BAGNARDS DE SIBÉRIE – ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES (1927) Во глубине сибирских руд

*

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES

*
1827

Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe

poemes-de-alexandre-pouchkine-artgitatopushkin-alexander

ALEXANDRE POUCHKINE  1827
pushkin poems
стихотворение  – Poésie
 Пушкин 

 

 

POUCHKINE – Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POÉSIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


Во глубине сибирских руд
1827

****


BAGNARDS DE SIBÉRIE
****

 

*

Во глубине сибирских руд
Dans les profondeurs des mines de Sibérie
Храните гордое терпенье,
Restez fier, soyez patient,
Не пропадет ваш скорбный труд
Vous n’avez pas disparu dans vos tristes tâches
 И дум высокое стремленье.
Vos hautes aspirations ne s’y sont pas dissoutes.

*

Несчастью верная сестра,
Fidèle compagnon, du malheur,
 Надежда в мрачном подземелье
L’espoir dans votre sombre citadelle
Разбудит бодрость и веселье,
Réveillera la vigueur et la joie,
Придет желанная пора:
Car viendra le temps des retrouvailles :

*

 

Любовь и дружество до вас
L’amour et la communion
Дойдут сквозь мрачные затворы,
Traverseront les portes sombres
Как в ваши каторжные норы
Du bagne et atteindront vos terriers
 Доходит мой свободный глас.
A travers ma libre voix.

*

Оковы тяжкие падут,
Que tombent vos lourdes chaînes,
Темницы рухнут — и свобода
Que s’effondrent vos citadelles- et que la liberté
  Вас примет радостно у входа,
Vous attende gaiement sur le seuil,
И братья меч вам отдадут.
Là où vos frères vous donneront l’épée.

*

 **********
POUCHKINE

 1827 

********

LES JUGEMENTS DE Tolstoï
SUR LES POÈMES DE POUCHKINE

Ayons donc pleine confiance dans le jugement du comte Tolstoï sur les poèmes de Pouchkine, son compatriote ! Croyons-le, encore, quand il nous parle d’écrivains allemands, anglais, et scandinaves : il a les mêmes droits que nous à se tromper sur eux. Mais ne nous trompons pas avec lui sur des œuvres françaises dont le vrai sens, forcément, lui échappe, comme il échappera toujours à quiconque n’a pas, dès l’enfance, l’habitude de penser et de sentir en français ! Je ne connais rien de plus ridicule que l’admiration des jeunes esthètes anglais ou allemands pour tel poète français. Verlaine, par exemple, ou Villiers de l’Isle-Adam. Ces poètes ne peuvent être compris qu’en France, et ceux qui les admirent à l’étranger les admirent sans pouvoir les comprendre. Mais il ne résulte pas de là, comme le croit le comte Tolstoï, qu’ils soient absolument incompréhensibles. Ils ne le sont que pour lui, comme pour nous Lermontof et Pouchkine. Ce sont des artistes : la valeur artistique de leurs œuvres résulte de l’harmonie de la forme et du fond : et si lettré que soit un lecteur russe, si parfaite que soit sa connaissance de la langue française, la forme de cette langue lui échappe toujours.

Léon Tolstoï
Qu’est-ce que l’art ?
Traduction par T. de Wyzewa.
 Perrin, 1918
pp. i-XII

*****

ALEXANDRE POUCHKINE POÈMES