Archives par mot-clé : sogno

INVOCATION Poème de Gabriele d’ANNUNZIO – Poesia & traduzione – INVOCAZIONE

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Hermaphrodite Ermafrodito Musée du Louvre gabriele d'annunzio


 INVOCAZIONE (sonetti)

Invocation  (sonnets)

Καλὸς τέθνακε μελικτάς.

 

Bocca amata, soave e pur dolente,
Bouche aimée, suave et douloureuse aussi,
qual già finsero l’Arte e il Sogno moi;
telle que déjà la pensèrent et l’Art et mon Rêve ;
ambigua forma, tolta a un semidio,
forme ambiguë, prise à un demi-dieu,
al bello Ermafrodito adolescente;
au bel adolescent Hermaphrodite ;

*

o bocca sinuosa umida ardente
ô bouche sinueuse humide
che a me, dove più forte urge il desìo,
qui, pour moi, où plus fort est le désir,
a me sommerso in un profondo oblìo
m’a immergé dans un profond oubli
uggi la vita infaticabilmente;
aspirant ma vie infatigablement ;

*

o gran chioma diffusa in su’ ginocchi
ô cheveux répandus sur mes genoux
miei nel dolce atto; o fredda man che spandi
dans la douceur de l’acte ; ô main froide qui jette
il brivido e mi senti abbrividire;
le frisson et me sent me glacer ;

*

o voi, tra i lunghi cigli languidi occhi,
ô vous, à travers des yeux aux longs cils baissés,
che v’aprite al mio grido ultimo e grandi
qui s’ouvrent à mon dernier cri et grands
lampeggiate guardandomi morire,
s’illuminent en me regardant mourir,

*

oh ch’io muoia, ch’io muoia al fin di vera
oh ! que je meurs, que je meurs enfin d’une véritable
morte e quel grido il grido ultimo sia
mort et que ce cri soit le dernier cri
veramente e di lacrime la mia
et que des larmes vraiment
spoglia s’irrori ne la dolce sera
tombent sur mon corps dans la douceur du soir

*

e tutti i mirti de la primavera
et tous les myrtes du printemps
le sian letto e gli aromi di Sirìa
soient son lit et les arômes de Syrie
l’aspergano ed in grave teoria
l’aspergent et que théorie se grave
la traggan per la pallida riviera
sur la pâle rivière

*

con lenti inni gli Efebi (a le seguaci
avec des hymnes lents des Ephèbes (à la suite
Vergini tremi sotto la ghirlanda
des Vierges tremblant sous la guirlande
la gota lungo il flauto sonora)
jouant le long de la flûte sonore)

*

e s’accendano gli astri come faci
et s’allument les étoiles comme des torches
e al termine degli inni in ciel si spanda
et à la fin des chants que dans le ciel s’ouvre
come una rosa la divina Aurora!
comme une rose la divine Aurore !  

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

LA MORT DU DIEU (Sonnet) Poème de Gabriele d’ANNUNZIO – Poesia & traduzione – La morte del dio (Sonetto)

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Astarté Gabriele d'Annunzio la mort du dieu


LA MORT DU DIEU

La morte del dio

Ἀπώλετο παγὸς Ἄδωνις.

 

« Spargono del più dolce olio aromale
« Elles répandent de l‘huile aromatique douce
  élleno e di lor pianto le supine
et leurs larmes sur les positions couchées
membra del dio. Per ogni effuso crine
des membres du dieu. Par chaque mèche de cheveux
armoniosamente il dolor sale.»
harmonieusement la douleur croît« .

 O antico Sogno di deliziale
Ô ancien Rêve d’une délicieuse
morte, io ti prego che t’avveri al fine,
mort, je t’en prie réalise toi enfin,
se può la morte rendere divine
si la mort peut rendre divin
le mie membra su ’l letto funerale!
mes membres sur le lit funéraire !

«Al ciel vermiglio, ove il dolor si spande
« Au ciel vermillon, où la douleur se répand
solo, tendon le braccia e ne l’ebrezza
seule, elles tendent les bras et dans l’ivresse
lùgubre chiamano a gran voce Astarte.»
lugubre appellant à pleine voix Astarté « .

Così moriva il Giovine, in un grande
Ainsi mourut l’Adolescent, dans un grand
mistero di dolore e di bellezza
mystère de douleur et de beauté
quale già finsero il mio Sogno e l’Arte.
comme déjà le pensèrent et mon Rêve et Art.

 

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.