitato

Les Poèmes de DH Lawrence      (Sélection)

DH Lawrence’s poems

 

Bare almond-trees
Amandiers dépouillés

Wet almond-trees, in the rain,
Amandiers humides, sous la pluie,
Like iron sticking grimly out of earth ;
Comme le fer se colle sinistrement sur la terre;

*




Destiny
Destinée

O destiny, destiny,
Ô destinée, destinée,
do you exist, and can a man touch your hand ?
existez-vous et un homme peut-il toucher votre main ?

*




*




First Morning
Premier Matin

The night was a failure
La nuit a été un échec
 but why not – ?
mais pourquoi pas-?

*

Natural Complexion
Teint Naturel

But you see, said the handsome Young man with the chamois gloves to the woman rather older than himself,
Mais voyez-vous, dit le beau jeune homme avec les gants de chamois à la femme plutôt âgée que lui,




*

Old People
Les Vieilles Personnes

Nowadays everybody wants to be young
Aujourd’hui, tout le monde veut être jeune
so much so, that even the young are old with the efforts of being young.
tant et si bien, que même les jeunes sont vieux par les efforts qu’ils font pour être jeune.

*

Peach
Pêche

Would you like to throw a stone at me?
Aimeriez-vous  jeter une pierre sur ma personne ?
Here, take all that’s left of my peach.
Tenez, prenez tout ce qui reste de ma pêche.

PEACH Poem D

*

Piano

Softly, in the dusk, a woman is singing to me;
Doucement, au crépuscule, pour moi, une femme chante ;
Taking me back down the vista of years, till I see
Je revois alors mes années passées, jusqu’à ce que j’aperçoive

*

Spiral Flame
Flamme en Spirale

There have been so many gods
Il y a eu tant de dieux
that now there are none.
que maintenant il n’y en a plus.

*




The Evening Land
Le Pays du soir

Oh, America,
 Ô Amérique,
The sun sets in you.
En toi se couche le soleil.

The evening land DH Lawrence Traduction Française Artgitato Le Pays du soir

*

The Mess of Love 
Le Gâchis de l’Amour

We’ve made a great mess of love
Nous avons fait un grand gâchis de l’amour
Since we made an ideal of it.
Depuis que nous avons fait de lui un idéal.

*




The Oxford Voice
L’Accent d’Oxford

When you hear it languishing
Quand vous l’entendez languir
and hooing and cooing, and sidling through the front teeth,
et couiner et roucouler et se faufiler à travers les dents de devant,

*

The Worm either way 
Ver de toute façon

If you live along with all the other people
Si vous vivez avec toutes les autres personnes
and are just like them, and conform, and are nice
et êtes comme eux, et conforme, et agréable




Things made by Iron 
Les Choses faites de fer

Things made by iron and handled by steel
Les choses faites de fer et traitées par l’acier
are born dead, they are shrouds, they soak life out of us.
sont mort-nées, elles sont linceuls, elles nous vident en absorbent notre vie.

Things made by iron D

*




Things Men Have Made 
Les Choses que les hommes ont faites

Things men have made with wakened hands, and put soft life into
are awake through years with transferred touch, and go on glowing for long years.

Les choses que les hommes ont faites avec leurs mains éveillées, où s’est immiscée la vie en douce, sont éveillées pour des années avec ce transfert du toucher, et rayonnent pendant de longues années.




*

To let go or to hold on – ?
Lâcher ou Tenir bon ?

Shall we let go,
Allons-nous laisser aller,
and allow the soul to find its level
et permettre à l’âme de retrouver son niveau




*

To Women, as far as I’m concerned
Aux Femmes, pour autant que je sois concerné

The feelings I don’t have I don’t have.
Les sentiments que je n’ai pas, je ne les ai pas.
The feeling I don’t have, I won’t say I have.
Le sentiment que je n’ai pas, je ne vais pas dire que je les possède.

*




When wilt thou teach the people…?
Quand vas-tu enseigner au peuple…?

When wilt thou teach the people,
Quand vas-tu enseigner au peuple,
  God of justice, to save themselves – ?
Dieu de justice, à se sauver lui-même…?

*




Work
Travail

There is no point in work
Il n’y a pas de sens dans le travail
unless it absorbs you
à moins qu’il ne vous absorbe

********************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************************
Poèmes de DH Lawrence
DH Lawence’s poems

***************

Mëmëdhe Andon Zako Cajupi – Poème Albanais – Ma Patrie

Albanais – shqiptar – Albanian
Puna Andon Zako Cajupi

Traduction – Texte Bilingue
Mëmëdhe
Lq Pqtrie

Poésie
Poezi
 
LITTERATURE ALBANAISE
POESIE ALBANAISE

letërsia shqiptare
poezi shqipe
poet shqiptar

Andon Zako-Cajupi
1866-1930

Traduction Jacky Lavauzelle

Mëmëdhe

Ma Patrie

Mëmëdhe quhetë toka
Ma patrie est la terre
 ku më ka rënurë koka,
où il m’est possible de lever la tête,
ku kam dashur mëm’e atë,
où je retrouve l’amour des miens,
 ku më njeh dhe gur’ i thatë
où chaque pierre me connaît
ku kam pasurë shtëpinë,
où ma maison est mon refuge,
 ku kam njohur perëndinë,
où j’ai connu Dieu,
stërgjyshët ku kanë qënë
où étaient mes ancêtres
dhe varret q’i kanë vënë,
et les tombes où ils reposent,
ku jam rritur me thërrime
J’ai grandi là avec des quignons de pain
ku kam folur gjuhën time,
où j’ai appris ma langue,
ku kam fis e ku kam farë,
où je travaille et où j’ensemence,
ku kam qeshur, ku kam qarë,
où je ris, où je pleure,
ku rroj me gas e me shpres,
où je vis dans l’espoir,
ku kam dëshirë të vdes.
où je veux mourir.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***********************

Mëmëdhe  Andon Zako Cajupi – Poème Albanais – Ma Patrie

 

THINGS MADE BY IRON poem DH LAWRENCE – Texte & Traduction – Les Choses faites de fer

Things Made by Iron poem DH LAWRENCE
LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

David Herbert Lawrence
1885-1930 

Things made by iron D


THINGS MADE BY IRON
Les Choses faites de Fer

Things made by iron and handled by steel
Les choses faites de fer et traitées par l’acier
are born dead, they are shrouds, they soak life out of us.
sont mort-nées, elles sont linceuls, elles nous vident en absorbent notre vie.
Till after a long time, when they are old and have steeped in our life they begin to be soothed ans soothing : then we throw them away.
Jusqu’à ce que, longtemps après, quand elles sont vieilles et se sont ancrées dans notre vie, elles commencent à s’apaiser et deviennent apaisantes : alors nous les jetons.

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

 Things made by Iron poem DH Lawrence

OLD PEOPLE DH Lawrence Texte et traduction Les Vieilles Personnes

OLD PEOPLE DH LAWRENCE
LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

David Herbert Lawrence
1885-1930 

Old People D


OLD PEOPLE
Les Vieilles Personnes

Nowadays everybody wants to be young
Aujourd’hui, tout le monde veut être jeune
so much so, that even the young are old with the efforts of being young.
tant et si bien, que même les jeunes sont vieux par les efforts qu’ils font pour être jeune.
As for those over fifty, either they rush forward in self-assertion fearful to behold
Comme pour les plus de cinquante ans, soit ils se précipitent en avant dans l’affirmation de soi qui fait peur à voir
or they hear everybody a grim and gristly grudge
soit ils ont pour tous une rancune sinistre 
because of their own fifty or sixty or seventy or eighty summers.
en raison de leurs cinquante ou soixante ou soixante-dix ou quatre-vingts étés.
As if it’s my fault that the old girl is seventy-seven !
Comme si c’était de ma faute que la vieille affiche soixante-dix-sept ans!

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

 Old People DH Lawrence

WHEN WILT THOU TEACH THE PEOPLE DH Lawrence Texte et Traduction

WHEN WILT THOU TEACH THE PEOPLE DH LAWRENCE
LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

David Herbert Lawrence
1885-1930 

When wilt thou teach the people D


WHEN WILT THOU TEACH THE PEOPLE… ?
Quand vas-tu enseigner au peuple … ?

When wilt thou teach the people,
Quand vas-tu enseigner au peuple,
  God of justice, to save themselves – ?
Dieu de justice, à se sauver lui-même…?
They have been saved so often
Il a été sauvé si souvent
and sold.
et vendu.

O God of justice, send no more saviours
O Dieu de justice, n’envoie plus de sauveurs
of the people!
au peuple !

When a saviour has saved a people
Quand un sauveur a sauvé un peuple
they find he has sold them to his father.
ils comprennent qu’ils sont vendus à son père.
They say : We are saved, but we are starving.
Ils disent : « Nous sommes sauvés, mais nous sommes affamés. »
He says : The sooner will you eat imaginary cake in the mansions of my father.
Il dit : « Le plus tôt vous mangerez du gâteau imaginaire dans les demeures de mon père ».
They says : Can’t we have a loaf of common bread ?
Ils disent : « Ne pouvons-nous avoir une miche de pain ordinaire ?« 
He says : No, you must go to heaven, and eat the most marvellous cake.-
Il dit : « Non, vous devez d’abord aller au ciel, et ensuite manger le plus merveilleux des cakes … »

Or Napoleon says: Since I have saved you from the
ci-devants,
Ou Napoléon dit : « Depuis que je vous ai sauvé des ci-devant,
  you are my property, be prepared to die for me, and to
to work for me. –
vous êtes ma propriété, vous êtes prêts à mourir pour moi, et
à travailler pour moi… »

Or later republicans say: You are saved,
Ou plus tard les républicains ont dit : « Vous êtes sauvés,
therefore you are our savings, our capital
par conséquent, vous êtes nos économies, notre capital
 with which we shall do big business. –
avec quoi nous ferons de grandes entreprises… »

Or Lenin says : You are saved, but tou are saved wholesale.
Ou Lénine dit : « Vous êtes sauvé, mais tous êtes sauvés en gros.
You are no longer men, that is bourgeois ;
Vous n’êtes plus des hommes, ce qui est bourgeois ;
you are items in the soviet state,
vous êtes des éléments de l’Etat soviétique,
and each item will get its ration,
et chaque élément aura sa ration,
but it is the soviet state alone which counts
mais c’est le seul Etat soviétique qui compte
the items are of small importance,
les éléments sont de peu d’importance,
the state having saved them all.-
l’Etat les ayant tous sauvés… »

And so it goes on, with the saving of the people.
Et cela continue, avec le salut des personnes.
God of justice, when wilt thou teach them to save
themselves?
Dieu de justice, quand vas-tu leur apprendre à se sauver
eux-mêmes ?

*******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************

TO WOMEN AS FAR AS I’M CONCERNED DH Lawrence Texte et Traduction

TO WOMEN AS FAR AS I’M CONCERNED
LITTERATURE ANGLAISE -English Literature – English poetry

AUX FEMMES,
Pour autant que je sois concerné

David Herbert Lawrence
1885-1930 

To Women as far as i'm concerned Poem D


TO WOMEN, AS FAR AS I’M CONCERNED
Aux Femmes, pour autant que je sois concerné

The feelings I don’t have I don’t have.
Les sentiments que je n’ai pas, je ne les ai pas.
The feeling I don’t have, I won’t say I have.
Le sentiment que je n’ai pas, je ne vais pas dire que je les possède.
The feelings you say you have, you don’t have.
Les sentiments que tu dis avoir, tu ne les as pas.
The feelings you would like us both to have, we neither of us have.
Les sentiments que tu souhaiterais que nous ayons tous deux,
aucun de nous ne les a.
The feelings people ought to have, they never have.
Les sentiments que les gens devraient avoir, ils  ne les ont jamais.
If people say they’ve got feelings, you may be pretty sure they haven’t got them.
Si les gens disent qu’ils ont des sentiments, tu peux être sûr qu’ils ne les ressentent aucunement.
So if you want either of us to feel anything at all
Donc si tu veux qu’entre nous deux nous ressentions quelque chose
You’d better abandon all ideas of feelings altogether.
tu ferais mieux d’abandonner totalement toute idée de sentiments.

**************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
********************

LES AMOURS DE MINUIT (Genina & M. Allégret) : L’ATTRACTION DES OMBRES

Marc Allégret, augusto genina, les amours de minuit,88,daniele parola

Augusto GENINA & Marc ALLEGRET

Marc Allégret, augusto genina, les amours de minuit,80,daniele parola

LES AMOURS DE MINUIT
(1930)

Marc Allégret, augusto genina, les amours de minuit,83,daniele parola


 L’Attraction
des ombres

Marc Allégret, augusto genina, les amours de minuit,86,daniele parola


 Au commencement étaient la voie et la ligne. La voie chaotique et la ligne fugitive. Des traits par-dessus-tout et au-dessus la vapeur d’une locomotive plaintive.

Il est certain que dans nos wagons, des êtres sommeillent. D’autres, ballotés par la ferraille en marche, ruminent les méfaits de la veille et fuient. Les ombres de la nuit s’appellent et s’interpellent, se croisent.

La lumière timide de la cabine semble vouloir s’étirer, se perdre dans le rideau. C’est Marcel. Marcel dans le temps qui s’enfuit à travers les lignes massives des rails, qui fonce chapeau bas, vers le port où un bateau l’attend, un continent nouveau aussi. Le chapeau impeccable. Une déchirure dans sa conscience brise le rêve et amène à chaque instant le regard fuyant et bas. Le reflet dans la glace pourrait le terroriser comme l’effraie l’homme, debout, raide qui contemple déjà sa proie, mais

nous y reviendrons. Nous sommes dans l’espace de la cabine, trop grande, beaucoup trop grande pour cet homme si seul. Le travail est un trésor dit la fable du laboureur. Le trésor dans la poche, c’est son travail qui se fait la malle. Un trésor est caché dans le wagon, dans la cabine, dans le veston. Qui pourra le retrouver ?

Pour le moment, Marcel est seul contre la glace a ne rien voir parce qu’il fait nuit et qu’il ne voit que son reflet, que son visage et sa faute.

La douceur de ses traits le trahit. Il demande pardon. Déjà, il pourrait tout rendre et tout excuser, demander le pardon pour cette faute imbécile. La première et la dernière. Un coup de tête. Une folie passagère. 

Lui-même n’a pas compris son geste et quand tout a commencé à décrocher. Et comment cette idée, qui n’était qu’une idée, devenait plus forte un peu plus chaque jour, chaque instant plus prégnante. Là, toujours là, toujours présente et continue. Qui frappait à l’empêcher de fermer l’œil. Avouer ses erreurs et demander pardon. C’était trop pour lui. Insurmontable. Il ne s’en sentait pas capable. Totalement perdu dans cette unique catastrophe. Mais quel séisme !

 

 

La montre tant regardée ne fait pas passer plus vite les secondes interminables. La montre ne le sauvera pas et déjà les griffes au-dessus de lui se referment. Avant que le soleil du jour ne se lève, l’homme sera dépouillé, vidé, lessivé.Mais re venons à Gaston que nous avons laissé.  Le chapeau tombant laisse planer une ombre masquant son regard.  Cette ombre l’accompagnera encore, plus tard, un peu plus dans le profond de la nuit, où les angoisses pourront se libérer, parcourir les rues et planer sur les têtes.

 De multiples combinaisons et une seule fin possible. Il est fait comme un rat.

 

Pourtant l’autre veut jouer. Se laisser le temps, que lui-même n’a pas, de tourner et de retourner sa victime. Le serpent s’enroule et étouffe et la souris ne tue pas de suite. Le plaisir vient de la douleur et de la durée.

L’homme qui s’assied devant lui s’appelle Gaston. Gaston n’est pas un tendre. C’est un dur, l’homme de tous les mauvais coups. S’il baisse la tête, remonte le col, rabaisse la visière de son chapeau, s’est pour mieux se camoufler, et ne pas se faire reprendre. Ses dents sont carnassières. Il est d’un autre milieu. 

La femme qui boit au café, c’est Georgette. Elle est blonde platine et avale, énervée, ses verres de vin rouge, dans ce café bondé de la gare. Elle est solaire. Elle illumine le monde de la nuit, de ce lieu bondé, de ce train ensommeillé, par sa blancheur virginale.

Le portefeuille de Marcel est lourd, qui recrache 200 francs au contrôleur méticuleux et consciencieux. Les autres billets attendent, nombreux, que la main de Gaston ne vienne les caresser. L’œil aiguisé aussi prête attention, n’oublie rien. Tous les sens de Gaston souhaitent le délester de ce poids mort attendu à d’autres destinées.

 

La descente du train se fera en deux temps. Le temps de l’esquive et celui des retrouvailles. Il couvre son visage d’une ombre. Mais au camouflage s’ensuit le subterfuge. C’est alors que l’anguille se faufile au-travers des portes et des voies et évite le filet de l’épuisette. Ce coup si, encore, ils ne l’auront pas dans la poche et repartiront bredouilles.

 Gaston domine Georgette de ses yeux perçants et de ses mains puissantes. La voix grave écrase ses mutineries naissantes des sanglots. Elle-même, qui le connaît, semble médusée d’être si près de ce loup sauvage.

 Bloquée dans le tourniquet de la porte tambour, elle semble prise dans une toile ou dans un piège. Il sourit. Ressortent ses dents, blanches, scintillantes, prêtent à livrer l’assaut, à rentrer dans la bataille. C’est elle qui a répondu à ce télégramme et qui maintenant se donne, nue.

Jacky Lavauzelle