Archives par mot-clé : sicile

LUIS DE CAMOES OS LUSIADAS III-93 LES LUSIADES – Nem era o povo seu tiranizado

* Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-93 LES LUSIADES III-93
LITTERATURE PORTUGAISE





Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue




Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-93




OS LUSIADAS III-93
A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 93
Strophe 93

III-93

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******




Luís de Camões Os Lusiadas
OS LUSIADAS III-93
LES LUSIADES III-93

 ******

Sancho II de Portugal – « o Capelo » e « o Piedoso »
Sanche II de Portugal, dit le Pieux

« Nem era o povo seu tiranizado,
« Il ne tyrannisa non plus ses gens,
 Como Sicília foi de seus tiranos;
Comme ceux de Sicile l’avaient été par leurs tyrans ;
Nem tinha como Fálaris achado
Ni ne ressemblait à Phalaris inventant
Gênero de tormentos inumanos;
De nouveaux inhumains tourments ;
Mas o Reino, de altivo e costumado
Mais l’audacieux Royaume accoutumé
A senhores em tudo soberanos,
A des hommes en tous points parfaits,
A Rei não obedece, nem consente,
Ne peut ni obéir ni supporter un Roi,
Que não for mais que todos excelente.
Qui le plus excellent de tous ne soit. 

*******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*******

Précisions historiques
et
Retour sur les versets précédents


Sonnet 90 : Fin de la séquence avec la mort de Sanche Ier. Nous sommes en mars 1211. Il laisse la place à Alphonse II qui régnera jusqu’en 1223.
Du sonnet 91 au sonnet 94, Camoes aborde le règne du quatrième Roi du Portugal, Sanche II, dit le Pieux (né le 8 septembre 1207 à Coïmbra et mort le 4 janvier 1248 à Tolède). C’est le fils d’Alphonse II et de la reine Urraque de Castille. Il sera roi à la mort de son père en 1223 mais sera écarté par son frère Alphonse III, Alphonse le Hardi un an avant sa mort en 1247.  La passation de pouvoir sera décrite dans le sonnet 94.
Le sonnet 91 insiste sur les faiblesses et l’incompétence à gouverner du nouveau roi Sanche II.
Il est comparé au sonnet 92 avec Néron, Sardanapale et Héliogabale. S’il n’arrive pas à autant de méfaits et de forfaitures, Sanche est évidemment inapte à conduire les rênes du pouvoir.
Sonnet 93 : la comparaison est faite avec le tyran Phalaris. Sanche II, même moins cruel, n’est pas à la hauteur de son peuple.

Jacky Lavauzelle
Camoes Les Lusiades

****

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS III-93 CAMOES LUSIADES III-93
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************


White_Fawn_Drawing Faon Diane

LUIS VAZ DE CAMOES OS LUSIADAS LES LUSIADES

DON PELAYO REI DE ASTURIAS – Pélage le Conquérant -佩拉约 – Пелайо – Plaza de Oriente Madrid Мадрид – 马德里

Madrid – Мадрид – 马德里
——

Madrid Blason Artgitato  Madrid L'Ours & L'arbousier Artgitato La estatua del oso y del madroño

Photos Jacky Lavauzelle
*

Madrid Drapeau Artgitato


PLAZA DE ORIENTE
La place de l’Orient
Плаза-де-Ориенте
东方广场

DON PELAYO
PELAGE LE CONQUERANT
Rei de Asturias
Premier Roi des Asturies
佩拉约 – Пелайо

685/690-737
Règne de 718 à 737
約685年-737年

 

don pelayo rey de asturias Plaza de Oriente Artgitato

Pelayo_en_la_batalla_de_Covadonga_Biiblioteca National de España

LES PELAGIENS

PÉLAGIENS, (Théologie) anciens hérétiques ainsi nommés de Pélage leur chef, & fort connus dans l’Eglise par les écrits de S. Augustin.
Pélage, auteur de cette secte, était anglais. On prétend que son nom anglais était Morgan, qui signifie mer, que l’on a rendu en grec & en latin par celui de Pélage. Il était moine, mais on ne sait pas certainement s’il avait embrassé ce genre de vie en Angleterre ou en Italie. Les Anglais prétendent qu’il avait été moine du monastère de Banchor, sans décider si c’était de celui qui est situé dans le pays de Galles ou d’un autre de même nom qui était en Irlande. On ajoute qu’il passa en Orient, où il commença à semer ses erreurs sur la fin du quatrième siècle ; d’autres disent qu’il vint à Rome & qu’il y dogmatisa au commencement du cinquième.

On peut rapporter à trois principaux chefs, les erreurs de Pélage & de ses disciples. Elles roulaient ; 1°. sur le péché originel ; 2°. sur les forces du libre arbitre ; 3°. sur la nature, l’existence & la nécessité de la grâce.
Quant au premier article, Pélage enseignait que nos premiers parents Adam & Eve avoient été créés mortels, que leur prévarication n’avait nui qu’à eux-mêmes, & nullement à leur postérité. 2°. Que les enfants qui naissent sont dans le même état où étaient Adam & Eve avant leur péché ; 3°. que ces enfants, quand même ils ne seraient pas baptisés auraient la vie éternelle, mais non pas le royaume des cieux ; car ils mettaient entre ces deux choses une distinction qu’eux seuls apparemment se piquaient d’entendre.
Quant au libre arbitre, ils prétendaient qu’il était aussi entier, aussi parfait, & aussi puissant dans l’homme, qu’il l’avait été dans Adam avant sa chute ; 2°. que par les propres forces du libre arbitre, l’homme pouvait parvenir à la plus haute perfection, vivre sans passions déréglées & même sans péché ; 3°. Julien un des sectateurs de Pélage, ajoutait que par les seules forces du libre arbitre, les infidèles pouvaient avoir de véritables vertus qui les rendissent parfaitement bons & justes, non-seulement dans l’ordre moral & naturel, mais encore dans l’ordre surnaturel.
Quant à la grâce ; Pélage soutint d’abord que les forces naturelles du libre arbitre suffisaient pour remplir tous les commandements de Dieu, vaincre les tentations ; en un mot, opérer toutes sortes de bonnes œuvres dans l’ordre du salut. Mais attaqué de toutes parts & poussé vivement par les Catholiques, il admit d’abord des grâces extérieures, comme la loi, la prédication de l’Evangile, les exemples de Jésus-Christ. Il alla ensuite jusqu’à reconnaître une grâce intérieure d’entendement pour les vérités révélées, non qu’il la jugeât absolument nécessaire, mais simplement utile pour en faciliter la connaissance. Enfin, il admit une grâce intérieure de volonté, mais réduite presque à rien par ses subtilités & par celles de ses disciples ; car ils soutenaient que cette grâce n’était nécessaire que pour achever les bonnes œuvres, & non pour les commencer ; qu’elle n’était pas absolument nécessaire pour opérer le bien, mais pour en faciliter l’opération ; & enfin que cette grâce n’était point gratuite, puisque Dieu ne la conférait aux hommes, qu’en considération de leurs mérites & à titre de justice. Or, selon eux, ces mérites étaient purement humains, produits par les seules forces de la nature. S. August. lib. de Gert. Pelag. de grat. & lib. arbitr. de grat. Christ. & contr. Julian. Tournély, trait. de la Grace, tom. I. disput. 1. art. 3.
On voit que ce système tend à anéantir la nécessité de la grace ; Pélage eut pour principaux disciples, Célestius & Julien, évêques d’Eclane en Sicile. Condamné en Afrique & en Orient par divers conciles, il trompa le pape Zozime par une feinte profession de foi ; mais ce pontife mieux instruit par les évêques d’Afrique, condamna Pélage & Celestius dans un concile tenu à Rome en 418 : leurs erreurs furent proscrites de toutes parts, tant par la puissance ecclésiastique, que par l’autorité séculière. On tint sur cette matière vingt-quatre conciles en dix-neuf ans, & les empereurs Honorius, Constance & Valentinien ayant appuyé par leurs lois les décisions de l’Eglise, le pélagianisme parut écrasé, mais il reparut en partie dans la suite sous le nom de semipélagianisme.
Ce fut en combattant ces hérétiques, que S. Augustin composa les divers ouvrages qui lui ont mérité le titre de docteur de la grâce. C’est aussi contre eux que S. Prosper à fait son poème intitulé contre les ingrats ; S. Hiérome, S. Fulgence & plusieurs autres pères ont aussi réfuté les Pélagiens. »

L’Encyclopédie, 1re édition
1751 – Tome 12, pp. 280-281

El_rey_Don_Pelayo_en_Covadonga El rey Don Pelayo en Covadonga, de Luis de Madrazo 1855 Museo del Prado, Madrid

LE REGNE DE PELAGE
Premier Roi des Asturies

718. Pelage est élu roi des Asturies par les chrétiens réfugiés dans les montagnes. Mort du calife Soliman. Son cousin Omar II lui succède.

719. Alahor s’empare de Narbonne. Vaincu par Pelage, il est rappelé. Victoire de Charles Martel remportée à Soissons sur Chilpéric II, Ragenfroy et Eudes, duc d’Aquitaine. Mort de Clotaire.

721. Eudes, duc d’Aquitaine, défend Toulouse contre les Arabes commandés par Zama, successeur d’Alahor

722. Pelage s’empare de Gijon, d’Astorga et de Léon.

737. Mort de Thierry IV. Charles Martel laisse le trône vacant pendant 5 années. Il essaye de comprimer l’esprit d’indépendance des leudes et des évêques de la Bourgogne méridionale et de la Provence qui se montraient favorables aux Sarrasins; il saccage Avignon et incendie les arènes de Nîmes. Mort de Pelage, 1er roi des Asturies. Son fils Favila lui succède.

Marie-Nicolas Bouillet
Bouillet – Atlas universel d’histoire et géographie, 1865 (1865)
1865 pp. 146-151
VIIIe siècle après Jésus-Christ