Archives par mot-clé : sixième tableau

LE TAUREAU D’AIRAIN -Pièce de Jacky Lavauzelle – SIXIÈME TABLEAU

*Le Taureau d'Airain Jacky Lavauzelle



Théâtre de Jacky Lavauzelle

******

Phalaris condamnant le sculpteur Perillus
Par Baldassarre Peruzzi.
Phalaris – Tyran d’Agrigente en Sicile

Le supplice du taureau d’airain ou taureau de Phalaris

*****

LE TAUREAU D’AIRAIN
****
Pièce de Théâtre

*

Clotho, Lachèsis et Atropos
Tapisserie Flamande
Victoria and Albert Museum
Londres

***********


Sixième Tableau

Perillus.

Atelier de Perillus.

PERILLUS
Il essaie plein de choses. Va et vient. Prend des pièces de bois, des pièces de métal. Essaie de les assembler, les pose et les reprend. Après plusieurs essais, il s’assied et regarde son plan de travail.
Non ! Non, non et non ! Ça ne va pas ! Faire un barbecue géant ! Si un jour on m’avait dit ça ! Toutes ces années d’étude et en être réduit à de telles pitreries ! Si mon professeur Nobilis me voyait ! Quelle honte ! Quelle chute !
Il se relève et reprend des pièces.
Le bois ? Ça n’ira pas ! Le feu sera trop intense. Je vais le garder pour la déco. Faire quelque chose de joli, c’est pas mal aussi. Et c’est ma patte ! C’est comme un emballage de fête… Comment résoudre ce problème de cuisson ? Et j’ai besoin de gros volumes. Il veut y mettre des gars en entier, le bougre de tyran. Ce Phalaris devient vraiment inquiétant. J’ai rien contre les traditions…en principe…ça a toujours du bon, les traditions…C’est vrai ça…que serions-nous sans les traditions ? Des animaux, oui ! des animaux ! des bêtes affamées et sanguinaires ! (il réfléchit) Oui, enfin ! On en est pas loin non plus. Oublions ça et gardons les pensées positives ! J’ai besoin de pensées positives…de bonnes ondes…sinon, c’est foutu …et vlan dans le chaudron…
Il reprend des pièces et fait de nouveaux essais.
Ah ! si les frontières étaient moins bien gardées ! Bye bye la compagnie ! Je laisse mes chaussettes et ma brosse à dents et vlan…Adios à tutti ! Quel débarras, ça ferait ! Quelle tranquillité ! Comment on a fait pour se retrouver dans une telle galère ? Comment cela a-t-il pu arriver ? Qu’est-ce qui est passé dans la tête de nos trois princesses ? Avant, tout n’était pas rose…mais enfin, quand même ! C’était vivable…c’est le cas de le dire…le chaudron chauffait, mais bon, on y trempait nos ennemis…les traîtres à la nation Moire ! Et un bon banquet..(il sourit légèrement)…Quels banquets on a fait ! et quel fumé ! Mes papilles s’en souviennent encore ! Mais c’est comme tout ! Comme les grandes fêtes ! La fête Nationale du 30 février ! La naissance de Kemoch ! Les dates des premiers sacrifices ! C’est pas tous les jours, sinon ça n’a plus un caractère exceptionnel ! Tout le monde sait ça…Oui, mais des pensées positives…Gardons des pensées positives…(il s’arrête et réfléchit) Bon sang ! C’est qu’il y en a pas beaucoup de pensées positives ! Mince alors. Il faut que je fasse le vide en moi…enfin pas trop, pour que je puisse créer quand même…Mais me vider la tête…Oublier la contingence…Oublier les soucis de merde du quotidien !…Bon ! Alors…résoudre un problème de contenance…d’accord…du volume, il me faut du volume ! Mais que ça ne fasse pas ridicule, disproportionné…inapproprié ! Il faut du grand…mais de l’humain…une création à taille humaine…Il faut que je pense concept ! que je sois concept ! Je suis le concept incarné ! …Bon, arrêtons nos conneries et soyons sérieux !…du volume…du volume et encore du volume ! Ma création doit symboliser la culture Moirienne ! Notre puissance et notre effroi. C’est pour ça que tous nos voisins ont peur de nous ! Il y a un côté animal en chacun de nous. La Moirie est la réserve du monde ! Le paradis des cannibales ! On est pas accepté partout ! Quel monde indifférent à nos préoccupations et à notre manière de vivre ! Ils ont même du dégoût quand il nous voit…Ah ! Ils essaient de ne rien montrer, mais ça se sent…Ils sentent la sueur de la peur ! Une sueur que tu peux pas contrôler…Comme toutes les sueurs, remarque. Mais celle-là elle t’entraîne dans les paradis du grand chaos et de la grande démesure ! Un peu comme nous, face à Phalaris… Qu’est-ce qu’on doit puer comme sueur de peur quand on est à ses côtés ! C’est pour ça que ça l’amuse, ce tyran de mes deux ! Vlan que je te le mettrai dans le chaudron ! Vlan que je te le découpe ! Et par petites bouchées, bien découpées, avec un bon couteau de chez nous, ceux qui coupent sans faire de bavures, ceux qui coupent sans mâcher, sans trifouiller la chair…Ils peuvent se rhabiller les couteaux de Damas des Philippains de la Macronerie ! …Avec quelques petits oignons ! bien revenus dans de la bonne graisse de liposuccion, garantie fraîchement ponctionnée…Ah, notre tyran…Il ne pourrait même plus tyranniser les poireaux et les courgettes…Mais nous…Nous…crois-moi, mon bon tyran…qu’on se régalerait de cette bonne et vigoureuse franche lippée …Et avec autant de cruauté…autant d’énergie dans le mal et le malheur d’autrui…je ne te dis pas la force que ça nous mettrait ! du feu ! des flammes ! Je ressens d’ici la puissance et l’énergie ! …Tiens, c’est bon ça ! Putain, ça me donne une putain de gaule ! Quelle énergie ! …(il prend un temps de pause.) Eurêka ! Je l’ai trouvé cette putain d’énergie positive ! Vive le chaudron ! Vive notre putain de Phalaris ! Et que la cuisine soit bonne !

[Fin du sixième tableau]

************************************

LE TAUREAU D’AIRAIN
Pièce de théâtre

LE MAMBA NOIR – Pièce de Théâtre – Jacky Lavauzelle – Sixième Tableau

*





Théâtre de Jacky Lavauzelle

*****

LE MAMBA NOIR
****
Pièce de Théâtre

*




SIXIEME TABLEAU

Max et Pierre sont assis comme au premier tableau.

Pierre
Affairé sur des mots croisés
Sévère réprobation en huit lettres…

Max
Buvant son café – rêveur.
T’as des lettres ?

Pierre
J’ai les dernières : EME…

Max
AIME ou EME ?

Pierre
EME !

Max
pensif
J’en ai en huit lettres mais pas avec le même final : Sanction, Jugement …Punition…
Pause
Une Révolte

Pierre
Non.

Max
Non, quoi ?

Pierre
Révolte, ça marche pas, t’as que sept lettres et je t’ai dit, ça finit par EME

Max
Je l’ai !

Pierre
Et alors ?

Max
Anathème
Il compte dans sa tête
C’est ça huit lettres…

Pierre
Et le A, ça marche…Merci !

Max
De rien…
Pause
Au fait, t’as regardé les infos ?

Pierre
Depuis ce matin, plusieurs fois !

Max
J’y retourne
il pianote sur son micro.
Vingt-deux morts…et une centaine de blessés…

Pierre
Ah quand même… Trois de plus qu’il y a une heure !

Max
lisant
« Nous n’avons pour le moment aucun information sur les raisons de cette attaque. La ville a été victime a une dizaine de reprises d’attaques de serpents. Les attaques de serpent ont surtout eu lieu sur la plage du Miramar où l’on compte, douze morts et une trentaine de blessés. Il semblerait, au dire des témoins, qu’il s’agisse de serpents de grandes tailles, très rapides. Certains parlent de serpents exotiques. Nous entendons parler de taïpans du désert, de vipères ou de mambas noirs. L’enquête en cours semble accréditer un acte terroriste mais aucune information n’a pour le moment filtrée du côté des autorités et aucune revendication, à notre connaissance, n’a été faite. Le cabinet du préfet reste silencieux. Nous savons qu’un premier communiqué sera fait en fin d’après-midi. Des experts et des chasseurs de reptiles sont attendus dans notre cité dès aujourd’hui. L’hôpital et les Cliniques Aguiléra et Belharra sont complétement débordés. Une cellule de crise a été ouverte à la mairie de la ville… »

Pierre
Des taïpans ? C’est en Australie qu’on les trouve…? Non ?

Max
Ben tu sais, les mambas, dans le sud-ouest, t’en trouves pas des masses non plus !

Pierre
C’est moins agressif ?

Max
Ouais, je crois…et ça change de couleur…

Pierre
C’est pas comme le mamba, alors ? Lui, il est toujours fidèle…même à sa couleur…

Max
En tous cas, il fat faire profil bas et attendre. T’imagines ? Ils n’en ont pas chopé un ! Ils sont tous dans la nature…dans la nature…

Pierre
La nature ? dans la ville, plutôt…

Max
Ouais dans la ville…Ils sont là et ils attendent…Et quand ils sortiront dans ce milieu hostile…Paf ! ça va croquer un coup ici et un coup là !
T’imagines… On est a plus de cent… et je te raconte pas les blessés…ils en ont pas pour longtemps…une dizaine d’heures à tout cassé ! Nous sommes de vrais mambas nous-mêmes ! Rapidité…efficacité…célérité…secret…Immobile…Et paf ! ça frappe ! et paf ! ça mord ! et paf ! je passe de l’un à l’autre !

Pierre
Regarde sa tablette.
Ils viennent d’en prendre un !

Max
Merde ! …Où ça ?

Pierre
Sur le parking du Festilasai !

Max
Ah quand même ! ça fait bien à trois kilomètres des plages ! Il a bien gambadé, le coco…Ils l’ont tué…

Pierre
Ils ne le disent pas…

Max
Pour le prendre vivant…y peuvent s’accrocher…

Pierre
Pensif
T’imagines…

Max
Quoi ?

Pierre
A ce rythme-là on en aura bientôt dans toute la région. C’est de la bombe à fragmentation lente et longue…Toutes les femelles vont donner naissance à des petits…Comme les frelons, les gros pépères, les tueurs d’abeilles, les frelons asiatiques quand ils sont arrivés en France…au début des années 2000…y  a quinze ans…à peine…Le mec, il fait venir des poteries de Chine…t’imagines…Le gars tranquille dans son coin de campagne qui fait venir une vraie calamité…Pas une statue pour ce gars…Le gars, inconsciemment, il t’a fait venir une vraie bombe…Quel bordel…ça fait du bien un tel bordel… Pas de pitié… Se rendre insensible à la pitié…Quoi de plus grand…

Max
Et si on avait mis du captagon dans les cocktails…Ils se seraient jeter sur eux croyant trouver le messie…C’est une idée à creuser, ça…

Pierre
J’ai vu des reportages sur le centre…Tu as toutes les radios et les télés… Nos petites bêtes vont être des stars…

Max
C’est ça la création ! De la création expressionniste…Mais tu vois …ils veulent faire oublier la création… la vraie…l’unique…celle qui dérange…la démocratie elle veut bien que tu parles mais que d’abord tu fermes ta gueule… ça doit pas dépasser…ça doit être sur le fil…

Pierre
Comme à l’armée !

Max
Oui, comme à l’armée… Ils peuvent t’en donner des gages…La désespérance…y a que ça qui est humain…Les pleurs, les cris et les larmes…Quand ça rigole, ça porte un masque…C’est ça le cauchemar…C’est ça qui fait flipper… Ce qui fait flipper dans le Prisonnier...C’est pas qu’il ne puisse pas s’évader…On te fait croire ça…Mais ce qui fait flipper, c’est qu’on lui propose tout ce que les gens ont dans la tête…

Pierre
Une maison propre…un jardin propre…des voisins propres…

Max
…Propres et gentils…C’est flippant, non ? Et les numéros…Tout le monde veut être le numéro un…Le cinq veut devenir le quatre ou passer directement à deux …T’as ça dans n’importe qu’elle boîte…C’est ça la vie…les rapports sociaux…ça se résume à ça et du patron à l’ouvrier…Le patron, il en veut une plus grosse, une entreprise qui détrône celle des copains…Et l’ouvrier…Il veut être l’ouvrier du mois et se choper la prime qui le rendra moins misérable…Alors le gars on le met devant ça…On le nomme Numéro six…Comme ça …d’emblée…Il a même pas fait ses preuves…Il passe devant le sept, le huit et tous les autres et il parle au numéro deux quand il veut…Tout le monde sauterait au plafond…A marcher et à jouer aux échecs…En plus avec tout le gazon coupé…

Pierre
A l’anglaise…

Max
Du nickel…Avec vue sur la mer et sur la plage…Et sans avoir à travailler et juste dire « Bonjour chez vous ! » Même après une vie de labeur, combien pourrait bénéficier d’une vie comme ça !

Pierre
Ouais ! ça me semble chouette comme vie !

Max
Eh bien nous, on ne cherche pas à s’évader de la grande boule blanche ! Nous on la regarde passer la masse informe et on rentre dans la ville ! Les micros et les caméras, on s’en moque ! On est libre ! Et notre évasion, on l’a fait du dedans…On rentre dans le village et on ferme bien la porte…Personne ne sortira… Personne…T’imagines, ils font des séries aujourd’hui avec huit, neufs saisons…Des centaines d’épisodes et tout de suite oubliés…Je te le dis Pierre, la société n’aime pas les artistes…Elle nous dénoncent comme terroristes, mais c’est un alibi…Un alibi… Ce qu’elle n’aime pas c’est les vrais artistes et les vrais poètes… Et si on trinquait…

Pierre
Pour trinquer, je serai toujours là ! Toujours présent !

Ils partent se servirent. Ils remplissent leur verre et se retournent devant les spectateurs.

Max et Pierre
ensemble
Bonjour chez vous !

Max
Un petit poème de Shelley…

Pierre
Lequel ?

Max
La Trompette de la Prophétie…Je l’adore…

Pierre
En anglais ?

Max
Non en Français…

Pierre
Dirige mes pensées mortes dans l’univers
 Telles ces feuilles mortes pour une renaissance !
 Et, par l’incantation de ce poème,
Disperse, comme d’un foyer inextinguible
 Les cendres et les étincelles, mes paroles à l’humanité !

Max et Pierre
ensemble
Et bonjour chez vous !

*******

************************************

LE MAMBA NOIR
Pièce de théâtre