Archives par mot-clé : Paradis

À Quelqu’un au Paradis – Edgar Poe Poème – To One in Paradise

EDGAR POE POEME
LITTERATURE AMERICAINE

EDGAR POE POEME Traduction Jacky Lavauzelle*******

EDGAR POE POEME Poésie Traduction Jacky Lavauzelle Montage

EDGAR ALLAN POE
1809-1849




Traduction – Translation

TRADUCTION JACKY LAVAUZELLE

French and English text
texte bilingue français-anglais


****

EDGAR POE POEME

*********




 To One in Paradise
À Quelqu’un au Paradis

 **

*****

Edgar Poe Poème Trad Jacky Lavauzelle

**

Thou wast that all to me, love,
Amour, tu as été tout ce pour quoi
For which my soul did pine—
Mon âme a désiré ardemment –
A green isle in the sea, love,
Amour, une île verte au milieu de la mer,
A fountain and a shrine,
Une fontaine et un sanctuaire,
All wreathed with fairy fruits and flowers,
Couronnés de fruits et de fleurs féeriques,
And all the flowers were mine.
Et toutes les fleurs étaient miennes.

*

Ah, dream too bright to last!
Ah ! rêve trop brillant pour durer !
Ah, starry Hope! that didst arise
Ah ! Espoir étoilé ! qui est né
But to be overcast!
Que pour être recouvert !
A voice from out the Future cries,
Une voix pleure des tréfonds du Futur,
  “On! on!”—but o’er the Past
« Va ! va ! « – mais sur le Passé
 (Dim gulf!) my spirit hovering lies
(Sombre abîme !) Mon esprit planant devient
Mute, motionless, aghast!
Muet, immobile, atterré !

*

For, alas! alas! with me
Car, hélas! hélas! avec moi
The light of Life is o’er!
La lumière de Vie n’est plus !
No more—no more—no more—
N’est plus – n’est plus – n’est plus-
 (Such language holds the solemn sea
(Un tel langage tient la mer solennelle
 To the sands upon the shore)
Aux sables sur la rive)
  Shall bloom the thunder-blasted tree,
Ne fleurira plus l’arbre ravagé par la foudre,
Or the stricken eagle soar!
Ne s’envolera plus l’aigle abattu !

*

And all my days are trances,
Et tous mes jours sont des transes,
And all my nightly dreams
Et tous mes rêves nocturnes
Are where thy grey eye glances,
Suivent les feux de ton œil gris,
And where thy footstep gleams—
Là où ton pas brille …
In what ethereal dances,
Dans quelles danses éthérées,
By what eternal streams.
Par quels courants éternels.

***************

LES PERSONNAGES D’EDGAR POE
PAR
CHARLES BAUDELAIRE

Les personnages de Poe, ou plutôt le personnage de Poe, l’homme aux facultés suraiguës, l’homme aux nerfs relâchés, l’homme dont la volonté ardente et patiente jette un défi aux difficultés, celui dont le regard est tendu avec la roideur d’une épée sur des objets qui grandissent à mesure qu’il les regarde, — c’est Poe lui-même. — Et ses femmes, toutes lumineuses et malades, mourant de maux bizarres et parlant avec une voix qui ressemble à une musique, c’est encore lui ; ou du moins, par leurs aspirations étranges, par leur savoir, par leur mélancolie inguérissable, elles participent fortement de la nature de leur créateur. Quant à sa femme idéale, à sa Titanide, elle se révèle sous différents portraits éparpillés dans ses poésies trop peu nombreuses, portraits, ou plutôt manières de sentir la beauté, que le tempérament de l’auteur rapproche et confond dans une unité vague mais sensible, et où vit plus délicatement peut-être qu’ailleurs cet amour insatiable du Beau, qui est son grand titre, c’est-à-dire le résumé de ses titres à l’affection et au respect des poëtes.

Charles Baudelaire
Edgar Poe, sa vie et ses œuvres
1856
Histoires extraordinaires
Michel Lévy fr.
*********************************

EDGAR POE POEME 

Poésie Traduction Jacky Lavauzelle EDGAR ALLAN POE POEME

CE QUELQUE CHOSE QUI DONNE DE LA COULEUR AUX CHOSES – Kostas Karyotákis Όταν κατέβουμε τη σκάλα τι θα πούμε – Κώστας Καρυωτάκης

Poème de Kostas Karyotákis
Κώστας Καρυωτάκης
Gr
èce – Ελλάδα

***

Traduction Jacky Lavauzelle*******

**
Kostas Karyotákis poèmes
**

LITTERATURE GRECQUE
POESIE GRECQUE

Ελληνική λογοτεχνία
Ελληνική ποίηση

**

Kostas Karyotákis
Κώστας Καρυωτάκης

11 Νοεμβρίου 1896 – 21 Ιουλίου 1928
11 Novembre 1896 – 21 juillet 1928

Traduction Jacky Lavauzelle
Autoportrait ,1923,Αυτοπροσωπογραφία ,- Εσπέρου , Σύρου,1923

**

Traduction Jacky Lavauzelle


LES POEMES GRECS

 Όταν κατέβουμε τη σκάλα τι θα πούμε 

Ce quelque chose qui donne de la couleur aux choses

**

**

Traduction Jacky Lavauzelle
La colline de Pausilippe, Alexandre-Hyacinthe Dunouy

**

Όταν κατέβουμε τη σκάλα τι θα πούμε
En bas de l’escalier, que dirons-nous
στους ίσκιους που θα μας υποδεχτούνε,
aux ombres qui nous accueilleront,
αυστηροί, γνώριμοι, αόριστοι φίλοι,
amis austères, familiers et lointains,
μ’ ένα χαμόγελο στ’ ανύπαρκτά τους χείλη;
souriant sur de fictives lèvres ?

*

Τουλάχιστον δωπέρα είμαστε μόνοι.
Au moins, ici, nous sommes seuls.
Περνάει η μέρα μας, η άλλη ξημερώνει,
Le jour passe, un autre jour se lève,
και μες στα μάτια μας διατηρούμε ακόμα
et dans nos yeux, nous avons encore
κάτι που δίνει στο πράγμα χρώμα.
ce quelque chose qui donne de la couleur aux choses.

*

Αλλά εκεί κάτου τι να πούμε, πού να πάμε;
Mais là-bas, que dire ? que faire ?
Αναγκαστικά ένας τον άλλον θα κοιτάμε,
Nous nous regarderons sûrement,
με κομμένα τα χέρια στους αγκώνες,
avec les bras coupés jusqu’aux coudes,
ασάλευτοι σαν πρόσωπα σε εικόνες.
impassibles tels des visages sur des images.

*

Αν έρθει κανείς την πλάκα μας να χτυπήσει,
Si l’on vient sur notre sépulture,
θα φαντάζεται πως έχουμε ζήσει.
on s’imaginera que nous avons vécu.
Αν πάρει ένα τριαντάφυλλο ή αφήσει χάμου,
Et si l’on pose une rose,
το τριαντάφυλλο θα ‘ναι της άμμου.
la rose sera de sable.

*

ν ποτέ στα νύχια μας ανασηκωθούμε,
Et si jamais nous nous relevons,
 τις βίλες του Posilipo θα ιδούμε,
les villas du Pausilippe nous verrons,
Κύριε, Κύριε, και το τερραίν του Παραδείσου
Seigneur, Seigneur, où, sur le terrain du Paradis,
όπου θα παίζουν cricket οι οπαδοί Σου.
joueront au cricket tes charmants fidèles.

**********************

LA POESIE GRECQUE EN GRECE 

Le langage est ce qu’il y a en Grèce de plus antique. C’est un grand charme pour celui qui a voué un culte à l’antiquité grecque d’entendre parler grec autour de lui, de reconnaître dans les conversations d’un guide ou d’un marinier tel mot qu’il n’avait jusque-là rencontré que dans Homère. Il semble alors qu’on est réellement transporté dans la Grèce antique ; on est tenté de dire aux passans, comme Philoctète à ses compatriotes retrouvés dans Lemnos : je veux vous entendre, et de s’écrier comme lui, ô langage bien aimé ! Mais, pour se livrer à ce transport, il faudrait, dira-t-on, que ce langage fût celui des anciens Hellènes, et non pas un dérivé imparfait que défigure une prononciation bizarre. A cela on peut répondre : Quant à la prononciation, il n’y a pas de raison pour que les descendans de Périclès adoptent le système qu’un savant Hollandais a imaginé au XVIe siècle. Du reste la question est délicate et ne saurait être traitée ici. Qu’il suffise d’affirmer que plusieurs règles de prononciation, adoptées par les Grecs modernes, remontent à la plus haute antiquité, et que l’on trouve déjà dans le second siècle de notre ère des exemples de l’iotacisme, c’est-à-dire de ê, ei, oi, prononcés i, bien que l’iotacisme ne paraisse avoir été définitivement et complètement constituée qu’au Xe ou XIe siècle.

Dans le langage populaire de certaines parties de la Grèce, on retrouve quelques vestiges des dialectes qui y furent parlé autrefois. En général, les anciens dialectes grecs ont péri par suite de la conquête, qui les a éteints avec la vie locale des pays subjugués. Cependant ils n’ont pas disparu entièrement ; on retrouve des traces assez nombreuses du dialecte œolien dans la Béotie et la Phocide, et dans un canton montagneux du Péloponèse, la Tzaconie, le dialecte dorien s’est merveilleusement conservé un certain nombre de mots grecs oubliés par le temps ont été remplacés dans l’usage par une autre expression : ainsi, trecho, courir, au lieu de dremo ; au lieu d’artos, pain, psomi. Eh bien ! il arrive que le vieux mot grec oublié se retrouve dans un coin de la Grèce, par exemple dremo dans les villages du Parnasse…

Jean-Jacques Ampère
La poésie grecques en Grèce
Seconde Partie
Revue des Deux Mondes, tome 7, 1844

**********************************

MANUSCRIT « OPTIMISME »

DE Kostas Karyotákis 

Αισιοδοξία χειρόγραφο του Κώστα Καρυωτάκη

traduction Jacky Lavauzelle

***

*

Poème de Kostas Karyotákis
Κώστας Καρυωτάκης
Έλληνα ποιητή

************************************************

L’Enfant Malade Poème de Joseph von Eichendorff Das kranke Kind Eichendorff

La Poésie de Joseph von Eichendorff
die Poesie von Joseph von Eichendorff

Das Kranke Kind Eichendorff

Traduction – Texte Bilingue

Traduction Jacky Lavauzelle


LITTERATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Gedichte – Poèmes
Signature de Joseph von Eichendorff

 

Joseph von Eichendorff
 1788-1857

 Poésie de Joseph von Eichendorff Gedichte von Joseph von Eichendorff Poesie Artgitato

L’Enfant malade

Poème de Joseph von Eichendorff

Gedicht von Joseph von Eichendorff

Das kranke Kind

 

*
Das kranke Kind Eichendorff

*
Das Kranke Kind Eichendorff L'enfant malade Artgitato Elisabeth Jerichau-Baumann Andersen lisant à ses enfants 1862
 
Elisabeth Jerichau-Baumann
Andersen lisant à ses enfants – Détail -1862

****

Die Gegend lag so helle,
La terre rayonnait,
Die Sonne schien so warm,
Le soleil était si chaud,
Es sonnt sich auf der Schwelle
Se prélassait sur le seuil
Ein Kindlein krank und arm.
Un pauvre enfant malade.

*

Geputzt zum Sonntag heute
Aujourd’hui dimanche, pimpants,
Ziehn sie das Tal entlang,
Passaient les gens le long de la vallée,
Das Kind grüßt alle Leute,
L’enfant les salue tous,
Doch niemand sagt ihm Dank.
Mais tous l’ignorent.

*

Viel Kinder jauchzen ferne,
Beaucoup d’enfants crient au lointain,
So schön ist’s auf der Welt!
Que de douceur dans le monde !
Ging’ auch spazieren gerne,
Qu’il aimerait volontiers gambader aussi,
Doch müde stürzt’s im Feld.
Mais, fatigué, il tombe dans le champ.

*

« Ach Vater, liebe Mutter,
«Ah, père, ma chère mère,
Helft mir in meiner Not! -« 
 Aidez-moi dans ma détresse ! -« 
Du armes Kind! die ruhen
Pauvre enfant ! Ils reposent
Ja unterm Grase tot.
morts sous l’herbe.

*

Und so im Gras alleine
Et sur l’herbe, seul ainsi
Das kranke Kindlein blieb,
L’enfant malade demeure,
Frug keiner, was es weine,
Pas un pour sécher ses pleurs,
Hat jeder seins nur lieb.
Chacun n’aime que ses proches.

*

Die Abendglocken klangen
Les cloches du soir sonnaient,
Schon durch die stille Welt,
Même à travers le monde silencieux
Die Engel Gottes sangen
Les anges de Dieu chantaient
Und gingen übers Feld.
En traversant le pays.

*

Und als die Nacht gekommen
Et quand la nuit vint
Und alles das Kind verließ,
Et que tous avaient oublié l’enfant,
Sie haben’s mitgenommen,
Les anges le portèrent ;
Nun spielt’s im Paradies.
Il joue maintenant au Paradis.

 

******
Das kranke Kind Eichendorff

Poésie de Joseph von Eichendorff Gedichte von Joseph von Eichendorff Poesie Artgitato

MONUMENT A FERDOWSÎ – MONUMENTO A FERDOUSI – VILLA BORGHESE

ROME – ROMA
Monumento a Petar II Petrovic Niegoš
Ferdowsî – ferdowsi
LA VILLA BORGHESE

Armoirie de Rome

 Photos  Jacky Lavauzelle

——-

Flag_of_Lazio


La Villa Borghèse
Villa Borghèse

Abū-l-Qāsim Manṣūr ibn Ḥasan al-Ṭūṣī
أبو القاسم منصور بن حسن طوسی
Ferdowsî
Monumento a Ferdousi
940- vers 1020

Poète Persan

VIE DE FIRDOUSI
Abou’l Kasim Firdousi

ornementation de Paul Zenker
Le Livre de Feridoun et de Minoutchehr
Traduction par Jules Mohl
H. Piazza – L’édition d’art, 1923 (pp. XIII-XXVII).

« ABOU’LKASIM MANSOUR, appelé Firdousi, naquit à Schadab, bourg des environs de Thous. Aucun auteur ne mentionne l’année de sa naissance, mais les passages du Livre des Rois où le poëte parle de son âge portent à croire qu’il serait né en 329 de l’hégire.
Son père s’appelait Maulana Ahmed, fils de Maulana Fakhr-eddin al-Firdousi : il était d’une famille de Dihkans et propriétaire d’une terre située sur le bord d’un canal dérivé de la rivière de Thous. Il donna à son fils une éducation savante, car Firdousi était non seulement assez versé dans la langue arabe pour que ses poésies arabes excitassent l’admiration des beaux esprits de la cour de Bagdad, mais encore il savait le pehlewi, langue dont la connaissance dans les provinces orientales de la Perse était dès lors fort rare.
On sait peu de chose sur l’enfance du poëte, si ce n’est qu’il avait des habitudes studieuses et retirées ; son plus grand plaisir était de s’asseoir sur le bord d’un canal d’irrigation qui passait devant la maison de son père. Or, souvent la digue qui était établie dans la rivière de Thous pour faire affluer Veau dans le canal, et qui n’était bâtie qu’en fascines et en terre, était emportée par les grandes eaux, de sorte que le canal demeurait à sec : l’enfant se désolait et ne cessait de souhaiter que la digue fût construite en pierre et en mortier, se doutant peu que ce souhait influerait puissamment sur sa destinée et, grâce à lui, pourrait s’accomplir, mais seulement après sa mort.
À part cela, on ne sait rien de la vie de Firdousi jusqu’à son âge mûr, si ce n’est qu’il se maria, sans doute avant l’âge de vingt-huit ans, car il perdit son fils unique âgé de trente-sept ans, lorsqu’il était lui-même dans sa soixante-cinquième année. »

MONUMENT A FERDOWSÎ - MONUMENTO A FERDOVSI - VILLA BORGHESE artgitato Rome Roma 1

VIE DE FIRDOUSI
Abou’l Kasim Firdousi
ornementation de Paul Zenker
Le Livre de Feridoun et de Minoutchehr
Traduction par Jules Mohl
H. Piazza – L’édition d’art, 1923 (pp. XIII-XXVII)

« Il commença son grand travail à l’âge de trente-six ans. Il travaillait au commencement en secret, parce qu’il cherchait un patron à qui il pût dédier son ouvrage et qui fût en état de le récompenser. Mais lorsqu’on sut, dans la ville de Thous, de quoi il s’occupait, tout le monde voulut entendre les parties du poème qu’il avait déjà composées. Abou-Mansour, le gouverneur de la province, lui demanda de les réciter en sa présence, les admira et pourvut dès ce moment à tous les besoins du poêle, ce qui paraît indiquer que son patrimoine était ou épuisé ou insignifiant. Firdousi se montra reconnaissant des bienfaits qu’il avait reçus d’Abou-Mansour : il les a rappelés dans sa préface, écrite après la mort de son protecteur. On ne sait pas exactement quelles sont les parties du livre qu’il a mises en vers pendant cette époque de sa vie, car il ne paraît pas avoir suivi l’ordre chronologique dans son travail ; mais un des derniers épisodes qu’il doit avoir composés à Thous est sans doute l’histoire de Siawusch qu’il termina dans la cinquante-huitième année de sa vie. C’est l’année même où Mahmoud succéda à son père (387 de l’hégire) ; mais le poëte ne le connaissait pas encore car il ne prononce pas le nom de Mahmoud à cette occasion.« 

MONUMENT A FERDOWSÎ - MONUMENTO A FERDOVSI - VILLA BORGHESE artgitato Rome Roma 2

VIE DE FIRDOUSI
Abou’l Kasim Firdousi
ornementation de Paul Zenker
Le Livre de Feridoun et de Minoutchehr
Traduction par Jules Mohl
H. Piazza – L’édition d’art, 1923 (pp. XIII-XXVII)

C’était l’époque brillante de sa vie : il avait conquis la faveur du prince le plus magnifique de son temps, tous les matériaux que Mahmoud avait réunis étaient à sa disposition, et le moyen de réaliser le rêve de toute sa vie, l’achèvement de sa grande entreprise, se trouvait entre ses mains. Ce fut pour lui une véritable ivresse de bonheur dont on trouve l’écho dans Véloge de Mahmoud placé dans F introduction du Livre des Rois. Le sultan lui remit le Seïr-al-Molouk et lui fit préparer un appartement attenant au palais et qui avait une porte de communication avec son jardin privé. Les murs de son appartement furent couverts de peintures représentant des armes de toute espèce, des chevaux, des éléphants, des dromadaires et des tigres, des portraits de rois et de héros. Il avait en outre pourvu à ce que personne ne put interrompre le poëte dans son travail, en défendant la porte à tout le monde, à l’exception de son ami Ayaz et d’un esclave chargé du service domestique. Protecteur éclairé, il professait pour lui une admiration passionnée et se plaisait à dire qu’il avait souvent entendu ces mêmes histoires, mais que la poésie de Firdousi les rendait comme neuves et qu’elle inspirait aux auditeurs de l’éloquence, de la bravoure et de la pitié.
Les épisodes du poëme avaient été lus au roi à mesure que le conteur les achevait, et la récitation en était accompagnée de musique et de danse. On trouve dans un des plus anciens manuscrits du Livre des Rois un dessin intéressant qui représente Firdousi déclamant des vers devant le sultan. Le poëte est assis sur un coussin et devant lui est placé son manuscrit sur une espèce de pupitre. En face de lui se tiennent des musiciens qui raccompagnent et des danseuses qui, se conformant au rythme de la musique, s’inclinent à droite et à gauche.
Mahmoud ordonna à Khodjah Hasan Meïmendi de payer au poêle mille pièces d’or pour chaque millier de distiques ; mais Firdousi demanda à ne recevoir qu’à la fin du poëme la somme totale qui lui serait due, dans Vintention d’accumuler un capital suffisant pour pouvoir bâtir la digue dont il avait tant désiré la construction dans son enfance.
Il était alors dans la première vogue de la faveur, et ne pensait pas qu’elle put changer, ne soupçonnant pas les haines de toute espèce dont il allait être l’objet. Le bienveillant accueil que lui avaient réservé les personnes les plus considérables de la cour n’avait point tardé, en effet, à exciter la jalousie de Hasan Meïmendi qui bientôt commença à refuser au poëte tout ce qu’il demandait, en sorte qu’il était réduit à se plaindre de manquer de pain, alors qu’il consacrait tout son temps au travail ordonné par le sultan. Il semble avoir eu à lutter presque continuellement contre le besoin ; ses plaintes sur la vie qu’il menait à la cour sont des plus amères.
Cependant sa gloire s’étendait rapidement ; à peine un épisode de son poëme était-il achevé que des copies s’en répandaient dans toute la Perse, et les plus généreux parmi les princes qui les recevaient, envoyaient en retour des présents à Fauteur. Mais ces ressources accidentelles ne l’enrichissaient pas, car comptant sur la promesse de Mahmoud il dépensait à mesure et n’amassait point. Quelques-uns de ces témoignages de sympathie fournirent même un nouvel aliment aux haines auxquelles il était exposé. Ainsi une copie de l’épisode de Rustem et d’Isfendiar ayant été apportée à Rustem, fils de Fakhr-al-daulet le Dilémite, celui-ci donna au porteur cinq cents pièces d’or et envoya le double de cette somme au poëte, l’invitant en outre à venir chez lui où il lui promettait la plus gracieuse réception. Hasan Meïmendi ne manqua pas de faire à Firdousi un crime d’avoir accepté cette faveur d’un prince dont Mahmoud était l’ennemi politique et religieux.
De leur côté, poètes et scribes, jaloux de Firdousi, discutaient, dans les assemblées du sultan, le mérite de son œuvre, allant jusqu’à prétendre qu’il était entièrement dû à l’intérêt des sources, et nullement à son talent poétique. Ses amis le défendaient, et, après une de ces discussions, le sultan et ses familiers convinrent de lui donner un épisode qu’il mettrait en vers le jour même, de façon à ce qu’on pût voir, par la comparaison de sa composition avec l’original, ce qui appartenait au mérite de l’exécution. On choisit l’histoire du combat de Rustem avec Aschkebous Keschani. Firdousi rédigea, le jour même, sa version poétique, telle qu’on la trouve dans le Livre des Rois, la lut devant le sultan, et excita l’étonnement et l’admiration de tous.
Au milieu de ces ennuis, de ces embarras et de ces afflictions, auxquelles la mort de son fils joignit une cuisante douleur, Firdousi passa à peu près douze ans à la cour et y acheva son ouvrage. Il le fit présenter à Mahmoud par Ayaz et le souverain ordonna à Hasan Meïmendi d’envoyer au poète autant d’or qu’un éléphant en pourrait porter ; mais Hasan persuada à son maître que c’était trop de générosité et qu’une charge d’argent suffirait. Il fit mettre soixante mille direms d’argent dans des sacs et les fil porter à Firdousi par Ayaz. Le poêle était, dans ce moment, dans son bain; quand il en sortit, ne doutant pas que ce fut de l’or, il reçut le présent avec grande joie ; mais s’étant aperçu de son erreur, il entra dans une violente colère et dit à Ayaz que ce n’était pas là ce que le roi avait ordonné de faire ; Ayaz lui conta tout ce qui s’était passé entre Mahmoud et Hasan. Firdousi lui donna alors vingt mille pièces et autant au baigneur ; puis il prit chez un marchand qui se tenait à la porte du bain un verre de fouka (espèce de bière), le but et le paya avec les vingt mille pièces qui lui restaient, en disant à Ayaz de retourner chez le sultan et de lui dire que ce n’était pas pour gagner de l’argent et de l’or qu’il s’était donné tant de peine.
Ayaz rapporta les paroles du poëte à Mahmoud qui reprocha à Hasan de lui avoir fait commettre une injustice. Hasan répondit que tout présent du roi, que ce fut une pièce d’argent ou cent mille, devait être également bien reçu ; et que s’il donnait une poignée de poussière, on devrait la placer sur ses yeux comme un collyre. Il réussit à détourner sur Firdousi la colère du sultan, de sorte que Mahmoud déclara que le lendemain matin il ferait jeter le poëte sous les pieds des éléphants.
Le condamné fut tôt informé de ce qui était advenu et il passa la nuit dans l’anxiété. Le lendemain matin il se rendit dans le jardin particulier que Mahmoud devait traverser pour se rendre à un pavillon où il avait l’habitude de faire ses ablutions : là, il se jeta aux pieds du prince, déclarant que ses ennemis l’avaient calomnié et qu’il avait manqué de respect au sultan en refusant son présent. Il réussit à apaiser la colère royale, mais ne pardonnant pas au sultan la manière dont il avait été traité, il se détermina sur-le-champ à quitter Ghaznin. Rentré chez lui, il prit les brouillons de quelques milliers de vers qui n’étaient pas encore copiés et les jeta au feu; puis, s’étant rendu à la grande mosquée de Ghaznin, il écrivit sur le mur, à l’endroit où son ancien protecteur avait l’habitude de se placer, les deux distiques suivants :
« La cour fortunée de Mahmoud, roi de Zaboulistan, est comme une mer. Quelle mer ! on n’en voit pas le rivage. Quand j’y plongeais sans y trouver de perles, c’était la faute de mon étoile et non celle de la mer. »
Ensuite il donna à Ayaz un papier scellé, le pria de le remettre au sultan après un délai de vingt jours, l’embrassa et partit, un bâton à la main et couvert d’un manteau de derwisch. Vingt jours après, Ayaz remit la lettre qui lui avait été confiée au sultan qui, au lieu du placet qu’il pensait y trouver, lut une satire cinglante dont il fut longtemps parlé.
Mahmoud entra en fureur à cette lecture et envoya des hommes à pied et à cheval à la poursuite du fugitif, en promettant cinquante mille dinars à celui qui le ramènerait ; mais celui-ci avait une trop grande avance et F on ne réussit pas à le rejoindre.
Il s’était d’abord dirigé vers le Mazenderan, province qui était alors sous l’autorité de Kabous, prince du Djordan, il commença à y corriger le Livre des Rois et y composa en plus une pièce de vers en l’honneur de Kabous qui, sollicité par le poëte de l’autoriser à lui présenter son ouvrage, avait promis de pourvoir à tous ses besoins. Mais, ayant appris dans quelles conditions son hôte avait quitté Ghaznin, le prince se trouva fort embarrassé. Les considérations politiques l’emportèrent dans son esprit : il fit au poëte un magnifique présent mais le pria de choisir un autre séjour.
Firdousi se rendit à Baghdad. Il n’y connaissait personne et resta quelques jours dans la solitude jusqu’à ce qu’un marchand lui offrit sa maison, le consolant et lui faisant espérer du repos puisqu’il était arrivé « à l’ombre du maître des croyants. » Le vizir ou khalife, que connaissait ce marchand, s’intéressa au poëte errant, le recueillit chez lui et conta son histoire au khalife Kader-billah. Celui-ci, à son tour, voulut voir Firdousi qui lui remit un poëme en mille distiques en son honneur. Le Khalife le traita avec beaucoup de bonté, quoiqu’il trouvât mal qu’un croyant eût composé un ouvrage en l’honneur des anciens rois de Perse et des adorateurs du feu. Le coupable, pour faire oublier sa faute, se crut obligé d’écrire un nouveau poëme sur un thème emprunté au Koran ; il choisit Iousouf et Zouleïkha, et eut bientôt achevé ce nouvel ouvrage qui contenait neuf mille distiques en persan, composés dans le même mètre que le Livre des Rois.
Mahmoud avait cependant reçu la nouvelle de l’accueil fait au poëte à Baghdad. Il adressa au khalife une lettre menaçante pour demander que le fugitif lui fût livré. Cette demande décida probablement Firdousi à partir pour Ahivaz, capitale de la province d’Irak-Adjemi, et il dédia au gouverneur de cette province son poëme de Iousouf et Zouleïkha. De là, il se rendit dans le Kouhistan, dont le gouverneur, Nasir-Lek, lui était très dévoué. Nasir-Lek alla solennellement à sa rencontre et le reçut très gracieusement. Le voyageur lui confia qu’il allait écrire un livre pour éterniser le souvenir de son sort et de l’injustice du sultan ; mais Nasir, qui était ami de Mahmoud, l’en dissuada ; il lui donna cent mille pièces d’’argent en le conjurant de ne plus écrire, ni parler ou faire parler contre le sultan. Firdousi finit par lui livrer ce qu’il avait déjà rédigé, en lui permettant de le détruire, et composa une pièce de vers dans laquelle il déclara que son intention avait été de flétrir le nom, de ses ennemis, mais qu’il y renonçait sur la demande de son protecteur, et qu’il remettait son sort entre les mains de Dieu. Nasir-Lek adressa alors une lettre à Mahmoud dans laquelle il lui reprocha ses torts envers le poète disgracié, justifiant ainsi la satire que lui avaient inspiré les indignités qu’il avait subies.
Le messager qui portait cette lettre à Ghaznin y serait arrivé le jour même où, le sultan venait de lire, sur le mur de la mosquée, les deux distiques que Firdousi y avait écrits avant son départ. Mahmoud, déjà ébranlé par ces vers, le fut encore davantage par le message de Nasir-Lek. Les amis que le poëte avait laissés à Ghaznin saisirent cette occasion pour représenter au sultan tout le tort qu’il se faisait par cette persécution, dont ses ennemis ne manque- raient pas de se servir pour flétrir sa mémoire. Ils parvinrent à provoquer une telle colère du maître contre Hasan Meïmendi qu’incontinent il condamna à mort le courtisan qui avait abusé de sa bonne foi.
Firdousi, soit qu’il eût appris le changement des sentiments du sultan à son égard, soit que, bravant les risques qu’il courait, il eût voulu revoir son pays natal, avait regagné Thous. Mais, un jour, en passant par le bazar, il rencontra un enfant qui chantait les vers suivants de sa satire :
« Si le père du roi avait été un roi, son fils aurait mis sur ma tête une couronne d’or. »
Le vieillard en fut saisi, poussa un cri et s’évanouit. On le rapporta dans sa maison où il mourut, l’an 411 de l’hégire ; il était âgé de quatre-vingt-trois ans, et avait depuis onze ans achevé son ouvrage.
On l’enterra dans un jardin ; mais Abou’lkasim Gonrgani, principal scheikh de Thous, refusa de lire les prières sur sa tombe, en alléguant que le poëte avait abandonné la bonne voie et consacré son temps à parler des mécréants et des adorateurs du feu. La nuit suivante, il eut pourtant un rêve dans lequel il vit Firdousi au Paradis, vêtu d^une robe verte et portant sur la tête une couronne d’émeraudes. Il en demanda la raison à l’ange Rithwan et l’ange lui récita un tétrastique du Livre des Rois qui avait fait admettre le poëte. Après son réveil, le scheikh se rendit sur sa tombe et y prononça les prières.

SUR LA RIVIERA Chanson de Marcel Bertal & Emile Ronn et Léo Daniderff

SELECTION ARTGITATO

CHANSON FRANCAISE
SUR LA RIVIERA CHANSON


 Paroles de Marcel Bertal & Ronn
Musique de Léo Daniderff

 
SUR LA RIVIERA

Paroles de Marcel Bertal (1882-1953) & Emile Ronn (18xx-1935)
Musique de Léo Daniderff (1878-1943)
 

PREMIER COUPLET
Nice est en folie,
C’est le soir du carnaval ;
Les femmes jolies
Au bras des galants se pressent vers le bal.
Mais parmi les masques
Passe un joli domino,
Un Pierrot fantasque
Lui soupire quelques mots.
C’est si doux d’écouter ce qu’il dit
Que la danse aussitôt le suit

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise embaumée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont plus doux, plus tendres les serments
C’est l’amour qui vous berce
En chantant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

SECOND COUPLET
Puis au clair de lune
Le Pierrot parla d’amour
Si bien que la brune
Laissa retirer son masque de velours
Ah ! Je vous adore
Fit-il, ce soir c’est permis !
Et jusqu’à l’aurore
Ce fut un vrai paradis
Demain dit-elle en le quittant
Ici-même je vous attends !

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise embaumée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont plus doux, plus tendres les serments
C’est l’amour qui vous berce
En chantant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

TROISIEME COUPLET
Le Pierrot si tendre
Ne vint jamais la revoir
Et lasse d’attendre
Elle dit : pourquoi ne m’aime-t-il qu’un soir ?
Ses douces paroles
Pour toujours ont pris mon cœur
Ah ! Que j’étais folle
De croire à tant de bonheur !
Comme lui l’amour s’est déguisé
C’est fini le rêve c’est brisé !

REFRAIN
Sur les bords de la Riviera
Où murmure une brise attristée
Chaque femme a rêvé là-bas
D’être belle et toujours adorée
Dans le bleu jusqu’au firmament
Les violons jettent leur mélopée
Tous les mots sont cruels et menteurs les serments
C’est l’amour qui s’éloigne
En pleurant tout bas
Là-bas près de la Riviera !

Sur la Riviera Chanson de Bertal & Ronn et Léo Daniderfp

THE UNAPPEASABLE HOST Poem Yeats Texte & Traduction du poème de Yeats – L’IMPLACABLE HÔTE

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939

[The Wind Among the Reeds
1899]


THE UNAPPEASABLE HOST
poem
L’IMPLACABLE HÔTE
poème

THE UNAPPEASABLE HOST Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais L'IMPLACABLE HÔTE

 

————————–

The Danaan children laugh, in cradles of wrought gold,
Les enfants des dieux grecs rient dans des berceaux d’or forgé,
And clap their hands together, and half close their eyes,
Et frappent leurs mains ensemble, et à moitié ferment leurs yeux,
For they will ride the North when the ger-eagle flies,
Car ils chevaucheront vers le Nord quand les faucons voleront,
With heavy whitening wings, and a heart fallen cold:
Avec des lourdes ailes blanchies, et un cœur devenu glacial :
I kiss my wailing child and press it to my breast,
Je baise mon enfant en pleurs et l’appuie contre ma poitrine,
And hear the narrow graves calling my child and me.
Et j’entends les tombes étroites nous appelant mon enfant et moi.
Desolate winds that cry over the wandering sea;
Vents désolées qui pleurent sur la mer instable ;
Desolate winds that hover in the flaming West;
Vents désolées qui planent dans l’Ouest flamboyant ;
Desolate winds that beat the doors of Heaven, and beat
Vents désolées qui frappent aux portes du Ciel, et frappent
The doors of Hell and blow there many a whimpering ghost;
Aux portes de l’Enfer et soufflent un fantôme gémissant;
O heart the winds have shaken, the unappeasable host
Ô cœur que les vents ont ébranlél’implacable hôte 
Is comelier than candles at Mother Mary’s feet.
est plus superbe que les bougies aux pieds de la Vierge Marie.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

 The Unappeasable Host poem Yeats