Archives par mot-clé : sciôr fra i tuoi nembi il freno

INTERMEZZO CARDUCCI IX – Texte & Traduction – INTERMEDE 9

Traduction – Texte Bilingue
INTERMEZZO CARDUCCI

LITTERATURE ITALIENNE

letteratura italiana

CARDUCCI

intermezzo Giosuè Carducci intermede 9 Traduction Artgitato Poème

 

Giosuè Carducci


1835- 1907


Prix Nobel de Littérature 1906

Traduction Jacky Lavauzelle


INTERMEZZO
IX

INTERMEDE
9

Non contro te suoni maligno il verso,
Non, contre toi, je ne clame malignement mes vers,
 Terra a cui non risposi
Terre à qui ne répond
 Amor già mai, cui sol vidi traverso
Jamais mon amour, que seulement je vis à travers
 I sogni lacrimosi
Les songes pleins de larmes

*

De l’infanzia. O sedente al tirren lido,
De l’enfance. Assise sur la côte Tyrrhénienne,
 
 Poggiata il fianco a i monti,
Reposant aux flancs des montagnes,
A dio, Versilia mia, ligure lido
Adieu, ma Versilia, rivage ligure
 Di longobardi conti!
Des comtes Lombard !

*

Se da le donne tue maschia dolcezza
Si de tes femmes tu as une douceur virile
 Tenne il mio tósco accento,
Qui fleurit mon accent toscan,
 
 Io non voglio i tuoi marmi, o Serravezza,
Je ne veux pas de tes marbres, ô Serravezza
 Per il mio monumento
Pour mon monument

*

Pe ’l monumento che vo’ farmi vivo,
Pour le monument que je veux faire de mon vivant,
 
Lungi da la mia culla
Loin de mon berceau
 
 Cerco altri marmi mentre penso e scrivo,
Je cherche d’autres marbres tandis que je pense et j’écris,
Che non costano nulla.
Qui ne coûtent rien.

*

Altrui le glorie. O dïamante bianco
Aux autres les gloires. O le blanc diamant
 Entro gli azzurri egei,
Dans le bleu égéen,
 Paro gentil dal cui marpesio fianco
Délicate Paros de laquelle par le flanc de Marpèse
 Uscían d’Ellas gli dèi,
Descendaient les dieux de l’Hellade,

*

Tu, che tra Nasso ove Arïanna giacque
Toi, qui entre Naxos où Ariane gisait
 In seno al bello iddio,
Dans le sein du beau dieu,
 E Delo errante dove Febo nacque
Et l’errante Délos où Phébus naquit
 Nume de’ greci e mio,
Dieu des Grecs et le mien,

*

Archiloco vedesti a i giambi ardenti
Archiloque tu vis aux ïambes brûlants
 Sciôr fra i tuoi nembi il freno
Desserrer le frein entre les nuages
 E de’ tristi alcïoni in fra i lamenti
Et entre les gémissements des tristes alcyons
 Ir l’elegia d’Eveno,
Se dresser l’élégie d’Evénos,

*

A me d’Italia Archiloco omai lasso
A moi, Archiloque d’Italie désormais las
Ed Eveno migliore
Et Evénos meilleur
Dona, Paro gentil, tanto di sasso
Donne, délicate Paros, une grande partie de pierres
 Ch’io v’intombi il mio cuore.
Pour que j’y enterre mon cœur.

*

Questo cuore che amor mai non richiese
Ce cœur qui jamais n’exigea l’amour
 Se non forse a le idee
Sauf peut-être aux idées
 E che ferito tra le sue contese
Et qui blessé par ses combats
 
 Ora morir si dee,
Maintenant doit mourir,

*

Vo’ sotterrarlo, e mi fia dolce pena
Je veux l’enterrer, et je cela me fera une ​​douce douleur
Ne l’opra affaticarmi:
de me fatiguer dans cette œuvre :

 O Paro, o Grecia, antichità serena,
O Paros, o Grèce, antiquités sereines,
  Datemi i marmi e i carmi.
Donnez-moi des marbres et des poèmes.

******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************

intermezzo Carducci IX intermede