Archives par mot-clé : verso 26

LES ADIEUX AUX FAMILLES – OS LUSIADAS IV-26 LES LUSIADES LUIS DE CAMOES – « Estavam pelos muros, temerosas…

*

OS LUSIADAS CAMOES CANTO IV
Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS IV-26 LES LUSIADES IV-26
LITTERATURE PORTUGAISE

Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes




Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue




Luis de Camoes Les Lusiades Trad Jacky Lavauzelle

 Obra Poética  (1556)




OS LUSIADAS IV-26
A Epopeia Portuguesa

 

Traduction Jacky Lavauzelle

Camoes Traduction Jacky Lavauzelle
Vasco de Gama

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

******




******

Les préparatifs au combat
Les adieux aux familles

*******

« Estavam pelos muros, temerosas,
« Ils se tenaient sur les murs, dans un mélange d’effroi
   E de um alegre medo quase frias,
Et de peur joyeuse quasi glaciale,
  Rezando as mães, irmãs, damas e esposas,
Les mères, les sœurs, les dames et les épouses priaient,
  Prometendo jejuns e romarias.
Promettant jeûnes et pèlerinages.
 Já chegam as esquadras belicosas
 Déjà, les escadrons belliqueux arrivent
    Defronte das amigas companhias,
Devant les compagnies amies,
 Que com grita grandíssima os recebem,
  Qui par de grands cris les reçoivent,
 E todas grande dúvida concebem.
 Mais tous restent habités par un doute immense.

**

Traduction Jacky Lavauzelle
Nuno Álvares Pereira

****

OS LUSIADAS CANTO IV

****

Traduction Jacky Lavauzelle

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

**************

**

LA MORT DU VETERAN CAMOES

Et puis, pour qu’un royaume ait des gens de lettres, il lui faut de l’argent pour les pensionner. Le Portugal, qui épuisait son épargne en flottes, en armées, en constructions de citadelles, ne pouvait avoir dans son budget un chapitre d’encouragemens aux lettres et aux arts. Bientôt même l’état ruiné par ses conquêtes, obéré par la victoire, n’eut plus de quoi suffire aux besoins de ses armées : il finit par ne pouvoir plus nourrir ceux qui l’avaient servi. Camoens mourut à l’hôpital, ou à-peu-près ; mais ce ne fut pas comme poète ; ce ne fut pas comme Gilbert et Maifilâtre à côté d’autres écrivains largement rentes: ce fut comme un vétéran dont la solde manque, ou dont la pension de retraite est suspendue.il mourut comme beaucoup de ses compagnons d’armes, comme mouraient les vice-rois eux-mêmes, qui n’avaient pas toujours (témoin dom Joâo de Castro) de quoi acheter une pouie dans leur dernière maladie.

« Qu’y a-t-il de plus déplorable que de voir un si grand génie si mal récompensé ? Je l’ai vu mourir dans un hôpital de Lisbonne, sans avoir un drap pour se couvrir, lui qui avait si bravement combattu dans l’Inde orientale et qui avait fait cinq mille cinq cents lieues en mer. Grande leçon pour ceux qui se fatiguent à travailler nuit et jour et aussi vainement que l’araignée qui ourdit sa toile pour y prendre des mouches. »
Il peut résulter de cette apostille que José Indio a vu Camoens à l’hôpital, sans qu’il faille prendre à la lettre les mots je l’ai vu mourir.
Ce fut dans ces circonstances que le désastre d’AIkacer Kébir (4 août 1578) frappa de mort le Portugal. Il restait encore à Camoens une larme pour sa patrie : Ah ! s’écria-t-il, du moins je meurs avec elle ! Il répéta la même pensée dans la dernière lettre qu’il ait écrite. « Enfin, disait-il, je vais sortir de la vie, et il sera manifeste à tous que j’ai tant aimé ma patrie, que non-seulement je me trouve heureux de mourir dans son sein, mais encore de mourir avec elle. »
Il ne survécut que peu de mois à ce désastre, et mourut au commencement de 1579, à l’âge de cinquante-cinq ans.
Il fut enterré très pauvrement dans l’église de Santa Anna, dit Pedro de Mariz, à gauche en entrant et sans que rien indiquât sa sépulture. Ses malheurs firent une impression si profonde, que personne ne voulut plus occuper la maison qu’il avait habitée. Elle est restée vide depuis sa mort. Les prévisions de Camoens ne tardèrent pas à s’accomplir. Le Portugal, ce royaume né d’une victoire et mort dans une défaite, tomba bientôt sous le joug de Philippe IL Ce monarque visitant ses nouvelles provinces, s’informa du poète, et, en apprenant qu’il n’existait plus, il témoigna un vif regret….

Charles Magnin
Luiz de Camoëns
Revue des Deux Mondes
Période Initiale, tome 6

*********************

Traduction Jacky Lavauzelle

ARTGITATO
*********************


Camoes Os Lusiadas IV Traduction Jacky Lavauzelle

 OS LUSIADAS IV

LUIS DE CAMOES LES LUSIADES

Camoes Canto III

CAMOES OS LUSIADAS III-26 LES LUSIADES

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS III-26  LES LUSIADES III-26
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES III-26

OS LUSIADAS III-26

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT III
Canto Terceiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  26
Strophe 26

III-26

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS III-26
LES LUSIADES III-26

 *****

« Este, depois que contra os descendentes
« Ainsi, après les descendants
  Da escrava Agar vitórias grandes teve,
De l’esclave Agar, il conquit de grandes victoires,
Ganhando muitas terras adjacentes,
Gagnant de nombreuses terres adjacentes,
Fazendo o que a seu forte peito deve,
Réalisant ce que son brave cœur lui commandait,
Em prémio destes feitos excelentes,
En récompense de ces excellents faits,
 Deu-lhe o supremo Deus, em tempo breve,
Le Dieu suprême lui donna, en peu de temps,
 Um filho, que ilustrasse o nome ufano
Un fils, qui illustra le merveilleux nom
 Do belicoso Reino Lusitano.
Du belliqueux Royaume Lusitanien.

******

L’EPISODE D’AGAR הָגָר DANS LA GENESE 16

1
Sarah n’avait pas donné d’enfants à Abraham. Elle avait Agar comme servante égyptienne avec elle.

2
Et Sarah dit à Abraham : l’Éternel m’a rendue stérile ; rejoins, je te prie, ma servante ; par elle j’aurais peut-être des enfants. Et Abraham écouta Saraï.

3
Ainsi Sarah donna Agar pour femme à Abram, après qu’il habité dix ans dans le pays de Canaan.

4
Agar fut enceinte et commença à regarder sa maîtresse avec mépris.

5
Sarah dit alors à Abraham : L’outrage que l’on me fait, est aussi le tien. Quand elle est tombée enceinte, elle m’a regardée avec mépris. Que l’Éternel soit juge !

6
Abraham répondit : Agar est en ton pouvoir, agis selon ta conscience. Alors Sarah la maltraita ; Agar s’enfuit alors.

7
L’ange de l’Éternel la retrouva à côté d’une source d’eau dans le désert sur le chemin de Schur.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS III-26 LES LUSIADES III-26
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES

LES LUSIADES II-26 OS LUSIADAS

LES LUSIADES II-26 OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-26

OS LUSIADAS

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  26
Strophe 26

II-26

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

LES LUSIADES II-26

Ei-los subitamente se lançavam
Ici, ils se jettent tout à coup
A seus batéis velozes que traziam;
Vers les bateaux rapides qu’ils ont apportés ;
Outros em cima o mar alevantavam,
D’autres se jettent dans mer,
  Saltando n’água, a nado se acolhiam;
Nageant au milieu des eaux ;
De um bordo e doutro súbito saltavam,
Ils sautent des deux bords,
  Que o medo os compelia do que viam;
Dans la peur de ce qu’ils ont vu ;
 Que antes querem ao mar aventurar-se
Préférant s’aventurer dans la mer
Que nas mãos inimigas entregar-se.
Que de tomber dans la main des ennemis.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
LES LUSIADES II-26

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 26- Verso 26

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

OS LUSIADAS

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

A Epopeia Portuguesa

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso 26
Strophe 26

I-26

« Deixo, Deuses, atrás a fama antiga,
«Je laisse, dieux, derrière l’antique gloire,
Que co’a gente de Rómulo alcançaram,
Qu’avec le peuple de Romulus il eût,
Quando com Viriato, na inimiga
Quand avec Viriate*, l’ennemi
Guerra romana tanto se afamaram;
Des guerres romaines, il se rendit célèbre ;
Também deixo a memória, que os obriga
Je passe également le souvenir, qui l’oblige
A grande nome, quando alevantaram
à une grande renommée, quand il prit
   Um por seu capitão, que peregrino
Sertorius** comme capitaine, un étranger
  Fingiu na cerva espírito divino.
Accompagnait d’un faon à qui il reconnaissait l’esprit divin de Diane.

Viriate* : 180 av J.-C.  — 139 av J.-C.
Sertorius** : 122 av J.-C. -72 av J.-C.

Gerard_van_Kuijl_-_Quintus_Sertorius_and_the_horse_tail_1638

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

luis de camoes literatura português os lusiadas
les Lusiades