Archives par mot-clé : Pollux

VULCAIN, ZEUS, DEUCALION & PYRRHA – OS LUSIADAS VI-78- LES LUSIADES – Luís de Camões -Nunca tão vivos raios fabricou

*

Ferdinand de Portugal traduction Jacky Lavauzelle

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato.jpg.

OS LUSIADAS CAMOES CANTO VI
CANTO SEXTO

Os Lusiadas Les Lusiades
OS LUSIADAS VI-78 LES LUSIADES VI-78

*
LITTERATURE PORTUGAISE

Ferdinand de Portugal Os Lusiadas Traduction Jacky Lavauzelle Les Lusiades de Luis de Camoes

literatura português
Luis de Camões
[1525-1580]
Tradução – Traduction
Jacky Lavauzelle
texto bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle

*

Deucalion et Pyrrha, Pierre Paul Rubens, 1636

**************


Nunca tão vivos raios fabricou
Des éclairs jamais aussi puissants ne furent fabriqués
Contra a fera soberba dos Gigantes
Contre la superbe fureur des Géants
O grã ferreiro sórdido, que obrou
Par Vulcain, le grand forgeron sordide, qui
Do enteado as armas radiantes;
Donna des armes rayonnantes à son beau-fils Énée ;
Nem tanto o grã Tonante arremessou
Ni Zeus, le grand Tonnant, jamais ne jeta
Relâmpagos ao mundo fulminantes,
De telles foudres frapper le monde,
No grã dilúvio, donde sós viveram
Lors du grand déluge, où survirèrent seulement
Os dois que em gente as pedras converteram.
Deucalion et Pyrra* qui transformèrent les pierres en humains.


*******************

* DEUCALION ET PYRRA
PAR MALLARMÉ

DEUCALION, DIEU GREC ET LATIN.
(Grec : Deucalion.)

l’époque de Deucalion, chef de Phthia, et fils de Prométhée et de Clymène, Zeus résolut de punir la méchanceté des hommes, l’iniquité de Lycaon et de ses fils y ayant mis le comble. Il envoya donc un déluge à la terre, et, comme les eaux s’élevaient, Deucalion ordonna à sa femme Pyrrha d’apprêter l’arche qu’il avait construite sur l’avertissement de son père Prométhée. Or y entrant, lui et sa femme, ils furent portés sur les eaux pendant huit jours, et le neuvième, l’arche demeura sur les hauteurs du Parnasse. Ils laissèrent cette nef sur la cime, et offrirent un sacrifice à Zeus, lequel envoya Hermès pour exaucer toute prière faite par Deucalion. Le juste demanda la restauration de la race humaine ; Hermès dit que lui et sa femme avaient à se couvrir la face de leurs manteaux, et à jeter derrière eux les os de leur mère sur le chemin. La sagesse qui venait à ce géant de son père Prométhée lui enseigna que sa mère, c’était la terre ; il fallait donc jeter simplement des pierres derrière soi pendant la descente du Parnasse. Les cailloux ainsi semés devinrent des hommes et des femmes, et commencèrent aussitôt cette dure vie de labeurs, qui est depuis le lot de l’humanité.

Quand eut lieu ce déluge ? Quelques-uns le fixent au règne d’Ogygas, roi mythique d’Athènes, mais il y a maintes variantes à ce conte : telle disant que tous les hommes périrent ; une autre, que ceux de Delphes échappèrent. Ainsi, dans l’histoire babylonienne de Xisuthros, le déluge épargne les mortels qui sont pieux. Dans quelques leçons du conte indien, Manu entre en l’arche ainsi que les sept sages ou Rishis, qui restent avec lui jusqu’à l’atterrissement sur un pic appelé Naubandhana (des liens du vaisseau). Les noms de cette légende se peuvent expliquer : donc, lecteurs, à l’œuvre ! Le nom de Deucalion d’abord n’est pas sans se rattacher à celui de Polydéikès ou le Pollux latin, le fils « brillant » de Léda (autre forme de Léto). Sa femme Pyrrha, la rouge (en tant que désignant peut-être la terre rouge), appartient à cette même classe, ainsi qu’Iole, Iocaste, Iam « de couleur violette », et Phœnix « pourpre ». Reliez enfin ce conte à beaucoup d’autres. La légende de Prométhée se rattache à celle d’Io et d’Héraclès, d’Épiméthée, de Pandore, d’Athéné et à plus d’une encore. Deucalion est aussi le père de Minos, le Manu indien « le penseur, ou l’homme » ; et Minos, père d’Ariane, que Thésée conduit à Naxos après avoir tué le Minotaure, est de plus apparenté avec Nisos et Skulla, en latin Nisus et Scylla.

D’autres enfants passent pour issus de Deucalion : on appelle ce géant le père d’Hellène (de qui l’on dit que descendirent les Hellènes), et de Protogénéia « le grand matin », enfant premier-né du soleil. Légendes qui procèdent du même esprit. Protogénéia, l’aube, devient mère d’Aéthlios, le soleil peinant et s’efforçant, qui, comme Héraclès et Achille, travaille pour d’autres, non pour soi : et Aéthlios est le père d’Endymion le beau, qui s’enfonce, pour y dormir, dans la caverne de Latmos comme le soleil plonge dans la mer occidentale. Toujours l’acte solaire.

Ajoutons que l’histoire de Deucalion a été conservée par la tradition d’un autre peuple. Les Indiens Macusi de l’Amérique du Sud racontent, dit-on, que le dernier homme qui survécut au déluge repeupla la terre en changeant des pierres en hommes. Selon les Tamanaks d’Orinoko, ce fut un couple d’êtres humains qui jeta derrière lui le fruit de certain palmier, et du noyau naquirent des hommes et des femmes.

Stéphane Mallarmé
Les Dieux antiques
Editions J. Rothschild
1880 


*********************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Les-lusiades-ed-originale.jpg.
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

LES PLACES DE ROME : PIAZZA DEL QUIRINALE & LA FONTANA DEI DIOSCURI – PIAZZE DI ROMA

LES PLACES DE ROME
ROME – ROMA

Armoirie de Rome

Photos Jacky Lavauzelle

——-

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 4

Flag_of_Lazio

PIAZZA DEL QUIRINALE
LA FONTANA DEI DIOSCURI
La Fontaine des Dioscures

Piazza del Quirinale

Avec le Palazzo del Quirinale
Place du Palais du président de la république italienne
Presidente della Repubblica Italiana

(Sergio Mattarella Président depuis Février 2015)

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 1

****
LES DIOSCURES
Dioscuri
i fratelli gemelli – Les Frères jumeaux
Enfants de Zeus
Surnom de Castor & Pollux

L’Obélisque du Quirinal
L’obelisco del Quirinale
marquait l’entrée du Mausolée d’Auguste
Hauteur 15 mètres environ – Et avec le socle et la Croix 29 mètres
Réalisé en Egypte avec du Granit rouge d’Assouan

 

*****

ARCHIVES
archivio

La fontana dei Dioscuri
in un’incisione di Giovanni Battista Piranesi
Gravures de Piranesi
[Giovanni Battista Piranesi 1720-1778]

La fontana dei Dioscuri in un’incisione di Giovanni Battista Piranesi 2 La fontana dei Dioscuri in un’incisione di Giovanni Battista Piranesi

*****
******

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 10

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 2

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 3

 

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 5

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 6

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 7

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 8

Piazza del quirinale Roma La Fontana dei dioscuri artgitato 9

 

DEDICACE D’UN VAISSEAU – IV- CATULLE – CATULLUS -DEDICATIO PHASELI

CATULLI CARMEN IV
C.V. CATULLI CARMINUM LIBER
litterarum
Littérature Latine
Catulle

Poeticam Latinam

Traduction Jacky Lavauzelle

IMG_4840

CATULLE – CATULLUS
84 av J.-C. – 54 av J.-C.

POESIE IV

Dedicacio Phaseli

Dédicace d’un vaisseau

Phaselus ille, quem videtis, hospites,
Ce bateau, que vous voyez, à ce que l’on dit,
Ait fuisse navium celerrimus,
Etait le plus rapide des navires
Neque ullius natantis impetum trabis
   Jamais on ne trouva équipage
  Nequisse praeterire, sive palmulis
 Capable de le dépasser, soit grâce à ses rames
Opus foret volare sive linteo.
  Qui le firent voler soit par ses voiles.
Et hoc negat minacis hadriatici
 Et il nia obstinément l’Adriatique menaçante
Negare litus Insulasve Cycladas
Il nia le danger des Cyclades
Rhodumque nobilem horridamque Thraciam
La noble Rhodes et la rugueuse Thrace 
  Propontida trucemve Ponticum sinum,
La mer agitée de Propontide [Marmara],
Ubi iste post phaselus antea fuit
  Où ce bateau était auparavant
Comata silva; nam Cyrotio in jugo
  Dans une forêt touffue ; Ainsi qu’à Cytore où jouait
Loquente saepe sibilum edidit coma.
Souvent le sifflement de tes frondaisons.
Amastri Pontica et Cytore buxifer,
Amastris Pontique et Cythore à la couronne de buis,
  Tibi haec fuisse et esse cognitissima
Tout cela vous connaissez trop bien












Ait phaselus, ultima ex origine
  Ce bateau depuis le début
 Tuo stetisse dicit in cacumine,
  Se tenait au sommet,
  Tuo imbuisse palmulas in aequore,
 Ses rames trempèrent dans vos eaux,
 Et inde tot per impotentia freta
 
Et il y avait alors une mer si violente et sauvage
Erum tulisse ; laeva sive dextera
Que son maître il ramena ; avec un vent de gauche ou de droite
 Vocaret aura, sive utrumque Iuppiter
 Qui soufflaient, ou les deux 
  Simul secundus incidisset in pedem,
 Simultanément ensemble
Neque ulla vota litoralibus deis
Nuls voeux  aux dieux du littoral
  Sibi esse facta, cum veniret a mari
 Depuis que revenu de la mer,
Novissimo hunc ad usque limpidum lacum.
  Il mouilla sur les côtes de ce lac limpide.
Sed haec prius fuere: nunc recondita
Mais c’était avant : maintenant dans un
Senet quiete seque dedicat tibi,
Calme reposant il se consacre à vous,
Gemelle Castor et gemelle Castoris.
Frères jumeaux Castor et Pollux.

**********************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
**********************
Catulle – Catullus
Catulli Carmen IV