Archives par mot-clé : vida

NIHIL NOVUM – Poème de FLORBELA ESPANCA – RIEN DE NOUVEAU – Poème Posthume

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

*****
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

______________________________

RIEN DE NOUVEAU
NIHIL NOVUM

Recueil – Coleção
Recueil Posthume
Reliquiae
1934

Poème paru en 1934 
Sonetos Completos (Livro de Mágoas, Livro de Sóror Saudade, Charneca em Flor, Reliquiae)
Coimbra
Livraria Gonçalves

____________________________________________

Mikhaïl Vroubel, Михаил Александрович Врубель, Tamara et le Démon, illustration du poème de Mikhaïl Lermontov, 1890

****************


Na penumbra do pórtico encantado
Dans la pénombre du portique enchanté
De Bruges, noutras eras, já vivi;
De Bruges, jadis, j’ai vécu ;
Vi os templos do Egito com Loti;
J’ai vu les temples d’Egypte avec Loti ;
Lancei flores, na Índia, ao rio sagrado.
J’ai jeté des fleurs, en Inde, dans le fleuve sacré.

*

No horizonte de bruma opalizado,
À l’horizon de la brume opalisée,
Frente ao Bósforo errei, pensando em ti!
Devant le Bosphore j’errai, pensant à toi !
O silêncio dos claustros conheci
Le silence des cloîtres j’ai connu
Pelos poentes de nácar e brocado…
Aux couchants de nacre et de brocart …

*

Mordi as rosas brancas de Ispaã
J’ai croqué les roses blanches d’Ispahan
E o gosto a cinza em todas era igual!
Au goût de cendre !
Sempre a charneca bárbara e deserta,
Toujours la lande barbare et déserte,

*

Triste, a florir, numa ansiedade vã!
Triste, à fleurir d’une vaine anxiété !
Sempre da vida ? o mesmo estranho mal,
Toujours dans la vie ? le même mal étrange,
E o coração ? a mesma chaga aberta!
Et le cœur? la même plaie ouverte !

**************

* *******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA
POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

ÊTRE POÈTE – Poème de FLORBELA ESTANCA – SER POETA – 1930

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

Poème paru dans
« Charneca em Flor »
1930

***************

Ser Poeta é ser mais alto, é ser maior
Être poète, c’est être plus haut, c’est être plus grand
Do que os homens! Morder como quem beija!
Que les hommes ! Mordre comme l’on donne un baiser !
É ser mendigo e dar como quem seja
C’est être mendiant et donner comme en étant
Rei do Reino de Aquém e de Além Dor!
Roi du royaume de l’Au-dessus et de l’Au-delà de la Douleur !

*

É ter de mil desejos o esplendor
C’est avoir mille désirs de splendeur
E não saber sequer que se deseja!
sans savoir ce que l’on veut !
É ter cá dentro um astro que flameja,
C’est avoir à l’intérieur d’une étoile enflammée,
É ter garras e asas de condor!
Et des griffes et des ailes de condor !

*

É ter fome, é ter sede de Infinito!
C’est avoir faim, avoir soif d’infini !
Por elmo, as manhãs de oiro e de cetim…
C’est avoir pour casque des matinées d’or et de satin …
É condensar o mundo num só grito!
C’est condenser le monde en un seul cri !

*

E é amar-te, assim, perdidamente…
Et c’est t’aimer, ainsi, sauvagement …
É seres alma e sangue e vida em mim
C’est être des êtres d’âme et de sang et de vie en moi
E dizê-lo cantando a toda gente!
Et dites-le en chantant à la terre entière !

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 105- Verso 105

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

OS LUSIADAS

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  105
Strophe 105

I-105

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

O recado que trazem é de amigos,
Le message qu’ils apportent est amical,
Mas debaixo o veneno vem coberto;
Mais dessous le poison couve ;
Que os pensamentos eram de inimigos,
Car les pensées étaient inamicales
Segundo foi o engano descoberto.
Une seconde fois ,comme le stratagème le montra une fois découvert.
 Ó grandes e gravíssimos perigos!
O grands et terribles dangers !
Ó caminho de vida nunca certo:
O chemin de la vie jamais certain :
Que aonde a gente põe sua esperança,
Que là où l’homme a le plus d’espérance,
Tenha a vida tão pouca segurança!
La vie apporte si peu d’assurance !

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

A una rosa GONGORA Texte et Traduction A une rose

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

A UNA ROSA GONGORA

A una rosa Gongora Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

A UNA ROSA

A une rose


Ayer naciste, y morirás mañana.
Née hier et morte demain.
Para tan breve ser, ¿quién te dio vida ?
Pour être aussi brève, qui t’as donnée la vie?
 ¿Para vivir tan poco estás lucida,
Pour vivre si peu comment un tel éclat t’habite,
y para no ser nada estás lozana ?
et pour n’être presque rien comment es-tu si fraîche ?

**

Si te engañó tu hermosura vana,
Si tu te trompes par ta beauté vaine,
bien presto la verás desvanecida,
Alors tu la verras rapidement se faner,
porque en tu hermosura está escondida
car en ta beauté est cachée
la ocasión de morir muerte temprana.
l’occasion de mourir une mort précoce.

**

Cuando te corte la robusta mano,
Lorsque te coupera la robuste main,
ley de la agricultura permitida,
la loi du jardinier l’a permis,
 grosero aliento acabará tu suerte.
un souffle désagréable enterrera ton destin.

**

No salgas, que te aguarda algún tirano ;
Ne laisse pas, garde-toi des tyrans ;
 dilata tu nacer para tu vida,
retarder ta naissance pour que tu vives,
que anticipas tu ser para tu muerte.
car à trop l’anticiper, tu te prépares à ta mort.

*******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************

DESCAMINADO ENFERMO PEREGRINO de GONGORA Texte & Traduction Epuisé et malade, pèlerin

BILINGUE ESPAGNOL-FRANCAIS – TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE- ARTGITAO

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

DESCAMINADO ENFERMO PEREGRINO …
1594

Descaminado enfermo péregrinoLuis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Descaminado Enfermo Péregrino

Epuisé et malade, pèlerin

 

Descaminado, enfermo, péregrino
Epuisé et malade, pèlerin
en tenebrosa noche, con pie incierto
dans la nuit sombre, incertaine à pied
la confusion pisando del desertio,
déambulant dans la confusion désertique,
voces en vano dio, pasos sin tino.
il appelait en vain mais marchait sans fin.

**

Repetido latir, si no vecino,
Il entendit des jappements répétés, rapprochés,
Distincto oyo de can simpre despierto,
Et puis, plus distinctement, les yeux d’un chien grands ouverts,
Y en pastoral albergue mal cubierto
Et dans une auberge mal couverte
Piedad hallo, si no hallo camino.
Ne trouvant pas sa route, il trouva du réconfort.

**

Salio el sol, y entre arminos escondida,
Le soleil se leva, et cachée d’hermine,
 sonolienta beldad con dulce sana
une beauté endormie avec une saine douceur
 salteo al no bien sano pasajero.
se jeta sur le passager engourdi.

**

Pagara et hospedaje con la vida,
Et il paya l’hébergement de sa vie,
 mas le valiera errar en la montana,
il lui eût été préférable encore d’errer dans la montagne,
   que morir de la suerte que yo muero.
que de mourir de la sorte !
 

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

Ah de la vida Nadie me responde? de QUEVEDO Texte Bilingue Traduction

Francisco Gómez de Quevedo
Villegas y Santibáñez Cevallos
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

 Francisco de Quevedo y Villegas
1580-1645

Sonetos Líricos

Ah de la vida

Ah de la vida Nadie me responde Quevedo Traduction Artgitato

 

“¡Ah de la vida!” … ¿Nadie me responde?
 » Eh la vie! » … Personne ne me répond?

 

“¡Ah de la vida!” … ¿Nadie me responde? 
 » Eh la vie! » … Personne ne me répond?
¡Aquí de los antaños que he vivido!
Ici, les antans que j’ai vécus !
La Fortuna mis tiempos ha mordido;
Mon temps a mordu la Fortune;
las Horas mi locura las esconde.
Ma folie a caché les Heures.

**

¡Que sin poder saber cómo ni adónde,
Incapable de savoir ni comment ni où,
La salud y la edad se hayan huido!
la santé et mon âge ont fui !
Falta la vida, asiste lo vivido,
Manque la vie, passe le vécu,
Y no hay calamidad que no me ronde.
Et aucune calamité ne m’encercle.

**

Ayer se fue; mañana no ha llegado;
Hier est parti ; demain n’est pas arrivé;
Hoy se está yendo sin parar un punto;
Aujourd’hui s’en va sans arrêt;
Soy un fue, y un será, y un es cansado.
Je suis ce qui fut, ce qui est, ce qui sera, et j’en suis fatigué.

**

En el hoy y mañana y ayer, junto
En ce jour, en demain et en hier, ensemble
Pañales y mortaja, y he quedado
Couches et linceul, et je reste
Presentes sucesiones de difunto.
Des présentes successions de défunts.

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

Huye sin percibirse lento el día DE QUEVEDO Texte & Traduction Le jour fuit sans s’en apercevoir, lentement,

 

Francisco Gómez de Quevedo
Villegas y Santibáñez Cevallos
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

 Francisco de Quevedo y Villegas
1580-1645

Sonetos Líricos

Huye sin percibirse, lento, el día,

Huye sin percibirse QuevedoTraduction Artgitato

 

Huye sin percibirse, lento, el día,
Le jour fuit sans s’en apercevoir, lentement,

 

Huye sin percibirse, lento, el día,
Le jour fuit sans s’en apercevoir, lentement,
y la hora secreta y recatada
et l’heure secrète et habile
con silencio se acerca, y, despreciada,  
silencieusement s’approche, et,  méprisante,
lleva tras sí la edad lozana mía.
attire à elle la verdeur qui est mienne.

**

La vida nueva, que en niñez ardía,
La nouvelle vie, qui, dans l’enfance, brûle,
la juventud robusta y engañada,
suit la jeunesse robuste et trompée,
en el postrer invierno sepultada,
qui finit enterrée au dernier hiver,
yace entre negra sombra y nieve fría.
mensonge entre ombre noire et neige froide.

**

No sentí resbalar, mudos, los años;
Aucun glissement des ans, muets, ne s’est fait ressentir ;
hoy los lloro pasados, y los veo  
Aujourd’hui je les pleure, et je les vois
riendo de mis lágrimas y daños.
rire à mes larmes et mes problèmes.

**

Mi penitencia deba a mi deseo,
Ma pénitence devrait venir de mon désir,
pues me deben la vida mis engaños,
puisque j’ai donné la vie à mes déceptions,
y espero el mal que paso, y no le creo.
et j’attends le mal et je n’y crois pas.

******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
******************

Vivir es caminar breve jornada DE QUEVEDO Texte et Traduction Vivre c’est cheminer une courte journée

 

Francisco Gómez de Quevedo
Villegas y Santibáñez Cevallos
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

 Francisco de Quevedo y Villegas
1580-1645

Sonetos Líricos

Vivir es caminar breve jornada

 

Vivir es caminar breve jornada Quevedo Traduction Artgitato

Vivir es caminar breve jornada,
Glace brûlante, feu gelé

 

Vivir es caminar breve jornada,
Vivre c’est cheminer une courte journée,
y muerte viva es, Lico, nuestra vida,
et c’est une mort qui vit, Lice, notre vie,
ayer al frágil cuerpo amanecida,
hier l’aube au corps fragile,
cada instante en el cuerpo sepultada.
à chaque instant dans le corps enterré.

Nada que, siendo, es poco, y será nada
Ce rien, qui est peu, et qui ne sera rien
en poco tiempo, que ambiciosa olvida;
avant longtemps, que par ambition on oublie ;
pues, de la vanidad mal persuadida,
donc, de la vanité mal persuadée,
anhela duración, tierra animada.
elle désire durer, cette terre animée.

Llevada de engañoso pensamiento
Portée par des pensées trompeuses
y de esperanza burladora y ciega,
et l’espoir moqueur et aveugle,
tropezará en el mismo monumento.
elle tombera dans le même monument.

Como el que, divertido, el mar navega,
Comme celui qui, diverti, navigant sur la mer,
y, sin moverse, vuela con el viento,
et, sans se déplacer, vole  avec le vent,
y antes que piense en acercarse, llega.
et avant que qu’il ne s’en rende compte, est arrivé.

*************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*************************

En los claustros del alma la herida de QUEVEDO Texte et Traduction

 

Francisco Gómez de Quevedo
Villegas y Santibáñez Cevallos
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

 Francisco de Quevedo y Villegas
1580-1645

Sonetos Líricos

EN LOS LAUSTROS DEL ALMA LA HERIDA

 

En los claustros del alma la herida Quevedo Traduction Artgitato

En los claustros del alma la herida
La Blessure dans les cloîtres de l’âme

 

En los claustros del alma la herida
Dans les cloîtres de l’âme, la blessure
 yace callada; mas consume hambrienta
trouve le silence ; mais consume, par la faim,
 la vida, que en mis venas alimenta
la vie, car dans mes veines elle alimente
llama por las medulas extendida.
un feu qui se répand par la moelle.

 **

Bebe el ardor hidrópica mi vida,
Elle est bue par l’ardeur hydropique de ma vie,
que ya ceniza amante y macilenta,
qui déjà cendre amante et hagarde,
cadáver del incendio hermoso, ostenta
cadavre du magnifique incendie, elle montre
su luz en humo y noche fallecida.
sa lumière, en fumée et en nuit, morte.

**

La gente esquivo, y me es horror el día;
J’esquive les gens et je déteste le jour ;
dilato en largas voces negro llanto,
je prolonge d’une voix large et lugubre les pleurs,
 que a sordo mar mi ardiente pena envía.
que vers un sourd océan mon ardente douleur envoie.

**

A los suspiros di la voz del canto,
Aux soupirs de le voix du chant,
la confusión inunda l’alma mía:
La confusion a inondé mon âme:
mi corazón es reino del espanto.
mon cœur est un royaume de terreur.

 

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
************************