Archives par mot-clé : museum of fine arts

POEMES DE VICENTE DE CARVALHOS – POEMAS

*

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle Literatura Brasileira




Traduction Jacky Lavauzelle
Vicente de Carvalho


Vicente de Carvalho
poète brésilien

Santos, 5 de abril de 1866 — Santos, 22 de abril de 1924
5 avril 1866 – 22 avril 1924




 Obra Poética 





 

Vicente de Carvalho
POEMAS
POESIE

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

******

Desilludida
ILLUSION PERDUE
(Rosa, Rosa de Amor)
(Rose, Rose d’Amour)
1902

Sou como a corça ferida
Je suis comme la biche blessée.
Que vai, sedenta e arquejante,
Qui va, assoiffée et haletante,

Traduction Jacky Lavauzelle

**

Serenata
Sérénade
(Rosa, Rosa de Amor)
(Rose, Rose d’Amour)
1902

Pela vasta noite indolente
Dans la vaste nuit indolente
      Voga um perfume estranho.
Plane un parfum étrange.

 **

Ultima Confidencia
ULTIME CONFIDENCE
(Rosa, Rosa de Amor)
(Rose, Rose d’Amour)
1902

— E si acaso voltar ? Que hei de dizer-lhe, quando
– Et si je le vois ? Que dois-je lui dire, quand
    Me perguntar por ti?
Sur toi il me questionnera ?

**

Velho Tema
Thème Ancien
(Poemas e Canções – Poèmes & Chansons)
1908

Só a leve esperança em toda a vida
Seul un léger espoir en toute une vie
Disfarça a pena de viver, mais nada;
Peut effacer la douleur de la vie, rien d’autre ;

 

 

*****

POEMAS  Vicente de Carvalho
Poésie de Vicente de Carvalho

*

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle Literatura Brasileira

Sérénade Poème de Vicente de Carvalho – Serenata Poema 1902

*

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle Literatura Brasileira




Traduction Jacky Lavauzelle
Vicente de Carvalho


Vicente de Carvalho
poète brésilien

Santos, 5 de abril de 1866 — Santos, 22 de abril de 1924
5 avril 1866 – 22 avril 1924




 Obra Poética 





 

Vicente de Carvalho
Serenata
Sérénade
(Rosa, Rosa de Amor)
(Rose, Rose d’Amour)
1902

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

******

Traduction Jacky Lavauzelle
William Turner Le Négrier, 1840, Museum of Fine Arts, Boston

     **

Pela vasta noite indolente
Dans la vaste nuit indolente
      Voga um perfume estranho.
Plane un parfum étrange.
Eu sonho… E aspiro o vago aroma ausente
Je rêve … Et je respire le vague arôme absent
    Do teu cabello castanho.
De tes cheveux bruns

         Pela vasta noite tranquilla
Dans la vaste nuit tranquille
Pairam, longe, as estrellas.
Volent, au loin, les étoiles.
  Eu sonho… O teu olhar tambem scintilla
Je rêve … Ton regard aussi scintille
   Assim, tão longe como ellas.
Aussi lointain qu’elles.

         Pela vasta noite povoada
Dans la vaste nuit peuplée
    De rumores e arquejos
De rumeurs et de râles
Eu sonho… E’ tua voz, entrecortada
Je rêve … Et j’entends ta voix, saccadée
   De suspiros e de beijos.
De soupirs et de baisers.

*

        Pela vasta noite sem termo,
Dans la vaste nuit sans fin,
Que deserto sombrio!
Quel noir désert !
 Eu sonho… Inda é mais triste, inda é mais ermo
Je rêve … Toujours plus triste, toujours plus seul
  O nosso leito vasio.
Et notre lit reste vide.

         Pela vasta noite que finda
Dans la grande fin de nuit
Sóbe o dia risonho…
S’efface le jour joyeux …
  E eu cerro os olhos para ver-te ainda,
Et je ferme les yeux pour te voir encore,
     Ainda e sempre, em meu sonho.
Encore et toujours, dans mon rêve. 

*****

POEMAS  Vicente de Carvalho
Poésie de Vicente de Carvalho

*

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa

João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle Literatura Brasileira

DANGEREUSE GERMAIN NOUVEAU POEME

 DANGEREUSE GERMAIN NOUVEAU
LITTERATURE FRANCAISE
SYMBOLISME

germain-nouveau-poemes-poesie-artgitato

Germain Nouveau

31 juillet 1851 Pourrières (Var) – 4 avril 1920 Pourrières

——–


POEMES
VALENTINES ET AUTRES VERS

LA POESIE DE
GERMAIN NOUVEAU
DANGEREUSE

Valentines et autres vers

Texte établi par Ernest Delahaye
Albert Messein, 1922
*
dangereuse-germain-nouveau-artgitato-jean-baptiste-greuze-le-chapeau-blanc-1780-bostonJean-Baptiste Greuze
Le Chapeau blanc
1780
Musée des beaux-arts de Boston
Museum of Fine Arts, Boston
*

DANGEREUSE

Vous dangereuse ? mais sans doute !
Très dangereuse, c’est certain ;
Comme la peur que l’on écoute,
Comme le bois près de la route
Vers les six heures du matin ;

Comme l’éloquence imagée,
Comme un titre sur parchemin,
Comme le vin et la dragée,
Ou comme l’arme trop chargée
Qui vous éclate dans la main ;

Car toute femme est dangereuse,
Très dangereuse et c’est charmant,
Comme la mer… que le vent creuse ;
Comme la fillette de Greuze,
Qui ne s’en doute aucunement ;

Comme la petite Ingénue
Quand la cruche… va se casser,
Comme une veuve toute nue,
Comme une femme dans la rue,
Une femme qu’on voit passer ;

Oui, toute femme est dangereuse,
Soit qu’elle allaite ses enfants
Avec sa mamelle amoureuse,
Soit qu’elle ait la cruche de Greuze
A ses petits doigts triomphants ;

Qu’elle soit grave ou qu’elle joue,
Plus à craindre encor que le feu,
Que l’aviron ou que la roue,
Que le commandement : en joue !
Que le cri : commencez le feu !

Dangereuse comme la plume,
La plume au vent, et l’eau qui dort,
Et l’obus… un obus qui fume ;
Comme la guerre qu’elle allume,
Elle peut amener la mort.

Si vous êtes la plus aimée,
Ne seriez-vous point ici-bas
Plus dangereuse… qu’une armée
Victorieuse et parfumée
Des lauriers de trois cents combats ?

Vous êtes la plus redoutable,
Moi, c’est pour cela que je veux…
C’est pour ta grâce… épouvantable
Qui ferait à la Sainte Table
Tous les saints se prendre aux cheveux.
Oui, vous êtes la plus à craindre,
Car votre lit est le plus doux,
C’est pour ça que j’aime à T’étreindre,
Toi qu’un Homère pourrait peindre
Avec du sang jusqu’aux genoux !

*

DANGEREUSE GERMAIN NOUVEAU