Archives par mot-clé : Poleymieux-lez-Mont-d’Or

MONUMENT A AMPERE de Charles Textor – PLACE AMPERE LYON & 2 Sphinges de Charles-Eugène Breton

MONUMENT A AMPERE
PLACE AMPERE
FRANCE – LYON

***************

 

Photo Jacky Lavauzelle Monument à Ampère

 


 PHOTOS JACKY LAVAUZELLE

*************************

 Ampère Monument à Ampère

LYON

MONUMENT A AMPERE
de Charles Textor

DEUX SPHINGES
par
Charles-Eugène Breton
**

8 OCTOBRE 1888
PLACE AMPERE

Monument à Ampère Photo Jacky Lavauzelle
Place Ampère de Lyon


Monument à Ampère Photo Jacky Lavauzelle

****

Charles TEXTOR
Sculpteur d’Ampère
Né à Lyon 1835-Mort à Lyon 1905
*

Charles-Eugène BRETON
Sculpteur des deux Sphinges
( – 1968)

Monument à Ampère Photo Jacky Lavauzelle
Sphinge de Charles-Eugène BRETON
Monument à Ampère Photo Jacky Lavauzelle
Sphinge de Charles-Eugène BRETON

*

André-Marie AMPERE
Scientifique et philosophe
Né à Lyon le – Mort à Marseille le

Monument à Ampère
Ampère par Ambroise Tardieu – 1825 – Gravure

****

Monument à Ampère Photo Jacky Lavauzelle

Le Monument à Ampère
LYON

Sphinge Monument à Ampère Photo Jacky Lavauzelle

*****

UNE MEMOIRE PRECOCE  EXTRAORDINAIRE

André-Marie Ampère naquit à Lyon, sur la paroisse de Saint-Nizier, le 22 janvier 1775, de Jean-Jacques Ampère, négociant, et de Jeanne-Antoinette Sarcey de Sutières.

Jean-Jacques Ampère était instruit et fort estimé. Sa femme avait, elle aussi, conquis l’affection générale par une inaltérable douceur de caractère, par une bienfaisance qui cherchait avec avidité les occasions de s’exercer. Peu de temps après la naissance de leur fils, M. et Mme Ampère quittèrent le commerce et se retirèrent dans une petite propriété située à Poleymieux-lez-Mont-d’Or, près de Lyon. Ainsi, c’est à Poleymieux, dans un obscur village, sans les excitations d’aucun maître, que commencèrent à poindre, je me trompe, que surgirent les hautes facultés intellectuelles dont j’ai à dérouler devant vous les brillantes phases.
La faculté qui, chez Ampère, se développa la première, fut celle du calcul arithmétique. Avant même de connaître les chiffres et de savoir les tracer, il faisait de longues opérations, à l’aide d’un nombre très-borné de petits cailloux ou de haricots.

La nature avait doué Ampère, à un degré éminent, de la faculté dont Platon n’a rien dit de trop en l’appelant une grande et puissante déesse. Aussi, l’ouvrage colossal se grava-t-il tout entier et profondément dans l’esprit de notre ami ; aussi, chacun de nous a-t-il pu voir le membre de l’Académie des sciences, déjà parvenu à un âge assez avancé, citer, avec une parfaite exactitude, jusqu’à de longs passages de l’Encyclopédie, relatifs au blason, à la fauconnerie, etc., qui, un demi-siècle auparavant, avaient passé sous ses yeux au milieu des rochers de Poleymieux. Ces mystères d’une prodigieuse mémoire m’étonnent mille fois moins cependant que la force, unie à la flexibilité, que suppose une intelligence capable de s’assimiler, sans confusion et d’après une lecture par ordre alphabétique, les matières si étonnamment variées qui figurent dans le grand Dictionnaire de d’Alembert et de Diderot. Que l’on consente à parcourir avec moi les premières pages de l’Encyclopédie : je dis les premières pages, car je veux bien ne pas choisir, et mon admiration n’aura plus rien alors que de très-naturel.

François Arago
Ampère
Œuvres complètes de François Arago
secrétaire perpétuel de l’académie des sciences

***

LA MYOPIE D’AMPERE

Ampère était très-myope. Les objets, même peu éloignés, ne s’offraient à ses yeux que par masses à moitié confondues et sans contours définis. Il ne se faisait aucune idée du plaisir qu’à diverses époques des centaines de personnes avaient manifesté devant lui, en descendant la Saône, entre Laneuville et Lyon. Un jour, il se trouva, par hasard, sur le coche, un voyageur d’un myopisme pareil à celui d’Ampère. Ses lunettes étaient du numéro que notre ami eût choisi chez un opticien. Il en essaya, et, tout à coup, la nature s’offrit à lui sous un aspect inattendu, et les mots : campagnes riantes, pittoresques ; collines gracieuses, doucement ondulées ; tons riches, chauds, harmonieusement nuancés, parlèrent pour la première fois à son imagination, et un torrent de larmes témoigna de l’émotion qu’il éprouvait. Notre confrère avait alors dix-huit ans. Depuis cette époque, Ampère se montra toujours très-sensible aux beautés de la nature. J’ai même appris qu’en 1812, dans un voyage sur les frontières méditerranéennes de l’Italie, la vue d’un site qu’on aperçoit de certains points de la célèbre Corniche de la rivière de Gênes, jeta notre ami dans une telle admiration, dans une telle extase, qu’il se sentit saisi du désir le plus violent de mourir à l’instant même, en présence de ce tableau sublime. S’il fallait montrer combien de telles impressions étaient profondes, à quel point Ampère savait les jeter au milieu des scènes vulgaires qu’il voulait embellir, j’en trouverais la plus singulière preuve dans une lettre du 24 janvier 1819.

François Arago
Ampère
Œuvres complètes de François Arago
secrétaire perpétuel de l’académie des sciences

*************

COMPOSITIONS POÉTIQUES D’AMPÈRE

Ampère avait composé, pendant sa première jeunesse, une tragédie sur la mort d’Annibal, dans laquelle on remarquait de très-bons vers et les plus nobles sentiments. J’ajouterai que, pendant son séjour dans le chef-lieu du département de l’Ain, les sciences n’absorbaient pas tellement toutes les pensées d’Ampère, qu’il ne trouvât le temps de cultiver les lettres et même la poésie légère. Témoin une épître que notre savant confrère, M. Isidore Geoffroy, m’a tout récemment apportée de Bourg, dont il fut donné lecture, le 26 germinal an XI, à la Société d’Émulation de l’Ain, et qui commence ainsi :
Vous voulez donc, belle Émilie,
Que de Gresset ou d’Hamilton
Dérobant le léger crayon,
J’aille chercher dans ma folie,
Sur les rosiers de l’Hélicon,
S’il reste encor quelque bouton
De tant de fleurs qu’ils ont cueillies :
Souvent mes tendres rêveries, etc.

Je ne sais si la belle Émilie n’était pas un de ces êtres imaginaires sur lesquels les poètes jettent à pleines mains toutes les perfections qu’ils ont rêvées ; mais aucun des amis d’Ampère n’ignore que la femme éminemment belle, bonne et distinguée qui unit sa destinée à la sienne, avait, elle aussi, excité sa muse ; plusieurs se rappelleront une pièce dont le début surtout a été remarqué :

Que j’aime à m’égarer dans ces routes fleuries,
Où je t’ai vue errer sous un dais de lilas ;
Que j’aime à répéter aux nymphes attendries,
Sur l’herbe où tu t’assis, les vers que tu chantas…

François Arago
Ampère
Œuvres complètes de François Arago
secrétaire perpétuel de l’académie des sciences

Timbre commémorant le centenaire d’André-Marie Ampère en 1936

*********************


Photo Jacky Lavauzelle Le Monument à Ampère