Archives par mot-clé : стихотворение

SUR LA MORT – Poème d’Alexandre Blok -1907- О смерти – Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок

Edgard Degas, Эдгар Дега, Le Champ de courses,
entre 1876 et 1887

*

 

русский поэт- Poète Russe
русская литература -Littérature Russe

 

 

ALEXANDRE BLOK
Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок
1880-1921

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

***********

SUR LA MORT
1907
О смерти

******************

Всё чаще я по городу брожу.
De plus en plus, je me promène en ville.
Всё чаще вижу смерть — и улыбаюсь
Je vois de plus en plus la mort – et je souris
Улыбкой рассудительной. Ну, что же?
D’un sourire judicieux. Eh bien quoi alors ?
Так я хочу. Так свойственно мне знать,
C’est ce que je veux ! C’est ma manière à moi de savoir
Что и ко мне придет она в свой час.
Qu’elle viendra en son heure.

*

Я проходил вдоль скачек по шоссе.
Je marchais le long de la route.
День золотой дремал на грудах щебня,
Jour doré assoupi sur des piles de gravats
А за глухим забором — ипподром
Et derrière une clôture, un hippodrome
Под солнцем зеленел. Там стебли злаков
Si vert sous ce grand soleil. Des longues tiges de céréales
И одуванчики, раздутые весной,
Et les pissenlits gonflés du printemps
В ласкающих лучах дремали. А вдали
S’assoupissaient sous les rayons caressants. Et au loin
Трибуна придавила плоской крышей
Une tribune aplatie par un toit plat accueillaient
Толпу зевак и модниц. Маленькие флаги
Une foule de spectateurs et de dames. Des petits drapeaux
Пестрели там и здесь. А на заборе
Se balançaient ici et là. Et sur la clôture
Прохожие сидели и глазели.
Les passants s’étaient assis et regardaient.

*

Я шел и слышал быстрый гон коней
J’ai marché et entendu la course de chevaux rapides
По грунту легкому. И быстрый топот
Sur ce sol baigné de lumière. Et les piétinements rapides
Копыт. Потом — внезапный крик:
Des sabots. Puis – un cri soudain :
« Упал! Упал! » — кричали на заборе,
« Il est tombé ! Il est tombé ! » – criait-on sur la clôture,
И я, вскочив на маленький пенёк,
Et moi, sautant sur une petite souche,
Увидел всё зараз: вдали летели
Je voyais tout : se sont envolés
Жокеи в пестром — к тонкому столбу.
Les jockeys dans un mélange hétéroclite de couleurs- vers un mince pilier.
Чуть-чуть отстав от них, скакала лошадь
Derrière eux, un cheval galopait encore
Без седока, взметая стремена.
Sans cavalier, balançant ses étriers.
А за листвой кудрявеньких березок,
Et derrière le feuillage des bouleaux frisés,
Так близко от меня — лежал жокей,
Si près de moi, un jockey étendu,
Весь в желтом, в зеленях весенних злаков,
Tout de jaune vêtu, dans ce vert printanier,
Упавший навзничь, обратив лицо
Tombé face contre terre
В глубокое ласкающее небо.
Sous ce ciel profond et caressant.
Как будто век лежал, раскинув руки
Comme si depuis des siècles il reposait les bras étendus,
И ногу подогнув. Так хорошо лежал.
La jambe pliée. Il semblait si bien.
К нему уже бежали люди. Издали,
Les gens couraient déjà vers lui. De loin
Поблескивая медленными спицами, ландо
Brillant comme des aiguilles à tricoter, un landau
Катилось мягко. Люди подбежали
S’approchait doucement. Les gens couraient
И подняли его…
Et le soulevèrent …

*

И вот повисла
Et puis se balançait dans l’air
Беспомощная желтая нога
Une jambe jaune sans défense
В обтянутой рейтузе. Завалилась
Dans son pantalon ajusté. Elle retomba
Им на плечи куда-то голова…
Sa tête sur leurs épaules quelque part …
Ландо подъехало. К его подушкам
Le landau se leva. Sur un oreiller
Так бережно и нежно приложили
Soigneusement et doucement on reposa
Цыплячью желтизну жокея. Человек
La tête du jockey en jaune. Un homme
Вскочил неловко на подножку, замер,
Maladroitement, avec ce landau en marche, tentait
Поддерживая голову и ногу,
De soutenir tant la tête que la jambe
И важный кучер повернул назад.
Et le cocher fit ensuite demi-tour.
И так же медленно вертелись спицы,
Et les rayons tournaient toujours aussi lentement
Поблескивали козла, оси, крылья…
Et faisaient briller cet aréopage …

*

Так хорошо и вольно умереть.
Comme elle semble douce et libre cette mort.
Всю жизнь скакал — с одной упорной мыслью,
J’ai couru toute ma vie – avec une pensée obstinée,
Чтоб первым доскакать. И на скаку
Être le premier. Et au grand galop
Запнулась запыхавшаяся лошадь,
Son cheval essoufflé a trébuché
Уж силой ног не удержать седла,
Ne lui permettant plus de rester sur sa selle avec la force de ses jambes
И утлые взмахнулись стремена,
Et les étriers agités fragiles sont devenus fuyants,
И полетел, отброшенный толчком…
Et s’envolèrent, rejetés par la poussée …
Ударился затылком о родную,
Par l’arrière sa tête vint frapper le sol,
Весеннюю, приветливую землю,
Sous cette journée printanière, sur cette terre amie
И в этот миг — в мозгу прошли все мысли,
Et à ce moment-là, toutes les pensées s’agitèrent en lui,
Единственные нужные. Прошли —
Les seules nécessaires. Et elles sont parties-
И умерли. И умерли глаза.
Et elles sont mortes. Et ses yeux sont morts.
И труп мечтательно глядит наверх.
Et le cadavre regarde rêveusement les cieux.
Так хорошо и вольно.
Comme elle est douce et libre.

*

Однажды брел по набережной я.
Une fois, je me promenais le long des berges.
Рабочие возили с барок в тачках
Des ouvriers sortaient des brouettes
Дрова, кирпич и уголь. И река
Remplies de bois, de briques et de charbon. Et la rivière
Была еще синей от белой пены.
Semblait encore plus bleue avec sa blanche écume.
В отстегнутые вороты рубах
Sous les cols de chemise se détachaient
Глядели загорелые тела,
La masse des corps bronzés,
И светлые глаза привольной Руси
Et les yeux brillants de la Russie libre
Блестели строго с почерневших лиц.
Brillaient puissamment au milieu des visages noircis.
И тут же дети голыми ногами
Et puis les enfants pieds nus
Месили груды желтого песку,
Qui pétrissaient des piles de sable jaune
Таскали — то кирпичик, то полено,
Venaient subtilisant ici une brique, puis une bûche,
То бревнышко. И прятались. А там
Et un rondin de bois. Puis se cachaient. Et là, fuyant,
Уже сверкали грязные их пятки,
On apercevait leurs talons sales et scintillants
И матери — с отвислыми грудями
Et ces mères aux seins affaissés
Под грязным платьем — ждали их, ругались
Sous des robes crasseuses- qui les attendaient, tout en maudissant
И, надавав затрещин, отбирали
Et, les ayant sermonnés, emportaient à leur tour
Дрова, кирпичики, бревёшки. И тащили,
Bois de chauffage, briques et bûches. Et à leur tour, elles traînaient
Согнувшись под тяжелой ношей, вдаль.
Se pliant sous ce lourd fardeau, sur le chemin.
И снова, воротясь гурьбой веселой,
Et à nouveau, faisant demi-tour, joyeusement,
Ребятки начинали воровать:
Les garnements recommencèrent à voler :
Тот бревнышко, другой — кирпичик…
L’un un rondin, l’autre une brique …

*

И вдруг раздался всплеск воды и крик:
Et soudain, il y eut une éclaboussure d’eau et un cri :
« Упал! Упал! » — опять кричали с барки.
« Il est tombé! Il est tombé ! » – a-t-on encore crié de la péniche.
Рабочий, ручку тачки отпустив,
Un travailleur, lâchant la poignée de la brouette,
Показывал рукой куда-то в воду,
Montrait de sa main quelque part dans l’eau,
И пестрая толпа рубах неслась
Et une foule hétéroclite de chemises se précipitait
Туда, где на траве, в камнях булыжных,
Là-bas, sur l’herbe au milieu des pierres de pavés,
На самом берегу — лежала сотка.
A quelques mètres du rivage même.
Один тащил багор.
Quelqu’un tirait un crochet.

*

А между свай,
Et entre les pilotis,
Забитых возле набережной в воду,
près de la promenade, enfoncés dans l’eau,
Легко покачивался человек
Un homme flottait
В рубахе и в разорванных портках.
En chemise et pantalon déchirés.
Один схватил его. Другой помог,
Ils l’attrapèrent. Un autre le hissa
И длинное растянутое тело,
Et ce corps allongé,
С которого ручьем лилась вода,
D’où l’eau coulait comme un ruisseau,
Втащили на берег и положили.
Fut traîné à terre et posé.
Городовой, гремя о камни шашкой,
Un policier, avec son sabre qui heurtait le pavé,
Зачем-то щеку приложил к груди
Pour une raison incertaine, posa sa joue contre la poitrine
Намокшей, и прилежно слушал,
Humide, et écoutait avec diligence,
Должно быть, сердце. Собрался народ,
Ce qui devait être le cœur. Les personnes continuaient à s’amasser,
И каждый вновь пришедший задавал
Et chaque nouveau venu posait
Одни и те же глупые вопросы:
Les mêmes questions stupides :
Когда упал, да сколько пролежал
Quand était-il tombé, depuis combien de temps
В воде, да сколько выпил?
Était-il resté dans l’eau, combien en avait-il bu ?
Потом все стали тихо отходить,
Puis tout le monde commença à s’éloigner doucement,
И я пошел своим путем, и слушал,
Et moi aussi je repris ma route, écoutant encore
Как истовый, но выпивший рабочий
Un travailleur passionné mais ivre
Авторитетно говорил другим,
Qui, avec autorité, apostrophait les autres
Что губит каждый день людей вино.
Sur les ravages quotidiens du vin.

*

Пойду еще бродить. Покуда солнце,
Je vais encore continuer à errer. Tant que le soleil,
Покуда жар, покуда голова
Tant que la chaleur, tant que ma tête
Тупа, и мысли вялы…
Stupide, tant que mes pensées sont apathiques …

*

Сердце!
Ô mon cœur !
Ты будь вожатаем моим. И смерть
Tu es mon chef. Et la mort,
С улыбкой наблюдай. Само устанешь,
Regarde-là avec un sourire. Fatigué
Не вынесешь такой веселой жизни,
De ne pouvoir supporter une vie aussi amusante
Какую я веду. Такой любви
Que celle que je mène. Un tel amour
И ненависти люди не выносят,
Et une telle haine, les gens ne peuvent pas supporter
Какую я в себе ношу.
Ce que je porte en moi.

*

Хочу,
Je veux
Всегда хочу смотреть в глаза людские,
Je veux toujours regarder dans les yeux des gens,
И пить вино, и женщин целовать,
Et boire du vin et embrasser les femmes
И яростью желаний полнить вечер,
Et remplir ma soirée de la fureur des désirs
Когда жара мешает днем мечтать
Quand la chaleur d’une journée empêche de rêver
И песни петь! И слушать в мире ветер!
Et empêche de chanter ! Et écouter le vent du monde !


*********************

1907

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 1-1024x291.png.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

LE CRÉPUSCULE BLEU – Poème d’Alexandre BLOK – 1902 – Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок – Я, отрок, зажигаю свечи

*


По берегу Александр блок стихи

русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

Alexandre Blok
Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок

 

ALEXANDRE BLOK
Алекса́ндр Алекса́ндрович Блок
1880-1921

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

***********

Я, отрок, зажигаю свечи
7 Juillet 1902

******************


Имеющий невесту есть жених;
Celui à qui appartient une épouse c’est l’époux ;

а друг жениха,
et l’ami de l’époux

стоящий и внимающий ему,
qui est debout et à l’écoute

радостью радуется,
se réjouit grandement

слыша голос жениха.
d’entendre la voix de l’époux.
От Иоанна III, 29
Jean, 3:29

*********************


Я, отрок, зажигаю свечи,
Moi, jeune homme, j’allume des bougies
Огонь кадильный берегу.
Et j’entretiens l’encens qui brûle.
Она без мысли и без речи
Elle, sans un mot, sans une parole
На том смеется берегу.
Sur ce rivage se met à rire.

*

Люблю вечернее моленье
J’aime la prière du soir
У белой церкви над рекой,
Dans la blanche blanche au bord de la rivière
Передзакатное селенье
Dans ce village perdu
И сумрак мутно-голубой.
Dans ce crépuscule bleu terne.

*

Покорный ласковому взгляду,
Soumis aux regards affectueux,
Любуюсь тайной красоты,
J’admire le secret de la beauté
И за церковную ограду
Et par la clôture de l’église
Бросаю белые цветы.
Je jette des fleurs blanches.

*

Падет туманная завеса.
Un rideau de brouillard va tomber.
Жених сойдет из алтаря.
Le marié descendra de l’autel.
И от вершин зубчатых леса
Et des cimes des forêts déchiquetées
Забрезжит брачная заря.
L’aube du mariage brillera.


**********************

7 июля 1902
7 juillet 1902


*************************

PRESAGES Poème d’Alexandre POUCHKINE (1829) Приметы

*

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

*
1829
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1829
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Приметы
1829

****


PRESAGES
****

 

Я ехал к вам: живые сны
Je suis allé à vous : des rêves vifs
 
За мной вились толпой игривой,
Espiègles, m’envahissaient,
И месяц с правой стороны
Et la lune sur ma droite
Сопровождал мой бег ретивый.
Accompagnait ma course débridée.

*

Я ехал прочь: иные сны…
Je suis allé loin : d’autres rêves …
Душе влюбленной грустно было,
Mon âme amoureuse s’affligeait,
И месяц с левой стороны
Et la lune sur la gauche
Сопровождал меня уныло.
Tristement m’accompagnait.

*

Мечтанью вечному в тиши
Silencieusement, dans des rêves éternels
  Так предаемся мы, поэты;
S’abandonnent les poètes ;
Так суеверные приметы
Aux superstitieux présages
 Согласны с чувствами души.
Ils accordent les sentiments de l’âme.

 

 **********

POUCHKINE
 1829  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POEME

 PRESAGES
1829
Пушкин 

ALEXANDRE POUCHKINE (1824) A LA MER – К морю

*

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1824
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


A LA MER

  1824
К морю
**

***

Ivan Aïvazovski
Иван Константинович Айвазовский
Arc en ciel
Радуга
Galerie d’État Tretiakov – Moscou
Государственная Третьяковская Галерея

*****

 

 

Прощай, свободная стихия!
Adieu, élément libre !
В последний раз передо мной
Pour la dernière fois devant moi
Ты катишь волны голубые
S’allongent tes vagues bleues
 И блещешь гордою красой.
Dans cette beauté immense et fière.

*

Как друга ропот заунывный,
Comme un long murmure plaintif,
Как зов его в прощальный час,
Comme un appel à l’heure des adieux,
Твой грустный шум, твой шум призывный
Un long et triste souffle
Услышал я в последний раз.
Que pour la dernière fois j’entends.

*

Моей души предел желанный!
Mon âme à tes côtés se retrouvait !
Как часто по брегам твоим
Combien de fois fuyant le monde
 Бродил я тихий и туманный,
Je me promenais sur ton rivage calme et brumeux,
Заветным умыслом томим!
Tourmenté par une quelconque peine !

*

Как я любил твои отзывы,
Comme j’aimais ton phrasé,
Глухие звуки, бездны глас
Tes sons étouffés, cette voix de l’abîme
 И тишину в вечерний час,
Ce silence à l’heure du soir,
И своенравные порывы!
Ces impulsions capricieuses !

 

*

Смиренный парус рыбарей,
Tu t’ouvres devant l‘humble voile de pêcheurs,
Твоею прихотью хранимый,
Qui glisse sur ton dos,
Скользит отважно средь зыбей:
Et vaillamment effleure tes flots :
Но ты взыграл, неодолимый,
Mais tu bondis, tu éructes, irrésistible,
И стая тонет кораблей.
Devant une majestueuse flotte présomptueuse.

*

Не удалось навек оставить
Quand ne pouvant quitter le pont
Мне скучный, неподвижный брег,
Immobile dans la fougue de tes tempêtes,
Тебя восторгами поздравить
Je me félicitais de toujours pouvoir
  И по хребтам твоим направить
Clamer sur la bordure de tes crêtes
Мой поэтической побег!
Mon évasion poétique !

*

Ты ждал, ты звал… я был окован;
Tu m’attendais, tu m’appelais… J’étais prisonnier ;
Вотще рвалась душа моя:
En vain, je déchirai mon âme :
Могучей страстью очарован,
Fasciné par cette puissante passion,
У берегов остался я…
Le long des côtes, je …

 

*

О чём жалеть? Куда бы ныне
Que regretter ? Où maintenant
 
Я путь беспечный устремил?
Partir insouciant ?
Один предмет в твоей пустыне
Un objet, un seul, dans ton immensité désertique
Мою бы душу поразил.
Aurait impressionné mon âme.

*

Одна скала, гробница славы…
Un rocher, tombeau de la renommée …
Там погружались в хладный сон
Au cœur d’un rêve avide
Воспоминанья величавы:
De souvenirs majestueux :
Там угасал Наполеон.
Là, Napoléon s’est endormi.

*

Там он почил среди мучений.
Là, il repose au milieu des tourments.
И вслед за ним, как бури шум,
Et après lui, comme le bruit de la tempête,
Другой от нас умчался гений,
Un autre génie éclate,
Другой властитель наших дум.
Une autre maître de nos pensées.

*

Исчез, оплаканный свободой,
Disparu, pleuré par la liberté
Оставя миру свой венец.
Laissant sur le monde sa couronne.
Шуми, взволнуйся непогодой:
Hurle, frappe et renverse :
Он был, о море, твой певец.
Je serai, o mer, ton chanteur.

*

Твой образ был на нём означен,
Créé à ton image,
Он духом создан был твоим:
Créé par ton esprit
Как ты, могущ, глубок и мрачен,
Puissant, profond et sombre,
Как ты, ничем неукротим.
Comme toi, invincible.

*

Мир опустел… Теперь куда же
Monde vide … où sont-ils
Меня б ты вынес, океан?
Ceux que tu as emportés, Océan ?
Судьба людей повсюду та же:
Destin inchangé du monde :
Где капля блага, там на страже
Sur tous ces corps et sur toutes ces âmes
Уж просвещенье иль тиран.
S’illumine aussi le tyran.

*

Прощай же, море! Не забуду
Adieu, Mer ! Je n’oublierai pas
Твоей торжественной красы
Ta solennelle beauté
 И долго, долго слышать буду
Et pendant longtemps, très longtemps, j’entendrais
Твой гул в вечерние часы.
Tes voix dans les heures du soir.

*

В леса, в пустыни молчаливы
Dans les bois, dans ce désert silencieux
Перенесу, тобою полн,
Je porterai, plein de toi,
Твои скалы, твои заливы,
Tes rochers, tes criques,
И блеск, и тень, и говор волн.
Tes scintillements et tes ombres, et le ressac de tes vagues.

 

 

*****************

 

**********

ALEXANDRE POUCHKINE
1824  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

*****************

QUE DIEU VOUS AIDE (Poème) 19 OCTOBRE 1827 ALEXANDRE POUCHKINE Пушкин

*
19 октября 1827
19 octobre 1827
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 19 октября 1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


19 октября 1827

 

 19 octobre 1827
QUE DIEU VOUS AIDE

 

 19 октября 1827
Пушкин 

Бог помочь вам, друзья мои,
Que Dieu vous aide, mes amis,
В заботах жизни, царской службы,
Dans les soucis de la vie,
И на пирах разгульной дружбы,
Dans vos fêtes tumultueuses entre amis,
И в сладких таинствах любви!
Dans les sacrements de l’amour !

*

Бог помочь вам, друзья мои,
Que Dieu vous aide, mes amis,
И в бурях, и в житейском горе,
Dans les tempêtes, et la tristesse du monde,
В краю чужом, в пустынном море
Dans les lieux étranges et sur les océans
И в мрачных пропастях земли!
Dans les profondeurs sombres de la terre !

**********

19-octobre-1827-pouchkine-20-octobre-1827-bataille-de-navarinLa bataille de Navarin
20 octobre 1827
Ivan Aïvazovski -1846
Иван Константинович Айвазовский

**********

POUCHKINE
 19 октября 1827  

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 19 октября 1827  Пушкин 

Poème de POUCHKINE 1823 Le Semeur Пушкин сеятель

Пушкин  сеятель poème de Pouchkine de 1823 
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1823
pushkin poems
Poème de Pouchkine

стихотворение  – Poésie
сеятельПушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА  

сеятель
Le Semeur
 1823

 Poème de Pouchkine
сеятель Пушкин 

**********

сеятель POUCHKINE LE SEMEUR

Изыде сеятель сеяти семена своя
Le semeur qui part sème sa propre graine

Свободы сеятель пустынный,
Semeur de liberté dans le désert,
Я вышел рано, до звезды;
Je suis sorti tôt à la belle étoile ;
Рукою чистой и безвинной
Les mains propres et innocentes
В порабощенные бразды
Rejetant l’esclavage des rênes
Бросал живительное семя —
Jetant des semences rafraîchissantes
Но потерял я только время,
Mais j’ai perdu tant de temps,
Благие мысли и труды…
De bonnes pensées et des écrits …

*

Паситесь, мирные народы!
Paissez, peuples pacifiques !
Вас не разбудит чести клич.
Le cri de l’honneur ne vous réveille pas.
К чему стадам дары свободы?
Quels cadeaux faire à un tel troupeau ?
Их должно резать или стричь.
Ils doivent être coupés ou tondus.
Наследство их из рода в роды
Ils héritent de leurs gènes dans l’accouchement
Ярмо с гремушками да бич.
Du joug aux clochettes et du fléau.

**********

le-semeur-poeme-de-pouchkine-jean-francois-millet-1850-vincent-van-gogh-1889Le Semeur
Jean-François Millet 1850
Vincent van Gogh (d’après Millet) 1889

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 сеятель Пушкин
Poème de Pouchkine 

К Чаадаеву Пушкин Pour TCHAADAÏEV POUCHKINE 1818

  К Чаадаеву Пушкин POUR TCHAADAÏEV POUCHKINE1818 
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1818
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


К Чаадаеву
Pour Tchaadaïev
 1818

 

 

**********

К Чаадаеву
POUR TCHAADAÏEV
POUCHKINE

Любви, надежды, тихой славы
Amour, espoir, majestueuse gloire
Недолго нежил нас обман,
Un court instant vous nous avez trompé,
Исчезли юные забавы,
Elles sont terminées nos joies de jeunesse
Как сон, как утренний туман;
Comme un rêve, comme la brume du matin ;
Но в нас горит еще желанье,
Mais nous brûlons encore de désir,
Под гнетом власти роковой
Sous le joug d’une puissance fatale
Нетерпеливою душой
Notre âme impatiente
Отчизны внемлем призыванье.
Ecoute notre patrie.
Мы ждем с томленьем упованья
Impatiemment nous attendons avec espoir
Минуты вольности святой,
Le rendez-vous de la liberté,
Как ждет любовник молодой
Comme attendrait le jeune amant
Минуты верного свиданья.
Le rendez-vous de son amante.
Пока свободою горим,
Tant que pour la brûlante liberté,
Пока сердца для чести живы,
Tant que le cœur vibre pour l’honneur,
Мой друг, отчизне посвятим
Mon ami, pour la patrie consacrons
Души прекрасные порывы!
La belle fougue de nos âmes !
Товарищ, верь: взойдет она,
Camarade, espère ! elle se lèvera,
Звезда пленительного счастья,
La joyeuse étoile qui illuminera,
Россия вспрянет ото сна,
La terre de Russie sortie de son sommeil,
И на обломках самовластья
Et les ruines de l’autocratie
Напишут наши имена!
Où nos noms sont écrits !

******

pour-tchaadaiev-pouchkine-1818-artgitato-2Портрет П. Я. Чаадаев
Piotr Iakovlevitch Tchaadaïev
Петр Чаадаев
1794-1856
Ecrivain & Philosophe russe
 русский философ
«христианский философ»
« philosophe chrétien »

 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****
Pour Tchaadaïev Пушкин 

ДРУЗЬЯМ Пушкин POUCHKINE 1822 – A DES AMIS

 ДРУЗЬЯМ Пушкин  –  1822 
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1822
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
ДРУЗЬЯМ Пушкин

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


ДРУЗЬЯМ Пушкин
A DES AMIS
 1822

 

a-nos-amis-1822-poeme-de-pouchkine-la-jeunesse-de-bacchus-william-bouguereau-1884La jeunesse de Bacchus
William Bouguereau
1884

**

ДРУЗЬЯМ Пушкин

Вчера был день разлуки шумной,
Hier fut le jour d’une bruyante séparation,
Вчера был Вакха буйный пир,
Hier fut le lieu d’une exubérante bacchanale,
При кликах юности безумной,
Quand la folle jeunesse trinquait
При громе чаш, при звуке лир.
Quand le tonnerre des bols au son des lyres se mêlaient.

*

Так! Музы вас благословили,
Là ! les muse vous ont bénis,
Венками свыше осеня,
En vous couronnant tous,
Когда вы, други, отличили
Lorsque vous, mes amis, me distinguiez
Почетной чашею меня.
En me présentant un verre.

*

Честолюбивой позолотой
Ces ambitieuses dorures
Не ослепляя наших глаз,
N’aveuglaient pas nos yeux,
Она не суетной работой,
Ni la minutie de ces dorures ,
Не резьбою пленяла нас;
Rien de tout cela ne nous séduisait ;

*

Но тем одним лишь отличалась,
Mais la seul chose étrange,
Что, жажду скифскую поя,
Pour assouvir notre soif de scythes,
Бутылка полная вливалась
C’est que la bouteille pleine
 В ее широкие края.
Disparut jusqu’à son large bord.

*

Я пил — и думою сердечной
Je buvais – et par le cœur je rejoignais
Во дни минувшие летал
Les derniers jours de l’été
И горе жизни скоротечной,
Survolant les malheurs de la vie éphémère,
И сны любви воспоминал;
Et des souvenirs des rêves d’amour ;

*

Меня смешила их измена:
Leurs trahisons m’amusaient désormais :
И скорбь исчезла предо мной,
Et toute douleur avait disparu en moi,
Как исчезает в чашах пена
Comme cette mousse disparaît dans les bols
Под зашипевшею струей.
Sous le jet chantant de l’alcool.

 ДРУЗЬЯМ Пушкин  

**********

POUCHKINE ДРУЗЬЯМ Пушкин

 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 ДРУЗЬЯМ Пушкин

Дон Пушкин LE DON Poème de Pouchkine 1829

Дон Пушкин 1829 
Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1829
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Дон Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

le-don-pouchkine-poeme-de-1829-artgitato-cosaques-du-don-timbre-russe-2010Cosaques du Don
Timbre russe
2010

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Дон
Le Don
 1829

 

  Дон Пушкин 

Блеща средь полей широких,
Il s’étale sur les larges prairies,
Вон он льётся!.. Здравствуй, Дон!
Là, il coule ! .. Bonjour à toi, Don !
От сынов твоих далёких
Tes fils lointains
Я привёз тебе поклон.
Te portent le salut.

*

Как прославленного брата,
Comme leur illustre frère,
Реки знают тихий Дон;
Les rivières connaissent le calme Don ;
От Аракса и Евфрата
De l’Araxe et de l’Euphrate
Я привёз тебе поклон.
Elles te saluent.

*

Отдохнув от злой погони,
Après les éreintantes chevauchées,
Чуя родину свою,
Sentant leur patrie,
Пьют уже донские кони
Buvez chevaux Du Don
 Арпачайскую струю.
Dans les flots de l’Arpatchaï !

*

Приготовь же, Дон заветный,
Prépare la même chose, Don chéri,
Для наездников лихих
Pour ces fringants cavaliers
Сок кипучий, искрометный
Prépare ce breuvage bouillant et étincelant
Виноградников твоих.
De tes célèbres vignes.

**********

Дон Пушкин POUCHKINE LE DON

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

 Дон Пушкин 

Екатерина Пучкова CATHERINE POUTCHKOVA POUCHKINE 1816 Пушкин

Екатерина Пучкова
SUR CATHERINE POUTCHKOVA 1816
 

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE 1816
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Екатерина Пучкова

SUR CATHERINE POUTCHKOVA

 1816

 

 

**********

Екатерина Пучкова
POUCHKINE
SUR CATHERINE POUTCHKOV

Зачем кричишь ты, что ты дева,
Pourquoi criez-vous que vous êtes vierge,
На каждом девственном стихе?
A chaque verset virginal ?
О, вижу я, певица Ева,
O je vois !  la chanteuse Eve
Хлопочешь ты о женихе.
Cherche un mari.

*********

CATHERINE POUTCHKOVA
Екатерина Наумовна Пучкова
1792 – 1867
Ecrivaine et poétesse russe
русская писательница и поэтесса

********
Екатерина Пучкова
********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POEMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

Екатерина Пучкова Пушкин