Archives par mot-clé : perfection

PETIT DISCOURS SUR LA PERFECTION – ELOGE DE L’IMPERFECTION -Jacky Lavauzelle

*



JACKY LAVAUZELLE

 

**

PETIT DISCOURS
SUR
LA PERFECTION

L’ELOGE DE L’IMPERFECTION

Notre monde exige la perfection totale, l’excellence absolue, le zéro défaut, même si la machine elle-même ne peut être parfaite.

La perfection nous le savons bien n’est pas supportable.
La perfection c’est l’enfer ! au mieux un TOC, un trouble, une maladie.

S’il ne sert à rien d’être parfait, du moins devons-nous toutefois tendre vers la perfection. « Il vaut mieux viser la perfection et la manquer que viser l’imperfection et l’atteindre. » (Bertrand Russell)
Dans un monde binaire, il vaut mieux regarder vers le haut et lever la tête, quitte à marcher dedans, avec une chance sur deux que ce soit le bon pied.

« Ainsi tu m’apparais, incertaine, inconnue,
Beauté, que je cherchai dès l’aube de mes jours !
L’aube a fui !…. de midi l’heure est presque venue,
Et sans t’atteindre, hélas ! je te cherche toujours.
Je ne t’atteindrai point, montagne inaccessible !
Mais, de loin rayonnant, ton front toujours visible,
Sert de but à ma course, et de phare à mes pas ;
Je ne t’atteindrai point !… Mais ta clarté chérie,
Aura du moins doré l’horizon de ma vie,
Et détourné mes yeux des fanges d’ici-bas ! »
Anonyme — Jean Polonius
À la Perfection idéale

Si l’on veut toucher la perfection, il reste les choses simples, les petites choses de la vie, qui elles sont atteignables.  Là nous pouvons pousser le détail, sans s’en rendre malade. Comme le disait Leonard de Vinci  » I dettagli fanno la perfezione e la perfezione non è un dettaglio » , « le détail fait la perfection et la perfection n’est pas un détail. »

Le bonheur est dans les choses simples.

« J’extrairai le bonheur des plus petites choses,
Des rayons, des reflets qui viennent se poser
Légers comme une abeille au cœur ardent des roses ;
Et j’aurai sur la bouche un rêve de baiser ! »
Albert Lozeau – ILLUSION
Le Miroir des jours 1912
Montréal,  

Voici quelques éléments qui permettent peut-être de prendre la perfection de haut, pour ce qu’elle est, un objectif inatteignable et réellement ambitieux, jamais une réalité.

Nous pouvons commencer par la sphère religieuse. Si les dieux ne peuvent pas être parfaits, cela donne à notre humanité bien des consolations. Nous avons trois religions très intéressantes : celle de la Rome antique, de la Grèce antique et celle de l’hindouisme.

L’épisode de Krishna avec les 999.999 gopis ou bergères est révélateur. Krishna dans l’eau d’un lac va satisfaire ces 999.999 gopis et pas une de plus dans un orgasme démesuré et gigantesque. Le chiffre rond, parfait, reviendrait à l’accomplissement définitif, c’est-à-dire à la mort, et Krishna est un bien bon vivant qui se refuse à cette éventualité. Pour que les choses évoluent, avancent, progressent, il faut garder un espace pour l’évolution, la progression, bref, la vie tout simplement.

Il faut donc écarter d’emblée toutes les ambitions exagérées, inhumaines, et se dire que on peut se donner cette ambition, mais que le résultat est bien illusoire : « ne craignez pas d’atteindre la perfection, vous n’y arriverez jamais. » disait Salvador Dali.

Chez nos héros antique, nous avons tant et tant d’exemples. Prenons Achille, héros troyen et son misérable talon, seule minuscule partie de son corps d’athlète à ne pas être protégée. Diderot dans la Première Encyclopédie (1751- Tome 17) : «  Les poètes ont dit qu’Achille n’était vulnérable qu’au talon. Achille est ici le symbole de tous les hommes extraordinaires. Quelque parfaits qu’ils aient été, quelque effort qu’ils aient fait pour s’élever au-dessus de la condition humaine, il leur est toujours resté un endroit vulnérable & mortel ; & c’est toujours un Pâris, quelque âme vile, basse & lâche qui le découvre. »

La perfection est impossible et si elle se présente face à nous, nous pouvons être vigilant, ce n’est qu’une illusion de la perfection. Les peintres italiens du trecento et du quattrocento ont poussé les artifices du trompe l’oeil pour perdre l’oeil  à son plus haut degré : perspective, bleuissement des fonds, superposition de glacis, effets vaporeux, le sfumato, afin de rajouter du contraste avec le premier plan.
L’art ne sert ici qu’à tromper le regard.

Il ne nous reste que la perfection monétaire… Vu l’état des finances, cette perfection reste bien relative.

L’essentiel est bien d’être conscient de notre état et de travailler à l’améliorer sans cesse, sans aucune honte.
« Il est de la nature des êtres intelligents de sentir leurs imperfections : la nature a donc mis en nous la pudeur, c’est-à-dire la honte de nos imperfections. »
(Montesquieu – De l’Esprit des Lois – Livre XVI – Chapitre XII -De la Pudeur naturelle-Editions Garnier 1777)

N’ayons donc plus honte de nos imperfections !

Jacky Lavauzelle

 

CRONIN : CHANGEANTES PERFECTIONS (KALEIDOSCOPE, 1933)

KALEIDOSCOPE
Archibald-Joseph CRONIN

(CHAIRS VIVES – KALEIDOSCOPE IN”K”) 1933

 Changeantes
Perfections 

Une ville, un hôpital, une salle, une équipe, un microcosme, un roman. Nous sommes dans les années 30 à Dublin. Une journée avec l’équipe médicale et les malades de la salle K.

Nous regardons ce spectacle comme si nous ouvrions une fourmilière. Il y a des codes, des gestuelles précises, des non-dits, des dits. Nous sommes dans la fonction « Skopein » du kaléidoscope. Nous savons donc que les choses qui se présentent devant nous vont prendre des formes, des tons et des émotions différents. Ce sont ces images, « Eidos », qui bougent et reflètent des réalités changeantes, voire contraires. Des morceaux d’images. Un morcellement multiple et mouvant. Quant au beau, le « Kalos », il ne sera pas toujours présent.

UNE PLONGEE DANS UN KALEIDOSCOPE MEDICAL

C’est au cœur de la ville, au cœur de l’hôpital, que nous nous retrouvons. Dans la salle K, où un monde s’agite qui n’est pas tout à fait celui de la ville, ni tout à fait un autre. Nous resterons là, voyeur, à regarder ce monde pendant cette journée. Plongeons dans ce kaléidoscope médical.   

RIEN NE SE PASSE ICI !

Il semblerait que ce soit court. Y aura-t-il assez d’épaisseur afin de garantir l’attention du lecteur. L’infirmière de nuit qui ouvre et ferme le roman s’y laisse prendre avec son regard triste et blasé. Elle le dira en conclusion : «  Rien ne se passe ici ! Rien de rien ! »

Et pourtant, cette salle prend de l’épaisseur. D’abord par la pression de l’extérieur, par l’ensemble de la tension qui monte de la ville. Elle est là, toute proche, presque menaçante. La salle K se présente alors comme un refuge. Mais aussi comme une prison. Nous sommes déjà dans cette dualité, dans cette opposition, ce balancement. Les êtres se retrouvent là, blesser par ce monde extérieur, dans un armistice relatif. Il ne s’agit que d’une pause, une courte pause.  Mais ceux qui se donnent aux soins laissent aussi une partie de leur vie faite d’habitudes, de répétitions incessantes.

Et dans ce monde, celui de la salle K, il y a plusieurs mondes. Celui des malades, souvent présentés avec leur numéro. Ils sont d’abord des lits, des pathologies. Le numéro 10, Daisy Dean, une trapéziste blessée qui veut se reconvertir dans l’élevage de poulets, le numéro 13, Rose Griffin, vitriolée, qui ne supporte plus et veut en finir avec la vie,…Des numéros qui ne se suivent pas, avec un ordre bien à eux. Pour arriver au feu d’artifice du chapitre douze, ou les numéros sont passés en revue avec cet ordre bien particulier : 10, 9, 3, 5, 15, 12, 13, …

Tout semble si bien huilé, si parfait. L’ordre des lits, la numérotation des malades, la hiérarchie des infirmières, de la fille de salle, de l’infirmière, la surveillante, la hiérarchie des médecins, avec au-dessus le solennel Sir Walter Selby.

IL ETAIT LA PERFECTION MÊME

Cette perfection est personnifiée par Miss Fanshawe, l’héroïne du roman et le fil conducteur. Elle en est l’inspiratrice. Son entrée dans la salle K est théâtrale, elle règne. « L’attention au plus petit détail, cette perfection… il y avait une force qui les portait à cette perfection, un fluide puissant… Miss Fanshawe, fit son entrée en scène,  à huit heures trente précisément, majestueusement,  dans la salle K. »

D’autres ont une perfection perfectible. C’est le cas du brillant et élégant Freddy Preston. « Il était la perfection même. Il en était conscient. » Attiré par la perfection de la fraiche beauté de la jeune Doris Andross.

QUAND LE SOLEIL SE PARE DES OMBRES DE LA NUIT

Ce Freddy qui se place entre la lune, la nuit, la discipline, le travail, la tâche, la précision, la pureté, Fanny Fanshawe et le soleil, l’ardeur, la jeunesse, le charme ravageur, notre Mona Lisa de dix-neuf ans, Doris Andross.

Mais nous sommes dans un kaléidoscope où les choses changent. La lune devient solaire et le soleil se pare des ombres de la nuit.

La bascule est un des leviers majeurs dans la construction de ce roman de Cronin. Des effets de balanciers incessants, permanents.

UNE REVOLUTION AU COEUR DE LA SALLE K

Cronin détaillent minutieusement les scènes. La scène de l’opération de la tumeur où va s’opérer en quelques secondes la passation entre Sir Walter Selby et Barclay, l’abandon, la mise à la retraite du premier et la mise au premier plan du second. Quelques secondes pour un véritable coup d’état. Une véritable révolution au cœur de l’hôpital. Pour un moment d’hésitation, quelques incertitudes, un moment de doute, une erreur de diagnostic, ne pas prendre la bonne décision.  

Et que certains détails changent de couleurs, d’aspects. Ces petits changements font mouvoir les scènes. Comme l’amour de Fanny qui passe de Freddy Preston à Barclay. D’un amour fou du matin au lâcher prise du soir dans les bras de ce dernier. Quelques heures et le destin de notre surveillante passe du rouge au noir pour finir dans le blanc.

UN INCESSANT MOUVEMENT DE BALANCIER

Les idées de Fanny, au chapitre neuf, balancent perceptiblement. « Sa réflexion, mue dans un mouvement de balancier, se focalisait désormais sur ses angoisses, d’une manière très précise mais aussi de façon totalement anarchique. »

La scène de la fêlure à la théière du chapitre onze, sorte de madeleine, petit ancrage minuscule suivi d’une succession d’émotions intenses, la plonge ainsi dans son passé douloureux relatif au décès de son père.

Les choses vivent et les images renvoient des réalités si différentes. Au treizième chapitre, la masse obscure de la ville, le soir, sous un ciel rougeoyant, laisse apparaître des lumières des rues. Des magasins, des feux des voitures. Cette vie du dehors qui donne du jaune au noir et renvoie la blancheur de la salle à la noirceur et à la solitude des sentiments de Fanny.

Peut-être qu’il ne se passe rien, presque rien. Mais un rien qui dans ce balancement devient une totalité. De ce plein qui remplit le cœur de Fanny. Les lumières de la salle K sont éteintes. Mais le noir ne se fait pas. Les veilleuses dans la nuit indiquent la sortie.    

Jacky Lavauzelle

(Trad J Lavauzelle)

LES PLUS BELLES CHANSONS POLONAISES The best Polish songs – najpiękniejsze polskie piosenki

RANKING ARTGITATO
najpiękniejsze polskie piosenki

Pologne Poland
POLOGNE : LES PLUS BELLES CHANSONS

Najlepsze polskie piosenki
The best Polish songs

Polska Poland Pologne Les Plus Belles Chansons Best Songs najlepsze polskie piosenki

Czeslaw Spiewa
Maszynka Do Swierkania

*

Męskie Granie Orkiestra 2019
(Nosowska, Igo, Organek, Zalewski)

Sobie i Wam

Czeslaw Spiewa & Mela Koteluk
Piesn O Szczesciu








Budka Suflera
Jolka Jolka Pamiętasz…

*

Artur Rojek
Beksa

*

Hasiok & Maciej Maleńczuk
Synu

*

Raz, Dwa, Trzy

Trudno nie wierzyć w nic 

*

Czesław Śpiewa
Krucha Blondynka

*

Myslovitz
Chciałbym umrzeć z miłości

*

MAREK GRECHUTA
Dni ktorych nie znamy

*

Czesław Niemen
Dziwny jest ten świat

*

Dawid Podsiadlo

W Dobra Strone

*

Czesław Śpiewa
W Sam Raz








Jacek Kaczmarski
Mury

*

Czesław Spiewa
Wesoly Kapelusz

*

Mela Koteluk
Melodia Ulotna

*

Czesław Niemen
Wiem że nie wrócisz

*

Czesław Spiewa
 Mam Trzy Latka

*

Dawid Podsiadlo
Pastempomat

*

Wilki 
Baska

*

TSA
51








Tadeusz Woźniak
Zegarmistrz Światła Purpurowy

Perfect
Wszystko ma swój czas

*

Czesław Niemen
Wspomnienie

*

Grzegorz Ciechowski
Nie pytaj o Polskę

*

Budka Suflera
Jest taki samotny dom

*

Lombard
Przeżyj to sam

*

O.N.A. (Chylińska)
Kiedy powiem sobie dość

Kasia Popowska
Przyjdzie Taki Dzien

*

Artur Rojek
Syreny








Czesław Mozil
Pożycie małżeńskie

*

Ich Troje
Zawsze Z Toba Chcialbym Byc

*

Mela Koteluk
Wielkie Nieba

*

Jacek Kaczmarski
Nasza klasa

*

Yugopolis & Maciej Maleńczuk
Ostatnia nocka

Czerwone Gitary
Anna Maria (1968)

*

Skubas
Linoskoczek

*

Stan Borys
Jaskółka Uwięziona








Czesław Śpiewa
Pożegnanie Małego Wojownika

*

EDYTA GEPPERT
NIE ŻAŁUJĘ

*

DżeM
Sen o Victorii

*

Czesław Śpiewa
Żaba tonie w betonie

*

HAPPYSAD
Zanim pójdę

*

KULT
Baranek

Bednarek
Cisza
 

*

GrubSon
Na szczycie








PIERSI
Bałkanica

*

Pezet
Co mam powiedzieć

*

Czesław Śpiewa
Zanim Pójdę (Miłość)

*

Męskie Granie Orkiestra 2018
(Kortez, Podsiadło, Zalewski)

Początek

KANCELARIA
Zabiorę Cię właśnie tam








******************************

TRADUCTION DE TEXTES POLONAIS
Polskie
Francuskie tłumaczenie tekstów polskich

******************************