Archives par mot-clé : papillon

DANS LA VIGNE – Poème de Eduard MÖRIKE – IM WEINBERG

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

*

Mörike
____________________

Traduction Jacky Lavauzelle

__________________


LITTÉRATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Gedichte – Poèmes

EDUARD MÖRIKE

8. September 1804  Ludwigsburg- 4. Juni 1875 Stuttgart
8 septembre 1804 – 4 juin 1875

__________________

IM WEINBERG
DANS LA VIGNE
__________________

********


Droben im Weinberg, unter dem blühenden Kirschbaum saß ich
Dans le vignoble, j’étais assis sous le cerisier en fleurs
Heut, einsam in Gedanken vertieft; es ruhte das Neue
Aujourd’hui, solitaire dans mes pensées ; avec le Nouveau
Testament halboffen mir zwischen den Fingern im Schoße,
Testament ouvert à moitié entre les doigts, sur mes genoux,
Klein und zierlich gebunden: (es kam vom treuesten Herzen –
Avec une petite et délicate reliure : (elle venait de ton cœur si fidèle –
Ach! du ruhest nun auch, mir unvergessen, im Grabe!)
Hélas ! tu reposes maintenant, inoubliable, dans la tombe !)
Lang so saß ich und blickte nicht auf; mit einem da läßt sich
Je suis resté assis longtemps sans jamais lever les yeux ; c’est alors
Mir ein Schmetterling nieder aufs Buch, er hebet und senket
Que se posa un papillon sur mon livre, soulevant et abaissant
Dunkele Flügel mit schillerndem Blau, er dreht sich und wandelt
Ses sombres ailes d’un bleu irisé, se tournant et marchant
Hin und her auf dem Rande. Was suchst du, reizender Sylphe?
D’avant en arrière sur le bord. Que cherches-tu, belle Sylphe ?
Lockte die purpurne Decke dich an, der glänzende Goldschnitt?
La couverture pourpre t’a-t-elle attirée, avec ses imprimés en or brillant ?
Sahst du, getäuscht, im Büchlein die herrlichste Wunderblume?
As-tu vu une fleur miraculeuse la plus merveilleuse à travers ce livre ?
Oder zogen geheim dich himmlische Kräfte hernieder
Ou secrètement as-tu succombé aux pouvoirs célestes
Des lebendigen Worts? Ich muß so glauben, denn immer
De cette vivante parole ? Je dois bien le croire, car, toujours,
Weilest du noch, wie gebannt, und scheinst wie trunken, ich staune!
Tu sembles si envoûtée et ivre, que j’en suis étonné !
Aber von nun an bist du auf alle Tage gesegnet!
Mais à partir de maintenant, tu es bénie pour tous les jours !
Unverletzlich dein Leib, und es altern dir nimmer die Schwingen;
Ton corps est inviolable et tes ailes ne vieilliront plus jamais ;
Ja, wohin du künftig die zarten Füße wirst setzen,
Oui, où tu mettras tes pieds tendres à l’avenir,
Tauet Segen von dir. Jetzt eile hinunter zum Garten,
Tu parsèmeras tes bénédictions. Dépêche-toi maintenant au jardin,
Welchen das beste der Mädchen besucht am frühesten Morgen,
Quand la meilleure des jeunes filles le visite dès la première heure,
Eile zur Lilie du – alsbald wird die Knospe sich öffnen
Vole vers le lis – alors le bourgeon s’ouvrira
Unter dir; dann küsse sie tief in den Busen: von Stund an
Sous toi ; puis tu l’embrasseras profondément dans sa poitrine : qui, dès cet instant,
Göttlich befruchtet, atmet sie Geist und himmlisches Leben.
Sera divinement fécondé, il respirera l’esprit et la vie céleste.
Wenn die Gute nun kommt, vor den hohen Stengel getreten,
Maintenant, quand la chère enfant arrivera, debout devant la grande tige,
Steht sie befangen, entzückt von paradiesischer Nähe,
Elle sera surprise et enchantée par cet environnement paradisiaque,
Ahnungsvoll in den Kelch die liebliche Seele versenkend.
Avec de lourds pressentiments, elle plongera sa belle âme dans le calice.


*******************

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.





**************************

PAPILLON EN AVRIL – Poème de MÖRIKE – ZITRONENFALTER IM APRIL

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

*

Mörike
____________________

Traduction Jacky Lavauzelle

__________________


LITTÉRATURE ALLEMANDE
Deutsch Literatur

Gedichte – Poèmes

EDUARD MÖRIKE

8. September 1804  Ludwigsburg- 4. Juni 1875 Stuttgart
8 septembre 1804 – 4 juin 1875

__________________

Zitronenfalter im April
PAPILLON EN AVRIL
__________________

_______________

Note
Zitonenfalter
en français un Citron (papillon)
ou Limon ou Piéride du Nerprun
(Gonepteryx rhamni)
est un papillon de la famille des Pieridae.
(en anglais common brimstone)

________________


Grausame Frühlingssonne,
Cruel soleil de printemps,
Du weckst mich vor der Zeit,
Tu me réveilles bien trop tôt,
Dem nur im Maienwonne
Les plaisirs de Mai seuls
Die zarte Kost gedeiht!
M’offrent un régime délicat !
Ist nicht ein liebes Mädchen hier,
Si aucune douce fille ici,
Das auf der Rosenlippe mir
Sur sa lèvre rose, ne m’apporte
Ein Tröpfchen Honig beut,
Une seule goutte de miel,
So muss ich jämmerlich vergehn
Je disparaîtrai pitoyablement
Und wird der Mai mich nimmer sehn
Et je ne me reverrai plus jamais en mai
In meinem gelben Kleid.
Dans ma robe jaune.



_______________________

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Symbole-Artgitato-6.jpg.

KHUTA IREMADZE – ხუტა ირემაძე – LES COULEURS DE LA VOLUPTE

      *****
ხუტა ირემაძე
KHUTA IREMADZE
TBILISSI –  ნარიყალა

*

KHUTA IREMADZE - ხუტა ირემაძე - PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა
Géorgie
საქართველო

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

PHOTO JACKY LAVAUZELLE

KHUTA IREMADZE - ხუტა ირემაძე -- PEINTRE GEORGIEN -TBILISSI - ნარიყალა

____________________________________________________________


ARTISTE GEORGIEN
ქართველი მხატვარი
[kartveli mkhat’vari]

ხუტა ირემაძე
KHUTA IREMADZE
1952-2003

LES COULEURS DE LA VOLUPTE


____________________________________________________________

****

En regardant les toiles de Khuta nous pensons à ce poème de Lacaussade paru dans Les Salaziennes : Le Papillon. Et si nous ne ressentons pas les parfums de la volupté, nous voyons les couleurs de cette volupté.

Jeune et beau papillon, dont les ailes dorées
Réfléchissent du ciel les couleurs azurées,
Qui passes dans les airs comme un souffle animé,
Qui disputes les fleurs aux baisers du zéphyre
Et quand du jour mourant le crépuscule expire,
Dors sur leur calice embaumé ;

Si tu vois mes amours, comme à la fleur éclose,
N’offre pas ton hommage à ses lèvres de rose ;
Cette erreur est permise à ton œil enchanté ;
Mais je serais jaloux de ton bonheur suprême :
Je veux seul respirer sur la bouche que j’aime
Les parfums de la volupté.

Auguste Lacaussade
Les Salaziennes
Le Papillon

****

Femme Orientale – 2000 – Khuta Iremadze

აღმოსავლეთია ქალი
Aghmosavletia Kali
FEMME ORIENTALE
ORIENTAL WOMEN
2000

 ტილო ზეთი
T’ilo zeti
Huile sur toile
Oil on Canvas
ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilissi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

Femme Orientale – 2000 – Khuta Iremadze – détail

   ***

Nature morte – Khuta Iremadze – 1995

ნატურმორტი
Naturmorti
NATURE MORTE
Still life
1995

 ტილო ზეთი
T’ilo zeti
Huile sur toile
Oil on Canvas
ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilissi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

Nature morte – Khuta Iremadze – 1995 – Détail

 ****

Nature Morte – Khuta Iremadze – 1984

ნატურმორტი
Naturmorti
NATURE MORTE
Still life
1984

 ტილო ზეთი
T’ilo zeti
Huile sur toile
Oil on Canvas
ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilissi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

Nature Morte – 1984 – Khuta Iremadze – Détail

****

Printemps – Khuta Iremadze – 2000

გაზაფხულზე
Gazapkhulze
PRINTEMPS
Spring
2000

 ტილო ზეთი
T’ilo zeti
Huile sur toile
Oil on Canvas
ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilissi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

Printemps – Khuta Iremadze – 2000 – Détail

****

მსახიობი ქალი
Msathiodi Kali
ACTRICE
ACTRESS
1996

 ტილო ზეთი
T’ilo zeti
Huile sur toile
Oil on Canvas
ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilissi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

****

Papillon -1996 Khuta Iremadze

 პეპელა
Pepela
PAPILLON
BUTTERFLY
1996

 ტილო ზეთი
T’ilo zeti
Huile sur toile
Oil on Canvas
ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilissi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

 

Papillon -1996 –  Khuta Iremadze – Détail

****

Repos – 1996 -Khuta Iremadze

დასვენება
Dasveneba
REPOS
REST
1996

 ტილო ზეთი
T’ilo zeti
Huile sur toile
Oil on Canvas
ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilissi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

Repos – Khuta Iremadze – 1995 – Détail

****

Leila – Khuta Iremadze – 2000

 ლეილა
LEILA
2000

 ტილო ზეთი
T’ilo zeti
Huile sur toile
Oil on Canvas
ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilissi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

Leila – 2000 – Khuta Iremadze – Détail

****

Modèle – Khuta Iremadze – 2001

 მოდელი
Modeli
MODELE
MODEL
2001

 ტილო ზეთი
T’ilo zeti
Huile sur toile
Oil on Canvas
ქართული სახვითი ხელოვნების მუზეუმი
Au Musée géorgien des Beaux-arts
Georgian Museum of Fine Arts
7 Shota Rustaveli Ave, Tbilissi
7 შოთა რუსთაველის გამზირი, თბილისი

Modèle – Khuta Iremadze – Détail

*****
ხუტა ირემაძე
KHUTA IREMADZE
TBILISSI –  ნარიყალა*

KHUTA IREMADZE - ხუტა ირემაძე - PEINTRE GEORGIEN TBILISSI - ნარიყალა
Géorgie
საქართველო

GEORGIE – DECOUVERTE DE LA GEORGIE – საქართველოს აღმოჩენა

**

TWO YEARS LATER Yeats Texte & Traduction DEUX ANS PLUS TARD

William Butler Yeats
English literature
English poetry
Littérature Anglaise – Poésie Anglaise
 

YEATS
1865-1939
Responsibilities [1914]
II
TWO YEARS LATER
Deux ans plus tard

Two Years Later Yeats Traduction Artgitato & Texte anglais Deux Ans plus tard

 

————————–

Has no one said those daring
Est-ce que personne ne t’a dit que ces audacieux
Kind eyes should be more learn’d?
Bons yeux devraient être plus avisés ?
Or warned you how despairing
Ou t’avertir comme désespèrent
The moths are when they are burned?
Les papillons quand ils se brûlent ?
I could have warned you; but you are young,
J’aurais pu t’avertir,  mais tu es jeune,
So we speak a different tongue.
Nous parlons donc une langue différente.
O you will take whatever’s offered
O tu vas prendre tout ce qui t’est offert
And dream that all the world’s a friend,
Et rêveras que tout le monde n’est qu’amitié,
Suffer as your mother suffered,
Tu souffriras ce que ta mère a souffert,
Be as broken in the end.
Et, finalement, tu seras brisée.
But I am old and you are young,
Mais je suis vieux et tu es jeune,
And I speak a barbarous tongue. 
Et je parle un langage barbare.

*****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

Mariposa no solo no cobarde de Luis de Gongora Texte et Traduction Le papillon non seulement n’est pas un lâche

 

Luis de Góngora y Argote
Literatura
española – Littérature Espagnole
Siècle d’or espagnol -Siglo de Oro 

 

Luis de Góngora y Argote
1561-1627

Sonetos – Sonnets

Mariposa no solo no cobarde
1623

Mariposa no solo no cobarde Luis de Góngora y Argote Artgitato Soneto Sonnet

 

Mariposa, no solo no cobarde

Le papillon non seulement
n’est pas un lâche

 

Mariposa, no solo no cobarde,
Le papillon non seulement n’est pas un lâche,
 mas temeraria, fatalmente ciega,
mais il est téméraire, fatalement aveugle,
 lo que la llama al Fénix aun le niega
ce que la flamme au Phénix n’a pas voulu
quiere obstinada que a sus alas guarde,
il veut obstinément qu’elle le garde à ses ailes,

**

pues en su daño arrepentida tarde,
Trop tard il s’est repenti, malheureux
del esplendor solicitada, llega
d’avoir sollicité la splendeur, il va
a lo que luce, y ambiciosa entrega 
vers la lumière, et, ambitieux, il livre
su mal vestida pluma a lo que arde; 
sa plume mal habillée à ce qui brûle ;

**

yace gloriosa en la que dulcemente 
dans lequel glorieux  il se retrouve doucement
huesa le ha prevenido abeja breve, 
prévenu par une abeille
,
¡suma felicidad a yerro sumo!
grande félicité pour une grande erreur !

**

 No a mi ambición contrario tan luciente,
Comment mon ambition, qui brille autrement,
menos activo, sí, cuanto más leve,
moins active, oui, et plus légère,
  cenizas la hará, si abrasa el humo.

en cendres ne serait-elle pas consumée, si le feu brûle notre papillon.

****************
Traduction Jacky Lavauzelle
ARTGITATO
****************

STILL WALKING – A L’ORIGINE DE LA SOUFFRANCE (Hirokazu Kore-Eda)

Hirokazu Kore-Eda
是枝 裕和
STILL WALKING
歩いても 歩いても
A L’ORIGINE
DE LA SOUFFRANCE

Nous vivons dans le trajet du fils (Hiroshi Abe), sa compagne (Kazuva Takahashi) et son fils d’un premier mariage (Shohei Tanaka), un retour aux origines.

A l’origine fœtale de sa naissance. Là où tout a commencé, dans son quartier, dans sa ville, Yokohama,  dans la maison de son enfance. A  l’origine du deuil surtout  qui a frappé les membres de cette famille : la mort du fils aîné, Junpei.

Ce fils qui revient prend sur lui pour affronter, une fois encore, les démons qui l’assaillent : la mort, son père, son échec professionnel. Le fils rentre dans la maison, crevasse matricielle, avec méfiance et réticence, moins effrayé par le souvenir de l’accident que par l’adoration du père pour ce frère disparu. Ceux qui « marchent encore » (still walking) sont-ils ceux qui habitent la maison de Yokohama ? La barre installée dans la baignoire souligne le temps qui passe et fait basculer vers ces âmes qui s’envolent le soir d’un unique battement d’ailes de papillon.

Still walking semble revêtir le kimono d’un haïku en trois mots : nature, corps et mort. Eux trois sont constamment présents et rythment le retour. A dépouiller les personnages, nous ne voyons souvent que des mains, des pieds et des dos. Les mains tentent de toucher les fleurs, râpent les légumes. Les dos nous montrent tout ce que l’individu a porté depuis tant d’années. Ils nous montrent tout ce que le visage ne veut ou ne peut exprimer. Ils cachent les traits et les rides, les émotions qui pourraient se libérer. Le corps dans ce puzzle parle. Même ainsi. Il dit le refus et la lâcheté en remplaçant des mots remplis de regrets, trop lourds à porter.

Ensuite, la caméra laisse passer les corps, dans les pièces ou sur la route menant au cimetière, et reste à filmer la nature.

« Seule, dans la chambre
Où il n’y a plus personne,
Une pivoine »
(haïku de Buson)

 L’image est dépouillée et tranquille comme la surface d’une eau plane. Comme ce bus qui transporte la famille au pèlerinage annuel. Vers la maison paternelle. Aller voir ce  père hirsute, « si peu aimable », qui s’enferme dans sa pièce de travail, tourne le dos à sa famille comme à ses invités, ou encore qui s’énerve sur ces enfants qui touchent à ses fleurs. La surface n’est  pas si douce. Rien n’est dit ou ne se dit vraiment. On regarde les photos et l’on parle de recettes qui ne feront jamais… Le fils (Hiroshi Abe) ne parle pas de la perte de son emploi. Le sujet est l’autre. L’autre fils. Celui qui devait remplacer le père et devenir médecin, prendre le cabinet…celui qui est mort en sauvant un enfant de la noyade. « Les grands arbres avalent beaucoup de vent » (proverbes japonais). Et ce fils prend beaucoup de place pour ces vivants qui étouffent.

Il rappelle qu’il n’est que le cadet. Il ne sera jamais l’aîné. Le père n’est plus docteur, mais il veut rester « Monsieur le Docteur » et souhaite ne pas être vu avec un sac de supérette, dégradant pour sa condition. Le fils ne dit rien, surtout ne parle pas de lui : « je n’ai rien à leur dire. Mon père croit que je suis toujours fan de base-ball »

Le temps s’est figé à l’heure du deuil. C’est une éternelle journée sans fin…

L’eau qui coule sur la pierre tombale rafraîchit le mort, le papillon qui franchit la porte symbolise l’âme du défunt fils, le tourne-disque plonge la famille dans la nostalgie, « on a tous une musique qu’on écoute en cachette. » Mais le fond reste âcre. Il faudrait blanchir la famille, comme l’on blanchit les radis : « ça leur enlève leur âcreté ! »

La maison et le cimetière. Et tout au long, un chemin. Difficile et pentu. Lourd déjà pour le jeune couple qui monte, harassé par la fournaise d’un soleil brûlant, ou pour ce vieux couple qui remonte lentement, marche après marche. Ce chemin est le pont qui relie les vivants des morts et permet aux uns de visiter les autres. « Il est entré dans la pièce. Tu nous as suivis depuis le cimetière, hein ? N’ouvre pas ! C’est peut-être Junpei. »

Tout est répétition palingénésique. Comme un rite. La visite annuelle, l’enfant sauvé que l’on fait souffrir tous les ans, et que l’on s’amuse à constater un peu plus gros chaque fois, la visite du cimetière.

Le fils aîné est là. C’est lui qui est le plus présent dans le film, qui pèse dans le film. Chaque image est pleine de son absence. Fragile comme un papillon et lourd comme un passé qui ne passe pas.

« La vie humaine est une rosée passagère » (proverbe japonais)

Jacky Lavauzelle