Archives par mot-clé : Lyrisches Intermezzo

der Sarg HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LXVI LE CERCUEIL

der Sarg Heine
Lyrisches Intermezzo

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

der Sarg Heine

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
Lyrisches Intermezzo
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
der Sarg Heine
LE CERCUEIL




der-sarg-heine-artgitato-gaspar-david_friedrich-graveyard-under-snow-museum-der-bildenden-kunste Caspar_David_Friedrich
Friedhof im Schnee
1826

Cimetière sous la neige
Graveyard under Snow
Museum der bildenden Künste
Leipzig

*

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo
der Sarg HEINE

Die alten, bösen Lieder,
Les vieilles et vilaines chansons,
Die Träume schlimm und arg,
Les nocifs et mauvais rêves,
Die laßt uns jetzt begraben,
Nous devons les ensevelir maintenant,
 Holt einen großen Sarg.
Dans un grand cercueil.

*

Hinein leg’ ich gar manches,
J’y mettrai tant de choses,
Doch sag’ ich noch nicht was;
Mais je ne dis pas tout encore ;
 Der Sarg muß seyn noch größer
Le cercueil doit être plus large encore
Wie’s Heidelberger Faß.
Que ne l’est la tonne de Heidelberg.

*

Und holt eine Todtenbahre,
Et prenez aussi une civière,
  Von Brettern fest und dick;
Aux planches fermes et épaisses ;
  Auch muß sie seyn noch länger
Mais plus longue
 Als wie zu Maynz die Brück’.
Que le pont de Mayence.

*

Und holt mir auch zwölf Riesen,
Et apportez-moi douze géants,
Die müssen noch stärker seyn
Plus forts encore
Als wie der starke Christoph,
Que le saint Christophe,
Im Dom zu Cöln am Rhein.
De la cathédrale de Cologne sur le Rhin.

*

Die sollen den Sarg forttragen,
Ils porteront le cercueil,
Und senken in’s Meer hinab;
Et le feront couler dans la mer ;
Denn solchem großen Sarge
Un si grand cercueil
Gebührt ein großes Grab.
Demande une bien grande tombe.

*

Wißt Ihr warum der Sarg wohl
Savez-vous pourquoi le cercueil
  So groß und schwer mag seyn?
Est si gros, si lourd ?
Ich legt’ auch meine Liebe
J’y mettrai amour
Und meinen Schmerz hinein.
A l’intérieur et toute ma douleur.

*

*******

LXVI

der Sarg Heine

Heinrich Heine
INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo

********

Lyrisches Intermezzo

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une «critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une «critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo
LXVI
der Sarg Heine
Poésie HEINRICH HEINE

das Grab HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LXV LA TOMBE

das Grab Heine
Lyrisches Intermezzo

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

das Grab Heine

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
Lyrisches Intermezzo
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
das Grab Heine
LA TOMBE




das-grab-heine-la-tombe-artgitato-caspar_david_friedrich

Caspar David Friedrich
Klosterfriedhof im Schnee
Cimetière de cloître sous la neige
1819

 

*

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo
das Grab HEINE

Nacht lag auf meinen Augen,
La nuit gisait sur mes yeux,
Bley lag auf meinem Mund,
Ma bouche était de plomb,
  Mit starrem Hirn und Herzen
Le cerveau et le cœur secs,
Lag ich in Grabesgrund.
Dans la tombe, je gisais.

*

Wie lang kann ich nicht sagen
Je ne sais combien de temps
Daß ich geschlafen hab’;
J’ai dormi;
Ich wachte auf und hörte
Me réveillant, j’entendais
Wie’s pochte an mein Grab.
Que l’on frappait à ma tombe.

*

„Willst du nicht aufstehn, Heinrich?
« Tu ne veux pas te lever, Heinrich ?
Der ew’ge Tag bricht an,
 Le jour éternel brille désormais,
Die Todten sind erstanden,
  Les morts se sont levés,
Die ew’ge Lust begann.“
  La joie éternelle commence ».

*

Mein Lieb, ich kann nicht aufstehn,
 « Mon aimée, je ne peux me lever,
Bin ja noch immer blind;
 Je suis toujours aveugle ;
Durch Weinen meine Augen
 Mes yeux, de pleurer,
Gänzlich erloschen sind.
Se sont éteints à jamais. »

*

„Ich will dir küssen, Heinrich,
«Je veux t’embrasser, Heinrich,
Vom Auge fort die Nacht;
 Pour qu’enfin de tes yeux la nuit s’éloigne ;
Die Engel sollst du schauen,
  Tu verras alors les anges,
 Und auch des Himmels Pracht.“
 Et la splendeur du ciel. »

*

Mein Lieb, ich kann nicht aufstehn,
« Mon aimée, je ne peux me lever,
Noch blutet’s immerfort,
 Je saigne encore constamment,
Wo du in’s Herz mich stachest
De cette blessure dans mon cœur
 Mit einem spitz’gen Wort’.“
Faite par un de tes mots ».

*

„Ganz leise leg’ ich, Heinrich,
« Tranquillement je resterai, Heinrich,
Dir meine Hand auf’s Herz;
 Je poserai ma main sur ton cœur ;
Dann wird es nicht mehr bluten,
Ainsi, il ne sera saignera plus,
Geheilt ist all sein Schmerz.“
 Il n’aura plus de douleur. »

*

Mein Lieb, ich kann nicht aufstehn,
« Mon aimée, je ne peux me lever,
Es blutet auch mein Haupt;
Ma tête aussi est blessée ;
Hab’ ja hinein geschossen
 Par le coup pris
 Als du mir wurdest geraubt.
Quand un autre t’a conquise. »

*

„Mit meinen Locken, Heinrich,
« Avec mes boucles, Heinrich,
Stopf’ ich des Hauptes Wund’,
 Je protégerai ta blessure à la tête »
Und dräng’ zurück den Blutstrom,
Et empêcherai le sang de s’écouler,
 Und mache dein Haupt gesund.“
Et je te la rendrai saine. »

*

Es bat so sanft, so lieblich,
La demande était si douce et lumineuse,
Ich konnt’ nicht widerstehn;
Que d’y résister, je ne pus ;
Ich wollte mich erheben,
Je voulais me lever,
Und zu der Liebsten gehn.
Et rejoindre mon aimée.

*

Da brachen auf die Wunden,
Cela rouvrit les plaies,
Da stürzt’ mit wilder Macht
D’un jet d’une puissance sauvage
Aus Kopf und Brust der Blutstrom,
Le sang, de la tête et de la poitrine, gicla,
Und sieh! – ich bin erwacht.
Et voyez ! – Je suis éveillé.

*******

LXV

das Grab Heine

Heinrich Heine
INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo

********

Lyrisches Intermezzo

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une «critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une «critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo
LXV
das Grab Heine
Poésie HEINRICH HEINE

Lyrisches Intermezzo HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LXIII Die Armesünderblum’

Lyrisches Intermezzo
INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

Die Armesünderblum’

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
Lyrisches Intermezzo
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Die Armesünderblum’
LA FLEUR DES PAUVRES PECHEURS

 




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LXIII

Die Armesünderblum’

 

Lyrisches Intermezzo
LXIII
LA FLEUR DES PAUVRES PECHEURS

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo
Die Armesünderblum’
Poésie HEINRICH HEINE

Am Kreuzweg wird begraben
Au carrefour sont enterrés
Wer selber sich brachte um;
Les suicidés ;
Dort wächst eine blaue Blume,
Il y pousse une fleur bleue,
Die Armesünderblum’.
La fleur des pauvres pécheurs.

*

Am Kreuzweg stand ich und seufzte;
Au carrefour, je me suis levé et j’ai soupiré ;
Die Nacht war kalt und stumm.
La nuit était froide, silencieuse.
Im Mondschein bewegte sich langsam
Dans le clair de lune se déplaçait lentement
Die Armesünderblum’.
La fleur des pauvres pécheurs.

*******

LXIII

Die Armesünderblum’

Heinrich Heine
INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo

********

Lyrisches Intermezzo

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
Lyrisches Intermezzo
LXIII
Die Armesünderblum’
Poésie HEINRICH HEINE

Der Traumgott HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LXI UN RÊVE DIVIN

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

Der Traumgott

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Der Traumgott
UN RÊVE DIVIN




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LXI

Der Traumgott

 

Lyrisches Intermezzo
LXI
Un Rêve divin

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Der Traumgott
Poésie HEINRICH HEINE

*

intermezzo-lyrique-heine-artgitato-marie-kroyer_1889_-_interior_med_marie_kroyerPeder Severin Krøyer
1889
Intérieur avec Marie Kroyer
Interiør med Marie Krøyer

*

Der Traumgott bracht’ mich in ein Riesenschloß,
Un divin rêve m’a transporté dans un immense château,
Wo schwüler Zauberduft und Lichterschimmer,
Où régnaient d’étouffants parfums et des lumières magiques,
Und bunte Menschenwoge sich ergoß
Où erraient des tragiques vagues humaines
Durch labyrinthisch vielverschlungne Zimmer.
A travers de vastes salles labyrinthiques.
Die Ausgangspforte sucht der bleiche Troß,
Cette masse humaine cherchait désespérément
Mit Händeringen und mit Angstgewimmer.
Avec les membres tordus et avec une angoisse absolue.
  Jungfrau’n und Ritter ragen aus der Menge,
Dames et cavaliers se détachaient de la foule,
Ich selbst bin fortgezogen im Gedränge.
Moi aussi, je me trouvais happé dans la foule.

*

Doch plötzlich steh’ ich ganz allein, und seh’,
Mais tout à coup, je me retrouvai tout seul,
Und staun’, wie schnell die Menge konnt’ verschwinden,
Etonné de voir que tous, subitement, avaient disparu,
Und wandre fort allein, und eil’, und geh’
Et continuai seul à errer, de plus en plus frénétiquement
Durch die Gemächer, die sich seltsam winden.
A travers les appartements qui s’entremêlaient étrangement.
Mein Fuß wird Bley, im Herzen Angst und Weh,
Mon pied était si lourd, dans mon cœur de la peur et de la douleur,
Verzweifl’ ich fast den Ausgang je zu finden.
Désespéré de ne jamais trouver d’issue.
  Da komm’ ich endlich an das letzte Thor;
Enfin, je trouvai la dernière porte ;
Ich will hinaus – O Gott, wer steht Davor!
J’allais sortir, mais…Ô Dieu, qui était donc devant ?

*

Es war die Liebste, die am Thore stand,
C’était mon aimée, qui se tenait à la porte,
Schmerz um die Lippen, Sorge auf der Stirne.
La douleur sur les lèvres, l’inquiétude sur son front.
Ich soll zurückgehn, winkt sie mit der Hand;
Je devais repartir, me dit-elle d’un signe de la main ;
Ich weiß nicht ob sie warne oder zürne.
Ne sachant si c’était pour me mettre en garde ou de la colère.
Doch aus den Augen bricht ein süßer Brand,
Mais dans son regard, je vis un feu doux,
 Der mir durchzuckt das Herz und das Gehirne.
Qui m’ébranla et le cœur et l’esprit.
Wie sie mich ansah, streng und wunderlich,
Elle me regardait d’un regard sévère et capricieux,
Und doch so liebevoll, erwachte ich.
Et pourtant, de manière si tendre, je me suis alors réveillé.

*******

LXI

Der Traumgott 

Heinrich Heine
INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
LXI
Der Traumgott
Poésie HEINRICH HEINE

Brausen und Heulen HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LVIII

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

Brausen und Heulen

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Brausen und Heulen
Hurlements et Gémissements




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LVIII

Brausen und Heulen

 

Lyrisches Intermezzo
LVIII
Rugissements & Hurlements

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Brausen und Heulen
Poésie HEINRICH HEINE Hurlement & Gémissement

*

Das ist ein Brausen und Heulen,
C’est un hurlement et un gémissement,
  Herbstnacht und Regen und Wind;
Que cette nuit d’automne, cette pluie et ce vent ;
Wo mag wohl jetzo weilen
Où pourrais-je bien trouver
Mein armes, banges Kind?
Ma pauvre, mon enfant anxieuse ?

*

Ich seh’ sie am Fenster lehnen,
Je la vois assise à la fenêtre,
Im einsamen Kämmerlein;
Dans sa chambre solitaire ;
Das Auge gefüllt mit Thränen
L’œil rempli de larmes
Starrt sie in die Nacht hinein.
Regardant dans la nuit.

*******

LVIII

Brausen und Heulen

Heinrich Heine
INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
LVIII
Brausen und Heulen
Poésie HEINRICH HEINE

Allnächtlich HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LVII

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

Allnächtlich

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Allnächtlich
Chaque Nuit




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LVII

Allnächtlich 

 

Lyrisches Intermezzo
LVII
Chaque Nuit

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Allnächtlich Poésie HEINRICH HEINE Chaque nuit

*

Allnächtlich im Traume seh’ ich dich,
Chaque nuit, dans mes rêves, je te vois,
Und sehe dich freundlich grüßen,
Et je vois ton amical salut,
  Und lautaufweinend stürz’ ich mich
Et, pleurant, je me jette
Zu deinen süßen Füßen.
A tes doux pieds.

*

Du siehst mich an wehmüthiglich,
Tu me regardes tristement,
Und schüttelst das blonde Köpfchen;
Secouant ta tête blonde ;
Aus deinen Augen schleichen sich
De tes yeux furtivement tombent
 Die Perlenthränentröpfchen.
Des perles humides.

*

Du sagst mir heimlich ein leises Wort,
Tu me dis un mot doux,
Und giebst mir den Strauß von Zypressen.
Me donnes une couronne de cyprès.
Ich wache auf, und der Strauß ist fort,
Je me réveille, et la branche n’est plus,
Und ’s Wort hab’ ich vergessen.
Et le mot, je l’ai oublié.

*******

LVII

Allnächtlich 
Chaque nuit
Heinrich Heine
INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
LVII
Allnächtlich  Chaque nuit
Poésie HEINRICH HEINE

Die Mitternacht HEINRICH HEINE MINUIT INTERMEZZO LYRIQUE LXII

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

Die Mitternacht

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Die Mitternacht
Minuit




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LXII

Die Mitternacht

 

 

Lyrisches Intermezzo
LXII
MINUIT

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Die Mitternacht Poésie HEINRICH HEINE

*

Die Mitternacht war kalt und stumm;
Minuit était froid et silencieux ;
Ich irrte klagend im Wald herum.
Je promenais ma plainte dans les bois.
Ich habe die Bäum’ aus dem Schlaf’ gerüttelt;
J’ai attrapé les arbres afin de les réveiller ;
Sie haben mitleidig die Köpfe geschüttelt.
Ils ont gentiment secoué leurs branchages.

*******

LXII

Die Mitternacht 
Minuit
Heinrich Heine
INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
LXII
Die Mitternacht Minuit
Poésie HEINRICH HEINE

Uralte Nacht HEINRICH HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LXIV

uralte Nacht
Poésie Heine
INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

Die Thränen und die Seufzer

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
uralte Nacht
Nuit Ancienne




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LXIV

uralte Nacht

 

 

Lyrisches Intermezzo
LXIV
Nuit Ancienne

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
mein Traum Poésie Heine

*

Wo ich bin mich rings umdunkelt
Je suis enveloppé des sombres anneaux
Finsterniß, so dumpf und dicht,
De l’obscurité, si ternes, si denses,
 Seit mir nicht mehr leuchtend funkelt,
Depuis que n’illuminent plus,
Liebste, deiner Augen Licht.
Ma tendre aimée, tes yeux.

*

  Mir erloschen ist der süßen
Pour moi, elle est si loin
Liebessterne goldne Pracht,
La splendeur dorée de l’étoile d’amour,
Abgrund gähnt zu meinen Füßen –
Un abîme se trouve sous mes pieds :
Nimm mich auf, uralte Nacht!
Prends-moi, nuit ancienne !

*******

LXIV

uralte Nacht
Nuit ancienne
Poésie Heine
INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
LXIV
uralte Nacht Nuit ancienne
Poésie HEINE

POESIE HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LVI mein Traum mon Rêve

mein Traum
mon Rêve
Poésie Heine
INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

Die Thränen und die Seufzer

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
mein Traum
mon Rêve




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LVI

Mein Traum

 

 

Lyrisches Intermezzo
LVI
Mon Rêve

 

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
mein Traum Poésie Heine

*

    Ich hab’ im Traum’ geweinet,
J’ai pleuré dans mon rêve,
  Mir träumte du lägest im Grab’.
Je rêvais que tu gisais dans ta tombe.
Ich wachte auf, und die Thräne
Je me suis réveillé, et les larmes
Floß noch von der Wange herab.
coulèrent sur mes joues.

*

Ich hab’ im Traum’ geweinet,
J’ai pleuré dans mon rêve,
Mir träumt’ du verließest mich.
Je rêvais que tu me quittais.
Ich wachte auf, und ich weinte
Je me suis réveillé, et je pleurais
Noch lange bitterlich.
Amèrement longtemps encore.

*

Ich hab’ im Traum geweinet,
J’ai pleuré dans mon rêve,
Mir träumte du wärst mir noch gut.
Je rêvais que tu m’aimais encore.
Ich wachte auf, und noch immer
Je me suis réveillé, et toujours
Strömt meine Thränenflut.
Les larmes qui m’inondaient.

*******

LVI

mein Traum
mon Rêve
Poésie Heine
INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
LVI
mein Traum mon Rêve
Poésie HEINE

POEME HEINE INTERMEZZO LYRIQUE LV

Mein Wagen
INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine

Mein Wagen
POEME HEINE

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Mein Wagen Poème Heine




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
POEME HEINE LV
MA VOITURE

 

Lyrisches Intermezzo
LV
Mein Wagen

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Mein Wagen Poème Heine
Ma Voiture

*

     Mein Wagen rollet langsam
Ma voiture lentement roule
Durch lustiges Waldesgrün,
Traversant la plaisante forêt verte,
Durch blumige Thäler, die zaubrisch
Traversant les vallées fleuries, qui comme par magie
Im Sonnenglanze blüh’n.
fleurissent au soleil.

*

Ich sitze und sinne und träume,
Je suis assis et je pense et je rêve,
Und denk’ an die Liebste mein;
Et je songe à ma chère aimée ;
Da grüßen drey Schattengestalten
Et voici trois fantômes
Kopfnickend zum Wagen hinein.
Hochant la tête au passage de ma voiture.

*

Sie hüpfen und schneiden Gesichter,
Ils bondissent et grimacent,
So spöttisch und doch so scheu,
Si moqueurs et pourtant si timides,
Und quirlen wie Nebel zusammen,
Ils fouettent ensemble comme le brouillard,
Und kichern und huschen vorbey.
Puis rient, pour se précipiter vers l’au-delà.

*******

LV
POEME HEINE

INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
LV
Mein Wagen
Ma Voiture
POEME HEINE