Archives par mot-clé : primavera

AIMER ! Poème de Florbela ESPANCA – AMAR ! – 1931

Traduction Jacky Lavauzelle João da Cruz e Sousa
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

LITTÉRATURE PORTUGAISE
POÉSIE PORTUGAISE
LITERATURA PORTUGUESA
POESIA PORTUGUESA

******
TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE
******

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est La-poésie-de-Florbela-Espanca.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Espanca_Florbela.jpg.
Florbela Espanca
Flor Bela de Alma da Conceição
Poétesse portugaise
8 décembre 1894 – 8 décembre 1930
Vila Viçosa, 8 de dezembro de 1894 — Matosinhos, 8 de dezembro de 1930

______________________

AIMER !

AMAR!
Poème paru dans

« Charneca em Flor » 
1931

_________________________

Henrique Pousão, Senhora Vestida de Negro, 1882, Museu Nacional de Soares dos Reis, Porto

****************

Eu quero amar, amar perdidamente!
Je veux aimer, aimer sauvagement !
Amar só por amar: Aqui… além…
Aimer juste pour aimer : Ici … au-delà …
Mais Este e Aquele, o Outro e toda a gente…
Lui et Celui-là, l’Autre et tout le monde …
Amar! Amar! E não amar ninguém!
Aimer ! Aimer ! Et n’aimer personne!

*

Recordar? Esquecer? Indiferente!…
Se souvenir ? Oublier ? Être indifférente ! …
Prender ou desprender? É mal? É bem?
Tenir ou desserrer ? Est-ce mal ? Est-ce bien ?
Quem disser que se pode amar alguém
Celui qui dit qu’il peut aimer quelqu’un
Durante a vida inteira é porque mente!
Tout au long de la vie entière ment !

*

Há uma Primavera em cada vida:
Il y a un Printemps dans chaque vie :
É preciso cantá-la assim florida,
Il faut le chanter ainsi fleuri,
Pois se Deus nos deu voz, foi pra cantar!
Car si Dieu nous a donné une voix, c’est pour chanter !

*

E se um dia hei de ser pó, cinza e nada
Et si un jour je dois être poussière, cendre et néant
Que seja a minha noite uma alvorada,
Que ma nuit soit une aube,
Que me saiba perder… pra me encontrar…
Que je sache me perdre … pour me retrouver …

*******************
LA POÉSIE DE FLORBELA ESPANCA – POESIA DE FLORBELLA ESPANCA
*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Picture_of_Florbela_Espanca.jpg.
João da Cruz e Sousa Traduction Jacky Lavauzelle

POEME BILINGUE FERNANDO PESSOA Quando tornar a vir a Primavera

 Quando tornar a vir a Primavera
Quand le printemps

Poème de Fernando Pessoa
Alberto Caeiro
Poemas Inconjuntos
Poèmes Désassemblés





Traduction – Texte Bilingue
tradução – texto bilíngüe

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE PORTUGAISE
POESIE PORTUGAISE

Literatura Português

FERNANDO PESSOA
1888-1935
Fernando Pesso Literatura Português Poesia e Prosa Poésie et Prose Artgitato

 





Poema de Fernando Pessoa
por Alberto Caeiro
Poemas Inconjuntos

Poème de Fernando Pessoa
Alberto Caeiro
POEMES DESASSEMBLES
1913-1914-1915

****

Quando tornar a vir a Primavera
QUAND LE PRINTEMPS

 

****

Quando tornar a vir a Primavera
Quand le Printemps sera de nouveau là
  Talvez já não me encontre no mundo.
Peut-être n’appartiendrai-je plus à ce monde.
Gostava agora de poder julgar que a Primavera é gente
J’aimerais maintenant penser que le printemps est une personne
Para poder supor que ela choraria,
Peut-être alors pleurerait-il
Vendo que perdera o seu único amigo.
Voyant qu’il a perdu son seul ami.
Mas a Primavera nem sequer é uma cousa:
Mais le Printemps n’est même pas une chose :
É uma maneira de dizer.
C’est une manière de parler.
Nem mesmo as flores tornam, ou as folhas verdes.
Pas même les fleurs ne reviennent, ni les feuilles vertes.
 Há novas flores, novas folhas verdes.
Il y a de nouvelles fleurs, de nouvelles feuilles vertes.
Há outros dias suaves.
Il y a d’autres doux jours.
Nada torna, nada se repete, porque tudo é real.
Rien ne revient, rien ne se répète, car tout est réel.

********

Quando tornar a vir a Primavera

 

Quand le Printemps

JE ME SOUVIENS DE TREVI – Sonnet de GABRIELE D’ANNUNZIO – Sonetto – Ricordo di Trevi

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Ricordo di Trevi

Sonetto

Je me souviens de Trevi

Sonnet


 
Subitamente apparsa nel mattino
Tout à coup, apparu, dans la matinée
di febbraio ridea la Primavera
de février, riant, le Printemps
giovine. Tutta l’Urbe trepida era
jeune. Toute la Ville [Rome] était anxieuse
di meraviglia al riso repentino.
dans l’émerveillement de ce rire soudain.

*

Gioiva ne la fonte il travertino
Se réjouissait dans la fontaine le travertin
papale; e su per la gran mole altera
papal ; et sur cette haute grande masse 
ovunque diffondeasi da la spera
se reflètait partout sur le miroir
de l’acque un sottil brivido argentino.
de l’eau un subtil frisson d’argent.

*

Ma quando ella passò (m’ebbi sol uno
Mais quand elle passa (pour moi seulement
    guardo e mi parve quasi un’immortale
un regard, mais il m’a paru comme une immortelle
gioia!) mise la fonte alto susurro
joie !) la fontaine plus haut susurra

*

e da gli òmeri vasti di Nettuno
et des épaules larges de Neptune
si levò con un chiaro frullo d’ale
se leva, d’un bruissement d’ailes,
  un volo di colombi ne l’azzurro.
un vol de colombes dans l’azur.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

INVOCATION Poème de Gabriele d’ANNUNZIO – Poesia & traduzione – INVOCAZIONE

Gabriele D’Annunzio
prince de Montenevoso

Traduction – Texte Bilingue
Poesia e traduzione

LITTERATURE ITALIENNE

 Gabriele d'Annunzio Traduction Artgitato Proses et Poèmes Italiens

Letteratura Italiana

Gabriele D’Annunzio
1863-1938

Traduction Jacky Lavauzelle

——-

Hermaphrodite Ermafrodito Musée du Louvre gabriele d'annunzio


 INVOCAZIONE (sonetti)

Invocation  (sonnets)

Καλὸς τέθνακε μελικτάς.

 

Bocca amata, soave e pur dolente,
Bouche aimée, suave et douloureuse aussi,
qual già finsero l’Arte e il Sogno moi;
telle que déjà la pensèrent et l’Art et mon Rêve ;
ambigua forma, tolta a un semidio,
forme ambiguë, prise à un demi-dieu,
al bello Ermafrodito adolescente;
au bel adolescent Hermaphrodite ;

*

o bocca sinuosa umida ardente
ô bouche sinueuse humide
che a me, dove più forte urge il desìo,
qui, pour moi, où plus fort est le désir,
a me sommerso in un profondo oblìo
m’a immergé dans un profond oubli
uggi la vita infaticabilmente;
aspirant ma vie infatigablement ;

*

o gran chioma diffusa in su’ ginocchi
ô cheveux répandus sur mes genoux
miei nel dolce atto; o fredda man che spandi
dans la douceur de l’acte ; ô main froide qui jette
il brivido e mi senti abbrividire;
le frisson et me sent me glacer ;

*

o voi, tra i lunghi cigli languidi occhi,
ô vous, à travers des yeux aux longs cils baissés,
che v’aprite al mio grido ultimo e grandi
qui s’ouvrent à mon dernier cri et grands
lampeggiate guardandomi morire,
s’illuminent en me regardant mourir,

*

oh ch’io muoia, ch’io muoia al fin di vera
oh ! que je meurs, que je meurs enfin d’une véritable
morte e quel grido il grido ultimo sia
mort et que ce cri soit le dernier cri
veramente e di lacrime la mia
et que des larmes vraiment
spoglia s’irrori ne la dolce sera
tombent sur mon corps dans la douceur du soir

*

e tutti i mirti de la primavera
et tous les myrtes du printemps
le sian letto e gli aromi di Sirìa
soient son lit et les arômes de Syrie
l’aspergano ed in grave teoria
l’aspergent et que théorie se grave
la traggan per la pallida riviera
sur la pâle rivière

*

con lenti inni gli Efebi (a le seguaci
avec des hymnes lents des Ephèbes (à la suite
Vergini tremi sotto la ghirlanda
des Vierges tremblant sous la guirlande
la gota lungo il flauto sonora)
jouant le long de la flûte sonore)

*

e s’accendano gli astri come faci
et s’allument les étoiles comme des torches
e al termine degli inni in ciel si spanda
et à la fin des chants que dans le ciel s’ouvre
come una rosa la divina Aurora!
comme une rose la divine Aurore !  

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

 

Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.Description de l'image Gabriele D'Annunzio.jpg.

LE GRAND PASTEUR DES FLEURS – Sonnet de Luis de GONGORA (1609) ESTE A POMONA CUANDO YA NO SEA

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

Este a Pomona cuando ya no sea
1609

Este a Pomona cuando ya no sea Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Este, a Pomona cuando ya no sea

Consacré à Pomone, cet édifice

 

Este, a Pomona cuando ya no sea,
Consacré à Pomone, cet édifice
edificio al silencio dedicado 
qui n’est pas dédié au silence
 (que si el cristal lo rompe, desatado,
(car si le cristal le brise, sans retenue,
 süave el ruiseñor lo lisonjea),
suave, le rossignol le flatte)

**

dulce es refugio donde se pasea 
doux est le refuge où passe
la quïetud, y donde otro cuidado 
la quiétude, et où d’autres soucis
 despedido, si no digo burlado, 
raillés je ne dis pas moqués,
de los términos huye, desta aldea.
fuient les maisons de ce village.

**

Aquí la primavera ofrece flores 
Ici le printemps offre des fleurs
al gran pastor de pueblos, que enriquece 
au grand pasteur des peuplesqui enrichit
de luz a España, y gloria a los Venegas. 
de lumière l’Espagne, et de gloire des Vénégas.

**

Oh peregrino, tú, cualquier que llegas, 
Ô pélerin, toi,  d’où que tu viennes
paga en admiración las, que te ofrece 
paie en admiration, ce qui t’est offert par
el huerto, frutas, y el jardín, olores.
le verger
, les fruits et le jardin des senteurs.

************

SONNET DE LUIS DE GONGORA

*************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*************