Archives par mot-clé : françois gérard

Scorn not the Sonnet – Poème de William Wordsworth – Ne méprise pas le Sonnet

 ** 
Poésie anglaise
William Wordsworth
7 April 1770 – 23 April 1850
7 avril 1770 – 22 avril 1850
*

traduction Jacky Lavauzelle

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English Text
texte bilingue français-anglais

traduction Jacky Lavauzelle

 


LES POÈMES
DE WILLIAM WORDSWORTH

traduction Jacky Lavauzelle

*******

William Wordsworth’s poems
POEMS
POÈMES
Scorn not the Sonnet
NE MEPRISE PAS LE SONNET

*******
*

Ne méprise pas le sonnet William Wordsworth Traduction Jacky Lavauzelle
Luis de Camoes par François Gérard, Plutarque par Andrea del Castagno (Galerie des Offices, Florence), Shakespeare (Portrait dit Portrait Cobbe), Le Tasse – Tarquo Tasso (1577 – Fürstlich Thurn- und Taxissches Schlossmuseum, Ratisbonne, Allemagne)

**

Scorn not the Sonnet; Critic, you have frowned,
Ne méprise pas le Sonnet ; Critique, tu t’es détourné
Mindless of its just honours; with this key
A tort de ses justes honneurs ; avec cette clé,
Shakespeare unlocked his heart; the melody
Shakespeare a libéré son cœur ; par la mélodie
Of this small lute gave ease to Petrarch’s wound;
De ce petit luth, la blessure de Pétrarque guéri  ;

A thousand times this pipe did Tasso sound;
Mille fois à travers son conduit le Tasse a soufflé ;
With it Camöens soothed an exile’s grief;
Avec lui Camoes le chagrin de l’exil s’est apaisé ;
The Sonnet glittered a gay myrtle leaf
Par une feuille de myrte joyeuse le Sonnet scintilla
Amid the cypress with which Dante crowned
Au milieu des cyprès Dante et par eux le couronna

His visionary brow: a glow-worm lamp,
Son front visionnaire : la lumière de ce ver luisant,
It cheered mild Spenser, called from Faery-land
Encouragea le doux Spenser, au Pays des fées, pélerin
To struggle through dark ways; and, when a damp
Luttant à travers les voies sombres ; et, quand

Fell round the path of Milton, in his hand
Le brouillard tomba sur le chemin de Milton, dans sa main
The Thing became a trumpet; whence he blew
La Chose se mua en trompette ; d’où il a soufflé
Soul-animating strains—alas, too few!
Tant strophes touchant les âmes – hélas, pas assez !


 

**************************

POÉSIE DE WILLIAM WORDSWORTH
WORDSWORTH POEMS

************************************

UN STYLE SANS ARTIFICE

Une poésie sans cesse recommencée

Son style populaire et sans artifice s’est débarrassé d’une fois de toutes les friperies usées de la vieille versification. Les tours couronnées de nuages, les temples solennels, les palais majestueux, tout cela a été balayé du sol. C’a été comme l’édifice sans fondements d’une vision ; il n’est pas même resté un débris de ruines. Toutes les traditions du savoir, toutes les superstitions du passé, ont disparu sous un trait de plume. Nous avons fait table rase ; nous recommençons toute poésie. Le manteau de pourpre, le panache ondoyant de la tragédie, sont rejetés ainsi que de vains oripeaux de pantomime. Voici que nous en sommes revenus à la simple vérité de la nature. Rois, reines, nobles, prêtres, trône, autel, distinction des rangs, naissance, richesse, pouvoir, ne cherchez plus rien de tout cela, ni la robe du juge, ni le bâton du maréchal, ni le faste des grands. L’auteur foule aux pieds plus fièrement encore l’antique forme dont s’enorgueillissait l’art ; il se rit de l’ode, de l’épode, de la strophe et de l’antistrophe. Vous n’entendrez plus résonner la harpe d’Homère, ni retentir la trompette de Pindare et d’Alcée. Point de merci pour le costume éclatant, pour la décoration splendide. Tout cela n’est que spectacle vide, barbare, gothique. Les diamants parmi les cheveux tressés, le diadème sur le front brillant de la beauté, ne sont que parure vulgaire, joyaux de théâtre et de prostituée. Le poète dédaigneux ne peut plus des couronnes de fleurs ; il ne se prévaudra pas non plus des avantages que le hasard lui aura offerts ; il lui plait que son sujet soit tout entier de son invention, afin de ne devoir rien qu’à lui-même ; il recueille la manne dans le désert ; il frappe le rocher de sa baguette et en fait jaillir la source. A son souffle, le brin de paille qui gisait dans la poussière monte au soleil dans un rayon lumineux ; il puisera dans ses souvenirs assez de grandeur et de beauté pour en revêtir le tronc nu du vieux saule. Son vers ne s’embaume point du parfum des bosquets, mais son imagination prête une joie intime aux arbres dépouillés sur la montagne dépouillée, à l’herbe verte du pré vert :

To the bare trees and mountains bare.
And grass in the green field.

Plus de tempête, ni de naufrage, dont l’horreur nous épouvante. C’est l’arc-en-ciel qui attache aux nuages son ruban diapré. C’est la brise qui soupire dans la fougère fanée. Point de triste vicissitude du sort, point de menaçante catastrophe de la nature qui assombrisse ses pages. C’est la goutte de rosée qui se suspend aux cils de la fleur penchée ; ce sont les pleurs qui s’amassent dans l’œil brillant.

Antoine Fontaney
(poète romantique français ())
Cinquième Partie
WILLIAM WORDSWORTH
Poètes et Romanciers de la Grande-Bretagne
Revue des Deux Mondes
Tome 3 – 1835

*************************************
WORDSWORTH POEMS

traduction Jacky Lavauzelle

Luis de Camões : Vie & Œuvre – Poèmes – Les Lusiades – Os Lusiadas – Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

Œuvre de

Luis de Camões
Obras de Luis de Camões

 Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato
Photo
Jacky Lavauzelle
Tableau de Luis de Camoes par François Gérard

********
Poèmes

*

Amor é fogo que arde sem se ver
LAmour, ce feu qui ardemment nous brûle sans aucune flamme

******

***********

LES SONNETS DE LUIS DE CAMÕES
os sonetos de Luís de Camões

sonnet-ix-luis-de-camoes-soneto-ix-artgitato

**********

OS LUSIADAS
1556

A Epopeia Portuguesa


LES LUSIADES

CHANT I
Canto Primeiro
106 Versets

*

CHANT II
Canto Segundo

113 Versets

*

CHANT III
Canto Terceiro

VERSET 1 à VERSET 94

*

CHANT III
Canto Terceiro

VERSET 95 à VERSET 143

Traduction Jacky Lavauzelle

**

CHANT IV
CANTO IV

VERSET 1 A VERSET 104

***************************

Sur Luis de Camões

**********

LA VIE DE LUIS DE CAMÕES
par CHARLES MAGNIN
en 1832

La REVUE DES DEUX MONDES

La Vie de Luis de Camoes par CHARLES MAGNIN Artgitato1832

************

À Camoëns
Poème d’Achille Millien

Tout peuple a ses grands jours que burine l’Histoire,
Soit qu’après la bataille il fête la victoire,

Achille Millien par Paul Adolphe Rajon Artgitato Oeuvres et Poèmes

***********

Luis de Camões
dans la Première Encyclopédie
LE VIRGILE DES PORTUGAIS

Terminons cet article intéressant de Lisbonne par dire un mot d’Abarbanel, de Govea, de Lobo, & sur-tout du Camoens, dont cette ville est la patrie.

Mais le célebre Camoens a fait un honneur immortel à sa patrie, par son poëme épique de la Luziade. On connoît sa vie & ses malheurs. Né à Lisbonne en 1524 ou environ, il prit le parti des armes, & perdit un œil dans un combat contre les Maures. Il passa aux Indes en 1553, déplut au viceroi par ses discours, & fut exilé. Il partit de Goa, & se réfugia dans un coin de terre déserte, sur les frontieres de la Chine. C’est là qu’il composa son poëme ; le sujet est la découverte d’un nouveau pays, dont il avoit été témoin lui-même. Si l’on n’approuve pas l’érudition déplacée qu’il prodigue dans ce poëme vis-à-vis des Sauvages ; si l’on condamne le mélange qu’il y fait des fables du paganisme, avec les vérités du Christianisme, du-moins ne peut-on s’empêcher d’admirer la fécondité de son imagination, la richesse de ses descriptions, la variété & le coloris de ses images.

On dit qu’il pensa perdre ce fruit de son génie en allant à Macao ; son vaisseau fit naufrage pendant le cours de la navigation ; alors le Camoens, à l’imitation de César, eut la présence d’esprit de conserver son manuscrit, en le tenant d’une main au-dessus de l’eau, tandis qu’il nageoit de l’autre. De retour à Lisbonne en 1569, il y passa dix ans malheureux, & finit sa vie dans un hôpital en 1579. Tel a été le sort du Virgile des Portugais. (D. J.)

Jaucourt
L’Encyclopédie
Première Edition de 1751
Tome 9, pp. 572-573

 

******************

SONNET de Sainte-Beuve

IMITÉ DE WORDSWORTH

Ne ris point des sonnets, ô Critique moqueur !
Par amour autrefois en fit le grand Shakespeare ;
C’est sur ce luth heureux que Pétrarque soupire,
Et que le Tasse aux fers soulage un peu son cœur ;

Camoens de son exil abrège la longueur,
Car il chante en sonnets l’amour et son empire ;
Dante aime cette fleur de myrte, et la respire,
Et la mêle au cyprès qui ceint son front vainqueur ;

Spenser, s’en revenant de l’île des féeries,
Exhale en longs sonnets ses tristesses chéries ;
Milton, chantant les siens, ranimait son regard :

Moi, je veux rajeunir le doux sonnet en France ;
Du Bellay, le premier, l’apporta de Florence,
Et l’on en sait plus d’un de notre vieux Ronsard.

Charles Augustin Sainte-Beuve
Vie, Poésies et Pensées de Joseph Delorme
Poésies de Sainte-Beuve
 Michel Lévy frères, 1863
p. 136

**************

LES LUSIADES
dans les
ENFANTS DU CAPITAINE GRANT
de Jules Verne


Ceci dit, Paganel fouilla dans ses nombreuses poches ; après quelques minutes de recherches, il en tira un volume en fort mauvais état, et le présenta d’un air assuré. Le major prit le livre et le regarda :
« Eh bien, quel est cet ouvrage ? demanda-t-il.
Ce sont les Lusiades, répondit Paganel, une admirable épopée, qui…
— Les Lusiades ! s’écria Glenarvan.
— Oui, mon ami, les Lusiades du grand Camoëns, ni plus ni moins !
— Camoëns, répéta Glenarvan, mais, malheureux ami, Camoëns est un Portugais ! C’est le portugais que vous apprenez depuis six semaines !
— Camoëns ! Lusiades ! portugais !… »
Paganel ne put pas en dire davantage. Ses yeux se troublèrent sous ses lunettes, tandis qu’un éclat de rire homérique éclatait à ses oreilles, car tous ses compagnons étaient là qui l’entouraient.
Le Patagon ne sourcillait pas ; il attendait patiemment l’explication d’un incident absolument incompréhensible pour lui.

Jules Verne
LES ENFANTS DU CAPITAINE GRANT
Chapitre XV
Hetzel, 1868
pp. 106-114

******************************************

Vie & Œuvre de Luis de Camões

 

AUSTERLITZ SLAVKOV u BRNA 奥斯特利茨 Аустерлиц アウステルリッツ- Le Château – Les Jardins – La Bataille d’Austerlitz

Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato (3)TCHEQUIE – Česká republika
AUSTERLITZ
SLAVKOV u BRNA
奥斯特利茨
アウステルリッツ
Аустерлиц

——
La Bataille d'Austerlitz Par François Gérard

La Bataille d’Austerlitz par François Gérard

La Capitulation du général Mack et le défilé des troupes autrichiennes devant Napoléon Charles Thévenin
La Capitulation du général Mack et le défilé des troupes autrichiennes devant Napoléon
, par Charles Thévenin

Les Bivouacs d'Austerlitz par Louis-François LejeuneLes Bivouacs d’Austerlitz par Louis-François Lejeune

 

 

*****
Photos de Slavkov u Brna Jacky Lavauzelle
*****

*

 


AUSTERLITZ
アウステルリッツ
Аустерлиц
奥斯特利茨
SLAVKOV u BRNA

Le Château d’Austerlitz et son parc
Slavkovský zámek Zámecký park

La Ville de Slavkov u Brna
La Bataille d’Austerlitz
Bitva u Slavkova

Photos Jacky Lavauzelle
Artgitato





Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato (2)
Letecký pohled na centrum Slavkova

Vue aérienne du centre de Slavkov u Brna

Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Eglise (1) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Eglise (2) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Eglise (3)

kaple sv. Jana Křtitele
Chapelle saint Jean-Baptiste

Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Eglise (4) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (1) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (2)

 

Slavkovský zámek – pohled z parku
Château de Slavkov – Vue du Parc

Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (3)

Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (4) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (5) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (6) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (7) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (8)

pohled z parku
Vue du Parc du Château

 

Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (9) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (10) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (11) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (12) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (13)

Zámecký park
Parc du Château
Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (14)
Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (15) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (16) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (17) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (18) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (19) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (20) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (21) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (22) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (23) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Le Jardin du Château d'Austerlitz (24) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (1) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (2) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (3) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (4) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (5) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (6) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (7) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (8) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (9) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (10) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (11) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (12) Slavkov u Brna Austerlitz Tchéquie République Tchèque Artgitato Zamek Le Château (13)

**********************


***********




La Bataille d’Austerlitz

AVANT LA BATAILLE

Soldats, l’armée russe se présente devant vous pour venger l’armée autrichienne d’Ulm. Ce sont ces mêmes bataillons que vous avez battus à Hollabrunn, et que depuis vous avez constamment poursuivis jusqu’ici.

Les positions que nous occupons sont formidables; et, pendant qu’ils marcheront pour tourner ma droite, ils me présenteront le flanc.

Soldats, je dirigerai moi-même tous vos bataillons ; je me tiendrai loin du feu, si, avec votre bravoure accoutumée, vous portez le désordre et la confusion dans les rangs ennemis ; mais, si la victoire était un moment incertaine, vous verriez votre Empereur s’exposer aux premiers coups, car la victoire ne saurait hésiter, dans cette journée surtout où il y va de l’honneur de l’infanterie française, qui importe tant à l’honneur de toute la nation.

Que, sous prétexte d’emmener les blessés, on ne dégarnisse pas les rangs, et que chacun soit bien pénétré de cette pensée, qu’il faut vaincre ces stipendiés de l’Angleterre qui sont animés d’une si grande haine contre notre nation.

Cette victoire finira notre campagne, et nous pourrons reprendre nos quartiers d’hiver, où nous serons joints par les nouvelles armées qui se forment en France; et alors la paix que je ferai sera digne de mon peuple, de vous et de moi.

Proclamation au bivouac avant la bataille d’Austerlitz
Napoléon Bonaparte
1er décembre 1805

*

APRES LA BATAILLE

Soldats,
Je suis content de vous. Vous avez à la journée d’Austerlitz justifié tout ce que j’attendais de votre intrépidité. Vous avez décoré vos aigles d’une immortelle gloire. Une armée de cent mille hommes commandée par les empereurs de Russie et d’Autriche a été en moins de quatre heures ou coupée ou dispersée. Ce qui a échappé à votre fer s’est noyé dans le lac. 40 drapeaux, les étendards de la Garde impériale de Russie, 120 pièces de canon, vingt généraux, plus de trente mille prisonniers sont le résultat de cette journée à jamais célèbre. Cette infanterie tant vantée et en nombre supérieur n’a pas résisté à votre choc, et désormais vous n’avez plus de rivaux à redouter, ainsi en deux mois cette troisième coalition a été vaincue et dissoute. La paix ne peut plus être éloignée, mais, comme je l’ai promis à mon peuple, avant de passer le Rhin, je ne ferai qu’une paix qui nous donnera une garantie et amènera des récompenses à nos alliés.

Soldats, lorsque le Peuple français plaça sur ma tête la Couronne impériale, je me confiais à vous pour la maintenir toujours dans ce haut éclat de gloire qui seul pouvait lui donner du prix à mes yeux. Mais dans le même moment nos ennemis pensaient à la détruire et à l’avilir, & cette Couronne de fer conquise par le sang de tant de Français, ils voulaient m’obliger à la placer sur la tête de vos plus cruels ennemis, projets de souverains et insensés que le jour même de l’anniversaire du Couronnement de votre Empereur, vous avez anéantis et confondus. Vous leur avez appris qu’il est plus facile de vous braver et de vous menacer que de vous vaincre.

Soldats, lorsque tout ce qui est nécessaire pour assurer le bonheur & la prospérité de notre patrie sera accompli, je vous renverrai en France ; là, vous serez l’objet de ma plus tendre sollicitude. Mon peuple vous reverra avec des transports de joie, et il vous suffira de dire : j’étais à la bataille d’Austerlitz pour que l’on réponde : voilà un brave.
De notre camp impérial d’Austerlitz le 12 frimaire an 14.
Napoléon.

Napoléon Bonaparte
Proclamation après la bataille d’Austerlitz
3 décembre 1805

***************




Les positions françaises (en blanc) et austro-russes (en noir) à la veille de la bataille
Les positions françaises (en blanc) et austro-russes (en noir) à la veille de la bataille

***

NAPOLEON A AUSTERLITZ

 En l’année 1804, Napoléon fut élu empereur par le peuple français. Comme les Autrichiens étaient encore en guerre avec nous, il voulut aller les battre dans leur pays.
Il les attaqua près d’Austerlitz. Vous le voyez sur son cheval ; quelques officiers sont derrière lui.
Il est coiffé d’un petit chapeau sans galons, ni dorure.
Il est vêtu d’une simple redingote grise. Il regarde au loin ses soldats qui attaquent les ennemis rangés sur une colline.
Il écoute le bruit des coups de fusil et des coups de canon, et la voix de ses soldats qui chantent :
« On va leur percer le flanc. Ra ta plan, tire lire lire. »
Les musiques accompagnent la chanson des soldats.
C’est un bruit d’enfer. Il est content, l’Empereur. Nos soldats ont escaladé la colline, baïonnette en avant ; les ennemis se sauvent.
Il est content.
Il lève le bras. Savez-vous pour quoi faire ?
Il va priser. Toutes les fois qu’il était content, il prenait prise sur prise de tabac.
Le lendemain, il dit à ses soldats : « Soldats, je suis content de vous ! Quand vous serez retournés en France, il vous suffira de dire : « J’étais à Austerlitz », pour qu’on vous réponde : « Voilà un brave ».

Ernest Lavisse
Histoire de France 
Cours élémentaire
Armand Colin
1913 pp. 146-152