Archives par mot-clé : première partie

МЕДНЫЙ ВСАДНИК LE CAVALIER DE BRONZE POUCHKINE 1ère Partie Часть первая

МЕДНЫЙ ВСАДНИК
Poèsie de Pouchkine

Poème de Pouchkine
1833


Alexandre Pouchkine
русский поэт- Poète Russe
русская литература
Littérature Russe
ALEXANDRE POUCHKINE
Poésie de Pouchkine

pushkin poems
стихотворение  – Poésie
  Пушкин 

 

 

POUCHKINE  Пу́шкин
Алекса́ндр Серге́евич Пу́шкин
1799-1837

[создатель современного русского литературного языка]

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

 

LA POESIE DE POUCHKINE

СТИХИ АЛЕКСАНДРА СЕРГЕЕВИЧА ПУШКИНА
Пушкин 


МЕДНЫЙ ВСАДНИК
Часть первая
1833

 LE CAVALIER DE BRONZE
Première Partie
1833

 

  1833
Le Cavalier de Bronze
Пушкин 

Vas.Surikov. Bronze Horseman on the Senate Square. Rusian Museum

Le Cavalier de bronze
Vassily Ivanovitch Sourikov
Василий Иванович Суриков

*

 МЕДНЫЙ ВСАДНИК
Часть первая
Première Partie

Над омрачённым Петроградом
La grisaille régnait au-dessus de Saint Petersburg
Дышал ноябрь осенним хладом.
Dans le froid de ce mois de novembre.
Плеская шумною волной
Les vagues venaient fortement heurter la rive
В края своей ограды стройной,
Sur le bord de la clôture,
Нева металась, как больной
La Neva sortait comme sort un malade
В своей постеле беспокойной.
De son lit agité.
Уж было поздно и темно;
Qu’il était tard et qu’il faisait sombre ;
Сердито бился дождь в окно,
La pluie furieuse frappait contre la fenêtre,
И ветер дул, печально воя.
Et le vent soufflait, hurlant, presque triste.
В то время из гостей домой
A ce moment dans la maison
 Пришёл Евгений молодой…
Est entré le jeune Eugène …
Мы будем нашего героя
Pour connaître notre héros
Звать этим именем. Оно
Nul besoin de connaître son nom de famille. Il
Звучит приятно; с ним давно
Sonne bien ce prénom ;
Моё перо к тому же дружно.
Ma plume s’en accomode.
Прозванья нам его не нужно,
Il n’a pas besoin de sobriquet,
Хотя в минувши времена
Bien que, dans le passé,
  Оно, быть может, и блистало
Il ait rayonné, consigné
И под пером Карамзина
Par le stylo de Karamzine
В родных преданьях прозвучало;
Et porté par la dévotion de sa famille ;
Но ныне светом и молвой
Mais maintenant, la lumière et la rumeur
Оно забыто. Наш герой
L’ont oublié. Notre héros
Живёт в Коломне; где-то служит,
Vit à Kolomna ; Il travaille quelque part,
Дичится знатных и не тужит
Dans un bureau, ne s’inquiètant
Ни о почиющей родне,
Ni de son arbre généalogique,
Ни о забытой старине.
Ni de l’histoire antique oubliée.

*

Claude Monet
L’inondation à Giverny
1894

*

Итак, домой пришед, Евгений
Ainsi, après être rentré dans sa maison, Eugène
Стряхнул шинель, разделся, лёг.
Posa son manteau, se déshabilla, se coucha.
Но долго он заснуть не мог
Mais pendant longtemps, il ne put dormir
В волненье разных размышлений.
Par sa pensée en ébullition.
О чём же думал он? о том,
A quoi pensait-t-il donc à ce moment ?
Что был он беден, что трудом
Que, pauvre, il se doit de travailler
Он должен был себе доставить
Pour pouvoir obtenir
 И независимость и честь;
Son indépendance et son honneur ;
Что мог бы Бог ему прибавить
Dieu seul pourrait lui apporter
Ума и денег. Что ведь есть
De l’esprit et de l’argent. Que
Такие праздные счастливцы,
Des repos chanceux,
Ума недальнего, ленивцы,
S’offrent parfois aux paresseux,
Которым жизнь куда легка!
Qui vivent pourtant si facilement !
Что служит он всего два года;
Lui ne travaillait que depuis deux ans ;
Он также думал, что погода
Il pensait aussi que le temps
Не унималась; что река
L’apaiserait ; la rivière
Всё прибывала; что едва ли
Ne cessait de croître ; bientôt
С Невы мостов уже не сняли
Les ponts sur la Néva seraient coupés
И что с Парашей будет он
Et, pour voir Paracha,
Дни на два, на три разлучён.
Deux ou trois jours seraient nécessaires.
Евгений тут вздохнул сердечно
Eugène soupira profondément
  И размечтался, как поэт:
Et rêva, comme un poète :

*

«Жениться? Мне? зачем же нет?
« Se marier?  Moi? pourquoi pas?
« Оно и тяжело, конечно;
« Et ce serait difficile, bien sûr;
Но что ж, я молод и здоров,
 « Mais, je suis jeune et en bonne santé,
день и ночь готов;
 « Je travaille de jour et de nuit ;
Трудиться Уж кое-как себе устрою
« Déjà nous habiterons ensemble
Приют смиренный и простой
  « Dans un abri humble et simple
 И в нём Парашу успокою.
«  Pour vivre avec Parasha.
Пройдёт, быть может, год-другой —
« Il faudra peut-être un an ou deux –
Местечко получу, Параше
 » Pour changer de poste, Parasha
 Препоручу семейство наше
 S’occupera de la famille
 И воспитание ребят…
  « Et de l’éducation des enfants …
И станем жить, и так до гроба
« Et nous nous laisserons vivre, et ainsi jusqu’à la tombe
Рука с рукой дойдём мы оба,
  « Main dans la main, nous vivrons,
И внуки нас похороня́т…»
Et nos petits-enfants nous enterrerons …

*

Так он мечтал. И грустно было
Il rêvait donc. Et lui, si triste
Ему в ту ночь, и он желал,
Ce soir-là ; il aurait voulu
Чтоб ветер выл не так уныло
Que le vent hurlant se calme
  И чтобы дождь в окно стучал
Et que la pluie qui battait la fenêtre
Не так сердито…
Fasse tomber sa colère …
Cонны очи
Les yeux lourds
Он наконец закрыл. И вот
Finalement se fermèrent. et
Редеет мгла ненастной ночи
A travers la nuit pluvieuse
И бледный день уж настаёт…
Le pâle jour s’entrevoyait aussi …
Ужасный день!
Terrible jour !
Нева всю ночь
La Néva, toute la nuit
Рвалася к морю против бури,
Avait lutté contre la mer, contre la tempête,
Не одолев их буйной дури…
Sans gagner cette sauvage lutte …
И спорить стало ей невмочь…
Et, épuisée, s’abandonnant…
Поутру над её брегами
Le matin sur les quais
Теснился кучами народ,
S’entassaient étroitement les badauds,
Любуясь брызгами, горами
Admirant les écumes, les crêtes des vagues
И пеной разъярённых вод.
Et la mousse des eaux furieuses.
Но силой ветров от залива
Mais la force des vents de la baie
Переграждённая Нева
Dominait la Néva
Обратно шла, гневна, бурлива,
Qui recule, par sa colère, sa turbulence,
И затопляла острова,
Et les eaux inondaient les îles,
Погода пуще свирепела,
Et les vents s’engouffraient dans la forêt,
Нева вздувалась и ревела,
La Neva se gonflait et rugissait,
Котлом клокоча и клубясь,
Devant la lutte plus intense,
И вдруг, как зверь остервенясь,
Et tout à coup, comme une bête en rage,
На город кинулась. Пред нею
Dans la ville se précipita. Devant elle
Всё побежало, всё вокруг
Tous s’enfuyaient, tout autour
Вдруг опустело — во́ды вдруг
Soudain était désert- Soudain l’eau
Втекли в подземные подвалы,
S’infiltra dans des caves souterraines,
К решёткам хлынули каналы,
Pour se déverser dans les canaux
И всплыл Петрополь как тритон,
Et Pétropolis a émergé comme un triton,
По пояс в воду погружён.
Au-dessus des eaux.

*

Осада! приступ! злые волны,
Un siège! une attaque! les vagues en colère
Как воры, лезут в окна. Чёлны
Comme des voleurs grimpaient aux fenêtres.
С разбега стёкла бьют кормой.
La poupe des bateaux s’invitaient.
Лотки под мокрой пеленой,
Des plateaux pour linceul humide,
Обломки хижин, брёвны, кровли,
Les huttes en débris, des toitures,
Товар запасливой торговли,
Les marchandises commerciales,
Пожитки бледной нищеты,
Les pauvres possessions des miséreux,
Грозой снесённые мосты,
Des ponts démolis par la tempête,
Гроба́ с размытого кладби́ща
Des cercueils sortis de leur cimetière
  Плывут по улицам!
Nageaient dans les rues !
Народ
Peuple,
Зрит Божий гнев и казни ждёт.
Voit la colère de Dieu et la punition qui t’attend.
всё гибнет: кров и пища!
Tout meurt : le logement et la nourriture !
 Увы! Где будет взять?
Hélas ! Où allez ?
В тот грозный год
Dans cette année terrible
Покойный царь ещё Россией
Le dernier tsar de la Russie régnait
Со славой правил. На балкон,
Avec des règles de gloire. Sur le balcon,
Печален, смутен, вышел он
Triste, gêné, il est sorti
И молвил: «С Божией стихией
Et il a dit : « Contre la volonté de Dieu
Царям не совладеть». Он сел
 Pas un roi ne gouverne.  » Il était assis
  И в думе скорбными очами
Avec, dans les yeux, une pensée douloureuse
На злое бедствие глядел.
Sur le spectacle de ce fléau.
Стояли стогны озера́ми,
Les lacs s’enfonçaient
И в них широкими река́ми
De larges fleuves
Вливались улицы. Дворец
Partaient des rues. Le palais
Казался островом печальным.
Ressemblait à une triste île.
Царь молвил — из конца в конец,
Un mot du tsar- d’un bout à l’autre de la ville,
По ближним улицам и дальным
Dans les hautes et dans les basses rues
  В опасный путь средь бурных вод
Au milieu des eaux tumultueuses
Его пустились генералы
Ses généraux rechercheraient alors
Спасать и страхом обуялый
Et secourraient et sauveraient
И дома тонущий народ.
De la noyades des milliers de personnes.

*

Тогда, на площади Петровой,
Ensuite, sur la place Saint Pierre
Где дом в углу вознёсся новый,
Où se trouvait une maison bourgeoise,
Где над возвышенным крыльцом
Où sur un porche surélevé
С подъятой лапой, как живые,
Dressés sur leurs pattes, si vivants,
Стоят два льва сторожевые,
Deux lions montaient la garde,
На звере мраморном верхом,
De marbre, la crinière frémissante,
Без шляпы, руки сжав крестом,
Sur l’un d’eux, les mains serrés en croix,
Сидел недвижный, страшно бледный
Il y resta immobile, pâle, il avait si peur
Евгений. Он страшился, бедный,
Eugène. Il avait peur, le pauvre,
Не за себя. Он не слыхал,
Non pour lui-même. Il ne voyait pas,
Как подымался жадный вал,
Ces eaux qui montaient
Ему подошвы подмывая,
Lui lavant ses semelles,
Как дождь ему в лицо хлестал,
Et comme la pluie fouettait son visage,
Как ветер, буйно завывая,
Comme le vent hurlait sauvagement,
С него и шляпу вдруг сорвал.
Et son chapeau fut soudainement arraché.
Его отчаянные взоры
Ses yeux désespérés
На край один наведены
Vers le bord au loin,
Недвижно были. Словно горы,
Restaient immobiles. Comme une montagne,
Из возмущённой глубины
L’eau en furie
Вставали волны там и злились,
Dessinaient des vagues colériques,
Там буря выла, там носились
La tempête hurlait, il flottait
Обломки… Боже, Боже! там —
Des fragments de … Oh, mon Dieu! là !
Увы! близёхонько к волнам,
Hélas! Dans les mains des vagues,
Почти у самого залива —
Presque sur la baie-
Забор некрашеный, да ива
Une clôture non peinte, un saule
 И ветхий домик: там оне,
Et la vieille maison : là vit
Вдова и дочь, его Параша,
La veuve et sa fille, sa Paracha,
Его мечта… Или во сне
Est-ce un rêve … ou dans un rêve
Он это видит? иль вся наша
Les voit-il ? toute notre
 И жизнь ничто, как сон пустой,
Vie est comme un rêve vide,
Насмешка неба над землёй?
Le ciel se moque-t-il au-dessus de la terre ?

*

И он, как будто околдован,
Et Eugène est comme ensorcelé,
Как будто к мрамору прикован,
Au marbre enchaîné,
Сойти не может! Вкруг него
Il ne peut plus descendre ! Autour de lui
Вода и больше ничего!
De l’eau et rien d’autre !
И, обращён к нему спиною,
Et, lui tournant le dos
В неколебимой вышине,
Inébranlable devant lui,
Над возмущённою Невою
Devant cette Néva indignée,
 Стоит с простёртою рукою
Impérieuse, une main tendue
Кумир на бронзовом коне.
Celle de l’idole sur son cheval de bronze.

**

 

*****

 Poésie de Pouchkine
LE CAVALIER DE BRONZE
Часть первая
1833
Пушкин
МЕДНЫЙ ВСАДНИК 

LE MANDARIN Eça de Queiroz – O Mandarim – 1ère Partie – 3ème section

LITTERATURE PORTUGAISE
literatura português
Le Mandarin Eça de Queiroz

Eça de Queiroz
(1845-1900)
Tradução – Traduction
texto bilingue

Eça de Queirós 1882 O Mandarim Le Mandarin

O Mandarim

(1880)

LE MANDARIN

I

Première Partie

Traduction Jacky Lavauzelle

Le Mandarin Eça de Queiroz
Troisième Section

Eça de Queiroz Le Mandarin O Mandarim Artgitato L'enfance de Jupiter 1630 Jacob Jordaens Le Louvre
Jacob Jordaens
L’Enfance de Jupiter
1630
Musée du Louvre

*****

 

 Se o volume fosse de uma honesta edição Michel-Levy, de capa amarela, eu, que por fim não me achava perdido numa floresta de balada alemã, e podia da minha sacada ver branquejar à luz do gás o correame da patrulha
Si cela n’était qu’une simple édition Michel-Levy, à la couverture jaune, moi qui, enfin, n’étais pas perdu dans une forêt de ballade allemande, et qui pouvais, de mon balcon, voir briller la lumière des becs de gaz,
– teria simplesmente fechado o livro, e estava dissipada a alucinação nervosa.
– tout simplement, j’aurais fermé le livre, ce qui aurait dissipé cette hallucination nerveuse.
Mas aquele sombrio in-fólio parecia exalar magia;
Mais cette magie semblait sortir de ce sombre in-folio ;
cada letra afectava a inquietadora configuração desses sinais da velha cabala, que encerram um atributo fatídico;
chaque lettre affectait la configuration des signes inquiétants de l’ancienne cabale, qui enfermait un attribut fatidique ;
as vírgulas tinham o retorcido petulante de rabos de diabinhos, entrevistos numa alvura de luar;
les virgules avait les queues tordues de pétulants diablotins entrevus dans une blancheur lunaire ;
no ponto de interrogação final eu via o pavoroso gancho com que o Tentador vai fisgando as almas que adormeceram sem se refugiar na inviolável cidadela da Oração!…
dans le point d’interrogation final,  je voyais le terrible crochet du Tentateur qui transperçait les âmes endormies, celles qui ne s’étaient pas réfugiées dans la citadelle inviolable de la prière ! …
Uma influência sobrenatural apoderando-se de mim, arrebatava-me devagar para fora da realidade, do raciocínio:
Une influence surnaturelle me saisissant, je le saisit lentement hors de la réalité, le raisonnement
e no meu espírito foram-se formando duas visões – de um lado um mandarim decrépito, morrendo sem dor, longe, num quiosque chinês, a um ti-li-tim de campainha;
et mon esprit ont commencé à former deux visions- d’un côté un mandarin décrépit, mourant sans douleur loin de tous, dans un kiosque chinois, accompagné de sons de cloches ;
do outro toda uma montanha de ouro cintilando aos meus pés!
l’autre toute une montagne d’or miroitant à mes pieds!
Isto era tão nítido, que eu via os olhos oblíquos do velho personagem embaciarem-se, como cobertos de uma ténue camada de pó;
C’était si clair, je voyais les yeux bridés du vieillard se couvrir d’une sorte de fine couche de poussière;
e sentia o fino tinir de libras rolando juntas.
et j’entendais au final tinter les livres qui roulaient.
E imóvel, arrepiado, cravava os olhos ardentes na campainha, pousada pacatamente diante de mim sobre um dicionário francês
Et immobile, terrifié, mes yeux ne se détachaient plus de la cloche, cloche qui reposait paisiblement devant moi sur un dictionnaire français
– a campainha prevista, citada no mirífico in-fólio…
– la cloche qu’évoquait l’in-folio mirifique …

 Foi então que, do outro lado da mesa, uma voz insinuante e metálica me disse, no silêncio:
Puis, de l’autre côté de la table, une voix métallique insinuante me dit dans le silence:

 – Vamos, Teodoro, meu amigo, estenda a mão, toque a campainha, seja um forte!
– Allez, Teodoro, mon ami, tendez la main, agitez la cloche, soyez fort !

 O abat-jour verde da vela punha uma penumbra em redor.
Du vert abat-jour émanait une pénombre tout autour.
Ergui-o, a tremer.
Je le levai, tremblant.
E vi, muito pacificamente sentado, um indivíduo corpulento, todo vestido de preto, de chapéu alto, com as duas mãos calçadas de luvas negras gravemente apoiadas ao cabo de um guarda-chuva.
Et je vis, assis paisiblement, un homme corpulent, habillé tout en noir, chapeau haut de forme, avec les deux mains dans des gants noirs, gravement appuyé sur le pommeau d’un parapluie.
Não tinha nada de fantástico.
Il n’y avait là rien de fantastique.
Parecia tão contemporâneo, tão regular, tão classe média como se viesse da minha repartição…
Il semblait ordinaire, de la classe moyenne, comme s’il venait de mon service…

Toda a sua originalidade estava no rosto, sem barba, de linhas fortes e duras;
Tout son originalité était dans son visage, pas de barbe, des traits forts et durs ;
o nariz brusco, de um aquilino formidável, apresentava a expressão rapace e atacante de um bico de águia;
le nez brusque, d’un aquilin redoutable, lui donnait l’expression rapace et guerrière du bec d’aigle;
o corte dos lábios, muito firme, fazia-lhe como uma boca de bronze;
la coupe de ses lèvres, très ferme, lui faisait une bouche de bronze ;
os olhos, ao fixar-se, assemelhavam dois clarões de tiro, partindo subitamente de entre as sarças tenebrosas das sobrancelhas unidas;
les yeux, en vous fixant, ressemblaient à deux coups de feu, tout à coup tirés du feuillu ténébreux des sourcils réunis ;
era lívido – mas, aqui e além na pele, corriam-lhe raiações sanguíneas como num velho mármore fenício.
Il était livide – mais, ici et là, sur sa peau, couraient des ramifications de vaisseaux, tel un vieux marbre phénicien.

Veio-me à ideia de repente que tinha diante de mim o Diabo:
L’idée me vint soudain que j’avais devant moi le Diable :
mas logo todo o meu raciocínio se insurgiu resolutamente contra esta imaginação.
mais bientôt toute ma raison résolument protesta contre cette divagation.
Eu nunca acreditei no Diabo – como nunca acreditei em Deus.
Je ne croyais pas au Diable – comme je ne croyais pas en Dieu.
Jamais o disse alto, ou o escrevi nas gazetas, para não descontentar os poderes públicos, encarregados de manter o respeito por tais entidades:
Je ne l’ai jamais dit à haute voix, ou écrit dans les journaux, pour ne pas déplaire aux autorités en charge de maintenir le respect de ces entités :
mas que existam estes dois personagens, velhos como a Substância, rivais bonacheirões, fazendo-se mutuamente pirraças amáveis,
mais penser qu’il existe deux personnages, vieux comme la Matière, débonnaires rivaux, passant leur temps à se quereller aimablement,
– um de barbas nevadas e túnica azul, na toilette do antigo Jove, habitando os altos luminosos, entre uma corte mais complicada que a de Luís XIV;
– l’un doté d’une barbe blanche et d’une tunique bleue, dans la toilette de l’antique Zeus, habitant les lumières célestes, au milieu d’une cour plus compliquée que celle de Louis XIV ;
e o outro enfarruscado e manhoso, ornado de cornos, vivendo nas chamas inferiores, numa imitação burguesa do pitoresco Plutão
et l’autre, malin et sombre, orné de cornes, vivant dans les flammes inférieures, une imitation bourgeoise du pittoresque Pluton
– não acredito. Não, não acredito!
– je n’y crois pas. Non, je n’y crois pas !
Céu e Inferno são concepções sociais para uso da plebe
Le ciel et l’enfer sont des concepts sociaux pour l’utilisation du peuple
– e eu pertenço à classe média.
– et j’appartiennent à la classe moyenne.
Rezo, é verdade, a Nossa Senhora das Dores:
Je prie, il est vrai, à Notre-Dame des Douleurs:
porque, assim como pedi o favor do senhor doutor para passar no meu acto; 
car j’ai recherché les faveurs de mon professeur pour avoir mes diplômes ;
assim como, para obter os meus vinte mil réis, implorei a benevolência do senhor deputado; 
j’ai imploré la bienveillance de mon député pour gagner mes vingt mille reis ;
igualmente para me subtrair à tísica, à angina, à navalha de ponta, à febre que vem da sarjeta, à casca da laranja escorregadia onde se quebra a perna, a outros males públicos, necessito ter uma protecção extra-humana. 
également pour me soustraire à la phtisie, à l’angine de poitrine, à la lame du rasoir qui vient du trottoir, à l’écorce de l’orange glissante où je peux me casser une jambe, à bien d’autres malédictions publiques, je dois avoir une protection extra-humaine.
Ou pelo rapapé ou pelo incensador, o homem prudente deve ir fazendo assim uma série de sábias adulações, desde a Arcada até ao Paraíso.
Avec des encensoirs, l’homme sage doit pouvoir ainsi faire un certain nombre de sages adulations, de l’Arcada au Paradis.
Com um compadre no bairro, e uma comadre mística nas alturas
Avec un compère dans un quartier, et commère mystique dans un autre
– o destino do bacharel está seguro.
– le destin du bachelier est assuré.

Por isso, livre de torpes superstições, disse familiarmente ao indivíduo vestido de negro:
Donc, libre de superstitions grossières, je dis familièrement à cet individu fardé de noir :

– Então, realmente, aconselha-me que toque a campainha?
– Alors, vraiment, vous me conseillez de sonner la cloche ?

 Ele ergueu um pouco o chapéu, descobrindo a fronte estreita, enfeitada de uma gaforinha crespa e negrejante como a do fabuloso Alcides, e respondeu, palavra a palavra:
Il souleva légèrement son chapeau, découvrant un front étroit, que surplombait une chevelure crépue et noire comme le fabuleux Alcide, et dit, mot pour mot :
– Aqui está o seu caso, estimável Teodoro.
– C’est là qu’est votre problème, estimable Teodoro.
Vinte mil réis mensais são uma vergonha social!
Vingt mille reis mensuels sont une honte sociale !
Por outro lado, há sobre este globo coisas prodigiosas:
D’autre part, il y a sur ce globe des choses prodigieuses :
há vinhos de Borgonha, como por exemplo o Romanée-Conti de 58 e o Chambertin, de 61, que custam, cada garrafa, de dez a onze mil réis;
Il y a des vins de Bourgogne, comme le Romanée-Conti de 58 et le Chambertin de 61, qui coûte, par bouteille, de dix à onze mille reis;
e quem bebe o primeiro cálice, não hesitará, para beber o segundo, em assassinar seu pai…
et qui boit une première coupe, n’hésitera pas, pour en boire une seconde, à assassiner son père …
Fabricam-se em Paris e em Londres carruagens de tão suaves molas, de tão mimosos estofos, que é preferível percorrer nelas o Campo Grande, a viajar, como os antigos deuses, pelos céus, sobre os fofos coxins das nuvens…
Il se fabrique à Paris et à Londres des voitures avec des ressorts si doux, de si minutieux revêtements, que cela devient plus agréable d’aller de la sorte au Campo Grande que de voyager, comme les anciens dieux, par les cieux, sur des coussins moelleux de nuages …
Não farei à sua instrução a ofensa de o informar que se mobilam hoje casas, de um estilo e de um conforto, que são elas que realizam superiormente esse regalo fictício, chamado outrora a «bem-aventurança».
Je ne ferai pas offense à votre instruction en vous informant que le mobilier d’aujourd’hui de ces maisons abrite un tel style et un tel confort, que nous y trouvons ce que jadis nous appelions le «bonheur».
Não lhe falarei, Teodoro, de outros gozos terrestres:
Je ne vous parelerai pas, Teodoro, des autres jouissances terrestres :
como, por exemplo, o Teatro do Palais Royal, o baile Laborde, o Café Anglais…
comme, par exemple, le Théâtre du Palais Royal, la bal Laborde, le Café Anglais …
Só chamarei a sua atenção para este facto:
Il suffit de rappeler à votre attention ces faits :
existem seres que se chamam Mulheres
il y a des êtres qui s’appellent des femmes
– diferentes daqueles que conhece, e que se denominam Fêmeas. – différentes de celles que vous connaissez, et qui se nomment des Femelles.
Estes seres, Teodoro, no meu tempo, a páginas 3 da Bíblia, apenas usavam exteriormente uma folha de vinha.
Ces êtres, Teodoro, dans mon temps, à la page 3 de la Bible, se couvraient d’à peine une feuille de vigne.
Hoje, Teodoro, é toda uma sinfonia, todo um engenhoso e delicado poema de rendas, baptistes, cetins, flores, jóias, caxemiras, gazes e veludos…
Aujourd’hui, Teodoro, c’est une symphonie, tout un ingénieux et délicat poème de dentelles, de baptiste, de satins, de fleurs, de bijoux, de cachemires, de velours et de gazes …
Compreende a satisfação inenarrável que haverá, para os cinco dedos de um cristão, em percorrer, palpar estas maravilhas macias; Vous comprendrez la satisfaction indicible qu’il y a, pour les cinq doigts d’un chrétien à aller palper de si merveilleuses douceurs ;
– mas também percebe que não é com o troco de uma placa honesta de cinco tostões que se pagam as contas destes querubins…
– Mais aussi vous réalisez bien que ce n’est pas une simple pièce de cinq tastões que vous pourrez payer les factures de ces chérubins …
Mas elas possuem melhor, Teodoro:
Mais elles possèdent quelque chose de plus, Teodoro :
são os cabelos cor do ouro ou cor da treva, tendo assim nas suas tranças a aparência emblemática das duas grandes tentações humanas
elles ont des cheveux couleur d’or ou couleur des grandes obscurités, avec, dans leurs tresses, l’apparence emblématique de deux grandes tentations humaines
– a fome do metal precioso e o conhecimento do absoluto transcendente.
– l’appétit du métal précieux et de la connaissance de l’absolue transcendance.
E ainda têm mais:
Et elles ont encore plus:
são os braços cor de mármore, de uma frescura de lírio orvalhado;
elles possèdent des bras couleur de marbre, d’une fraîcheur de rosée ;
são os seios, sobre os quais o grande Praxíteles modelou a sua Taça, que é a linha mais pura e mais ideal da Antiguidade…
des seins, sur lesquels le grand Praxitèle a modelé sa Coupe, qui se trouve être la ligne la plus pure et la plus idéale de l’antiquité …
Os seios, outrora (na ideia desse ingénuo Ancião que os formou, que fabricou o mundo, e de quem uma inimizade secular me veda de pronunciar o nome),
Les seins, autrefois (dans l’idée de cet Ancien ingénu qui les a formés, qui a fait le monde, et dont l’inimitié séculaire m’interdit de prononcer le nom),
eram destinados à nutrição augusta da humanidade;
étaient destinées à l’auguste nutrition de l’humanité;
sossegue porém, Teodoro;
soyez tranquille, Teodoro;
hoje nenhuma mamã racional os expõe a essa função deterioradora e severa;
aujourd’hui aucune maman rationnelle ne les expose à cette fonction destructrice et sévère ;
servem só para resplandecer, aninhados em rendas, ao gás das soirées,
ils ne servent qu’à briller, nichés dans la dentelle, et les gazes des soirées,
– e para outros usos secretos.
– ainsi qu’à d’autres utilisations secrètes.
As conveniências impedem-me de prosseguir nesta exposição radiosa das belezas que constituem o fatal feminino
Les convenances m’empêchent de poursuivre cette exposition radieuse des beautés qui constituent l’éternel féminin
De resto as suas pupilas já rebrilham…
D’ailleurs déjà vos pupilles scintillent …
Ora todas estas coisas, Teodoro, estão para além, infinitamente para além dos seus vinte mil réis por mês…
Maintenant, toutes ces choses, Teodoro, sont au-delà, infiniment au-delà de vos vingt mille reis par mois …
Confesse, ao menos, que estas palavras têm o venerável selo da verdade!…
Avouez, au moins, que ces mots porte le vénérable sceau de la vérité! …

*****************

Le Mandarin Eça de Queiroz

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 84-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 84

 
CHANSONNIER PETRARQUE

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

 

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 84

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 84

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

84/263

-Occhi piangete: accompagnate il core
– Mes yeux, pleurez ! accompagnez le cœur
che di vostro fallir morte sostene.
qui par votre faute supporte la mort.
 – Cosí sempre facciamo; et ne convene
Ainsi nous faisons, toujours ; et il convient
   lamentar piú l’altrui, che ’l nostro errore.
de nous lamenter plus des autres que de nos erreurs.

**

-Già prima ebbe per voi l’entrata Amore,
Même l’entrée d’Amour commença par vous,
là onde anchor come in suo albergo vène.
là où encore il vient comme dans son auberge.
 – Noi gli aprimmo la via per quella spene
Nous lui avons ouvert la voie par l’espoir
 che mosse d ’entro da colui che more.
venant de l’intérieur de celui qui meurt.


**

-Non son, come a voi par, le ragion’ pari:
Elles ne sont pas, comme cela vous semble, de raisons égales :
ché pur voi foste ne la prima vista
car vous étiez à la première vue
  del vostro et del suo mal cotanto avari.
de vôtre mal et de son mal tellement avare.

**

-Or questo è quel che piú ch’altro n’atrista,
Maintenant, ce qui surtout nous attriste :
che’ perfetti giudicii son sí rari,
les jugements parfaits sont rares,
 et d’altrui colpa altrui biasmo s’acquista.
et pour les fautes des autres, ce sont les autres qui vous blâment.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 84
le chansonnier Pétrarque 84
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 83-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 83

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 83
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 83

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 83

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

83/263

Se bianche non son prima ambe le tempie
Si mes tempes ne sont point blanchies
ch’a poco a poco par che ’l tempo mischi,
peu à peu, le temps s’immisce
securo non sarò, bench’io m’arrischi
je n’aurai pas de sécurité, bien que je me risque
talor ov’Amor l’arco tira et empie.
des fois où Amour à l’arc tire et se réarme.

**

Non temo già che piú mi strazi o scempie,
Je crains déjà qu’il m’arrache et m’anéantisse,
né mi ritenga perch’anchor m’invischi,
qu’il me tienne, me saisissant un peu plus encore,
 né m’apra il cor perché di fuor l’incischi
qu’il m’ouvre mon cœur, le touchant du dehors
 con sue saette velenose et empie.
avec ses flèches empoisonnées et sans pitié.

**

Lagrime omai da gli occhi uscir non ponno,
Désormais les larmes par mes yeux ne sortent plus,
ma di gire infin là sanno il vïaggio,
mais pour aller vers eux, ils connaissent le voyage,
sí ch’a pena fia mai ch’i’ ’l passo chiuda.
oui, qui à jamais pourra fermer cette issue.

**

Ben mi pò riscaldare il fiero raggio,
Eh bien, je me réchauffe un peu au fier rayon,
  non sí ch’i’ arda; et può turbarmi il sonno,
oui, sans me brûler ; et peut perturber le sommeil,
 ma romper no, l’imagine aspra et cruda.
mais non le rompre, la brute et âpre image

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 83
le chansonnier Pétrarque 83
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 82-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 82

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 82
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 82

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 82

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

82/263

Io non fu’ d’amar voi lassato unquancho,
Je ne suis pas, de vous aimer, lassé,
madonna, né sarò mentre ch’io viva;
madame, et ne le serai tant que je vivrai ;
ma d’odiar me medesmo giunto a riva,
mais me haïr moi-même, je n’en puis plus,
et del continuo lagrimar so’ stancho;
et pleurant sans cesse, j’en suis fatigué ;

**

Et voglio anzi un sepolcro bello et biancho,
Et veux en effet un beau tombeau et blanc,
che ’l vostro nome a mio danno si scriva
que votre nom soit écrit contre moi
in alcun marmo, ove di spirto priva
en  un quelconque marbre, l’esprit libre
sia la mia carne, che pò star seco ancho.
serait ma chair, qui peut avec lui rester encore.

**

Però, s’un cor pien d’amorosa fede
Cependant, si un cœur plein de foi amoureuse
 può contentarve senza farne stracio,
pouvait vous contenter sans le faire souffrir,
piacciavi omai di questo aver mercede.
désormais qu’il vous plaise d’avoir merci de lui.

**

Se ’n altro modo cerca d’esser sacio,
Si autrement cherchez d’autres façons,
vostro sdegno erra, et non fia quel che crede:
votre dédain errera, et ne doit pas être ce qu’il croit :
di che Amor et me stesso assai ringracio.
de ce qu’à Amour et à moi-même je rends grâce.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 82
le chansonnier Pétrarque 82
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 81-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 81

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 81
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 81

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 81

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

81/263

Io son sí stanco sotto ‘l fascio antico
Oui je suis fatigué sous cet antique joug
de le mie colpe et de l’usanza ria
de mes fautes et de mon mal
 ch’i’ temo forte di mancar tra via,
que fortement je crains de ne point suivre la route,
et di cader in man del mio nemico.
et tomber dans les mains de mon ennemi. 

**

Ben venne a dilivrarmi un grande amico
Bien venu me délivrer un grand ami 
per somma et ineffabil cortesia;
par grande et ineffable courtoisie ;
 poi volò fuor de la veduta mia,
puis il s’est envolé hors de ma vue,
 sí ch’a mirarlo indarno m’affatico.
oui je m’use en vain à le chercher.

**

Ma la sua voce anchor qua giú rimbomba:
Mais sa voix résonne encore ici :
O voi che travagliate, ecco ‘l camino;
Ô vous qui êtes harassés, voici le chemin ;
  venite a me, se ‘l passo altri non serra.
venez à moi, si un autre pas ne peut être.

 

**

Qual gratia, qual amore, o qual destino
Quelle grâce, quel amour, ô quel destin
mi darà penne in guisa di colomba,
me donnera des plumes en guise de colombe,
    ch’i’ mi riposi, et levimi da terra?
pour que je me repose, et m’exhausse de la terre ?

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 81
le chansonnier Pétrarque 81
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 79 -CANZONIERE PETRARCA Sonetto 79

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 79
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 79

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 79

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

79/263

S’al principio risponde il fine e ’l mezzo
Si le début répond à la fin et au milieu
del quartodecimo anno ch’io sospiro,
de cette quatorzième année que je soupire,
piú non mi pò scampar l’aura né ’l rezzo,
ni  l’aura  [Laure] ni l’ombre ne me sauveront ;
sí crescer sento ’l mio ardente desiro.
car je sens croître en moi le désir ardent.

**

Amor, con cui pensier mai non amezzo,
Amour, avec lequel les pensées jamais ne partage,
sotto ’l cui giogo già mai non respiro,
sous le joug duquel jamais je ne respire,
tal mi governa, ch’i’ non son già mezzo,
qui me gouverne, ainsi que je suis diminué de moitié,
per gli occhi ch’al mio mal sí spesso giro.
par mes yeux devant mon mal se tournent.

**

Cosí mancando vo di giorno in giorno,
Ainsi diminuant de jour en jour,
 sí chiusamente, ch’i’ sol me n’accorgo
si sombrement, que seul je perçois
et quella che guardando il cor mi strugge.
et qu’à regarder le cœur me fait fondre.

**

A pena infin a qui l’anima scorgo,
Avec peine jusqu’à maintenant j’ai porté mon âme,
né so quanto fia meco il suo soggiorno,
et je ne sais combien son séjour durera,
ché la morte s’appressa, e ’l viver fugge.
car la mort est proche, et la vie s’enfuit.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 79
le chansonnier Pétrarque 79
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 78 -CANZONIERE PETRARCA Sonetto 78

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 78
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 78

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 78

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

78/263

Quando giunse a Simon l’alto concetto
Quand est arrivée à Simon la grande pensée
ch’a mio nome gli pose in man lo stile,
qui, en mon nom, posa dans sa main le style,
s’avesse dato a l’opera gentile
il donna à son agréable travail
colla figura voce ed intellecto,
la figure associée à la voix et à l’intellect,

**

Di sospir’ molti mi sgombrava il petto,
de multiples soupirs, il libéra mon cœur,
 che ciò ch’altri à piú caro, a me fan vile:
ce que, par le monde, nous avons de plus cher, mais à moi semblent vils :
però che ’n vista ella si mostra humile
car en la voyant elle se montre humble
 promettendomi pace ne l’aspetto.
la paix en apparence elle me promet.

**

Ma poi ch’i’ vengo a ragionar co llei,
Mais lorsque je viens raisonner avec elle,
benignamente assai par che m’ascolte,
gentiment elle semble m’écouter,
se risponder savesse a’ detti miei.
et ne saurait répondre à mes mots.

**

Pigmalïon, quanto lodar ti dêi
Pygmalion, combien dois-je te louer
de l’imagine tua, se mille volte
de ton image, car des milliers de fois
n’avesti quel ch’i’ sol una vorrei.
tu as obtenu ce qu’une seule fois j’aurais voulu.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 78
le chansonnier Pétrarque 78
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 77 -CANZONIERE PETRARCA Sonetto 77

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 77
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 77

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 77

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

77/366

Per mirar Policleto a prova fiso
Le sculpteur Polyclète par des traits fins
con gli altri ch’ebber fama di quell’arte
avec le renfort des plus fameux dans cet art
mill’anni, non vedrian la minor parte
et ce durant mille ans, n’auraient même pas vu une petite partie
de la beltà che m’ave il cor conquiso.
la beauté qui a conquis mon cœur.

**

Ma certo il mio Simon fu in paradiso
Bien sûr, mon Simon s’en fut au paradis
(onde questa gentil donna si parte),
(d’où cette dame vient),
  ivi la vide, et la ritrasse in carte
il la vit, et l’a dépeinte dans les cartes
per far fede qua giú del suo bel viso.
pour évoquer ici-même son beau visage.

**

L’opra fu ben di quelle che nel cielo
L’œuvre fut bien de celle qui dans le ciel
si ponno imaginar, non qui tra noi,
se peuvent imaginer, non ici parmi nous,
ove le membra fanno a l’alma velo.
où les membres sont des voiles de l’âme.

**

Cortesia fe’; né la potea far poi
Courtoisie, il fit ; ne pouvant le faire ensuite
che fu disceso a provar caldo et gielo,
une fois descendu éprouvant le chaud et le gel,
et del mortal sentiron gli occhi suoi.
et comme mortels ses yeux se ressentirent.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 77
le chansonnier Pétrarque 77
canzoniere poet

Canzoniere Poet – LE CHANSONNIER Pétrarque Sonnet 76-CANZONIERE PETRARCA Sonetto 76

CANZONIERE POET
TRECENTO
dolce stil novo
Traduction – Texte Bilingue
Le Chansonnier PETRARQUE 76
LITTERATURE ITALIENNE

Dante Boccace Petrarque Guido Cavalvanti Cino da Pistoia Guittone dArezzo Trecento Italien 1544 Giorgio Vasari

Letteratura Italiana

PETRARQUE

Francesco PETRARCA
1304 – 1374

Traduction Jacky Lavauzelle

——–


Canzoniere Petrarca  Sonetto 76

LE CHANSONNIER PETRARQUE Sonnet 76

Rerum vulgarium fragmenta

Fragments composés en vulgaire

Rime In vita di Madonna Laura

PRIMA PARTE
Première Partie

76/366

Amor con sue promesse lusingando
Amour avec ses promesses flatteuses
mi ricondusse a la prigione antica,
m’a reconduit à l’ancienne prison,
et die’ le chiavi a quella mia nemica
en donnant les clés à mon ennemie
ch’anchor me di me stesso tene in bando.
qui encore de moi-même, par les chaînes, me tient.

**

Non me n’avidi, lasso, se non quando
Je n’y pris pas garde, hélas, sauf lorsque
fui in lor forza; et or con gran fatica
Je fus en leur puissance ; or, avec beaucoup de difficulté,
(chi ’l crederà perché giurando i’ ’l dica?)
(Qui le croira bien que je sois sous serment ?)
 in libertà ritorno sospirando.
à la liberté je retourne, soupirant.

**

Et come vero pregioniero afflicto
Et aussi un véritable prisonnier affligé
de le catene mie gran parte porto,
de mes chaînes une grande part je porte,
e ’l cor ne gli occhi et ne la fronte ò scritto.
et mon cœur dans les yeux et sur le front est écrit.

**

Quando sarai del mio colore accorto,
Lorsque tu auras observé ma couleur suffisamment,
dirai: S’i’ guardo et giudico ben dritto,
tu diras : Si je regarde et juge bien correctement,
questi avea poco andare ad esser morto.
que de peu celui-ci ne meure.

********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
*********************

Ritratto_di_francesco_petrarca,_altichiero,_1376_circa,_padova

canzoniere Petrarca 76
le chansonnier Pétrarque 76
canzoniere poet