Archives par mot-clé : sonnet LXXV

Sonnet d’ALPHONSUS DE GUIMARAENS (LXXV)- Soneto LXXV

La Poésie de Alphonsus de Guimaraens
Poema de Alphonsus de Guimaraens




Littérature Brésilienne
Literatura Brasileira

Alphonsus de Guimaraens
1823 – 1864
Alphonsus_de_Guimaraens_(facing_left)




SONETO LXXV

um poema d’Alphonsus de Guimaraens

un poème d’Alphonsus de Guimaraens

SONNET LXXV

Traduction Jacky Lavauzelle

Sonnet LXXV Sonet LXXV poema poème d'alfonsus de guimaraens artgitato Miro

 

Como se moço e não bem velho eu fosse
Quand j’étais jeune et pas encore très vieux
 Uma nova ilusão veio animar-me.
Une nouvelle illusion m’anima.
Na minh’alma floriu um novo carme,
Dans mon âme fleurissait un nouveau poème,
 O meu ser para o céu alcandorou-se.
Mon être au ciel s’était  projeté.

*

 Ouvi gritos em mim como um alarme.
J’entendais des cris en moi comme une alarme.
E o meu olhar, outrora suave e doce,
Et de mon regard, autrefois suave et doux,
  Nas ânsias de escalar o azul, tornou-se
Dans son appétit à escalader l’azur, sortait
Todo em raios que vinham desolar-me.
Des éclairs qui me désolaient.

*

 Vi-me no cimo eterno da montanha,
Je me vis au sommet éternel de la montagne,
Tentando unir ao peito a luz dos círios
Essayant d’unir mon corps à la lumière des bougies
Que brilhavam na paz da noite estranha.
Qui brillaient dans la paix de la nuit étrange.

*

 Acordei do áureo sonho em sobressalto:
Je me suis réveillé de ce rêve d’or violemment :
Do céu tombei aos caos dos meus martírios,
Du ciel, je tombais dans le chaos de mes douleurs,
Sem saber para que subi tão alto
Sans savoir pourquoi j’étais monté si haut

 

*

********

um poema d’Alphonsus de Guimaraens
un poème d’Alphonsus de Guimaraens
Sete Dores de Nossa Senhora