Archives par mot-clé : verset 98

CAMOES OS LUSIADAS II-98 LES LUSIADES

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS II-98 LES LUSIADES II-98
LITTERATURE PORTUGAISE

Luis de Camoes Oeuvres obras Artgitato

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES II-98

OS LUSIADAS II-98

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT II
Canto Segundo

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  98
Strophe 98

II-98

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

 

******

Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS II-98
LES LUSIADES II-98

 *****

De botões douro as mangas vêm tomadas,
Des boutons dorés qui retiennent les manches,
 Onde o Sol reluzindo a vista cega;
Le soleil se plaît à aveugler les yeux ;
  As calças soldadescas recamadas
Le pantalon d’une facture soldatesque
Do metal, que Fortuna a tantos nega,
Comporte du métal, que la Fortune a tant nié,
E com pontas do mesmo delicadas
Et des points de la même délicatesse
  Os golpes do gibão ajunta e achega;
Ferment son pourpoint ;
Ao Itálico modo a áurea espada;
A la mode Italienne, il porte une épée doré ;
Pluma na gorra, um pouco declinada.
Une plume trône sur le chapeau, qui s’incurve légèrement.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Luís Vaz de Camões Les Lusiades
OS LUSIADAS II-98 LES LUSIADES II-98

Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane

LA VIE DE LUIS DE CAMOES
par Charles Magnin

( Extrait )
Par En cherchant à montrer la différence qui sépare la vie aventureuse et active des écrivains portugais, notamment celle de Camoens, de la vie casanière et posée de la plupart de nos gens de lettres, je ne prétends pas élever par-là les œuvres des uns, ni déprimer les productions des autres. Je n’en crois pas les élégies de Camoens plus touchantes parce qu’elles sont datées d’Afrique, de la Chine et de l’Inde ; je n’en estime pas Polyeucte et Cinna moins admirables, parce que le grand Corneille n’a guère fait de plus longues pérégrinations que le voyage de Paris à Rouen. Je ne conseille à personne de louer un cabinet d’étude à Macao ; mais je crois que, généralement, si les ouvrages écrits au milieu des traverses et au feu des périls ne sont pas plus beaux, les vies de leurs auteurs sont plus belles. Indépendamment de la variété des aventures, on y trouve plus d’enseignements. J’admire et j’honore infiniment La Fontaine et Molière, mais j’honore et j’admire encore plus, comme hommes, Cervantès et Camoens. A mérite de rédaction égal, une histoire littéraire du Portugal serait un meilleur et plus beau livre qu’une histoire littéraire de notre dix-septième ou dix-huitième siècle. C’est une chose bonne et sainte que la lecture de ces vies d’épreuves, que ces passions douloureuses des hommes de génie, Je ne sache rien de plus capable de retremper le cœur. C’est pour cela que dans ce temps de souffrances oisives, de désappointements frivoles, de molles contrariétés et de petites douleurs, j’ai cru bon d’écrire l’étude suivante sur la vie de Luiz de Camoens.
….

OS LUSIADAS II-98
Luís Vaz de Camões Les Lusiades

LES LUSIADES – OS LUSIADAS -Traduction du Poème de Luis de Camões – Livre I – Canto Primeiro – strophe 98- Verso 98

LES LUSIADES – OS LUSIADAS
LITTERATURE PORTUGAISE

literatura português

Luis de Camões
[1525-1580]

Tradução – Traduction
texto bilingue

Luis de Camoes Les Lusiades

 

Obra Poética

(1556)

LES LUSIADES

OS LUSIADAS

A Epopeia Portuguesa

 

CHANT I
Canto Primeiro

Traduction Jacky Lavauzelle

verso  98
Strophe 98

I-98

Image illustrative de l'article Vasco de Gama

Vasco de Gama

Vasco da Gama signature almirante.svg

E diz-lhe mais, com o falso pensamento
Et il lui dit encore, avec une pensée malveillante,
  Com que Sinon os Frígios enganou:
Comme Sinon trompant les Phrygiens :
Que perto está uma ilha, cujo assento
Que, tout à côté,  une île se trouvait
Povo antigo cristão sempre habitou.
Où des anciens chrétiens antiques vivaient depuis toujours.

RomanVirgile Sinon captif devant Priam et les murs de Troie
 O Capitão, que a tudo estava atento,
Le capitaine, qui écoutait tout ce qu’il lui disait,
Tanto com estas novas se alegrou,
Par ces nouvelles se réjouit fort,
  Que com dádivas grandes lhe rogava,
Par de beaux cadeaux, il lui demanda,
Que o leve à terra onde esta gente estava.
De le conduire sur la terre où ces gens se trouvaient.

Vasco de Gama par Gregorio Lopes

*********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

White_Fawn_Drawing Faon Diane