Archives par mot-clé : sonnet 14

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS SONNET 14 Not from the stars do I my judgement pluck

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS
THE SONNETS – LES SONNETS


WILLIAM SHAKESPEARE
[1564 – 1616]

Traduction JACKY LAVAUZELLE

**

SONNET 14

The Sonnets SHAKESPEARE
Les Sonnets SHAKESPEARE
Not from the stars do I my judgement pluck
Ce n’est pas des étoiles que mon jugement puise

 

1599 

**

**

Not from the stars do I my judgement pluck;
Ce n’est pas des étoiles que mon jugement puise ;
 And yet methinks I have astronomy,
Et pourtant, je pense que je suis sensible à l’astronomie,
But not to tell of good or evil luck,
Non pour évoquer la bonne ou la mauvaise chance,
Of plagues, of dearths, or seasons’ quality;
Les fléaux, la pénurie ou la qualité des saisons ;

*

Nor can I fortune to brief minutes tell,
Ni pour prédire exactement la fortune,
Pointing to each his thunder, rain and wind,
Ni pour chacun compter son tonnerre, sa pluie et son vent,
 Or say with princes if it shall go well
Ou dire aux princes si tout ira bien
  By oft predict that I in heaven find:
Par mes prédictions que je trouve dans le ciel :

*

But from thine eyes my knowledge I derive,
Mais de tes yeux, ma connaissance dérive,
And constant stars in them I read such art
Et de ces étoiles fixes, je lis  cette maxime
As ‘Truth and beauty shall together thrive,
Que «Vérité et beauté doivent grandir ensemble,

*

If from thyself, to store thou wouldst convert’;
Si de toi-même tu souhaites engendrer ;
Or else of thee this I prognosticate:
Ou autrement, je pronostique que :
‘Thy end is truth’s and beauty’s doom and date.’
«Ta fin sera la sentence et ce sera celle de la vérité et de la beauté».

 

*****************

SONNET 14

LES SONNETS SHAKESPEARE THE SONNETS

Louise Labé Sonnet XIV Das vierzehnte Sonett

POESIE FRANCAISE
LOUISE LABE SONNET XIV




LOUISE LABE
1524-1566

Sonnets Louise Labé par Pierre Woeiriot Artgitato
Louise Labé par Pierre Woeiriot




 

*

Œuvres de Louise Labé
 


SONNET XIV
Das vierzehnte Sonett

-traduction Jacky Lavauzelle-
Übersetzt von Rainer Maria Rilke
Traduction allemande de Rilke

Louise Labé Les Sonnets Giovanni Bellini Jeune Femme à sa toilette 1515 Musée d'histoire de l'Art de VienneGiovanni Bellini
Jeune Femme à sa toilette
1515
Musée d’histoire de l’Art de Vienne

**********

Tant que mes yeus pourront larmes espandre,
Tant que mes yeux  pourront répandre des larmes,
 Solange meine Augen Tränen geben,
 À leur passé auec toy regretter ;
Et regretter avec toi leur passé ;
 dem nachzuweinen, was mit dir entschwand;
 Et qu’aus sanglots et soupirs resister
Et qu’aux sanglots et aux soupirs
 solang in meiner Stimme Widerstand
 Pourra ma voix, et un peu faire entendre :
Pourra  résister ma voix, et un peu se faire entendre :
 gegen mein Stöhnen ist, so daß sie eben

*

Tant que ma main pourra les cordes tendre
Tant que ma main pourra tendre les cordes
noch hörbar wird; solange meine Hand
Du mignart Lut, pour ces graces chanter :
Du mignard luth, pour chanter ces grâces :
 die schöne Laute von so lieben Dingen
 Tant que l’esprit se voudra contenter
Tant que l’esprit se voudra contenter
 kann singen machen, und sich unverwandt
  De ne vouloir rien fors que toy comprendre :
De ne vouloir rien que de te comprendre :
 mein Geist dir zukehrt, um dich zu durchdringen:

*

Ie ne souhaitte encore point mourir.
Je ne souhaite point encore mourir.
so lang hat Sterben für mich keinen Sinn.
 Mais quand mes yeus ie sentiray tarir,
Mais quand je sentirai mes yeux se tarir,
 Doch wenn ich trocken in den Augen bin,
  Ma voix cassee, et ma main impuissante,
Ma voix se casser, et ma main devenir impuissante,
die Stimme brüchig wird, die Hand nicht mag,

*

Et mon esprit en ce mortel seiour
Et mon esprit en ce mortel séjour
 und wenn mein Geist mir hier die Kraft entzieht,
 Ne pouuant plus montrer signe d’amante :
Ne pouvant plus alors montrer de signes d’amante :
 durch die ich mich als Liebende verriet:
  Priray la mort noircir mon plus cler iour.
Je prierai pour que la mort noircisse mon jour le plus lumineux.
so schwärze mir der Tod den klarsten Tag.

*********

Louise Labé Sonnet XIV

CANZONIERE PETRARCA SONETTO 14 Texte & Traduction du Sonnet 14 LE CHANSONNIER de Pétrarque

Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE Sonnet 14
LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

PETRARQUE

Pétrarque CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 14 canzoniere petrarca sonetto 14 Artgitato


Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–

Canzoniere Petrarca Sonetto 14

LE CHANSONNIER PETRARQUE SONNET 14

Rerum vulgarium fragmenta
Fragments composés en vulgaire


PRIMA PARTE
Première Partie

14/366

Occhi miei lassi, mentre ch’io vi giro
Mes yeux fatigués, tandis que je vous montre
   nel bel viso di quella che v’à morti,
dans le beau visage de celle qui vous mortifie,
  pregovi siate accorti,
Je vous prie soyez pleins d’attentions,
ché già vi sfida Amore, ond’io sospiro.
Car déjà  Amour vous met au défi que j’en soupire.

*

 Morte pò chiuder sola a’ miei penseri
Mort peut seule fermer à mes pensées
l’amoroso camin che gli conduce
l’amoureux chemin qui les conduit
al dolce porto de la lor salute;
au doux port de leur salut ;
  ma puossi a voi celar la vostra luce
mais à vous peut cacher votre lumière

*

 per meno obgetto, perché meno interi
pour un moindre objet, car imparfaits
  siete formati, et di minor virtute.
vous avez été formés, et de moins de vertu.
  Però, dolenti, anzi che sian venute
Cependant, corps endoloris, avant que ne vienne

*

 l’ore del pianto, che son già vicine,
l’heure des pleurs, qui est déjà proche,
prendete or a la fine
prenez enfin
breve conforto a sí lungo martiro.
un rapide réconfort pour un si long martyre. 

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
******************

le chansonnier petrarque sonnet 14
canzoniere petrarca sonetto 14