UN BIEN TROP PRÉCIEUX – SONNET DE SHAKESPEARE LXXXVII – SONNET 87 – Farewell! thou art too dear for my possessing

SONNET de SHAKESPEARE
THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE




**

SONNET 87
LXXXVII

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets de SHAKESPEARE


 

Farewell! thou art too dear for my possessing
UN BIEN TROP PRÉCIEUX

 

**

*

Farewell! thou art too dear for my possessing,
Adieu ! tu es trop précieux pour que tu sois en ma possession,
And like enough thou know’st thy estimate,
Et comme je pense que tu connais ta juste estimation,
The charter of thy worth gives thee releasing;
La certificat de ta valeur te permet une totale liberté ;
My bonds in thee are all determinate.
Mes liens avec toi sont eux déjà complètement périmés.

*

For how do I hold thee but by thy granting?
Car quels sont mes droits sinon ceux que tu m’accordes ?
And for that riches where is my deserving?
Et pour ces richesses, où est mon propre mérite ?
The cause of this fair gift in me is wanting,
La cause de ce beau cadeau n’est en moi nullement justifiée,
And so my patent back again is swerving.
Et donc cette patente que je possédais m’est désormais enlevée.

*

Thy self thou gavest, thy own worth then not knowing,
Quand tu t’es donné à moi, soit tu ne connaissais pas ta valeur,
Or me to whom thou gav’st it else mistaking;
Soit tu t’es mépris sur mon propre compte ;
So thy great gift, upon misprision growing,
Ainsi ton grand don, qui provient d’une simple erreur d’appréciation,

*

Comes home again, on better judgement making.
Tu le reprends par un bien meilleur jugement.
Thus have I had thee, as a dream doth flatter,
Ainsi je t’ai eu, comme un rêve flatteur,
In sleep a king, but waking no such matter.
Comme un roi ensommeillé, mais au réveil un roi sans couronne.

****************

SHAKESPEARE SONNET
SONNET LXXXVII

LES SONNETS DE SHAKESPEARE THE SONNETS