Archives par mot-clé : sonnet 24

SHAKESPEARE SONNET 24 Mine eye hath play’d the painter and hath steel’d MON OEIL A JOUE AU PEINTRE

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS

Illustration du Phénix par Friedrich Justin Bertuch
*


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

**

SONNET 24

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets SHAKESPEARE
Mine eye hath play’d the painter and hath steel’d

 

MON OEIL A JOUE AU PEINTRE

1598 

**

*

Mine eye hath play’d the painter and hath steel’d,
Mon oeil a joué au peintre en traçant
Thy beauty’s form in table of my heart;
La forme de ta beauté sur mon cœur ;
My body is the frame wherein ’tis held,
Mon corps comme châssis le maintient,
And perspective it is best painter’s art.
Cette perspective est le plus bel art du peintre.

*








*

For through the painter must you see his skill,
C’est dans le peintre lui-même que se voit l’habileté,
To find where your true image pictur’d lies,
Dans le peintre que nous trouvons ta plus fidèle image
Which in my bosom’s shop is hanging still,
Suspendue dans la boutique de mon corps
That hath his windows glazed with thine eyes.
Aux fenêtres vitrées de tes yeux.

*






*

Now see what good turns eyes for eyes have done:
Vois comme tes yeux soutiennent les miens
Mine eyes have drawn thy shape, and thine for me
Qui dessinent ta forme ; tes yeux sont pour moi
Are windows to my breast, where-through the sun
Les fenêtres de mon cœur, par où passe le soleil

*

Delights to peep, to gaze therein on thee;
Admirant plaisamment pour te mieux contempler ;
Yet eyes this cunning want to grace their art,
Pourtant, une aptitude à ma yeux reste défaillante :
They draw but what they see, know not the heart.
Ils dessinent ce qu’ils voient, ne connaissant pas mon cœur.

 

*****************

SONNET 24

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS

Louise Labé Sonnet XXIV – Dernier Sonnet

POESIE FRANCAISE
LOUISE LABE SONNET XXIV
Dernier Sonnet




LOUISE LABE
1524-1566

Sonnets Louise Labé par Pierre Woeiriot Artgitato
Louise Labé par Pierre Woeiriot

 

*




Œuvres de Louise Labé
 


SONNET XXIV
Das vierundzwanzigste Sonett 

dernier sonnet

-traduction Jacky Lavauzelle-
Übersetzt von Rainer Maria Rilke

Louise Labé Les Sonnets Giovanni Bellini Jeune Femme à sa toilette 1515 Musée d'histoire de l'Art de VienneGiovanni Bellini
Jeune Femme à sa toilette
1515
Musée d’histoire de l’Art de Vienne

**********
Dernier Sonnet – Louise Labé s’adresse aux femmes

****************

Ne reprenez, Dames, si i’ay aymé :
Ne me jugez pas, Mesdames, si j’ai aimé :
Ach, meine Liebe, werft sie mir nicht vor,
  Si i’ay senti mile torches ardantes,
Si j’ai ressenti mille torches ardentes,
 ihr Damen: daß mich tausend Brände brannten
Mile trauaus, mile douleurs mordantes :
Mille travaux, mille douleurs mordantes :
 und tausend Schmerzen mich ihr eigen nannten
 
  Si en pleurant i’ay mon temps consumé,
Si en pleurant j’ai consumé mon temps,
und daß ich weinend meine Zeit verlor.

*

Las que mon nom n’en soit par vous blamé.
Las que mon nom par vous ne soit blâmé.
Hängt meinem Namen keinen Tadel an.
 Si i’ai failli, les peines sont presentes.
Si j’ai failli, les peines, elles, sont présentes.
 Ich unterlag, doch der mich überwunden,
 N’aigrissez point leurs pointes violentes :
N’affutez plus leurs pointes violentes :
 der Gott, liegt in der Luft. Seid still. Er kann
 
Mais estimez qu’Amour, à point nommé,
Mais sachez cependant qu’Amour, à point nommé,
mit einem Male, wenn er euch gefunden,
 

*

Sans votre ardeur d’un Vulcan excuser,
Sans excuser la hardiesse d’un Vulcain,
ohne daß er Adonis und Vulkan
Sans la beauté d’Adonis acuser,
Sans accuser la beauté d’une Adonis,
 herabbemühe, euch so so heftig nahn,
  Pourra, s’il veut, plus vous rendre amoureuses.
Pourra, s’il le veut, vous rendre plus amoureuses.
daß ihr nicht anders könnt, als mehr noch lieben.

*

En ayant moins que moy d’ocasion,
En ayant moins d’occasions que moi,
Und vielleicht ruht er dann nicht eher, bis
  Et plus d’estrange et forte passion.
Et plus d’étrange et forte passion.
ihr rasend seid, und häuft das Hindernis
   Et gardez vous d’estre plus malheureuses.
Et gardez vous d’en être plus malheureuses.
und treibt euch ärger, als er mich getrieben.

********************

Louise Labé Sonnet XXIV
Das vierundzwanzigste Sonett

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 24-CANZONIERE PETRARCA SONETTO 24

CANZONIERE POET
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 24
LITTERATURE ITALIENNE

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

——–


Canzoniere Petrarca Sonetto 24

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 24

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

PRIMA PARTE
Première Partie

24/366

Se l’onorata fronde che prescrive
Si les honorables frondaisons qui éloignent
l’ira del ciel, quando ’’l gran Giove tona,
la colère du ciel, quand le grand Jupiter gronde,
 non m’’avesse disdetta la corona
ne m’avait refusé la couronne
che suole ornar chi poetando scrive,
qui orne celui qui écrit de la poésie,

*

i’’era amico a queste vostre dive
j’étais votre ami à vous divinités
le qua’’ vilmente il secolo abandona;
que vilement le siècle abandonne ;
ma quella ingiuria già lunge mi sprona
mais que le préjudice déjà au-loin m’éloigne
 da l’inventrice de le prime olive:
de Minerve, inventeur des premières olives :

*

ché non bolle la polver d’’Ethïopia
car la poussière d’Ethiopie ne blesse nullement
sotto ‘’l più ardente sol, com’’io sfavillo,
sous le soleil le plus ardent, comme je m’emporte
perdendo tanto amata cosa propia.
de perdre chose tant aimée propre à moi.

*

Cercate dunque fonte piú tranquillo,
Essayez donc une source plus tranquille,
ché ‘’l mio d’’ogni liquor sostene inopia,
car toute ma liqueur soutien l’indigence,
salvo di quel che lagrimando stillo.
sauf celles qu’avec mes pleurs je distille.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

canzoniere Petrarca sonetto 24
le chansonnier Pétrarque sonnet 24
canzoniere poet