Archives par mot-clé : Perillus

LE TAUREAU D’AIRAIN – Pièce de Jacky Lavauzelle – DIXIÈME & DERNIER TABLEAU

*

Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

**

***********


Dixième et dernier Tableau

PHALARIS, puis un garde et PERILLUS

Nous sommes dans le bureau de Phalaris où trône le taureau d’airain de Perillus.

PHALARIS
Seul, les yeux dans le vide, à son bureau.
Jusqu’où s’arrêteront-ils ? Ils m’en veulent tous ou quoi ? Qu’est-ce que j’ai bien pu faire à Kemoch ? Je ne pense qu’à satisfaire sa faim et soulager son appétit…et paf ! ils me claquent dans les doigts ! A qui se fier en ce bas monde ? Je vous le demande ?
Il regarde le taureau.
Comme il est beau ! Comment peut-on fuir en ayant réalisé une si belle chose !
Il se lève et caresse la bête.
Quelle perfection ! Quel génie que ce Perillus !…Dommage !….Dommage !  Quelle perte pour la Moirie ! Pour nous tous !…. Mais, O combien la fête sera belle avec un si beau taureau ! …Et lui, l’imbecile ! Il fallait qu’il gâche un si beau travail….Un accomplissement…Enfin, c’est comme ça ! …Pour une fois, nos trois Grâces ne pourront rien me reprocher ! …Après tout…J’ai tout fait pour que la fête de Kemoch soit la plus belle et la plus inoubliable !

Un garde rentre devant son bureau.

LE GARDE
Le prisonnier est là, majesté.

PHALARIS
Fais-le rentrer !

Le garde se retire et revient avec Perillus menotté.

PHALARIS
Enlève-lui les menottes et retire-toi !

Le garde exécute les ordres et se retire. Phalaris et Perilus sont seuls sur scène.

PHALARIS
Eh bien, te voilà, Perillus. Dans une bien fâcheuse posture. Toi, le grand inventeur…partir aussi bêtement… je ne te pensais pas aussi stupide !

PERILLUS
Ta bonté m’a fait fuir, Phalaris.

PHALARIS
Que t’ai-je fait, pour vouloir partir comme un scélérat ?

PERILLUS
A moi, rien, mais à d’autres tellement !

PHALARIS
Au moment où j’essayais de remettre de l’humanité et de la bonne humeur !

PERILLUS
Il en faudrait tellement. Tu as enlevé le fond. Tu auras beau mettre et mettre encore, ça n’y fera rien !

PHALARIS
Et maintenant te voilà bien avancé !

PERILLUS
J’ai joué…

PHALARIS
Et tu as perdu !

PERILLUS
Qui ne tente rien…

PHALARIS
Mais de cette manière, c’est pitoyable ! Un grand nom comme le tien, va s’éteindre dès demain.

PERILLUS
Qui sait combien de temps durera notre renommée ?

PHALARIS
Personne, c’est vrai ! Mais tu avais de si belles choses à créer, à produire, toi le grand inventeur, le grand architecte, chéri des Princesses et aimé de la Cour.

PERILLUS
Tu embellis un peu le tableau, tyran.

PHALARIS
Qu’ai-je embelli ? Ton nom est chanté dans toutes les capitales des royaumes environnants !
Il regarde le taureau.
Et partir quand on est capable d’une si belle chose !

PERILLUS
Regardant son taureau.
Oui, c’est vrai. Je pensais ne plus le revoir….ça me fait quelque chose de le revoir maintenant…On s’y attache…

PHALARIS
Tu as dépassé tout ce que tu avais fait auparavant !

PERILLUS
Oui, et plus encore. Sais-tu qu’il parle, tyran ?

PHALARIS
Il parle ?

PERILLUS
Enfin, il gémit comme un taureau !

PHALARIS
Diable ! Et comment as-tu pu réaliser une telle diablerie !

PERILLUS
Regarde ! Sur les côtés ! Les orifices permettent de percevoir les gémissements du taureau…comme s’il s’agissait d’un vrai. Ce taureau permettra d’avoir avant le goût, l’odeur et les sons.

PHALARIS
Épaté.
C’est fabuleux !

PERILLUS
N’est-ce pas ?

PHALARIS
Tout simplement, exceptionnel !

PERILLUS
Je ne l’ai pas fait en ton honneur, rassure-toi !…mais en celui de notre Moirie !

PHALARIS
A la Moirie à la mort !

PERILLUS
Voilà, tout à fait, Phalaris et je rejoins la mort dans mon amour pour la Moirie.

PHALARIS
Moi aussi, Perillus, j’aime la Moirie….

PERILLUS
…A la Moirie à la mort !

PHALARIS
…Mais différemment !

PERILLUS
Cette œuvre est pour mon pays qui m’a tout donné…

PHALARIS
Et va tout te reprendre !

PERILLUS
Qu’est-ce qu’il va me reprendre ? Rien ! Mon étoffe charnelle ? Mais mon étoffe, je la livre volontiers à Kemoch !

PHALARIS
Que Kemoch, unique et grandiose, nous donne confiance et force !

PERILLUS
Je donnerai de la force à d’autres par ma mort !

PHALARIS
C’est beau ce que tu dis !

PERILLUS
Ce sont nos traditions !

PHALARIS
Comme c’est vrai, Perillus, ce sont nos traditions et c’est ce que nous avons de plus beau.

PERILLUS
Et de loin, tyran, et de loin…

PHALARIS
Ainsi, tu veux finir en sacrifice ?

PERILLUS
Quelle plus belle mort peut-on imaginer ?

PHALARIS
C’est vrai, je n’en vois pas de plus belle ! Et comment…

PERILLUS
Comment, quoi ?

PHALARIS
Comment tu le vois ton sacrifice ?

PERILLUS
Mais dans mon taureau, pardi ! je veux être le premier à être sacrifié et dégusté au nom de notre grand Kemoch !

PHALARIS
Que Kemoch, unique et grandiose, nous donne confiance et force !

PERILLUS
Je donnerai ainsi lors de l’inauguration toute la substance de mon être à mes amis, à nos Princesses…

PHALARIS
Comme ce sera délicieux !

PERILLUS
Évite de m’accompagner avec les carottes !

PHALARIS
Pourquoi ?

PERILLUS
Je fais une allergie aux carottes !

PHALARIS
Si ce sont tes volontés, elles seront respectées, scrupuleusement !

PERILLUS
Tant mieux, tyran, tant mieux ! Pense à bien couper et à bien faire dégraisser légèrement la viande. Pense à bien tailler en gros morceaux l’oignon. Pense à bien dégermer les gousses d’ail….

PHALARIS
Tu sais, nous n’avons plus Drakass mais nous avons d’autres très bons cuisiniers !

PERILLUS
Je sais…mais je préfère que tu ne rates pas ce banquet-là ! Pense à mettre la viande et la garniture dans le bon vin rouge du pays…

PHALARIS
Comme il va bien se marier à l’ensemble !

PERILLUS
et pour faire mariner toute une nuit … tant pis…Tu n’auras pas le temps…Mais que le reste soit accompli de manière parfaite et scrupuleuse.

PHALARIS
Ému.
Cela sera fait ainsi !

PERILLUS
Je pars léger ainsi…Presque avec le sentiment du devoir accompli. J’ai fini ma dernière œuvre et je vais la montrer au monde de la plus belle des manières !

PHALARIS
Je ferai de ton corps le plus beau des banquets ! Tes cuisses seront réservées aux Princesses et à tes amis avant tout !

PERILLUS
N’oublie pas de réserver mon cerveau au seul et unique Kemoch, j’y tiens !

LES DEUX
Ensemble.
Que Kemoch, unique et grandiose, nous donne confiance et force !

[Fin du dixième et dernier tableau]

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN – Pièce de Jacky Lavauzelle – NEUVIÈME TABLEAU

*

Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

**

***********


Neuvième Tableau

Clotho, Lachésis et Atropos.

Nous sommes dans le Château des trois Princesses. Même positionnement que dans le cinquième tableau.

CLOTHO
Filant.
Connaissez-vous la dernière, mes sœurs ?

LACHÉSIS
La dernière du Palais ?

ATROPOS
Une nouvelle lubie de Phalaris ?

CLOTHO
Non, les gardes frontières ont arrêté Perillus hier soir !

LACHÉSIS
Il tentait de s’enfuir ?

ATROPOS
A la frontière, ça en a tout l’air, Lachésis !

CLOTHO
Il est arrivé au Palais et il sera bientôt dans les mains de Phalaris !

LACHÉSIS
Il y a des témoins ?

ATROPOS
Est-il blessé ?

CLOTHO
Apparemment non. Il est sain et sauf…mais pour combien de temps ? Il était seul…à ce qu’on dit !

LACHÉSIS
Oui, pour combien de temps sa vie tient-elle ?

ATROPOS
Ne pouvons-nous rien faire ?

CLOTHO
Si c’est une fuite…c’est une haute trahison !

LACHÉSIS
Oui, une haute trahison !

ATROPOS
Mais, c’est la peine de mort, alors ?

CLOTHO
Quand tu vois le sort de Drakass…

LACHÉSIS
Pour dix fois moins que ce que n’a fait Perillus !

ATROPOS
Alors, il est perdu !

CLOTHO
Complétement ! Je sais que tu appréciais notre inventeur. Mais en décidant de fuir, il a renié la Moirie…

LACHÉSIS
Il s’est détourné de nous.

ATROPOS
Il est indéfendable ?

CLOTHO
Indéfendable !

LACHÉSIS
Complétement indéfendable !

ATROPOS
Triste.
Je perds un ami !

CLOTHO
Les raisons d’état nous dépassent, ma chère Atropos !

LACHÉSIS
Même nous, les Princesses !

ATROPOS
Que va-t-il en faire ?

CLOTHO
Phalaris ? Tu sais, notre Phalaris à ce sujet à une imagination incroyable…

LACHÉSIS
Débordante et tranchante !

ATROPOS
Je le regretterai, mon Perillus.

CLOTHO
Nous toutes. Mais il y a des actes impardonnables, Atropos !

LACHÉSIS
Inexcusables !

ATROPOS
Regrettables !

CLOTHO
En tout cas, cela ne va pas arranger les affaires de la Moirie.

LACHÉSIS
Nous perdons encore un très bon élément…

ATROPOS
Un des meilleurs…le meilleur…

CLOTHO
Un des meilleurs assurément !

LACHÉSIS
Le pays s’enfonce un peu plus…En perdant Périllus, je me demande si nous n’avons pas perdu la partie ?

ATROPOS
Nous avons misé sur le mauvais tyran !

CLOTHO
Et il est trop tard pour faire marche arrière.

LACHÉSIS
Essayons quand même de redresser la barre !

ATROPOS
Avec qui ? Qui reste-t-il encore ? Nous n’aurons bientôt plus qu’un tyran et des gardes…

CLOTHO
Et d’autres gardes pour garder les gardes qui veulent s’échapper…

LACHÉSIS
Espérons seulement que l’hémorragie s’arrête à Périllus !

ATROPOS
Périllus était aimé…

CLOTHO
Ça nous le savons ! N’est-ce pas Lachésis ?

LACHÉSIS
Oui, Clotho ! Atropos l’aimait un peu plus que les autres, mais c’était un homme apprécié de beaucoup de Moiriens !

CLOTHO
Et d’ailleurs…

ATROPOS
Et ça Phalaris n’aime pas ceux qui sont autant appréciés !

CLOTHO
Mais, il y a la fuite, Atropos ! …la fuite…c’est un crime en Moirie !

LACHÉSIS
Et nous ne pouvons tolérer aucune exception, même pour un homme tel que lui !

ATROPOS
je sais, la loi est la loi !

CLOTHO
En espérant que notre Moirie puisse s’en relever.

LACHÉSIS
Elle a déjà connu d’autres déboires, d’autres crises…

ATROPOS
Oui de si nombreuses invasions !

CLOTHO
Mais nous avons terrorisé nos envahisseurs. Tous voient la Moirie comme une terre de sauvages et de brutes.

LACHÉSIS
Peut-être un peu trop ! Ce qui nous a servi jadis, aujourd’hui ça nous enfonce un peu plus dans les abîmes…

ATROPOS
Oui, nous nous enfonçons désespérément.

CLOTHO
Le sort est jeté, Atropos. Prépare-toi à couper son fil de vie !

LACHÉSIS
Mais si tu veux, Atropos, je le ferai pour toi !

ATROPOS
Non ! Je ferai ma tâche jusqu’au bout. Fût-elle celle de couper mon propre fil s’il devait en être ainsi.

CLOTHO
Pour que vive la Moirie !

TOUTES
A la Moirie à la mort !

CLOTHO
Et que nous protège notre infini Kemoch !

TOUTES
Que Kemoch, unique et grandiose, nous donne confiance et force !

[Fin du neuvième tableau]

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN -Pièce de Jacky Lavauzelle – HUITIÈME TABLEAU

*

Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

***********


Huitième Tableau

PERILLUS, le CHAMBELLAN et COPIS.

Dans le l’atelier de Perillus. Un taureau grandeur nature couleur métal trône à gauche de l’atelier.

 

LE CHAMBELLAN
Alors, quelles sont les nouvelles Perillus ?

PERILLUS
Je n’en ai que de mauvaises !

LE CHAMBELLAN
Regardant le taureau.
Je vois à ton travail que tu as quand même bien avancé !

PERILLUS
Oui, j’ai bien travaillé…mais j’ai un mauvais pressentiment !

COPIS
regardant le taureau longuement.
Mon Kemoch, qu’il est beau…et de belles coucougnettes avec ça ! Tu n’as rien oublié, dis-donc ! On croirait qu’il est vrai !

LE CHAMBELLAN
C’est vrai qu’il rutile !

PERILLUS
J’y ai passé tout mon temps et et j’y ai mis toute mon énergie.

LE CHAMBELLAN
Oui, mais quel résultat ! C’est hallucinant !

PERILLUS
Mais quelle fatigue, les amis ! Je suis épuisé ! Je ne vaux plus tripette ! Et tout ça pour quoi ?

COPIS
Enflammé.
*Ô temps, ô temps trompeur soumis à Kemoch,
Celui qui te guide et tient ta main,
Là-haut, on ne sait où, dans les nuées,
Et qui lui fait répandre, au loin,
Les vies dont il a besoin,
L’artiste à nouveau exténué
Mais pour une œuvre parfaite par ses soins
Qu’il a réalisée ?
Non, qui l’a réalisé !

PERILLUS
Merci Copis pour donner un peu de beauté dans ce monde de barbares !

LE CHAMBELLAN
N’as-tu pas vu la Princesse Atropos, lors de la soirée ? Elle ne peut pas t’aider ? Tu devais bien la voir ? Raconte.

PERILLUS
Oui, je l’ai vue ! Mais elle ne pourra rien faire dans l’immédiat ! Elle ne peut pas s’opposer à Phalaris tant qu’il n’a rien fait. C’est le tyran ! Si elle s’oppose, une grave crise serait ouverte qui affaiblirait notre pays ! Et elle ne peut pas se permettre ça ! Surtout en ce moment ! Elle me dit qu’il faut attendre le faux pas !

COPIS
Tu vois bien que tu t’inquiètes pour rien ! Nous sommes tous à la même enseigne !

PERILLUS
J’ai appris, mon Copis, mon sacré Copis, ou devrais-je dire secret Copis…que tu envoyais des poèmes à la Princesse Clotho…dis-donc Copis, c’est vrai ?

COPIS
Gêné.
Rien. Quelques petits poèmes de rien du tout.

LE CHAMBELLAN
J’ai cru comprendre qu’elle les appréciait bien, tes petits poèmes ! On est dans les petits papiers avec la Princesse, comme ça ? Toi c’est Clotho et Perillus c’est Atropos !

COPIS
C’est vrai qu’elle les aime bien ? Eh bien, boilà…Il ne manque plus que toi avec Lachésis.

PERILLUS
Il paraît qu’elle ne s’intéresse que moyennement aux hommes !

LE CHAMBELLAN
Ah ! Lachésis ?

COPIS
Ça, je ne savais pas !

PERILLUS
Enfin, ça ne fait pas tout ! Nos princesses sont bien gentilles, mais c’est Phalaris qui reste ici tout puissant et nous restons, nous, à sa merci !

LE CHAMBELLAN
Que comptes-tu faire ? Ton idée d’Hispérie tient toujours ?

COPIS
Oui, tu nous avais parlé de ça. C’est vrai…Partir en Hyspérie … Partir en Hyspérie et mourir… C’est beau !

PERILLUS
En tout cas, rester ici, c’est mourir sûrement. Je voulais donc vous voir pour vous faire mes adieux…

LE CHAMBELLAN
Quoi, tu pars ? Tu n’as pas de craintes sérieuses…

PERILLUS
…Tôt ou tard, ça nous arrivera à tous…Regardez Drakass !

COPIS
C’est vrai, que pour notre ami, ça a été expéditif ! La sûreté de l’état invoquée par notre foutu tyran, c’était tiré par les cheveux !

PERILLUS
Que va-t-il trouver encore ?… Les motifs ne manquent pas ! Mon taureau d’airain lui paraîtra trop petit, trop grand, énergivore, que sais-je ?… Pas assez rutilant !… Il dira que j’ai fait honte à la nation Moirienne, …que je l’ai insultée, peut-être…

COPIS
Tu pousses pas un peu ?

LE CHAMBELLAN
Moi qui voit le Phalaris tous les jours, il est vrai que son état ne va pas en s’améliorant…Mais quand même de là à tuer son meilleur créateur ! Quand même !

PERILLUS
Il a bien tué son meilleur cuisinier !

COPIS
Vite remplacé par ailleurs ! Nul n’est…

PERILLUS
…irremplaçable ! je sais, je sais !

LE CHAMBELLAN
Et si tu pars…

PERILLUS
…Je pars, ma décision est prise !

LE CHAMBELLAN
Mais comment vas-tu faire ? Comment as-tu organisé tout ça ?

COPIS
Qui t’attend là-bas ?

PERILLUS
Je ne vous dirai rien de plus ! Cet idiot est capable de vous torturer et ces méthodes sont très expéditives et vraiment dissuasives !

COPIS
Apeuré.
Oh oui ! Moi, je parlerais, c’est sûr ! Ne dis me rien Perillus, ne nous dis rien !

PERILLUS
Oui, vous comprenez mon silence. C’est bien.

LE CHAMBELLAN
Mais Phalaris a plus que doublé les contrôles aux frontières ! Tu ne pourras jamais passé ! Tu ne vas pas franchir les montagnes enneigées, quand même, c’est vraiment trop dangereux ?

PERILLUS
Je ne vais pas vous dire ni où je passerai, ni mes contacts…

COPIS
Non ! Ne nous dis rien, Perillus, je t’en prie, ne nous dis rien !
(Prenant une pose dramatique. )
*Quel sombre ou clair avenir
S’offrira demain à notre Perillus ;
Ils consultent les astres et les abats rituels
Pour que le bonheur l’accompagne dans son ultime voyage
Le ciel entier, avec sa brume et ses nuages,
Et sa terreur, et sa folie, et ses soleils,
Et tant de météores
Le guideront vers d’autres cieux,
D’autres brumes et d’autres soleils.

LE CHAMBELLAN
Ultime voyage ! Comme tu y vas, Copis…Il en aura bien d’autres encore !

COPIS
La création, Chambellan, la création !

PERILLUS
Voilà ! C’est la dernière fois que nous nous voyons ! Et je tiens à vous souhaiter bon courage.Il vous en faudra plus à vous qu’à moi. Pour moi, c’est une question d’heures !

LE CHAMBELLAN
Ça fait bizarre de t’entendre parler ainsi ! J’ai l’impression que tu montes à l’échafaud !

COPIS
Ou d’en réchapper ! … C’est quand même dommage de pas avoir trouvé de solutions avec la Princesse.

LE CHAMBELLAN
Oui. C’est vraiment dommage ! Un tyran comme Phalaris et tout est lamentation et désespoir.

COPIS
Eh ! Chambellan ! Tu parles comme moi, maintenant ?

LE CHAMBELLAN
L’émotion, Copis, l’émotion ! … Mais, Perillus, quelles sont tes dernières volontés en terre de Moirie ? Dis-nous, peut-on faire quelque-chose pour toi ?

PERILLUS
Rien. Voici ma dernière œuvre en Moirie !
Il montre son taureau.
C’est mon dernier chef d’œuvre !

COPIS
Tu ne t’es pas foutu de lui, dis-donc ?

PERILLUS
Ce n’est pas pour lui, que je laisse cette création. C’est pour mon pays que j’aime et qui a vu naître mes parents et les parents de mes parents. Le pays des traditions ! le pays de nos traditions ! respectons-les !

LE CHAMBELLAN
Oui, quelle œuvre !

COPIS
Quel chef d’œuvre !

PERILLUS
S’approchant du taureau.
Oui ! Un chef d’œuvre ! Un barbecue géant d’airain !

LE CHAMBELLAN
Comme il brille !

COPIS
Comme il scintille !

PERILLUS
Avec toutefois une originalité !

COPIS
Comme tout chef d’œuvre !

LE CHAMBELLAN
Quelle originalité ? Dis ? Tu nous intrigues !

PERILLUS
Mon taureau parle !

COPIS
Il parle comment ?

PERILLUS
Enfin, il parle…il mugit surtout !

COPIS
Mais comment est-ce possible ?

LE CHAMBELLAN
C’est diabolique !

PERILLUS
Mais non. Regardez ! (il montre les ouvertures) le bruit passera par là.

LE CHAMBELLAN
Mais quels bruits ?

PERILLUS
Le bruit des condamnés, des petits plats qui se préparent bien sûr !

COPIS
Horrifié.
Ils seront donc mis vivants !

PERILLUS
Les traditions, les amis ! Les traditions ! N’oubliez jamais les traditions ! Nous vivons et mourons pour elles. Elles sont notre socle, notre terroir. Sans elles, nous ne sommes rien. Nous ne valons pas mieux qu’un Philippain ou un autre de cet acabit.

COPIS
Oui, d’accord…Mais vivant ! Est-ce que ce n’est pas…un peu..extrémiste ?

PERILLUS
Nos traditions ne valent que si elles sont pures !

COPIS
Vivants !… Ils seront vivants !

LE CHAMBELLAN
Oui, mais ce seront des cris que nous entendrons, alors !

PERILLUS
Et voilà le côté génial ! C’est que ces trous-là (il les remontre) transforment les sons…

LE CHAMBELLAN
Ah !

COPIS
Vivants !…Ils seront vivants !

PERILLUS
Et avec ces trous, les cris deviendront mugissements !

LE CHAMBELLAN
Appréciant la qualité de l’ouvrage.
La création dans toute sa beauté !

COPIS
Oui… Mais ils seront vivants !

PERILLUS
Oh ! Copis ! Tu vas pas y passer le réveillon ! Ils seront vivants, oui et alors ? Tout bon barbecue Moirien, doit se faire dans cet état d’esprit. Pense au goût de la viande !

LE CHAMBELLAN
Incomparable !

PERILLUS
Eh oui, mon taureau est fait dans les vraies traditions Moiriennes !

LE CHAMBELLAN
Que vive la Moirie, sans son tyran infâme !

COPIS
Oui, sans son tyran !

PERILLUS
Voilà, je vous quitte ainsi les amis !

COPIS
Ému.
Arrête ! j’ai les larmes aux yeux.

LE CHAMBELLAN
Oui, ce ne sera pas pareil sans toi !

PERILLUS
Mais si, vous verrez ! Et je vous attendrai quoi qu’il arrive en hespérie. J’en ferai une nouvelle terre d’accueil pour les Moiriens exilés…en attendant le retour dans des temps meilleurs !

LE CHAMBELLAN & COPIS
A la Moirie et à L’hespérie !

PERILLUS
A la Moirie ! Merci les amis.

Ils s’embrassent.

[Fin du huitième tableau]

  • *d’après un poème d’Émile Verhaeren Le Temps

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN -Pièce de Jacky Lavauzelle – SIXIÈME TABLEAU

*Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

***********


Sixième Tableau

Perillus.

Atelier de Perillus.

PERILLUS
Il essaie plein de choses. Va et vient. Prend des pièces de bois, des pièces de métal. Essaie de les assembler, les pose et les reprend. Après plusieurs essais, il s’assied et regarde son plan de travail.
Non ! Non, non et non ! Ça ne va pas ! Faire un barbecue géant ! Si un jour on m’avait dit ça ! Toutes ces années d’étude et en être réduit à de telles pitreries ! Si mon professeur Nobilis me voyait ! Quelle honte ! Quelle chute !
Il se relève et reprend des pièces.
Le bois ? Ça n’ira pas ! Le feu sera trop intense. Je vais le garder pour la déco. Faire quelque chose de joli, c’est pas mal aussi. Et c’est ma patte ! C’est comme un emballage de fête… Comment résoudre ce problème de cuisson ? Et j’ai besoin de gros volumes. Il veut y mettre des gars en entier, le bougre de tyran. Ce Phalaris devient vraiment inquiétant. J’ai rien contre les traditions…en principe…ça a toujours du bon, les traditions…C’est vrai ça…que serions-nous sans les traditions ? Des animaux, oui ! des animaux ! des bêtes affamées et sanguinaires ! (il réfléchit) Oui, enfin ! On en est pas loin non plus. Oublions ça et gardons les pensées positives ! J’ai besoin de pensées positives…de bonnes ondes…sinon, c’est foutu …et vlan dans le chaudron…
Il reprend des pièces et fait de nouveaux essais.
Ah ! si les frontières étaient moins bien gardées ! Bye bye la compagnie ! Je laisse mes chaussettes et ma brosse à dents et vlan…Adios à tutti ! Quel débarras, ça ferait ! Quelle tranquillité ! Comment on a fait pour se retrouver dans une telle galère ? Comment cela a-t-il pu arriver ? Qu’est-ce qui est passé dans la tête de nos trois princesses ? Avant, tout n’était pas rose…mais enfin, quand même ! C’était vivable…c’est le cas de le dire…le chaudron chauffait, mais bon, on y trempait nos ennemis…les traîtres à la nation Moire ! Et un bon banquet..(il sourit légèrement)…Quels banquets on a fait ! et quel fumé ! Mes papilles s’en souviennent encore ! Mais c’est comme tout ! Comme les grandes fêtes ! La fête Nationale du 30 février ! La naissance de Kemoch ! Les dates des premiers sacrifices ! C’est pas tous les jours, sinon ça n’a plus un caractère exceptionnel ! Tout le monde sait ça…Oui, mais des pensées positives…Gardons des pensées positives…(il s’arrête et réfléchit) Bon sang ! C’est qu’il y en a pas beaucoup de pensées positives ! Mince alors. Il faut que je fasse le vide en moi…enfin pas trop, pour que je puisse créer quand même…Mais me vider la tête…Oublier la contingence…Oublier les soucis de merde du quotidien !…Bon ! Alors…résoudre un problème de contenance…d’accord…du volume, il me faut du volume ! Mais que ça ne fasse pas ridicule, disproportionné…inapproprié ! Il faut du grand…mais de l’humain…une création à taille humaine…Il faut que je pense concept ! que je sois concept ! Je suis le concept incarné ! …Bon, arrêtons nos conneries et soyons sérieux !…du volume…du volume et encore du volume ! Ma création doit symboliser la culture Moirienne ! Notre puissance et notre effroi. C’est pour ça que tous nos voisins ont peur de nous ! Il y a un côté animal en chacun de nous. La Moirie est la réserve du monde ! Le paradis des cannibales ! On est pas accepté partout ! Quel monde indifférent à nos préoccupations et à notre manière de vivre ! Ils ont même du dégoût quand il nous voit…Ah ! Ils essaient de ne rien montrer, mais ça se sent…Ils sentent la sueur de la peur ! Une sueur que tu peux pas contrôler…Comme toutes les sueurs, remarque. Mais celle-là elle t’entraîne dans les paradis du grand chaos et de la grande démesure ! Un peu comme nous, face à Phalaris… Qu’est-ce qu’on doit puer comme sueur de peur quand on est à ses côtés ! C’est pour ça que ça l’amuse, ce tyran de mes deux ! Vlan que je te le mettrai dans le chaudron ! Vlan que je te le découpe ! Et par petites bouchées, bien découpées, avec un bon couteau de chez nous, ceux qui coupent sans faire de bavures, ceux qui coupent sans mâcher, sans trifouiller la chair…Ils peuvent se rhabiller les couteaux de Damas des Philippains de la Macronerie ! …Avec quelques petits oignons ! bien revenus dans de la bonne graisse de liposuccion, garantie fraîchement ponctionnée…Ah, notre tyran…Il ne pourrait même plus tyranniser les poireaux et les courgettes…Mais nous…Nous…crois-moi, mon bon tyran…qu’on se régalerait de cette bonne et vigoureuse franche lippée …Et avec autant de cruauté…autant d’énergie dans le mal et le malheur d’autrui…je ne te dis pas la force que ça nous mettrait ! du feu ! des flammes ! Je ressens d’ici la puissance et l’énergie ! …Tiens, c’est bon ça ! Putain, ça me donne une putain de gaule ! Quelle énergie ! …(il prend un temps de pause.) Eurêka ! Je l’ai trouvé cette putain d’énergie positive ! Vive le chaudron ! Vive notre putain de Phalaris ! Et que la cuisine soit bonne !

[Fin du sixième tableau]

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN – Pièce de Jacky Lavauzelle – TROISIÈME TABLEAU

*Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

*

Le Chambellan et Perillus, puis Copis Prost, le Grand Script.

***********


Troisième Tableau

Le chambellan sur scène. Il aperçoit Perillus sur la gauche et va à sa rencontre.

LE CHAMBELLAN
Alors ? Comment tu l’as trouvé ?

PERILLUS
Comme d’habitude ! Toujours égal à lui-même.

LE CHAMBELLAN
Depuis deux semaines, il a changé !

PERILLUS
Je trouves qu’il a toujours été comme ça, et je le connais depuis des années, comme toi. Il était attaché alors parlementaire de la Princesse Clotho, et puis il est monté, monté et nous y voilà !

LE CHAMBELLAN
Il devient vraiment agressif. On ne peut plus rien lui dire. Et Chambellan par ici et Chambellan par là…

PERILLUS
Et cette histoire de Temple…Il se met une pression…

LE CHAMBELLAN
Il nous met une pression, tu parles ! Et cette histoire de Kemoch ?

PERILLUS
Oh moi, tu sais, la religion et moi…

LE CHAMBELLAN
Mais quand même…Prendre un dieu moabite qui n’existe plus nulle part…

PERILLUS
Il paraît que ça viendrait de la princesse Lachésis…

LE CHAMBELLAN
Ah bon ?

PERILLUS
Un rêve qu’elle aurait fait en testant les fils de Clotho…C’est ce qui se dit !

LE CHAMBELLAN
Oui, ça semble vraiment emmêlé tout ça ! En tout cas, il nous la met la pression.

PERILLUS
Tu peux le dire, surtout à moi !

LE CHAMBELLAN
Oui, tu dois lui trouver de l’exceptionnel !

**

Clotho, Lachèsis et Atropos
Flemish tapestry, Victoria and Albert Museum
London

**


PERILLUS
Sinon, dans le chaudron !

LE CHAMBELLAN
Tu crois qu’il oserait, Perillus  ?

PERILLUS
Regarde Drakass ? Crac ! dans le chaudron, avec des petits légumes et des bonnes carottes nouvelles…Et tout ça pour un plat, un malheureux plat…

LE CHAMBELLAN
Faut dire que la viande pouvait être avariée…ça arrive…

PERILLUS
Il ne prend que des condamnés de la semaine…Et pareil pour les animaux…Il est porté sur le frais…

LE CHAMBELLAN
Il en a les moyens ! Mais tu vas proposer un projet ?

PERILLUS
J’ai plutôt intérêt !

LE CHAMBELLAN
Tu as donc une idée ? Tu risques gros dans cette histoire !

PERILLUS
Comme à chaque fois, c’est mon lot ! Mais je vais en parler quand même à la princesse Atropos. Je vais couvrir mes arrières ! Au cas où ! Au cas où !

LE CHAMBELLAN
Tu connais donc la puissante cheftaine ?

PERILLUS
J’ai longtemps travaillé avec elle. C’est elle qui m’a choisi pour aménager le Grand Château…

LE CHAMBELLAN
Et comment vas-tu faire pour la voir ?

PERILLUS
Je suis invité à une soirée.

LE CHAMBELLAN
Au château ?

PERILLUS
Au château ! Il faut une grande représentation pour la venue du Premier Ministre de Vlad XLIX.

LE CHAMBELLAN
Oui, mais pendant de telles soirées, elles seront aussi inaccessibles…

PERILLUS
Pas la princesse Clotho…J’ai eu une petite histoire il y a longtemps,, quand nous étions jeunes, avec…

LE CHAMBELLAN
Avec la princesse…Avec la Grande Clotho ?

PERILLUS
Avec la princesse ! Mais ça commence à dater ! J’ai mes entrées quand même ! Il y a des choses que l’on n’oublie pas ! Je vais m’en servir avant que le Priape me bouffe tout cru.

LE CHAMBELLAN
Fais attention à toi tout de même !


PERILLUS
Je ne te cache pas que j’ai des contacts en Hypérie et tu sais en plus que leur système fiscal est largement avantageux…mes arrières, te dis-je, mes arrières…

LE CHAMBELLAN
Reste discret, Perillos, les murs ont ici plus d’oreilles qu’ailleurs !… Et pense à moi, si tu as des pistes de repli !

PERILLUS
Je n’en parle qu’à toi et à deux ou trois amis sûrs…

LE CHAMBELLAN
Les amis sûrs sont de plus en plus rare !

PERILLUS
C’est vrai, l’amitié est chose bien peu présente dans notre pays, on ne parle que de loyauté ! La loyauté c’est pour les chiens ! La loyauté c’est pour les mafieux et les véreux ! Pour les tyrans ! Mon chien m’est fidèle et loyal, mais je ne le mange pas dès qu’il me désobéit !

LE CHAMBELLAN
Les chiens ont aussi la vie dure !

PERILLUS
Les chiens, les hommes, les amis, les ennemis, les poules et les canards. Il vaut mieux être dans la peau d’une salade que dans celle d’une oie ou d’un cochon.

LE CHAMBELLAN
Attention, il y a de plus en plus de végétariens, végétaliens, véganes et tout ce que tu voudras…regarde Gaihris…

PERILLUS
Je ne l’envie pas non plus. Il a une tâche démesurée…il finira dans la soupière !

LE CHAMBELLAN
Dans le chaudron !

PERILLUS
Comme nous tous, certainement !

LE CHAMBELLAN
Comme nous tous !…Tiens, regarde ! Je vois là-bas notre ami Copis Prost !

PERILLUS
C’est vrai, c’est lui !
Il l’appelle.
Ô grand Script ! Ô notre fabuleux Écrivain du Palais !
Copis approche du chambellan et de Perillus.
Comment vas-tu ô Grand Script ?

COPIS
Mes nuits sont agités, les amis. Longtemps, je me suis couché de bonne heure*, mais désormais ça ne m’empêche plus d’avoir des nuits de merde !

PERILLUS
Comme nous tous, Copis…Comme nous tous ! Nous parlions du Palais et des folies demandées par notre Grand Prince par la grâce de Kemoch !

COPIS
Il est vrai que mon âme est douloureuse à mort ; je n’aurais jamais cru que la mort de mon âme fût si douloureuse !**

Perillus et le Chambellan se regardent, interloqués.

PERILLUS
Et ?

COPIS
Et ? mais mon cœur saigne voilà tout, de voir tant de désordre et tant d’infamie régner ! Moi-même, je dois préparer le grand discours pour la grande cérémonie…

LE CHAMBELLAN
Tout est grand chez nous, sauf la durée de vie qui se raccourcit de jour en jour !

COPIS
O lassitude ! Tristesse du surhumain effort !*** Voici donc ce que sont nos vies. Vous vous souvenez quand, jeunes encore, nous jouions dans les rues du Styx sur les bords du Léthé.

PERILLUS
Il ferme les yeux.
C’était si bon…ça paraît être une autre époque…différente…si loin de la nôtre…tout est pareil, mais tout est si différent.

LE CHAMBELLAN
La belle époque, oui.Mais notre avenir se raccourcit et je crois que notre temps à nous est compté. (à Copis) Perillos va voir la Grande Clotho pour lui parler de nos inquiétudes et de nos peurs.

COPIS
Je vous le dis…

LE CHAMBELLAN
…Nous savons que tu reviens de Macronerie !…

COPIS
…Je vous le dis, les amis, la nuit pourrait être mauvaise et, avant qu’il ne soit trop tard, je veux savoir à qui je pourrais m’adresser.***

PERILLUS
Je vais tenter le tout pour le tout…Mais en tout cas les amis, faites bien attention à vous et sachez que les murs ont des oreilles d’éléphant dans notre palais comme ailleurs…J’entends des pas…dispersons-nous avant que quelques mouchards ne nous fassent notre affaire…Je vous tiendrai informé des résultats de mon entretien…

LE CHAMBELLAN
Qui s’en va.
A bientôt, les amis et bon courage !

COPIS
Adieux et n’oublions pas, les amis, de créer et de créer jusqu’à la mort : Il n’y a de joie que de créer et il n’y a d’êtres que ceux qui créent !****

PERILLUS
Partant.
Oui Copis, c’est vrai, mais regarde notre Phalaris, notre grand Phalaris, dans un sens, il créé aussi…mais avec le mal et la souffrance…

LE CHAMBELLAN
…des autres. Les amis, partons ! Il est temps !

[Fin du troisième tableau]

**********************

*Du côté de chez Swann – Proust
** Jeanne d’Arc – Charles Péguy
***L’Immoraliste – André Gide
****Jean-Christophe – Romain Rolland

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE TAUREAU D’AIRAIN – Pièce de Jacky Lavauzelle

*


LE TAUREAU D’AIRAIN



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*


Premier Tableau

Le Chœur
Nous sommes en Moirie, pays sombre et lugubre où règnent trois princesses – je les appellerai plutôt sorcières, mais ce n’est que mon avis, après tout…

**

Second Tableau

PHALARIS
Ce sera notre dieu désormais. J’ai eu une illumination en me rasant. Kemoch m’est apparu…Et il m’a parlé…
Gaihris lève les yeux au ciel quand Phalaris se tourne.
Une illumination, te dis-je. Une lumière blanche et des musiques sérielles et électroacoustiques … La synthèse impossible entre Stockhausen, Berio, Boulez et Dalbavie… J’étais un ange dans les mains de Dieu.

**

Troisième Tableau

PERILLUS
C’est vrai, l’amitié est chose bien peu présente dans notre pays, on ne parle que de loyauté ! La loyauté c’est pour les chiens ! La loyauté c’est pour les mafieux et les véreux ! Pour les tyrans ! Mon chien m’est fidèle et loyal, mais je ne le mange pas dès qu’il me désobéit !

**

Quatrième Tableau

PHALARIS
Qui s’emballe.
Ben, c’est que moi, le chaudron ça m’excite, Altesse et depuis que vous en parlez, Altesse, j’ai l’eau à la bouche et j’entends des gargouillis dans mon ventre, Altesse…c’est plus fort que moi…Ah ! cette idée du chaudron….Vous me dites qu’ils me laisseraient les conjoints…Si je pouvais les croquer tous…

**

Cinquième Tableau

ATROPOS
Et moi, couper ! Tout le monde à peur de moi ! tous s’écartent et chacun pense que sa dernière heure est arrivée ! Je les vois tremblant, bavant, écumant…Leurs épaules s’affaissent…ils rougissent…bégaient … suent à grosses gouttes…Je sens de la peur dès que je passe…des fragrances horribles de l’angoisse…même les lumières à mon passage s’affadissent. J’ai même vu des ampoules éclater en mille morceaux !

**

Sixième Tableau

PERILLUS
…du volume…du volume et encore du volume ! Ma création doit symboliser la culture Moirienne ! Notre puissance et notre effroi. C’est pour ça que tous nos voisins ont peur de nous ! Il y a un côté animal en chacun de nous. La Moirie est la réserve du monde ! Le paradis des cannibales ! On est pas accepté partout ! Quel monde indifférent à nos préoccupations et à notre manière de vivre !

**

Septième Tableau

PHALARIS
Comme tu y vas, Grand Argentier, la banqueroute ? C’est un peu fort quand même ! Nous avons des dépenses plus fortes que prévues…C’est sûr ! Des impondérables ? Aussi ! Mais…mais quand même, nous investissons pour notre avenir et pour le salut de nos âmes : nous nous mettons dans les bras de Kemoch !

**

Huitième Tableau

PERILLUS
Les traditions, les amis ! Les traditions ! N’oubliez jamais les traditions ! Nous vivons et mourons pour elles. Elles sont notre socle, notre terroir. Sans elles, nous ne sommes rien.

**

Neuvième Tableau

LACHÉSIS
Le pays s’enfonce un peu plus…En perdant Périllus, je me demande si nous n’avons pas perdu la partie ?

**

Dixième et dernier Tableau

PERILLUS
Regarde ! Sur les côtés ! Les orifices permettent de percevoir les gémissements du taureau…comme s’il s’agissait d’un vrai. Ce taureau permettra d’avoir avant le goût, l’odeur et les sons.

**

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

 

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LUIS DE CAMOES OS LUSIADAS III-93 LES LUSIADES – Nem era o povo seu tiranizado

* Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-93 LES LUSIADES III-93
LITTERATURE PORTUGAISE





Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue




Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-93




OS LUSIADAS III-93
A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 93
Strophe 93

III-93

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******




Luís de Camões Os Lusiadas
OS LUSIADAS III-93
LES LUSIADES III-93

 ******

Sancho II de Portugal – « o Capelo » e « o Piedoso »
Sanche II de Portugal, dit le Pieux

« Nem era o povo seu tiranizado,
« Il ne tyrannisa non plus ses gens,
 Como Sicília foi de seus tiranos;
Comme ceux de Sicile l’avaient été par leurs tyrans ;
Nem tinha como Fálaris achado
Ni ne ressemblait à Phalaris inventant
Gênero de tormentos inumanos;
De nouveaux inhumains tourments ;
Mas o Reino, de altivo e costumado
Mais l’audacieux Royaume accoutumé
A senhores em tudo soberanos,
A des hommes en tous points parfaits,
A Rei não obedece, nem consente,
Ne peut ni obéir ni supporter un Roi,
Que não for mais que todos excelente.
Qui le plus excellent de tous ne soit. 

*******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*******

Précisions historiques
et
Retour sur les versets précédents


Sonnet 90 : Fin de la séquence avec la mort de Sanche Ier. Nous sommes en mars 1211. Il laisse la place à Alphonse II qui régnera jusqu’en 1223.
Du sonnet 91 au sonnet 94, Camoes aborde le règne du quatrième Roi du Portugal, Sanche II, dit le Pieux (né le 8 septembre 1207 à Coïmbra et mort le 4 janvier 1248 à Tolède). C’est le fils d’Alphonse II et de la reine Urraque de Castille. Il sera roi à la mort de son père en 1223 mais sera écarté par son frère Alphonse III, Alphonse le Hardi un an avant sa mort en 1247.  La passation de pouvoir sera décrite dans le sonnet 94.
Le sonnet 91 insiste sur les faiblesses et l’incompétence à gouverner du nouveau roi Sanche II.
Il est comparé au sonnet 92 avec Néron, Sardanapale et Héliogabale. S’il n’arrive pas à autant de méfaits et de forfaitures, Sanche est évidemment inapte à conduire les rênes du pouvoir.
Sonnet 93 : la comparaison est faite avec le tyran Phalaris. Sanche II, même moins cruel, n’est pas à la hauteur de son peuple.

Jacky Lavauzelle
Camoes Les Lusiades

****

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-93 CAMOES LUSIADES III-93
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************


White_Fawn_Drawing Faon Diane

LUIS VAZ DE CAMOES OS LUSIADAS LES LUSIADES