Archives par mot-clé : xl

DANS LES YEUX – POÈMES HEINE GEDICHTE -LE LIVRE DES CHANTS XL – Wie der Mond sich leuchtend dränget

POÈMES HEINE
HEINRICH HEINE GEDICHTE
DIE HEIMKEHR HEINE
LE LIVRE DES CHANTS
LITTERATURE ALLEMANDE

Poèmes Heine Gedichte Buch der Lieder




Christian Johann Heinrich Heine


Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine GedichteHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Poèmes Heine Gedichte Buch der Lieder Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung
Traduction Jacky Lavauzelle




Buch der Lieder
Die Heimkehr
XL
LE LIVRE DES CHANTS
LE RETOUR
 
1823-1824

****
HEINRICH HEINE GEDICHTE

Wie der Mond sich leuchtend dränget
****

*****

DANS LES YEUX
***

*****

*

Wie der Mond sich leuchtend dränget
Comme la lune qui brille vivement
Durch den dunkeln Wolkenflor,
À travers cet amas de noirs nuages,
Also taucht aus dunkeln Zeiten
Émerge des sombres temps
Mir ein lichtes Bild hervor.
En moi, une éclatante image.

*

Saßen all auf dem Verdecke,
Sur le pont, assis,
Fuhren stolz hinab den Rhein,
Fièrement sur le Rhin, descendions avec défi
Und die sommergrünen Ufer
Et les rives estivales
Glühn im Abendsonnenschein.
Brillaient dans le soleil vespéral.

*

Sinnend saß ich zu den Füßen
Je me suis assis songeur aux pieds
Einer Dame, schön und hold;
D’une dame belle et douce ;
In ihr liebes, bleiches Antlitz
Dans son visage pâle et aimé
Spielt’ das rothe Sonnengold.
Jouait le doré soleil rouge.

*

Lauten klangen, Buben sangen,
Des bruits forts, les garçons chantaient,
Wunderbare Fröhlichkeit!
Bonheur merveilleux !
Und der Himmel wurde blauer,
Et le ciel devint encore plus bleu,
Und die Seele wurde weit.
Et mon âme s’épanouissait.

*

Mährchenhaft vorüberzogen
Devant nous défilaient
Berg und Burgen, Wald und Au’;
Montagnes et châteaux, prairies et forêts ;
Und das Alles sah ich glänzen
Et tout ce que je voyais si ardent
In dem Aug’ der schönen Frau.
Je le voyais dans les yeux de cette charmante enfant.

**


 

****************************************

POÈMES HEINE

HEINRICH HEINE GEDICHTE
*************

UNE HISTOIRE DE SOUFFRANCE

Les Mains & La Beauté musicale de Heine

Mais ce qui m’intéressait plus encore que les discours de Heine, c’était sa personne, car ses pensées m’étaient connues depuis longtemps, tandis que je voyais sa personne pour la première fois et que j’étais à peu près sûr que cette fois serait l’unique. Aussi, tandis qu’il parlait, le regardai-je encore plus que je ne l’écoutai. Une phrase des Reisebilder me resta presque constamment en mémoire pendant cette visite : « Les hommes malades sont véritablement toujours plus distingués que ceux en bonne santé. Car il n’y a que le malade qui soit un homme ; ses membres racontent une histoire de souffrance, ils en sont spiritualisés. » C’est à propos de l’air maladif des Italiens qu’il a écrit cette phrase, et elle s’appliquait exactement au spectacle qu’il offrait lui-même. Je ne sais jusqu’à quel point Heine avait été l’Apollon que Gautier nous a dit qu’il fut alors qu’il se proclamait hellénisant et qu’il poursuivait de ses sarcasmes les pâles sectateurs du nazarénisme : ce qu’il y a de certain, c’est qu’il n’en restait plus rien alors. Cela ne veut pas dire que la maladie l’avait enlaidi, car le visage était encore d’une singulière beauté ; seulement cette beauté était exquise plutôt que souveraine, délicate plutôt que noble, musicale en quelque sorte plutôt que plastique. La terrible névrose avait vengé le nazarénisme outragé en effaçant toute trace de l’hellénisant et en faisant reparaître seuls les traits de la race à laquelle il appartenait et où domina toujours le spiritualisme exclusif contre lequel son éloquente impiété s’était si souvent élevée. Et cet aspect physique était en parfait rapport avec le retour au judaïsme, dont les Aveux d’un poète avaient récemment entretenu le public. D’âme comme de corps, Heine n’était plus qu’un Juif, et, étendu sur son lit de souffrance, il me parut véritablement comme un arrière-cousin de ce Jésus si blasphémé naguère, mais dont il ne songeait plus à renier la parenté. Ce qui était plus remarquable encore que les traits chez Heine, c’étaient les mains, des mains transparentes, lumineuses, d’une élégance ultra-féminine, des mains tout grâce et tout esprit, visiblement faites pour être l’instrument du tact le plus subtil et pour apprécier voluptueusement les sinuosités onduleuses des belles réalités terrestres ; aussi m’expliquèrent-elles la préférence qu’il a souvent avouée pour la sculpture sur la peinture. C’étaient des mains d’une rareté si exceptionnelle qu’il n’y a de merveilles comparables que dans les contes de fées et qu’elles auraient mérité d’être citées comme le pied de Cendrillon, ou l’oreille qu’on peut supposer à cette princesse, d’une ouïe si fine qu’elle entendait l’herbe pousser. Enfin, un dernier caractère plus extraordinaire encore s’il est possible, c’était l’air de jeunesse dont ce moribond était comme enveloppé, malgré ses cinquante-six ans et les ravages de huit années de la plus cruelle maladie. C’est la première fois que j’ai ressenti fortement l’impression qu’une jeunesse impérissable est le privilège des natures dont la poésie est exclusivement l’essence. Depuis, le cours de la vie nous a permis de la vérifier plusieurs fois et nous ne l’avons jamais trouvée menteuse.

Émile Montégut
Esquisses littéraires – Henri Heine
Revue des Deux Mondes
Troisième période
Tome 63
1884

****************************************

POÈMES HEINE
HEINRICH HEINE GEDICHTE
DIE HEIMKEHR HEINE

Poèmes Heine Gedichte

LE BONHEUR PERDU HOUSMAN POEMS A SHROPSHIRE LAD XL

LITTÉRATURE ANGLAISE
HOUSMAN POÈME

*******

 

Alfred Edward Housman

26 mars 1859 Bromsgrove – 30 avril 1936 Cambridge

Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais
Traduction Jacky Lavauzelle
Photographie d’Emil Otto Hoppé d’Alfred Edward Housman

 


LES POÈMES
DE Alfred Edward HOUSMAN

Housman’s poems

A SHROPSHIRE LAD
Un Gars du Shropshire
1896

XL
LE BONHEUR PERDU

****************

 Into my heart on air that kills
Dans mon cœur un air qui tue,
 From yon far country blows:
Qui vient de là-bas, de très loin, souffle :
What are those blue remembered hills,
Quelles sont ces collines bleues dont je me rappelle,
 What spires, what farms are those?
Que sont ces flèches, que sont ces fermes ? 

*

That is the land of lost content,
C’est la terre du bonheur perdu,
 I see it shining plain,
Je la revois somptueuse,
The happy highways where I went
Marchant sur des routes joyeuses
And cannot come again.
Mais où jamais je ne reviendrai.

*****

**************************

HOUSMAN POÈME
A SHROPSHIRE LAD

Stein der Weisen HEINE INTERMEZZO LYRIQUE XL PIERRE PHILOSOPHALE

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine
Stein der Weisen

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Stein der Weisen




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
XL

 Stein der Weisen

 

Lyrisches Intermezzo
XL
PIERRE PHILOSOPHALE

 

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Stein der Weisen
Heinrich Heine

*

XL

Freundschaft, Liebe, Stein der Weisen,
Amitié, Amour, Pierre Philosophale,
Diese dreye hört’ ich preisen,
De ces trois, j’ai entendu la louange,
Und ich pries und suchte sie,
Je les ai loués et cherchés,
Aber ach! ich fand sie nie.
Mais hélas! De les trouver, jamais.

*******

XL
Stein der Weisen
HEINRICH HEINE
INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
XL
Stein der Weisen
HEINRICH HEINE