Archives par mot-clé : rose

EMILY DICKINSON (1858) WHEN ROSES CEASE TO BLOOM – LE VOL SOLENNEL DES BOURBONS

LITTERATURE AMERICAINE

*******

 

EMILY DICKINSON
December 10, 1830 – May 15, 1886
10 décembre 1830 – 15 mai 1886
Amherst, Massachusetts




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais

 






******




WHEN ROSES CEASE TO BLOOM

 




LE VOL SOLENNEL DES BOURBONS

1853

 




When Roses cease to bloom, dear, 
Quand les Roses finiront de fleurir, mon cher,
And Violets are done, 
Et les V
iolettes seront flétries,
When Bumblebees in solemn flight 
Quand les Bourdons dans un vol solennel
Have passed beyond the Sun, 
Passeront au-delà du Soleil,

**

The hand that paused to gather  
La main qui s’arrêta pour cueillir
Upon this Summer’s day 
Ce jour d’été
Will idle lie, in Auburn,— 
Reposera indolente, à Auburn, –
Then take my flowers, pray! 
Alors prenez mes fleurs, je vous prie !

*****************








***************

EMILY DICKINSON

Die blauen Veilchen der Aeugelein HEINRICH HEINE INTERMEZZO LYRIQUE XXVIII

INTERMEZZO LYRIQUE
Heinrich Heine
Die blauen Veilchen der Aeugelein

INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
LITTERATURE ALLEMANDE
intermezzo-lyrique-heine-artgitato-lyrisches-intermezzo-heine-willem-van-aelst-bloemenstilleven-met-horloge



Christian Johann Heinrich Heine
Die blauen Veilchen der Aeugelein




Deutsch Poesie
 Deutsch Literatur

Heinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich HeineHeinrich Heine

HEINRICH HEINE
1797- 1856

German poet
Poète Allemand
Deutsch Dichter

Heinrich Heine Oeuvre Poèmes Poésie Gedichte Artgitato

Übersetzung – Traduction
Jacky Lavauzelle




INTERMEZZO LYRIQUE HEINE
XXVIII

Die blauen Veilchen der Aeugelein 

Lyrisches Intermezzo
XXVIII
LES VIOLETTES BLEUES
DE SES PETITS YEUX

 

1823

INTERMEZZO LYRIQUE
Die blauen Veilchen der Aeugelein
Heinrich Heine

*

XXVIII

Die blauen Veilchen der Aeugelein,
Les violettes bleues de ses petits yeux,
Die rothen Rosen der Wängelein,
Le roses rouges de ses délicates joues,
Die weißen Lilien der Händchen klein,
Les lys blancs de ses menues mains,
Die blühen und blühen noch immerfort,
La floraison et encore la floraison,
Und nur das Herzchen ist verdorr’t.
Seul le cœur est sec.

*******

XXVIII
Die blauen Veilchen der Aeugelein
HEINRICH HEINE
INTERMEZZO LYRIQUE

********

*********
LA POESIE DE HEINRICH HEINE

A ce point de vue, Heine est traité en privilégié. Les Allemands peuvent bien maudire le pamphlétaire, ils savent par cœur les vers du poète. Éditeurs, biographes, critiques d’outre-Rhin lui ont consacré d’importans travaux. Chez nous, seul entre les poètes allemands, il bénéficie de ce privilège d’avoir un public. Je ne nie pas que nous n’ayons pour quelques autres, et pour Goethe par exemple, un juste respect. Nous admirons Gœthe, nous ne l’aimons pas. Au contraire, l’auteur de l’Intermezzo est pour quelques Français de France un de ces écrivains qui sont tout près du cœur. Cela tient à plusieurs raisons parmi lesquelles il en est d’extérieures. Heine a vécu pendant de longues années parmi nous ; il parlait notre langue, quoique avec un fort accent ; il l’écrivait, quoique d’une façon très incorrecte ; il nous a loués, quoique avec bien de l’impertinence ; il a été mêlé à notre société ; il a été en rapports avec nos écrivains, nos artistes et même nos hommes politiques. Nous nous sommes habitués à le considérer comme un des nôtres, et sa plaisanterie, fortement tudesque, passe encore pour avoir été une des formes authentiques de l’esprit parisien. Notre sympathie pour Heine se fonde d’ailleurs sur des motifs plus valables. Il a quelques-unes des qualités qui nous sont chères : son style est clair ; ses compositions sont courtes. Nous aimons ces lieds dont quelques-uns durent le temps d’un soupir, l’espace d’un sanglot. Leur pur éclat nous semble celui de la goutte de rosée que le soleil taille en diamant, ou d’une larme qui brille dans un sourire. C’est par eux que le meilleur de la sentimentalité allemande est parvenu jusqu’à nous. Ou, pour parler plus exactement, la poésie de Heine représente une nuance particulière de sensibilité, qu’il a créée et que nous avons accueillie. Aussi doit-elle avoir sa place dans une histoire de la poésie lyrique en France. De même qu’il y a une « critique allemande » de l’œuvre de Heine, il convient qu’il y en ait parallèlement une « critique française ».

René Doumic
Revue littéraire
La poésie de Henri Heine d’après un livre récent
Revue des Deux Mondes
4e période
tome 140
1897
pp. 457-468

***************************

INTERMEZZO LYRIQUE
XXVIII
HEINRICH HEINE

HE BIDS HIS BELOVED BE AT PEACE Yeats -Texte & Traduction – Il demande à sa bien-aimée d’être en paix

ARTGITATO

William Butler Yeats
English literature English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise

 

YEATS
1865-1939

[The Wind Among The Reeds –  1899]


HE BIDS HIS BELOVED BE AT PEACE
poem
Il demande à sa bien-aimée d’être en paix
[Poème]

He Bids His Beloved Be At Peace Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais

————————–

I hear the Shadowy Horses, their long manes a-shake,
J’entends les Chevaux des Ombres, leurs longues crinières qui s’agitent,
Their hoofs heavy with tumult, their eyes glimmering
white;
Leurs sabots lourds dans le tumulte, leurs yeux scintillants
blancs ;
The North unfolds above them clinging, creeping
night,
Le Nord se déroule au-dessus d’eux accrochant la nuit qui s’étend,
The East her hidden joy before the morning break,
L’Est et ses joies masquées avant la rupture matinale
The West weeps in pale dew and sighs passing away,
L’Ouest pleure en pâle rosée et disparaît dans un soupir,
The South is pouring down roses of crimson fire:
Le Sud déverse les roses pourpres en feu :
 O vanity of Sleep, Hope, Dream, endless Desire,
Ô vanité de Sommeil, d’Espoir, de Rêve, de Désir sans fin,
The Horses of Disaster plunge in the heavy clay:
Les Chevaux du Désastre s’enfoncent dans le lourd argile :
Beloved, let your eyes half close, and your heart beat
Bien-aimée, laisse tes yeux mi-clos, et ton cœur battre
Over my heart, and your hair fall over my breast,
Sur mon cœur, et tes cheveux tomber sur ma poitrine,
Drowning love’s lonely hour in deep twilight of rest,
Noyant l’heure solitaire de l’amour dans un profond crépuscule de repos,
And hiding their tossing manes and their tumultuous
feet.
Et cachant ces crinières déchaînées et leurs tumultueux sabots.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

He bids his beloved be at peace Yeats

THE ROSE OF THE WORLD Yeats Texte & Traduction LA ROSE DU MONDE

ARTGITATO

William Butler Yeats
English literature English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

 

YEATS
1865-1939

[The Rose –  1893]


THE ROSE OF THE WORLD
poem
La Rose du Monde
poème

The Rose of the World Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais la Rose du Monde

————————–

Who dreamed that beauty passes like a dream?
 Qui rêvait que la beauté passe comme un rêve ?
 For these red lips, with all their mournful pride,
Pour ces lèvres rouges, avec toute leur fierté lugubre,
Mournful that no new wonder may betide,
Il est triste qu’aucune nouvelle merveille ne puisse advenir,
 Troy passed away in one high funeral gleam,
Troie s’en est allé dans l’une des hautes lueurs funéraires,
And Usna’s children died.
Et les enfants de Usna sont morts.

We and the labouring world are passing by:
Nous et ce monde qui travaille nous passons :
Amid men’s souls, that waver and give place
Au milieu de l’âme des hommes, qui vacillent et qui dévalent
Like the pale waters in their wintry race,
Comme les eaux pâles dans leur course hivernale,
Under the passing stars, foam of the sky,
Sous les étoiles fuyantes, écume du ciel,
Lives on this lonely face.
Habitant sur cette face solitaire.

Bow down, archangels, in your dim abode:
Prosternez-vous, archanges, dans votre trouble demeure !
Before you were, or any hearts to beat,
Avant que nous ne passiez, ou avant que plus un cœur ne batte,
Weary and kind one lingered by His seat;
Lasse et bienfaisante, elle s’attardait près de Son siège ;
He made the world to be a grassy road
Il a fait le monde comme un chemin herbeux
Before her wandering feet. 
Devant ses pieds errants.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

The Rose of the world Yeats

THE MOUNTAIN TOMB Yeats Texte & Traduction Le Tombeau de la Montagne

 

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939
Responsibilities [1914]
The Mountain Tomb
Le Tombeau de la Montagne


The Mountain Tomb Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais Le Tombeau de la Montagne

 

————————–

 

Pour wine and dance if Manhood still have pride,
Versez le vin et dansez si en l’Homme il reste encore de la fierté,
Bring roses if the rose be yet in bloom;
Apportez des roses si les roses sont encore en fleurs ;
The cataract smokes upon the mountain side,
La cataracte fume sur le flanc de la montagne,
  Our Father Rosicross is in his tomb.
Notre Père Rosicross est dans sa tombe.

Pull down the blinds, bring fiddle and clarionet
Déroulez les stores, apportez violon et clarinette,
That there be no foot silent in the room
Qu’il n’y ait pas un seul pied immobile dans la salle.
 Nor mouth from kissing, nor from wine unwet;
Pas de bouches sans baisers ni sans vin ;
Our Father Rosicross is in his tomb.
Notre Père Rosicross est dans sa tombe.

 In vain, in vain; the cataract still cries
En vain, en vain; la cataracte pleure encore
The everlasting taper lights the gloom;
Le cierge éternel éclaire l’obscurité;
All wisdom shut into his onyx eyes
Toute la sagesse enfermée dans ses yeux d’onyx,
 Our Father Rosicross sleeps in his tomb.
 Notre Père Rosicross dort dans sa tombe.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

Cual parece al romper de la mañana de GONGORA Texte & Traduction

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Cual parece al romper de la mañana
1582

Cual parece al romper de la mañana Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Cual parece al romper de la mañana

 

Cual parece al romper de la mañana
Elles semblent rompre le matin
aljófar blanco sobre frescas rosas,
ces perlières blanches sur les fraîches roses,
o cual por manos hecha, artificiosas,
ou celles faites par les mains, artificielles,
bordadura de perlas sobre grana,
brodées de perles sur le tissu écarlate,

**

tales de mi pastora soberana
telles que celles de ma bergère souveraine
parecían las lágrimas hermosas
paraissaient de si belles larmes
sobre las dos mejillas milagrosas,
sur ses deux joues miraculeuses,
de quien mezcladas leche y sangre mana.
sur lesquelles coulaient un mélange de lait et de sang.

**

Lanzando a vueltas de su tierno llanto
Lancées autour des tendres larmes
tal que el más duro canto enterneciera,
des larmes telles que le chant le plus dur s’adoucit,
si enternecer bastara un duro canto
si adoucit qu’il n’est plus tout à fait un chant dur

 

**

un ardiente suspiro de su pecho,
un souffle ardent de sa poitrine,
mirad que habrá con un corazón hecho,
en ouvrant un cœur fermé, voit
que al llanto y al suspiro fue de cera.
que les larmes et le soupir étaient de cire.

 

***************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
***************

THE LILY William Blake Texte & Traduction LE LYS

LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry
Songs of Innocence and of Experience
SONGS OF EXPERIENCE
The Lilly William Blake

poèmes – poems
1794

WILLIAM BLAKE
1757-1827

 

The Lily William Blake Le Lys par Thomas Phillips Traduction Artgitato française

THE LILY
Le Lys

The modest Rose puts forth a thorn,
La modeste Rose met en avant une épine,
The humble sheep a threat’ning horn:
L’humble mouton menace de sa corne :
While the Lily white shall in Love delight,
Alors que le Lys blanc est dans le plaisir de l’Amour,
Nor a thorn nor a threat stain her beauty bright.
Ni une épine ni une menace ne teintent sa beauté lumineuse.

************************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
************************

MY PRETTY ROSE TREE William Blake Traduction & Texte MON JOLI ROSIER

LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry
Songs of Experience
My Pretty Rose
William Blake
poèmes – poems

My Pretty Rose Tree William Blake Mon Joli Rosier par Thomas Phillips Traduction Artgitato française

WILLIAM BLAKE
1757-1827

 

MY PRETTY ROSE TREE

Mon Joli Rosier

****

A flower was offered to me,
Une fleur m’a été offerte,
Such a flower as May never bore;
Une fleur comme Mai ne porta jamais ;
But I said ‘I’ve a pretty rose tree,’
Mais je dis : «J’ai un joli rosier,
And I passed the sweet flower o’er.
Et je laissai la douce fleur.

Then I went to my pretty rose tree,
Puis je suis allé voir mon joli rosier,
To tend her by day and by night;
Pour m’en occuper de jour comme de nuit ;
But my rose turned away with jealousy,
Mais, jalouse, ma Rose se détourna,
And her thorns were my only delight.
Et ses épines furent alors mon unique plaisir.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
********************

The Sick Rose WILLIAM BLAKE Texte & Traduction La Rose Malade

LITTERATURE ANGLAISE
Poésie anglaise – English poetry
Songs of Experience
The Sick Rose William Blake

poèmes – poems

The Sick Rose William Blake La Rose Malade par Thomas Phillips Traduction Artgitato française

WILLIAM BLAKE
1757-1827

 

THE SICK ROSE

Le Rose Malade

****

O Rose, thou art sick!
O Rose, tu es malade!
  The invisible worm
Le ver invisible
 That flies in the night,
Qui, dans la nuit, vole
   In the howling storm,
Dans la tempête hurlante,

Has found out thy bed
A découvert ton lit
Of crimson joy:
De joie cramoisie :
And his dark secret love
Et son sombre amour secret
 Does thy life destroy.       
Qui ravage ta vie.

*******************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*******************

David Černý : LE JEU DE L’INVERSION ET DE L’IMPOSTURE

SCUPTUREsochařství
David Černýdavid černý

 

 Le jeu de l’Inversion
& de l’Imposture

Le site de David Černý, http://www.davidcerny.cz, présente la tête de l’artiste, mi Nicola Sirkis, chanteur d’Indochine, mi Robert Smith, chanteur de The Cure, tournant comme dans une fête foraine sur un fond noir (Černý = noir), et rotant ou coassant. Un clic sur sa tête pour qu’elle explose avec en fond chanté, un alléluia retentissant. Nous sommes dans le domaine du jeu. L’artiste joue le diablotin espiègle. Il est le mauvais canard de la bien-pensance en sachant tout à fait être dans le vent avec une création propre sur elle. Mais David Černý joue et joue le jeu. Il joue le lieu aussi.

david černý Kůň, Vanceslas Galerie Lucerna Praha Prague

Nous entrons dans une optique binaire  formelle. La première œuvre où l’artiste est enfin reconnu est en réalité un ready-made où le changement de statut et de statue, passe par une apposition d’une couleur.
Le mémorial de guerre se transforme en jouet improbable.  Le char qui est peint en rose, en 1991, se nomme le char Joseph Staline, JS2, tout un symbole. Il trônait à Prague et symbolisait la libération de Prague par l’Armée-rouge. Un symbole qui devenait une provocation après les événements de 1989.
Rien de moins guerrier et de moins mémorial que le rose. Cette performance devient la cérémonie d’investiture de Černý sur la place artistique tchèque, alors sur le feu mondial des projecteurs. C’est une entrée en matière tonitruante pour un événement en 1991, deux ans après la libération de la tutelle communiste, qui pourrait presque passer pour anecdotique. Plus qu’un symbole, l’acte devenait rébellion.

Le concept binaire de  David Černý est trouvé par cette apposition : l’opposition, la contradiction. Du jeu de la guerre à la guerre du jeu. La guerre pour les grands devient le jouet des enfants. Rien ne s’oppose plus à la guerre, ne tranche plus avec la terreur communiste que le rose. Nous pensons au rouge sanguin, au noir du deuil, au kaki des tenues. Rien ne s’oppose plus au culte de la personnalité de Staline que cette couleur. Le rose est la couleur la plus à même de déstructurer le métal et la symbolique guerrière avec son côté enfantin, laiteux, féminin, le rose du rouge à lèvres, ou le rose fragile et éphémère de la fleur.  

david černý Miminka Babies Musée Kampa Prague 2

Entre 1988 et 1996, David est étudiant à l’École des arts appliqués de Prague. Le pays vient de se libérer depuis deux ans. L’artiste veut faire un coup d’éclat. Le pays se réveille de la tragédie communiste et place l’écrivain Vaclav Havel dès sa libération, après l’éviction d’Alexander Dubček. Nous sommes dans sa présidence où l’indépendance avec les partis politiques devient la règle. 

Le jeu se place donc dans une période apaisée et propice à la dialectique culturelle. Les soviétiques ne sont plus les maîtres, le communisme est balayé. Plusieurs artistes engagés se retrouvent aux manettes du pays. Le risque reste calculé et relativement limité. Des députés repeindront en rose en signe de soutien à l’artiste.

Les bébés, autres scuptures de l’artiste, Miminka Babies, sont fragiles, dépendants de nous, avec un visage poupon et craquant, des petits êtres à protéger. Nos sociétés contemporaines focalisent sur leur bien-être. En appliquant le concept de l’artiste, il suffit de les rendre forts et massifs, libres, et prédateurs. Ils deviennent monstrueux, immenses, sans visages ;  ils montent partout. Ils dominent le monde des grands. L’artiste les rend identiques, comme clonés, sans émotions avec la rationalité d’une entrée USB d’un ordinateur ou d’un code à barres commercial au milieu du visage.

Cet élément de répétition et de clonage se retrouve dans d’autres œuvres comme les pingouins de Prague, český tučňák. Le changement de couleur s’opère avec les pingouins en jaune en ligne à côté du Musée Kampa au bord de la Vltava. Les pingouins sont en groupe, en bande, souvent les uns contre les autres afin de lutter contre le froid. David Černý les transforme en moutons de panurge. Totalement liés les uns aux autres. En appliquant une couleur jaune au noir et blanc du pingouin, David Černý continue sa logique conceptuelle. Le noir et le blanc c’est la nuit et le froid et l’opposé sera la chaleur et le soleil, donc le jaune. La signification positive de chaleur et d’amitié sera de nouveau inversée par le positionnement en ligne, position d’autorité et de soumission à un ordre établi. La signification négative, celle du mensonge et de la tromperie deviendra une nouvelle signature de l’artiste. Celle que l’on retrouvera lors de l’exposition Entropa.  

david černý Miminka Babies Musée Kampa Prague 1

Le cheval, Kůň,  dans la galerie du Lucerna montre un Vanceslas ridiculisé, lui qui est représenté très sérieusement à quelques mètres de là devant la place du même nom Václavské náměstí. Mais le cheval est renversé, à l’envers. Elle rend illusoire la posture digne du souverain. Vanceslas Ier de Bohème, comme saint patron de ce pays est un des symboles nationaux les plus forts, au même titre que le Château de Prague ou le Pont Charles. Le toucher c’est toucher aux fondamentaux du pays, le ridiculiser sur ses valeurs. Avec la tromperie, la facétie et démystification seront associés à l’artiste. L’artiste soulignait après l’imposture de l’exposition Entropa de 2009 à Bruxelles, à l’Atrium du conseil des ministres que « L’hyperbole grotesque et la mystification font indissociables de la culture tchèque et l’utilisation de fausses identités n’est rien d’autre qu’une des stratégies de l’art contemporain« 

Le comble serait d’utiliser ses méthodes sur ses œuvres et de peindre par exemple ses bébés du Musée Kampa en blanc. Et la boucle serait bouclée. L’arroseur arrosé. Nous refermerions le cercle pour en ouvrir un autre.

Dans la citation de l’artiste, le mot important que relève l’artiste est celui de la Stratégie. Nous restons bel et bien avec cette artiste dans le conceptuel et le stratégique. Nous ne sommes pas dans l’émotion et le ressenti. L’assurance de l’idée ne laisse pas de part à la fragilité et au doute. Par contre et l’exposition Entropa en est la preuve, la dimension humoristique est présente. L’aspect conceptuel de la contradiction s’ouvre sur une radicalité quasi caricaturale.

 

david černý český tučňák Musée Kampa Praha Prague

Le Satan sarcastique de son site web entre show-biz et artiste rock a trouvé sa place dans notre société du spectacle et de l’outrance. Un sentiment de familiarité nous fait suivre son œuvre toutefois avec un sentiment de plaisir et de connivence. Amitiés ou irritations ? « C’est de la familiarité que naissent les plus tendres amitiés et les plus fortes haines »  (Rivarol)

 

Jacky Lavauzelle