Archives par mot-clé : xxxviii

NOS JEUX D’ENFANTS – HEINRICH HEINE POÉSIE GEDICHTE -LE LIVRE DES CHANTS XXXVIII – Mein Kind, wir waren Kinder

HEINRICH HEINE POÉSIE
HEINRICH HEINE GEDICHTE
DIE HEIMKEHR HEINE
LE LIVRE DES CHANTS
LITTERATURE ALLEMANDE

Heinrich Heine Poésie Gedichte Buch der Lieder




Christian Johann Heinrich Heine


Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine GedichteHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Poésie Gedichte Buch der Lieder Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung
Traduction Jacky Lavauzelle




Buch der Lieder
Die Heimkehr
XXXVIII
LE LIVRE DES CHANTS
LE RETOUR
 
1823-1824

****
HEINRICH HEINE GEDICHTE

Mein Kind, wir waren Kinder
****

*****

NOS JEUX D’ENFANTS
***

*****

*

Mein Kind, wir waren Kinder,
Mon enfant, nous étions
Zwei Kinder, klein und froh;
Deux enfants, petits et joyeux ;
Wir krochen in’s Hühnerhäuschen
Nous entrions dans le poulailler, radieux
Und steckten uns unter das Stroh.
Et sous la paille nous nous dissimulions.

*

Wir krähten wie die Hähne,
Nous imitions le coq,
Und kamen Leute vorbei –
Et quand les gens passaient :
Kikereküh! sie glaubten,
« Cocorico ! » et eux croyaient,
Es wäre Hahnengeschrei.
Que c’était le cri du coq.

*

Die Kisten auf unserem Hofe,
Dans des boîtes dans notre cour,
Die tapezirten wir aus,
Nous y posions des tapis partout,
Und wohnten drin beisammen,
Et nous y logions majestueux,
Und machten ein vornehmes Haus.
Comme s’il s’agissait d’un lieu prestigieux.

*

Des Nachbars alte Katze
Le vieux chat du voisin
Kam öfters zum Besuch;
Venait nous voir souvent ;
Wir machten ihr Bückling’ und Knixe
Nous lui faisions une grande réception
Und Complimente genug.
Et des compliments à profusion.

*

Wir haben nach ihrem Befinden
Nous portions sur son état
Besorglich und freundlich gefragt;
Attention et gentillesse ;
Wir haben seitdem dasselbe
Et nous avions les mêmes délicatesses
Mancher alten Katze gesagt.
Pour de nombreux autres chats.

*

Wir saßen auch oft und sprachen
Nous nous asseyions et parlions souvent
Vernünftig, wie alte Leut’,
Comme de vieilles personnes raisonnées,
Und klagten, wie Alles besser
Et nous regrettions les temps d’avant
Gewesen zu unserer Zeit;
Où tout était si parfait ;

*

Wie Lieb’ und Treu’ und Glauben
Comme l’amour, la foi et la foi avaient
Verschwunden aus der Welt,
Disparu de cette terre,
Und wie so theuer der Kaffee,
Et combien le café était cher,
Und wie so rar das Geld!
Et combien rare l’argent devenait !

*

Vorbei sind die Kinderspiele
Finis sont nos jeux d’enfants
Und Alles rollt vorbei, –
Et tout se dissipe, tout est oublié…
Das Geld und die Welt und die Zeiten,
L’argent et le monde et le temps,
Und Glauben und Lieb’ und Treu’.
La foi, l’amour et la fidélité.


 

****************************************

HEINRICH HEINE POÉSIE
HEINRICH HEINE GEDICHTE
*************

UNE HISTOIRE DE SOUFFRANCE

Les Mains & La Beauté musicale de Heine

Mais ce qui m’intéressait plus encore que les discours de Heine, c’était sa personne, car ses pensées m’étaient connues depuis longtemps, tandis que je voyais sa personne pour la première fois et que j’étais à peu près sûr que cette fois serait l’unique. Aussi, tandis qu’il parlait, le regardai-je encore plus que je ne l’écoutai. Une phrase des Reisebilder me resta presque constamment en mémoire pendant cette visite : « Les hommes malades sont véritablement toujours plus distingués que ceux en bonne santé. Car il n’y a que le malade qui soit un homme ; ses membres racontent une histoire de souffrance, ils en sont spiritualisés. » C’est à propos de l’air maladif des Italiens qu’il a écrit cette phrase, et elle s’appliquait exactement au spectacle qu’il offrait lui-même. Je ne sais jusqu’à quel point Heine avait été l’Apollon que Gautier nous a dit qu’il fut alors qu’il se proclamait hellénisant et qu’il poursuivait de ses sarcasmes les pâles sectateurs du nazarénisme : ce qu’il y a de certain, c’est qu’il n’en restait plus rien alors. Cela ne veut pas dire que la maladie l’avait enlaidi, car le visage était encore d’une singulière beauté ; seulement cette beauté était exquise plutôt que souveraine, délicate plutôt que noble, musicale en quelque sorte plutôt que plastique. La terrible névrose avait vengé le nazarénisme outragé en effaçant toute trace de l’hellénisant et en faisant reparaître seuls les traits de la race à laquelle il appartenait et où domina toujours le spiritualisme exclusif contre lequel son éloquente impiété s’était si souvent élevée. Et cet aspect physique était en parfait rapport avec le retour au judaïsme, dont les Aveux d’un poète avaient récemment entretenu le public. D’âme comme de corps, Heine n’était plus qu’un Juif, et, étendu sur son lit de souffrance, il me parut véritablement comme un arrière-cousin de ce Jésus si blasphémé naguère, mais dont il ne songeait plus à renier la parenté. Ce qui était plus remarquable encore que les traits chez Heine, c’étaient les mains, des mains transparentes, lumineuses, d’une élégance ultra-féminine, des mains tout grâce et tout esprit, visiblement faites pour être l’instrument du tact le plus subtil et pour apprécier voluptueusement les sinuosités onduleuses des belles réalités terrestres ; aussi m’expliquèrent-elles la préférence qu’il a souvent avouée pour la sculpture sur la peinture. C’étaient des mains d’une rareté si exceptionnelle qu’il n’y a de merveilles comparables que dans les contes de fées et qu’elles auraient mérité d’être citées comme le pied de Cendrillon, ou l’oreille qu’on peut supposer à cette princesse, d’une ouïe si fine qu’elle entendait l’herbe pousser. Enfin, un dernier caractère plus extraordinaire encore s’il est possible, c’était l’air de jeunesse dont ce moribond était comme enveloppé, malgré ses cinquante-six ans et les ravages de huit années de la plus cruelle maladie. C’est la première fois que j’ai ressenti fortement l’impression qu’une jeunesse impérissable est le privilège des natures dont la poésie est exclusivement l’essence. Depuis, le cours de la vie nous a permis de la vérifier plusieurs fois et nous ne l’avons jamais trouvée menteuse.

Émile Montégut
Esquisses littéraires – Henri Heine
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 63
1884

****************************************

HEINRICH HEINE POÉSIE
HEINRICH HEINE GEDICHTE
DIE HEIMKEHR HEINE

Heinrich Heine Gedichte

À CORNIFICIUS – CATULLE POÈME XXXVIII CATULLUS – AD CORNIFICIUM

*

CATULLE CATULLUS XXXVIII

litterarumLittérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE XXXVIII

 AD CORNIFICIUM
*****

À CORNIFICIUS
****

***

 

Malest, Cornifici, tuo Catullo
Le malheur frappe, Cornificius,  ton ami Catulle,
Malest, me hercule, et laboriose,
Le malheur, par Hercule, et la douleur
Et magis magis in dies et horas.
S’aggravent tous les jours et toutes les heures.
Quem tu, quod minimum facillimumque est,
Et pourquoi ne reçois-je aucune attention de ta part
 Qua solatus es allocutione?
Pour apporter un réconfort ?
Irascor tibi. sic meos amores?
Je suis en colère. Est-ce cela ton amour ?
  Paullum quid lubet allocutionis,
Juste quelques mots de compassion, je t’en prie,
 Moestius lacrimis Simonideis.
Plus attendrissants toutefois que les larmes de Simonide.



 

*************

À CORNIFICIUS

 AD CORNIFICIUM


**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO




**********************
Catulle – Catullus
POESIE XXXVIII

****************************

LA CANAILLE & LES DELICATS
par Ferdinand Brunetière
1882

On a voulu faire de Catulle, sans arguments bien solides, un poète aristocratique, un poète du grand monde, comme de sa Lesbie, sur des inductions plutôt que sur des preuves, ce que Brantôme appelait « une grande et honnête dame. » Je persiste à ne pas croire, pour ma part, que Lesbie fût la célèbre Clodia, mais je crois que bon nombre des fréquentations de Catulle furent parmi la bohème littéraire de Rome. Au surplus, la conciliation n’est pas si difficile. Ce que nous savons, en effet, c’est que, lorsque l’adolescent de Vérone arriva de sa province dans la capitale, il y subsistait, sous le raffinement de quelques habitudes, sous l’étalage du luxe et sous l’apparence de la civilisation, un grand fonds d’antique brutalité romaine. Si nous en pouvions douter, nous rapprendrions au moins de certaines épigrammes de Catulle lui-même, plus grossières que mordantes, et dont l’outrageuse crudité passe tout. C’est bien fait à M. Rostand de nous les avoir traduites. On ne peut pas juger d’un poète en commençant par faire exception de toute une partie de son œuvre, qui peut-être est celle que les contemporains en ont presque le plus goûtée. Là où Catulle est bon, il va jusqu’à l’exquis, et c’est bien de lui que l’on peut dire aussi justement que de personne qu’il est alors le mets des délicats ; mais là où il est grossier, il l’est sans mesure, et c’est bien encore de lui que l’on peut dire qu’il est le charme de la canaille. Or, à Rome, en ce temps-là, dans le sens littéraire de l’un et l’autre mot, la canaille et les délicats, c’était presque tout un. On ne distinguait pas encore, selon le mot d’Horace, la plaisanterie spirituelle de l’insolente rusticité. La curiosité de l’intelligence, vivement éveillée, capable de goûter les finesses de l’alexandrinisme, était en avance, pour ainsi dire, sur la rudesse des mœurs et la vulgarité des habitudes mondaines.



Quand on grattait ces soupeurs qui savaient apprécier les jolies bagatelles du poète, on retrouvait le paysan du Latium, qui s’égayait, au moment du vin, à faire le mouchoir. La raillerie, comme à la campagne, s’attaquait surtout aux défauts ou disgrâces physiques. Je sais bien que, jusque dans Horace, la grossièreté du vieux temps continuera de s’étaler, mais ce ne sera plus de la même manière naïvement impudente. Au temps de Catulle, la délicatesse n’avait pas encore passé de l’esprit dans les manières. Quand il s’élevait seulement un nuage sur les amours du poète et de sa Lesbie, le docte traducteur de Callimaque s’échappait en injures de corps de garde. Cette société très corrompue ne s’était pas encore assimilé la civilisation grecque. Elle s’essayait à la politesse, elle n’y touchait pas encore. Et sous son élégance toute superficielle, elle manquait étrangement de goût. — Il me paraît que, si l’on examinée quel moment de notre histoire la plupart de ces traits conviennent, on trouvera que c’est au XVIe siècle, dans le temps précis que le contact des mœurs italiennes opérait sur la cour des Valois le même effet qu’à Rome, sur les contemporains de César, le contact des mœurs de la Grèce.

Ferdinand Brunetière
Revue littéraire
À propos d’une traduction de Catulle
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 54 –  1882

***********************

LE GARDEUR DE TROUPEAU PESSOA XXXVIII Li hoje quase duas páginas

Poème XXXVIII
Li hoje quase duas paginas
 
Poème de Fernando Pessoa
O Guardador de Rebanhos – Le Gardeur de Troupeaux




Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 




Poema XXXVIII
Poema de Fernando Pessoa
por Alberto Caeiro
O GUARDADOR DE REBANHOS

Poème XXXVIII
Poème de Fernando Pessoa
Alberto Caeiro
LE GARDEUR DE TROUPEAUX

****

Li hoje quase duas páginas

Li hoje quase duas páginas
Je viens de lire maintenant près de deux pages
Do livro dum poeta místico,
Du livre d’un poète mystique,
E ri como quem tem chorado muito.
Et j’ai ri comme celui qui a tellement pleuré.

Os poetas místicos são filósofos doentes,
Les poètes mystiques sont des philosophes malades,
E os filósofos são homens doidos.
Et les philosophes sont des hommes fous.

Porque os poetas místicos dizem que as flores sentem
Car les poètes mystiques disent que les fleurs ont du sentiment
E dizem que as pedras têm alma
Ils disent que les pierres ont une âme
  E que os rios têm êxtases ao luar.
Et que les rivières ont des extases au clair de lune.

Mas flores, se sentissem, não eram flores,
Mais les fleurs, si elles sentaient, ne seraient pas des fleurs,
Eram gente;
Mais des personnes ;
E se as pedras tivessem alma, eram cousas vivas, não eram pedras;
Et si les pierres avaient une âme, ce seraient des choses vivantes, non des pierres ;
E se os rios tivessem êxtases ao luar,
Et si les rivières avaient des extases au clair de lune,
Os rios seriam homens doentes.
Les rivières seraient des hommes malades.

É preciso não saber o que são flores e pedras e rios
Ils ne doivent pas savoir ce que sont des fleurs, les pierres et des rivières
Para falar dos sentimentos deles.
Pour parler de leurs sentiments.
Falar da alma das pedras, das flores, dos rios,
En parlant de l’âme des pierres, des fleurs, des rivières,
É falar de si próprio e dos seus falsos pensamentos.
C’est parler de soi-même et de ses fausses pensées.
Graças a Deus que as pedras são só pedras,
Dieu merci, les pierres ne sont que des pierres,
E que os rios não são senão rios,
Et les rivières ne sont que des rivières,
 E que as flores são apenas flores.
Et les fleurs ne sont que des fleurs.

Por mim, escrevo a prosa dos meus versos
Moi, j’écris la prose de mes vers
E fico contente,
Et je suis heureux,
Porque sei que compreendo a Natureza por fora;
Car je sais que je comprends la Nature par le dehors ;
E não a compreendo por dentro
Et non de l’intérieur
  Porque a Natureza não tem dentro;
Car la nature n’a pas d’intérieur ;
Senão não era a Natureza.
Sinon, elle ne serait pas la Nature.

******

prim. publicação Athéna
nº 4
Lisboa
Jan. 1925

********

Li hoje quase duas páginas