Archives par mot-clé : visita a toledo

VISITE A TOLEDE – Visita a Toledo – Посещение Толедо – 参观托莱多 – トレドへの訪問

TOLEDE – TOLEDO
トレド – 托莱多
Толедо
——

 

Photos Jacky Lavauzelle
*

Visite de Tolède
Visita a Toledo
Посещение Толедо
参观托莱多
トレドへの訪問

*

Tolède
ou le secret de la Mancha

Tolede Toledo Artgitato L'Alcázar Don Quichotte

*

L’Alcazar de Tolède
 L’Alcázar de Tolède

Alcázar de Tolède Alcázar Toledo Artgitato 14

*

Hospital de Tavera
L’Hôpital de Tavera de Tolède
Capilla y Panteón

Hospital de Tavera Hopital de Tavera Artgitato Arcada del patio interior del Hospital de Tavera 2

*

Iglesia de Santiago del Arrabal Tolède

Église Iglesia Santiago del Arrabal Toledo de Tolède Artgitato 2

*




Mezquita Cristo de la Luz
Mosquée Bab al-Mardum

mezquita Cristo de la Luz Toledo Mosquée Bab al-Mardum Artgitato 15

*

Monasterio San Juan de Reyes
Monastère de Saint-Jean des rois
Le bestiaire
Bestiario

Monasterio SAN JUAN DE REYES Toledo Tolede Artgitato 1 Bestiaire

*

Musée Sefardi
David Aronson

david aronson musée safardi Toledo Tolède 1

*

Puente de San Martin
Pont de saint Martin

Tolède Puente de San Martin Toledo Artgitato Pont de saint Martin30

*

Santa Maria la Blanca
antigua sinágoga

Toledo Santa Maria la Blanca Antigua Sinagoga Synagogue Antique Artgitato 6

*

 la Senda Ecológica de Toledo
Le Chemin Ecologique du Tage

Senda Ecologica Toledo Tolède Chemin Ecologique du Tage Artgitato 1

*

Museo del Ejército Toledo
Musée de l’Armée de Tolède

Museo del Ejército Toledo Musée de l'Armée Tolède Artgitato 0

*

Plaza de Toros
Las Arenas de Toledo
Les arènes de Tolède

Tolède les arenes Las Arenas de Toledo Artgitato 3

 

*********************




LA PERLE DE TOLÈDE

IMITÉ DE L’ESPAGNOL

Par Prosper Mérimée


Qui me dira si le soleil est plus beau à son lever qu’à son coucher ? Qui me dira de l’olivier ou de l’amandier lequel est le plus beau des arbres ? Qui me dira qui du Valencien ou de l’Andalous est le plus brave ? Qui me dira quelle est la plus belle des femmes ? — Je vous dirai quelle est la plus belle des femmes : c’est Aurore de Vargas, la perle de Tolède.

Le noir Tuzani a demandé sa lance, il a demandé son bouclier : sa lance, il la tient de sa main droite ; son bouclier pend à son cou. Il descend dans son écurie, et considère ses quarante juments l’une après l’autre. Il dit : « Berja est la plus vigoureuse ; sur sa large croupe j’emporterai la perle de Tolède, ou, par Allah ! Cordoue ne me reverra jamais. »

Il part, il chevauche, il arrive à Tolède, et il rencontre un vieillard près du Zacatin. « Vieillard à la barbe blanche, porte cette lettre à don Guttiere, à don Guttiere de Saldana. S’il est homme, il viendra combattre contre moi près de la fontaine d’Almami. La perle de Tolède doit appartenir à l’un de nous. »

Et le vieillard a pris la lettre, il l’a prise et l’a portée au comte de Saldana, comme il jouait aux échecs avec la perle de Tolède. Le comte a lu la lettre, il a lu le cartel, et de sa main il a frappé la table si fort que toutes les pièces sont tombées. Et il se lève et demande sa lance et son bon cheval ; et la perle s’est levée aussi toute tremblante, car elle a compris qu’il allait à un duel.

« Seigneur Guttiere, don Guttiere de Saldana, restez, je vous en prie, et jouez encore avec moi. — Je ne jouerai pas davantage aux échecs ; je veux jouer au jeu des lances à la fontaine d’Almami. » Et les pleurs d’Aurore ne purent l’arrêter ; car rien n’arrête un cavalier qui se rend à un duel. Alors la perle de Tolède a pris son manteau, et, montée sur sa mule, s’en est allée à la fontaine d’Almami.

Autour de la fontaine le gazon est rouge ; l’eau de la fontaine est rouge aussi : mais ce n’est point le sang d’un chrétien qui rougit le gazon, qui rougit l’eau de la fontaine. Le noir Tuzani est couché sur le dos ; la lance de don Guttiere s’est brisée dans sa poitrine ; tout son sang se perd peu à peu. Sa jument Berja le regarde en pleurant, car elle ne peut guérir la blessure de son maître.

La perle descend de sa mule : « Cavalier, ayez bon courage ; vous vivrez encore pour épouser une belle Moresque ; ma main sait guérir les blessures que fait mon chevalier. — O perle si blanche, ô perle si belle, arrache de mon sein ce tronçon de lance qui le déchire : le froid de l’acier me glace et me transit. » Elle s’est approchée sans défiance ; mais il a ranimé ses forces, et du tranchant de son sabre il balafre ce visage si beau.

Fin de la perle de Tolède
Prosper Mérimée
La Perle de Tolède
Colomba et autres contes et nouvelles
Charpentier, 1845
pp. 319-320