Archives par mot-clé : religion

LETTRES DE L’ARETIN Lettera di Pietro Aretino a Michelangelo Lettre à Michel-Ange

 LETTERE – Libro III – LETTRES -LIVRE III


1545

Traduction – Texte Bilingue
LITTERATURE ITALIENNE
Letteratura Italiana

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Pietro Aretino
Pierre l’Arétin
Arezzo, 20 aprile 1492 – Venezia, 21 ottobre 1556
Arezzo 20 avril 1492 – Venise 21 octobre 1556

——–











 L’ARETIN

LETTERE – Libro III
LETTRES -LIVRE III
Lettera al grande Michelangelo Buonarroti
Lettre au grand MICHEL-ANGE BUONARROTI

Novembre 1545

 

Tiziano – Le Titien
Vers 1548 circa 1548
Frick Collection New York












******

Notes

La lettre de L’Arétin est écrite en 1545, alors que l’œuvre de Michel-Ange, le Jugement Dernier, est terminé depuis quatre ans. Il attaque sa liberté de création dans un lieu sacré. Michel-Ange est critiqué non pour ses dons artistiques, «  perfettion di pittura », mais pour ne pas avoir conçu une iconographie avec des poses plus retenues, nous ne sommes pas dans un bordel, « il postribolo« .

L’Arétin parle de La Nanna. Il s’agit d’un personnage de ses Ragionamenti où une prostituée raconte ses expériences argumentant à la mode des dialogues platoniciens. Les Ragionamenti sont publiés en 1534. Nous trouvons notamment le fameux Dialogue entre la Nanna et la Pippa : Dialogo nel quale la Nanna insegna a la Pippa. [« Eccovi là i Salmi, eccovi la Istoria di Cristo, eccovi le Comedie, eccovi il Dialogo, eccovi i volumi divoti e allegri, secondo i subietti; e ho partorito ogni opera quasi in un dì… »]

*****************************

 Lettera al grande Michelangelo Buonarroti

Lettre au grand Michel-Ange Buonarroti

Le Jugement Dernier – Il Giudizio Universale
Fresque de Michel-Ange Buonarroti
Affresco di Michelangelo di Lodovico Buonarroti
La Chapelle Sixtine – Cappella Sistina
Le Vatican – Città del Vaticano
1535-1541

*******************************************************

Signor mio.
Mon Seigneur

Nel rivedere lo schizzo intiero di tutto il vostro dì del Giudicio, ho fornito di conoscere la illustre gratia di Rafaello ne la grata bellezza de la inventione.
Lors de ma dernière vision générale de votre Jugement, j’ai retrouvé l’illustre grâce de Raphaël dans la beauté de l’invention.
Intanto io, come battezzato, mi vergogno de la licentia, sì illecita a lo spirito, che havete preso ne lo isprimere i concetti u’ si risolve il fine al quale aspira ogni senso de la veracissima credenza nostra.
Cependant, comme baptisé, j’ai honte de la licence, si illicite à l’esprit, que vous avez prise dans l’expression des aspirations de notre vraie foi.

Adunque quel Michelagnolo stupendo in la fama, quel Michelagnolo notabile in la prudentia, quel Michelagnolo ammiranno nei costumi ha voluto mostrare a le genti non meno impietà di irreligione che perfettion di pittura?
Pourquoi donc ce Michel-Ange merveilleux en pleine gloire, ce Michel-Ange apprécié pour sa prudence, pourquoi ce Michel-Ange admiré a-t-il voulu montrer au moins autant d’impiété en religion que de perfection en peinture ?

È possibile che voi, che per essere divino non degnate il consortio degli huomini, haviate ciò fatto nel maggior tempio di Dio?
Et est-il possible que vous, être divin dédaignant la compagnie humaine, ayez commis cette chose dans le temple de Dieu ?
sopra il primo altare di Giesù?
De plus, au-dessus du premier autel de Jésus ? 

ne la più gran capella del mondo, dove i gran Cardini de la Chiesa, dove i Sacerdoti reverendi, dove il Vicario di Christo con cerimonie catholiche, con ordini sacri e con orationi divine confessano, contemplano et adorano il suo corpo, il suo sangue e la sua carne?
Dans cette la plus grande chapelle du monde, où les grands Cardinaux de l’Eglise, où les prêtres vénérables, où le Vicaire du Christ lors des cérémonies catholiques, avec les ordres sacrés et prières divines, confessent, contemplent et adorent Son corps, Son sang et Sa chair ?

Se non fusse cosa nefanda lo introdurre de la similitudine, mi vanterei di bontade nel trattato de la Nanna, proponendo il savio mio avedimento a la indiscreta vostra conscienza, avengaché io in materia lasciva et impudica non pure uso parole avertite e costumate, ma favello con detti irreprensibili e casti;
S’il n’y avait pas quelque chose d’infâme dans la similitude, je vanterais les qualités de mon traité de la Nanna, afin de mettre en regard mes sages manières à votre indiscrète conscience, utilisant des mots de circonstance et acceptable à une situation lascive et impudique mais je m’appuis sur une tonalité irréprochable et pure ;
et voi nel suggetto di sì alta historia mostrate gli angeli e i santi, questi senza veruna terrena honestà, e quegli privi d’ogni celeste ornamento.
et vous qui, pour un sujet où vous montrez les anges et les saints, n’offrez à nos yeux aucune décence terrestre, sans même aucun ornement céleste.

Ecco, i Gentili ne lo iscolpire, non dico Diana vestita, ma nel formare Venere ignuda, le fanno ricoprire con la mano le parti che non si scoprono;
Ici, les Gentils, qui ne sont pas vêtus en Diane mais en Vénus nue, positionnent leurs mains sur les attributs à ne pas découvrir ;
et chi pur è christiano, per più stimare l’arte che la fede, tiene per reale ispettacolo tanto il decoro non osservato nei martiri e ne le vergini, quanto il gesto del rapito per i membri genitali, che anco serrarebbe gli occhi il postribolo, per non mirarlo.
et un chrétien, qui estime l’art plus que la foi, reste le spectateur d’un véritable décorum où se montrent les martyrs et les vierges, avec le geste d’un damné retenu par ses membres génitaux, scène que, même dans un bordel, nos yeux ne pourraient regarder en face.
In un bagno delitioso, non in un choro supremo si conveniva il far vostro!
Dans une délicieuse salle de bain peut-être, mais pas dans un chœur suprême, votre œuvre à merveille conviendrait !

Onde saria men vitio che voi non credeste, che, in tal modo credendo, iscemare la credenza in altrui.
Il me semble préférable de ne pas croire que de croire en méprisant la croyance des autres.
Ma sino a qui la eccellenza di sì temerarie maraviglie non ne rimane impunita, poiché il miracolo di loro istesse è morte de la vostra laude.
Mais jusqu’ici l’excellence des merveilles téméraires ne reste pas impunie, car dans le miracle se meurt votre louange.
Sì che risuscitatele il nome col fare di fiamme di fuoco le vergogne dei dannati, et quelle dei beati di raggi di sole, o imitate la modestia fiorentina, la quale sotto alcune foglie auree sotterra quelle del suo bel colosso;
Oui, ressuscitez votre gloire en jetant dans les flammes  la honte damnés, et en inondant des rayons du soleil les bienheureux, ou imitez la modestie florentine qui, sous quelques feuilles d’or, cache les attributs de leur magnifique colosse ;
et pure è posto in piazza publica et non in luogo sacrato.
qui pourtant se place sur la place publique et non dans un lieu consacré.
Hor così ve lo perdoni Iddio, come non ragiono ciò per isdegno ch’io habbi circa le cose desiderate;
Que Dieu vous le pardonne, car je ne parle pas dans l’indignation de ne pas avoir trouvé ce que je désirais ;
perché il sodisfare al quanto vi obligaste mandarmi deveva essere procurato da voi con ogni sollecitudine, da che in cotale atto acquetavate la invidia, che vuole che non vi possin disporre se non Gherardi et Tomai.
car satisfaire ce que vous vous étiez obligé à m’envoyer devait être réalisé avec toute la diligence possible, afin que l’on ne puisse pas dire que les Gherardo et les Tomasso disposaient de vous.

Ma se il thesoro lasciatovi da Giulio acciò si collocassero le sue reliquie nel vaso dei vostri intagli non è stato bastante a far che gli osserviate la promessa, che posso però isperar io?
Mais si le trésor laissé par Jules II pour que ses reliques reposent dans le sépulcre de votre sculpture ne suffit pas à vos yeux à tenir votre promesse, que puis-je donc espérer ?


Benché non la ingratitudine, non l’avaritia di voi, pittor magno, ma la gratia et il merito del Pastor massimo è di ciò cagione;
Bien que l’ingratitude, bien que l’avarice, peintre magnifique, et la grâce et le mérite du souverain Pasteur ne soient pas ici en question ;
avengaché Iddio vuole che la eterna fama di lui viva in semplice fattura di deposito in l’essere di se stesso, et non in altiera machina di sepoltura in vertù del vostro stile.
car Dieu veut que Sa gloire éternelle vive dans une facture simple et non dans une hautaine sépulture de votre style.
In questo mezzo il mancar voi del debito vi si attribuisce per furto.
Cela signifie que manquer son devoir revient à réaliser un vol.
Ma con ciò sia che le nostre anime han più bisogno de lo affetto de la devotione che de la vivacità del disegno, inspiri Iddio la Santità di Paolo come inspirò la Beatitudine di Gregorio, il quale volse imprima disornar Roma de le superbe statue degli idoli che torre, bontà loro, la riverentia a l’humili imagini dei santi.
Mais comme nos âmes ont plus besoin de l’affection pour la dévotion que de la vivacité dans le dessin, Dieu inspire Sa Sainteté Paul comme il inspira le Bienheureux Grégoire en lui faisant enlever les ornements des superbes statues des idoles de Rome, avant de comprendre que cela nuisait au respect que l’on devait aux images des saints.

In ultimo, se vi fuste consigliato, nel comporre e l’Universo e l’Abisso e ‘l Paradiso, con la gloria, con l’honore et con lo spavento abbozzatovi da la istruttione, da lo essempio e da la scienza de la lettera che di mio legge il secolo, ardisco dire che non pure la natura e ciascuna benigna influenza non si pentirieno del datovi intelletto sì chiaro, che hoggi in vertù suprema favvi simolacro de la maraviglia, ma la providentia di chi regge il tutto terrebbe cura di opera cotale, sin che si servasse il proprio ordine in governar gli emisperi.
Enfin, si vous vous étiez fait conseillé pour cette composition et sur l’Univers, et l’Abîme et le Paradis, avec gloire, honneur, et terreur par l’exemple et la science de la lettre que de moi l’on connaît, j’ose dire que la nature et ses influences n’auraient pas entravé la si claire intelligence qui vous pare aujourd’hui, ainsi que la providence qui soutiendrait l’ouvrage, puisqu’elle assure la gouvernement des hémisphères.

Di novembre, in Vinetia, MDLXV.Servitore l’Aretino.
Novembre 1645 – Venise – Votre serviteur l’Arétin

Hor ch’io mi sono un poco isfogato la colera contro la crudeltà vostra usa a la mia divotione, et che mi pare havervi fatto vedere che, se voi siate divino, io non so’ d’acqua, stracciate questa, che anch’io l’ho fatta in pezzi, et risolvetevi pur ch’io son tale che anco i Re et gli Imperadori rispondano a le mie lettere.
P.S. Depuis que j’ai calmé ma colère contre la cruauté de votre réponse à ma dévotion, et vous avoir dit que, si vous êtes divin, moi, je ne suis pas d’eau, alors, déchirez cette missive en morceaux comme je l’ai fait, je suis ainsi fait que les rois et les empereurs répondent à mes lettres.

Al gran Michelagnolo Buonarroti. A Roma.
Au grand Michel-Ange Buonarroti. A Rome

***********************************

LETTRES DE L’ARETIN

******




RELIGION KHALIL GIBRAN THE PROPHET XXVI

RELIGION Khalil Gibran The Prophet
Sur La Religion

The Prophet XXVI
RELIGION KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898



جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

Traduction Jacky Lavauzelle

 

THE PROPHET XXVI
 RELIGION
LA RELIGION

1923


*

religion-khalil-gibran-artgitato-the-prophet-le-prophete-meister-von-meskirch-benoit-de-nursie-dans-la-grotteMeister von Meßkirch
Représentation de Benoît de Nursie

dans la grotte

*

And an old priest said, « Speak to us of Religion. »
Et un vieux prêtre demanda : « Parle-nous de la Religion. »

And he said:
Et il dit :

Have I spoken this day of aught else?
Ai-je parlé à ce jour d’autre chose?

Is not religion all deeds and all reflection,
Tous les actes et toutes les réflexions ne sont-ils pas la religion,

And that which is neither deed nor reflection, but a wonder and a surprise ever springing in the soul, even while the hands hew the stone or tend the loom?
Et aussi ce qui n’est ni acte ni réflexion, mais une merveille et une surprise jaillissant toujours dans l’âme, alors même que les mains taillent la pierre ou tendent le métier à tisser ?

Who can separate his faith from his actions, or his belief from his occupations?
Qui peut séparer sa foi de ses actions, ou sa croyance de ses occupations ?

Who can spread his hours before him, saying, « This for God and this for myself; This for my soul, and this other for my body? »
Qui peut étendre ses heures devant lui, en disant : «celles-ci pour Dieu et celles-là pour moi-même, celles-ci pour mon âme, et ces autres pour mon corps ? »

All your hours are wings that beat through space from self to self.
Toutes vos heures sont des ailes qui battent à travers l’espace de votre moi.

He who wears his morality but as his best garment were better naked.
Celui qui porte sa moralité comme son meilleur vêtement, serait mieux nu.

The wind and the sun will tear no holes in his skin.
Le vent et le soleil ne déchireraient aucun trou dans sa peau.

And he who defines his conduct by ethics imprisons his song-bird in a cage.
Et celui qui définit sa conduite par l’éthique emprisonne l’oiseau-chanteur dans une cage.

The freest song comes not through bars and wires.
La chanson la plus libre ne passent pas par des barreaux et des fils.

And he to whom worshipping is a window, to open but also to shut, has not yet visited the house of his soul whose windows are from dawn to dawn.
Et celui pour qui l’adoration est une fenêtre, à ouvrir, mais aussi à fermer, n’a pas encore visité la maison de son âme dont les fenêtres sont grandes ouvertes de l’aube à l’aube.

Your daily life is your temple and your religion.
Votre vie quotidienne est votre temple et votre religion.

Whenever you enter into it take with you your all.
Chaque fois que vous y entrez, prenez avec vous votre tout.

Take the plough and the forge and the mallet and the lute,
Prenez la charrue et la forge, le maillet et le luth,

The things you have fashioned in necessity or for delight.
Les choses que vous avez façonnées dans la nécessité ou pour le plaisir.

For in reverie you cannot rise above your achievements nor fall lower than your failures.
Car en rêve vous ne pouvez pas monter au-dessus de vos réalisations ni tomber plus bas que vos échecs.

And take with you all men:
Et prenez avec vous tous les hommes :

For in adoration you cannot fly higher than their hopes nor humble yourself lower than their despair.
Car en adoration vous ne pouvez pas voler plus haut que leurs espoirs, ni vous humilier plus bas que leur désespoir.

And if you would know God be not therefore a solver of riddles.
Et si vous voulez connaître Dieu, ne tentez pas de résoudre des énigmes.

Rather look about you and you shall see Him playing with your children.
Regardez plutôt autour de vous et vous Le verrez jouer avec vos enfants.

And look into space; you shall see Him walking in the cloud, outstretching His arms in the lightning and descending in rain.
Et regardez dans l’espace ; vous Le verrez marcher dans la nuée, tendant Ses bras dans la foudre et descendant sous la pluie.

You shall see Him smiling in flowers, then rising and waving His hands in trees.
Vous Le verrez sourire dans les fleurs, puis se lever et agiter Ses mains dans les arbres.

*********

KHALIL GIBRAN LE PROPHETE – THE PROPHET – 1923

 

KHALIL GIBRAN
Littérature Libanaise
Lebanese literature
le-prophete-khalil-gibran-fred-holland-day-1898Photographie de Fred Holland Day
1898





جبران خليل جبران
Gibran Khalil Gibran
1883–1931
le-prophete-khalil-gibran-the-prophete-n

 

Traduction Jacky Lavauzelle

 

 

THE PROPHET
LE PROPHETE
1923

 

1
Prologue
The Coming of the Ship
L’arrivée du bateau

Almustafa, the chosen and the beloved, who was a dawn onto his own day, had waited twelve years in the city of Orphalese for his ship that was to return and bear him back to the isle of his birth.
Almustafa, l’élu, le bien-aimé, qui était à l’aube de cette journée particulière, avait attendu douze ans dans la ville d’Orphalese son navire qui devait le porter sur l’île où il naquit.





prologue-du-prophete-khalil-gibran-artgitato-vassily-kandinsky-1926-plusieurs-cercles-several-circles

**

2
Love
L’Amour

Then said Almitra, « Speak to us of Love. »
Ensuite, Almitra demanda  : « Parle-nous de l’amour. »

le-prophete-ii-amour-love-khalil-gibran-artgitato-self-portrait-auto-portrair-1887-1888-vincent-van-gogh

*

3
Marriage
Le Mariage

Then Almitra spoke again and said, « And what of Marriage, master? »
Puis Almitra parla de nouveau et dit: «Et que dis-tu du mariage, maître ?« 

marriage-le-mariage-le-prophete-the-prophet-khalil-gibran-silva-porto-artgitato




*

4
Children
Les Enfants

And a woman who held a babe against her bosom said, « Speak to us of Children. »
Et une femme qui tenait un bébé contre son sein dit : «Parle-nous des enfants.« 

children-khalil-gibran-les-enfants-jean-baptiste-greuze-lenfant-gate-1765-saint-petersbourg-musee-de-lermitage

*

5
Giving
Le Don

Then said a rich man, « Speak to us of Giving. »
Puis un homme riche demanda : « Parle-nous du Don. »

giving-khalil-gibran-artgitato-van-dyck-16-18-saint-martin-partageant-son-manteau

*

6
Eating and Drinking
Le Manger et le Boire

Then an old man, a keeper of an inn, said, « Speak to us of Eating and Drinking. »
Puis un vieil homme, le gardien d’une auberge, dit : «Parle-nous du manger et du boire.« 

eating-and-drinking-khalil-gibran-artgitato-le-dejeuner-dhuitres-jean-francois-de-troy-1735-musee-conde-chantilly

*

7
Work
Le Travail

Then a ploughman said, « Speak to us of Work. »
Puis le laboureur dit : « Parle-nous du Travail. »

the-prophet-khalil-gibran-le-prophete-artgitato-gustave-caillebotte-the-floor-planers-les-raboteurs-de-parquet

*




*

8
Joy and Sorrow
La Joie et la Tristesse

Then a woman said, « Speak to us of Joy and Sorrow. »
Puis une femme demanda : « Parle-nous de la Joie et de la Tristesse. »

joy-and-sorrow-le-prophete-viii-the-prophet-khalil-gibran-joie-et-tristesse

*

9
Houses
Les Maisons

Then a mason came forth and said, « Speak to us of Houses. »
Ensuite, un maçon sortit et dit : «Parle-nous des maisons. »

the-prophet-khalil-gibran-houses-les-maisons-artgitato-caspar-david-friedrich

*

10
Clothes
Contre les Vêtements

And the weaver said, « Speak to us of Clothes. »
Et le tisserand dit : «Parle-nous des vêtements. »

contre-les-vetements-khalil-gibran-clothes-artgitato-the-prophet-le-prophete

*

11
Buying and Selling
Vendre et Acheter

And a merchant said, « Speak to us of Buying and Selling. »
Et un marchand dit : «Parle-nous des Achats et des Ventes. »
buying-and-selling-khalil-gibran-artgitato-lenseigne-de-gersaint-antoine-watteau-1720

*

12
Crime and Punishment
Le Crime et le Châtiment

Then one of the judges of the city stood forth and said, « Speak to us of Crime and Punishment. »
Ensuite, l’un des juges de la ville surgit et dit : « Parle-nous du Crime et du Châtiment. »

crime-and-punishment-khalil-gibran-artgitato-david-et-goliath-daniele-da-volterra-musee-du-louvre-paris

*

13
Laws
Les Lois

Then a lawyer said, « But what of our Laws, master? »
Ensuite, un juriste demanda : «Mais que peux-tu dire de nos Lois, maître? »

laws-khalil-gibran-les-lois-artgitato-lavocat-honore-daumier

*

14
On Freedom
La Liberté

And an orator said, “Speak to us of Freedom.”
Et un orateur demanda : « Parle-nous de la Liberté. »

on-freedom-khalil-gibran-la-liberte-artgitato-eugene-delacroix-1830-la-liberte-guidant-le-peuple




*

15
On Reason and Passion
La Raison et la Passion

And the priestess spoke again and said: Speak to us of Reason and Passion.
Et la prêtresse parla à nouveau et dit : « Parle-nous de la Raison et de la Passion.« 

on-reason-and-passion-khalil-gibran-artgitato-dessins-de-charles-le-brun

*

16
On Pain
La Souffrance

And a woman spoke, saying, « Tell us of Pain. »
Et une femme prit la parole en demandant : « parle-nous de la souffrance. »
on-pain-khalil-gibran-sur-la-souffrance-artgitato-eugene-delacroix-le-massacre-de-scio

*

17
On Self-knowledge
La Connaissance de Soi

And a man said, Speak to us of Self-Knowledge.
Et un homme demanda : »Parle-nous de la connaissance de soi. »

khalil-gibran-on-the-self-knowledge-sur-la-connaissance-de-soi-artgitato-auguste-rodin-les-mains

*

18
On Teaching
L’Enseignement

Then said a teacher, « Speak to us of Teaching. »
Puis un professeur demanda : « Parle-nous de l’Enseignement. »

on-teaching-khalil-gibran-sur-lenseignement-artgitato-hippolyte-flandrin-jeune-homme-assis

*

19
Friendship
L’Amitié

And a youth said, « Speak to us of Friendship. »
Et un jeune homme demanda : « Parle-nous de l’amitié. »

friendship-khalil-gibran-sur-lamitie-arearea-paul-gauguin-1892

*

20
Talking
La Parole

And then a scholar said, « Speak of Talking. »
Et puis un savant demanda : « Parle-nous de la Parole. »
talking-khalil-gibran-la-parole-artgitato-ciceron-demasque-catilina-tableau-de-cesare-maccari

*

21
TIME
Le Temps

And an astronomer said, « Master, what of Time? »
Et un astronome demanda : « Maître, que peux-tu nous dire sur le Temps ? »

time-khalil-gibran-sur-le-temps-artgitato-les-vieilles-francisco-de-goya

*

22
Good & Evil
Le Bien et le Mal

And one of the elders of the city said, « Speak to us of Good and Evil. »
Et l’un des anciens de la ville demanda : «Parle-nous du Bien et du Mal. »

good-and-evil-khalil-gibran-artgitato-le-bien-et-le-mal-victor-orsel

*

23
PRAYER
La Prière

Then a priestess said, « Speak to us of Prayer. »
Puis une prêtresse demanda : « Parle-nous de la Prière. »
prayer-khalil-gibran-the-prophet-la-priere-le-prophete-artgitato-jean-francois-millet-langelus

*

24
PLEASURE
Le Plaisir

Then a hermit, who visited the city once a year, came forth and said, « Speak to us of Pleasure. »
Puis un ermite, qui visitait la ville une fois par an, s’approcha et demanda : « Parle-nous du Plaisir. »

pleasure-khalil-gibran-le-plaisir-artgitato-moissons-en-provence-1888-van-gogh

*

25
BEAUTY
Sur La Beauté

And a poet said, « Speak to us of Beauty. »
Et le poète demanda : « Parle-nous de la Beauté. »
beauty-khalil-gibran-artgitato-la-beaute-gustav-klimt-le-baiser

*

26
RELIGION
La Religion

And an old priest said, « Speak to us of Religion. »
Et un vieux prêtre demanda : « Parle-nous de la Religion. » religion-khalil-gibran-artgitato-the-prophet-le-prophete-meister-von-meskirch-benoit-de-nursie-dans-la-grotte

*

27
DEATH
La Mort

Then Almitra spoke, saying, « We would ask now of Death. »
Puis Almitra parla en demandant : « Nous voudrions maintenant que vous parliez de la Mort. »

death-khalil-gibran-la-mort-artgitato-le-triomphe-de-la-mort-peinture-de-pieter-brueghel-lancien-1562

*

28
The Farewell
L’Adieu
Épilogue

And now it was evening.
Et maintenant le soir était tombé.

And Almitra the seeress said, « Blessed be this day and this place and your spirit that has spoken. »
Et Almitra, la voyante, dit : « Béni soit ce jour, béni soit ce lieu et béni ton esprit qui a parlé. »

***********************

LE PROPHETE KHALIL GIBRAN – THE PROPHET – 1923

MIHAI EMINESCU Împărat şi proletar I – Empereur et Prolétaire I

România – textul în limba română
Mihai Eminescu

*http://artgitato.com/la-poesie-de-mihai eminescu-poezia-lui-mihai-eminescu/ JACKY LAVAUZELLE





TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE



http://artgitato.com/la-poesie-de mihai eminescu Trad Jacky Lavauzelle-poezia-lui-mihai-eminescu/http://artgitato.com/la-poesie-de-mihai eminescu Trad Jacky Lavauzelle-poezia-lui-mihai-eminescu/ Eminescu

Traduction – Texte Bilingue
Traducerea Text bilingvă


LITTERATURE ROUMAINE
POESIE ROUMAINE

Literatura Română
Romanian Poetry

Mihai Eminescu
1850 – 1889

poet roman
Poète Roumain

Empereur & Prolétaire
I

  Împărat şi proletar
I

1 decembrie 1874
1er décembre 1874


Pe bănci de lemn, în scunda tavernă mohorâtă,
Sur les bancs de bois, dans la profonde et basse taverne,
Unde pătrunde ziua printre fereşti murdare,
Les rayons du jour se fraient un passage à travers la crasse des fenêtres,
Pe lângă mese lunge, stătea posomorâtă,
Autour de la longue table, assis et triste
Cu feţe-ntunecoase, o ceată pribegită,
Aux faces sombres, une bande errante,
Copii săraci şi sceptici ai plebei proletare.
Enfants pauvres plébéiens et prolétaires.

Ah! – zise unul – spuneţi că-i omul o lumină
Ah! – Dit l’un – dire que  l’homme est une lumière
Pe lumea asta plină de-amaruri şi de chin?
Dans ce monde rempli d’amertumes et de tourments ?
Nici o scânteie-ntr-însul nu-i candidă şi plină,
Aucune étincelle en lui n’est franche et complète,
Murdară este raza-i ca globul cel de tină,
Sale est son rayon tel un globe d’argile,
Asupra cărui dânsul domneşte pe deplin.
Sur le cours duquel il règne pleinement.

Spuneţi-mi ce-i dreptatea? – Cei tari se îngrădiră
Dites-moi ce qu’est la justice ? – Ces puissants ont enfermés
Cu-averea şi mărirea în cercul lor de legi;
Leurs grandes fortune et la gloire dans les fortifications du droit ;
Prin bunuri ce furară, în veci vezi cum conspiră
Volant des marchandises,  conspirant continuellement
Contra celor ce dânşii la lucru-i osândiră
Contre ceux condamnés à l’éternel labeur
Şi le subjugă munca vieţii lor întregi.
Aspirant le travail de toute leur vie.

Unii plini de plăcere petrec a lor viaţă,
Certains se gavent de loisirs toute leur vie,
Trec zilele voioase şi orele surâd.
Jours et heures se passent souriant joyeusement.
În cupe vin de ambră – iarna grădini, verdeaţă,
Des tasses de vin ambré – jardins d’hiver, de verdure,
Vara petreceri, Alpii cu frunţile de gheaţă –
Jeux d’été, la glace des Alpes –
Ei fac din noapte ziuă ş-a zilei ochi închid.
Ils font le jour de la nuit et ferment les yeux du jour.

Virtutea pentru dânşii ea nu există. Însă
La vertu disent-ils, n’existe pas. Cependant,
V-o predică, căci trebui să fie braţe tari,
Ils la servent en sermon pour que vous soyez les bras puissants
 A statelor greoaie care trebuie-mpinse
Des pays, pour que ceux-ci avancent
Şi trebuiesc luptate războaiele aprinse,
Et pour combattre dans les guerres qu’ils déclenchent,
Căci voi murind în sânge, ei pot să fie mari.
Car quand dans le sang vous périssez, eux peuvent être grands.

Şi flotele puternice ş-armatele făloase,
Puissantes flottes et des armées étincelantes,
Coroanele ce regii le pun pe fruntea lor,
Ces couronnes que les rois mettent sur leur tête,
Ş-acele milioane, ce în grămezi luxoase
Ces millions en tas luxueux
Sunt strânse la bogatul, pe cel sărac apasă,
Encombrant les riches, pressant les pauvres,
Şi-s supte din sudoarea prostitului popor.
Suçant la sueur des pauvres gens.

Religia – o frază de dânşii inventată
Religion – une expression inventée par eux
Ca cu a ei putere să vă aplece-n jug,
Par son pouvoir, vous pliez sous son  joug
Căci de-ar lipsi din inimi speranţa de răsplată,
Donnant au cœur l’espoir d’une récompense,
După ce-amar muncirăţi mizeri viaţa toată,
Après une vie amère et misérable,
Aţi mai purta osânda ca vita de la plug?
Sinon, comment pourriez-vous vivre cela ?

Cu umbre, care nu sunt, v-a-ntunecat vederea
Avec ces ombres, qui ne sont rien, plein la vue
Şi v-a făcut să credeţi că veţi fi răsplătiţi…
Et dans cette attente d’une délivrance…
Nu! moartea cu viaţa a stins toată plăcerea –
Non ! la mort avec la vie éteint toute joie –
Cel ce în astă lume a dus numai durerea
Celui qui, dans ce monde, vis dans la douleur
Nimic n-are dincolo, căci morţi sunt cei muriţi.
N’a rien au-delà, ceux qui sont morts sont bel et bien morts.

Minciuni şi fraze-i totul ce statele susţine,
Mensonges et palabres, voilà ce que soutiennent les Etats,
Nu-i ordinea firească ce ei a fi susţin;
Non l’ordre naturel, même s’ils le prétendent ;
Averea să le aperi, mărirea ş-a lor bine,
Leurs richesses à défendre, leurs positions et leurs biens,
Ei braţul tău înarmă ca să loveşti în tine,
Ils brandissent votre bras pour vous frappiez,
Şi pe voi contra voastră la luptă ei vă mân’.
Luttant contre vous-mêmes de votre propre  main.

De ce să fiţi voi sclavii milioanelor nefaste,
Pourquoi être asservis par leurs néfastes millions,
Voi, ce din munca voastră abia puteţi trăi?
Vous qui ne vivez que de votre travail ?
De ce boala şi moartea să fie partea voastră,
Pourquoi la maladie et la mort est votre affaire,
Când ei în bogăţia cea splendidă şi vastă
Quand dans la grande richesse et la splendeur
Petrec ca şi în ceruri, n-au timp nici de-a muri?
Ils séjournent comme dans le ciel, sans prendre même le temps de mourir ?

De ce uitaţi că-n voi e şi număr şi putere?
Pourquoi avez-vous oublié que vous êtes le nombre et la puissance ?
Când vreţi, puteţi prea lesne pământul să-mpărţiţi.
Si vous le voulez, vous pourriez très facilement partager la terre.
Nu le mai faceţi ziduri unde să-nchid-avere,
Ne bâtissez plus les murs où ils enferment leur fortune,
Pe voi unde să-nchidă, când împinşi de durere
Où vous vous enfermez quand poussés par la douleur
Veţi crede c-aveţi dreptul şi voi ca să trăiţi.
Vous pensez avoir le droit de vivre.

Ei îngrădiţi de lege, plăcerilor se lasă,
Ils se glissent dans les plaisirs, la loi à leurs côtés,
Şi sucul cel mai dulce pământului i-l sug;
En suçant le jus sucré de la terre ;
Ei cheamă-n voluptatea orgiei zgomotoase
Ils exigent dans de bruyantes voluptés orgiaques
De instrumente oarbe a voastre fiici frumoase:
D’aveugles  instruments pour accompagner vos belles filles :
Frumseţile-ne tineri bătrânii lor distrug.
Les plus séniles détruisant nos jeunes vierges magnifiques.

Şi de-ntrebaţi atuncea, vouă ce vă rămâne?
Et vous demandez alors ce qui vous reste ?
Munca, din care dânşii se-mbată în plăceri,
Les travaux les plus mineurs, pour qu’ils s’enivrent de plaisir,
  Robia viaţa toată, lacrimi pe-o neagră pâine,
L’esclavage toute sa vie, des larmes sur le pain noir,
Copilelor pătate mizeria-n ruşine…
Le désespoir de vos petites filles se cachant dans la honte …
Ei tot şi voi nimica; ei cerul, voi dureri!
Ils ont tout et vous rien ; eux, le ciel, vous, la douleur !

De lege n-au nevoie – virtutea e uşoară
Les règlements ne les touchent jamais – être vertueux est facile
Când ai ce-ţi trebuieşte… Iar legi sunt pentru voi,
Lorsque vous possédez tout… mais les lois, pour vous, sont incontournables,
Vouă vă pune lege, pedepse vă măsoară
Vous imposez la loi, vous infligez la punition
Când mâna v-o întindeţi la bunuri zâmbitoare,
Lorsque vous demandez quelque chose en souriant
Căci nu-i iertat nici braţul teribilei nevoi.
Point de pardon des bras dans la terrible nécessité.

Zdrobiţi orânduiala cea crudă şi nedreaptă,
Ecrasez cette engeance cruelle et injuste,
Ce lumea o împarte în mizeri şi bogaţi!
Pour qui le monde se divise entre riches et misérables !
 Atunci când după moarte răsplată nu v-aşteaptă,
En l’absence de récompense après la mort,
Faceţi ca-n astă lume să aibă parte dreaptă,
Faites que dans ce monde l’équité règne,
Egală fiecare, şi să trăim ca fraţi!
Chacun l’égal de l’autre et que nous vivions comme des frères!

Sfărmaţi statuia goală a Venerei antice,
Que la statue nue de la Venus antique soit détruite,
Ardeţi acele pânze cu corpuri de ninsori;
Détruisez les corps de neige de ces toiles ;
Ele stârnesc în suflet ideea neferice
Qui remuent l’idée néfaste dans l’âme
A perfecţiei umane şi ele fac să pice
D’une humanité parfaite, et qui poussent
În ghearele uzurei copile din popor!
Nos filles dans les griffes des vanités !

Sfărmaţi tot ce aţâţă inima lor bolnavă,
Brisez tout ce qui nourrit ce cœur fétide
Sfărmaţi palate, temple, ce crimele ascund,
Détruisez les palais, les temples, qui cachent leurs crimes,
  Zvârliţi statui de tirani în foc, să curgă lavă,
Jetez à terre les statues des tyrans  et qu’une lave
Să spele de pe pietre până şi urma sclavă
relave les pierres de tout cet esclavage
Celor ce le urmează pân’ la al lumii fund!
De ceux qu’elle poursuit jusqu’au fond du monde !

Sfărmaţi tot ce arată mândrie şi avere,
Tout ce qui ressemble à de l’orgueil et de la richesse, brisez-le !
O! dezbrăcaţi viaţa de haina-i de granit,
O ! Du vêtement de la vie supprimez le granit,
De purpură, de aur, de lacrimi, de urât –
Le pourpre, l’or, les larmes, la laideur –
Să fie un vis numai, să fie o părere,
Qu’enfin cela devienne un vieux souvenir, une illusion,
  Ce făr’ de patimi trece în timpul nesfârşit.
Pour que sans angoisse, cette vie suive son cours sans fin.

Zidiţi din dărmăture gigantici piramide
Des décombres construisez des pyramides géantes
Ca un memento mori pe al istoriei plan;
En memento mori pour marquer cette date ;
Aceasta este arta ce sufletu-ţi deschide
Pour que l’art ouvre votre âme
Naintea veciniciei, nu corpul gol ce râde
A l’éternité et que vous oubliez ce corps nu risible
  Cu mutra de vândută, cu ochi vil şi viclean.
Au vil visage, vendu à la ruse.

O! aduceţi potopul, destul voi aşteptarăţi
O ! Du déluge suffisamment de temps s’est fait attendre
Ca să vedeţi ce bine prin bine o să ias’;
Pour voir ce qui sortirait de bon ;
Nimic… Locul hienei îl luă cel vorbareţ,
Rien …la hyène a pris la place au bavard,
Locul cruzimii vechie, cel lins şi pizmătareţ,
La cruauté ancienne la place du sournois,
Formele se schimbară, dar răul a rămas.
Les formes sont différentes, mais les dégâts sont restés.

Atunci vă veţi întoarce la vremile-aurite,
Lorsque vous revenez à la période de l’âge d’or
Ce mitele albastre ni le şoptesc ades,
Ce que chuchotent souvent les mythes bleutés ,
Plăcerile egale egal vor fi-mpărţite,
Des plaisirs égaux pour tous,
Chiar moartea când va stinge lampa vieţii finite
La mort, quand tout est terminé aux confins de la vie, souffle sur la lampe
  Il Vi s-a părea un înger cu părul blond şi des.
Un ange apparaissant à la chevelure blonde.

Atunci veţi muri lesne fără de-amar şi grijă,
Ensuite, vous mourrez facilement sans regret et sans inquiétude,
Feciorii-or trăi-n lume cum voi aţi vieţuit,
D’autres, plus jeunes, connaîtrons alors aussi ce que vous avez vécu dans le monde,
Chiar clopotul n-a plânge cu limba lui de spijă
Même la cloche ne pleurera plus avec sa langue en bronze
Pentru acel de care norocul avu grijă;
Celui-ci avec la chance à ses côtés ;
Nimeni de-a plânge n-are, el traiul şi-a trăit.
Sans avoir à le plaindre ; il aura vécu sa vie.

Şi boale ce mizeria ş-averea nefirească
La maladie que donne la misère
Le nasc în oameni, toate cu-ncetul s-or topi;
Chez l’homme, fondra petit à petit ;
Va creşte tot ce-n lume este menit să crească,
Nous cultiverons dans le monde ce qui est destiné à croître,
Va bea pân-în fund cupa, pân’ va vrea s-o zdrobească,
Nous boirons la tasse cul-sec jusqu’à ce que nous souhaitions la briser.
Căci va muri când nu va avea la ce trăi.
Car nous n’aurons plus à mourir pour vivre.

***************
Împărat şi proletar
Mihai Eminescu
Empereur et Prolétaire
I

România – textul în limba română
Mihai Eminescu

*http://artgitato.com/la-poesie-de-mihai eminescu-poezia-lui-mihai-eminescu/ JACKY LAVAUZELLE

SWINTHILA – SUINTILA – PLAZA DE ORIENTE – PLACE DE L’ORIENT – Плаза-де-Ориенте

Madrid – Мадрид – 马德里
——

Madrid Blason Artgitato  Madrid L'Ours & L'arbousier Artgitato La estatua del oso y del madroño

Photos Jacky Lavauzelle
*

Madrid Drapeau Artgitato


PLAZA DE ORIENTE
La place de l’Orient
Плаза-де-Ориенте
东方广场

Swinthila
𐍃𐍅𐌹𐌽𐌸𐌹𐌻𐌰  Swinþila
SUINTILA

588-633
roi wisigoth d’Hispanie et de Septimanie
621 à 631

Plaza de Oriente Place de l'orient Madrid Suintila Swinthila Artgitato

LES JUIFS SOUS LE REGNE DE SWINTHILA

« Protégés par la noblesse hispano-visigothe, les Juifs convertis n’eurent pas trop, à souffrir des mesures que le quatrième concile de Tolède et le roi Sisenand avaient prises contre eux. Mais, un nouveau roi monta sur le trône qui haïssait cordialement les Juifs. Ce prince, nommé Chintila, réunit un nouveau concile à Tolède, renouvela toutes les anciennes lois d’exception relatives aux Juifs et décréta, en autre, que nul ne pourrait demeurer dans l’empire visigoth, s’il ne professait la religion catholique. Chintila était tout à fait un prince selon le cœur de l’Église, elle accorda à ses actes une approbation pleine et entière, elle était heureuse « qu’il fût fermement résolu à mettre fin à l’incrédulité des Juifs. » Ceux-ci durent reprendre le chemin de l’exil. Les Juifs convertis furent obligés de signer un acte (placitum) par lequel ils s’engageaient à conserver, et à observer la religion catholique. Dans le fond de leur cœur, ces malheureux, secrètement attachés à la foi de leurs pères, nourrissaient l’espoir que les temps deviendraient meilleurs et qu’une de ces révolutions si fréquentes chez les Visigoths modifierait leur situation. Leur attente ne fut pas trompée ; après le règne de Chintila, qui durant quatre ans (638-642), leur condition s’améliora. »

Heinrich Graetz
Histoire des Juifs
les juifs dans la babylonie et en europe
Traduction par Lazare Wogue, Moïse Bloch.
 A. Lévy, 1888 -Tome 3, pp. 246-278

*****

« A plusieurs reprises, les Juifs furent obligés de choisir entre l’exil et le baptême ; c’est de cette époque que date la formation de cette classe des Marranes, des chrétiens judaïsants, que plus tard l’Inquisition dispersa. Jusqu’au VIIIe siècle, les Juifs espagnols vécurent dans cet état d’incertitude et de détresse, ne comptant que sur la bienveillance passagère de quelques rois, comme Swintila et Wamba. »

Bernard Lazare
L’Antisémitisme
IV. L’antisémitisme depuis Constantin jusqu’au huitième siècle
Léon Chailley -1894 pp. 63-96

*************************

EVENEMENTS CLES DU REGNE DE SWINTHILA

621. Avènement de Suintila au trône des Visigoths. Ap. J.-C. — Il bat les Vascons qui avaient envahi la Tarragonaise.
elle est favorisée par le patriarche de Constantinople Sergius, par 629. Mahomet fait la guerre aux Juifs de Khaïbar.
631. Suintila, roi des Visigotbs, est déposé par Sisenand qui lui succède, avec le concours de Dagobert. Mort de Caribert. Dagobert réunit ses Etats aux siens. Guerre de Dagobert I er contre Samon, roi des Venèdes ou Esclavons. Mahomet se prépare à faire la guerre aux Grecs.
632. Mort de Mahomet à Médine.

Marie-Nicolas Bouillet
Bouillet – Atlas universel d’histoire et géographie, 1865 (1865)
1865 (pp. 138-142).
VIIe siècle après Jésus-Christ

******

Portrait de SUINTILA

LA JARRETIERE DE BETTY BOOP ENFLAMME LE CODE HAYS !

BETTY BOOP

  Betty Boop 2

 La Jarretière de BETTY BOOP
enflamme le Code Hays !

Betty Boop est considérée comme LA star du monde de l’animation pouvant rivaliser sans rougir avec LA Garbo, Marilyn ou Elizabeth Taylor.

C’est tout simplement la star de BD le plus sexy de toute l’histoire. Pourtant, elle naît des mains des studios Fleischer avec une tête de chien informe, plutôt du type caniche. Des grandes oreilles à la place des boucles d’oreilles. Un nez inexistant, une voix non stabilisée… Et c’est cette Betty qui fera rêver le monde !

Betty Boop 21

 LA NAISSANCE D’UN MYTHE

Betty Boop naît en août 1930. Un petit semestre après le Code Hays, qui imposera des règles afin de revivifier les valeurs morales et de juguler le blasphème.

Comment un chien informe, aux oreilles pendantes et au physique ingrat, dans ce contexte moral a-t-il pu devenir un tel mythe ?

BETTY ET LE CODE HAYS, DEUX ENFANTS DE 1930

Tout simplement, parce qu’entre la naissance du Code et sa mise en place, il a fallu 4 ans ! Son application en 1934, aura permis à notre Betty de montrer ce qu’elle a de plus féminin : ses jambes, toujours en mouvement dans les airs ou lascives et légèrement pliées comme si elles n’avaient pas les mêmes longueurs, une sorte de John Wayne au féminin.

Betty Boop 23

Et la jambe gauche, pour affirmer cette féminité toute puissante, se trouvera ornée d’une jarretière. Elle en a fait l’objet de la passion, le renouvellement d’un ancien fétichisme. La jarretière a remplacé la feuille de vigne, en limitant la hauteur de la jambe nue vue par le public. Elle est la frontière, la limite avant l’interdit absolu.

BETTY UNE FEMME SEXY QUI S’AFFIRME

Betty Boop est devenue une poupée aguichante. Elle ne reste pas dans un rôle passif, elle s’affirme, elle refuse et fait des choix, souvent contre l’avis général des hommes. Elle montre son caractère indépendant à de nombreuses reprises et n’a pas peur d’être seul face à un conseil de direction entièrement masculin.

L’usage de la jarretière et la fonction fétichiste hante toute la littérature érotique a commencé par le maître : « leurs jarretières, leurs mouchoirs, tout servit et en une minute, je fus garrotée si cruellement qu’il me devint impossible de faire usage d’aucun de mes membres ; cette opération faites, les scélérats… » (Marquis de Sade, Les Infortunes de la vertu)

Betty Boop 24

1935, LA FIN DE LA JARRETIERE

…Et en 1935, le Code Hays réussira à couvrir cette jarretière que les yeux des puritains ne pouvaient voir. A partir de cette date, la jupe se rallongera ou sera remplacée par un pantalon.

A de rares occasions, Betty pourra revêtir à nouveau des robes courtes, mais la jarretière aura disparu, définitivement. Mais le mythe sera là.

En quatre ans, Betty aura couru, nagé, sauté, à la plage comme à la ville. Elle se sera habillée des milliers de fois, et tout autant déshabillée. Le Code dans sa lourdeur administrative ne pouvait rien contre ces quelques mois de délivrance et de suractivité corporelle.

Ce mythe a été fondateur de l’inconscient humain ; il a été freiné par ce Code mais prendra une nouvelle impulsion avec plus de force encore.

Betty Boop 25

LE MYTHE COMME EXPERIENCE RELIGIEUSE

Le Code Hays interdisait, non pas pour défendre la foi, mais pour affirmer des valeurs morales. Alors que le mythe lui-même s’inscrit dans la religiosité dans ce qu’elle a de fondamentale.

« ‘Vivre’ les mythes implique une expérience vraiment ‘religieuse’, puisqu’elle se distingue de l’expérience ordinaire, de la vie quotidienne. La ‘religiosité’ de cette expérience est due au fait qu’on réactualise des événements fabuleux, exaltants, significatifs, on assiste de nouveau aux œuvres créatrices des Êtres Surnaturels ; on cesse d’exister dans le monde de tous les jours et on pénètre dans un monde transfiguré, auroral, imprégné de présence des Êtres Surnaturels…Les personnes du mythe sont rendues présentes, on devient leur contemporain. » (Mircea Eliade, Aspects du Mythe)

Le Code Hays est mort. Vive Betty !

DE L’INTERDIT A LA TRANSGRESSION

Après 1935, Betty va jouer entre l’interdit du Code et la transgression. Tout sera occasion de lever la jupe et de remettre les bas. Si la jarretière disparaît, c’est son manque ou son voile qui attise le désir. Comme le soulignait Georges Bataille, « la connaissance de l’érotisme, ou de la religion, demande une expérience personnelle, égale et contradictoire, de l’interdit et de la transgression » (L’Erotisme, I, Chapitre 1)

Le sacrifice de la jarretière n’a pas été vain. Betty est rentrée dans l’histoire. C’est vrai qu’elle a du chien !

Jacky Lavauzelle

 

VIOLENT SATURDAY (R FLEISCHER) LE DECALOGUE DU MAL

Richard FLEISCHER
 VIOLENT SATURDAY
LES INCONNUS DANS LA VILLE
1955

Richard Fleischer PortraitLe décalogue du mal

S’ il y a « dans les herbes, dans les semences, dans les natures des arbres ou des pierres, bien des forces capables de remuer ou d’apaiser les âmes« , comme le souligne Abélard dans son Ethique, il y a dans le Violent Saturday bien des forces qui vont se mettre en branle.
Un homme a choisi d’abattre son venin sur une ville : Bradenville. Le démon connaît le potentiel de la nature que nous décrit Abélard. Il saura les utiliser.

A Bradenville, Satan va prendre les traits de Harper, Stephen McNally bellâtre, déguisé en commercial en tous genres, vendeur de pyjamas, de boucles d’oreilles et de bijoux de pacotille.
Le Sage sera Shelley Martin, sous les traits de Victor Mature, massif, droit, intègre.
Harper va lâcher ses harpons sur une population déjà bien à l’écoute des voix du malin. En peu de temps, les malheurs vont s’abattre, les plaies s’entrouvrirent et les corps se déchirer puis tomber.

Harper personnifie l’Ahriman de la tradition zoroastrienne.
Il porte en lui la sagesse qui manque à nombreux de ses concitoyens. Il porte l’Arta, le feu. Il est le constructeur de par son métier, ingénieur des mines de cuivre, celui qui écoute, celui qui rassure, qui porte sa famille. Son adversaire, l’Ormudz, Harper est la force destructrice. Les deux vont se rencontrer et s’opposer jusqu’au feu sacrificiel de la grange des Amish.
Shelley va devenir le héros de la ville en y perdant des plumes qu’attendait son fils. Mais en regagnant la considération de son fils et la reconnaissance de tous, il aura perdu de sa candeur et de sagesse  avec du sang sur les mains.

Mais la sagesse ne suffira pas. Harper devra s’associer à Stadt, Ernest Borgnine, le père de la famille Amish attaqué.
C’est dans cette union de la Raison et de la Foi que la victoire sera rendue possible. Mais la foi aura aussi perdu une aile en défiant Dieu ; Stadt a oublié, le temps pour lui de sauver sa famille, le premier des commandements Amish « Tu ne te conformeras point à ce monde qui t’entoure ». L’espace d’une tuerie, Stadt sera comme les autres, impulsif, protecteur de sa famille, animal. Il a pendant ce laps de temps suivi la règle de certains philosophes « qui ne suivent pas la loi du créateur, mais plutôt l’erreur humaine. »(Migne, Patrologie)

Bradenville est la ville-monde. Tout se passera là et tous les ingrédients s’y trouvent. Bradenville est l’Amérique dans sa totalité. Avec ses failles et ses non-dits. Une Amérique « bien-pensante », « bien réglée » et puritaine, que quelques petits braqueurs vont déstabiliser et traumatiser pour longtemps. Bradenville après la résistance au mal entrera en résilience. L’époque post-traumatique semble finir en happy end ; mais pour combien de temps encore ?

Bradenville semble étouffer au milieu des montagnes. Les engins de la fabrique de cuivre la découpe, l’entame comme pour se libérer de l’étreinte. Bradenville devient alors la Jérusalem entourée par une armée, trois hommes décidés et appliqués : « quand vous verrez Jérusalem encerclée par les armées, sachez alors que l’heure de la dévastation est arrivée. Alors ceux qui seront en Judée, qu’ils fuient dans les montagnes, qu’ils n’entrent pas dans la ville, qu’ils en sortent ! Car se seront des jours de vengeance où doit s’accomplir tout ce qui est écrit. » (Luc)

 

Violent saturday de Richard Fleischer 1956 Les Inconnus dans la ville Affiche

Richard Fleischer semble réécrire un décalogue, mais sur la gamme du mal :

1-      Ton environnement tu détruiras

La terre éventrée de Bradenville.  Les camions ramassent et déversent des tonnes de terre  afin d’en extraire le cuivre et en remplissant des wagons dans le fracas des gravats qui retombent sur la voie.
Dans la dernière grande séquence, celle de la bataille dans la grange, les malfrats veulent faire brûler la grange.

2-      Ton prochain tu tueras

Saint-Thomas d’Aquin précise que chaque être se conserve en vie par les mêmes processus qui l’ont engendré ; le même ordre préside à leur genèse et à leur conversation. Un autre ordre va naître dans la ville tranquille d’américains moyens. Une tornade appelée Harper. Déjà à la descente du bus, Harper manque se faire renverser par la femme de Boyd, au regard méprisant. Il eût mieux valu qu’elle l’écrase. Vita in motu. Pas de vie sans mouvement. Et le loup entre dans la bergerie. La porte est ouverte !
L’attaque de la banque de Bradenville tournera mal et des coups de feu seront tirés. Le hold-up qui devait se dérouler aisément, vire au cauchemar. Les victimes seront les enfants, comme dans la grange des Amish.

La justice sera rendue par Shelley ; les truands seront tués tous les quatre avec l’aide de Stadt.

3-      L’adultère tu commettras

La femme de Boyd, nymphomane, recherche les hommes pour combler les manques de son couple chancelant. Elle tourne nonchalement autour du professeur de golf, « le séducteur patenté de notre ville, qui parle comme un prêcheur pudibond. »
Harry Reeves (Tommy Noonan), homme marié, passe la soirée devant la fenêtre de la belle Linda Sherman, pimpante infirmière (Virginia Leith) en promenant son chien et en se cachant derrière les murs.

4-      La femme d’autrui tu convoiteras

Quand Mme Sherman descend l’escalier de l’hôtel, les hommes se retournent. Quand elle pénètre dans la banque, Harry Reeves (Tommy Nooman), homme marié, devient nerveux et gaffeur. Il en oublie même l’heure de l’ouverture du coffre.

5-      Les biens d’autrui tu déroberas

La banque est l’objet de toutes les convoitises. Harper (Stephen McNally) y pense même en se rasant. L’assistante bibliothécaire, Elsie Braden (Sylvia Sidney), se retrouve le dos au mur avec l’injonction de la Bank of Bradenville de payer ses dettes au plus tôt, avant une opposition sur ses appointements. Elle dérobe un sac à main d’une cliente pendant son travail. Un sac seul sur une table au milieu des livres.

6-      La méchanceté tu auras
Dill écrasera les doigts de l’enfant qui vient de le bousculer en faisant bien attention de le faire souffrir.

7-      Tes amis tu détesteras

Le fils de Shelley Martin se bat férocement avec son meilleur ami Georgie. Une bagarre éclate devant Harper (Stephen McNally) qui ne peut s’empêcher de sourire. Son fils est jaloux du père de son ami qui lui a fait la guerre, contrairement à son père qui a combattu à l’arrière, dans la production indispensable de cuivre.  Fier, il souligne, à la fin du combat : « j’ai frappé le premier ! »

8-      Tes collègues tu envieras

Boyd, le patron, envie Shelley, l’employé, pourtant plus pauvre que lui ; mais ce dernier est un ‘lucky guy’, il a une femme qui ne court pas après les hommes. « Votre père était un raté, vous étiez forcé de réussir et vice versa. »

9-      Sur ton sort tu pleureras

Boyd n’arrête pas de pleurer sur lui-même, de se flageller, de ne pas voir que sa femme volage est en fait amoureuse de lui. L’heure de la redécouverte sera suivie immédiatement par la mort. Le bonheur passe vite à Bradenville.

10-   La solitude tu éprouveras

Boyd (Richard Egan), le fils du patron s’ennuie. Il est seul. Il passe son temps à boire et à claquer l’argent de son père. Il photographie ceux qui travaillent. Il ne s’intéresse ni aux affaires de son père, ni aux autres. Il ne répond pas au téléphone et il boit. Il ne souhaite parler à personne et ne reconnaît personne, appelant les autres par le même prénom.

Si les âmes s’avilissent dans l’épuisement des corps, le corps social se retrouve ici en miettes. Ce n’est pas le mal qui est entré à Bradenville nous dit Fleischer, ce sont les multiples petites lâchetés du quotidien.

Jacky Lavauzelle

 

———————————————————————–

LES ACTEURS

Victor Mature : Shelley Martin, ingénieur des mines de cuivre Fairchild Copper
Richard Egan : Boyd Fairchild (le fils du patron)
Stephen McNally  : Harper –Le chef de la bande
Virginia Leith : Linda Sherman – L’infirmère
Tommy Noonan  : Harry Reeves – Le banquier de la Bank of Bradenville
Lee Marvin : Dill, truand
Margaret Hayes  : Madame Emily Fairchild, la femme de Boyd
J. Carrol Naish : Chapman (le moustachu de la bande)
Sylvia Sidney : Elsie Braden, la bibliothécaire
Ernest Borgnine  : Stadt, le père de la famille Amish

SOUMISSION HOUELLEBECQ : EUROPE, ANNEE ZERO

Michel HOUELLEBECQ
CRITIQUE

SOUMISSION
2015

Soumission Michel Houellebecq Artgitato Jacky Lavauzelle

EUROPE,

ANNÉE ZERO

« L‘imagination est une bien belle chose ; elle permet de prêter aux gens des idées encore plus sottes que celles qu’ils ont eues sans doute. » Cette citation que l’on retrouve dans les Croquis Parisiens de Joris-Karl Huysmans éclaire tout-à-fait les énormités que l’on retrouve sur Houellebecq, dans la suite de « Madame Bovary, c’est moi ! » Du moins, auraient-ils de l’imagination. Mais, paraît-il, certains batraciens n’en seraient pas, non plus, totalement dépourvus. Nous les entendons clâmer que le livre va trop loin, eux qui n’ont rien vu arriver, ni le 11 septembre, ni les krachs boursiers, ni la chute du mur… Rien… « Les journalistes avaient une tendance bien naturelle à ignorer les informations qu’ils ne comprennent pas » souligne notre héros dans Soumission. C’est dire.

Il n’y a pas, pour autant, de fumées sans feu. Dans un de ses éditos dans Charlie Hebdo (n°913 du 16 décembre 2009), Bernard Maris rapporte les propos de Yazid Sebag, Commissaire à la Diversité et à l’Egalité des chances, qui « demande « d’accepter qu’elle (la France) est aussi un pays musulman« , qui se positionne « sur le refus d’une loi sur la burqa, et le regret à peine dissimulé de la loi sur le voile. » Et de poursuivre, Bernard Maris, pas Yazid Sebag, « mais qu’on sorte la religion des têtes ! Et le braillard des minarets, dans les pays musulmans, est là pour clouer la religion dans les têtes. »



Il n’y a pas de fumées sans feu, comme le souligne l’ensemble des médias : à Toulouse : « Les plus radicaux des islamistes peuvent se mêler aux musulmans modérés qui pratiquent leur culte à Toulouse, dans les quartiers d’Empalot, Bagatelle, les Izards. «Le quartier du Mirail est plutôt proche des Frères musulmans», estime Boris. Un islam réputé plutôt rigoriste. Chaque vendredi après-midi, le parking de Basso-Cambo se remplit. Les voitures débordent sur les ronds-points avoisinants. Des centaines de fidèles sont là pour la prière. » (La Dépêche du Midi, 24 septembre 2014). Le politologue Gilles Kepel, dans une enquête sur les jeunes de Montfermeil et Clichy-sous-Bois : » le grand récit fondateur de la France moderne selon lequel la nation était toujours capable d’intégrer a été mis à mal. La colère et l’islam se sont développés partout où la République a échoué.« …

C’est le paradoxe de ne nos peuples. Être arrivé à tant de libertés individuelles et risquer tout perdre aussitôt. « Oui, dit Cyprien dans En Ménage de Huysman, c’est amusant d’allumer des paradoxes, mais il est un moment où les feux de Bengale sont mouillés et ratent ! On ne rit plus alors. » Le voile s’est posé sur les caricatures, sur le rire, sur les femmes, sur la joie de vivre. Tout est devenu trop sérieux !

Mais revenons sur notre livre d’anticipation.

 Mais, avant la polémique, avant les thématiques politico-religieuses, nous sommes dans la littérature. Et, comme pour chaque livre de Houellebecq, il y a d’abord le plaisir. Le plaisir de la lecture fluide. Une lecture de notre époque, comme avec les grands naturalistes. Une lecture qui couvre les siècles en revenant sur cette fin du XIXe. Le curseur se grippe. Une histoire s’achève. Une tentative de comprendre en prenant le recul de l’histoire. De notre littérature. Une autre arrive. Une puissance à la Zola mêlant sciences, politiques, économie, philosophie et toute la prose de notre quotidien. Soumission est une somme. Un tractactus-thélogico-politico-philosophique. Un vrai Houellebecq en somme, avec ce qu’il faut d’érotisme et d’humour. Soumission est un plaisir et un coup de vent dans la nombreuse production soporifique, pléthorique et anesthésiée. Une œuvre qui respire. Un livre qui parle de nous. Enfin.

 Notre héros est un homme soumis. Apolitique, mais soumis. Il est d’abord soumis par les autres, soumis par son corps, soumis par son sexe. Il se soumettra enfin pour retrouver son siège à l’université Paris III en se soumettant au nouveau pouvoir politico-religieux en place en se convertissant à l’Islam, الإسلام, qui désigne une « soumission » volontaire, une allégeance à Dieu.



Il trouve sa vie peu intéressante, « j’aimais prendre le métro un peu avant sept heures, me donner l’illusion fugitive d’appartenir à la ‘France qui se lève tôt… » Plus d’une fois, il voudrait crier, « cette vie est intolérable ! » comme Folantin dans A Vau-l’eau.

 » Le monde qui pendant des siècles avait été en jeu, est devenu une caricature. » (André François)  Mais le jeu est fini. La France aussi. L’Europe se transforme et une mutation s’amorce, la Belgique, des « nouvelles coalitions » en Angleterre, en Allemagne … Le temps des caricatures aussi est fini. Le temps du droit au blasphème aussi…




La grande Europe sera faite, mais dans une autre direction. Plus au sud. Mohammed Ben Abbes s’en occupe. Seuls les pseudos intellectuels parisiens s’en étonnent, n’ayant rien vu venir, pensant si fort que l’Europe c’est la France + l’Allemagne, que la France c’est Paris, et que Paris c’est eux, encore étonnés de la fulgurance des événements, s’associant, en trainant en peu les pieds, afin de s’associer à la Fraternité Musulmane, faisant reculer toutes les idées de laïcités, de liberté, et d’égalité, du droit des femmes plusieurs siècles en arrière. Toutes ces valeurs effacées en une élection. « La contemplation du cul des femmes, minime consolation rêveuse, était elle aussi devenue impossible. »



 En effet, ce nouveau siècle qui débute voit ressurgir des débats sur la religion que connurent nos aînés, fin XIXe, début XXe avec le catholicisme, la place de l’église, la laïcité. A cette époque Charlie Hebdo n’existait pas. Nous avions l’Assiette au beurre, cent fois plus violente et assassine envers les catholiques, le Grelot, le Chambard, le Libertaire ou La Voix du peuple. Rien que çaLe personnage de Houellebecq n’était pas encore converti à l’Islam que Huysmans faisait le pas et entrait en religion Catholique.

Le sujet est digne d’intérêt. Plus que cela, il est pour tout homme, le problème essentiel, celui de nos valeurs. 

Notre héros suit le parcours huysmanien : Marthe, histoire d’une fille (1876) écrit avec du panache et de l’audace correspond à sa thèse sur Huysmans lui-même. Les Croquis parisiens (1880), En ménage (1881), A Vau-l’eau (1882), A Rebours (1884) correspond à sa vie parisienne comme professeur universitaire. La nouvelle Sac à dos dépeint sa vie solitaire et ennuyeuse.  Suivra En Rade, cette évasion qui, pour notre héros, correspond à la fuite vers le Lot, la ville de Martel et le site de Rocamadour. Suivront La Cathédrale (1903) et les Routes de Lourdes (1906), la conversion et l’aboutissement.

Tim disait « un portrait n’est bon que s’il contient une pincée de caricature. Une caricature n’est bonne que si elle contient une pincée de tendresse. » C’est ce que Houellebecq apporte avec cette âme humaine pantelante, presque sans histoires, chancelante dans une existence terne et morne. Apolitique, notre héros suivra le vent de l’histoire. La mort, pensée un instant fait place à la soumission, une autre soumission.



Le vert de l’Islam habille enfin les couleurs de l’Europe aux rythmes des conversions qui s’accélèrent. Nous revoyons Jacques, dans En Rade de Huysmans : « Jacques avançait lentement, écartant les arbustes, enjambant les touffes ; bientôt la route devint impraticable ; des branches basses de pins barraient le sentier, couraient en se retroussant par terre, tuant toute végétation sous elles, semant le sol de milliers d’épingles brunes, tandis que de vieux sarments de vignes sautaient d’un bord de l’allée à l’autre dans le vide et, s’accrochant aux fûts des pins, grimpaient autour d’eux en serpentant jusqu’aux cimes et agitaient tout en haut, dans le ciel, de triomphales grappes de raisin vert. »

Jacky Lavauzelle

*********************

SOUMISSION HOUELLEBECQ